Politique américaine

Publié le 06 mars, 2018 | par Equipe de Pleinsfeux

0

AMENDES AUX PROPRIÉTAIRES

La ville inflige des amendes de $2 millions aux propriétaires parce qu’ils ont offert aux anciens combattants, aux sans abri et aux personnes handicapées des loyers abordables.

.

Par Matt Agorist – Le 12 février 2018

Des dizaines de vétérans pauvres et handicapés pourraient bientôt être sans-abri grâce à la bureaucratie d’une ville qui déclare que leurs maisons sont inaptes parce qu’ils n’ont pas la bonne paperasse.

À San Francisco, en Californie, dans le pays de la liberté, le gouvernement et l’application de la loi font non seulement la guerre aux pauvres et aux sans-abri par divers moyens sans scrupules conçus pour extraire des revenus et attaquer le droit d’exister, mais contre ceux qui tentent d’aider les sans-abri à manger, à se vêtir où à se loger, et ils font aussi face à la colère de l’état.  Comme l’illustre le cas suivant, même ceux qui ont sacrifié leur vie pour l’état, les vétérans, et ceux qui les aident sont désormais ciblés.

Judy Wu, une propriétaire à San Francisco, a converti au cours de la dernière décennie 12 propriétés qu’elle possède en 49 unités de logement qu’elle et son mari, Trent Zhu, louent à des sans-abris où à des vétérans à faible revenu et handicapés.

Parce qu’ils ont divisé les unités en unités beaucoup plus petites, le couple est en mesure de fournir à ces anciens combattants des logements très bon marché. Cependant, la contribution à la société n’est pas passée inaperçue par la ville, parce qu’elle se fout des dizaines d’anciens combattants précédemment sans abri qui se retrouvent maintenant grâce au couple.

Selon Reason, les problèmes de Judy Wu découlent d’une loi de zonage puisque la propriété du couple était seulement zonée pour 15 logements.

« Et en 2015, le service d’urbanisme de la ville a pris connaissance des unités excédentaires, en lui ordonnant d’obtenir des permis pour en démanteler un grand nombre.  En 2016, alors qu’elle travaillait à mettre ses unités en conformité et que ses locataires luttaient pour préserver leurs maisons, le procureur de la ville de San Francisco, Dennis Herrera, a poursuivi Judy Wu, affirmant que ses habitations non autorisées mettaient gravement en danger la santé, le bien-être et la sécurité des individus occupants, les locataires, les habitants de la ville et le comté de San Francisco. »

En réalité, cependant, les locataires de Judy Wu adorent les abris abordables qui leur sont fournis grâce à son installation.  Et, pour illustrer à quel point Dennis Herrera prétend être préoccupé par la « santé, le bien-être et la sécurité » des locataires, cette décision du gouvernement pourrait laisser des dizaines de vétérans pauvres et handicapés dans les rues.

Malheureusement, cependant, il semble que l’état ait gagné.  Judy Wu a combattu l’action lors d’un procès cette semaine et a été condamné à plus de $8 millions d’amendes pour avoir fourni des loyers bon marché aux anciens combattants.  Mardi, elle s’est mise en règle avec la ville.

« La raison fondamentale de l’accord est qu’il est trop coûteux de se battre contre la mairie », a déclaré Ryan Patterson, un avocat qui représentait Judy Wu, selon Reason.  Cela permettra aux propriétaires d’aller de l’avant et de se concentrer sur la légalisation de ces propriétés et de faire en sorte que le plus grand nombre de ces anciens combattants puissent rester chez eux.

Selon Reason, le procès de la ville a notamment précédé le processus administratif qui permettrait à Judy Wu de maintenir ses unités actuelles en état de marche, et le règlement d’hier ne fait rien pour régler leur statut légal.

Depuis le début de l’épreuve, Dennis Herrera et sa meute de bureaucrates ont dépeint Judy Wu et son mari comme des seigneurs exploitant les pauvres.

Le motif des accusés pour avoir violé la loi de manière flagrante est simple : « Le profit », peut-on lire dans la plainte de la ville contre Judy Wu en 2016. « Ils louent des logements aux membres les plus vulnérables de nos communautés … et, en tant que tels, ils ont un flux garanti de revenus ».

Cependant, ses locataires, ceux qui vivent dans ces maisons, ne sont pas d’accord et décrivent un scénario très différent.

« Judy Wu offre aux anciens combattants hébergés dans ces unités une chance de reconstruire leur vie de manière respectueuse et humaine », a déclaré Fred Bryant, un vétéran handicapé de 79 ans et locataire de Judy Wu au cours des quatre dernières années, selon Reason.

« Chaque fois que j’avais besoin d’aide de quelque sorte que ce soit dans l’appartement, vérifier le détecteur de fumée ou quelque chose comme ça, » a dit Fred Bryant, « Judy Wu était extrêmement réactive. »

En regardant la situation objectivement, et non à travers les yeux de l’état, nous voyons un couple utiliser leurs propriétés pour fournir des logements abordables à ceux qui en ont besoin.  Leurs locataires sont là volontairement et l’adorent. Les seules personnes bouleversées par ce scénario n’ont rien à voir avec les propriétés ni avec les gens qui y vivent ;  Pourtant, ils sont déterminés à ruiner l’arrangement mutuellement bénéfique à cause d’un code du bâtiment.

La partie la plus exaspérante à propos de ces normes de zonage est que les maisons de Judy Wu ont rencontré les inspections bisannuelles des inspecteurs fédéraux à plusieurs reprises, selon Patterson.  Fred Bryant est d’accord, et selon Reason, il décrit à la fois son unité et celle des autres vétérans que Judy Wu loue aussi comme de jolies unités remodelées « avec toutes les commodités d’un appartement bien équipé ».

« Il y a beaucoup de vétérans sans-abri que Judy Wu a aidés.  Elle est une bonne propriétaire en ce qui me concerne », a déclaré un autre locataire de Judy Wu, John Brown Jr., au San Francisco Examiner, en juillet de l’année dernière.

Même le maire, en 2013, a fait l’éloge de Judy Wu pour ses efforts en fournissant des abris aux vétérans sans-abri.

Malheureusement, cela ne concerne pas les bureaucrates qui ont consacré leur carrière à étouffer la libre entreprise et les arrangements mutuellement avantageux qui aident les gens.  Maintenant, des dizaines d’anciens combattants s’inquiètent de savoir où ils pourront vivre.

Bien que la ville ait dit qu’elle permettrait aux anciens combattants de trouver d’autres foyers avant de les expulser de chez Judy Wu, il n’en demeure pas moins qu’ils les chassent toujours des maisons où ils vivent.  En outre, trouver des maisons abordables à San Francisco n’est pas une chose facile, donc soyez assurés que beaucoup de ces gens finiront probablement dans la rue.  Bravo, gouvernement, bravo.

Source :  The Free Thought Projet 

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

Mots clés: , , , , , , , , , , , ,



Back to Top ↑


  • Donation pour HESTHELAMB

    Pleins Feux sur l'Heure Juste, bénéficie du ministère de HESTHELAMB, et nous voudrions l'aider aussi financièrement.
    Ces vidéos produites demandent beaucoup d'investissement et désirons vous partager ce besoin.
    Merci pour votre soutien !

  • Vidéos de L’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence 2015 et 2012




Real Time Web Analytics