Israël

Publié le 06 janvier, 2018 | par Equipe de Pleinsfeux

0

DONALD TRUMP AVAIT RAISON

Donald Trump avait raison de se dresser contre les préjugés anti-américains et anti-israéliens de l’Organisation des Nations Unies.

Par Hugh Dugan – Le 1 janvier 2018

L’Organisation des Nations Unies se dirige vers 2018 avec sa réputation intacte de société de débat anti-américaine et anti-israélienne désespérément biaisée qui adopte résolution après résolution condamnant ces deux grandes démocraties. Dans le même temps, l’Assemblée Générale de l’Organisation des Nations Unies ferme régulièrement les yeux sur les violations des droits de l’homme, les agressions contre les voisins et les assassinats de dissidents par les dictatures dans le monde entier.

Un point culminant de la politique étrangère du président Donald Trump, en 2017, a été sa décision d’appeler cette double norme absurde.  Et l’ambassadrice des États-Unis à l’Organisation des Nations Unies, Nikki Haley, a soutenu confortablement la position du président.

Le dernier exemple de membres de l’Organisation des Nations Unies se ralliant contre l’Amérique et contre Israël a été l’approbation écrasante par l’Assemblée Générale d’une résolution condamnant l’Amérique pour avoir reconnu le fait évident que Jérusalem est la capitale d’Israël.

Quelles autres actions non pertinentes verrons-nous à l’Organisation des Nations Unies en 2018 ?  Des guerres lancées avec des tweets à partir du salon de l’Assemblée Générale ?

La condamnation de l’Assemblée Générale de l’Organisation des Nations Unies à cause de l’action du président Donald Trump sur Jérusalem s’est retournée contre cette organisation et s’est transformée en une forme de flatterie pour notre pays.  C’est parce que l’Assemblée Générale a annulé ses vacances de Noël pour se réunir pour une session d’urgence sur la question de Jérusalem.  Cela démontre que les actions des États-Unis ont un poids supérieur à celles des autres nations.

Qu’est-ce qui a motivé la condamnation de l’Assemblée Générale ?  La Maison Blanche avait simplement noté que le président Donald Trump avait l’intention de tenir une promesse électorale concernant la loi sur l’ambassade de Jérusalem adoptée par le grand congrès des majorités bipartites en 1995.  La loi stipule : « Jérusalem devrait être reconnue comme la capitale de l’État d’Israël ; Et l’ambassade des États-Unis en Israël devrait être établie à Jérusalem au plus tard le 31 mai 1999 ».  Mais, cela ne s’est toujours pas produit.

La session d’urgence de l’Assemblée Générale sur la question de Jérusalem n’a été que la onzième de ces sessions au cours des 73 ans dans l’histoire des États-Unis.  Sept de ces sessions ont traité du Moyen-Orient.  Parmi les urgences  « mineures », notons la chute du Mur de Berlin, la disparition de l’Union Soviétique, la montée du terrorisme après les attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis, les atrocités syriennes contre l’humanité, les alarmes au sujet de Ebola, et les provocations et les malédictions nord-coréennes.

Mais, les pourfendeurs d’Israël à l’Assemblée Générale étaient trop heureux de rassembler un scénario, de faire la queue devant les caméras et de se mettre en  « urgence» pour offrir aux fêtards en vacances un nouveau brise-glace « contre Donald Trump ».

Comment la condamnation a-t-elle flatté les États-Unis ?  L ‘Assemblée a réservé toute son attention pour les États-Unis uniquement.

Pourtant, la Russie a pris une action tout aussi provocatrice plus tôt dans l’année quand elle a annoncé qu’elle reconnaissait la partie occidentale de Jérusalem comme la capitale d’Israël.  Cela confirme que la Russie compte beaucoup moins dans le calcul géopolitique ; Le président Vladimir Poutine doit ressentir l’échec.

La Turquie n’a pas non plus mérité l’attention de l’Assemblée Générale pour sa reconnaissance continue de Jérusalem (au moins la partie orientale) en tant que capitale de la Palestine, qui n’est même pas un pays indépendant.  C’est sans doute aussi préjudiciable et incitatif que tout autre politique.

La condamnation de l’Assemblée Générale a non seulement flatté les États-Unis, mais, elle a flatté le président Donald Trump lui-même.  L’Assemblée Générale n’a jamais accordé une telle attention aux présidents Clinton, George W. Bush et Obama, même si chacun d’entre eux s’est engagé à reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël à un moment donné, mais ne l’a jamais fait.

L’action de l’Assemblée Générale s’est retournée contre elle parce que son dénigrement anti-américain et anti-israélien reflétait plus négativement l’Organisation des Nations Unies que les États-Unis ou Israël.  Depuis la création de l’organisation des Nations Unies, l’Assemblée Générale s’est bien comportée lorsqu’elle travaillait au-dessus de la mêlée, c’est-à-dire lorsqu’elle concluait des accords sur des normes mondiales de comportement pour la paix et la sécurité, la prospérité sociale et économique et les droits humains.

Pour maintenir cet esprit transnational, l’Assemblée Générale a évité de mettre de l’avant les dénigrements d’un état par un état.  Sinon, son aura semblable à une cathédrale s’abaisserait au niveau d’un match de lutte dans une cage.  Mais, de temps à autre, la majorité de ses membres cède au spectaculaire, surtout quand Israël est impliquée.

Si de tels matchs de lutte dans une cage doivent maintenant avoir régulièrement lieu à l’Organisation des Nations Unies, les pays organisateurs d’escarmouches joueront et exploiteront l’Assemblée Générale pour leur propre publicité globale rapide et peu coûteuse, affaiblissant davantage la légitimité et la position de l’Assemblée Générale.

Dans un contexte plus général, la condamnation de l’Assemblée Générale des États-Unis nous rappelle que ce que les États-Unis disent est important.  Et, ceci importe plus maintenant que les États-Unis ne mènent davantage par derrière, ni ne prétendent que les chats géopolitiques se conduiront eux-mêmes, comme cela s’est passé sous l’administration de Barack Obama.

Le besoin perçu d’une condamnation directe de l’Organisation des Nations Unies des États-Unis indique également que les amis par beau temps de l’Amérique et les ennemis par tous les temps doivent maintenant travailler plus dur.  Les coûts et les conséquences des contestations contre les États-Unis sont plus en cause.

En fin de compte, la condamnation de l’Assemblée Générale a réussi dans un sens.  Cela a prouvé que l’Organisation des Nations Unies méritent les critiques acerbes que Washington lui adresse souvent et de plus en plus souvent de la part des autres.

Source : Fox News 

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

Mots clés: , , , , , , ,



Back to Top ↑


  • Donation pour HESTHELAMB

    Pleins Feux sur l'Heure Juste, bénéficie du ministère de HESTHELAMB, et nous voudrions l'aider aussi financièrement.
    Ces vidéos produites demandent beaucoup d'investissement et désirons vous partager ce besoin.
    Merci pour votre soutien !

  • Vidéos de L’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence 2015 et 2012




Real Time Web Analytics