Économie

Publié le 20 mars, 2017 | par Equipe de Pleinsfeux

0

GLOBALISTES CONTRE TRUMP

Par Steven Yates – Le 20 février 2017

Les Globalistes veulent-ils la peau de Donald Trump ?

La démission de Michael Flynn a changé l’équation.  Les ennemis de Donald Trump jouent maintenant le jeu de la connexion russe pour tout le kilométrage qu’ils peuvent en obtenir.  Michael Flynn semble avoir trompé le vice-président Pence et d’autres au sujet de ses communications avec l’ambassadeur russe Sergey Kislyak.  La confiance est morte.  Les antennes collectives l’État Profond ont été plus hautes que ce mur ne le sera jamais !

Donald Trump a eu des ennemis auparavant, mais, l’État Profond est un tout autre animal.  Je pense que Donald Trump et Steve Bannon, qui manquent d’expérience avec les véritables centres du pouvoir dans le monde occidental, ont sous-estimé ce qui leur faisait face.  Paul Craig Roberts rapporte que l’ancien espion de la NSA, John Schindler, a envoyé un tweet immédiatement après le départ de Michael Flynn indiquant que l’État Profond devenait « nucléaire » contre Donald Trump et qu’il « mourrait en prison ».

Ils ne sont pas le genre de personnes avec lesquelles Donald Trump est habitué à faire des affaires.  Ce sont des gens qui, avec les mondialistes qu’ils servent, ont contrôlé chaque Maison Blanche depuis au moins les 70 dernières années.  Le dernier président qui a tenté de se lever contre eux a été abattu dans un cortège : JF Kennedy.  Puis, Bobby Kennedy, le démocrate extrêmement populaire qui aurait été une formalité pour la présidence dans les élections de 1968 et aurait très probablement rouvert l’enquête sur le meurtre de son frère, a également été abattu.  Jusqu’à ce jour, un homme qui maintient qu’il n’a aucun souvenir de la fusillade, pourrit en prison.

En d’autres termes, Donald Trump est contre des gens qui le tueraient purement et simplement s’ils pensaient pouvoir s’en sortir.  Dans l’environnement connexe d’aujourd’hui des médias alternatifs et sociaux, les habitants de l’État Profond savent sans doute que des millions de personnes réagiraient instantanément si quelque chose de mal arrivait à Donald Trump.  Je ne serais pas surpris si les fourches sortaient et qu’il y avait du sang dans les rues de l’Asile sur le Potomac. Je ne pense pas que l’État Profond veuille cela.  Ses sbires et ses maîtres préféreraient beaucoup plus un itinéraire plus lent au technofeudalisme.

Donald Trump est une cible parce que la plate-forme sur laquelle il s’est lancé et qui a progressé depuis la Journée d’Inauguration, s’oppose à tout ce que veulent les mondialistes : Les frontières ouvertes, la libre migration, le «libre-échange » qui rendent les sociétés mondiales plus riches et l’inversion de la désindustrialisation des États-Unis qui a commencé avec l’ALENA et s’est accélérée après la crise de 2008.

Il est également une cible parce qu’il ne joue pas aux jeux politiques.  Il n’est pas un idéaliste sur-intellectualisé élevé par Harvard, et il dit ce qu’il pense.  (En fait, il a tout simplement étudié à l’École Commerciale Wharton.)  Il apostrophe les médias dominants contrôlés sur leurs fausses nouvelles.  Cela pourrait jouer brutalement dans la culture « rouge » de Peoria, mais, ceci est totalement déplacé dans la culture antiseptique «bleue» dans l’Asile susmentionné.

Et maintenant, son administration est en danger !  Nous ne pouvons pas prétendre autrement !

Un nouveau récit officiel est mis en place même pendant que j’écris ces lignes.

Permettez-moi de faire une digression.  J’ai étudié les récits officiels depuis plus de 20 ans maintenant, depuis que je me suis rendu compte (vers le milieu des années 1990) que le mouvement pour les droits civiques avait été détourné et que son remplacement exigeait un réalignement racial plutôt que la non-discrimination qui  était défendu par des gens plus que malhonnêtes.  Mon premier livre est sorti à ce sujet.  Puis, je me suis aperçu qu’il y avait d’autres récits officiels en plus de celui sur la race et le sexe.  Beaucoup plus.

Voici ma définition de travail d’un récit officiel : « Un compte approuvé par le gouvernement et médiatisé d’un quelconque événement dramatique, comme un assassinat, une attaque terroriste ou une tuerie massive.  On peut souvent l’identifier lorsque ceci apparait sous une forme quasi-complète très rapidement après l’événement qui l’a incité, puis, le tout est répété sans cesse dans tous les grands médias, avec de puissantes images de soutien, ses éléments essentiels n’étant jamais remis en cause par des commentateurs « responsables », en dépit d’un manque de preuves réelles (témoins, des preuves physiques, etc.) et parfois malgré des preuves physiques du contraire.  On nomme un ennemi commode dont les motivations expliquent l’événement.  Le patriotisme peut être invoqué, ou son contraire, comme la situation l’exige : Tout ce qui fabrique le consentement autour du récit en incitant le public à suspendre leur jugement indépendant et à faire confiance aux autorités.  La dernière étape est de diaboliser toute personne qui interroge le récit comme un « théoricien de la conspiration », un nom que la CIA a inventé en 1967 pour contourner les critiques du rapport de la Commission Warren.  D’autres mots bien armés sont maintenant disponibles.  Tout pour cimenter le récit dans les esprits des masses et rendre presque impossible pour eux de penser que çà puisse être faux. »

Exemples de récits officiels : Oswald a tiré sur JFK et il a agi seul.  Sirhan a tiré sur son frère cinq ans plus tard et il a agi seul.  James Earl Ray a tiré sur le Dr Martin Luther King la même année et il a agi seul.  L’attaque du Golfe du Tonkin a effectivement eu lieu.  La camionnette de Timothy McVeigh a détruit l’édifice fédéral Murrah à Oklahoma City ; Lui et Terry Nichols ont agi sans aucune implication « d’autres inconnus ».  Osama bin Laden était derrière les attentats du 11 septembre, où 19 Saoudiens ont pris des avions pour les projeter contre les tours jumelles et le Pentagone.  Deux terroristes tchétchènes, agissant seuls, étaient derrière le bombardement du Marathon de Boston.  Il y en a d’autres, mais, ceux-ci feront l’affaire pour le moment.

La logique et la preuve n’ont rien à voir avec le processus de cimentation d’un récit officiel en place.  C’était la chose la plus difficile à faire entrer dans mon cerveau, étant donné ma formation philosophique et la valeur qu’elle met sur les qualifications de la pensée critique, qui, par définition, ne cèdent pas à la simple autorité.

Combattre un récit officiel est extrêmement difficile.  Puisqu’il n’est pas un produit de la logique ou de preuves, utiliser la logique et les preuves contre ces récits c’est comme apporter un couteau dans un combat avec des fusils.  Fait à l’intérieur des institutions, s’en prendre à un récit officiel peut être suicidaire pour une carrière.  Demandez aux anciens professeurs des universités qui ont remis en question le récit officiel du 11 septembre.  Ou demandez à James Tracy, renvoyé de son poste permanent dans une université de la Floride après avoir interrogé le récit officiel sur Sandy Hook sur son blog privé.

Revenant à Donald Trump, je crains que nous observions un autre récit officiel tomber en place, surtout depuis la fin du bref mandat de Michael Flynn dans l’administration.  Nous avons quelque chose comme ceci : Donald Trump et ses associés ont eu de nombreux contacts néfastes avec des agents russes remontant à la campagne de l’année dernière et auparavant.  En fin de compte, l’influence russe a contribué à transformer la marée en sa faveur et contre Hillary Clinton … peut-être en échange de la levée des sanctions mises en place en réponse à un autre récit officiel : L’invasion de la Russie en Crimée en 2014 (C’était une annexion à la suite d’un vote populaire accablant, puisque la plupart des habitants de la Crimée sont des Russes).

Était-ce vrai, et Donald Trump le savait-il ? (les médias corporatifs ont ranimé le débat au sujet de « ce que le président savait, et quand le savait-il ? » comme dans les années de Nixon), alors, ce serait des motifs pour une destitution.

Le problème est, comme avec tous les récits officiels, qu’il n’y a aucune preuve que ce soit vrai.  Ceux qui détestent Donald Trump ont fait circuler un « dossier de 35 pages » qui a été divulgué aux médias, une de ces nombreuses fuites illégales.  Il ne contient rien de décisif, rien qui pourrait être présenté devant un tribunal.  En outre, «les Russes» ne peuvent guère recevoir le crédit pour les participations records aux primaires qui ont mené à la nomination de Donald Trump ; Ni les « pirates russes» ne peuvent avoir dit à des millions de personnes d’aller voter le 8 Novembre.

Mais : «vous y allez de nouveau, Yates, la logique de la pensée et la preuve de la matière !»  Il y a la vérité dans l’affirmation selon laquelle, dans l’économie politique actuelle, structurée par le pouvoir et saturée par les médias, la vérité n’a pas d’importance.  Il y a un sens dans lequel nous vivons dans un monde sans vérité.  Nous l’avons fait depuis des années.

Le résultat est que Donald Trump et Steve Bannon sont dangereusement près d’en avoir par-dessus la tête.  Je ne dis pas cela dans le sens habituel, ce qui les jugerait comme incompétents.  Je veux le dire dans le sens qu’ils ont sous-estimé leurs ennemis.  Pas la gauche agressive, qui croit encore qu’ils ont droit à une présidence d’Hillary Clinton.  Je veux parler de l’État Profond, une composante essentielle du complexe militariste-sécurité-surveillance.  Je ne pense pas que Donald Trump ait eu la moindre idée de ce qu’il allait faire de la puissance de la CIA et des autres éléments de l’État Profond, ni de sa capacité à détruire sa présidence, peut-être même avec des implantés à l’intérieur.

Parfois Donald Trump a été son propre ennemi.  Il est devenu négligent.  Il est facilement distrait et se débarrasse des messages (par exemple, au sujet de sa fille Ivanka perdant un contrat de Nordstrom, ou quoi que ce soit).  Il a supposé qu’il pourrait diriger le gouvernement de la Maison Blanche comme si c’était un de ses empires commerciaux.  Franchement, j’avais peur que cela se produise. Nomi Prins a récemment pris note du nombre alarmant d’anciens membres de Goldman Sachs qui travaillent actuellement dans cette administration.  Cela est particulièrement troublant étant donné l’allégation (correcte) de la campagne de Donald Trump selon laquelle Hillary Clinton était détenue et barrée par Goldman Sachs.  Ceci semble devenir hypocrite.  Juste l’autre jour, Chuck Baldwin a pris note du nombre de membres du Conseil des Relations Étrangères que Donald Trump a (sans doute, inconsciemment) pris en charge.

C’est une question juste : Pouvez-vous vraisemblablement «drainer les marais» des mondialistes, lorsque votre organisation est pleine de personnes avec des affiliations actuelles et pas seulement passées avec des organisations mondialistes comme Goldman Sachs et le Conseil des Relations Étrangères ?  Quoi qu’il en soit, Donald Trump fait encore sa part !

Jeudi dernier, Donald Trump a donné une conférence de presse.  Après avoir lu un article dans mon Yahoo Newsfeed (grand public) en l’appelant « fou » et impliquant que cela avait été un désastre, je lui ai donné une écoute attentive. Donald Trump a fait quelques erreurs insignifiantes, comme d’obtenir son compte du vote électoral faux et prétendre qu’il avait obtenu le plus de votes électoraux depuis Reagan.  Pendant la séance de questions-réponses, il m’a semblé plus secoué que d’habitude.  Mais, dans les circonstances actuelles qui ne le serait pas ?  Il n’a jamais été un grand orateur.  Il a obtenu des choses importantes sur place cependant, puisque les médias sont évidemment biaisés contre lui, un parti pris pure haine.  En tout cas, il a mis les médias corporatifs à leur place.  Ils détestent ça.  Mais, en tant que commandant en chef avec accès à une foule d’informations classifiées qui pourraient être dangereuses pour le pays s’il les sortait, il n’est pas obligé de diffuser des plans spécifiques concernant la Russie ou la Corée du Nord à un public principalement hostile.

Donald Trump a dû se répéter plusieurs fois, que ces revendications de l’ingérence russe sont un récit officiel (mon terme évidemment, pas le sien).  Il a noté aussi correctement, qu’étant donné leur statut de « puissant pays nucléaire », les relations pacifiques entre les États-Unis et la Russie seraient meilleures pour tout le monde que la collision entre les deux nations pendant les années Obama et que ceci aurait continué sous une autre présidence belliqueuse d’Hillary Clinton.

Malheureusement, l’État Profond ne veut pas de relations pacifiques avec la Russie.  Cela ne correspond pas à leur agenda, ce qui n’est peut-être pas une guerre (on ne l’espère pas) mais, une simple continuation des tensions qui justifient un flux continu d’argent des contribuables dans la machine de guerre et l’appareil secret d’Intel, plein de bureaucrates qui transmettent des rapports toute la journée.

Et, l’État Profond sert les vrais ennemis de Donald Trump, les globalistes.  C’est la principale raison pour laquelle l’administration de Donald Trump est en difficulté.

Je ne peux pas connaître les détails immédiats du plan des globalistes.  Je suis certain qu’il y en a un.  J’avais supposé que Brandon Smith avait la bonne idée en ce sens que les globalistes permettront ce que les médias contrôlés appellent l’insurrection « populiste » de continuer pendant un certain temps, de faire exploser la bulle de la dette mondiale ce qui supprimerait des trillions de dollars à l’économie mondiale pratiquement du jour au lendemain et ensuite de jeter le blâme sur les « populistes ».  Ce serait le récit officiel le plus grand et le plus destructif de tous les temps : Le populisme (c’est-à-dire la souveraineté nationale, l’économie locale, les contrôles aux frontières et toutes les autres choses « déplorables ») ne peut conduire nulle part sauf à la dévastation économique !

Mais, peut-être que ce n’est pas le plan !  Mis à part les organisations de George Soros qui financent quelques agents de perturbations dans des endroits comme Berkeley, je vois peu de preuves que les globalistes eux-mêmes font quoi que ce soit au-delà de la surveillance des publications sur la façon terrible que l’insurrection «populiste » serait pour l’économie mondiale (les menaces pour les intérêts monnayables), et comment ils sont imprégnés d’ignorance et de rejet de « l’expertise » (c’est-à-dire, leur programme pour le monde).  Tout ce qu’ils ont besoin de faire est d’attendre, tandis que Donald Trump et son administration sont impuissants contre les attaques implacables des médias entraînées par des fuites illégales jusqu’à ce qu’il devienne dysfonctionnel.  Les ennemis de Donald Trump salivent à la perspective qu’il soit mis en accusation ou forcé de démissionner, comme Nixon, ou peut-être même pire, puisque si les accusations d’avoir remporté une élection en raison d’une intervention russe cachée qu’il connaissait pouvaient se faire, il pourrait être jugé pour trahison.

Ce serait le pire châtiment que l’État Profond puisse infliger à quelqu’un qui s’y oppose !  Jamais plus jamais nous ne verrions une tentative extérieure, ce qu’a tenté Donald Trump, qui est de s’opposer à l’État Profond et aux mondialistes sur leur propre territoire, celui de la gouvernance achetée par les entreprises et les médias corporatifs contrôlés.

Je ne sais pas si cela va arriver, bien sûr.  Je prie pour que je me trompe, et que Donald Trump soit en mesure de contrôler à ce sujet.

Car, si je ne connais pas les détails immédiats, je suis vraisemblablement sûr des objectifs globalistes.  J’ai des étagères de livres et d’articles qui épellent beaucoup d’entre eux, parfois dans leurs propres mots, et nous permettent d’en déduire raisonnablement beaucoup plus.

Le globalisme a pour objectif principal le gouvernement mondial contrôlé par les entreprises : Une consolidation de la richesse et du pouvoir commencé il y a plusieurs décennies à travers le réseau de banques centrales ancré dans la Banque des règlements internationaux, qui, à son tour, répond aux vastes léviathans corporatifs de la ville de Londres (foyer de NM Rothschild & Sons et le siège de facto de l’axe du mal Rothschild-Rockefeller, ainsi que la Fabian Society, la Banque d’Angleterre, la London School of Economics où Soros et David Rockefeller Sr ont tous deux obtenu des diplômes supérieurs) ; Par des groupes de réflexion semi-secrets comme le Conseil des Relations Étrangères et la Commission Trilatérale ; Continuant aujourd’hui par des accords de « libre-échange » qui libèrent les sociétés pour faire ce qu’elles veulent ; Et diffusé presque ouvertement via Davos confabs (que Donald Trump n’a jamais assisté, soit dit en passant).

Une fois en place, cette structure de pouvoir des structures du pouvoir serait à l’abri des attaques de l’extérieur, car elle contrôlerait les ressources nécessaires pour mâter toute opposition durable, en particulier les finances et la technologie.

Si les mondialistes gagnent, personne vivant aujourd’hui ne verra jamais une classe moyenne financièrement indépendante, n’importe où.  Il y aura une mobilité sociale limitée, soigneusement contrôlée et confinée à des loyalistes globalistes comme les Mark Zuckerbergs de ce monde ou d’autres idiots obsédés par la technologie qui inventent toutes sortes de gadgets et d’applications cool, mais, ne remettent jamais en question l’économie politique dominante.  Ces personnes seront autorisées à s’enrichir, comme l’a fait Zuckerberg, et à être louées dans des médias contrôlés pour leur « entrepreneuriat ».  (Oui, Virginie, Zuckerberg est un mondialiste.)

Si les mondialistes gagnent, il n’y aura pas d’éducation significative ; L’accent sera mis sur la vocation.  Le pouvoir potentiel de sujets comme le mien a déjà été réduit à presque zéro, après tout.  Le philosophe du vingtième siècle, Ludwig Wittgenstein, a décrit notre sujet comme une « bataille contre l’enchantement de notre intelligence par le langage ».  Mais, où voyons-nous cela ?  Presque nulle part !

Si les mondialistes gagnent, il y aurait peu ou pas de stabilité au travail en dehors des cercles techniques mentionnés.  La précarité, comme on l’appelle maintenant, sera le sort des masses : Le travail à temps partiel, temporaire, composé d’entrepreneurs indépendants au lieu de véritables employés capables d’organiser et de négocier de meilleurs salaires, conditions de travail, etc.  La retraite sera une chose du passé.  Pour la plupart des milléniels, comme il s’avère, cela est déjà vrai.

Si les mondialistes gagnent, il y aura finalement une surveillance totale de tous les travaux et activités des consommateurs, ce qui sera un jeu d’enfant une fois que l’argent sera éliminé en faveur des transactions électroniques, l’utilisation de liquidité éventuellement criminalisée (seuls les trafiquants de drogue, les braqueurs de banques et les terroristes utilisent l’argent liquide ; Ce sera ce récit officiel). 

Inutile de dire que, sous le gouvernement mondial contrôlé par les entreprises, il n’y aura pas de frontières nationales et elles auront une signification plus que symbolique.  La migration massive sera toujours utilisée pour détruire les derniers restes de la culture autrefois dominante aux États-Unis, une culture qui continuera à être diabolisée comme trop blanche et trop masculine, mais, qui était vraiment trop éprise d’indépendance et d’autonomie, avec ses armes et son Dieu.

Parlant de qui, si le mondialisme gagne, la laïcité massive sera l’agenda, pas le théisme.  Aucune activité chrétienne politiquement significative ne sera permise. Vous pourrez voir une « spiritualité » sans fondement ou peut-être le pseudo-évangile de la prospérité de Jim Osteens ou le message « axé sur les objectifs » de Rick Warren (Conseil des Relations Étrangères).  Cela est permis dans une culture où les dieux réels sont l’argent et le pouvoir, et dans lequel vous vous « monétisez vous-mêmes » ou vous devrez mourir de faim.

Si les mondialistes gagnent, il y aura encore beaucoup de pain et de cirques, la consommation massive de la nourriture rapide malsaine, les sports, les célébrités, les scandales, les films violents d’Hollywood, les drogues (légales et illégales), etc, pour pacifier les masses.  Dans certains cas, pour endommager leur santé et s’assurer de leur consentement continu.

Il y aura probablement des guerres théâtrales continuelles, surtout au Moyen-Orient.  Peut-être que les globalistes décideront que les musulmans ont servi leurs objectifs et qu’ils peuvent être en toute sécurité « terminés avec des préjugés extrêmes », en quelque sorte.  (L’Islamophobie n’a jamais été plus qu’une autre fausse phobie, après tout.)

Pour tout ce qu’ils valent, les Donald Trump de notre monde sont tout ce qui se dresse entre le présent et le développement rapide de ce monde, le technofeudalisme, l’économie politique spécifique du gouvernement mondial contrôlé par les entreprises.

Si Donald Trump est éliminé par l’État Profond, c’est l’avenir, que nous pouvons attendre probablement dans les dix ans et peut-être plus tôt, en fonction de l’ampleur du chaos qui s’ensuivra.  Je me demande combien d’ennemis de Donald Trump, que ce soit dans les médias, de la gauche ou d’ailleurs, en ont une idée.

Source : News With Views 

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

Mots clés: , , , , , , ,



Back to Top ↑


  • Donation pour HESTHELAMB

    Pleins Feux sur l'Heure Juste, bénéficie du ministère de HESTHELAMB, et nous voudrions l'aider aussi financièrement.
    Ces vidéos produites demandent beaucoup d'investissement et désirons vous partager ce besoin.
    Merci pour votre soutien !

  • Vidéos de L’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence 2015 et 2012




Real Time Web Analytics