Apostasie

Publié le 18 juin, 2018 | par Equipe de Pleinsfeux

0

« HÉRÉTIQUE » AU VATICAN

.

Par Hannah Roberts – Le 28 mai 2018

Le Pape François fait face au recul des archi-conservateurs de l’église.

ROME « Ils m’appellent un hérétique ».

Ce ne sont pas des mots auxquels vous vous attendez de la part de la tête de l’Église Catholique Romaine.  Mais, c’est ce que le Pape François a déclaré à un groupe de collègues jésuites au Chili plus tôt cette année, en reconnaissant le féroce recul des conservateurs au Vatican.

Célébré par les progressistes du monde entier pour ses efforts pour actualiser et libéraliser certains aspects de la doctrine de l’Église, le Pape François est confronté à une répression violente des traditionalistes qui contestent son ouverture aux migrants musulmans, son souci de l’environnement et son ton plus doux sur le divorce, la cohabitation et l’homosexualité.  L’opposition est devenue si ardente que certains conseillers l’avertissent de marcher prudemment afin d’éviter un « schisme » dans l’église.

Le père Thomas Weinandy, ancien chef d’état-major du comité épiscopal américain sur la doctrine, a accusé le Pape François d’avoir provoqué une « anarchie théologique ».  Un autre groupe d’évêques a averti que le Pape François risquait « une plaie de divorces ».  L’automne dernier, plus de 200  lettrés et les prêtres ont signé une lettre accusant le Pape François de répandre l’hérésie.  « Ce n’était pas quelque chose que j’ai fait à la légère », a déclaré le père John Rice, un curé de Shaftesbury au Royaume-Uni, en affirmant que la pression libérale du pape a provoqué « beaucoup de divisions et de désaccords dans l’église ».

« Il n’est pas miséricordieux de laisser les gens continuer à pécher et ne rien dire », a déclaré Rice.  « Si vous voyez un enfant qui essaie de mettre sa main dans un feu, vous l’arrêtez ».

« Dévier de la doctrine est assez mauvais.  Mais, le Pape François est également sous le feu de la fonction publique du Vatican, connue sous le nom de la Curie Romaine. »

En devenant pape, François donna un nouveau ton en installant son quartier général dans une humble maison d’hôtes pour prêtres plutôt que dans le grand palais apostolique, un geste d’humilité qui s’accompagnait d’une critique implicite des excès du passé.  Il a également supprimé le système consistant à donner automatiquement un chapeau de cardinal aux évêques dans certains postes.  Les conservateurs ont été agacés par certaines de ses positions les plus libérales.  En 2015, le Pape François a ordonné à chaque paroisse d’accueillir deux familles de réfugiés.  Et, la semaine dernière, dans son acceptation la plus explicite de l’homosexualité, il a dit à un homosexuel catholique que Dieu l’avait fait ainsi et que sa sexualité « n’avait pas d’importance ».

La dissidence la plus traditionaliste a été l’Amoris Laetitia du Pape François, une « exhortation apostolique », une forme de communication papale, dans laquelle il a appelé à une approche « clémente » des divorcés et a ouvert la porte à ceux qui vivent avec de nouveaux partenaires à prendre la communion avec la permission de leur prêtre.

En rendant la doctrine plus ambiguë, le Pape François sape effectivement l’autorité de l’église et réduit le rôle des prêtres à celui de compagnon et de conseiller de leurs paroissiens, une question épineuse qui remonte aux réformes de Vatican II des années 1960, selon un diplomate.  « La bataille est entre la loyauté au Pape Benoît à la retraite, les vêtements, la liturgie et les règles, et le Pape François, qui veut que les prêtres utilisent leur propre jugement et l’humanité dans leur lecture des situations individuelles », a déclaré le diplomate.

Le changement peut sembler une petite bière pour les non-catholiques, et les suggestions du Pape François sont déjà la pratique chez de nombreux prêtres. Mais, les changements sont devenus le papier de contact pour la dissidence conservatrice, en enflammant des murmures de désapprobation dans la mutinerie ouverte.  Le flanc conservateur du Vatican prend de plus en plus d’actions.

La rébellion a grandi pour inclure non seulement les conservateurs, mais aussi, plus de catholiques au milieu de la route qui adhèrent aux enseignements de l’église sur l’avortement et le mariage, et qui ne supportent pas l’approche flexible du Pape François.

Lors d’une conférence sur « les limites de l’autorité papale » à Rome, le mois dernier, le cardinal Raymond Burke, un des principaux responsables des accusations contre le Pape François, a rappelé à l’auditoire que le pouvoir du pape n’est pas « magique ».  « Si un pape a dévié de la foi, il doit, comme un devoir, être désobéi », a déclaré le cardinal Raymond Burke.

Dévier de la doctrine est assez mauvais.  Mais, le Pape François est également sous le feu de la fonction publique du Vatican, connue sous le nom de la Curie Romaine.  Avec un Jean-Paul II malade pendant les dix dernières années de sa vie et un Benoît XVI peu enclin à s’engager dans les affaires du monde, la Curie avait l’habitude de courir, a déclaré David Willey, auteur de « La Promesse de François ».   Pendant plus de 20 ans, le Vatican était « sans gouvernail ».

La Curie dont le Pape François a héritée était criblée d’irrégularités financières, et encline aux lobbyisme et aux fuites.  Le Cardinal Bertone, numéro 2 du pape lors de sa prise de fonction en 2013, l’a qualifié de « nid de vipères et de corbeaux » après son limogeage.  « Il y a des factions et des poches d’opposition », a déclaré Willey.  « C’est une organisation très cliquée ».

En essayant de rendre la Curie plus soucieuse de son service, le Pape François a également critiqué à plusieurs reprises ses membres pour leur carriérisme et leurs ambitions.  « Il a été très dur pour la Curie, vraiment trop dur », selon un ancien consultant du Vatican.  « La plupart sont très éduqués, et essayent de faire la bonne chose, et ils ont été déçus par cela ».

« Comme pour toute grande bureaucratie, le Vatican est établi dans ses voies », a déclaré Lord Patten de Barnes, un ancien président de la BBC qui a dirigé un comité chargé par le pape d’identifier les réformes potentielles dans les départements de communication de la Curie.

Il a été averti de la sensibilité du travail quand il a pris le poste, il a dit : « On m’a dit que c’est comme éplucher un oignon, vous devez aller une peau à la fois. Mais, à mon avis, si vous épluchez un oignon comme çà, vous allez finir par pleurer. »  Bien qu’il ait d’abord exprimé sa frustration face au manque de progrès, Patten dit maintenant que l’on ne peut pas attendre du Pape François qu’il dirige le Vatican « comme le directeur général de McKinsey ».

Pour les autres, le Pape François n’a pas été assez ferme dans sa résolution de réformer la Curie.  La militante Marie Collins, qui a été recrutée pour conseiller le Vatican dans la lutte contre son scandale d’abus clérical, a démissionné plus tôt cette année, en citant un manque d’actions décisives du Pape François et de la force de la résistance à certaines réformes.  « On nous a dit : C’est notre affaire, nous le faisons depuis des années », a-t-elle dit.

Marie Collins a déclaré que la Curie était mécontente du fait que son comité était indépendant et rapportait directement au Pape François : « Ils ne voulaient pas d’étrangers, avec des laïcs et des femmes, pour les juger.  Il y a une culture du cléricalisme : Les laïcs ne sont pas respectés ».

Pendant ce temps, beaucoup de libéraux dans l’église sont frustrés parce que le changement n’est pas allé assez loin ou assez vite.  Le Pape François a promis de mettre les femmes en position de pouvoir, mais ses nominations jusqu’à présent, comme sa nomination d’une femme comme directeur des Musées du Vatican, ont été timides.  Les progressistes n’ont pas non plus été impressionnés par la décision du Vatican d’empêcher l’ancienne présidente irlandaise Mary McAleese de prendre la parole lors d’une conférence sur les femmes le mois dernier.  La décision, ont-ils dit, reflétait pauvrement sur le Pape François.

Lorsque la conférence a finalement été déplacée à l’extérieur du Vatican, Mary McAleese a exprimé son mécontentement au sujet de l’arrangement, appelant le Vatican « un bastion masculin de platitudes condescendantes auquel le Pape François a ajouté son propre quota ».  L’Église, a-t-elle dit, est limitée au « recyclage de la pensée parmi une élite cléricale hermétique, confortable et masculine ».

Le Pape François semble être assiégé.  Mais, beaucoup le décrivent comme un opérateur politique rusé, et doutent qu’il se pliera sous la pression.  « Je ne pense pas qu’un innocent politique puisse être un jésuite senior, puisse diriger un énorme diocèse en Argentine et être pape », a déclaré Patten.

Le Pape François est un « maître stratège » qui réalise son agenda « furtivement et astucieusement », selon l’observateur diplomatique.  Il préfère mélanger les gens plutôt que de les confronter directement ou de les limoger.  Mais, il a montré à l’occasion qu’il ne recule pas devant les conflits directs et a réussi à faire face aux défis de son autorité, à l’instigation de Burke, de l’Ordre de Malte. « Il ne recule pas, il est vraiment dur et d’acier », a déclaré l’observateur.

La semaine dernière, après avoir rencontré et présenté des excuses aux victimes d’abus sexuels commis par des prêtres au Chili, le Pape François a convoqué toute la conférence du pays à Rome, en les réprimandant si sévèrement qu’ils ont démissionné en masse.  Les alliés proches affirment que le Pape François ne s’inquiète pas des désaccords publics.  « Il essaie d’attirer les dissidents à l’air libre.  Il pense que c’est sain », a déclaré une personne proche du pape. « Mais, certains viennent d’un endroit très amer. »

Certains, comme l’observateur à long terme du Vatican, Massimo Franco, affirment que les « corbeaux » qui ont paralysé le Pape Benoît et qui ont façonné la fin empoisonnée de son règne sont de retour, et sont à l’origine d’une série d’attaques récentes contre les alliés du Pape François.  Des figures proches du pape ont été associées à une série de scandales qui, selon certains, visent à discréditer le Pape François et à rendre son régime aussi chaotique et dysfonctionnel que celui de son prédécesseur.

Les cibles les plus fréquentes sont celles chargées de s’attaquer aux finances troubles du Vatican.  Un vice-directeur a été licencié en novembre pour « infractions administratives », et, un mois plus tard, une lettre dans laquelle le directeur de la banque a semblé avouer des actions répréhensibles a été envoyée aux ecclésiastiques et au personnel.  (Il a nié avoir écrit la lettre et avoir rejeté son contenu.)

Le cardinal George Pell, franc et haussier, qui s’était chargé lui-même de nettoyer les finances de l’église, fait actuellement l’objet de procès en Australie pour des allégations d’abus sexuels.  Le cardinal Oscar Maradiaga, coordinateur d’un puissant groupe de cardinaux qui conseillent le Pape François sur la réforme, a été accusé d’avoir encaissé 35.000 euros par mois de l’Université Catholique de Tegucigalpa, au Honduras, un coup dur pour la vision du pape d’une église pour les pauvres.

Pas tout le monde, même du côté du Pape François, n’est convaincu que les accusations sont entièrement sans mandat.  « Parler d’une intrigue est exagéré », a déclaré un haut responsable de la Curie.  « Nous devons demander, ces accusations ont-elles de la substance, plutôt que de supposer qu’elles sont une conspiration ? »

« Si le Pape François peut tenir encore plusieurs années jusqu’à ce qu’il puisse rassembler suffisamment de cardinaux, il pourrait être en mesure de garantir que son héritage ne sera pas perdu. »

Malgré le comportement inébranlable du Pape François, il y a des signes que les attaques personnelles peuvent l’épuiser.  Il a dit qu’il évitait de s’engager avec les ennemis en ligne pour sa propre « santé mentale ».

Le combat et la menace d’un schisme ne finiront pas avec sa mort ou sa retraite. Pour certains fidèles, il représente le changement et la réforme tant attendus. « Il y a tellement d’enthousiasme de la base », a déclaré un proche allié. « N’importe qui essayant de remonter le temps sur l’horloge se retrouverait seul dans l’église ».

Mais, si le Pape François ne parvient pas à assurer une succession libérale avant son départ, son opposition conservatrice pourrait encore l’emporter.

Le vrai pouvoir d’un pape réside dans son mandat de nommer les cardinaux qui voteront pour son successeur et, là aussi, le Pape François a fait des progrès.  En juin, il distribuera 14 nouveaux chapeaux rouges, dont trois à des collaborateurs clés.  À ce moment-là, il aura choisi 47% des 125 électeurs-cardinaux éligibles pour choisir son successeur, à peine une majorité.

Si le Pape François peut tenir encore plusieurs années jusqu’à ce qu’il puisse rassembler suffisamment de cardinaux, il pourrait être en mesure de garantir que son héritage ne sera pas perdu.  « C’est un jeu de chiffres », a déclaré Willey.

Source : Politico.Eu

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

Mots clés: , , , , , ,



Comments are closed.

Back to Top ↑


  • Donation pour HESTHELAMB

    Pleins Feux sur l'Heure Juste, bénéficie du ministère de HESTHELAMB, et nous voudrions l'aider aussi financièrement.
    Ces vidéos produites demandent beaucoup d'investissement et désirons vous partager ce besoin.
    Merci pour votre soutien !

  • Vidéos de L’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence 2015 et 2012




Real Time Web Analytics