Nouvelles La crise des otages de l’Iran depuis 30 ans

Publié le 12 juillet, 2012 | par Pleins Feux

0

La crise des otages de l’Iran depuis 30 ans

Plus les choses changent, plus elles restent les mêmes.
Par Stephen Flurry

Mercredi, au large des côtes de Chypre, la Marine d’Israël a intercepté un chargement maritime d’explosifs de fabrication iranienne en route vers les forces du Hezbollah au Liban. La cache d’armes, d’un poids de centaines de tonnes, incluait 3000 roquettes ainsi qu’une grande quantité de mortiers, de munitions antichars, des balles et des grenades.

C’était la troisième fois cette année que l’Iran était pris en flagrant délit pour des livraisons secrètes d’armes à ses marionnettes terroristes. Le mois dernier, les forces américaines ont attaqué un cargo dans le golfe de Suez qui transportait huit conteneurs de munitions destinés à des fusils Kalachnikov. L’expédition iranienne était destinée à la Syrie.

Ce sont toutes des violations flagrantes de l’embargo des Nations Unies sur les armes contre l’Iran. En outre, toutes les armes livrées au Hezbollah violent la résolution 1701 des Nations Unies, qui a ordonné le désarmement du Hezbollah après la seconde guerre du Liban. Et puisque ces armes de contrebande sont destinées à être utilisées contre des civils, comme le Premier Ministre israélien, Benjamin Netanyahu, l’a fait remarquer hier, « C’est un crime de guerre que le Conseil de Sécurité devrait examiner dans une réunion spéciale. »

Au lieu de cela, l’Assemblée Générale des Nations Unies est en train de délibérer cette semaine sur les « crimes de guerre » commis par Israël pendant la guerre de Gaza au début de cette année. La nuit dernière, l’Assemblée anti-israélienne a approuvé le rapport biaisé Goldstone, qui accuse Israël d’avoir attaqué intentionnellement des civils de Gaza, plutôt que le Hamas, lors de l’opération Cast Lead.

Le Hamas, d’ailleurs, a effectué l’essai d’un tir de roquette, cette semaine, qui a volé 37 miles au dessus de l’eau. Au cours des huit dernières années, la plupart des tirs de roquettes depuis Gaza sur Israël n’étaient que de simples explosifs de fabrication-maison avec une portée de quelques miles. Pendant la guerre de Gaza, grâce aux importations iraniennes, le Hamas a tiré quelques roquettes avec une portée de jusqu’à 25 miles.

Maintenant, la portée s’est étirée d’un autre 12 miles, ce qui met les habitants de Tel Aviv à une distance de frappe de la bande de Gaza, la prochaine fois que l’Iran ordonnera une autre guerre par procuration.

Le bras de fer des otages

Mercredi passé, le 4 novembre, des milliers d’Iraniens ont commémoré le 30ème anniversaire de la saisie de 1979 de l’ambassade américaine à Téhéran en descendant dans les rues avec l’habituel chant : « Mort à l’Amérique ! ».

En 1979, le président des États-Unis de l’époque, Jimmy Carter, a travaillé désespérément pour résoudre la crise des otages par la diplomatie, estimant qu’un partenaire hostile à Téhéran était encore mieux que pas de partenaire, comme Michael Rubin l’a noté plus tôt cette année. Sa stratégie diplomatique a été un échec spectaculaire. Le bras de fer des otages, qui a laissé 52 Américains piégés dans l’ambassade pendant 444 jours, ne s’est pas terminé tant que l’électorat américain n’a pas évincé le président Carter de ses fonctions.

Pourtant, aujourd’hui, comme c’était le cas il y a 30 ans, nous avons un président tout aussi obsédé par le dialogue et la négociation comme étant l’alpha et l’oméga de la paix. Et comme en 1979, nous avons un partenaire de la « paix » tout aussi déloyal et déraisonnable qui, derrière un voile du secret de plus en plus transparent, travaille furieusement à construire une bombe nucléaire même s’il expédie des quantités massives d’armements conventionnels à ses pantins terroristes pour leur sale travail sur les premières lignes de la guerre contre Israël.

Pour vous donner une simple idée de ce que pense le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, au sujet d’un dialogue avec les États-Unis, lisez cette pièce du Washington Post. Selon le rapport, Khamenei a averti les dirigeants iraniens de ne pas « tremper » dans des négociations avec les États-Unis. Un tel dialogue, dit-il, serait « naïf et pervers ».

Au moins, c’est mieux que pas de partenaire du tout !

Selon Khamenei, au cours de l’année écoulée, M. Obama a plaidé pour un dialogue pacifique avec les mollahs en envoyant plusieurs messages à Téhéran, autant oraux qu’écrits. Selon le Post, alors que la Maison Blanche refuse de confirmer avoir envoyé des lettres au chef suprême, il reconnait « sa volonté de vouloir parler à Téhéran et a reconnu avoir cherché à communiquer avec les dirigeants iraniens de diverses manières ».
Par exemple, considérez le dernier rameau d’olivier, publié sur le site web de la Maison Blanche plus tôt cette semaine. « Il y a trente ans, aujourd’hui », écrit le président Obama, « l’ambassade américaine de Téhéran a été saisie. » Cet événement, dit-il, a donné naissance à une relation conflictuelle construite sur la méfiance et la suspicion. Malgré cela, écrit-il :

« J’ai dit clairement que les États-Unis d’Amérique voulaient aller au-delà de ce passé, et recherchaient une relation avec la République Islamique de l’Iran, basée sur des intérêts mutuels et un respect mutuel. Nous n’intervenons pas dans les affaires intérieures de l’Iran. Nous avons condamné les attaques terroristes contre l’Iran. Nous avons reconnu le droit international de l’Iran de posséder l’énergie nucléaire pacifique. Nous avons démontré notre volonté de prendre des mesures axées sur la confiance avec d’autres dans la communauté internationale. »

Pendant ce temps, l’Iran a démontré à maintes reprises son refus méprisant d’accueillir de telles ouvertures. À peu près au même temps, la Maison Blanche a publié ce message du président, les commandos israéliens ont intercepté la plus grande quantité d’armes de contrebande jamais trouvée dans l’histoire d’Israël. Il s’agissait d’une expédition iranienne destinée à l’organisation terroriste Hezbollah qui, en plus d’avoir commencé la guerre de 2006 avec Israël, est également responsable de multiples attaques sur des cibles américaines au cours des années, y compris les attentats de Beyrouth en 1983, l’ambassade américaine et la caserne des Marines, tuant plus de 300 Américains.

En plus d’alimenter des organisations terroristes le long des frontières d’Israël, l’Iran est activement engagé dans des affrontements avec les forces américaines dans tout le Moyen-Orient, en fournissant des armes et dans la formation opérationnelle des insurgés en Irak, en Afghanistan et au Pakistan.

Trente ans après la crise des otages de l’Iran, la guerre fait toujours rage.

À bien des égards, plus les choses changent, plus elles restent les mêmes. Seulement, les enjeux sont beaucoup plus élevés aujourd’hui. Même sans les immenses avantages des prophéties bibliques, seulement à regarder à la manière dont les événements mondiaux se déroulent devant nos yeux, vous pouvez presque sentir l’explosion qui se produira bientôt. Ce n’est qu’une question de temps.

http://www.thetrumpet.com/index.php?q=6704.5224.0.0

Mots clés: , ,



Comments are closed.

Back to Top ↑


  • Donation pour HESTHELAMB

    Pleins Feux sur l'Heure Juste, bénéficie du ministère de HESTHELAMB, et nous voudrions l'aider aussi financièrement.
    Ces vidéos produites demandent beaucoup d'investissement et désirons vous partager ce besoin.
    Merci pour votre soutien !

  • Vidéos de L’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence 2015 et 2012




Real Time Web Analytics