Seconde Venue L'ENLÈVEMENT EST DANS L'AIR

Publié le 26 septembre, 2016 | par Equipe de Pleinsfeux

0

L’ENLÈVEMENT EST DANS L’AIR

Par Pete Garcia – Le 21 mars 2016

Si vous avez déjà été dans un avion au départ d’un terminal occupé, peut-être vous êtes vous demandés comment votre 747 était capable de traverser les nuages au moment du départ et apparemment de faire les tours et les ajustements nécessaires dans les nuages pour vous rendre du point A au point B.  Les vols commerciaux fonctionnent presque toujours sous ce qui est connu comme les règles des vols aux instruments (IFR).  En vol IFR, les pilotes ne regardent pas à l’extérieur, sauf pour les décollages et les atterrissages, mais, en vol, ils sont uniquement tributaires des instruments de navigation pour déterminer tout, la vitesse, l’altimètre, la navigation, le taux des montées et des descentes.  De même, ils peuvent également recevoir des instructions d’une agence de contrôle du trafic aérien (ATC) qui leur donne les commandes où et quand tourner, quand monter ou descendre, ou pour maintenir les caps et des altitudes actuelles.

En IFR, il existe différents types d’instruments d’approches que vous pouvez utiliser, en fonction du type d’instruments que votre avion a à sa disposition.  Un des plus communs parmi les avions est le VHF de Portée Omnidirectionnelle ou VOR.  Sans être trop technique, un VOR vous offre la direction, mais, ne vous donne pas la distance à moins de croiser une autre voie aérienne VOR.  Le VOR lui-même repose sur le sol habituellement près d’un aérodrome, et sert de marqueur pour votre approche, si vous deviez en avoir besoin en cas de mauvais temps.  Ce qui est unique à un VOR, c’est le « cône de confusion » dans lequel vous entrez, lors de votre passage au-dessus du VOR.  En d’autres termes, plus vous êtes proche de l’aide réelle à la navigation, plus vos instruments vont devenir sensibles au VOR, ce qui pourrait provoquer des oscillations rapides et de fausses lectures.

En tant que, à la fois aviateur et étudiant des prophéties, je ne peux m’empêcher de faire un parallèle entre les attaques vitrioliques en croissance contre la doctrine de l’Enlèvement pré-Tribulations, et ce « cône de confusion ». Je suis fermement convaincu que la doctrine de l’Enlèvement pré-Tribulations est la seule position eschatologique biblique concernant le moment de l’Enlèvement, et comme une preuve de sa validité, l’hostilité croissante envers cette doctrine et la confusion sur le sujet signifient que nous devons être très proches effectivement.

La vérité est que l’Enlèvement de l’Église va se produire que nous le voulions ou non.  L’Enlèvement de l’Église est effectivement la parade de la victoire dans le domaine de Satan où le Christ, notre Rédempteur, nous accompagne dans notre nouvelle demeure céleste.  Pourtant, avant qu’Il le fasse, les morts sont ressuscités et les vivants sont instantanément transportés dans des corps immortels.  Ceci va se produire également en fonction de la façon dont les Écritures le disent, que ce sera avant le début des Tribulations de sept années. Alors, pensez-y de la façon suivante ; Jésus revient et Il nous donne des corps du type ‘superman’ et nous commençons à quitter ce monde minable, miné par le péché … et les « chrétiens » seraient en colère à ce sujet ?

Ce qui me semble étrange c’est le niveau de colère et de vitriol qui est jeté contre ceux d’entre nous qui maintiennent la vision Pré-Tribulations, surtout venant d’autres « chrétiens ».  Il semble que beaucoup de gens sont inquiets et irrités que le Christ puisse avoir l’audace de revenir sans le leur dire.  Encore une fois, avec toute la sauvagerie dirigée contre les croyants qui sont pour la « Pré-Tribulations », on pourrait penser que nous avons essayé d’ajouter une quatrième divinité à la Trinité ou quelque chose de semblable.  Ce qui suit c’est ce qui est encapsulé dans la vision Pré-Tribulations lorsque vous analysez :

Que le Christ est intronisé dans Son Royaume, et pas les hommes
Que l’Église n’est pas Israël, ni les Tribulations pour l’Église
Que Dieu délivre Son Épouse (Église) avant de déverser sa colère sur la terre
Que la colère de Dieu commence par le premier Sceau du Jugement

Ce qui est devenu à la mode ces derniers temps, surtout parmi les critiques de la vision Pré-Tribulations, est d’émettre des railleries financières sous la forme du défi, « $10.000 que vous ne trouverez pas un seul verset en faveur de la vision pré-Tribulations ».  Alors, même si nous offrons effectivement des versets qui sont en faveur de la vision Pré-Tribulations par nature, le fait demeure que leur défi est malhonnête au mieux, et carrément blasphématoire au pire.  De toute façon, ils ne payeront pas ou ne peuvent pas payer, et offrent seulement des excuses d’interprétations afin de discréditer n’importe quel verset que nous proposons comme preuve.  Mais, nous avons quelque chose de beaucoup plus grand qu’un seul verset, nous avons tout le canon des Écritures, l’Ancien et le Nouveau, qui vérifient et témoignent de la fidélité de Dieu en ce qui concerne Ses jugements.  D’ailleurs, nous connaissons déjà la réponse à la question centrale qu’Abraham a présenté sur les plaines de Mamré quand il a demandé au Seigneur, « Feras-tu aussi périr le juste avec le méchant ? » (Genèse 18:23)

Nous pouvons être assurés que notre point de vue, encore et toujours, sera la seule version biblique de « l’Espoir Béni ».  Bien que je ne sois pas en mesure de répondre dans une seule séance aux quatre points de discorde de ceux-ci, ils seront traités et nous l’espérons, d’une manière qui suscitera votre intérêt pour que vous recherchiez ces choses par vous-même.  Ce qui suit représente les zones populaires de discorde :

Partie 1 
1. Définition de la colère
2. Qui est dans les Tribulations
 
Partie 2
1. L’identité de celui qui restreint
2. L’Imminence

Colère contre Délivrance

« Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même aux jours du Fils de l’homme.  Les hommes mangeaient, buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche ; Le déluge vint, et les fit tous périr.  Ce qui arriva du temps de Lot arrivera pareillement.  Les hommes mangeaient, buvaient, achetaient, vendaient, plantaient, bâtissaient ; Mais le jour où Lot sortit de Sodome, une pluie de feu et de soufre tomba du ciel, et les fit tous périr.  Il en sera de même le jour où le Fils de l’homme paraîtra. »  (Luc 17:26-30)

Tout d’abord, la délivrance surnaturelle d’un croyant dans les Écritures est en relation directe avec la taille et la portée du jugement de Dieu.  En décrivant le temps juste avant son retour, Jésus utilise à la fois les jours de Noé et de Lot à titre d’exemples pour montrer à quoi les jours pourraient ressembler juste avant Son retour.  Au temps de Noé, l’argument commun contre la vision Pré-Tribulations est que Noé a dû endurer le Déluge via l’Arche … ainsi, l’Enlèvement doit être post-tribulations.

Bien qu’il soit vrai que Noé et sa famille ont enduré la colère en flottant en toute sécurité dans l’Arche, peut-être que nous devrions prendre un moment pour considérer que l’Enlèvement de Noé et de sa famille de la terre n’était pas  nécessaire.  Après tout, le plan de Dieu était de ne pas détruire le monde lui-même, ou pourquoi aurait-il désigné Noé pour sauver les animaux ?  Puisque leur enlèvement permanent ne faisait pas partie du programme de Dieu, Il les a préservés par le Déluge, afin qu’ils puissent repeupler la terre après que les eaux du Déluge se soient retirées. (Genèse 9)  L’arche était alors simplement le mécanisme de délivrance qui a permis l’évasion de Noé à travers et au-dessus des eaux du Déluge.  Une image fidèle de l’Enlèvement Pré-Tribulations, serait le mystérieux enlèvement d’Hénoch avant l’époque de Noé. (Genèse 5:21-24 ; Hébreux 11:5-6)

Par la suite, à l’époque de Lot, cette fois la délivrance n’a pas été à travers le jugement, mais, loin de lui.  Étant donné que le jugement était limité seulement aux deux villes de Sodome et Gomorrhe, son avertissement est arrivé avant le jugement, et le jugement a été retenu jusqu’à ce qu’il quitte avec sa famille.  Dans ce cas, la délivrance de Lot et de sa famille était dans leur départ des villes avant que le feu n’arrive. (Genèse 19)

Mais, dans les deux exemples que le Christ a utilisé, la délivrance était avant que ne tombe le jugement, pas pendant ni après.  Donc, une compréhension cohérente de la délivrance est qu’elle doit être avant l’émission du décret divin.  Encore une fois, quand Dieu déverse sa colère, Il enlève fidèlement les justes en premier.

Donc, qu’est-ce qui définit alors la colère ?  Merriam-Webster la définit ainsi :

1. Une forte colère ou indignation vengeresse
2. Une punition pour une infraction ou un crime : Châtiment divin

Jésus, dans son discours de la chambre haute, a souligné en déclarant que dans cette vie nous aurions des actions judiciaires, des tribulations et que nous serions détestés par toutes les nations, à cause de son nom. (Jean 14-16)  Puis, le Christ a prié pour Lui-même, pour ses disciples, pour nous tous dans le chapitre suivant (17) pour la force et la délivrance sous la forme de persévérance pour devenir des vainqueurs.  Ceci est en accord avec la construction biblique, le monde est actuellement sous la gestion temporaire de Satan, et il a tout le système truqué contre nous. (Luc 4:4-6, Jean 14:30, Éphésiens 2:2, 1 Jean 5:19)

De même, nulle part dans le Nouveau Testament, les croyants n’ont la promesse d’un répit dans cette vie, parce que nous (les serviteurs) ne sommes pas plus grands que le Maître (Jésus-Christ).  S’ils l’ont détesté et l’ont tué, nous ne serons pas à l’abri.  Le fait que le monde occidental a embrassé le Christianisme à un degré ou à un autre, n’est pas nécessairement une bonne chose.  D’une part, il a réduit les persécutions physiques ici en Occident pendant une brève période de temps, mais seulement parce que Satan travaille sur quelque chose de beaucoup plus néfaste sous la forme de divisions et de corruptions.

Franchement, nous devrions être bien plus effrayés si le monde arrivait à nous aimer, parce que cela signifierait que notre doctrine a vraiment dévié de son cours. (2 Timothée 3 ; 2 Pierre 2-3 ; Jude, Apocalypse 2-3)  En ce qui concerne des visions eschatologiques, il suffit de regarder celles que le monde tolère, et celles qu’il ne tolère pas, pour un autre indicateur de validité biblique.  Présentement, je crois que la vision Pré-Tribulations est la plus détestée.  Donc, si Satan dirige ce monde, et qu’il déteste les choses que Dieu aime, alors vous comprenez ce point de vue ?

Cependant, ces épreuves et ces tribulations que nous subissons présentement, ne présupposent pas que les jugements de Dieu sont égaux et/ou sur le même niveau que les persécutions inspirées sataniquement.  Dieu le permet, mais, seulement dans une certaine mesure, et seulement pour accomplir davantage son plan. Mais, il ne s’agit pas de la colère divine.  En d’autres termes, tant qu’il y a des Chrétiens et des Juifs sur cette terre, et aussi longtemps que Satan est autorisé à diriger librement, il y aura des persécutions contre le peuple de Dieu tant qu’Il le permet.  Les Chrétiens ont eu à faire face à des persécutions dans chaque génération, et dans presque tous les coins de la planète, pendant les 2000 dernières années.  Si les persécutions des chrétiens étaient le seul baromètre pour la délivrance, le Christ serait revenu depuis des millénaires.

Mais, ce n’est pas le cas.  Les persécutions, la corruption, les répressions et les censures font tout simplement partie de la vie de tous les jours ici sur la planète terre … tout comme Jésus a dit que ce serait le cas.  Ce qui précède n’est pas ce qui sera au sujet des Tribulations.  En fait, les Tribulations ne sont même pas vraiment le nom de la période de temps que nous traitons, mais sont mentionnées comme telles dans une langue commune.  Nous faisons en fait référence à la période des Détresses de Jacob (Jérémie 30:7-11), qui est également connue comme la 70ième semaine de Daniel. (Daniel 9:24-27)

Qui est dans les Tribulations ?

Le problème dans le fait d’essayer d’adapter l’Église dans les Tribulation des sept années, est que l’Église n’y a aucun rôle à jouer.  Ce serait comme essayer d’adapter la distribution et l’intrigue de Benny et les Jets, dans The Sound of Music … çà ne correspond tout simplement pas.  Si nous voulions comprendre d’abord, pour qui et pour quoi vient la 70ième Semaine, alors, ce point deviendrait plus qu’évident que cela n’a rien à voir avec l’Église.  Voyons donc pour quoi sont les Tribulations, et qui est à l’intérieur des limites des Tribulations.  De Jérémie 30:7, 11 :

« Malheur ! Car ce jour est grand ; Il n’y en a point eu de semblable.  C’est un temps d’angoisse pour Jacob ; Mais il en sera délivré … Car je suis avec toi, dit l’Éternel, pour te délivrer ; J’anéantirai toutes les nations parmi lesquelles je t’ai dispersé, mais toi, je ne t’anéantirai pas ; Je te châtierai avec équité, je ne puis pas te laisser impuni. »

Comme tout étudiant de la Bible devrait le savoir, Jacob a reçu le nouveau nom d’Israël par le Seigneur dans Genèse 32:28.  En fait, c’est la première fois que le mot « Israël » est utilisé dans toute la Bible.  Dans le passage de Jérémie, Dieu fait trois points inattaquables :

1. C’est la période des angoisses d’Israël
2. Dieu fera une « fin complète » des nations, parmi lesquelles Israël a été dispersée également
3. Dieu punira (discipline), mais, ne détruira pas Israël

Compte tenu de l’ensemble du contexte de ces versets, le temps des Tribulations correspond à ce qui est dans le contexte ici et est toujours à venir (puisque les nations existent encore).  Demandez-vous alors, à la lumière de l’ensemble du chapitre,

• Où s’intègre l’Église que le Christ a édifié, dans tout ça ?
• Est-ce que l’Église (Épouse du Christ) doit encore être corrigée dans la justice ?
• Est-ce que l’Épouse du Christ a encore besoin d’une punition ?
• Où est l’Église mentionnée dans ces passages ?

Peut-être que tout ceci devrait être une question à $10.000 ?

Il est naturel pour ceux qui regardent la détérioration des conditions dans le monde d’aujourd’hui, que trop de gens ont envie d’abandonner l’idée de la « bienheureuse espérance » en faveur de la « préparation » pour les Tribulations. L’histoire, après tout, nous a montré que la fortune favorise la préparation. Mais, tout comme c’est le cas avec notre salut éternel, notre délivrance de ces temps à venir ne dépend pas de nos efforts, mais sur ce que le Christ a déjà fait. Après tout, n’est-ce pas ce qui distingue le Christianisme de tous les autres systèmes de croyances ?  En d’autres termes, la « bienheureuse espérance » va contre la logique centrée sur l’homme et met le fardeau du salut complètement entre les mains de Dieu.

Considérons les deux exemples que le Christ nous a donnés avec Noé et Lot. Quelles sortes de préparations (en dehors de ce que Dieu leur a dit de faire spécifiquement) Noé et Lot auraient-ils pu faire pour éviter « la tempête » ?  Quel bunker ou quel haut lieu auraient pu sauver Noé des eaux du Déluge qui recouvraient la terre ?  Quelles fortifications Lot aurait-il pu faire pour rendre sa maison « à l’épreuve du jugement » ?  Dans les deux cas, leur délivrance ne dépendait pas d’eux-mêmes pour trouver le bon chemin, mais, uniquement de ce que Dieu leur avait dit de faire.

Nulle part dans les épîtres du Nouveau Testament, nous ne trouvons des instructions à l’Église pour se préparer pour la 70ième Semaine de Daniel.  La seule façon dont les gens peuvent arriver à cette conclusion est s’ils prennent des informations destinées à un autre auditoire, puis, s’ils les appliquent mal à eux-mêmes.  Tel est le cas avec la confusion sur le Discours sur le Mont des Oliviers et Apocalypse 4-19.

Qui est dans les Tribulations ?

Nous nous tournons maintenant vers la prophétie de la 70ième semaine de Daniel pour obtenir des précisions de qui est visé par ce moment particulier.  La future 70ième semaine de Daniel est alors sept années, « semaine d’années », et est la somme de l’ensemble de la prophétie de 70 semaines (490 ans) qui a été donnée au prophète Daniel par l’ange Gabriel.  Daniel 9:24 déclare ;

« Soixante et dix semaines ont été fixées sur ton peuple et sur ta ville sainte, pour faire cesser les transgressions et mettre fin aux péchés, pour expier l’iniquité et amener la justice éternelle, pour sceller la vision et le prophète, et pour oindre le Saint des saints. »

Si vous prenez tout le passage de Daniel 9 dans le contexte, il devient très clair que Daniel demandait pardon pour et au nom de … la nation d’Israël.  Puis, nous voyons l’ange Gabriel venir rassurer Daniel que Dieu a un plan pour (ton peuple) les Juifs et Jérusalem (ta ville sainte).  Encore une fois, l’Église n’est nulle part dans tout cela, puisque Daniel (ainsi que tous les autres prophètes de l’Ancien Testament) n’avait aucune idée de qui ou de quoi le Mystère de l’Église était alors, parce qu’il n’avait pas encore été révélé, et qu’il ne le serait pas, jusqu’à ce que le Christ fasse d’abord ce qui est écrit dans Matthieu 16:17-20. Même alors, le Christ ne va pas dans les détails sur les spécificités de l’Église et Il sauvera cette tâche pour l’apôtre Paul, de nombreuses années plus tard.  Et, exactement comme nous ne voyons pas l’Église dans les 69 premières semaines, nous ne la voyons pas non plus dans la 70ème semaine.

Comme un autre point de confirmation, nous voyons dans l’Apocalypse de Jésus-Christ, Jésus s’adresser à l’Église (ecclesia) 19 fois dans les chapitres de 1 à 3 … pourtant, Il ne mentionne plus les ecclesia dans les chapitres 4 à 19 tout en décrivant les 21 jugements divins qui sont déversés sur la terre.  Les critiques font valoir que cela est un argument du silence, mais, le silence est assourdissant. Notez cela également, la phrase, Si quelqu’un a des oreilles, qu’il entende ! ce que l’Esprit dit aux Églises accompagnées chacune des sept lettres aux sept églises.  Pourtant, à l’intérieur de la Tribulation de sept années, nous voyons cet avertissement donné dans Apocalypse 13:9, qui stipule que si quelqu’un a des oreilles, qu’il entende.  Si l’Église était encore dans les Tribulations, cela aurait été l’occasion idéale de le mentionner.

Au mieux, les critiques de l’Enlèvement Pré-Tribulations comparent le terme « saints » alors que l’Église est toujours sur la terre pendant les Tribulations.  Je voudrais souligner que « saints » est un terme assez générique, qui est utilisé avant, pendant, et après la mort, l’enterrement et la résurrection du Christ. Ainsi, l’utilisation des « saints » comme un indicateur de qui on est, doit être compris à la lumière du contexte dans lequel il est donné.  Jésus traite spécifiquement l’Église comme ecclesia, et est libéral dans l’utilisation de celui-ci dans les trois premiers chapitres de l’Apocalypse.  Si l’ecclesia est dans les Tribulations, pourquoi la négliger pendant les 17 prochains chapitres ?  Si vous lisiez une histoire dans un livre et qu’un caractère soit régulièrement mentionné pendant les trois premiers chapitres, et puis qu’il ne le soit plus à nouveau … ceci ne vous semblerait-il pas un peu bizarre ?  La question brûlante qui devrait vous laisser perturbés est … que leur est-il arrivé ?

Le Reteneur

Un des points les plus importants à comprendre sur pourquoi l’Église n’est pas à l’intérieur des limites de la période des sept années des Tribulations, est que Paul exhorte et corrige les Thessaloniciens dans sa seconde épître sur le fait qu’ils ne peuvent pas être déjà à l’intérieur de cette période de temps spécifique (comme on leur avait enseigné auparavant), parce que l’homme de l’apostasie n’a pas encore été révélé.  L’homme de l’apostasie ne peut pas être révélé, tant que le Reteneur n’est pas retiré.  Le Reteneur ne peut pas être retiré, tant que l’apostasie n’est pas arrivée.  Voyez le processus séquentiel dans 2 Thessaloniciens 2:3-8 ;

« Que personne ne vous séduise d’aucune manière ; Car il faut que l’apostasie soit arrivée auparavant, et qu’on ait vu paraître l’homme du péché, le fils de la perdition, l’adversaire qui s’élève au-dessus de tout ce qu’on appelle Dieu ou de ce qu’on adore, jusqu’à s’asseoir dans le temple de Dieu, se proclamant lui-même Dieu.  Ne vous souvenez-vous pas que je vous disais ces choses, lorsque j’étais encore chez vous ?  Et maintenant vous savez ce qui le retient, afin qu’il ne paraisse qu’en son temps.  Car le mystère de l’iniquité agit déjà ; Il faut seulement que celui qui le retient encore ait disparu.  Et alors paraîtra l’impie, que le Seigneur Jésus détruira par le souffle de sa bouche, et qu’il anéantira par l’éclat de son avènement. »

1. « La Chute » ; L’apostasie se produira en premier
2. Ceci se produit en conjonction avec le retrait du Reteneur
3. Et alors, l’impie sera révélé

L’apostasie doit être un événement singulier.  Vous vous demandez Pourquoi ? Parce que l’apostasie est présente dans ce monde depuis le 1er siècle alors que Paul, Pierre, Jude, Jean, les pères de l’Église, etc… ont tous dû y faire face dans leurs jours respectifs, même jusqu’à aujourd’hui.  Si l’apostasie signifie simplement ce que la Bible du Roi Jacques traduit comme « la chute » …. de quelle « chute » s’agit-il alors ?  Paul a traité avec le Judaïsme.  Jean et Pierre ont traité avec les gnostiques.  Les pères de l’Église ont traité avec des hérésies de toutes sortes.  Nous avons le Mormonisme, les Témoins de Jéhovah, le Catholicisme Romain, et les cultes de toutes les saveurs à combattre ces jours-ci. La théorie actuelle est la « chute générale » à travers une plus grande chrétienté à travers l’œcuménisme avec des croyances hérétiques et non-chrétiennes.  Alors, de quoi s’agit-il alors, et pourquoi Dieu nous donnerait-il un tel signe non spécifique qui pourrait être utilisé par chaque génération unique ?  Et pourquoi ceux qui plaident contre l’imminence, utilisent-ils ensuite l’apostasie comme une sorte d’imminence de leur argumentation ?

Cet auteur (ainsi que d’autres) estime que l’apostasie est le départ effectif de l’Enlèvement.  Ce concept d’apostasie est relié à la suppression du Reteneur. Considérez les caractéristiques d’identification du Reteneur qui est d’abord identifié dans un genre neutre (verset 6), puis, sous la forme masculine (verset 7).

S’ils avaient parlé de l’Archange Michel, ou de l’Antéchrist lui-même, ou de Satan, ils auraient du le désigner comme « il » ou « lui », parce qu’ils sont masculins corporellement.  Si le Reteneur était un gouvernement humain ou une religion, ou une autre sorte d’institution, le Reteneur serait une chose, et ils ne s’y réfèreraient pas par un pronom personnel.  Le seul qui pourrait s’y référer n’est ni un homme, ni une femme, ou même un humain, avec une quelconque forme corporelle … et pourtant, il s’agit aussi d’un être vivant, de manière à le distinguer d’être simplement une « chose » … qui est l’Esprit Saint de Dieu.  Jésus a fait référence à l’Esprit Saint comme « il » à de nombreuses reprises dans Jean 14-16, et donc, nous devons conclure que les indices laissés par Paul ne peuvent se référer qu’à l’Esprit Saint de Dieu.

En outre, ce Reteneur, doit être l’Esprit Saint de Dieu, puisque le mal est présent simultanément dans toute la création, et que le Reteneur doit être assez puissant pour le retenir.  Nous voyons dans le verset 9 ; « L’apparition de cet impie se fera, par la puissance de Satan, avec toutes sortes de miracles, de signes et de prodiges mensongers. »  Il faut d’abord retirer Satan en tant que candidat, puisque Satan ne s’entravera pas lui-même.  Deuxièmement, ceci supprime l’Archange Michel puisque l’archange Michel ne confronte pas (du moins, pas actuellement) Satan avec quelque chose de plus qu’une simple réprimande. (Jude 1:9)

Il semblerait juste que, comme c’était dans la Création (Genèse 1:2) à l’époque de Noé (Genèse 6:3), et encore une fois avant et après la Pentecôte, (Actes 2), un moment arrivera où le rôle actif de l’Esprit Saint, ici sur terre, sera changé.

Pour clarifier quelque chose qui est souvent mal interprété, le Saint-Esprit est omniprésent, et il ne disparaitra donc pas totalement de la terre, mais, son rôle changera, tout comme il l’a fait dans le passé avec la création, au cours de la période de l’Ancien Testament, à la Pentecôte, et maintenant, au cours de l’Age de l’Église.  Il va supprimer l’apostasie du Corps du Christ par l’intermédiaire du harpazo (l’Enlèvement) de ceux qu’Il a scellés en permanence (Jean 14:16 ; Romains 8:9 ; Éphésiens 4:30) pour que l’homme du péché (l’Antéchrist) soit révélé.

Imminence

J’ai vu récemment quelqu’un argumenter contre la doctrine de l’imminence en déclarant que puisque Pierre a prédit qu’il allait devoir mourir d’une certaine manière, alors ceci exclut l’imminence puisque Pierre ne s’attendait pas à être pris dans l’Enlèvement avant ceci. (Jean 21:18-19)

Pour moi, cet argument porte très peu de poids et semble ignorer l’attente générale que Paul, Jean, Jacques et les autres avaient en ce qui concerne la conservation de « l’espoir béni » vivant, même dans leur génération.  Marshall Hawkins écrit à propos de ce dilemme « semblant » ;

« Le temps pour cet écart entre l’âge moyen de Pierre et sa vieillesse est permis par les progrès de la révélation.  Ce n’était pas avant le livre de Jacques (écrit à peu près en 50 après Jésus-Christ), puis, plus tard, dans les écrits de Paul que l’imminence de l’Enlèvement est révélée.  Vingt ans se sont écoulés entre les prophéties et les écritures de Jacques, assez de temps pour que Pierre vieillisse suffisamment … A cette époque, l’imminence était une doctrine viable pour la majeure partie de l’église, parce qu’ils n’avaient aucune idée si Pierre était en vie à un quelconque moment ou non… Pour ceux qui accompagnaient Pierre à ce moment, l’Enlèvement était également imminent parce que Pierre pouvait être capturé et martyrisé à tout moment, ce qui rend l’Enlèvement possible immédiatement après. »   Marshall Hawkins, « Rejet du Déni de l’Imminence Post-Tribulations » (Thèse non-publiée, Capital Bible Seminary, 1979), page 45. Cité dans « Critique » de McAvoy, page 83.

Permettez-moi de conclure cette discussion sur l’imminence avec un échantillonnage de passages reliant notre foi, avec la signification biblique de l’imminence ; 1 Corinthiens 1:7 ; 1 Corinthiens 16:22 ; Philippiens 3:20 ; Philippiens 4:5 ; 1 Thessaloniciens 1:10 ; 1 Thessaloniciens 5:6 ; 1 Timothée 6:14 ; Tite 2:13 ; Hébreux 9:28 ; Jaques 5:7-9 ; 1 Pierre 1:13 ; Jude 21 ; Apocalypse 3:11 ; 22:7, 12, 20 ; Apocalypse 22:17, 20

[Extraits de Imminence et Enlèvement du Dr Tommy Ice]

Conclusion

Comme mentionné précédemment, la délivrance surnaturelle d’un croyant dans les Écritures est en relation directe avec la taille et la portée du jugement de Dieu. Lorsque la 70ème Semaine arrive, elle englobera le monde entier et il n’y aura pas de place pour qu’un homme puisse s’échapper sur la terre, ce qui explique la raison pour laquelle l’Enlèvement de l’Église (ces croyants nés de nouveau) doit être hors de la planète.  Ce raisonnement correspond exactement à ce que Jésus dit dans Apocalypse 3:10

 

« Parce que tu as gardé la parole de la persévérance en moi, je te garderai aussi à l’heure de la tentation qui va venir sur le monde entier, pour éprouver les habitants de la terre. »

Les visions Mi-Tribulations, Pré-Colère, et Post-Tribulations tentent de promouvoir l’idée que les croyants « préparés » sont en quelque sorte exemptés des jugements et des persécutions qui arriveront sur les croyants au cours des Tribulations.  Pourtant, nous voyons dans Apocalypse 6:9-11 et 13:7 que le martyre est devenu mondial, et que l’Antéchrist a eu la permission de surmonter complètement les « saints ».  En fait, uniquement ceux « qui sont scellés surnaturellement, et les 144.000 Juifs des douze tribus d’Israël, qui sont listés par leurs tribus respectives ». (Apocalypse 7:1-8)  Ainsi, la question devient alors …. Qui est exactement le croyant « conservé » pendant les Tribulations ?  Il semble que le martyre est la seule garantie … qui nie l’idée d’être « empêché de ».

Le seul point de vue qui assure et soutient la vision biblique de l’imminence est la vision Pré-Tribulations.  Les Tribulations sont une période très chronique, ventilées en jours (2520), en mois (42 x 2) et en années (3 ans ½ x 2) et marquées par 21 jugements divins, avec un point au milieu (Matthieu 24:15 ) qui sépare la première moitié de la 70ième semaine, de la deuxième moitié. Quelle autre vision que l’enlèvement pré-tribulationnel pourrait justifier l’imminence ? (personne ne connaît le jour ni l’heure) quand il y a tant de signes et de marqueurs clairs à l’intérieur des limites de la 70ième Semaine, qui comptent jusqu’au jour où le Seigneur reviendra lors de Sa Seconde Venue ?

La seule vision qui définit correctement l’apostasie, le Reteneur, et le rôle que chacun joue conformément à la révélation de l’homme du péché, et qui convient aussi parfaitement avec la nature chronologique de l’Apocalypse 1-6, en commençant par les Églises, l’Enlèvement de Jean, la scène de la Salle du Trône, et le Christ ouvrant les Jugements des Sceaux, est le point de vue Pré-Tribulations.

La seule vue qui est en harmonie avec l’objectif biblique du « pourquoi » des Tribulations, est le point de vue Pré-Tribulations.  Jérémie 30:7-11 et Daniel 9:24-27, enseignent très précisément que ce temps est pour le Christ rejetant le monde, et pour la nation d’Israël.  Cela correspond alors parfaitement avec l’absence évidente des « ecclesia » à partir d’Apocalypse 4.

La seule vision qui définit la colère divine constamment, et qui est en accord avec les principes énoncés dans la Bible, est le point de vue Pré-Tribulations. Encore une fois, des procédures et des persécutions dans cette vie sont à prévoir. Ce n’est pas la même chose que la colère que Dieu répand dans Son indignation.

La seule vision qui prend la compréhension biblique du salut, à la fois éternelle et physique, et qui la remet uniquement entre les mains de Dieu, est celle de la vision Pré-Tribulations.  Notre « bienheureuse espérance » ne dépend pas de notre propre capacité à nous préserver, mais, en plaçant notre foi en un Dieu qui est fidèle à Sa Parole, et qu’il ne va pas détruire le juste avec le méchant.

Enfin, si l’Enlèvement était en conjonction avec la Seconde Venue, le passage ci-dessous n’aurait aucun sens.  Si l’Enlèvement était à un moment donné pendant les Tribulations (que le Christ a dit que ce serait le moment le plus horrible de l’histoire humaine), n’a aucun sens.  La seule façon que ce passage puisse être logique est si l’Enlèvement se produit avant le début des Tribulations.  Donc…

« Que votre cœur ne se trouble point.  Croyez en Dieu, et croyez en moi.  Il y a plusieurs demeures dans la maison de mon Père : Si cela n’était pas, je vous l’aurais dit.  Je vais vous préparer une place.  Et, lorsque je m’en serai allé, et que je vous aurai préparé une place, je reviendrai, et je vous prendrai avec moi, afin que là où je suis vous y soyez aussi. »  (Jean 14:1-3)

Source : Omega Letter

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

Mots clés: , , , , , , , , , , ,



Back to Top ↑


  • Donation pour HESTHELAMB

    Pleins Feux sur l'Heure Juste, bénéficie du ministère de HESTHELAMB, et nous voudrions l'aider aussi financièrement.
    Ces vidéos produites demandent beaucoup d'investissement et désirons vous partager ce besoin.
    Merci pour votre soutien !

  • Vidéos de L’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence 2015 et 2012



  • Musiques Chrétiennes

  • Radios Chrétiennes


Real Time Web Analytics