N.O.M NOUVEAU DÉSORDRE MONDIAL

Publié le 26 avril, 2017 | par Equipe de Pleinsfeux

0

NOUVEAU DÉSORDRE MONDIAL

Par Graham Vanbergen – Le 1 avril 2017

L’étape de la désintégration commence

Les médias traditionnels ont une nouvelle phrase à la mode et vous êtes certains de l’avoir entendue à l’heure actuelle, « l’ordre international basé sur les règles (ou le système) ». L’Institut Royal des Affaires Internationales basé à Londres, communément connu sous le nom de Chatham House, a commenté il y a plusieurs années que les bouleversements économiques et politiques encouragent les challengers vers le système international fondé sur les règles et vers les valeurs libérales occidentales qu’il incarne.  Pour rester pertinent, le système doit répondre à trois défauts majeurs.

1. Pour qu’un système basé sur des règles ait un effet, ces règles doivent être observées de façon visible par leurs principaux partisans les plus puissants.

2. Un ordre fondé sur des règles doit fonctionner au profit de la majorité et non au profit d’une minorité.

3. La longévité du système international actuel peut avoir conduit à l’hypothèse qu’il s’agissait en quelque sorte de l’ordre naturel des choses, ne nécessitant que des réparations occasionnelles et une défense contre des challengers particuliers.

Compte tenu des évènements mondiaux récents, il est clair que le supposé ordre basé sur les règles a systématiquement échoué à résoudre n’importe lequel de ces défauts.  Les partisans et les institutions les plus puissantes qui soutiennent ce système ont pris les décisions les plus désastreuses qui ont abouti à une crise financière épique avec l’austérité de sa naissance idéologique.  L’Occident traverse une crise après l’autre, la majorité étant disciplinée pour les malversations et l’anarchie de quelques-uns, et le système se consomme lui-même de l’intérieur, un cancer néolibéral sans remède.

L’Union Européenne

Avec le résultat du récent référendum européen de la Grande-Bretagne, il a été constaté que le système basé sur les règles sur le continent avait échoué.  Le mécontentement croissant se rassemble à un rythme impossible à arrêter, ce qui inquiète énormément l’élite dirigeante.  Un état fédéralisé rêvé par l’Amérique et remis à l’Allemagne avec l’intention de détruire les identités nationales, les frontières et les droits souverains se transforme lentement en un cauchemar alors que le bloc de 28 pays entre dans ce qui ne peut être décrit que comme une phase de désintégration.

Martin Armstrong de Armstrong Economics le dit ainsi :

« L’Union Européenne a l’intention d’en faire une erreur que les Britanniques vont regretter et tomberont à genoux.  Cette attitude est cohérente avec l’effort constant pour expliquer toutes les lacunes de l’Union Européenne comme insignifiantes et sans importance, en fermant leurs oreilles et leurs esprits à toute réforme éventuelle.  Ils n’ont aucune déclaration claire pour contester ce qui se passe.  Le cauchemar réglementaire et la rage absolue qui se profile parmi les gens sont simplement ignorés par Bruxelles.  L’incertitude juridique avec la sortie britannique sur le système bancaire est quelque chose dont personne ne veut même pas spéculer.  Comment fonctionne le renflouement en Europe s’il est abandonné en Grande-Bretagne ?  Donc, alors que l’Union Européenne pense à punir la Grande-Bretagne, elle va décourager les autres de quitter, et ils se tromperont sérieusement.  Le rêve de l’Union Européenne est mort.  L’Union Européenne aurait dû rester seulement une union commerciale, c’est tout. »

Un récent programme de la BBC intitulé, Brexit : La bataille pour l’Europe a produit la ligne, « les acteurs puissants de l’Europe font face à un défi sans précédent.  Pour l’Union Européenne, c’est une bataille pour survivre. »  Dans le programme, Martin Schulz, l’ancien président du Parlement Européen, a reconnu qu’il y avait un « risque réel pour que l’Union Européenne puisse tomber en panne » à mesure que le populisme augmente.  Martin Schulz est devenu le principal challenger des sociaux-démocrates dans une gageure désespérée contre Angela Merkel dans les prochaines élections de l’Allemagne.

Sky News a déclaré (le 11 février) que « Jean-Claude Juncker a exprimé des doutes sur le fait que les pays de l’Union Européenne puissent maintenir un front uni pendant les négociations du Brexit ».  Jean-Claude Juncker a même admis que le projet de l’Union Européenne était en train d’échouer et que la désintégration allait de l’avant.  Il a demandé :

« Le temps est-il arrivé pour que l’Union Européenne des 27 doive démontrer de l’unité, de la cohésion et de la cohérence ?  Oui, je dis oui, quand il s’agit du Brexit … mais, j’ai des doutes justifiés que cela puisse vraiment se produire. »  Il a ajouté : « Les Hongrois et les Polonais veulent-ils exactement la même chose que les Allemands et les Français ?  J’ai de sérieux doutes. »

Même l’architecte fondateur de l’union monétaire, Otmar Issing, a averti que le rêve de Bruxelles d’un super-état européen sera finalement enterré parmi les décombres de la monnaie unique qui s’écroule.

« De façon réaliste, ce sera un cas de confusion, en luttant d’une crise à l’autre.  Il est difficile de prévoir pendant combien de temps cela continuera, mais, ceci ne peut pas continuer sans fin.  Les gouvernements accumuleront plus de dettes, et, un jour, le château de cartes va s’effondrer. »

Les États-Unis d’Amérique

Ce que nous voyons en Amérique est la crise et l’érosion des règles internationales basées sur l’ordre que l’Amérique a construit et maintenu depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale.  Les États-Unis dominent toujours le monde en termes de pouvoir économique et militaire, ce qui n’est pas contesté, mais, le défi est qu’elle ne lui permet simplement pas de continuer son chemin et de contrôler le projet de mondialisation qu’elle a largement contribué à créer.

La domination mondiale américaine ne diminue pas seulement, elle prend fin. L’ordre libéral international est confronté au nationalisme et au protectionnisme, dirigé par des mouvements populistes.  Donald Trump étant la preuve que les citoyens en ont assez, et qu’ils sont désespérés.  Donald Trump et le Brexit sont le résultat des votes de protestation pour les masses et un rappel incroyable que les politiciens ne représentent plus les gens et les gens le savent.

Pour l’Amérique, l’écriture est sur le mur.  En 1990, le sud mondial, composé de l’Afrique, de l’Amérique latine et de l’Asie en développement, y compris le Moyen-Orient, représentait 30% du commerce mondial ; Aujourd’hui, ce chiffre est passé à 50%.  Fait intéressant, l’OCDE a prédit qu’en 2060, le PIB du monde en développement, y compris la Chine et l’Inde, dépasserait celui des pays développés de l’OCDE et des pays non membres de l’OCDE : De 57,7% à 42,3%. C’est un gros problème pour l’Occident et son ordre mondial.

Le pouvoir militaire n’est plus seulement la quantité de puissance de feu disponible, les armes technologiques ne sont plus l’exclusivité de l’Occident, la cyber-guerre devient tout aussi dangereuse que les armes nucléaires.  La montée du terrorisme mondial n’a pas diminué et ne devrait que s’aggraver.

Le pouvoir politique traditionnel est remplacé par des mouvements sociaux transnationaux et des sociétés qui dominent de plus en plus la politique mondiale. Des organisations comme Facebook, Google et la Fondation Gates se dispersent et érodent le pouvoir centralisé américain.  L’interdépendance par l’augmentation des pouvoirs régionaux est beaucoup plus susceptible de dominer l’ordre mondial que l’approche défaillante de l’Amérique de coercition globale.

Les réseaux traditionnels de puissances de l’Amérique comme l’ONU, le FMI, la Banque mondiale, l’OMS, le HCR et l’OMC, etc., ont perdu de l’autorité et ne commandent plus le respect qu’ils avaient autrefois.  Il y a une marée montante de nouveaux enfants sur le bloc.  Le G20, par exemple, comprend des blocs de pouvoirs économiques du Nord et du Sud.  Les projets Une Ceinture, Une Seule Route et la Route Soyeuse de la Chine sont soutenus par la Banque Asiatique des Investissement dans les Infrastructures (AIIB), leur version de la Banque Mondiale.

Les facteurs structurels à long terme et les institutions qui maintiennent l’influence mondiale de l’Amérique échouent.  Le pétrodollar est actuellement en mode effondrement, l’OTAN est remise en cause et les accords commerciaux mondiaux sont redéfinis.  La croissance économique des pays du BRICS verra le doublement de sa croissance de 2010 à 2020, et la Chine seule verra son influence économique presque tripler dans le même délai, alors que l’économie anémique de l’Occident va d’une crise à l’autre avec ce qui se révèle évidemment être un Projet Néolibéral raté.  Le capitalisme échoue parce que tout est truqué.

La transition de la vision de l’Amérique d’un système basé sur les règles qui insiste sur la conception et la conduite vers un système plus compliqué et dirigé internationalement serait désordonnée, même dangereuse.  L’Amérique voit la montée de la Chine et de la Russie comme une menace pour sa domination. Incapable d’innover, de négocier et d’influencer calmement au 21ème siècle, l’Amérique pourrait faire l’impensable et attaquer ses adversaires perçus dans une tentative désespérée de reprendre le contrôle avec des répercussions catastrophiques.

L’État Profond

Autrefois l’arène des « théoriciens de la conspiration », est maintenant le terrain de jeu des grands médias.  L’État Profond est défini comme « un groupe de personnes, généralement des membres influents d’agences gouvernementales, de sociétés ou de militaires, qui sont impliqués dans la manipulation ou le contrôle secret de la politique gouvernementale ».

Glen Greenwald, interrogé par DemocracyNow, a déclaré :

« Ce qu’ils font à la place, c’est d’essayer de prendre peut-être la seule faction pire que Donald Trump, qui est l’état profond, la CIA, avec ses histoires d’atrocités, et ils disent qu’ils devraient presque s’engager comme un doux coup d’état, où ils prennent le président élu pour l’empêcher d’adopter ses politiques.  Et, je pense qu’il est extrêmement dangereux de le faire.  Même si vous êtes quelqu’un qui croit que la CIA et l’état profond, d’une part, et la présidence de Donald Trump, d’autre part, sont extrêmement dangereux, comme moi, il y a une énorme différence entre les deux, c’est-à-dire que Donald Trump a été élu démocratiquement et est soumis à des contrôles démocratiques, comme l’ont simplement démontré ces tribunaux et que les médias le démontrent, comme le prouvent les citoyens.  Mais, d’autre part, la CIA n’a été élue par personne.  Ils sont à peine soumis à des contrôles démocratiques.  De plus, insister sur le fait que la CIA et la communauté du renseignement puissent saper les branches élues du gouvernement est une folie. »

L’État Profond de la Grande-Bretagne est imprégné d’histoire, manipulant efficacement la carte globale depuis les jours de l’Empire.  Plus récemment, il est évidemment plus actif.  Carne Ross, ancien diplomate britannique, a nommé « l’État Profond » pour agir afin d’empêcher la connaissance publique de ce qui s’est réellement passé avant et pendant la période précédant l’invasion de l’Irak.  Il a dit :

« J’ai témoigné la semaine dernière à l’enquête Chiot.  Mon expérience démontre un problème émergent et dangereux avec le processus.  Ce n’est pas tant un problème avec Sir John Chilcot et son panel, mais plutôt, avec le « grand état » de la Grande-Bretagne, qui cache ses erreurs et refuse l’accès aux documents critiques. »

L’État Profond en Grande-Bretagne sera le principal moteur des négociations du Brexit dans les mois et les années à venir, puisqu’il manipule une législation en faveur d’un pouvoir politique sans précédent axé sur l’érosion goutte à goutte des libertés civiles et des droits humains pour ouvrir la voie à l’augmentation continuelle des bénéfices corporatifs et au pillage que la privatisation apporte. D’autres pays ont les mêmes problèmes.

En France, il y a des élections à venir et un autre populiste menace l’establishment à Marine Le Pen.   Diana Johnstone l’explique avec beaucoup de détails pour Global Research.  « Mais l’establishment pro-européen, pro-OTAN, néolibéral est au travail pour éviter que cela ne se produise.  Sur chaque couverture de magazine ou de programmes radiophoniques, les médias ont montré leur allégeance à un « Nouveau » candidat « Amélioré » du milieu de la route (Emmanuel Macron) qui est vendu au public comme un produit de consommation.  Ensemble, les sources anonymes de « l’état profond » et les médias corporatifs de masse se sont habitués à contrôler le récit raconté au public.  Ils ne veulent pas donner ce pouvoir.  Et, ils ne veulent certainement pas le voir défier par des étrangers. »

L’Occident n’est plus gouverné par un système politique ou capitaliste qui fonctionne correctement.  Bush, Blair, Trump avec Goldman Sachs, JP Morgan, TTIP, CETA, la crise financière mondiale, les paradis fiscaux, etc. en témoignent. Des dizaines de millions ont protesté, aucun n’a été entendu, c’est jusqu’à ce que les ondes de choc de la désobéissance aient réverbéré en 2016 ; Ses effets se déroulent toujours.

Autres menaces mondiales

La population humaine est également confrontée à une nouvelle série de périls qui menace le système d’ordre basé sur les règles internationales.  Si l’on veut croire au climat, les changements climatiques menacent les approvisionnements en eau, les prix des denrées alimentaires, la santé et la sécurité mondiale.  D’ici 2030, le stress hydrique affectera 47% de l’humanité.  Il est prévu de miner les efforts mondiaux en matière de santé, d’accroître la pauvreté et de détruire la croissance économique mondiale.

Les humains et les animaux émettent de plus en plus de virus virulents qui risquent de faire face à des pandémies.  L’Organisation Mondiale de la Santé a déclaré clairement que « la résistance aux antibiotiques est une des plus grandes menaces pour la santé mondiale, la sécurité alimentaire et le développement aujourd’hui », la résistance aux antibiotiques augmente à des niveaux dangereusement élevés dans toutes les régions du monde.

La prolifération nucléaire est maintenant un véritable problème.  Neuf pays contrôlent à peu près 15.000 missiles armés et prêts à tirer pouvant détruire des civilisations.  Il existe un certain nombre d’autres pays qui n’ont jamais déclaré leurs capacités nucléaires et d’autres se sont alignés pour acquérir la technologie. Si une arme nucléaire ou une bombe sale devait tomber entre les mains d’un état voyou, tout pourrait arriver.

L’Union Européenne, préoccupée par l’engagement de Donald Trump envers l’OTAN et la défense européenne, envisage son propre système de défense nucléaire en combinant la Grande-Bretagne et la France sous un parapluie nucléaire paneuropéen, sans doute contrôlé par l’Allemagne.  Cette décision pourrait provoquer l’effondrement de l’Union Européenne.

Les divisions religieuses continuent de dominer le Moyen-Orient.  L’excuse est la bataille pour les approvisionnements énergétiques mondiaux qui continuent de faire rage avec la crise des réfugiés qui menace l’Union Européenne.  Le conflit israélo-palestinien soulève une volatilité politique avec des implications mondiales.  La Syrie compte actuellement plus des deux tiers des nations du monde impliquées dans les combats, soit directement, soit indirectement ; Une seule étincelle pourrait devenir un enfer incontrôlable.

La mer de Chine méridionale, l’Ukraine, l’OTAN, la Russie, la Chine, l’Iran, la Syrie, tous posent le potentiel de risque existentiel pour des millions de gens.  La Corée du Nord se précipite pour développer un missile balistique intercontinental nucléaire qui démontre de plus en plus son désir d’atteindre les États-Unis.  Un problème pour chaque président des États-Unis depuis les années 1980, la Corée du Nord pose maintenant une menace réelle qui pousse le Japon à développer son propre système de défense nucléaire.  L’Amérique et la Chine doivent négocier pour mettre la Corée du Nord en laisse, mais, elles ne parlent pas non plus.

Désordre, et non l’ordre

Les manœuvres stratégiques sur l’échiquier mondial des puissances politiques créent une période de transition.  Tout est en train de changer ; Les alliances politiques, l’économie mondiale et sa démographie, toutes facilitées par les nouvelles technologies pouvant changer le jeu.  Une lutte pour les ressources est déjà en cours, notamment lorsque la mondialisation se retire lentement à contrecœur en faveur de la réindustrialisation régionalisée et du nationalisme.

Un nouveau désordre mondial se matérialise à mesure que l’emprise traditionnelle de l’Occident sur l’économie mondiale s’affaiblit.  Comme avec Ying et Yang, ou le pendule mondial, toutes choses existent comme des opposés inséparables et contradictoires.  Si une économie ou une base de pouvoir politique augmente, ce n’est qu’aux frais de l’autre.

Comme l’indique Mark Leonard du Conseil Européen sur les Relations Extérieures, ces époques sont souvent « les périodes les plus effrayantes de l’histoire ».  En citant Antonio Gramsci, Mark Leonard souligne : « Les désordres, les guerres et même les maladies peuvent inonder dans le vide qui se forme lorsque l’ancien meurt et que le nouveau ne peut pas encore naître ».

La vérité est que l’ordre sécuritaire mis en place par la force par l’Amérique après la guerre froide, ainsi que l’ordre juridique d’inspiration européenne, se sont tous les deux effondrés en même temps.  Le très gros problème est qu’aucun candidat réel pour les remplacer n’a encore émergé de ce qui ressemble à une route longue et dangereuse pour nous tous.

Source : Global Research

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

Mots clés: , , , , , , , , , ,



Back to Top ↑


  • Donation pour HESTHELAMB

    Pleins Feux sur l'Heure Juste, bénéficie du ministère de HESTHELAMB, et nous voudrions l'aider aussi financièrement.
    Ces vidéos produites demandent beaucoup d'investissement et désirons vous partager ce besoin.
    Merci pour votre soutien !

  • Vidéos de L’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence 2015 et 2012




Real Time Web Analytics