Élection américaine POUR AIDER HILLARY

Publié le 08 novembre, 2016 | par Equipe de Pleinsfeux

0

POUR AIDER HILLARY

Par Jim Kouri – Le 10 octobre 2016

Le FBI et le Département de la Justice détruisent des preuves pour aider Hillary Clinton.

La légendaire organisation nationale d’application de la loi, le Federal Bureau of Investigation (FBI), a une nouvelle fois déçu de nombreux législateurs et de nombreux américains avec ses récentes actions qui rendraient impossible pour un président Donald Trump de relancer l’enquête et les procédures d’une cause criminelle contre Hillary Clinton et les autres personnes impliquées dans une série de cas suspects de corruption.  Une des promesses de la campagne de Donald Trump est de ré-enquêter sur les activités d’Hillary Clinton et de ses subalternes concernant le serveur illégal de messageries et le pseudo-organisme de charité des Clinton.

Des offres d’immunité, données avec l’autorisation de la procureure générale, Loretta Lynch, et du directeur du FBI, James Comey, à deux des collaborateurs d’Hillary Clinton incluent une disposition latérale obligeant le FBI à détruire leurs ordinateurs portables après avoir examiné les appareils, selon les législateurs avec le Comité Judiciaire de la Chambre.

« Cela devrait indigner tout américain lucide.  Le FBI est réellement devenu complice de la destruction de preuves.  Comment savons-nous ce qui était contenu dans ces ordinateurs portables.  S’il n’y avait rien de nuisible pour  Clinton ou ses sbires sur les disques durs, pourquoi en ont-ils ordonné la destruction ? »  demande l’ancien enquêteur criminel et directeur de la sécurité, Norman J. Pierre.

Selon des reports de nouvelles ce lundi, l’accord du FBI avec l’ancien chef du personnel d’Hillary Clinton, Cheryl Mills, et son ancien chef du personnel de la campagne, Heather Samuelson, a également précisé que les recherches entraîneraient des informations jusqu’au 31 janvier 2015.

Le président de la Commission Judiciaire de la Chambre a écrit et remis une lettre immédiatement après la découverte de l’accord, au procureur général Loretta Lynch demandant pourquoi le Département de la Justice et le FBI avaient accepté les termes restrictifs, y compris que le FBI allait détruire les ordinateurs portables après avoir terminé les recherches.

« Je souhaite que la prochaine fois que le procureur général Loretta Lynch enverra ces honteuses demandes du Département de la Justice ou des agents du FBI aux chefs de la police locale ou aux bureaux des shérifs de comté, ils leur disent de faire le nettoyage du côté de leur rue avant d’entrer dans une juridiction locale et de faire des accusations.  S’ils sont prêts à détruire des preuves pour aider quelqu’un impliqué dans une entreprise criminelle, ils ne sont pas dans une position d’enquêter sur de vrais policiers », a déclaré Tony Perez-Delgado, un ancien capitaine de la police et un sergent des forces spéciales de l’armée américaine.

« Comme beaucoup de choses au sujet de ce cas, ces nouveaux matériaux soulèvent plus de questions que de réponses » a écrit dans sa lettre le Président du Comité, Bob Goodlatte, R-Va.  « La volonté de Cheryl Mills et Heather Samuelson de voir leurs ordinateurs portables détruits par le FBI contredit leur affirmation selon laquelle les ordinateurs portables auraient pu être retenus parce qu’ils contenaient des informations non pertinentes et privilégiées ?  Si c’est le cas, ceci ne détruit-il pas l’affirmation selon laquelle les accords parallèles étaient nécessaires ? » demande Bob Goodlatte dans la lettre.

« Les offres d’immunité sont entrées en vigueur au cours du spectacle du FBI en ce qui concerne la désormais célèbre utilisation d’Hillary Clinton d’un serveur de messagerie privée tout en servant le Président Barack Obama en tant que  Secrétaire d’État.  Selon la lettre du Représentant Bob Goodlatte, ceci comprenait une série d’offres latérales » a déclaré l’ancien détective de la police Sid Franes.

Les membres du Bon Vieux Parti du Comité Judiciaire ont dit qu’ils étaient outrés par la destruction des ordinateurs portables.  Ils ont, en substance, détruit des preuves qui ne peuvent plus jamais être utilisées dans les procédures judiciaires futures, si une nouvelle enquête devait être introduite.

« Que possédaient les officiers et les procureurs soi-disant professionnels chargés de l’application de la loi avec le FBI et le Département de la Justice pour entrer dans ce qui donne tout à Hillary Clinton et à ses membres du personnel et qui ne donne rien aux législateurs et au peuple américain » a demandé Sid Franes.  « Imaginez si quelqu’un de la police ou dans les départements des shérifs faisaient une telle chose au cours d’une enquête du FBI dans ces départements.  Je doute que le président accepterait un tel comportement. »

Les aides du Congrès travaillant pour les membres du Congrès ont dit qu’ils étaient choqués puisque Cheryl Mills et Heather Samuelson avaient déjà une telle immunité contre les conséquences de tout ce qui pourrait être sur l’ordinateur portable.

 Le FBI et le Département de la Justice enquêtent souvent sur de prétendues actions répréhensibles survenant au niveau local dans les organismes locaux d’application de la loi.  Par exemple, commençant juste après l’investiture du président Obama, il a été demandé que le Département de la Justice enquête sur un homme appelé « le shérif le plus dur d’Amérique », un agent fédéral pour l’application de la loi qui a requis l’anonymat.

« Le procureur général, Eric Holder, a dépensé des millions de dollars et des années à enquêter sur le Shérif Joe Arpaio de l’Arizona et n’a rien trouvé, mais ils gardent l’espoir de trouver quelque chose pour mettre fin à sa carrière.  Le FBI a passé des années à enquêter sur la police du New Jersey pour un prétendu « profilage racial », même s’il n’y avait aucune preuve, autre qu’un certain nombre de noirs et latinos arrêtés pour possession de drogues ou pour possession illégale d’armes » a noté le policier.

 « En fait, en raison de la surveillance musclée du FBI, des policiers des états, en particulier sur l’autoroute hautement fréquentée du New Jersey, l’Interstate 95, les arrestations pour les drogues ont diminué de manière significative et les arrestations étaient moindre que les années précédentes parce que les troupiers de l’état ont observé un système de quotas de-facto » a déclaré l’ancien policier du New Jersey, Larry Taylor Ahearn.  « Maintenant, ils parlent beaucoup de choses comme les soi-disant « Deux Amériques » dans lesquelles un homme politique jouit de l’immunité alors que les policiers travaillant dur doivent faire attention de ne pas être attrapés par un organisme fédéral qui est complice d’une présumée couverture » a souligné Larry Taylor Ahearn.

Source : News With Views

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

Mots clés: , , , , , , , , , ,



Back to Top ↑


  • Donation pour HESTHELAMB

    Pleins Feux sur l'Heure Juste, bénéficie du ministère de HESTHELAMB, et nous voudrions l'aider aussi financièrement.
    Ces vidéos produites demandent beaucoup d'investissement et désirons vous partager ce besoin.
    Merci pour votre soutien !

  • Vidéos de L’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence 2015 et 2012




Real Time Web Analytics