Guerre

Publié le 04 novembre, 2015 | par Equipe de Pleinsfeux

0

POUTINE EN SYRIE

Comment Vladimir Poutine gagne et perd la Syrie.

Par Daniel Greenfield

La ligne russe est qu’ils sont en Syrie pour combattre l’État Islamique d’Irak et du Levant (ISIS).  Mais, les Russes, comme les Turcs, les Iraniens et les Européens, ne se soucient pas d’ISIS.  En se déclarant un califat, ISIS a fait de lui-même un non-aligné.  Les combats en Syrie ne sont pas au sujet d’ISIS.  Cela remonte avant la montée d’ISIS comme un acteur majeur.  C’est à propos de la Syrie.

ISIS est devenu un prétexte commode pour converger sur la Syrie.  Mais, personne n’est là à cause d’ISIS.

Les Turcs bombardent la Syrie à cause de leurs vieux passe-temps de tuer les Kurdes.  La Turquie bombardera à l’occasion des supposées cibles d’ISIS pour des fins de propagande, mais, surtout ses bombes tomberont sur les ennemis kurdes d’ISIS.  La Russie va faire la même chose, frapper ISIS à des fins de propagande, mais, en se concentrant sur les groupes sunnites anti-Assad.

La Turquie et la Russie bombardent tellement d’ennemis d’ISIS, qu’ils pourraient aussi bien être en train de soutenir ISIS.

Poutine et Erdogan ne sont pas là pour combattre ISIS, mais, pas plus qu’Obama.  La campagne d’Obama pour « détériorer » ISIS est un autre échec et aucune propagande intensive sur internet visant à faire croire qu’il est en train de gagner ne pourra changer cela.

Obama est arrivé en Syrie pour soutenir des coalitions islamistes sunnites.  La Russie est en Syrie pour soutenir une coalition islamiste chiite.  On n’a jamais eu le temps de bombarder les chiites parce la ligne rouge d’Obama a vacillé et s’est cassée, mais, les Russes y entrent en force en bombardant les islamistes sunnites qu’Obama soutenait.

Obama proteste contre Poutine pour des motifs faibles.  Certes, Moscou mentait sur son agenda en Syrie.  Il n’est pas là pour combattre ISIS.  Il est là pour lutter contre d’autres djihadistes sunnites, dont certains sont reliés à Al-Qaïda, qu’ISIS combat également.  Mais, là encore, Obama a également menti tout autant sur la Syrie que Vladimir Poutine l’a fait.

Les États-Unis, l’Europe et la Russie se battent pour savoir quelles bandes de terroristes islamiques il faut soutenir.  C’est beaucoup comme la guerre froide.  Il n’y a pas de bons gars.  Juste des méchants que nous soutenons et des méchants qu’ils soutiennent.

Vladimir Poutine est là pour soutenir les terroristes chiites de l’Iran.  Barack Obama est là pour soutenir les terroristes sunnites de l’Arabie Saoudite. Mais, personne n’est là pour soutenir ISIS, ce qui est la raison pour laquelle les bombardements ne sont pas une priorité majeure pour chaque côté à ce concours.

Nous sommes les seuls à bombarder ISIS à temps plein, mais, cela c’est parce que Barack Obama a été pris au dépourvu par le génocide d’ISIS étant télévisé et il ne pouvait pas penser à faire quelque chose d’autre.  Sa nouvelle alliance avec l’Iran et son ancienne alliance avec les Frères Musulmans font qu’il est difficile pour lui de bombarder, ou pas, Bashar al-Assad.  Bombarder ISIS est un compromis puisque ses nouveaux amis de l’Iran et ses vieux amis des Frères Musulmans s’opposent à ce groupe.

Bombarder ISIS permet à Barack Obama de se plier aux djihadistes chiites et aux djihadistes sunnites non-ISIS et leurs supporteurs.

Mais, Vladimir Poutine pense stratégiquement.  Il veut réduire l’influence occidentale en soutenant un axe chiite.  Barack Obama n’a plus aucun plan cohérent.  Le plan original du Printemps Arabe de soutenir les Frères Musulmans qui a provoqué la guerre civile en Syrie s’est effondré il y a des années.  Barack Obama soutient les djihadistes sunnites sur papier, mais, il a été hésitant à leur fournir des armes ou un soutien aérien.  En attendant, il soutient leurs rivaux djihadistes chiites en Irak.

Alors que Poutine agit comme l’armée de l’air chiite en Syrie, Barack Obama agit comme l’armée de l’air chiite en Irak.  C’est une bonne affaire pour l’Iran et moins de travail pour Vladimir Poutine, mais, çà ne fait rien de cohérent pour les intérêts nationaux américains.

L’axe chiite permet à la Russie d’étendre son pouvoir dans la région à un prix d’aubaine.  Moscou ne peut pas se le permettre, même à ce prix d’aubaine, mais, Poutine a abandonné le développement économique et base tout son régime sur le redémarrage de la guerre froide.  Les rues russes sont pleines de vieux communistes en colère qui brandissent des pancartes disant, « Nous sommes prêts à périr pour aider Poutine ».

Et, la guerre a toutes sortes d’avantages sociaux intéressants.

L’invasion des migrants musulmans en Europe ne peut pas avoir été une stratégie russe calculée, mais, là encore, elle pourrait bien l’être.  La Hongrie parle déjà de s’éloigner de l’Union Européenne pour se rapprocher de la Russie. La Pologne, la Slovaquie et la République Tchèque se sentent trahis par l’Union Européenne.

Les membres ne faisant pas partie de l’Union Européenne qui auraient pu voir l’Union Européenne comme une défense contre une invasion russe, sentent  maintenant qu’ils devront choisir entre une invasion russe et une invasion musulmane.

De façon inattendue, la Syrie a prouvé être un atout majeur dans le programme de l’expansion eurasienne de Vladimir Poutine.  Ceci a probablement fait beaucoup plus pour l’aider à rassembler l’ancien gang du WarPac au lieu de devoir envahir l’Ukraine.

Plus la Russie crée le chaos au Moyen-Orient, plus les musulmans inondent l’Europe, plus l’Union Européenne devient fragile.  Si Poutine ne réalise rien d’autre en Syrie, il peut maintenir le flux des migrants musulmans assez longtemps pour faire tomber le reste de l’Europe.

Et, si l’Europe est dans une forme assez mauvaise, son Union Eurasienne ne devient plus viable.

L’Union Soviétique est devenue une menace majeure lorsque le reste de l’Europe a été ruiné par la Deuxième Guerre Mondiale.  La migration musulmane n’est pas tout à fait la Deuxième Guerre Mondiale, mais, les plans de Poutine pour l’Union Eurasienne ne sont qu’une pauvre mascarade de l’Empire Russe et de l’Union Soviétique, qui confirmera en quelque sorte la puissance russe, tout en étant à majorité musulmane.  Il est difficile d’imaginer une pire entité plus instable que l’URSS, mais, une Union Eurasienne avec les anciens dirigeants russes du KGB et les armées musulmanes subjuguant les pays slaves pourraient bien être le billet.

De retour en Syrie, Vladimir Poutine a fait des forces aériennes russes le protecteur de Bashar al-Assad et du Hezbollah.  Les États-Unis seront appelés à coordonner leurs mouvements avec la Russie.  Israël a déjà élaboré un arrangement en vertu duquel ils pourraient avoir à coordonner des frappes aériennes contre le Hezbollah, un des alliés terroristes de la Russie.

C’est un jeu très dangereux pour la Russie.  La puissance aérienne russe n’est pas une grande affaire pour les États-Unis où Israël.  Plusieurs pilotes russes ont été abattus et capturés par les Israéliens lors des grandes guerres.  Mais, Poutine est certain que Barack Obama ne va pas avoir le courage de le provoquer et que Benjamin Netanyahu a beaucoup trop d’autres choses dans son esprit.

Il a probablement raison au sujet de Barack Obama, mais, il pourrait se tromper au sujet de Benjamin Netanyahu.

Arrêter les livraisons d’armes iraniennes aux terroristes a été le principal objectif des opérations israéliennes à l’étranger.  Israël a poursuivi cet objectif en atteignant des cibles de Dubaï, au Soudan et jusqu’en Syrie.  Si Vladimir Poutine prévoit d’étendre son parapluie sur les groupes terroristes chiites ciblant Israël, il ne sera pas en mesure de le faire sans combattre.

Israël considère l’aide iranienne au Hamas et au Hezbollah comme une menace existentielle.  La capacité de ces deux groupes de frapper profondément à l’intérieur d’Israël d’une manière qui pourrait perturber la vie dans les grandes villes est devenu une crise majeure.  Si la situation dégénère, Israël pourrait être contraint de revenir à sa stratégie territoriale de maintenir des zones de sécurité.

Mais, Israël est un des rares joueurs dans ce jeu qui met la menace terroriste en premier parce qu’elle frappe près de son territoire.  Pour Barack Obama et Vladimir Poutine, pour la Turquie et l’Iran, c’est seulement une stratégie géopolitique et des blocs de puissances.

La Russie, la Turquie et l’Iran veulent reconstruire leurs anciens empires. Barack Obama veut défaire le colonialisme en soutenant les islamistes.  Le seul dénominateur commun dans leurs objectifs est qu’ils provoquent toujours plus de terrorisme.

La grande question est de savoir combien d’eau Vladimir Poutine a l’intention de transporter pour l’axe chiite.

L’Ayatollah Khomeiny a peut-être appelé l’Amérique le « Grand Satan », mais, il a également appelé la Russie le « Petit Satan ».  Lors de l’année de sa mort, il a envoyé une lettre exhortant Gorbatchev à abandonner le communisme et à étudier l’Islam.  Le visage de Gorbatchev serait devenu un peu plus rouge que d’habitude, mais, la lettre a servi de base pour une relation croissante entre la République Islamique et le Petit Satan Russe.

L’Empire Eurasien de Vladimir Poutine dépend de la saisie ou du contrôle d’une grande étendue de territoires qui étaient initialement contrôlés par l’Iran.  Ceux-ci comprennent des parties de l’Azerbaïdjan, du Daghestan, de la Géorgie et de l’Arménie.  Ceux-ci ne sont peut-être pas un objectif majeur pour l’Iran maintenant, mais, une trajectoire de collision entre ces deux empires à venir est inévitable.

La Russie et l’Amérique jouent le vieux jeu désastreux de la guerre froide en construisant des terroristes musulmans et des états terroristes.  La Russie a aidé à innover les tactiques terroristes des musulmans modérés seulement pour en devenir des victimes.  Les États-Unis ont soutenu les Frères Musulmans qui ont l’intention de conquérir les États-Unis.

Vladimir Poutine peut être en train de gagner maintenant en Syrie, mais, c’est une victoire qui appartient à l’Iran.  Ses terroristes chiites vont frapper l’Amérique et Israël, mais, ils finiront par frapper également la Russie.

Vladimir Poutine pense plus à long terme que Barack Obama, mais, pas assez.

Source : RaptureForums.com

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

Mots clés: , , , , , , ,



Back to Top ↑


  • Donation pour HESTHELAMB

    Pleins Feux sur l'Heure Juste, bénéficie du ministère de HESTHELAMB, et nous voudrions l'aider aussi financièrement.
    Ces vidéos produites demandent beaucoup d'investissement et désirons vous partager ce besoin.
    Merci pour votre soutien !

  • Vidéos de L’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence 2015 et 2012




Real Time Web Analytics