AVERTISSEMENT DE VLADIMIR POUTINE

AVERTISSEMENT DE VLADIMIR POUTINE

Partager avec les autres

Poutine avertit que le monde s’engage sur une voie qui mène à la guerre nucléaire.

Par Michael Snyder – Le 8 février 2022

De nos jours, la plupart des gens dans le monde occidental réfléchissent très peu à ce que pourrait être une guerre nucléaire.  Et, c’est très étrange, car nous sommes en fait plus proches d’une guerre nucléaire mondiale que nous ne l’avons jamais été auparavant.  Si un conflit entre l’Ukraine et la Russie éclatait, les États-Unis et la Russie seraient essentiellement en état de guerre à partir de ce moment-là.  Je ne prévois pas que nous tirerions immédiatement des missiles nucléaires les uns sur les autres, mais cela nous mettrait certainement au bord d’un tel scénario.  Les deux parties seraient en état d’alerte constante avec leurs doigts sur la gâchette, et il suffirait d’une seule erreur pour déclencher un cauchemar nucléaire impensable.

L’administration Biden semble penser qu’il n’y aura pas de conséquences graves à provoquer sans cesse les Russes, mais le président russe Vladimir Poutine semble définitivement comprendre ce qui est en jeu. 

Après une très longue discussion avec le président français Emmanuel Macron, Poutine a lancé un avertissement très inquiétant à la presse… 

« Je l’ai dit, mais je voudrais vraiment que vous m’entendiez enfin et que vous le livriez à votre public sous forme imprimée, télévisée et en ligne. »

« Comprenez-vous ou non que si l’Ukraine rejoint l’OTAN et tente de ramener la Crimée par des moyens militaires, les pays européens seront automatiquement entraînés dans un conflit de guerre avec la Russie ? »

La guerre avec la Russie devrait être quelque chose que nous nous efforçons d’éviter. 

Parce qu’une fois qu’une guerre avec la Russie commence, il y a de très fortes chances qu’elle finisse par devenir nucléaire.

Poutine dit qu’il ne veut pas d’un tel conflit, et il a déclaré à la presse qu’il n’y aurait « pas de gagnants » si cela se produisait réellement…

« Bien sûr, le potentiel militaire de l’OTAN et de la Russie est incomparable. Nous le comprenons. »

« Mais nous comprenons également que la Russie est l’un des principaux États nucléaires, et par certains composants modernes, elle en surpasse même beaucoup. »

« Il n’y aura pas de gagnants.  Et vous serez entraînés dans ce conflit contre votre volonté. »

« Vous n’aurez même pas le temps de cligner des yeux lorsque vous exécuterez l’article 5 (défense collective des membres de l’OTAN)…. »

« Monsieur le président Macron, bien sûr, ne veut pas cela.  Et je ne le souhaite pas.  Et je n’en veux pas…  C’est pourquoi il est ici, à me torturer pendant six heures d’affilée. »

Mais, même si Poutine pense qu’il n’y aurait « pas de vainqueurs » dans une guerre nucléaire, il a toujours préparé les Russes à en combattre une. 

Le développement du système de défense antimissile S-500 a changé la donne.  Selon le Ministère russe de la Défense, il n’a « aucun analogue » nulle part dans le monde…

« Le système de missiles anti-aériens S-500 n’a pas d’analogues dans le monde et est conçu pour vaincre tout le spectre des armes d’attaque aérospatiales existantes et prometteuses d’un ennemi potentiel dans toute la gamme d’altitudes et de vitesses », a déclaré le Ministère de la Défense dans une déclaration.

Malheureusement, les Russes ont tout à fait raison à propos du S-500.  Il n’y a rien de tel ailleurs dans le monde, et cela donne aux Russes un énorme avantage. 

Il a été conçu pour être en mesure d’intercepter et de faire tomber toutes les menaces entrantes, et cela inclut les missiles balistiques intercontinentaux des États-Unis…

« Produit par la société de défense publique russe Almaz-Antey Concern, le S-500 est conçu pour intercepter des missiles balistiques intercontinentaux et d’autres attaques aériennes à une altitude pouvant atteindre 200 kilomètres (124 miles). »  

« Le système d’arme peut toucher jusqu’à 10 cibles à une distance allant jusqu’à 600 kilomètres (372 miles) et a un temps de réponse de trois à quatre secondes, plus court que le S-400. »

« Le S-500 utilise les missiles 77N6-N et 77N6-N1, qui peuvent être équipés d’une ogive inerte capable de détruire avec précision les ogives nucléaires ennemies. »

Les États-Unis n’ont rien qui vaille la peine d’être comparé au S-500

Au fur et à mesure de leur mise en service, les unités S-500 viendront compléter les systèmes de missiles anti-balistiques A-135 qui forment déjà un anneau défensif autour de Moscou…

« La Russie dispose déjà d’un système de défense antimissile anti-ICBM, l’A-135 Amur basé sur un silo qui lance des intercepteurs ABM 53T6 pouvant atteindre jusqu’à dix-sept fois la vitesse du son pour écraser les ICBM à l’aide d’une ogive nucléaire de dix kilotonnes.  Mais, l’A135 ne défend que Moscou et les zones industrielles environnantes. »

Autrefois, la destruction mutuelle lors d’un conflit nucléaire était essentiellement garantie car aucune des parties n’avait aucun moyen de se défendre contre les missiles balistiques intercontinentaux entrants. 

Mais, maintenant, le rapport de force a changé.

Les Russes ont des systèmes de missiles anti-balistiques très avancés et nous non.

Pendant ce temps, les Russes ont également développé de nouveaux missiles de croisière hypersoniques extrêmement alarmants… 

« La Russie a testé une dizaine de nouveaux missiles de croisière hypersoniques Tsirkon (Zircon) depuis une frégate et deux autres depuis un sous-marin, a annoncé vendredi l’agence de presse Interfax citant la flotte nord. »

« Le président russe Vladimir Poutine a salué l’arme comme faisant partie d’une nouvelle génération de systèmes d’armes inégalés. » 

Le fait que les Russes puissent tirer ces missiles hypersoniques depuis des sous-marins devrait vous faire froid dans le dos. 

Dans des articles précédents, j’ai parlé des « sous-marins à trou noir » russes qui sont si silencieux qu’ils peuvent se faufiler jusqu’à nos côtes sans que personne ne sache qu’ils sont même là.

Inutile de dire que cela donne aux Russes une capacité de première frappe assez impressionnante.

Dans une guerre nucléaire, vous ne voulez pas être du côté qui ne frappe pas en premier.

Et, comme je l’ai averti à plusieurs reprises, une première frappe surprise de la Russie paralyserait absolument les États-Unis avant même que nous sachions ce qui nous frappe. 

Quant à l’armée américaine, elle continue de prendre encore plus de retard.  Notre arsenal nucléaire stratégique est très obsolète, nos systèmes de défense antimissile sont une blague par rapport à ce que possèdent les Russes, et nos tests de missiles hypersoniques ne cessent d’échouer. 

Mais, personne au monde n’est meilleur pour mettre en œuvre des programmes de diversité et d’inclusion. 

Si une future guerre avec les Russes ou les Chinois se résume à une bataille du politiquement correct, nous gagnerons à coup sûr.

Malheureusement pour l’armée américaine, ce n’est pas ainsi que les guerres se déroulent, et c’est une très mauvaise nouvelle pour nous tous.

Source

Traduit par Pleinsfeux

close

Ne manquez rien !

Rejoignez les nouvelles de PleinsFeux.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables !
En savoir plus dans notre politique de confidentialité


Translate »