Conspiration

Publié le 13 juillet, 2012 | par Pleins Feux

0

La route vers la Troisième Guerre mondiale : Le Cartel bancaire mondial a encore une carte à jouer

Par David DeGraw

Alors, accrochez-vous … à moins que nous réussissions à changer d’une manière importante notre cap actuel, nous sommes en route vers la troisième guerre mondiale.

 Opérations économiques impériales

Lorsque nous analysons notre crise actuelle, se concentrer sur les quelques dernières années d’activités économiques nous empêche de voir l’histoire et le contexte qui sont indispensables pour une bonne compréhension des causes profondes. Ce que nous avons connu n’est pas le résultat d’un effondrement économique imprévu qui a surgi de nulle part avec l’écroulement du secteur de l’immobilier. Ce n’était certainement pas provoqué par les gens qui ont acheté des maisons qu’ils ne pouvaient pas se permettre. Encadrer cette crise autour d’un débat sur la théorie économique manque le point totalement. Même le fait de rejeter le blâme sur les banquiers cupides, tout en étant essentiellement vrai, rate également le point le plus essentiel.

Cette crise est le résultat direct d’une attaque économique stratégique contre l’existence de la classe moyenne et de la démocratie à travers le monde. La bourse et l’économie sont devenues des armes d’oppression massive manipulées par un cartel bancaire impériale afin d’imposer un ordre et d’exploiter les masses. Cette crise représente hardiment l’évolution manifeste de l’esprit fasciste qui se réaffirme comme l’idéologie dominante.

Toutes les notions de contes de fées que les États-Unis sont une république démocratique fondée sur la primauté du droit ont été totalement dissipées. En tant que nation, nous avons été élevés et conditionnés pour être dangereusement naïfs aux forces obscures qui opèrent au-delà des projecteurs des médias traditionnels. Nous avons été aveuglés envers ce qui a été en développement à travers le monde.

L’impérialisme économique qui a soufflé sur les États-Unis et en Europe a évolué depuis des décennies et peut être directement retracé jusqu’à la fin de la Seconde Guerre Mondiale, la naissance de la CIA, le Fonds Monétaire International (FMI) et la Banque Mondiale.

Pour ceux d’entre nous qui ont été attentifs aux opérations économiques impériales qui ont été menées contre certains pays à travers le monde, cela peut sembler beaucoup trop familier. Le FMI et les banques mondiales ont conquis le deuxième et le troisième monde et ils s’en prennent maintenant aux pays du premier monde. Les classes travailleuses de l’Europe occidentale et américaines sont maintenant dans leur ligne de mire.

Les indicateurs économiques et sociaux, avec les toutes dernières décisions politiques du G-20, démontrent clairement qu’ils s’attaquent à la réalisation et à l’escalade des attaques systémiques des économies à travers l’Europe et les États-Unis.

Pour le dire en termes techniques, le gouvernement des États-Unis a été pris en charge par un réseau financier du terrorisme. Ils ont achetés les dirigeants des deux partis républicain et démocrate, et ont établi un rôle dominant dans les trois branches du gouvernement et dans les médias traditionnels. Ils ont le contrôle complet de l’économie, de la bourse, du Trésor américain, de la Réserve fédérale, de la Banque mondiale, du FMI et du système bancaire mondial. Le capitalisme de libre marché s’est effondré ; C’est maintenant un marché mondial truqué. Il s’agit d’une opération criminelle organisée, un mouvement fasciste impérial qui est déterminé à détruire notre mode de vie.

Une guerre a déjà été déclenchée contre nous.

Seulement au cours des trois dernières années, nous avons perdu une quantité sans précédent de richesses nationales, des trillions et des trillions de dollars de nos impôts ont été pillés par Wall Street, des guerres sans fin, d’énormes subventions pour les corporations mondiales les plus rentables et des réductions d’impôts pour le un pour cent de la population la plus riche. Jamais auparavant, dans l’histoire de la civilisation, une nation a-t-elle été si soigneusement et si systématiquement écorchée.

Tout ceci n’est que le résultat d’une attaque économique coordonnée par un cartel bancaire mondial contre 99 pour cent de la population américaine.

Tant que nous ne deviendrons pas assez intelligents politiquement pour voir ceci comme la réalité et la racine de la crise actuelle, nous ne serons pas en mesure de la surmonter, notre niveau de vie va continuer à décliner et nous allons tous être condamnés à une mort lente dans un nouveau système féodal construit sur l’esclavage de l’endettement.

L’américain moyen est horriblement naïf envers la dépravation, la corruption et accro au pouvoir de ce cartel bancaire. Grâce à leur contrôle et à la domination des médias de masse, ils ont gardé leurs crimes contre l’humanité à l’abri de la conscience publique. Ils ont mis le secret total sur la dévastation mondiale et le nombre de morts qu’ils ont déjà provoqué. Le résultat est une population sans méfiance de gens confus et passifs dont l’avenir est arraché de sous leurs pieds, juste devant leurs yeux, sans aucune défense ou résistance organisée.

Des violences à l’horizon

Pendant que le cartel bancaire mondial en place continue à contrôler les décisions politiques intérieures, la prochaine phase de cette crise présentera inévitablement une escalade de la violence des masses. Comme l’Army War College l’a déclaré, le Pentagone se prépare pour la « violence et les dislocations stratégiques à l’intérieur des États-Unis » et « la généralisation des violences civiles » en raison de la « résistance interne délibérée ».

Dans des signes clairs de ce qui est à venir, des émeutes et des violences en raison de la crise économique se sont déjà produits dans de nombreux pays à travers le monde. Cependant, des troubles civils ne se sont pas encore produits aux États-Unis. Il existe de nombreuses théories quant aux raisons pour lesquelles il y a si peu de résistance de la population américaine jusqu’à présent, et il existe plusieurs facteurs. Le facteur le plus important est que le filet de sécurité sociale a joué un rôle essentiel dans la prévention des populations de recourir à des mesures extrêmes. Actuellement, un nombre impressionnant d’américains, 52 millions, reçoivent une aide à la subsistance des programmes de « lutte contre la pauvreté » du gouvernement, tels que des coupons alimentaires, des allocations de chômage, Medicaid et Medicare. Cela a déjà étendu un filet de sécurité sociale qui est conçu pour empêcher le recours de beaucoup moins les gens vers ces limites extrêmes. Ce système de filet de sécurité a été vidé de toutes ses ressources de réserve au cours des deux dernières années, et ne peut évidemment pas être maintenu sous les conditions économiques et politiques actuelles.

Pendant que les programmes de protection sociale ont été vidés de leurs réserves, de nombreux citoyens américains ont également vidé leurs propres économies personnelles. Au cours des dernières années, le pourcentage d’américains vivant d’un chèque de paie à l’autre a augmenté de façon spectaculaire. En 2007, 43 pour cent des américains vivaient d’un chèque de paie à l’autre. En 2008, le pourcentage est passé à 49 pour cent. En 2009, le nombre a monté en flèche pour atteindre 61 pour cent. Le numéro le plus récent pour l’année 2010 a explosé à un choquant 77 pour cent. Cela signifie que dans notre pays de 310 millions de citoyens, 239 millions d’américains sont bien proches de la ruine économique et des millions d’autres sont en danger d’avoir prochainement recours à l’aide gouvernementale pour survivre.

Alors, pendant que cette crise économique prolongée continue, ces filets sociaux, qui sont déjà débordés, auront à soutenir de plus en plus de personnes et vont inévitablement s’effondrer. Comme nous venons tout juste de commencer à le voir, les compressions budgétaires envers les programmes sociaux essentiels au niveau des états et du gouvernement fédéral deviendront de plus en plus sévères au moment même où beaucoup plus d’américains en auront besoin. Pendant que les 52 millions d’américains qui survivent actuellement par les programmes de « lutte contre la pauvreté » sont progressivement coupés de ces programmes d’assistance gouvernementale, et que les 239 millions de personnes qui vivent d’un chèque de paie à l’autre, enterré dans les dettes, stressés et se débattent seulement pour tenter de joindre les deux bouts, se rendent compte que les choses ne vont certainement pas s’améliorer, et ne feront que s’aggraver, les troubles sociaux et les explosions de violence commenceront éventuellement à faire des bulles à la surface et l’élite dirigeante ne sera plus en mesure de conserver le pouvoir en trompant simplement les masses par la propagande des principaux médias.

Quand une majorité écrasante de la population sentira directement les effets négatifs sur leur niveau de vie, le système de propagande s’effondrera. L’illusion s’écroulera et les gens vont enfin commencer à voir l’horrible arnaque qui se joue contre eux. Quand ils se réveilleront de leur rêve américain fabriqué par les médias et se rendront compte qu’ils vivent maintenant dans un cauchemar, aussi fou que cela puisse paraître, les gens vont effectivement arrêter de voter contre leurs propres intérêts. La majorité apathique, qui ne vote habituellement pas, deviendra plus active dans l’intérêt de leur propre préservation, frappée par leur instinct de survie.

L’écriture est sur le mur et la classe dirigeante doit se rendre compte qu’à mesure que nous approchons de 2012, leurs marionnettes politiques seront démises de ses fonctions, ou bien leurs têtes vont littéralement rouler.

En y regardant d’un point de vue purement technocratique sociologique, éviter les émeutes et les violences massives alors que tant de gens désespérés perdent leurs programmes de subsistance semble être une tâche impossible, et compte tenu de notre environnement économique et politique actuel, çà semble inévitable.

Dans un article intitulé « A Planet at the Brink: Will Economic Brushfires Prove Too Virulent to Contain? » Michael T. Klare a expliqué :

« Plus les gens perdent confiance dans la capacité des marchés et des gouvernements à résoudre la crise mondiale, le tout est susceptible de dégénérer en violentes manifestations ou d’attaquer ceux qu’ils jugent responsables de leur misère, y compris les représentants du gouvernement, les directeurs des usines, les propriétaires, les immigrants et les minorités ethniques. (La liste pourrait, à l’avenir, s’avérer longue et énervante.)  Si la catastrophe économique actuelle se transforme en ce que le président Obama a appelé la « décennie perdue », le résultat pourrait être un paysage global rempli de bouleversements alimentés par l’économie. »

L’ancien conseiller pour la sécurité nationale Zbigniew Brzezinski a exprimé ses craintes :

« J’ai été vraiment préoccupé parce que nous allons avoir des millions et des millions de chômeurs, les personnes faisant vraiment face à une situation désespérée. Et nous allons l’avoir pendant une certaine période de temps avant que les choses, nous l’espérons, s’améliorent. Et, en même temps, il y a cette conscience du public de des richesses extraordinaires ont été transférées à un tout petit nombre d’individus à des niveaux sans précédent historiques en Amérique ….

Et, vous devez vous dire : Que va-t-il se passer dans cette société lorsque toutes ces personnes sont sans emploi, lorsque leurs familles sont blessées, lorsqu’ils perdent leurs maisons, et ainsi de suite… ? »

Des foyers de troubles civils sont quelque chose que le gouvernement américain et le Pentagone ont prévu et ils s’y préparent. Dennis Blair, l’ancien directeur du renseignement national, a témoigné devant le comité sénatorial du renseignement en déclarant que la plus grande menace qui pesait sur les États-Unis n’était pas du terrorisme, c’est la crise économique actuelle :

« Le principal problème de sécurité à court terme des États-Unis est la crise économique mondiale et ses implications géopolitiques. La crise s’est développée …. Bien sûr, chacun de nous se rappelle des conséquences politiques dramatiques provoquées par la crise économique des années 1920 et 1930 en Europe, l’instabilité et les niveaux élevés de l’extrémisme violent. »

Le vice-président du comité du renseignement, Christopher Bond, a dit que la crise économique était désormais « l’objectif principal de la communauté du renseignement ». Comme a mis en garde l’Army War College, la réponse à cette prochaine phase de la crise économique « pourrait inclure l’utilisation de la force militaire contre les groupes hostiles à l’intérieur des États-Unis. En outre, le Ministère de la Défense serait, par nécessité, une plaque tournante essentielle permettant d’assurer la continuité de l’autorité politique dans des conflits civils ou des turbulences dans plusieurs états où dans tout le pays. »

Le journaliste Chris Hedges résume ce rapport :

« Le spectre des troubles sociaux a été soulevé à l’Army War College des États-Unis en novembre dans une monographie intitulée « Known Unknowns : Unconventional ‘Strategic Shocks’ in Defense Strategy Development … »

« La violence civile généralisée, déclare le document, obligerait l’establishment de la défense à réorienter ses priorités in extremis afin de défendre l’ordre intérieur de base et la sécurité humaine. »

« Un gouvernement américain et l’establishment de la défense se reposant sur ses lauriers à cause d’un long ordre de sécurisé domestique seraient contraints de céder rapidement une partie ou la plupart de leurs engagements externes en sécurité afin de répondre à l’insécurité humaine en pleine expansion à la maison, a-t-il continué …. »

« En clair, quelque chose que les bureaucrates et les militaires semblent incapables d’employer, çà se traduirait par l’imposition de la loi martiale et un gouvernement de facto dirigé par le Département de la Défense. Ils envisagent de le faire. Donc, vous devriez l’envisager aussi. »

Les émeutes du Fond Monétaire International, étape 3.5

Le Fonds Monétaire International prévoit une « explosion sociale » à cause de cette crise. Le FMI et la Banque Mondiale ont une longue histoire de création de bouleversements sociaux. La divulgation de certains documents au sein de la Banque Mondiale se référent à la prochaine phase de la crise comme les

« émeutes du FMI ».

Le journaliste Greg Palast a obtenu des documents classés de planifications, qui éclairent sur les opérations économiques impériales secrètes, les programmes d’ajustements structuraux, que le FMI, la Banque Mondiale et le Trésor américain ont utilisé dans le passé comme planche à dessin pour déstabiliser et conquérir des nations étrangères. Dans le journal britannique The Observer, Palast a interrogé le Prix Nobel d’Économie, Joseph Stiglitz, qui était un ancien économiste en chef de la Banque Mondiale et vice-président, qui est devenu un dénonciateur. Ils ont révélé le plan en quatre étapes du FMI. Bien que la stratégie soit légèrement modifiée sur la base que la nation est attaquée, ici aux États-Unis, nous sommes actuellement sur le point d’entrer dans une variante de ces trois étapes, qui est actuellement mise en œuvre progressivement dans toute l’Europe. Cette étape conduit inévitablement à une perte importante pour la population de la capacité d’obtenir les premières nécessités indispensables à la survie. Une fois que cela se produit, des émeutes se produisent inévitablement, ou, comme ils disent dans l’étape 3.5, sont exécutées.

Voici comment Palast et Stiglitz résument la situation :

« A ce stade, selon Stiglitz, le FMI entraine la nation haletante dans la troisième étape : La tarification fondée sur le marché, un terme fantaisiste qui signifie des augmentations des prix sur les denrées alimentaires, sur l’eau et sur le gaz …. »

« Cela conduit, de manière prévisible, à l’étape trois et demi : Ce que Stiglitz appelle « les émeutes du FMI ». »

« Les émeutes du FMI sont douloureusement prévisibles. Quand une nation est à sa dernière limite, le FMI peut en presser la dernière goutte de sang. Ils font alors monter la pression jusqu’à ce que, finalement, les chaudrons explosent … »

« Ce que Stiglitz ne savais pas, c’est que Newsnight a obtenu plusieurs documents intérieurs de la Banque Mondiale. Dans l’un d’eux, Stratégie Intérimaire d’Assistance du Pays pour l’Équateur, la Banque suggère plusieurs fois, avec une précision froide, qu’il faut s’attendre que ces plans puissent déclencher des « troubles sociaux ». »

Pour résumer, le verrouillage du FMI avec la Banque Mondiale fixe les conditions des « troubles sociaux », puis, lorsque çà se produit, ils passer à la quatrième étape, ce qui est le nec plus ultra dans le désastreux capitalisme, puis ils profitent de la misère et la population civile est alors enterrée dans un nouveau système féodal d’endettements et de pauvreté sévère.

Alors, que dit le FMI maintenant sur notre situation en Europe et aux États-Unis?  Un récent rapport du Telegraph se lit comme suit :

« Le FMI a peur d’une explosion sociale à cause de la crise mondiale de l’emploi. »

« L’Amérique et l’Europe font face à la pire crise de l’emploi depuis les années 1930 et risquent « une explosion de troubles sociaux », sauf s’ils font preuve de prudence, a mis en garde le Fonds Monétaire International…. »

« Olivier Blanchard, économiste en chef du FMI, a déclaré que le pourcentage de travailleurs mis à pied pour de longues périodes a augmenté à chaque récession depuis des décennies, mais les chiffres ont bondi cette fois. Le chômage à long terme est alarmant : Aux États-Unis, la moitié des chômeurs ont été sans emploi pendant plus de six mois, quelque chose que nous n’avons pas vu depuis la Grande Dépression, a-t-il dit …. »

« Le FMI a indiqué qu’il peut y avoir un lien entre la hausse des inégalités au sein des économies occidentales et le dégonflement de la demande. Les historiens disent que la dernière fois que l’écart des richesses a atteint de tels extrêmes, c’était en 1928-1929 … »

Pour vous montrer comment le FMI peut être insidieux, ils ont récemment lancé une campagne de propagande pour dénoncer publiquement les réductions du déficit budgétaire et les mesures d’austérité. Toutefois, dans les coulisses, ils en ont personnellement forcé la mise en place et ont fait leurs demandes habituelles pour les réductions essentielles des services sociaux et des dépenses publiques, et, lorsque ces réductions seront en place, les émeutes suivront évidemment.

Un récent rapport du Washington Post :

« Le FMI exige une très grande prudence financière pour les États-Unis :
Couper la sécurité sociale. Éliminer la déduction des intérêts pour les prêts hypothécaires. Taxes sur l’essence. Les États-Unis se sont récemment ouverts au plus intense examen à ce jour par le Fonds Monétaire International et a obtenu une pilule bien amère lorsque l’agence a critiqué certains aspects bien défendus de la culture américaine, du carburant bon marché, des logements subventionnés et des chèques de retraite du gouvernement …. »

L’économiste Dean Baker écrit :

« Les banquiers centraux et leurs complices au sein du FMI dictent les politiques aux gouvernements démocratiquement élus. Leur agenda semble être le même partout, réduire les prestations de retraite, réduire le soutien public pour les soins de santé, affaiblir les syndicats et forcer les travailleurs ordinaires à accepter des réductions de salaire. »

Dans un autre rapport, Baker ajoute :

« Le programme du FMI demande des réductions dans l’aide gouvernementale pour les soins de santé, les pensions et un large éventail d’autres services publics. Il exige également l’affaiblissement des règles du marché ouvrier qui offrent aux travailleurs une sécurité d’emploi. »

« Ces recommandations sont données dans un contexte où l’économie mondiale souffre d’un déficit considérable de la demande. En d’autres termes, des dizaines de millions de personnes sont au chômage en ce moment parce qu’il n’y a pas assez de dépenses pour maintenir leurs emplois. Le programme du FMI réduira certainement encore plus les dépenses entrainant des déficits encore plus grands de la demande et encore plus de chômage …. »

« Les antécédents du FMI nous donne d’autres raisons pour non seulement questionner la compétence de l’institution, mais aussi ses motivations …. Il est possible de voir une tendance similaire dans la dernière série de recommandations politiques du FMI pour faire face à la crise économique. »

Dans un article intitulé, « The Attack of the Real Black Helicopter Gang: The IMF Is Coming for Your Social Security », Baker continue :

« La semaine dernière, le FMI a dit aux États-Unis qu’ils devaient commencer à réduire leur déficit budgétaire. Il a mis les coupures dans la sécurité sociale au sommet de l’échelle que le pays doit prendre pour atteindre la réduction du déficit. Ceci est plus que scandaleux pour deux raisons … »

« Alors que le FMI n’a pas de problème à avertir que les travailleurs à la retraite obtiennent trop de bénéfices de la sécurité sociale, ils n’ont apparemment rien trouvé à dire lorsque s’est présentée la question des titres poubelles de Goldman Sachs ou de Citigroup qui ont contribué à alimenter la bulle immobilière. »

« L’effondrement de cette bulle a non seulement fait coulé l’économie mondiale, il a également détruit la plupart des économies des prochains retraités pour qui le FMI veut réduire la Sécurité Sociale. La grande majorité des retraités à revenus intermédiaires ont comme seule richesse les capitaux provenant de leurs propres maisons. Ces capitaux de leurs propres maisons ont en grande partie disparu lorsque la bulle a éclaté. »

Ainsi, le FMI et le cartel bancaire mondial fixent les conditions les agitations sociales et mettent de la pression pour obtenir des politiques qui les provoquent, et le Pentagone se prépare à une intervention militaire. Aussi effrayant et aussi incroyable que cela puisse paraître, nous sommes sur une voie rapide vers ce scénario.

Pour résumer

Les économies américaine et mondiale ont déjà été pillées et détruites au-delà de toute réparation. La plupart des économistes sérieux admettent que les gouvernements ont déjà épuisé leurs capitaux par le renflouement des banques et en augmentant l’endettement à un niveau sans précédent. Les plans de sauvetage et les récents retours à des bénéfices élevés ont été simplement la phase finale du pillage et une poursuite de la consolidation de la richesse à un niveau sans précédent. Il y a encore des dizaines de trillions de dollars de dettes cachées hors des livres et des centaines de trillions de dollars dans les piscines obscures des responsabilités dérivées. Alors que la récession continue, il ne reste rien pour relancer l’économie, les réserves et les filets de sécurité ont déjà été poussés à leurs limites.

Nous avons un système politique et économique qui a été envahi par la corruption et le crime organisé. Nous avons aussi un système médiatique qui n’informe pas la population et qui a effectivement marginalisé et isolé la majorité de la population. Pendant ce temps, nous avons le bouillonnement juste sous la surface d’une population très lourdement armée avec des mouvements de milice qui ont doublé au cours des dernières années, et leurs membres continuent à croître rapidement. Sans l’intelligence politique générale nécessaire ou une infrastructure pour organiser des mouvements de masses effectifs non-violents, nous nous dirigeons comme un rouleau compresseur vers des émeutes spontanées et des explosions d’insurrections armées.

En d’autres termes, pendant que cette période de ralentissement économique se poursuit, ce qui est maintenant une population passive et confuse finira par se transformer en une explosion de violence. Sans un mouvement cohérent non-violent pour fournir une alternative viable, sans une réponse pour les griefs graves et légitimes qui pourrait fournir une chance aux changements politiques nécessaires de toute urgence, les gens vont recourir à la violence comme dernier acte désespéré de vengeance et de frustration. Comme le temps passe, ces gens oubliés et isolés, des dizaines de millions d’entre eux, sont rapidement à court d’options, et ils agiront comme toutes les personnes exploitées dans le monde entier ont toujours fait.

Un homme qui a déclenché une révolution contre le même cartel bancaire qui a causé notre crise décrit l’attitude générale parmi une population qui s’est révoltée avec succès par une insurrection armée :

« Le peuple est las d’être opprimé, persécuté et exploité au maximum. Ils sont las de la vente à rabais de leur force de travail jour après jour, confronté à la peur de rejoindre l’énorme masse des chômeurs, de sorte que le plus grand profit peut être arraché de chaque corps humain, les bénéfices étant plus tard gaspillés dans les orgies des maîtres du capital …. »

« Le sentiment de révolte se renforce chaque jour entre les peuples soumis à des degrés divers d’exploitation, et ils prendront les armes pour conquérir par la force les droits que la raison seule n’a pas gagné.»

Quelles que soient vos idées préconçues de l’homme qui a dit que la voix de Che Guevara pouvait désormais être clairement comprise et reliée à l’écrasante majorité des personnes à travers les États-Unis.

Déjà, malgré une propagande intensive, un superbe 80 pour cent de la population américaine croit que le gouvernement les a laissés tomber. Les soins de santé et les projets de réforme financière ont prouvé que nos politiciens sont beaucoup plus préoccupés par les nécessités à courts termes pour plaire à l’élite économique et à lever des fonds pour leurs campagnes, qu’ils ne le sont pour comprendre les conséquences pour des millions d’américains d’être forcés dans des situations où leur survie même est menacée. Dans un système où la plupart des élus sont millionnaires, ce manque de perspective et de compréhension est finalement ce qui va conduire à la violence. Que ce soit par arrogance ou ignorance, peut-être les deux à la fois, il semble que notre classe dirigeante a des tendances suicidaires. À moins qu’ils ne reconnaissent rapidement la menace croissante posée par les masses dépossédées, nos marionnettes de la politique seront probablement eux-mêmes en danger.

Pour vous montrer comment nos élus sont incroyablement déconnecté de la réalité, et pour vous donner une indication claire de l’attitude qui prévaut sur la colline du Capitole, un récent rapport du Washington Post résumait leur réponse aux dernières nouvelles qu’un nombre record d’américains vivaient maintenant dans la pauvreté :

« La réticence des dirigeants politiques des deux côtés de la Chambre pour affronter directement le fait qu’un nombre croissant d’américains glisse dans la pauvreté reflète une réalité persistante sur les pauvres :  Ils ne sont rien de plus qu’une circonscription politique. »

« Nous parlons à beaucoup de gens sur la colline du Capitole qui croient que la pauvreté est importante et constitue un fléau pour notre nation, mais nous sommes également confrontés à une reconnaissance générale que les pauvres ne votent pas en grand nombre. Et ils ne vont certainement pas faire des contributions financières aux campagnes électorales. Ceci met définitivement ces gens derrière de nombreuses autres personnes et autres intérêts lorsque les décisions sont prises ici. »

Et, ceci résume bien notre crise actuelle, n’est-ce pas? Les « personnes pauvres ne votent pas », et ils ne font pas de « contributions aux campagnes électorales. »

Le bang les tambours de guerres

Comment ce cartel bancaire impériale fasciste répond-t-il à la révolte ? Comment vont-ils maintenir leur pouvoir sur une population de plus en plus radicalisée et hostile des États-Unis ?

Dans une tentative pour conjurer une rébellion organisée, ils augmentent déjà leurs efforts de propagandes dans des tentatives pour diviser et distraire la population. Les tactiques de leur stratégie pour diviser et pour conquérir sont déjà en plein déploiement. Leurs réseaux médiatiques ont considérablement augmenté la couverture et centralisé l’attention sur la rhétorique de la division, avec l’aide des questions qui divisent comme l’immigration, le racisme, le fanatisme religieux, les « chômeurs paresseux », « le droit au bien-être » et les mariages homosexuels pour diviser et distraire la population, et empêcher les masses de s’organiser contre leurs vrais oppresseurs.

Cet effort de propagande est seulement une mesure temporaire et ne suffira pas à long terme. Alors que l’économie continue son effondrement, l’élite bancaire risque d’être renversée à la suite de leur propre cupidité. Ils se tourneront alors vers la violence physique, initiée par les militaires, pour supprimer les populations qui ne peuvent plus être contrôlées par la propagande et la coercition économique.

Pour paraphraser l’analyste politique Anatol Lieven, la stratégie classique d’une oligarchie en danger est de détourner le mécontentement parmi la population dans le militarisme nationaliste. Il est temps, encore une fois, de frapper les tambours de guerres et de « précipiter les citoyens dans une ferveur patriotique ». La source de la citation suivante est inconnue, mais sa sagesse évidente est quelque chose que nous avons déjà expérimenté auparavant dans le passé récent:

« Méfiez-vous du dirigeant qui frappe les tambours de guerres afin de fouetter l’ensemble des citoyens dans un élan patriotique, parce que le patriotisme est en effet une arme à double tranchant. Le patriotisme enhardit à la fois le sang, tout comme il rétrécit l’esprit. Et, quand les tambours de guerres ont atteint un paroxysme et que le sang bouillonne avec la haine et que l’esprit est fermé, le dirigeant n’aura besoin d’aucune aide pour s’emparer des droits des citoyens. Au contraire, les citoyens, imprégnés par la peur et aveuglés par le patriotisme, offriront avec plaisir la totalité de leurs droits au dirigeant. »

Une menace extérieure accrue mènera à une répression interne accrue, ce qui crée le prétexte et les conditions pour la mise en place d’un état policier. Comme nous l’avons déjà vu dans la première phase du dépouillement des libertés civiles depuis que la « guerre contre le terrorisme » a commencé, lorsque des émeutes et des éruptions d’insurrections armées commencent aux États-Unis, des menaces extérieures, réelles ou imaginaires, seront à nouveau présentées pour justifier des mesures extrêmes pour réprimer des citoyens américains, et pour continuer à réprimer et à détourner la dissidence interne. Sans un ennemi extérieur afin de rallier la population contre lui, la population va se mobiliser contre les pouvoirs préexistants internes.

Pour mettre une légère torsion sur ce que Guy Debord a dit avec perspicacité en 1988 : « Le cartel bancaire construit son propre ennemi inconcevable, le terrorisme. Son souhait est d’être jugé par ses ennemis plutôt que par ses résultats. L’histoire du terrorisme est écrite par l’état et elle est donc très instructive. Mais, ils doivent toujours en savoir assez pour les convaincre que, par rapport au terrorisme, tout le reste doit être acceptable, ou, en tout cas, plus rationnel et plus démocratique. »

Le bouc émissaire chinois : Les guerres commerciales et monétaires

Pendant que des millions d’américains et la majorité de la population mondiale cherchent une vengeance contre les responsables de la baisse sévère de leur niveau de vie, le cartel bancaire mondial ne va pas s’en blâmer afin de pouvoir en rejeter le blâme sur la Chine, une cible bien plus commode.

À la suite de la crise, les monnaies nationales sont ébranlées et le dollar, qui est actuellement une des monnaies fortes sur papier, perd de la puissance à mesure que la crise s’aggrave. Le FMI s’emploie à remplacer le dollar comme monnaie de réserve mondiale et a commencé à discuter de la possibilité de faire de leurs Droits de Tirages Spéciaux (DTS) la nouvelle monnaie de réserve mondiale. Une brusque chute du dollar mettra évidemment la population américaine dans une situation désespérée et le cartel bancaire basé aux États-Unis a besoin d’une excuse pour détourner jeu politique. En Chine, la nation est prête à remplacer les États-Unis comme la superpuissance mondiale prééminente, ils sont donc un parfait bouc émissaire.

Les multinationales basées aux États-Unis ont réorienté leurs activités en Chine et ont relocalisé des millions d’emplois dans cette région en raison des salaires de leurs travailleurs extrêmement faibles. Ainsi, la population américaine est déjà prédisposée à blâmer la Chine, par opposition aux sociétés qui exploitent cette main-d’œuvre bon marché. Les politiciens américains ont commodément transporté le blâme pour le chômage d’eux-mêmes vers la Chine. Pendant ce temps, la Chine possède également une partie importante de la dette nationale américaine. L’amiral américain Mike Mullen, président de l’État Major Conjoint, a récemment déclaré que la dette nationale est la menace numéro un de la sécurité. Comme Mullen l’a déclaré : « Les contribuables paieront environ $600 milliards de dollars en intérêts pour la dette nationale aux environs de 2012. »  Une partie importante de ces intérêts iront vers la Chine.

Pendant que les gouvernements nationaux tenteront de survivre dans une économie de plus en plus hostile, les guerres commerciales et monétaires éclateront et s’intensifieront. La Chine est peut-être dans la meilleure position pour gagner ces conflits. La Chine et le Japon viennent tout juste de s’engager dans une féroce bataille monétaire. Cette bataille des changes ne doit pas être sous-estimée. Nous parlons de la deuxième et de la troisième plus grande économie mondiale, après les États-Unis. La Chine vient de dépassé le Japon pour la position de numéro deux. La rhétorique militante entre ces deux nations ne cesse de croître. Les politiciens américains ont été prompts à sauter sur l’occasion pour classer la Chine comme « manipulateur de monnaies » et pour imposer des tarifs douaniers et des sanctions contre la Chine.

Le journaliste en économies internationales, Barry Grey, a récemment résumé la situation dans un article intitulé, « La crise économique menace de déclencher des guerres monétaires mondiales : »

« L’éruption de conflits d’échanges monétaires est relié à un montage de signes que la crise économique mondiale est systémique, plutôt que simplement conjoncturelle, et l’augmentation des craintes qu’une véritable reprise n’est pas en vue. La crise de la dette souveraine européenne et l’affaiblissement de la croissance économique américaine ont conduit les gouvernements à travers le monde à chercher à s’assurer une plus grande part des marchés d’exportations. Dans des conditions de ralentissement de la croissance et de stagnation des marchés, ceci accentue inévitablement les conflits commerciaux entre les nations capitalistes. »

« En particulier, les États-Unis et l’Union européenne, excités par le pouvoir d’exportation de l’Allemagne, ont poursuivi agressivement une politique des changes à bas prix afin d’obtenir un avantage commercial contre leurs rivaux. Parmi les grandes puissances économiques, le Japon a subi les dommages les plus importants de ces politiques, alors que les investisseurs et les spéculateurs sont passés du dollar et aux investissements dirigés par l’euro vers le yen, entraînant une hausse des taux de changes de la monnaie. »

« Ceci a mis à mal les rapports entre le Japon et les États-Unis et l’Union Européenne. Le Japon a également dénoncé la Chine pour le maintien artificiellement bas de sa monnaie tout en faisant monter le yen en augmentant ses achats de titres du gouvernement japonais. »

Les marionnettes dirigeantes du cartel bancaire mondial au Capitole Hill, les sénateurs Chris Dodd, Chuck Schumer et Richard Shelby ont tous été prompts pour attaquer la Chine. Barry Grey a continué :

« À l’ouverture des audiences du comité sénatorial sur les banques, le président Christopher Dodd a déclaré que la Chine était un manipulateur de devises et a déclaré que ses politiques économiques et commerciales actuelles faisaient obstacles à la reprise. Il a continué en accusant la Chine d’avoir volé de la propriété intellectuelle, en violation avec les accords commerciaux internationaux et en faisant du dumping de marchandises. Il a également dénoncé la Chine pour l’acquisition de ressources nationales dans les pays en développement et pour le renforcement de son armée. »

« Dans sa déclaration d’ouverture, le représentant républicain, Richard Shelby de l’Alabama, a déclaré qu’il ne fait aucun doute que la Chine manipule sa monnaie afin de subventionner les exportations chinoises. La seule question est : Pourquoi l’administration protège-t-elle la Chine en refusant de la désigner comme manipulateur de devises ? »

« Le sénateur Charles Schumer, un démocrate de New York, a déclaré que les manipulations monétaires chinoises étaient comme une bottine sur la gorge de notre redressement et cette administration refuse d’essayer de convaincre la Chine de supprimer cette bottine. »

En plus de tout cela, la Chine a maintenant dépassé les États-Unis en tant que principal consommateur mondial d’énergies. Michael T. Klare rapporte sur la nouvelle position de puissance de la Chine :

« Le point principal : En devenant le principal consommateur mondial d’énergies, la Chine deviendra également un acteur de plus en plus dominant internationalement et pourra ainsi fixer le rythme dans la formation de notre avenir planétaire. »

« Parce que l’énergie est reliée à de nombreux aspects de l’économie mondiale, et parce qu’il y a de plus en plus de doutes sur la disponibilité future du pétrole et des autres énergies vitales, les décisions prises par la Chine en ce qui concerne son portefeuille énergétique aura des conséquences profondes. En tant que joueur de premier plan sur le marché énergétique mondial, la Chine pourra déterminer d’une manière significative non seulement les prix qu’il faudra payer pour les carburants critiques, mais aussi le type de systèmes énergétiques que nous devrons utiliser. Plus important encore, les décisions de la Chine sur ses préférences énergétiques détermineront en grande partie si la Chine et les États-Unis peuvent se laisser entraîner dans une lutte mondiale pour les importations de pétrole et si le monde pourra échapper à des changements climatiques catastrophiques. »

La montée de la puissance de la Chine, mélangée avec le déclin des économies occidentales et la nécessité d’un bouc émissaire extérieur, met en place une collision mondial et une inévitable confrontation entre les superpuissances en lice. Les guerres commerciales et monétaires seront probablement un prélude à une confrontation militaire.

Mouvements sur la Grand Echiquier

En se basant sur les manœuvres précédentes, il est évident que les maîtres de la guerre ont déjà élaboré leurs côtés. Vous l’avez peut-être manqué, mais les États-Unis, Israël et l’OTAN ont déjà mis en garde l’Iran, le Liban, la Syrie, la Corée du Nord, le Venezuela, la Russie et la Chine. Et le « retrait » de l’Irak et de la région Afghane est reporté. L’occupation de ces pays se poursuit avec aucune fin en vue. En fait, ils ne se retirent pas puisqu’ils se repositionnent et déplacent leurs forces, se préparant pour une escalade. À bien des égards les guerres en Irak et en Afghanistan ont seulement été la phase initiale d’une attaque mondiale, positionnant des forces et construisant des bases militaires massives dans des endroits géostratégiques importants. Les opérations dans cette région n’ont été essentiellement qu’un réchauffement des attaques beaucoup plus importantes contre des pays beaucoup plus puissants. Alors que la majeure partie de la population américaine joue aux dames en croyant que les guerres en Irak et en Afghanistan ne sont que des batailles ponctuelles, le cartel bancaire mondial joue aux échecs en utilisant ces guerres comme des mesures initiales géostratégiques dans une grande stratégie vers la domination totale du monde.

L’intensification des manœuvres militaires survenant actuellement est alarmante. Lisez les récents bulletins de nouvelles extraits de la base de données AmpedStatus, tous des quelques dernières semaines, et laissez-moi savoir si vous pensez que je suis un peu trop extrême en prévoyant la Troisième Guerre Mondiale :

• Les États-Unis financent l’achat israélien de 20 F-35 Joint Strike Fighters
• Les États-Unis financent des « guerres fantômes » dans des douzaines de pays
• La Corée du Sud et les États-Unis s’adonnent à des jeux de guerre massifs communs
• Offensive militaire des États-Unis contre la date limite afghane de Juillet 2011
• La Chine met en garde les États-Unis contre le dernier exercice militaire dans la région
• Les dangers de la rivalité croissante sino-américaine
• Le plus gros programme d’emplois en Amérique – l’armée américaine
• « Bonanza » de ventes d’armes des États-Unis au Moyen-Orient
• Militaires chinois : Le peuple chinois ne tolérera pas les provocations des États-Unis
• Israël rase les cimetières musulmans de Jérusalem
• Les États-Unis supervisent la méga-base de l’Afghanistan
• Les États-Unis ont peur que d’autres pays ne respectent pas la « souveraineté »de l’Irak
• Réductions de l’aide de 100 millions de dollars des États-Unis aux militaires duLiban
• Les États-Unis ne laisseront pas les réserves énergétiques de l’Irak sanssurveillance
• Les plans américains pour vendre des jets F-15 à l’Arabie Saoudite
• Blackwater : 220 millions de dollars en nouveaux contrats
• Le Congrès dépense un autre 600 millions de dollars pour la militarisation desfrontières
• Les États-Unis inquiets par la tentative de Hamid Karzaï d’exercer un contrôle sur la corruption
• Les Palestiniens n’ont pas l’accès à l’eau
• Gates : L’occupation de l’Irak pourrait continuer
• Petraeus bat les tambours d’une guerre sans fin en Afghanistan
• Israël et les États-Unis accroissent leur coopération militaire et tiennent leur plus grand exercice d’infanterie mixte
• Les États-Unis et la Corée du Sud organisent un autre exercice militaire
• Philippines : Nouvelle base américaine pour lancer la militarisation de l’Asie du Sud-Est
• Les États-Unis et le Royaume-Uni aident à former les troupes du Kazakhstan dans la cour-arrière de la Russie
• L’Inde commande un grand nombre de missiles anti-char Javelin des États- Unis
• Plus de bases militaires US/OTAN : les forces armées américaines en Asie centrale
• Les États-Unis et le Vietnam renforcent leur coopération militaire en raison des craintes envers la Chine
• Spéculation, débat sur une éventuelle attaque contre l’Iran
• Le ministre russe des Affaires Étrangères défend l’usine iranienne d’énergie nucléaire

Une Cour de la Colombie Bloque un accord militaire avec les États-Unis

Derrière une lutte régionale et restreint l’accès à 7 bases militaires
• Le Venezuela dit qu’il va quand même envoyer de l’essence à l’Iran
• Le Venezuela menace de couper le pétrole vers les États-Unis
• Iran : Le Venezuela risque des actions des États-Unis
• Chavez et la Chine : Défier les intérêts américains
• Espace aérien Canada-Russie : « manifestation » sur l’Arctique
• Le Canada a intercepté deux bombardiers russes à proximité de l’Arctique
• Le Japon et les États-Unis planifie un exercice naval près d’îlots litigieux
• La Chine limite les exportations de minéraux de terres rares par 70 pour cent, les tensions augmentent avec les États-Unis sur plusieurs fronts
• Moscou met en garde des États-Unis sur la question des frappes aériennes israéliennes contre l’Iran
• La stratégie globale des États-Unis cible tout défi potentiel en Eurasie
• Obama signe le projet de loi de 600 millions de dollars pour augmenter la militarisation de la frontière américano-mexicaine
• Castro met en garde contre une guerre nucléaire; L’amiral Mullen menace l’Iran; US-Israël vs Iran-Hezbollah
• Il ne semble pas que Washington veuille des relations diplomatiques avec le Venezuela
• Les États-Unis demandent à Israël de ne pas attaquer l’Iran pour l’instant
• Les États-Unis soulignent le rôle militaire en Irak, les brigades de combat sous un autre nom
• Le plan de retrait des États-Unis marque « la privatisation de l’occupation militaire »
• L’intervention militaire des États-Unis en Afrique : Le nouveau plan de la domination mondiale
• Ahmadinejad annonce une réponse mondiale si l’Iran est attaqué
• L’Iran ouvre sa première centrale nucléaire avec l’aide russe
• Pourparlers au Proche-Orient : peu d’espoirs depuis le début
• L’Iran espère que la prochaine étape de la Russie sera la livraison du système de missiles S -300
• L’Iran travaille contre la démocratie en Irak selon un général américain
• Des brigades de combat américaines toujours en Irak
• Karzaï reste ferme sur la dissolution de la sécurité privée
• Le nouveau bombardier drone de l’Iran est le « messager de la mort pour les ennemis de l’humanité »
• Costa Rica : Les navires de guerre des États-Unis provoquent un malaise
• Un membre de la Knesset d’Israël déclare « Nous nous préparons pour la  guerre »
• Le patron capturé des talibans pakistanais arrête les pourparlers de paix
• L’Iran condamne une possible action militaire américaine
• L’Iran exige la formation d’une Union Islamique pour démarrer le Nouvel Ordre Mondial
• Quatre attaques aériennes israéliennes sur Gaza
• Deux minutes avant minuit? Le débat sur le bombardement de l’Iran de l’enfer
• La dernière chance d’éviter une guerre commerciale mondiale
• Al-Shabab veut une guerre somalienne « massive »
• Nous devons être prêts pour la guerre avec la Chine
• Le mensonge des assassinats massifs au cœur de la stratégie militaire de l’Amérique dans le monde musulman
• Les États-Unis déplorent le carnage « particulièrement choquant » de Mogadiscio
• Philippines : Pion dans l’encerclement des États-Unis de la Chine
• La sécurité et la souveraineté alimentaire mondiale menacée par « l’accaparement des terres » dans les pays pauvres
• Les États-Unis dépensent 1,3 milliard de dollars sur des bases en Afghanistan
• Un marine de haut niveau de l’Amérique défie la chronologie du retrait afghan d’Obama
• La CIA voit une augmentation de la menace d’Al-Qaïda au Yémen
• Les États-Unis songent à des attaques étendues au Yémen
• JSOC embauche des interrogateurs pour des opérations secrètes dans des « programmes d’accès spécial »
• Kim Jong-II se rend en Chine
• Le Canada intercepte les bombardiers russes, encore une fois
• Kim Jong-II visite la Chine pendant que Carter attend en Corée du Nord pour des entretiens sur les américains emprisonnés
• La Chine pulvérise le rapport du Pentagone
• La guerre de la drogue fait rage au Mexique, 28k morts
• Des tensions apparaissent entre le Rwanda et les bailleurs occidentaux, l’influence de la Chine se développe
• « L’alarme » retentit pour le gouvernement australien sur l’approfondissementdes liens de la Chine avec le Timor de l’Est
• Les législateurs des États-Unis demandent à la France de ne pas armer l’armée libanaise
• Le président de l’État-major Conjoint dit que la dette nationale est la plus grande menace pour la sécurité nationale
• 18 nations terminent l’exercice de la terreur dans le canal de Panama
• Les États-Unis tentent de contrôle toute la péninsule coréenne menaçant la Chine et la Russie
• Le Canada ouvre l’Arctique à l’OTAN et planifie un armement massif
• La Chine annonce un exercice maritime avant la démonstration de force des États-Unis
• Poutine dénonce l’occident pour avoir trompé la Russie
• Poutine :  Les États-Unis réarment la Géorgie
• Israël se prépare à attaquer la Syrie
• Déploiement des troupes de la Chine dans le Cachemire pakistanais
• Israël menace de déclencher la guerre avec le Liban
• Les États-Unis étendent les sanctions contre la Corée du Nord
• Le Hamas cible les pourparlers israélo-palestiniens en tuant quatre Israéliens
• Les drones américains patrouilleront toute la frontalière sud
• Mer Jaune: Des destroyers américains et des sous-marins sud-coréens font de nouveaux exercices
• Un rapport du Pentagone souligne la montée des tensions sino-américaines
• Les agents de formations de la CIA pour « le terrorisme soutenu par l’État » au Soudan
• Tony Blair : Les interventions militaires dans les régimes voyous « plus que jamais nécessaires »
• La France renforce son intervention militaire au Sahel, Afrique de l’Ouest
• Le rapport militaire allemand : Les prix pétroliers pourraient mener à un effondrement de la démocratie
• Les États-Unis et le Venezuela au bord du gouffre
• Les Talibans du Pakistan menacent d’attaques aux États-Unis et en Europe
• Les politiques d’austérité de l’Union Européenne risquent la guerre civile en Grèce, prévient un économiste de haut niveau   allemand
• L’Inde achète des missiles de pointe contre les navires faits aux États-Unis
• Le Moyen-Orient perd des trillions alors que les États-Unis concluent des ventes importantes d’armes
• La guerre va-t-elle éclater le long de la frontière israélo-libanaise ?
• L’OTAN demande plus de 2000 soldats de plus pour l’Afghanistan
• Les États-Unis vont « probablement » maintenir des troupes en Irak après 2011
• Les Militaires des États-Unis continuent à investir des centaines de millionsdans les bases en Irak
• L’agence nucléaire de l’ONU dit que la surveillance de l’Iran est entravée
• Les entretiens au Proche-Orient sont une couverture pour les préparatifs de guerre des États-Unis
• L’accaparement des terres, la demande de biocarburants soulève les risques globaux de la sécurité alimentaire
• Guerre de l’Anthrax, la connexion malaisienne
• L’argent des entrepreneurs de la défense alimente la poussée pour la militarisation de la frontière américano-mexicaine
• Un rapport du gouvernement américain plaide pour une force de police pour les interventions américaines à l’étranger
• 730 avions F-35 destinés à être vendus en Grande-Bretagne, Italie, Pays-Bas, Turquie, Canada, Australie, Danemark, Norvège
• Les États-Unis concluent un accord de 2,5 milliards pour des F-35 à Israël, le Japon sera le prochain accord
• Le rêve pétrolier de Cheney, redessiner la carte du Moyen-Orient
• Les États-Unis et la Chine en désaccord sur la Corée du Nord
• Le Pentagone dit que l’USS George Washington se joindra à des exercices militaires au large de la péninsule coréenne
• Clinton : La guerre de la drogue au Mexique proche de « l’insurrection »
• L’accaparement des terres dans les pays pauvres en augmentation
• Inde : Des troupes en état d’alerte à cause du réchauffement d’un différend frontalier avec la Chine
• Inde : Les États-Unis achèvent la Structure Militaire Globale
• Les États-Unis doivent régler leurs problèmes radicaux domestiques
• Les experts : La menace terroriste aux États-Unis vient maintenant plus de l’intérieur
• Le New York Times pousse pour une confrontation avec l’Iran
• Le plus grand contrat d’armes des États-Unis : Le Congrès renseigné d’un contrat de ventes d’armes américano-saoudiennes de 60 milliards de dollars, pour des alliés arabes contre l’Iran
• Les accords entre la Chine et l’Afrique du Sud soulignent rivalité entre les grandes puissances en Afrique
• La « réforme » des forces armées allemandes reflète la croissance du militarisme
• Le FMI craint une « explosion sociale » à cause de la crise mondiale de l’emploi
• L’ambassade américaine en Jordanie met en garde contre une « menace imminente » autour d’Aqaba
• Niveau record des frappes aériennes des États-Unis sur des militants afghans
• Le Hamas : Des avions israéliens attaquent Gaza pendant que les dirigeants parlent de paix
• Les généraux d’Obama poussent pour la guerre au Yémen
• Les drones des États-Unis survolent le Mexique
• Les manipulations des devises de la Chine : Retournement de l’Amérique
• Asie : Le Pentagone ravive et élargit les blocs militaires de la guerre froide
• Les États-Unis et l’OTAN renforcent les positions le long du flanc sud de laRussie
• La Russie vs Canada: Course pour les fonds marins riches en pétrole del’Arctique
• La crise économique menace de déclencher des guerres monétaires mondiales
• Le roi saoudien rencontre les responsables du contre-terrorisme du Canada etdes États-Unis
• La Chine, l’énergie et la puissance mondiale
• La Somalie, le prochain Afghanistan? Un haut représentant de l’ONU met en garde contre la croissance de l’insurrection
• Le Pentagone doit canaliser des armes des États-Unis vers le Yémen
• Les tensions sino-japonaises augmentent pendant que la Chine rompt des contacts de haut niveau, le drapeau japonais est brûlé en signe de protestation
• Des états du Golfe commandent 123 milliards d’armes des États-Unis pour contrer l’Iran
• Renforcement militaire massive des États-Unis prévu pour Guam
 
Ainsi, nous avons le portrait. L’élite économique mondiale a effectivement pillé et détruit les économies nationales à travers le monde, le système de propagande s’effondre rapidement et les masses commencent à s’agiter dangereusement. Il est temps de passer à la phase suivante de l’attaque. Les préparatifs sont déjà en cours. Nous sommes en route vers la troisième guerre mondiale.

Guerres de ressources

Ajoutez à ce tableau le rapide déclin des ressources naturelles et un environnement de plus en plus hostile et pollué par des événements météorologiques extrêmes qui frappent souvent le monde entier. Dans la dernière décennie, l’élite mondiale des entreprises s’est déjà engagée dans trois guerres pour les ressources principales de l’Irak, de l’Afghanistan et de l’Afrique du Nord.

Avec une population mondiale en croissance et une demande croissante pour les ressources en déclin, nous avons déjà franchi un point de basculement et nous sommes maintenant dans le rouge écologique. Pour la première fois de l’histoire humaine, nous sommes en train de consommer les ressources plus vite que la nature peut les produire. Pendant que les pays en développement comme la Chine et l’Inde tentant de vivre comme les pays occidentaux, il n’y a tout simplement pas assez de ressources. L’économie mondiale est construite sur une base non durable. Au lieu d’évoluer et de changer de cap, le système bancaire en place continue à creuser toujours plus loin, et ils dirigent l’OTAN, le complexe militaire privé et le gouvernement des États-Unis. En se basant sur les politiques actuelles qui sont en place, ils ont clairement décidé qu’ils voulaient continuer à faire des affaires comme d’habitude et refusent d’évoluer et de s’adapter à un environnement en mutation rapide. Avec cette décision, ils ont effectivement déjà décidé d’aggraver encore plus leur oppression de la majorité écrasante de l’humanité, et cela conduira à la mort de centaines de millions de personnes.

Le cartel bancaire mondial considère les ressources limitées de la planète comme leur propriété, et ils ont constamment prouvé qu’ils n’auraient absolument aucune hésitation à tuer des millions et des millions de personnes pour ces ressources ; Il suffit de regarder ce qu’ils ont déjà fait dans un passé récent dans le Nord de l’Afrique, le Moyen Orient et l’Amérique latine.

Dans les années depuis que l’Afrique du Nord a été considérée comme étant « les plus riches parcelles de terres » en raison de grands gisements de minéraux naturels qui sont nécessaires pour produire les technologies informatiques, plus de cinq millions d’Africains, seulement en Afrique, ont trouvé la mort à cause des guerres.

L’élite mondiale a toujours utilisé une stratégie d’armement et de financement des deux côtés des conflits armés. Pendant que les populations opposées se tuent les uns les autres, ils s’emparent alors de leurs ressources naturelles. Quand ils font face à un gouvernement qui ne peut être corrompu ou provoqué dans une guerre civile ou une guerre régionale, ils financent les escadrons de la mort, tentent des coups militaires et les intimident en donnant des armes à des régimes voisins non démocratiques. Si tout çà ne fonctionne pas, ils sont déclarés menace pour la sécurité nationale et l’armée américaine, les entrepreneurs privés et les forces de l’OTAN envahissent et occupent le pays.

Ces stratégies terroristes ne se limitent pas au Moyen-Orient et à l’Afrique, il suffit de demander à nos voisins de l’Amérique latine. Contrairement à la croyance populaire, les techniques horribles de tortures infligées à des personnes à Abu Ghraib, en Irak, n’étaient pas un incident isolé. Beaucoup de ces techniques brutales de tortures ont été développées au fil des ans en torturant des civils innocents à travers l’Amérique latine.

Le portrait en l’Amérique latine aujourd’hui est une d’inspiration. Les gens de la région se soulèvent contre l’élite mondiale des entreprises et exigent leurs droits et le retour de leurs ressources naturelles, de la Bolivie à l’Equateur et jusqu’au Venezuela. Ceci est un autre facteur déterminant que « l’oligarchie est en voie de disparition » en recourant au désespoir militaire. Le Coup d’État militaire au Honduras, la tentative de coup au Venezuela et la tentative avortée de provoquer une confrontation armée entre la Colombie et le Venezuela indiquent clairement dans quelle direction se dirige cette situation si les banquiers impérialistes arrivent à leurs fins.

L’américain moyen ignore totalement jusqu’à quel point ces gens sont terriblement dépravés. Le peu de considération qu’ils ont pour la vie humaine est au-delà de toute compréhension commune.

Complexe militaire privé

L’élite mondiale a déjà utilisé la « guerre au terrorisme » comme prétexte pour augmenter considérablement les dépenses militaires et bâtir une armée privée massive et des complexes de renseignement sur le dos des contribuables américains. Selon un rapport complet du Washington Post, 1,2 millions d’entrepreneurs privés travaillent dans ce complexe. La plupart des américains ne sont pas conscients du fait que 69 pour cent des soldats déployés en notre nom sont des entrepreneurs privés, et 80 pour cent d’entre eux sont des ressortissants étrangers, ce qui signifie qu’ils ne sont même pas des États-Unis. La moitié des gens que nous avons déployés en notre nom, qui sont financés par nos impôts, ne combattent même pas pour notre pays, ils se battent pour un salaire.

Les guerres sont un racket extrêmement rentable, ce qui donne un énorme encouragement pour les maintenir en activité. C’est une des raisons pour laquelle la guerre en Afghanistan est maintenant la plus longue guerre de l’histoire des États-Unis. Ce système a conduit à un état perpétuel de guerre. Les dépenses militaires, bien que largement présentées comme étant de l’ordre de $680 milliards par année, totalisent plus précisément plus de 1 trillion de dollars par année. De ce montant énorme des dépenses annuelles, 25 pour cent n’est même pas comptabilisé, sans compter les milliards de nos impôts perdus dans les surcharges et toutes les fraudes.

Ce complexe militaire privé est devenue tellement hors de contrôle que les politiciens sont maintenant forcés d’admettre qu’ils n’ont aucune idée de ce qui se passe à l’intérieur. Comme le rapport du Washington Post l’a révélé :

« Le monde top-secret que le gouvernement a créé en réponse aux attaques terroristes du 11 septembre 2001, est devenu tellement grand, tellement lourd et tellement secret que personne ne sait combien d’argent çà coûte, combien de personnes y travaillent, combien de programmes existent à l’intérieur de celle-ci, ni exactement combien d’organismes font le même travail. »

« Ce sont quelques-unes des conclusions d’une enquête de deux ans par le Washington Post qui a découvert ce qui équivaut à une géographie alternative des États-Unis, une Amérique Top Secrète cachée du public et qui manque de contrôle approfondi. Après neuf années de dépenses et de croissances sans précédent, le résultat est que le système mis en place pour maintenir la sécurité à l’intérieur des États-Unis est tellement massif que son efficacité est impossible à déterminer. »

« D’autres conclusions de l’enquête comprennent :
+             Environ 1271 organismes gouvernementaux et 1931 entreprises privées travaillent sur les programmes reliés au contre-terrorisme, et le renseignement et la sécurité intérieure dans environ 10,000 sites à travers les États-Unis.
+             Environ 854,000 personnes, près de 1,5 fois plus de personnes qui vivent à Washington, DC, détiennent une habilitation de sécurité top-secret. »

Il y a tellement de cellules qui ne rendent pas de comptes et de factions rivales au sein de ce complexe que l’une d’elles pourrait devenir « voyou » et lancer une attaque sur le sol américain et faire semblant qu’elle a été exécutée par une autre organisation « terroriste » ou une autre nation. Cela peut sembler trop gros pour le simple observateur, mais il serait incroyablement naïf de penser que, dans un aussi vaste complexe, avec si peu de surveillance et qui n’a aucun compte à rendre, étant donné les énormes sommes d’argent dont ils disposent, que quelque chose de tragique ne pourrait éventuellement pas se produire. Les implications sont pour le moins de mauvais augure.

Nous avions déjà l’exécution d’une action terroriste domestique interne avec les attaques à l’anthrax de 2001. Il n’est pas exagéré de penser que toute action s’éloignant de l’état de guerre permanente, et toute réduction des dépenses militaires qui pourraient menacer l’existence d’un bon nombre des sociétés les plus grandes et les plus puissantes et les plus rentables du monde, se traduirait par une attaque dans l’espoir d’inciter un conflit militaire. L’avertissement de l’ancien président Dwight Eisenhower contre les « influences injustifiées » du complexe militaro-industriel, et « le potentiel d’une montée désastreuse d’un pouvoir mal placé » n’est rien en comparaison au complexe militaire moderne privé. Bien que beaucoup de ces entreprises dépendent actuellement de l’argent des contribuables américains, ils ne font pas partie du gouvernement, ce sont des entités privées globales avec leurs propres intérêts à cœur, semblable au système bancaire de la Réserve Fédérale. En fait, lorsque vous peler les couches, nombre de ces sociétés militaires privées sont financées par le cartel bancaire mondial.

Lorsque vous comprendre les forces derrière la guerre, vous devez reconnaître les paroles du célèbre récipiendaire par deux fois de la Medal of Honor du Congrès, le brigadier-général américain Smedley D. Butler. Il a bien résumé la situation quand il a dit :

« J’ai passé 33 ans dans les Marines, la plupart du temps comme un homme musclé de grande classe pour les grandes entreprises, pour Wall Street et les banquiers. En bref, j’étais dans un racket pour le capitalisme …. Les épaules des projets de loi du grand public. Ces projets de loi rendent une responsabilité horrible. Des pierres tombales nouvellement placées, des corps mutilés. Des esprits troublés. Des cœurs et des maisons brisées. L’instabilité économique. Des impositions sans précédent pendant des générations et des générations. »

Pour ne citer que deux brefs exemples comment le cartel bancaire fonctionne dans les coulisses pendant les guerres, considérez les points suivants. Le carnage génocidaire en Afrique du Nord qui a tué plus de 5,4 millions de personnes a été soutenu avec enthousiasme par le FMI et la Banque Mondiale. Dans un rapport de nouvelles intitulé, « Les affaires de la guerre en République démocratique du Congo », Dena Montague et Frida Berrigan ont expliqué :

« Le Fonds Monétaire International (FMI) et la Banque Mondiale ont sciemment contribué à l’effort de guerre. Les institutions prêteuses internationales ont aidé le Rwanda et l’Ouganda afin d’augmenter leur produit intérieur brut (PIB), ce qui a résulté à l’exploitation illégale des ressources de la République Démocratique du Congo. Bien que le FMI et la Banque Mondiale aient été conscients que la hausse du PIB coïnciderait avec la guerre en RDC … ils ont néanmoins vanté les deux pays comme des réussites économiques …. »

Dans un autre exemple grotesque provoquant des niveaux massifs de morts, les membres du cartel bancaire a fait fortune avec la production des bombes à fragmentation. The Guardian a révélé les détails :

« Le commerce mortel des bombes à fragmentation est financé par les plus grandes banques du monde qui ont prêté ou arrangé le financement pour un total de $20 milliards aux entreprises qui produisent des armes controversées, malgré l’augmentation des efforts internationaux visant à les interdire. »

« HSBC … a profité plus que toute autre institution des sociétés qui fabriquent des bombes à fragmentation. La banque britannique … a gagné un total de  657.3 millions de livres des frais de l’organisation des obligations et des émissions d’actions pour Textron, qui fabrique les munitions pour ces bombes …. Les militants maintiennent que les armes meurtrières peuvent exploser des années après les combats, tuant ou mutilant des innocents …. »

« Goldman Sachs, Bank of America, JP Morgan et Barclays Bank basé au Royaume-Uni sont également nommés parmi les pires banques [le financement de la production de bombes à fragmentation …]. »

« Goldman Sachs, la banque américaine qui a fait 3.19 milliards de livres de profits en seulement trois mois, a gagné $588.82 millions pour les services bancaires et a prêté 250 millions de dollars aux fabricants de la bombe à fragmentation, Alliant Techsystems et Textron. »
Pour résumer, le cartel bancaire mondial et le complexe militaro-privé sont un énorme virus qui exige un état permanent de guerre. Ils sont intrinsèquement parasites dans la nature, ils ont dégénéré en une entreprise fasciste qui survit et fait des profits à partir de la destruction. S’ils n’obtiennent pas une guerre, ils vont en créer une dans l’intérêt de leur propre préservation. Comme l’ancien chef de station de la CIA, John Stockwell, l’a déjà expliqué : « Les ennemis sont nécessaires pour que puisse tourner la roue de la machine militaire américaine. »  Cette vision peut maintenant être étendue au cartel bancaire mondial. Les ennemis sont désormais nécessaires pour que puisse tourner la roue du cartel bancaire mondial.

Sous le couvert de la « guerre au terrorisme », ils ont lancé une campagne massive de violences à l’étranger et ont systématiquement pillé notre économie et nous ont dépouillé de nos libertés civiles.

Alors que la population américaine et mondiale devient plus radicale, et que l’environnement devient plus hostile, avec des ressources naturelles de plus en plus limitées, dans une tentative désespérée pour maintenir son pouvoir, le cartel bancaire mondial modifiera ses attaques économiques à des agressions mondiales d’origine militaires. C’est le chemin exact que nous sommes en train d’emprunter, le chemin vers la troisième guerre mondiale.

L’histoire se répète

Cela peut très bien être un cas où l’histoire se répète. Il ne faut pas trop simplifier une situation extrêmement complexe, mais tout cela est beaucoup trop semblable à l’origine de la Seconde Guerre Mondiale. Le pillage des masses par l’élite irresponsable de Wall Street a conduit à la Grande Dépression et a fixé les conditions pour la Seconde Guerre Mondiale. Les populations pauvres et désespérées ont appuyé de plus en plus les dirigeants extrêmes. Les conditions sont maintenant tellement mûres pour une guerre mondiale que Noam Chomsky a comparé d’une manière convaincante l’Amérique moderne à la Weimar de l’Allemagne avant le déclenchement de la Seconde Guerre Mondiale. Recherchez dans l’histoire les sociétés d’avant les guerres et vous verrez par vous-même comment notre environnement politique actuel correspond à l’histoire précédente comme un gant.

Comme mentionné précédemment, les racines de notre crise actuelle peuvent être directement retracées au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale. Les institutions internationales comme le FMI et la Banque mondiale ont pris racines dans les ruines de la Seconde Guerre Mondiale. Ils nous ont également donné le National Security Act et la CIA. Ils ont tous été centraux et décisifs dans la création de la crise à laquelle nous sommes maintenant confrontés.

Après avoir analysé la crise actuelle et étudié les précédents historiques bien établis, il faut conclure que la création d’une guerre mondiale est la dernière carte que les banquiers mondiaux ont à jouer au lieu d’abandonner le pouvoir, et l’histoire nous a appris que la classe dirigeante n’abandonne jamais le pouvoir. Bien sûr, le dixième de un pour cent de la population mondiale qui a pillé nos richesses pourrait redonner une quantité importante des $39 trillions qu’ils nous ont volé (sans compter ce qu’ils ont caché dans des comptes à l’étranger). Ce serait certainement le meilleur moyen de régler la crise qu’ils ont provoquée, mais encore une fois, la classe dirigeante n’a jamais abandonné le pouvoir, quel que soit la manière excessive et diabolique qu’ils aient utilisé.

Alors, accrochez-vous bien … à moins que nous réussissions à changer considérablement notre cap actuel, nous sommes sur la route pour la Troisième Guerre Mondiale.

Image 1

Carte de la Troisième Guerre Mondiale – « Pays de l’OTAN/Occident » (bleu foncé), Pays de l’occident non-combattants (violet clair), Russie/puissances orientales (rouge foncé), Pays en faveur de l’orient (orange), Pays en balance (bleu clair)

http://www.pakalertpress.com/2010/09/29/the-road-to-world-war-iii-the-global-banking-cartel-has-one-card-left-to-play/

Traduit par Oscar Blais

Mots clés: , , , , , , ,



Comments are closed.

Back to Top ↑
  • VISITES


  • Donation pour HESTHELAMB

    Pleins Feux sur l'Heure Juste, bénéficie du ministère de HESTHELAMB, et nous voudrions l'aider aussi financièrement.
    Ces vidéos produites demandent beaucoup d'investissement et désirons vous partager ce besoin.
    Merci pour votre soutien !

  • Conférence 2018

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence 2015 et 2012




Real Time Web Analytics