Publié le 12 juillet, 2012 | par Pleins Feux

Le gouvernement persécute et emprisonne un créationniste

Le 31 mai 2009

Kent Hovind qui a construit le célèbre ministère anti-évolution sert actuellement une peine de dix ans d’emprisonnement sur des charges fiscales.Il était un des enseignants et chargés de cours favoris de l’Amérique pour la création biblique, aussi connu comme un professeur pour débattre des sciences pro-évolution dans les collèges et les universités laïques les plus prestigieuses de la nation.

Son ministère avait tellement de succès qu’il a construit un parc à thème sur les dinosaures en Floride, et ses vidéos de ses exposés étaient un délice pour des milliers de personnes. Il animait aussi une émission radiophonique et était en demande comme conférencier 52 semaines par année.

Mais maintenant, Kent Hovind, affectueusement connu comme « Dr Dino », réside dans une petite cellule d’une prison fédérale en Caroline du Sud, servant une sentence de dix ans de prison pour avoir omis de percevoir et de verser les retenues à la source, contrevenant ainsi aux lois fiscales et d’autres accusations connexes. Son épouse, Jo, étant comptable du ministère de Hovind,

« Évangélisme des sciences de la Création », à Pensacola, a été reconnue coupable d’évasion aux exigences de déclarations bancaires et a commencé à servir une peine d’une année en janvier dans une prison à sécurité minimale, en Floride.Cependant, les disciples de Kent Hovind affirment qu’il a été poursuivi en raison de ses convictions religieuses, et aussi parce qu’il était tellement efficace dans la révélation de ce qu’il appelait « le grand mensonge de l’évolution. »

Ce mois-ci, Hovind fait appel de son cas à la Cour Suprême des États-Unis après un rejet définitif le 25 février par la 11ième Cour d’appel d’Atlanta.

Le ministère de Hovind a été lancé en 1989 avec l’objectif de gagner des gens à la foi en Jésus Christ en détruisant l’évolution et en présentant des preuves de la création divine. Kent Hovind a offert 250 000 $ à toute personne qui offrirait des preuves suffisantes de l’évolution darwinienne. Le biologiste évolutionniste, Richard Dawkins, auteur de « La Tromperie de Dieu », a refusé de débattre du sujet avec Hovind, en insistant sur le fait que les travaux créationnistes bibliques ne sont pas de la science et que la science ne peut avancer qu’avec des enquêtes systématiques plutôt que des débats.

Une organisation évangélique avec des objectifs similaires, Réponses dans la Genèse, a pris ses distances avec certains des enseignements de Hovind. Un échange entre Ken Ham de Réponses dans la Genèse et Hovind a commencé en 2003 lorsque Réponses dans la Genèse a publié une liste « des arguments que nous pensons que les créationnistes ne devraient pas utiliser ». Hovind a vu plusieurs de ses arguments dans la liste et a répondu à Ham. Interrogé sur le résultat, Eric Hovind a dit à WorldNetDaily que Réponses dans la Genèse « avait fait un excellent travail en rappelant aux créationnistes d’être responsables pour ce que nous enseignons et j’en suis reconnaissant. »

« Notre ministère a fait un certain nombre de progrès au cours des dernières années pour perfectionner les arguments », a-t-il dit. « Il existe d’innombrables moyens pour prouver la création face à l’évolution. Ce n’est pas une tâche difficile, et il y a beaucoup d’arguments pour en faire le tour. »

En 2001, Hovind a ouvert le parc à thème de la création biblique, Dinosaur Adventure Land. Le parc et la vente des marchandises ont amassé plus de 5 millions de dollars de 1999 à mars 2004, selon les dossiers présentés lors de son procès de 2006.

Hovind fait valoir qu’il a fait le vœu de pauvreté en tant que ministre de l’Évangile de Jésus-Christ et, par conséquent, ne possède rien et ne reçoit pas de revenus. Il explique que tous ses besoins sont pris en charge par le ministère.Il dit avoir compris que comme une organisation 508 à but non lucratif, il n’avait pas à retenir les impôts, laissant les obligations envers le Ministère du Revenu aux autres travailleurs.

En novembre 2006, toutefois, Hovind a été reconnu coupable d’avoir omis de percevoir et de payer 470 000 $ dans les retenues à la source, contrevenant ainsi aux lois fiscales, et en structurant des transactions pour un total de 430 500 $ pour éviter de rapporter aux lois financières, d’avoir déposé une plainte frivole contre le Ministère du Revenu, d’avoir déposé une injonction à l’encontre d’un agent du Ministère du Revenu et d’avoir menacé les enquêteurs et les autres qui coopéraient à l’enquête.

La « structure » des accusations sont fondées sur l’application des lois visant à exposer le blanchiment d’argent par les trafiquants de drogues, ce qui exige des banques de remplir un rapport de transactions si tous les dépôts et retraits d’un quelconque client s’élèvent à plus de 10 000 $ dans une journée.Jusqu’en 2003, Évangélisme des sciences de la Création a retiré l’argent de la banque pour indemniser les salariés.

Les Hovind ont été inculpés en vertu d’une loi qui rend illégal le fait de se soustraire de rapporter la division de montants de transactions de moins de 10 000 $ et l’utilisation de plusieurs banques. Chaque chef est porteur d’une amende de 250 000 dollars et cinq années de prison.

Au fil des années, le montant des retraits de chaque semaine a augmenté de 2000 $ à environ 9500 $. En 2002, la pratique a cessé parce que les Hovind pensaient que c’était trop risqué de transporter autant d’argent.

Hovind soutient avoir abandonné toute pratique parce qu’il avait découvert qu’elle était juridiquement contestable. Mais aux petites heures du matin du 13 juillet 2006, environ vingt agents armés du gouvernement sont arrivés sur les propriétés du ministère, sans préavis, pour arrêter les Hovind. Kent Hovind a été placé en garde à vue pendant qu’il se préparait pour ses dévotions personnelles, tandis que quatre agents armés entouraient Jo Hovind qui dormait. Mme Hovind, qui mesure cinq pieds et qui pèse 100 livres, a dit qu’elle a été amenée de la maison en vêtements de nuit, malgré sa demande d’utiliser la salle de bain pour s’habiller.

Le bureau du procureur adjoint des États-Unis Michelle Heldmyer, de Pensacola, qui a poursuivi l’affaire, n’a pas répondu à la demande de WorldNetDaily pour une entrevue.

Appel à la Cour Suprême

Le procureur de Las Vegas, Shawn Perez, qui a travaillé sur le dépôt de Hovind pour la Cour Suprême, a dit à WorldNetDaily que le bref de certiorari, ou pétition, avait deux arguments. Le premier est que la structuration de la loi ne s’applique pas parce que les Hovind n’ont jamais déposé ou retiré plus de 10 000 $ en une seule journée. Les quarante-cinq opérations bancaires individuelles doivent être facturées comme une seule, et non pas comme quarante-cinq violations distinctes de la loi, argumente le bref. Chaque opération a été inculpée en tant qu’infraction pénale, mais aucune d’entre elles, par elles-mêmes, ne constituent une violation à la loi, a-t-il expliqué.

L’autre argument dans le dépôt à la Cour Suprême est qu’en vertu de la Paperwork Reduction Act de 1995, le Ministère du Revenu doit expliquer sur un formulaire 1040 ce qu’il entend faire avec les réponses qu’il reçoit et y indiquer si la réponse est volontaire ou obligatoire.

Les chances que la Cour Suprême accepte n’importe quel cas sont minces, mais Perez a déclaré avoir l’espoir que les arguments structurants obtiennent l’attention du tribunal, car les juges ont déjà examiné attentivement le blanchiment d’argent dans le passé.

« Son cas est vraiment difficile parce qu’il n’a pas présenté de défense au procès », a dit Perez. « Vous ne laissez pas beaucoup de place aux arguments d’appels. »Perez a dit qu’il était possible que Hovind sache ce mois-ci si son cas était accepté. Mais quel que soit le résultat, la situation de Hovind ne changera pas de sitôt, car le plus tôt où l’appel puisse être entendu serait 2010.

« Nous ne sommes pas protestataires des impôts »Le fils de Hovind, Eric, affirme que ses parents et le ministère, qu’il dirige aujourd’hui, ne sont pas protestataires.« Mon père dit très clairement que si vous êtes redevable d’une taxe, selon la loi, vous devez la payer », a-t-il dit à WorldNetDaily. « Nous ne sommes pas des protestataires contre les impôts. Mais Eric Hovind reconnaît que son père a épousé les principes et les croyances partagées par les principaux résistants aux impôts.

En 1996, Kent Hovind a tenté de faire faillite pour éviter de payer les impôts fédéraux. Il avait dit à un juge lors d’une audience qu’il ne croyait pas que les États-Unis, le Service interne du Revenu et le Bureau du procureur des États-Unis « avaient la compétence en la matière. »

« Je crois sincèrement que je ne suis pas une personne tenue de déposer une déclaration fédérale d’impôt sur le revenu », a-t-il dit. « Cette croyance est le résultat de longues recherches que j’ai faites. »

Questionné par le juge sur son lieu de résidence, Hovind a répondu, « Je vis dans l’église de Jésus Christ, qui est située dans le monde entier. Je n’ai pas de résidence. »

Kent Hovind a déclaré qu’il croyait que la Bible « nous enseignait à obéir à ceux qui ont l’autorité sur nous. »  Mais il soutient que le « Ministère du Revenu n’a aucune autorité sur moi, pas plus que le gouvernement du Japon. »

Lindsey Springer, le fondateur d’un groupe de surveillance du Ministère du Revenu, qui a conseillé Hovind, affirme simplement que ce dernier insiste sur le fait que le gouvernement fédéral doit respecter la Constitution et toutes ses lois, qui protègent la religion et les entités religieuses.

« Vous êtes censé avoir le droit de pratiquer votre religion, de telle sorte que la fiscalité ne peut pas arriver et être utilisée pour la détruire. C’est le premier amendement. C’est ce que cela signifie », a déclaré Springer, dirigeant du Ministère pour briser l’esclavage basé à Tulsa, qui vise à « révéler les violations des lois commises par le Ministère du Revenu ».

Eric a dit à WorldNetDaily que son père avait envoyé de nombreuses lettres au Ministère du Revenu, en demandant exactement quelles lois s’appliquent à un ministère ecclésiastique 508 (c) (1) (a), mais n’a reçu aucune réponse.

« Maintenant, le gouvernement étudierait une position probable d’une sorte de protestataire contre les impôts », a-t-il dit. Mais Eric a fait valoir que le point de vue de son père est « très simple ». « Pensez-vous vraiment avoir l’autorité de faire ce que vous faites? Vous savez, si le gouvernement du Mexique devait venir à Pensacola, un officier de police mexicain, et disait devoir vous arrêter, je lui demanderais par quelle autorité? »

La position de Kent Hovind sur les impôts a été signalé au Ministère du Revenu dans le milieu des années 1990 par un fonctionnaire du Collège chrétien de Pensacola qui est tout proche et qui empêche les étudiants d’avoir des liens avec le ministère.

Le vice-président du Collège, Rebekah Horton, a témoigné au procès des Hovind en 2006, « Nous savons que les Écritures ne font pas la promotion des évasions fiscales. C’est contre l’enseignement des Écritures ».

Horton a déclaré que c’était le devoir du collège de rapporter Hovind, parce qu’elle « ne voulait pas voir des personnes innocentes devenir dévergondées ».

Eric Hovind a dit qu’il ne pouvait voir comment « la majorité de la population regarderait [s]on père en disant : « Hé, vous refusez de payer les impôts que vous devez. » La vraie question est de savoir si vous êtes redevable de ces taxes? »

En tant que ministre bien ordonné, il a dit que son père « ne payait pas de taxes parce qu’il ne gagnait pas d’argent. »

« Le ministère a été créé de manière à fournir pour ses besoins, dit-il. Pas tous ses désirs et toutes ses envies, mais ses besoins. Il ne vivait pas d’une manière somptueuse. Et, il n’avait aucun revenu. »

Lorsque Hovind a été arrêté, il a référé les questions sur ses pratiques à Glen Stoll, directeur d’une firme appelée Remedies at Law, basée à Washington.

Hovind a appuyé son approche envers les impôts sur la formule de Stoll sur les « sociétés uniques » et sur les « trusts ministériels », qui traitent les entités comme celle de Hovind comme des églises, éliminant ainsi leur obligation de présenter des déclarations d’impôt et de payer l’impôt fédéral.

Eric Hovind a insisté sur le fait que « certaines personnes ont tordu ce que fait Stoll pour essayer de promouvoir les mécanismes d’évasions fiscales, mais Glenn Stoll fait les choses correctement. »

Néanmoins, un tribunal fédéral de Seattle en 2005 a éliminé Stoll « de la promotion d’un système de fraudes fiscales en utilisant des simulacres de fiducies et de trusts pour aider les clients à se soustraire de l’impôt fédéral. »

Springer, qui a déjà eu ses propres problèmes juridiques reliés à l’impôt, a dit qu’il n’était pas d’accord avec toutes les méthodes de Stoll, mais il a appelé la connexion avec Hovind un « hareng rouge », car de nombreuses personnes appliquaient déjà le programme de Stoll.

« Hovind n’est pas le seul », a dit Springer, « et Glenn Stoll a été poursuivi par le Ministère de la Justice et s’est simplement soumis à l’injonction et l’a juste acceptée. Et ceci, bien entendu, n’a pas été favorable pour Hovind. »

Springer a souligné que Hovind n’avait jamais déclaré que les retenues des rémunérations des travailleurs étaient inconstitutionnelles. « Il n’a jamais dit à personne : « Je ne vais pas vous aider à faire un rapport de transaction monétaire dans une banque, je ne vais pas signer ceci, je ne vais pas accepter ceci, parce que je pense que c’est illégal. Ce ne sont pas des choses que vous allez trouver dans le dossier de ce qu’a fait Kent Hovind. »

Springer a reconnu sur une émission radiophonique que Hovind priait pour que Dieu « frappe » le Ministère du Revenu, ce qui a été interprété comme une menace. Springer a également dit que Hovind avait fait une erreur quand il n’a pas acquis un permis pour ériger un bâtiment, en s’appuyant sur l’argument selon lequel c’était la propriété d’une église.

« La chose qu’il n’a pas considérée était que c’est OK de construire le bâtiment, mais le public ne peut pas y entrer », a dit Springer. « Et il a dû l’appendre après le fait. Il n’y avait pas pensé à partir de cette perspective. »

Peu de soutien

Hovind n’a pratiquement reçu aucun support public des principaux dirigeants évangéliques. Springer fait valoir que la raison, au moins en partie, est parce « qu’ils ne veulent pas être là où est Hovind. » « L’Église va se lever quand la côte est claire », a-t-il dit. « Mais l’Église d’aujourd’hui ne pourrait jamais comprendre comment commencer à obtenir un droit en vertu du Premier Amendement. »

Matt Staver, avocat en chef d’un groupe évangélique de défenses juridiques basé en Floride, Liberty Counsel, a déclaré à WorldNetDaily qu’il n’avait pas examiné de près les accusations, mais pense que Hovind a été mal conseillé par des gens avec des idées fausses. Il a dit que Hovind est quelqu’un qui est « honnête et qui veut faire les choses de la bonne manière. » « Je déteste le voir dans cette situation, car il a fait énormément de bien par le biais de ses séminaires sur la création qu’il a fait partout dans le pays », a dit Staver. « Je pense vraiment qu’une voix très puissante a été d’une certaine manière réduite au silence à cause de cette situation fiscale qui l’a mis hors circulation et a finalement fait mal à son ministère, alors qu’en fait, je pense que tout ceci aurait pu être évité s’il avait eu les bonnes orientations sur la bonne manière de régler ses questions fiscales. »

Eric Hovind a alors dit que, bien que décevant, le manque de soutien était à prévoir. « Si j’étais dans leurs souliers, je comprendrais parfaitement », a-t-il dit. Mais il a aussi affirmé que le ministère recevait continuellement des messages d’encouragement de la part de congrégations et de leurs pasteurs, qui disent prier pour lui. « Nous recevons des lettres tout le temps », a-t-il dit, « de pasteurs qui disent : « Toute notre congrégation prie pour vous. Que le Seigneur vous soutienne. » Des appuis extraordinaires sont venus de chrétiens russes qui ont vécu sous le communisme, en disant : « Nous supplions Dieu de vous permettent de sortir pour enseigner à plus des personnes. »

Eric Hovind a souvent été questionné sur la manière par laquelle les supporters peuvent réagir. Bien qu’il ne voit pas de possibilités d’actions directes qui auraient pu avoir comme conséquences la libération de son père, il explique que les citoyens concernés peuvent exhorter les membres du Congrès à mettre en place des lois pour structurer l’argent comptant, qui était initialement destinée à la poursuite des trafiquants de drogue.

Le plus gros problème, selon les critiques de la gestion du gouvernement du cas de Hovind, est le code des impôts, qui est tellement complexe qu’il peut être utilisé pour poursuivre presque n’importe qui.

Portrait « jamais corrigé »

Eric Hovind soutient que le gouvernement a complètement déformé ses parents dans le procès de 2006, les dépeignant comme des radicaux anti-gouvernementaux. « Parce que l’image n’a jamais été corrigée, je peux comprendre pourquoi le jury est revenu avec un verdict de culpabilité », a-t-il dit.

« Ma mère est une simple ménagère, un professeur de piano qui est beaucoup aimée de sa famille », a-t-il poursuivi. « Mais elle a été certainement dépeinte comme une femme qui manifeste contre les taxes et qui pourrait prendre les armes contre le Ministère du Revenu, s’il venait. Ils ont été dépeints comme des personnes de la mentalité de Waco. Et ils n’ont jamais eu une véritable perspective de qui ils étaient. »

Il estime que le procureur adjoint des États-Unis, Michelle Heldmyer, a cherché à en faire un exemple. « Pendant que je revois les transcriptions du procès, je regarde toujours à la manière dont Heldmyer phrasait et disait les choses, et je me dis : « Wow, elle a simplement tordu tout ceci pour les faire ressembler à ceci. » Je me sens simplement frustré de lire tout cela, à cause de toute la manipulation qui a été faite sur les faits dans le but de les faire paraître de la façon dont ils ont parus devant le jury. »

Dans son plaidoyer final, Heldmyer a déclaré: « Personne n’aime payer des impôts, à l’exception de nous parce que c’est la loi, et il n’est pas au-dessus de la loi. »

Eric Hovind a dit que sa mère est « comme un canard hors de l’eau » en prison, même parmi les chrétiens qui s’y trouvent, une femme qui est restée fidèle à son mari et qui « n’a jamais sorti faire la fête. »

« Elle n’a manifestement pas désiré tout cela, mais elle comprend que Dieu travaille toujours les choses pour le mieux », a-t-il dit. « Nous comprenons que la main de Dieu est souveraine et parfaite. Et même si nous ne comprenons pas, nous avons mis notre confiance dans sa main. Et nous allons marcher par la foi, « OK, Dieu, comment voulez-vous obtenir la gloire de moi aujourd’hui? Je ne le sais pas et je ne le comprends pas, mais, OK, vous obtenez la gloire d’une manière ou d’une autre ».

Eric Hovind a dit que son père avait « très, très hâte de sortir », mais est resté « incroyablement fort » et a beaucoup lu et écrit.

« Nous avons vraiment l’espoir que la cour d’appel fera quelque chose », dit-il. « Je suppose que lorsque vous êtes en prison, vous vous attachez à quelque chose. Vous devez toujours avoir quelque chose à quoi vous accrocher ».

http://www.worldnetdaily.com/index.php?fa=PAGE.printable&pageId=98757

Traduit par Oscar Blais

Mots clés: , , ,



Comments are closed.

Back to Top ↑
  • VISITES


  • Donation pour HESTHELAMB

    Pleins Feux sur l'Heure Juste, bénéficie du ministère de HESTHELAMB, et nous voudrions l'aider aussi financièrement.
    Ces vidéos produites demandent beaucoup d'investissement et désirons vous partager ce besoin.
    Merci pour votre soutien !

  • Conférence 2018

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence 2015 et 2012




Real Time Web Analytics