Publié le 06 juillet, 2012 | par Pleins Feux

LE MARIAGE JUIF

“Car je suis jaloux de vous d’une jalousie de Dieu, parce que je vous ai unis à un seul Époux, pour vous présenter à Christ, comme une vierge chaste.” (2 Corinthiens 11:2)

À travers le Nouveau-Testament, Dieu utilise l’analogie de la fiancée pour décrire la relation entre Jésus et son Église. Les gens du temps de Jésus comprenaient très bien les coutumes des fiançailles et du mariage dont ils faisaient mention. Cependant, nous du 20e siècle, avons besoin de regarder ces cérémonies tel qu’elles étaient au 1er siècle pour vraiment comprendre la signification des enseignements de Jésus. Cette présentation non seulement renforce notre appréciation de l’amour de Dieu pour nous, mais nous donne aussi un regard approfondi sur les événements prophétiques et nous réconfortent en ces temps troublants.

Le mariage Juif au 1er siècle

Quand un jeune homme juif désiraient marier une jeune fille en particulier, c’était la coutume pour le père du futur époux, premièrement de rencontrer le père de la future mariée pour la demande en mariage. Les deux hommes discutaient de la possibilité de l’union incluant le montant de la dot offerte par le fiancé à la future fiancée. Si le père de la fille était d’accord sur le prix suggéré, les deux hommes scellaient l’accord en buvant une coupe de vin.

Alors, la fiancée potentielle entrait dans la pièce, après quoi le futur époux lui proclamait son amour et lui demandait de devenir sa fiancée. Si la jeune femme désirait devenir son épouse, elle acceptait sa proposition à ce moment-là. La validation de l’accord intervenait dans le couple sur la présentation d’un cadeau par le fiancé. Ceci constituait en soit un engagement final. Il l’offrait en présence de deux témoins, les deux pères. Comme il donnait le cadeau, généralement un anneau, il disait à sa future épouse: “VOIE! Tu es consacré à moi avec cet anneau, en accord avec la loi de Moïse et d’Israël.” Cela signifiait que les deux personnes étaient engagées l’une envers l’autre, autant qu’un couple déjà marié. La seule partie du mariage non complétée était la cérémonie du HUPPAH, suivit de leur union physique. Les fiançailles étaient considérées tellement engageantes que la seule façon de la briser était un acte de divorce. (James M. Freeman, Manners and Customs of the Bible (Plaainfield, New Jersey :Logos, 1972), p. 330.)

Les arrangements concernant les modalités du mariage étaient faits à ce moment . Un contrat écrit précisait la date, la place et l’envergure du mariage, aussi bien que l’enregistrement de la dot ainsi que les termes du maintien du mariage. Ce document relié, appelé KETUBAH restait en possession de la fiancée jusqu’à la consommation du mariage. (Référence : Encyclopedia Judaica (Jerusalem : Keter Publishing House 1972), vol.11.,p. 1031.)

Finalement, cette première partie d’une cérémonie à deux volets était conclue par un toast avec une coupe de vin. Toute cette cérémonie était appelée SHIDDUKHIN qui signifie: “l’engagement”.

Alors le fiancé quittait, non sans avoir au préalable fait à sa fiancée la promesse de construire une demeure pour elle et de revenir compléter la cérémonie du mariage. Il prenait normalement un an pour préparer une nouvelle demeure, laquelle consistait souvent en un agrandissement de la maison de son père. (Référence : Encyclopedia Judaica vol.11., op. cit. p. 1031)

On s’attendait à ce que la fiancée demeure fidèle à son futur époux pendant qu’elle se préparerait elle-même ainsi que son trousseau. La future épouse vivait pour le jour du retour de son fiancé qui serait annoncé par des cris des membres de la fête du mariage. Le retour éminent du fiancé devait influencer continuellement le comportement de la fiancée pendant la période intérimaire, et donc l’obliger à une fidélité exclusive et totale. Le mariage juif typique avait lieu le soir dès qu’un invité au mariage voyait les torches bouger, signalant l’approche du fiancé. L’écho de leurs cris résonnait à travers les rues: “le fiancé arrive!” (“s’en vient”)

L’encyclopédie biblique Wycliffe nous dit : “La réjouissance et l’allégresse annonçaient leur approche aux gens de la ville qui attendaient dans leurs maisons et cela jusqu’à la maison de la fiancée”. (Référence : Charles F. Pfeiffer, Howard F. Vos and John Rea The Wycliffe Bible Encyclopedia (Chicago : Moody Press 1975), p. 1082.)

Après avoir entendu l’annonce de la venue de son futur époux, dans une atmosphère de grande excitation, la fiancée laissait toutes ses occupations pour aller mettre sa robe de mariage et faire ses préparations personnelles pour le mariage. Le fiancé n’entrait pas dans la maison de la fiancée: C’est cette dernière qui sortait à sa rencontre. Les deux futurs époux, accompagnés de leurs invités, retournaient ensemble à la maison du père du fiancé pour la cérémonie du mariage.

Après la cérémonie publique, les nouveaux mariés entraient dans leur chambre nuptiale pour un premier moment d’intimité. Après leur union physique, le nouveau marié sortait de la chambre pour annoncer aux invités “notre mariage est consommé!” En recevant cette bonne nouvelle, les invités du mariage commençaient une célébration de 7 JOURS. Cette célébration durait 7 jours, seulement si c’était le premier mariage d’une fille vierge. (Référence: Encyclopedia Judaica vol.11., op. cit. p. 1034)

Pendant ce temps (7 jour), les nouveaux mariés restaient ensemble en intimité, retiré du groupe. À la fin de cette période, le nouveau marié pouvait présenter la nouvelle épouse à toute l’assistance en lui enlevant son voile pour la montrer dans toute sa beauté. Alors les nouveaux mariés joignaient les invités pour la fête.

Maintenant analysons ensembles les parallèles entre les fiançailles juives du premier siècle et la relation entre Jésus et son Église.

Mariage Juif Christ et sa fiancée
1. Quand un jeune homme juif désiraient marier une jeune fille en particulier, c’était la coutume pour le père du futur époux, premièrement de rencontrer le père de la future mariée pour la demande en mariage. Les deux hommes discutaient de la possibilité de l’union incluant le montant de la dot offerte par le fiancé à la future fiancée. Si le père de la fille était d’accord sur le prix suggéré, les deux hommes scellaient l’accord en buvant une coupe de vin. Dans un passé éternel, Dieu le Père et Dieu le Fils planifiaient notre salut.Éphésiens 1:4 “Selon qu’il nous a élus en lui, avant la fondation du monde, afin que nous soyons saints et irrépréhensibles devant lui par la charité.”Ils avaient établis le prix à payer longtemps avant que l’offre nous soit donnée.Il faut voir Dieu le Père comme étant “le père du fiancé” et nous devons voir Jésus comme le Père de la fiancée parce que c’est par lui que tout a été fait.Colossiens 1:16 Car c’est en lui qu’ont été créées toutes choses dans les cieux et sur la terre, les visibles et les invisibles, soit les trônes, soit les dominations, soit les principautés, soit les puissances. Tout a été créé par lui et pour lui.”Jésus (dans sa forme humaine) prend le rôle du fiancé. Il s’est offert lui-même en tant que prix de rachat pour nous, sa future épouse.
2. Alors, la fiancée potentielle entrait dans la pièce, après quoi le futur époux lui proclamait son amour et lui demandait de devenir sa fiancée. Comme le fiancé qui déclare son amour et s’engage envers sa fiancée; Jésus prouva son amour à l’Église, s’engagea à revenir pour elle et lui promit de passé l’éternité avec elle.Romain 5:8 “Mais Dieu fait éclater son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous.”
3. Si la jeune femme désirait devenir son épouse, elle acceptait sa proposition à ce moment-là. Au moment de notre conversion nous acceptons de devenir la fiancée de Christ.
4. La validation de l’accord intervenait dans le couple sur la présentation d’un cadeau par le fiancé. Ceci constituait en soit un engagement final. Il l’offrait en présence de deux témoins, les deux pères. Comme il donnait le cadeau, généralement un anneau, il disait à sa future épouse: “VOIE! Tu es consacré à moi avec cet anneau, en accord avec la loi de Moïse et d’Israël.”La Bible réfère à ce statut des futurs époux celui de “fiancés”. Cela veut dire que les deux personnes engagées l’une envers l’autre, le serait autant qu’un couple marié. La seule partie du mariage qui n’était pas complétée était la cérémonie du HUPPAH, suivie de leur union physique. Les fiançailles étaient considérées tellement engageantes que la seule façon de la briser était un acte de divorce. Quand nous répondons OUI à l’offre de Jésus, nous devenons sa fiancée. Cet accord est sécurisé par le St-Esprit, qui nous protège, nous la fiancée de Jésus qu’il s’est acquitté, et cela jusqu’à son retour.Éphésiens 1: 13-14 En lui vous êtes aussi, après avoir entendu la parole de la vérité, l’Évangile de votre salut, et avoir cru en lui, vous avez été scellés du Saint-Esprit qui avait été promis; Lequel est un gage de notre héritage, pour la rédemption de ceux qu’il s’est acquis, à la louange de sa gloire.”2 Corinthiens 1:22 Qui nous a aussi marqués de son sceau, et nous a donné dans nos coeurs les arrhes de son Esprit.”2 Corinthiens 5:5 Et celui qui nous a formés pour cela, c’est Dieu qui nous a aussi donné les arrhes de son Esprit.”Définition du mot ARRHES: paiement partiel, anticipé d’un salaire d’une somme promise. C’est le gage, la garantie de l’acquittement à l’échéance; l’assurance que le marché est ferme, que le contrat sera respecté, la promesse tenue. Dans la règle, les arrhes sont de même nature que le paiement ultime qu’elles garantissent.
5. Les arrangements concernant les modalités du mariage étaient faits à ce moment . Un contrat écrit précisait la date, la place et l’envergure du mariage, aussi bien que l’enregistrement de la dot ainsi que les termes du maintien du mariage. Ce document relié, appelé KETUBAH restait en possession de la fiancée jusqu’à la consommation du mariage. Ceci représente la Bible que Dieu nous a laissé avec toutes ses promesses et tous ses engagements.
6. Finalement, cette première partie d’une cérémonie à deux volets était conclue par un toast avec une coupe de vin. Toute cette cérémonie était appelée SHIDDUKHIN qui signifie: “l’engagement”. Le soir avant la crucifixion, Jésus but une coupe de vin avec ses disciples. Levant la coupe il dit: “Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang qui est répandu pour vous”.Aussi Paul nous rappelle ce que Jésus nous a recommandé:1 Corinthiens 11:25 “De même aussi, après avoir soupé, il prit la coupe, et dit: Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang; faites ceci en mémoire de moi, toutes les fois que vous en boirez.”Comme le fiancé dans les fiançailles juives prenait une coupe de vin avec sa fiancée, nous aussi par la communion de la coupe nous rappelons nos fiançailles avec Jésus et le prix suprême qu’il a payé pour nous.
7. Alors le fiancé quittait, non sans avoir au préalable fait à sa fiancée la promesse de construire une demeure pour elle et de revenir compléter la cérémonie du mariage. Il prenait normalement un an pour préparer une nouvelle demeure, laquelle consistait souvent en un agrandissement de la maison de son père. Jésus fit de même pour nous.Jean 14:1-3 “Que votre coeur ne se trouble point; croyez en Dieu, croyez aussi en moi. Il y a plusieurs demeures dans la maison de mon Père; si cela n’était pas, je vous l’aurais dit. Je vais vous préparer une place. Et quand je serai parti, et que je vous aurai préparé une place, je reviendrai, et vous prendrai avec moi, afin qu’où je serai, vous y soyez aussi.”
8. On s’attendait à ce que la fiancée demeure fidèle à son futur époux pendant qu’elle se préparerait elle-même ainsi que son trousseau. La future épouse vivait pour le jour du retour de son fiancé qui serait annoncé par des cris des membres de la fête du mariage. Le retour éminent du fiancé devait influencer continuellement le comportement de la fiancée pendant la période intérimaire, et donc l’obliger à une fidélité exclusive et totale. 2 Corinthiens 11:2 “Car je suis jaloux de vous d’une jalousie de Dieu, parce que je vous ai unis à un seul Époux, pour vous présenter à Christ, comme une vierge chaste.1 Corinthiens 1:8 Il vous affermira aussi jusqu’à la fin, pour que vous soyez irrépréhensibles au jour de notre Seigneur Jésus-Christ.”
9. Le mariage juif typique avait lieu le soir dès qu’un invité au mariage voyait les torches bouger, signalant l’approche du fiancé. L’écho de leurs cris résonnait à travers les ruces: “le fiancé arrive!” (“s’en vient”)L’encyclopédie biblique Wycliffe nous dit : “La r&eaute;jouissance et l’allégresse annonçaient leur approche aux gens de la ville qui attendaient dans leurs maisons et cela jusqu’à la maison de la fiancée”.Après avoir entendu l’annonce de la venue de son futur époux, dans une atmosphère de grande excitation, la fiancée laissait toutes ses occupations pour aller mettre sa robe de mariage et faire ses préparations personnelles pour le mariage. Le fiancé n’entrait pas dans la maison de la fiancée: C’est cette dernière qui sortait à sa rencontre. Les deux futurs époux, accompagnés de leurs invités, retournaient ensemble à la maison du père du fiancé pour la cérémonie du mariage. 1 Thessaloniciens 4 : 16 “Car le Seigneur lui-même descendra du ciel, à un signal donné, avec une voix d’archange et au son d’une trompette de Dieu;”  “Apocalypse 19:7-8 Réjouissons-nous, et faisons éclater notre joie, et donnons-lui gloire; car les noces de l’Agneau sont venues, et son épouse s’est parée. Et il lui a été donné d’être vêtue d’un fin lin, pur et éclatant, car le fin lin, ce sont les justices des saints.”1 Thessaloniciens 4:17 “Et les morts qui sont en Christ ressusciteront premièrement; Ensuite, nous les vivants qui serons restés, nous serons enlevés avec eux sur des nuées, à la rencontre du Seigneur, dans les airs, et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur.”
10. Après la cérémonie publique, les nouveaux mariés entraient dans leur chambre nuptiale pour un premier moment d’intimité. Après leur union physique, le nouveau marié sortait de la chambre pour annoncer aux invités “notre mariage est consommé!” C’est à ce moment-là que nous rencontrons Jésus-Christ face à face. C’est notre première rencontre intime avec Lui.
11. En recevant cette bonne nouvelle, les invités du mariage commençaient une célébration de 7 JOURS. Cette célébration durait 7 jours, seulement si c’était le premier mariage d’une fille vierge.Pendant ce temps (7 jour), les nouveaux mariés restaient ensemble en intimité, retiré du groupe. À la fin de cette période, le nouveau marié pouvait présenter la nouvelle épouse à toute l’assistance en lui enlevant son voile pour la montrer dans toute sa beauté. Alors les nouveaux mariés joignaient les invités pour la fête. Le chiffre sept correspond aux sept années de tribulations qui viennent sur ce monde. Ceci est en fait une autre preuve que nous serons enlevés avantles tribulations.La fiancée étant représentée par les croyants du Nouveau-Testament, ceci nous démontre que nous, croyants du temps de la grâce, avons une place privilégiée. Les invités sont les croyants de l’ancien testament.

Mots clés: , ,



Comments are closed.

Back to Top ↑
  • VISITES


  • Donation pour HESTHELAMB

    Pleins Feux sur l'Heure Juste, bénéficie du ministère de HESTHELAMB, et nous voudrions l'aider aussi financièrement.
    Ces vidéos produites demandent beaucoup d'investissement et désirons vous partager ce besoin.
    Merci pour votre soutien !

  • Conférence 2018

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence 2015 et 2012




Real Time Web Analytics