Nouvelles

Publié le 12 juillet, 2012 | par Pleins Feux

0

L’image de la Grèce dans le miroir en Amérique

Par Robert Morley

La Californie deviendra-t-elle la prochaine Grèce ? Qu’adviendra-t-il du Kentucky, ou de la Floride, ou de l’Illinois, ou de l’Ohio ou du Michigan, ou de la Caroline du Nord ?

Le 15 janvier, on a demandé au Président de la Banque Centrale Européenne, Jean-Claude Trichet, si la Grèce posait une menace pour l’union monétaire. Il a répondu que la crise en Grèce était grandement exagérée. Mais il a aussi dit quelque chose d’autre de très alarmant. Il a dit aux journalistes que s’ils voulaient se préoccuper de quelque chose, ils devraient s’inquiéter de la Californie. Alors que le monde se concentre sur un petit pays de 10 millions d’habitants en Europe, une situation encore plus dangereuse pourrait se développer en Amérique.

À l’heure actuelle, la Grèce est synonyme d’alerte rouge économique. Sans un plan de sauvetage, l’ensemble du pays pourrait faire face à un défaut de paiement de sa dette. Une récession très profonde est en route, et le niveau de vie est en chute libre. Les syndicats envisagent déjà des grèves massives, et l’argent fuit le pays pendant que ceux qui en ont investissent leurs trésors dans les pays étrangers. Certains analystes pensent que la crise en Grèce pourrait conduire à la désintégration ou à un réaménagement de la zone euro.

Lorsque vous pensez à la Grèce, vous pensez à l’effondrement d’une économie. Mais est-il possible que la Californie puisse, en fait, être dans une situation encore plus dangereuse ?

Certaines personnes disent que oui. Tant et si bien que la Californie est devenue une analogie populaire à la nation méditerranéenne en chute libre.

Le 16 février, le Premier Ministre du Luxembourg, Jean-Claude Juncker, répondait à des questions au sujet de la crise en Grèce. Lorsqu’on lui a demandé si le Fonds Monétaire International renflouerait le pays, il a plaisanté au sujet de pourparlers pour un prêt du FMI comme étant « absurdes » pour un pays qui utilise l’Euro.

Il a ensuite déclaré avec indignation : « Si la Californie avait un problème de refinancement, est-ce que les États-Unis iraient au FMI ? Pourquoi devrions-nous aller, en tant que zone euro, au FMI si nous avons nos propres ressources pour résoudre le problème ? »

Comme la Grèce, la Californie devient un symbole pour les problèmes budgétaires. Et le fait que la Californie, septième économie en importance dans le monde, est fréquemment mentionnée dans le même souffle que la Grèce, est un témoignage du point où elle a chuté (puisque c’est un fait que la Californie était déjà obligée d’envoyer temporairement des IOUs pour payer ses factures l’an dernier).

Comment la Californie pourrait-elle déclencher une crise économique du même style que la Grèce en Amérique ?

À certains égards, la Grèce et la Californie sont très similaires. Tous les deux ont un chômage élevé et une baisse des recettes fiscales. Tous deux ont également gonflé les secteurs publics avec des retraites et des régimes de retraites somptueux qui sont sous-financés et insoutenables. Tous les deux ont des gouvernements composés de politiciens incapables de travailler ensemble pour faire des choix difficiles.

La Grèce et la Californie sont également membres d’une grande union qui partage une monnaie commune. Chaque État a aussi des relations commerciales spécifiques ainsi que des interactions financières avec d’autres au sein de l’Union. Et les deux États ont les pires cotes de crédit au sein de leurs unions. Comme en Grèce, il en coûte plus cher à assurer la Californie contre les défauts de paiement de la dette qu’il en faut pour assurer le Kazakhstan.

La Grèce et la Californie ont d’autres ressemblances. Les deux États sont dominés par des groupes d’intérêts spéciaux et handicapés par des Unions. Les dépassements chroniques sont devenus endémiques et incontrôlables dans les deux endroits.

« Enfin », comme le note Bill Jenkins d’Agora Financial, « chacun est en faillite, et ceci a un certain effet dilatoire sur ceux qui les entourent. »

Les critiques de l’effondrement économique mentionnent qu’il existe de grandes différences entre la Grèce et la Californie. Il y a des différences, mais elles ne sont pas toutes tangibles.

À certains égards, la Californie pourrait effectivement être une plus grande menace pour son union.

La dette de la Californie est supposément très inférieure à celle de la Grèce. La dette de la Californie représenterait supposément environ 7 pour cent de son économie. En Grèce, le ratio est aux environs de 100 pour cent. En surface, la Grèce semble être bien pire.
En réalité, comparer la dette totale de la Californie avec celle de la Grèce, c’est comme comparer des pommes pourries et des oranges pourries. Pour rendre une comparaison équitable, il faut aussi considérer le facteur de la part de la Californie dans la dette nationale (qui devrait être de 14 trillions de dollars en fin d’année). Lorsque ce montant est pris en compte, la dette de 68 milliards de dollars de l’État (à la fin de 2009) augmente à 1,65 trillions de dollars, ce qui signifie que la dette réelle de la Californie versus le produit national brut est aux environs de 90 pour cent.

Pourtant, aussi horrible que le ratio dette/économie de 90 pour cent puisse être, le ratio de la Californie est encore plus grand. Lorsqu’on inclut la sécurité sociale non capitalisée et les responsabilités envers Medicare et Medicaid dans l’équation, le ratio de la dette comparée au produit intérieur brut de l’État de la Californie monte en orbite à 400 pour cent.

Cela signifie que la dette de la Californie équivaut à plus de 200 000 dollars par homme, femme et enfant. D’où va venir tout cet argent ?

Un défaut de paiement de la Californie serait beaucoup plus dommageable pour les États-Unis que tout ce qu’un défaut de paiement de la Grèce pouvait produire pour l’Europe. En plus d’être beaucoup plus faible, l’économie de la Grèce ne représente que 3 pour cent de la totalité de la zone Euro. La Californie, toutefois, compose environ 12 pour cent de l’économie des États-Unis.

De plus, un défaut de paiement de la Californie pourrait blesser de nombreux États des États-Unis d’une façon disproportionnée. Selon Trichet, les déficits budgétaires cumulés de l’État des États-Unis s’élèvent à 12 pour cent du produit intérieur brut américain. En Europe, le chiffre n’est que de 7 pour cent.

Le Portugal peut être un problème. Mais il en est aussi ainsi pour l’Ohio. Vous pensez que les choses sont difficiles en Irlande ? Regardez bien le Kentucky. L’Espagne a des problèmes de chômage ? Tout comme la Floride, l’Illinois et le Michigan. Alors que les analystes se concentrent sur la Grèce, ils passent à côté du rhinocéros dans le jardin de fleurs.

David Walker est l’ancien contrôleur général des États-Unis, ce qui signifie qu’il était le principal auditeur de l’Amérique. Selon M. Walker, l’Amérique n’a que quelques années pour faire face à ses problèmes de déficits avant de finir comme la Grèce. L’Amérique pourrait faire face à une « crise de confiance à l’égard de nos propres finances » si nous ne commençons pas à être honnêtes avec nos budgets, a-t-il dit. Walker, qui travaille maintenant pour attirer l’attention sur les irresponsabilités financières de l’Amérique, avertit qu’une grande partie du problème de l’Amérique est son utilisation de la « comptabilité créative », la même chose qui a brûlé la Grèce.

Les événements en Europe entourant la Grèce sont essentiels et pourraient avoir de lourdes conséquences économiques et géopolitiques. Mais en comparant la Grèce et la Californie, n’oubliez pas que l’économie californienne est cinq fois plus grande. L’Union Européenne pourrait survivre sans la Grèce, mais l’Amérique survivra difficilement sinon pas sans la Californie.

Malheureusement pour la Californie et le reste de l’Amérique, la crise de la Grèce n’est que trop familière, c’est un peu comme se regarder dans un miroir.

http://www.thetrumpet.com/index.php?q=7005.5530.0.0

Traduit par Oscar Blais

Mots clés: , ,



Comments are closed.

Back to Top ↑
  • VISITES


  • Donation pour HESTHELAMB

    Pleins Feux sur l'Heure Juste, bénéficie du ministère de HESTHELAMB, et nous voudrions l'aider aussi financièrement.
    Ces vidéos produites demandent beaucoup d'investissement et désirons vous partager ce besoin.
    Merci pour votre soutien !

  • Conférence 2018

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence 2015 et 2012




Real Time Web Analytics