Publié le 16 mars, 2013 | par Sentinelle

EXO-VATICANA PARTIES 1 À 5

PARTIE 1

Petrus Romanus, PROJET LUCIFER, et le plan exo-théologique étonnant du Vatican pour l’arrivée d’un sauveur extraterrestre.  Vous ne savez pas ce qui va arriver …

L.U.C.I.F.E.R. Le télescope du Vatican au Mont Graham.

Par Tom Horn et Cris Putnam – Décembre 2012

PARTIE 1 : L’enquête commence – Mont Graham et le projet L.U.C.I.F.E.R.

« L.U.C.I.F.E.R., signifiant « grand télescope binoculaire à infrarouge rapproché avec caméra et unité de gestion intégré pour la recherche extragalactique », est un instrument curieux attaché à un télescope en Arizona.  Oui, il porte le nom du Diable, dont le nom lui-même signifie « étoile du matin » et qui se trouve être juste à côté de l’observatoire du Vatican sur le Mont Graham à Tucson. » A dit Rebecca Boyle, de Popular Science Magazine.

Suite à la publication de notre best-seller Petrus Romanus : Le Dernier Pape est ici, en 2012, nous avons été inondés d’invitations de partout dans le monde pour des entrevues à la radio, à la télévision et dans les journaux.  Ceci incluait des segments dans « Compte à rebours vers l’Apocalypse » de History Channel, dont la première a été le 9 novembre 2012; Une diffusion spéciale sur Vision TV, le plus grand canal chrétien du Canada, intitulée : « I Prophétie : La série Apocalypse » le 20 novembre 2012; Des invitations à Rome pour discuter avec les médias italiens de nos conclusions sur René Thibaut, un jésuite belge dont l’analyse minutieuse de la Prophétie des Papes a prédit l’arrivée de Petrus Romanus à cette époque; Un entretien avec George Noory sur Coast to Coast et bien d’autres.

Mais, ce sont deux visites, en particulier, que nous avons fait sur le programme radiophonique Omega Man avec l’auteur populaire et animateur Steve Quayle qui ont poussé notre visite au Mont Graham en Arizona pour commencer notre enquête. La première visite avec Steve Quayle a propulsé Omega Man au sommet des émissions radiophoniques dans le monde pendant plus d’une semaine.  L’entrevue a porté sur l’ancienne Prophétie des Papes et le fait que le Pontife qui suivra Benoît XVI sera le dernier sur cette mystérieuse liste des papes, une prophétie qui était dissimulée dans les voûtes secrètes du Vatican depuis des centaines d’années et dont beaucoup estiment qu’elle signale l’arrivée du Faux Prophète de l’infamie à la Fin des Temps.  (Notez que dès le début de cette enquête, le Pape Benoît XVI reste en fonction et celui qui doit le suivre dans le rôle de Petrus Romanus est toujours une question ouverte, mais, qui que ce soit, ils sont « le dernier pape » selon la prophétie médiévale catholique).

Dans la seconde émission de Omega Man, diffusé le 4 avril 2012, nous avons abordé le sujet de la connexion « Vatican/Extraterrestres ».  Ce programme a propulsé en orbite Omega Man avec des cotes d’écoute sans précédent pendant un mois sur toute  la planète, illustrant à ces auteurs que le monde est plus que simplement intéressé par le dernier pape, mais, également dans la connexion entre Rome et leurs travaux sur l’intelligence extraterrestre, l’astrobiologie et la connexion intrigante entre ces questions et Petrus Romanus.

Ainsi, un doux matin de septembre 2012, nous avons quitté avec notre caméraman, Joe Ardis, la petite ville de Safford, en Arizona, pour nous diriger vers le camp de base de l’Observatoire du Mont Graham, à 80 milles de Tucson et à quelques milles de Safford.  Situé près de la limite nord des territoires Apache Chiricahua et Western, c’est une des quatre montagnes saintes en Amérique pour la nation Apache et considérée comme sacrée pour l’ensemble des peuples autochtones de la région.  (La tribu Apache San Carlos avait d’abord rejoint les écologistes qui voulaient, entre autres choses, protéger les terres sacrées et les écureuils roux d’Amérique, en déposant des dizaines de procès devant une cour d’appel fédérale pour arrêter la construction des observatoires sur le Mont Graham, mais, le projet a finalement prévalu après qu’un acte du Congrès des États-Unis l’ait autorisé).

Nous avions été avertis par notre guide que la montée de la montagne à partir de 2,953 pieds jusqu’à 10,700 pieds était précaire, avec des virages en épingle, des montagnes russes et des segments de routes étroits donnant sur des canyons profonds et, pour couronner le tout, il n’y aurait pas de gardes le long de la route douloureusement croche.  Nous avions prévu arriver à l’observatoire international du Mont Graham quelques heures après le départ.  Nous rencontrerions des astronomes et des ingénieurs du Grand Télescope Binoculaire, actuellement un des télescopes optiques les plus avancés dans le monde, où, entre autres choses, le nouveau dispositif LUCIFER est fixé entre ses deux gigantesques miroirs (chacun d’entre eux étant le plus grand télescope optique en Amérique du Nord).  Il nous a été dit plus tard par l’ingénieur des systèmes, qui a passé beaucoup de temps avec nous ce jour-là, qu’un autre instrument, LUCIFER II, doit arriver à l’observatoire à tout moment maintenant et viendra compléter les deux imageurs spectrographes à infrarouge multi-objets dont ils ont besoin pour étudier les cieux à la recherche, entre autres choses, d’exo-planètes susceptibles d’héberger une vie intelligente. Nous visiterions également le télescope submillimétrique Heinrich Hertz ce jour-là, qui s’insère entre le Grand Télescope Binoculaire et la cible réelle de notre quête, le télescope à technologie avancée du Vatican et les Jésuites qui y travaillent.

Avant de quitter le camp de base, le Dramamine pour le mal des transports a été suggéré et les deux hommes de notre équipe qui ont refusé cette offre ont bientôt souhaité l’avoir fait, car une fois en route, c’était des rebondissements sans arrêt d’avant et d’arrière, d’en haut et d’en bas alors que le conducteur semblait prendre un malin plaisir à aller plus vite qu’il aurait dû le faire dans les circonstances en nous regardant dans le rétroviseur en souriant. En passant du désert de Sonora au pied de la montagne, aux épinettes et aux sapins plus près du sommet, notre guide décrivait les zones différentes et les variétés végétales qui y existent en plus grand nombre que sur n’importe quelle autre montagne en Amérique du Nord, incluant près de deux douzaines de plantes, d’animaux et d’insectes qui n’existent pas ailleurs.  Bien sûr, cela inclut la célébrité du Mont Graham, l’écureuil rouge en voie de disparition, dont l’Arizona a déjà dépensé au moins 1,25 millions de dollars pour sa protection.  Mais, il était difficile d’apprécier ces faits alors que nous étions de plus en plus mal à l’aise et que je me demandais jusqu’où la paroi du canyon pouvait descendre si notre conducteur perdait le contrôle et nous précipitait dedans.  Heureusement, au moment où nous commencions à penser que le tout avait été une mauvaise idée, nous nous sommes arrêtés aux deux tiers de l’ascension de la montagne dans la station Columbine Ranger, un complexe des Services d’Administration Forestière qui avait été construit vers 1935 par le Civilian Conservation Corps, un programme de travaux publics qui faisait partie du «New Deal» du président Franklin D. Roosevelt et qui avait fourni des emplois manuels non qualifiés pour les gens afin de réduire le chômage au cours de la Grande Dépression.

Nous avions amené un petit déjeuner et avons utilisé la station comme endroit pour se reposer un peu, manger et permettre à nos ventres de récupérer un peu de toutes ces montagnes russes.  En grignotant un sandwich et en regardant les photos vieillissantes en noir et blanc qui pendaient sur les murs montrant des hommes de la période de la Dépression qui avaient construit le modeste camp, nous avons rencontré un bénévole, un vieil homme intéressant qui nous a dit comment il était venu là depuis de nombreuses années pour maintenir un feu dans la cheminée et saluer les randonneurs qui erraient dans le parc.  Quand nous lui avons dit où nous nous rendions, il est devenu silencieux.  Lorsque nous avons ajouté que notre plan était de parler avec les Jésuites dans la zone réglementée plus haut dans la montagne, il a perdu tout intérêt pour la conversation et a commencé à remuer son feu de nouveau.

Quelques minutes plus tard, nos déjeuners étant terminés et nos estomacs toujours perturbés, nous étions de retour dans notre véhicule.  À partir de là, la route, si on peut l’appeler ainsi, est devenue un peu plus semblable à un sentier de chèvre jusqu’à ce que, finalement, à environ un mille de notre destination, nous sommes arrivés à une porte de sécurité avec les avertissements « DÉFENSE D’ENTRER » dans plusieurs langues.  Le guide avait une clé de la porte.  Il l’a déverrouillée puis l’a reverrouillée derrière nous après l’avoir traversée.  À ce moment, notre guide a pris une radio, que nous n’avions pas remarqué auparavant, et a lancé un appel à quelqu’un pour l’avertir que nous nous dirigions sur la pente.  Évidemment, cela était nécessaire, car à partir de ce point le chemin de gravier escarpé était à peine assez large pour un véhicule à la fois, et vous ne voulez pas risquer de heurter un autre véhicule qui pourrait être en descendant de ces observatoires.  Personne n’a répondu à l’appel, alors, il a communiqué par radio à nouveau, puis, une troisième fois, toujours sans réponse.  Le silence devait vouloir dire que le chemin était libre, parce qu’à ce moment il a embraillé le véhicule et nous avons commencé la montée de la dernière portion de 30 minutes le long de la montagne.

« Et, encore une chose, » a averti le guide.  « Quand nous arriverons dans la zone réglementée, vous verrez des câbles de couleurs vives sur la majeure partie du terrain autour des bâtiments.  Ne jamais, et je le répète, ne jamais marcher sur les câbles ou vous serez immédiatement arrêté et jeté en prison. »  Il ne souriait pas, et quand nous sommes arrivés aux observatoires, nous avons vu les lignes de sécurité et des véhicules de police, comme il les avait décrits.

RECHERCHE DE LUCIFER DU SOMMET DE LA MONTAGNE SAINTE

Il était environ 11:00 AM alors que nous tournions le dernier virage et que j’ai vu directement devant nous les édifices imposants qui abritent le Grand Télescope Binoculaire, un télescope optique pour l’astronomie et actuellement un des systèmes les plus avancés au monde.  Tout près, il y a l’édifice du télescope submillimétrique Heinrich Hertz, un magnifique radiotélescope plat pour les observations dans la gamme des longueurs d’ondes submillimétriques … le plus précis radiotélescope jamais construit.  Et, le dernier mais non le moindre, à quelques dizaines de mètres d’eux, nous avons observé notre principale raison pour tout ce chemin vers le haut de cette montagne, le télescope à technologie avancée du Vatican ou VATT.

Bien sûr, nous avions lu l’histoire officielle du site web de l’Observatoire du Vatican avant de faire le voyage, comment l’observatoire fait honneur à son nom :

« Son cœur est une construction en nid d’abeille, un miroir primaire borosilicate.  Il a été fabriqué dans le laboratoire des miroirs de l’Université de l’Arizona et a été le pionnier à la fois pour les techniques de coulée centrifuge et les techniques de polissage au tour qui sont utilisées pour les miroirs de télescopes jusqu’à 8,4 m de diamètre.  Le miroir primaire est si profondément concave que le foyer du télescope est aussi loin au-dessus du miroir que sa largeur, permettant ainsi une structure qui est environ trois fois plus compacte que la précédente génération des modèles de télescopes. »

Mettant de côté un tel langage technique, les « observateurs » qui sont approuvés pour faire fonctionner le VATT et les raisons pour lesquelles ils l’utilisent ces jours-ci est ce qui nous mènera à regarder le miroir.  Cela a été confirmé plus tard par le Père Jésuite en service qui nous a dit que parmi les recherches les plus importantes des astronomes du Vatican, il y a la quête de déceler certaines planètes extrasolaires et l’intelligence avancée extraterrestre.  Il a commencé ensuite à nous montrer tout autour de l’observatoire, des quartiers personnels des astronomes de l’Église, où ils mangeaient, dormaient, se détendaient, étudiaient, jusqu’à la salle de contrôle, les écrans et les systèmes d’ordinateurs, et même le télescope lui-même.  Alors, on nous a donné l’occasion complète et illimitée de questionner comment les appareils sont utilisés et quelles distinctions établissent chacun des télescopes sur le Mont Graham, et, nous n’avions pas prévu la facilité avec laquelle les astronomes et les techniciens pourraient également nous parler des OVNIs !  Ceci s’est avéré particulièrement vrai lorsque nous avons gravi la route de gravier de l’Observatoire du Vatican jusqu’au Grand Télescope Binoculaire, où nous avons passé la majeure partie de la journée avec un ingénieur du système qui non seulement nous a amené à tous les sept niveaux de cette puissante machine, en soulignant le dispositif LUCIFER et la raison de son utilisation (qu’il appelait affectueusement « Lucy » à plusieurs reprises et d’autres fois « Lucifer ») ainsi que tous les autres aspects du télescope, que nous avons tenté de garder dans nos esprits, mais, nous avons aussi été surpris quand, assis dans la salle de contrôle, nous avons écouté les astronomes parler avec tant de désinvolture de la redondance avec laquelle les OVNIs sont captés sur des écrans en traversant les cieux.  Notre aimable ingénieur ne semblait pas nerveux, ni aucun des autres scientifiques dans la salle, et, nous avons été choqués de voir comment tout cela pouvait sembler tout à fait ordinaire. 

Tom Horn et Chris Putnam devant le VATT.

Tom Horn et Chris Putnam sous la plate-forme du VATT.

Marchant du VATT au Grand Télescope Binoculaire


Technicien système LBT dans la salle de commande avec Tom, Cris, et un astronome (hors du cadre sur la droite) décrivant combien de fois les « OVNIs » sont capturés pendant les observations.

Mais, en ce qui concerne les observations d’OVNIs par les télescopes du Mont Graham, ce n’était pas la raison principale de notre présence là-bas.  Nous étions venus avec des questions plus profondes concernant les astronomes de haut niveau du Vatican et ce qu’ils avaient révélé en discutant avec les médias ces dernières années.  Les captivants commentaires des Jésuites, comme Guy Consolmagno, un astronome de premier plan qui se présente souvent dans les médias en tant que porte-parole du Vatican, qui a travaillé à la NASA et a enseigné à Harvard et au MIT, et qui partage actuellement son temps entre l’Observatoire du Vatican et le quartier-général du laboratoire Specola Vaticana basé à la résidence d’été du Pape à Castel Gandolfo, en Italie, et le Mont Graham, en Arizona.  Au cours des dernières années, il a concentré une grande partie de son temps et de ses efforts à tenter de concilier science et religion dans les forums publics particulièrement en ce qui concerne le sujet de la vie extraterrestre et son impact potentiel sur l’avenir de la foi pour que nous ayons décidé de communiquer avec lui.  Il a accepté d’être interviewé à Rome, et, au cours des nombreux échanges qui ont suivi, il nous a dit que certaines choses semblaient hors de portée.  Il nous a même envoyé une copie d’un document privé, une mine d’or littéralement, au sujet de ce que le Vatican et lui envisagent en ce qui concerne les conséquences de l’astrobiologie et en particulier la découverte d’extraterrestres avancés … dans lequel il admet comment les sociétés contemporaines « regarderont bientôt les extraterrestres comme les sauveurs de l’humanité. »

PARTIE 2

                                                               Le VATICAN la nuit.

Ce qu’ils voient – Les Nephilim comme « Sauveurs de l’Espace » pour le salut de l’homme

Pour illustrer le bien-fondé théologique de cette possibilité, Consolmagno soutient que les humains ne sont pas les seuls êtres intelligents que Dieu a créé dans l’univers, et, dit-il, ces formes de vie non humaines sont décrites dans la Bible.  Il commence par nous rappeler les anges, puis, nous surprend en faisant référence aux Nephilim :

« D’autres êtres célestes sont mentionnés plusieurs fois dans les Psaumes.  Par exemple, regardez le beau passage dans le Psaume 89, qui crie : « Les cieux célèbrent tes merveilles, Ô Éternel !  Et ta fidélité dans l’assemblée des saints.  Car qui, dans le ciel, peut se comparer à l’Éternel ?  Qui est semblable à toi parmi les fils de Dieu ?C’est à toi qu’appartiennent les cieux et la terre, c’est toi qui as fondé le monde et ce qu’il renferme. »  De même, Dieu demande dans Job 38:7, si un être humain peut prétendre avoir été présent lors de la création, « alors que les étoiles du matin éclataient en chants d’allégresse, et que tous les fils de Dieu poussaient des cris de joie ? »

« Ces « cieux », « saints », « ceux dans le ciel », les « étoiles du matin » … et tous ces êtres célestes sont-ils des références aux anges ?  Ou sont-ils une référence à un autre genre de vie au-delà de nos connaissances ? »

« … Et ce ne sont pas les seules créatures intelligentes non-humaines mentionnées dans la Bible.  Il y a cet étrange et mystérieux passage au début de la Genèse, au chapitre 6, qui décrit les « fils de Dieu » qui prennent des épouses humaines.  Avec cela, il y a une référence aux Nephilimles héros qui étaient des anciens guerriers de renom. »

« La plupart des érudits bibliques suggèrent que les Nephilim et les fils de Dieu dans la Genèse peuvent être expliqués comme une référence aux laissés derrière dans les histoires de la création des païens qui entouraient l’ancien Israël, que ces histoires ont été écrites par le genre de personnes dont la culture voyait quelqu’un hors de leur tribu comme étant indiciblement extraterrestre.  De même, les références à des cieux et des étoiles qui chantent et louent le Seigneur peuvent être vues simplement pour la belle poésie qu’elles représentent. »

« Mais, que vous interprétiez ces créatures comme des anges ou des extraterrestres n’a pas vraiment d’importance pour le bien de notre argument.  Le fait est que les anciens écrivains de la Bible, comme tous les peuples anciens, étaient parfaitement heureux avec la possibilité que d’autres êtres intelligents puissent exister. »

Vous avez bien lu, puis, demandez-vous : Est-ce que le principal astronome du Vatican parle d’utiliser l’histoire des Nephilim de la Bible comme un exemple du genre de « sauveurs de l’espace » vers qui l’homme pourrait bientôt se tourner pour assurer son salut ?  Cette affirmation incroyable est seulement dépassée par ce qu’il a dit ensuite.  En citant Jean 10:16, qui dit : « J’ai encore d’autres brebis, qui ne sont pas de cette bergerie; Celles-là, il faut que je les amène; Elles entendront ma voix, et il y aura un seul troupeau, un seul berger », Consolmagno écrit : « Peut-être que ce n’est pas tiré par les cheveux de voir la deuxième personne de la Trinité, le Verbe, qui était présent, « Au commencement » (Jean 1: 1), venir donner sa vie et la reprendre (Jean 10:18), non seulement en tant que Fils de l’Homme, mais aussi, comme un Enfant d’autres races ? »

Les chercheurs du Vatican croient-ils vraiment que Jésus aurait pu être l’Enfant des Étoiles d’une race extraterrestre ?  Est-ce que Consolmagno et les autres Jésuites croient secrètement que la « naissance virginale » n’était en réalité qu’un scénario d’enlèvement (abduction) dans lequel Marie aurait été inséminée par ET, donnant ainsi naissance à un Jésus hybride ?  Aussi incroyable que cela puisse paraître, vous devriez vous préparer pour la réponse inattendue alors que cette série se dévoile.

Tout cela semble une théologie impossible, si ce n’était du fait que d’autres porte-paroles importants du Vatican, ceux qui ont l’habitude d’étudier à partir de la « Base des Étoiles » (comme l’appellent les Indiens locaux) sur le Mont Graham ont dit la même chose dans les dernières années.  Cela comprend le Dr Christopher Corbally, vice-directeur du Groupe de Recherches de l’Observatoire du Vatican du Mont Graham jusqu’en 2012, qui croit que notre image de Dieu devra changer si la divulgation d’une vie extraterrestre était bientôt révélée par les scientifiques (y compris le besoin d’évoluer de la notion d’un Dieu « anthropocentrique » vers une « entité plus large ») et l’actuel directeur de l’Observatoire du Vatican, le Père José Funes qui est allé tout aussi loin en suggérant que la vie extraterrestre non seulement existe dans l’univers et sont « nos frères », mais, au moment de leur manifestation, confirmeront la « vraie » foi du christianisme et la domination de Rome.  Lorsque le journal Osservatore Romano (qui ne publie rien que le Vatican n’approuve pas) lui a demandé ce que cela signifiait, il a répondu : « Comment peut-on exclure que la vie ait pu se développer ailleurs ?  Tout comme nous considérons les créatures terrestres comme « frères » et « sœurs », pourquoi ne devrions-nous pas parler des « frères extraterrestres » ?  Ils feraient toujours partie de la création et croire en l’existence d’une telle chose n’est pas contradictoire avec la doctrine catholique. »

Guy Consolmagno et Benoît XVI 

De telles déclarations ne sont que les dernières d’une série d’observations récentes par les nombreux astronomes du Vatican confirmant une croyance de plus en plus acceptée (ou la connaissance interne ?) que la révélation d’une vie extraterrestre sera faite dans un proche avenir, y compris une vie intelligente et que cette rencontre ne contestera pas l’autorité de l’Église Catholique Romaine.

Depuis les années 70 jusque dans les années 90, c’est Monsignor Corrado Balducci, un exorciste, un théologien et un membre de la Curie du Vatican (l’organe qui dirige Rome) et un ami du pape, qui est peut-être allé le plus loin en apparaissant sur la télévision nationale italienne de nombreuses fois pour déclarer que les ETs ne sont pas seulement possible, mais, déjà en interaction avec la Terre et que les dirigeants du Vatican étaient au courant.  Par ailleurs, en parlant comme un démonologue officiel, il a dit que les rencontres extraterrestres « n’étaient pas démoniaques, elles n’étaient pas dues à des altérations psychologiques et elles n’étaient pas des cas de vols d’identités, mais, ces rencontres méritent d’être étudiées attentivement. »  Il a même révélé comment le Vatican lui-même suivait de près le phénomène et compilait tranquillement des preuves matérielles des ambassades du Vatican (nonciatures) dans le monde entier sur les extraterrestres et leur mission [plus loin dans cette étude, nous communiquerons les dossiers secrets des extraterrestres que le Vatican a collecté depuis les années 1950].  Par exemple, lors d’un forum sur l’énorme apparition d’OVNIs au Mexique, il a déclaré : « Je souhaite toujours être le porte-parole de ces peuples des étoiles qui sont également une partie de la gloire de Dieu, et je vais continuer à tout porter à l’attention de notre Sainte- Mère l’Église. »  Quoi que vous en pensiez, Balducci a été membre d’un groupe spécial de consultants auprès du Vatican, un porte-parole public pour Rome sur la question de la vie extraterrestre, aussi bien que du phénomène des OVNIs et des enlèvements, et ses affirmations n’ont jamais été contredites par l’Église.

Pourtant, le plus intriguant a peut-être été le théologien catholique, Père Malachi Martin, qui, avant sa mort en 1999, a fait allusion à quelque chose comme un contact extraterrestre imminent plus d’une fois.  Lors de son passage sur Coast to Coast en 1997, Art Bell a demandé à Martin pourquoi le Vatican avait si fortement investi dans l’étude de l’espace profond à l’Observatoire du Mont Graham, que nous avons visité.  En tant que professeur retraité de l’Institut biblique pontifical, Martin était particulièrement qualifié pour tenir secrète de l’information au sujet du VATT.  La réponse de Martin a déclenché une tempête d’intérêt parmi les ufologues chrétiens et laïcs, quand il a répondu : « Parce que la mentalité … parmi ceux qui sont au … plus haut niveau de l’administration et de la géopolitique du Vatican, savent … ce qui se passe dans l’espace, et ce qui se rapproche de nous, pourrait être d’une grande importance au cours des cinq où dix prochaines années.

Ces mots mystérieux, « ce qui se rapproche de nous, pourrait être d’une grande importance », ont été suivis lors des entretiens ultérieurs par la discussion au sujet d’un mystérieux « signe dans le ciel » que Malachie Martin croit venir du nord.  Alors que cela aurait pu être une référence oblique à un présage de la fin du monde, la prophétie catholique de la Grande Comète, les personnes familières avec Malachie Martin croient qu’il a peut-être fait allusion à l’arrivée dans un futur proche de l’intelligence extraterrestre. (Note des auteurs : Lorsque nous avons demandé au Père Guy Consolmagno ce qu’il pensait des déclarations de Malachie Martin, il semblait réellement vexé par l’homme, en disant : « J’ai entendu des histoires à ce sujet vers la fin des années de Malachie Martin qui me rendent plutôt suspicieux au sujet des déclarations qui viennent de lui.  J’étais à l’Observatoire dans les années 1990 et il ne nous a jamais visité ni n’avait rien à voir avec nous. »  Cette réaction semble cohérente avec de nombreux autres prêtres catholiques malgré la volonté de Malachie Martin de divulguer ce que Rome aimerait mieux enterrer, en particulier la cabale satanique au sein de l’ordre des Jésuites dont a parlé Malachie Martin dans ses livres.)

Pourtant, si la vie extraterrestre est quelque chose que les responsables du Vatican ont considéré dans le privé pendant un certain temps, pourquoi en parler si ouvertement maintenant, dans ce que certains perçoivent comme un dévoilement doctrinal soigné au cours des dernières années ?  Est-ce un effort délibéré des représentants de l’Église pour « réchauffer » les troupes à la divulgation des extraterrestres ?  Les publications officielles de l’Église sur le sujet sont-elles une tentative pour amortir le choc avant que la divulgation n’arrive, afin d’aider les fidèles à conserver leur orthodoxie à la lumière d’une future connaissance sans précédent ?

Écrivant pour Newsweek, le 15 mai 2008, dans l’article, « Le Vatican et les petits hommes verts », Sharon Begley a noté que « ceci pourrait faire partie d’un effort pour démontrer que le Vatican embrassait la science … Fait intéressant, le Vatican a envisagé d’organiser une conférence à Rome, le printemps prochain, à l’occasion du 150ième anniversaire de l’Origine des Espèces, ouvrage fondamental de Charles Darwin sur la théorie de l’évolution.  Les organisateurs du colloque disent que cela ira au-delà de leurs positions idéologiques fermes, y compris le créationnisme mal interprété.  Le Vatican affirme vouloir reconsidérer le problème de l’évolution « avec une perspective plus large » et disent qu’un examen approprié est plus nécessaire que jamais. »

« L’examen approprié » mentionné par Begley a peut-être été quelque chose d’évoqué par Guy Consolmagno trois ans auparavant dans une entrevue avec le Sunday Herald.  Cet article démontrait comment le travail de Consolmagno comprenaient la conciliation « les confins les plus fous de la science-fiction avec les dogmes fermes du Saint-Siège » et que son dernier méandre mental était consacré à « la semence de Jésus », décrit comme « une théorie hallucinante qui émet l’hypothèse que, peut-être, chaque planète qui abrite une conscience intelligente pourrait également avoir vu le Christ marcher à travers ses mers de méthane, tout comme Jésus l’a fait ici sur Terre, en Galilée.  Le salut des Bételgeusiens est peut-être arrivé en même temps que le salut des Terriens. »  Cela ressemble à une version sanctifiée de la panspermie, l’idée que la vie sur Terre a été «  ensemencée » par quelque chose, il y a longtemps, comme un impact d’astéroïde, mais, dans ce cas, « la semence » a été désignée par Dieu et réconciliée avec le Christ.

La curieuse connexion entre les porte-paroles du Vatican et la question des extraterrestres et du salut a de plus été discutée dans une entrevue de mai 2008 avec L’Osservatore Romano et le Père Funes, intitulé, « L’extraterrestre est mon frère ».  Dans la traduction anglaise du long métrage italien, Funes répond à la question à savoir si les extraterrestres auraient besoin d’être rachetés, qu’il croit ne doit pas être prise en charge.  « Dieu s’est fait homme en Jésus pour nous sauver », dit-il.  « Si d’autres êtres intelligents existent, il n’est pas dit qu’ils auraient besoin de rédemption.  Ils auraient pu maintenir toute leur amitié avec leur Créateur. »

Par « toute leur amitié », Funes reflète la façon dont certains théologiens du Vatican acceptent la possibilité que des espèces extraterrestres peuvent exister et qui pourraient être moralement supérieures aux hommes, plus près de Dieu que nous les humains tombés et que, par conséquent, ils pourraient devoir venir pour nous évangéliser.  Le Père Guy Consolmagno a repris cette même ligne de pensée quand il a écrit dans son livre, Frère Astronome : Aventures d’un Scientifique du Vatican.

Donc, la question de savoir si, oui ou non, il faut évangéliser, est vraiment un point discutable.  Tout extraterrestre que nous trouverons va apprendre et changer à notre contact, tout comme nous apprendrons et changerons à leur contact. C’est inévitable.  Et, ils vont nous évangéliser, également.

Mais, attention, car ce trou de lapin inquiétant va beaucoup plus loin …

Dans un article de l’Encyclopédie interdisciplinaire des Religions et de la Science, le Père Giuseppe Tanzella-Nitti, un théologien Opus Dei de l’Université Pontificale de la Sainte Croix à Rome, explique à quel point nous pourrions être évangélisés lors d’un contact avec des « extraterrestres spirituels », comme chaque croyant en Dieu, dit-il, salue une civilisation extraterrestre comme une extraordinaire expérience et serait enclin à respecter l’extraterrestre et à reconnaître l’origine commune de nos espèces différentes comme provenant du même Créateur.  Selon Giuseppe Tanzella-Nitti, ce contact avec une intelligence non terrestre pourrait alors offrir de nouvelles possibilités « pour mieux comprendre la relation entre Dieu et toute la création ».  Il ajoute que cela n’obligerait pas immédiatement le chrétien « à renoncer à sa foi en Dieu simplement sur la base de la réception de nouvelles informations inattendues d’un caractère religieux des civilisations extraterrestres », mais, qu’une telle renonciation pourrait venir peu de temps après que le nouveau contenu religieux provenant de l’extérieur de la Terre serait confirmé comme raisonnable et crédible.  « Une fois que la fiabilité de l’information aurait été vérifiée », le croyant aurait à « concilier ces nouvelles informations avec la vérité qu’il connaît déjà, et qu’il croit, sur la base des révélations du Dieu Unique dans la Trinité, conduisant à une relecture des Évangiles incluent dans les nouvelles données … » Comment ce « plus complet Évangile ET » pourrait désaccentuer ou modifier significativement notre compréhension au sujet du salut par Jésus-Christ est discuté dans la section exo théologie de notre prochain livre, « Exo Vaticana », mais, l’ancien vice-directeur de l’Observatoire du Vatican, Christopher Corbally, dans son article, « Et, s’il y avait d’autres mondes habités », peut avoir résumé l’aspect le plus important quand il a conclu que Jésus pourrait ne pas rester la Seule Parole du salut : « Je voudrais essayer d’explorer l’extraterrestre en le laissant être ce qu’il est, sans se presser pour une catégorie de classement, pas même en supposant deux sexes », a déclaré Corbally, avant de laisser tomber cette bombe :

« Alors que le Christ est la première et la dernière parole (Alpha et Oméga) parlée à l’humanité, il n’est pas nécessairement la seule parole qui a été parlée à l’univers … En effet, la Parole qui nous a parlés ne semble pas exclure une « Parole » équivalente qui aurait parlé aux extraterrestres.  Eux aussi auraient pu avoir leur  « Événement Logos ».  Quel qu’ait pu être cet événement, il n’est pas nécessaire qu’il ait pu être une mort et une résurrection répétée, si nous permettons à Dieu d’avoir plus d’imagination que certains penseurs religieux semblent avoir.  Parce que Dieu, comme le Tout-Puissant, ne se limite pas à une seule forme de langage, l’humain. »

Ces porte-paroles de haut rang du Vatican ont, ces dernières années, de plus en plus offerts un tel langage en reconnaissant la possibilité d’une intelligence extraterrestre et le rôle dramatique que l’introduction des extraterrestres à la civilisation humaine pourrait jouer en ce qui concerne la modification des croyances établies sur l’anthropologie, la philosophie, la religion et la rédemption pour devenir plus conséquent à l’avenir que la plupart le pensent.

Et puis, il y a cet appareil LUCIFER sur le Mont Graham, auquel le Vatican nie être connecté, mais, nous allons l’illustrer autrement plus tard dans cette série.  LUCIFER est curieusement décrit sur le site de l’Observatoire du Vatican comme « le TÉLESCOPE INFRAROUGE de la NASA et du VATICAN appelé LUCIFER.  Un TÉLESCOPE INFRAROUGE construit en Allemagne, détenu et financé par la NASA et par le VATICAN … pour observer NIBIRU/NEMESIS. »  Pourquoi le site de l’Observatoire du Vatican a-t-il permis à cette légende de demeurer ?  Nibiru et Némésis sont des planètes hypothétiques qui sont censées revenir en orbite proche de la Terre après de très longues périodes de temps.  Elles ont été reliées dans le mythe moderne à la « Planète X » et d’un côté plus obscur avec la destruction de planètes que certains croient s’être produite au cours d’une grande guerre entre Dieu et Lucifer, quand l’ange puissant a été chassé du ciel.  Dans le livre de Job où le prophète détaille comment Dieu a détruit les habitations des anges qui ont causé une insurrection contre Lui (Job 26:11-13), il mentionne spécifiquement la destruction de Rahab, un corps planétaire appelé aussi « Fierté », d’où Dieu a expulsé « le serpent fuyard ». Rome et les autres puissances mondiales, à l’aide du dispositif LUCIFER, sont-ils en train d’observer quelque chose que le reste d’entre nous ne peut pas voir, quelque chose qu’ils croient représenter cette guerre ancienne (ou pire, en gardant les yeux sur l’approche des dispositifs de transports angéliques de la Fin des Temps, les OVNIs, quelque chose que le Père Malachi Martin a mentionné) ?  Cette dernière théorie est intéressante compte tenu du nom démoniaque du périphérique infrarouge.  Les télescopes infrarouges peuvent détecter des objets froids ou trop lointains et faibles pour être observés avec la lumière visible, comme les planètes éloignées, les nébuleuses et les étoiles naines brunes.  En outre, les radiations infrarouges ont des longueurs d’ondes plus longues que la lumière visible, ce qui signifie qu’elles peuvent passer à travers les gaz et les poussières astronomiques sans être dispersées.  Les objets et les zones difficiles à observer dans le spectre visible, y compris le centre de la Voie Lactée, peuvent ainsi être observés par la technologie infrarouge de LUCIFER.  Mais, ce qui fascine les chercheurs d’OVNIs depuis un certain temps maintenant est de savoir comment la technologie infrarouge peut également être utilisée pour repérer et suivre les objets volants non identifiés dans le ciel qui ne peuvent être observés avec aucun autre télescope ou à l’œil nu.  En fait, certains des OVNIs les plus étonnants jamais filmés ont été enregistrés avec l’infrarouge.  Ce que cela a à voir avec l’arrivée de Petrus Romanus et surtout le leader mondial qu’il fêtera est d’une imminence inquiétante et finale.

Ingénieur de LBT montrant aux auteurs le dispositif LUCIFER et expliquant comment il utilise l’INFRAROUGE pour observer.

PARTIE 3

«  EUX  » SUR LE MONT GRAHAM ?  Qui est arrivé en premier, VATT ou le vrai LUCIFER ?

Comme mentionné précédemment, ces montagnes de l’Arizona sont considérées comme les plus saintes montagnes en Amérique pour les Indiens Apaches.

L’histoire démontre en partie la raison pour laquelle les peuples indigènes estiment qu’elles sont « saintes », et en partie pourquoi la montagne a été sélectionnée par le consortium impliqué dans cette activité céleste, inhabituelle à cet endroit, où, dans les temps anciens, les OVNIs appelés « lumières spirituelles » se déplaçaient à travers le ciel, ce qui semble avoir contribué à leur attribution de « puissances » du système solaire, d’emplacement de portails métaphysiques et d’autres phénomènes surnaturels.  Le mythe de la création Apache est révélateur à cet égard, puisqu’une version particulière implique « Celui qui vit au-dessus » et qui est descendu dans un disque volant au début de la création.  « Au commencement, il n’existait rien, ni terre, ni ciel, ni soleil, ni lune, l’obscurité était partout », commence la légende avant de noter : « Tout à coup, des ténèbres a émergé un disque, d’un côté jaune et de l’autre blanc, apparaissant suspendu dans les airs.  Dans le disque était assis un homme barbu, le Créateur, Celui qui vit au-dessus. »

Bien qu’aucun « mythe Apache de la création  » ne domine toutes les croyances tribales, la plupart des groupes se partagent ces préceptes principaux ainsi que ce symbolisme dans leurs histoires orales.  Outre le créateur qui se déplace dans un disque céleste, un dragon avec le pouvoir de la parole se présente et négocie avec les hommes, ainsi que des passerelles surnaturelles associées avec la montagne à travers lesquelles des êtres spirituels peuvent venir.  Parfois, ces esprits sont représentés par le hibou (un Indien Apache qui rêve à un hibou signifie que la mort approche, tandis que les Hopis voient le hibou comme le dieu de la mort et du monde souterrain), ce qui est fascinant étant donné le lien avec les comptes-rendus des « enlèvements extraterrestres » où le hibou est un déguisement dans lequel la personne enlevée est amené à croire que l’extraterrestre aux yeux exorbités dans sa mémoire était en fait un hibou qu’elle avait vu quelque part et que cette image s’était logé dans sa mémoire.  Les hiboux ont été associés tout au long de l’histoire chrétienne à la sorcellerie et aux sorcières volantes, et les sources de ces légendes semblent refléter des histoires de nombreux enlèvements, que nous allons examiner plus tard.  Qu’il suffise de dire que ces anciennes croyances indigènes impliquant des disques volants, des créateurs volants, des lumières spirituelles, des hiboux, un dragon ou un serpent qui parle beaucoup, et même des passerelles surnaturelles reliées à la chaîne de montagnes ont commencé bien avant que le Vatican jette les yeux sur le Mont Graham.

Qui étaient/sont-ils vraiment ?

En 1988, un film de science-fiction-horreur américain, intitulé, « They Live » (réalisé par John Carpenter) décrit un vagabond interprété par le lutteur professionnel « Rowdy », Roddy Piper, qui découvre que l’élite dirigeante est en fait des extraterrestres qui ont hypnotisé la race humaine et qui gèrent les affaires sociales humaines par le biais de messages subliminaux cachés dans les médias. Dans une scène importante au début du film, Nada, personnifié par Piper, entre dans une ruelle et trouve une boîte contenant des lunettes de soleil noires.  Il les met et découvre bientôt qu’elles contiennent un filtre très spécial.  En regardant à travers, il peut voir « la réalité du monde sombre », que les médias mondiaux et la publicité en fait contiennent des ordres totalitaires subliminaux, commandant l’obéissance et la conformité des consommateurs, pour contrôler une population humaine à son insu par des extraterrestres humanoïdes possédants des crânes grotesques comme visages.  Malgré unéchec commercial à l’époque, le film a finalement fait son chemin dans les 25 premclassiques, où il demeure actuellement, selon Entertainment Weekly Magazine.  Le film et ses affiches peuvent souvent être trouvés aujourd’hui avec des éditoriaux se moquant des objectifs du totalitarisme et de l’élitisme, mais, une autre suggestion dont on ne discute généralement pas est de savoir comment le monde pourrait vraiment être infesté par des agents non humains d’une réalité inconnue, dont la plus grande partie de l’humanité n’est pas consciente.

Tout d’abord, à partir d’une réalité purement immatérielle, nous savons que les démons et leur intérêt militariste chez les peuples et la géographie sont des faits ontologiques, selon la Bible.  Dansl’Ancien Testament, les démons sont considérés comme la vie dynamique derrière l’idolâtrie (Deutéronome 32:17), et, dans le Nouveau Testament, chaque auteur se réfère à leur influence.  Les textes extrabibliques, y compris les œuvres antiques pseudépigraphes comme le premier livre d’Énoch et les écrits post-Testamentaires tels que Didache, l’épître aux Éphésiens d’Ignace et le Pasteur d’Hermas sont d’accord avec cette préoccupation. Les premiers pères de l’Église ont aussi renforcé la conviction que les mauvais esprits cherchent à contrecarrer la volonté de Dieu sur la terre à travers des attaques contre le corps de Christ en particulier et contre la société en général, comme les intermédiaires invisibles, à la fois bons et mauvais, entre des personnalités spirituelles et humaines à la maison, à l’église, dans le gouvernement et dans la société.  Comprendre comment et pourquoi cela est vrai est défini dans les études démonologiques tels que le conseil divin (un terme utilisé par les érudits hébreux et sémitiques pour décrire le panthéon des divinités ou des anges qui administrent les affaires du ciel et de la terre), où des experts conviennent généralement que, à partir de la tour de Babel, le monde et ses habitants ont été déshérités par le Dieu souverain d’Israël et placés sous l’autorité des êtres divins mineurs qui sont devenus corrompus et déloyaux envers Dieu dans leur administration de ces nations (Psaume 82).  Après Babel, ces êtres sont rapidement devenus idolâtrés sur la terre comme des dieux, donnant naissance au culte des « démons » (Actes 7:41-42; Psaumes 96:5, et 1 Corinthiens 10:20) et recherchant (les anges déchus) à attirer l’humanité loin de Dieu.  Alors que la domination de ces entités et leurs objectifs sont souvent négligés, une collaboration étroite entre les méchants et les architectes sociaux non régénérés fonctionne sur une base régulière en dehors du champ d’application de la foule innombrable qui est aveugle à leur réalité.  En d’autres termes, comme le suggère le film « They Live », derrière les gouverneurs, les législateurs, les présidents, les dictateurs et même les chefs religieux, les puissances spirituelles démoniaques se déplacent dans toute la machine des gouvernements ecclésiastiques et civils et les médias aussi librement qu’elles y sont autorisées.  Chaque fois que ces principautés reconnaissent qu’un groupe religieux ou politique est devenu une force pour le bien moral, ils conviennent, à travers un labyrinthe complexe de représentants visibles et invisibles, d’abaisser cette organisation, une âme à la fois.

C’est dans cette arène cachée du mal, surnaturellement, que les hommes non régénérés sont organisés.  Sous l’influence démoniaque, ils sont orchestrés au sein d’un grand système maléfique (ou empire) décrit dans divers passages bibliques comme un ordre satanique.  En plus d’une trentaine d’importants textes bibliques, le Nouveau Testament grec utilise le terme kosmos pour décrire ce « gouvernement derrière le gouvernement ».  C’est ici que l’ego humain, séparé de Dieu, devient hostile au service de l’humanité tout en regardant les gens comme des marchandises à être manipulés dans le ministère de l’ambition diabolique.  Certains commentateurs croient que les origines de ce phénomène ont commencé dans un passé lointain, quand un « incendie » dans l’esprit de Lucifer a causé au puissant Chérubin de s’élever au-dessus du bien de la création de Dieu.  L’esprit autrefois glorifié, rendu fou par une soif sans équivoque de diriger, de conquérir et de dominer, a engendré une luxure similaire entre ses partisans, qui se poursuit aujourd’hui parmi les agents du pouvoir obscur qui gardent une symétrie privilégiée, « de cause à effet », entre les personnalités visibles et invisibles.

Au désir de Satan, les archons commandent cette sphère surnaturelle géopolitique, les kosmokrateurs dominants (les dirigeants de l’obscurité qui travaillent dans et par leurs homologues humains) qui, en retour, commandent les esprits de moindre rang jusqu’à ce que tous les niveaux des gouvernements terrestres, laïques et religieux, puissent être touchés par cette influence.  Si nous pouvions voir à travers le voile dans ce domaine, nous trouverions un monde vivant avec le bien contre le mal, un endroit où le prix ultime est l’âme des hommes et où des légions font la guerre pour le contrôle de ses villes et des personnes.  Avec ce témoignage frappant, Satan a offert à Jésus toute la puissance et la gloire des gouvernements de ce monde.  Satan dit : « Je te donnerai toute cette puissance [contrôle] et la gloire de ces royaumes [cités terrestres] : Car elle m’a été donnée, et je la donne à qui je veux.  Si donc tu te prosternes devant moi, elle sera toute à toi. »  (Luc 4:6-7)

Selon l’Épître aux Éphésiens, c’est cette domination, non de chair et de sang, où l’opposition à la volonté de Dieu sur la terre est initiée.  Alors que les personnes et les institutions fournissent souvent les « visages » de nos problèmes, le conflit provient au-delà, dans ce lieu où opèrent les forces invisibles.  Ces forces peuvent en effet avoir plus d’influence que quiconque ne pourra jamais l’imaginer.  En fait, il y a une forte probabilité que le premier assassinat dans la Genèse ait été inspiré diaboliquement (d’une manière qui est semblable aux soi-disant phénomènes des « enlèvements extraterrestres »).  Ne vous êtes-vous jamais demandé pourquoi le « péché » est personnifié quand Dieu met en garde Caïn : « Certainement, si tu agis bien, tu relèveras ton visage, et si tu agis mal, le péché se couche à la porte, et ses désirs se portent vers toi : Mais toi, domine sur lui. » (Genèse 4:7).  N’est-il pas étrange que le « péché » est « lui » et si Caïn ne fait pas bien, il sera l’objet du désir du péché ?  Comment le « péché » peut-il avoir des désirs ?  Apparemment, il y a quelque chose de plus qui se passe ici et les chercheurs ont découvert des réponses surprenantes.

Une chose merveilleuse concernant l’archéologie est que nous avons maintenant une meilleure compréhension du contexte de la Bible qu’à n’importe quel autre moment dans l’histoire.  Les chercheurs ont traduit une foule de tablettes de la Mésopotamiequi non seulement ajoutent des indices contextuels aux références scripturaires, mais, donnent également un aperçu du vocabulaire sémitique emprunté.  Dans ce cas, un examen attentif du texte hébreu a conduit de nombreux chercheurs évangéliques à voir le participe rendu « couché » (ou « accroupi » dans d’autres versions) comme un mot d’emprunt akkadien, rābiu, pour un démon (l’hébreu ancien n’a pas de voyelle ainsi « rbs » offre cette flexibilité).  Bien sûr, il y a d’autres chercheurs qui rechignent, préférant une exégèse moins surnaturelle, mais, le contexte du passage appuie l’interprétation démoniaque.  Le péché ne se couche pas dans l’attente mais les démons le font.  Le Bibliste, John Walton, est d’accord : « Le fait que le texte mentionne le désir de maitriser Caïn favorise rābiu comme un démon. »  Ainsi, juste avant le premier assassinat dans l’histoire, le « péché » est dépeint comme un démon à la porte attendant le moment opportun, une invitation qui vient trop tôt.

L’ancienne littérature akkadienne révèle des données plus étonnantes.  Dans les textes, en termes médicaux, les individus affligés sont représentés comme ayant « marché dans le chemin d’un rābiu » et « un rābiu  l’a saisi ».  La signification première de ce terme est « celui qui guette ».  Les parallèles avec les enlèvements modernes sont vus dans les descriptions des démons qui font des embuscades à leurs victimes dans des endroits différents : Et c’est très inquiétant.  Might Barney et Betty Hill, alors qu’ils conduisaient tard dans la nuit sur cette route déserte, ont rencontré quelque chose comme la manifestation de ces derniers, physiquement, dans un enlèvement moderne.

Mais, s’il y avait quelque chose de plus, quelque chose d’incarné ?

Que faire si la réalité incorporelle ou non-incarnée décrite ci-dessus n’est qu’une partie de l’histoire ?  Que faire si, au moins dans certains cas, il y a quelque chose de plus physique que les influences chuchotées que des démons peuvent avoir sur l’esprit humain ? Que faire s’il y a des hybrides humains tangibles qui marchent parmi nous; Des extensions pour l’incarnation ou la matérialisation de puissantes entités extraterrestres démoniaques, telles que les créatures dans le film « They Live » ou les Nephilim des temps anciens ?  Un tel concept est-il trop incroyable pour être réel ?  Seriez-vous surpris d’apprendre que certaines personnes, incluant des universitaires et des chercheurs très intelligents croient (pour emprunter une ligne que Carol Anne a dit dans le film Poltergeist de 1982) qu’« Ils sont là ».  Et, est-ce à cette connaissance secrète que faisait référence l’astronome du Vatican, Guy Consolmagno, et concernant laquelle il nous a fait parvenir l’histoire des Nephilim de la Bible comme un exemple du genre de « sauveurs de l’espace » vers lesquels les hommes vont bientôt se tourner pour le salut, ce qui suggère que Jésus Lui-même était le produit d’une hybridation extraterrestre-humaine ?

Parmi les chercheurs laïcs et religieux, il existe une controverse en cours dans ce domaine et qui s’est accrue de plus en plus au cours des dernières années, parmi ceux qui reconnaissent tout d’abord que les plantes, les animaux et les humains génétiquement modifiés sont maintenant une réalité (ce qui est documenté dans la partie suivante).  Des formes de vies anormales ont premièrement surgit dans les temps anciens, et, selon la Bible, c’est un phénomène qui peut se répéter, que l’hybridation humaine s’est non seulement passée dans les premiers temps, mais, qu’elle a été suivie d’au moins une deuxième vague pendant les jours d’Abraham, de Moïse et du royaume de David, et, plus important encore, il a été prophétisé qu’une autre éruption se produirait dans les derniers jours.  Par conséquent, nous allons démontrer sans équivoque que la question n’est pas de savoir si les humains étaient, peuvent être ou sont hybridés, mais, si les organismes extraterrestres/démons sont impliqués dans le processus.  Si oui, cela signifie quelque chose de très inconfortable que la plupart d’entre nous ne veulent même pas savoir; Qu’une forme « d’humains » existent qui ne peuvent fort probablement pas être rachetés ?

PARTIE 4

CODE ADN

Les premiers hybrides – En premier, arriva l’avant-garde, ensuite, les …

Les histoires et les légendes s’étendant aussi loin que le début des temps dans toutes les grandes cultures racontent l’histoire étonnamment cohérente des « dieux » qui descendent du ciel et se matérialisent dans des corps de chair.  Notre hypothèse de travail est que les soi-disant extraterrestres ne sont rien de nouveau.  En effet, ils ont été avec nous tout au long de l’histoire.  Ils apparaissent dans notre littérature d’aussi loin que s’étendent les dossiers.

Dans certains des premiers documents, nous voyons une population diversifiée d’entités étranges créés par les dieux.  Par exemple, dans l’épopée akkadienne de la Création, nous lisons concernant le monstre du chaos Tiamat l’emploie d’une foule de bizarreries : « Elle a déployé des serpents, des dragons, et des hommes velus, des monstres lions, des hommes lions, des hommes scorpions, des démons puissants, des hommes poissons, des hommes taureaux, portant des armes puissantes et ne craignant aucune bataille. »

Comme le racontent les tablettes cunéiformes, le dieu Enki croit à juste titre qu’Apsu, en colère contre le chaos qu’ils avaient créé, avait l’intention de tuer les divinités les plus jeunes; Et ainsi, il l’a capturé pour l’emprisonner sous le temple appelé E-Abzu.  Cela a irrité Kingu, leur fils, qui a signalé l’événement à Tiamat, après quoi, elle a façonné onze monstres pour combattre les divinités afin de venger la mort d’Apsu.  Il s’agissait de sa propre progéniture : Bašmu, « serpent venimeux », Ušumgallu, « grand dragon », Mušmaḫḫū, « serpent exalté », Mušḫuššu, « serpent furieux », Laḫmu, « le poilu », Ugallu, « la bête du temps », Uridimmu, « lion fou », Girtablullû, « homme-scorpion », Umū dabrūtu, « tempêtes violentes », Kulullû, « homme-poisson », et Kusarikku, « homme-taureau ».  Ces entités sont enregistrées dans les premiers documents et trouvent des parallèles étonnants dans la littérature postérieure.  Des Sumériens en passant par les Akkadiens jusque chez les anciens Hébreux, ces légendes sont demeurées constantes.  Plus tard, « les anciens mythes grecs et romains ont été peuplés non seulement par des dieux, des héros et des démons, » nous a rappelé le Père Guy Consolmagno sur le Mont Graham, « mais, par un grand nombre de créatures étranges et monstrueuses. »

Ainsi, de Rome à la Grèce, et avant cela, en Égypte, en Perse, en Assyrie, à Babylone et à Sumer, les premières traces de civilisation révèlent une époque où des êtres puissants connus des Hébreux comme étant les Surveillants et, dans le livre de la Genèse, comme étant les Benei ha-élohim (fils de Dieu), sont descendus sur terre, se sont mêlés avec les humains, et ont donné naissance à des hybrides mi-célestes, mi-terrestres appelés les Nephilim.  La Bible dit que ceci s’est passé quand la civilisation s’est développée et que des filles sont nées des hommes.  Quand les fils de Dieu virent la beauté des femmes, ils les prirent pour engendrer leur progéniture inhabituelle.  Dans Genèse 6:4, nous lisons le récit suivant : « Les géants étaient sur la terre en ces temps-là, après que les fils de Dieu furent venus vers les filles des hommes, et qu’elles leurs eurent donné des enfants : Ce sont ces héros qui furent fameux dans l’antiquité. »

Lorsque ces versets des Écritures sont comparés avec d’autres textes anciens, y compris ceux des premiers pères de l’église comme Justin, Irénée, Athénagore, Commodien, Julius Africanus, Clément, Tertulluan, Méthode, et Ambrose, sans parler des œuvres comme les livres d’Hénoch, des Jubilés, de Baruch, l’Apocryphe de la Genèse, Philon, Josèphe, Jasher, Le Testament des 12 patriarches, et bien d’autres, l’ancienne croyance fermement ancrée devient claire que les géants de l’Ancien Testament, comme Goliath, faisaient partie d’une progéniture mi-humaine, mi-animale, mi-angélique, d’une interruption surnaturelle dans l’ordre divin et de la propagation naturelle de l’espèce.

L’historien juif-romain du premier siècle, Flavius Josèphe, décrit une partie de l’histoire de cette façon :

« Beaucoup d’anges de Dieu, accompagnés de femmes et engendrant des fils qui se sont révélés injustes et destructeurs de tout ce qui était bon, à cause de la confiance qu’ils avaient en leurs propres forces; la tradition veut que ces hommes aient fait ce qui ressemblait aux actions de ceux que les Grecs appellent les géants.  Mais Noé était très affligé de ce qu’ils ont fait; et étant mécontent de leur conduite, les persuada de changer leurs dispositions et leurs actions pour le mieux : Mais, voyant qu’ils ne lui cédaient pas, mais qu’ils étaient esclaves de leurs plaisirs pervers, il avait peur qu’ils le tuent avec sa femme et ses enfants, et ceux qu’ils avaient épousé; Donc, il est parti de cette terre. »

Le premier père de l’église, Irénée, a ajouté que les anges avaient utilisé des femmes non seulement pour engendrer des « géants », mais leur ont enseigné des enchantements spécifiquement dans le but de concocter des potions de luxure pour attirer les hommes et les anges dans leurs lits :

« Et, pendant très longtemps, la méchanceté s’est étendue et s’est répandue, a atteint et s’est emparée de toute la race humaine, jusqu’à ce qu’une très petite graine de justice demeure parmi eux. Les unions illicites ont eu lieu sur la terre, puisque les anges se sont unis aux filles de la race humaine; et qu’elles leurs portaient des fils qui, pour leurs tailles gigantesques, ont été appelés géants.  Et les anges ont apporté comme cadeaux à leurs épouses les enseignements de la méchanceté, en ce sens qu’ils leurs apprirent les vertus des racines et des herbes, de la teinture de couleurs et des cosmétiques, de la découverte de substances rares, des potions aphrodisiaques, les aversions, les intrigues amoureuses, la concupiscence, les contraintes de l’amour, les sorts d’envoûtements, et toute la sorcellerie et l’idolâtrie détestées par Dieu; Par l’entrée de telles choses dans le monde le mal s’est étendu et s’est répandu, tandis que la justice diminuait et s’ affaiblissait. »

Alors que le prophète Daniel a appelé certains des anges puissants « Surveillants » dans les Écritures canoniques (Daniel 4:13, 17 ,23), c’est le livre apocryphe d’Énoch qui décrit en premier leur conspiration cosmique.  Nous lisons :

« Et moi, Énoch, bénissait le Seigneur de la majesté et le Roi des âges, et voilà, les Surveillants m’ont appelé, Énoch le scribe, et m’ont dit : Énoch, scribe de justice, va et déclare aux surveillants du ciel qui ont quitté le plus haut des cieux, le lieu saint éternel, et se sont souillés avec des femmes et ont fait ce que les enfants de la terre font, et ont pris pour eux-mêmes des épouses : Vous avez amené une grande destruction sur la terre : Et vous n’obtiendrez pas la paix ni le pardon des péchés : Et dans la mesure où ils se réjouiront dans leurs enfants [Nephilim], ils verront le meurtre de leurs bien-aimés et ils se lamenteront de la destruction de leurs enfants, et ils adresseront des supplications à l’éternité, mais, la miséricorde et la paix ne les atteindra pas. » (1 Énoch 10:3-8)

Selon Énoch, deux cents de ces anges puissants ont quitté le « plus haut des cieux » et ont utilisé des femmes (entre autres) afin d’étendre leur progéniture dans le royaume de l’existence de l’humanité.  David Flynn fait référence à une Bible hébraïque interlinéaire qui offre une interprétation intéressante de Genèse 6:2 à cet égard.  Lorsque la Bible dit : « Les fils de Dieu virent que les filles des hommes étaient belles », Flynn l’interprète comme, « Les Benei Elohim virent les filles d’Adam et virent qu’elles étaient des extensions appropriées ».  En d’autres termes, ils voulaient s’incarner dans le monde matériel.  Le Nouveau Testament suggère également cette idée quand Jude, le frère de notre Seigneur, a écrit : « … les anges qui n’ont pas gardé leur dignité, mais qui ont abandonné leur propre demeure [oikētērion] … » (Jude 6).  Ce terme grec oikētērion est utilisé par Paul dans 2 Corinthiens 5:2 pour désigner le corps transfiguré donné aux croyants dans le Ciel.  Ceci implique que ces anges déchus ont cherché à étendre, prolonger, une partie d’eux-mêmes dans des corps terrestres.  Le terme « extensions appropriées » semble applicable lorsque l’ensemble des textes anciens est compris comme signifiant que les Surveillants voulaient quitter leur propre sphère d’existence pour entrer dans la réalité tridimensionnelle de la terre.  Ils considéraient les femmes, ou du moins leur matériel génétique, comme faisant partie de la formule pour accomplir cette tâche.  Les textes antiques suggèrent que les Surveillants ont également modifié les animaux.  Par exemple, le livre des Jubilés implique que le mélange inter-espèces a finalement abouti à des mutations chez les humains et les animaux normaux dont la « chair » (patrimoine génétique) a été « corrompue », probablement dû à l’intégration inter-génétique :

« Et l’injustice s’est accrue sur la terre, et toute chair avait corrompu sa voie; l’homme, et le bétail, et les bêtes, et les oiseaux, et tout ce qui marche sur la terre. Et ils ont tous corrompu leurs voies et leurs ordonnances, et ils commencèrent à se manger entre eux.  Et l’injustice a progressé sur la terre et toute l’imagination des pensées de l’humanité toute entière était ainsi continuellement vers le mal. » (Jubilés 5:2)

Même l’Ancien Testament contient des références à des mutations qui se sont développées parmi les humains pendant cette période, y compris les « hommes » d’une taille inhabituelle, la force physique, six doigts, six orteils, l’appétit animal pour le sang et même des caractéristiques de lions (2 Samuel 21:20; 23:20). Le père de l’église, Eusèbe, ajoute d’autres détails importants :

« Et ils engendrèrent des êtres humains avec deux ailes; et puis, d’autres avec quatre ailes, et deux visages, et un seul corps, et deux têtes … D’autres encore avec des sabots de chevaux, et d’autres avec la forme d’un cheval à l’arrière et une forme humaine à l’avant … Ils ont également fait des taureaux à têtes humaines et des chevaux à têtes de chiens, ainsi que d’autres monstres avec des têtes de cheval et des corps humains … Alors, toutes sortes d’êtres monstrueux semblables à des dragons. »

À propos des « êtres humains ailés » et « des monstres semblables à des dragons », J.R. Church a déjà soulevé un point intéressant en notant que, puisque cette activité était satanique par nature, elle se réfère à la « semence du serpent » qui était l’ennemi du Christ.  « Le concept d’une race reptilienne se poursuit tout au long de la Bible comme un symbole métaphorique du diable,» écrivait-il dans le magazine Prophesy in the News de février 2009.  « Plus tard, les Écritures ajoutent le terme « dragon », avec l’implication que ces créatures d’un autre monde ont été conçues avec l’ADN d’une race reptilienne. »  Church a continué en déclarant comment certaines de ces créatures sataniques étaient décrites comme des « gargouilles chauve-souris ou des dragons ailés » dans l’art antique, et que nous ne devrions pas être surpris « qu’une race humanoïde de type reptilien ait pu cohabiter avec des femmes humaines et produire une race de géants. »  Dans ce qui pourrait être un soutien historique à l’argument du Dr Church, un fragment de document retrouvé dans la grotte no. 4 parmi les Manuscrits de la Mer Morte contient un avertissement par Amram, père de Moïse, à ses enfants.  Dans un segment endommagé du texte, Amram voit le principal Ange des Ténèbres, un surveillant nommé Melkiresha, ayant la forme d’un reptile :

« J’ai vu les Surveillants dans ma vision, une vision en rêve, et voici, deux d’entre eux argumentaient à propos de moi … et ils étaient engagés dans une grande querelle me concernant.  Je leur ai demandé : Vous, qui êtes-vous … donc … parlant ainsi de moi ?  Ils ont répondu en me disant : « Nous avons été nommés les maîtres et les dirigeants sur tous les fils des hommes.  Et ils m’ont dit : « Lequel d’entre nous choisissez-vous … »

« Je levai les yeux et j’ai vu l’un d’eux.  Son aspect était effrayant comme celui d’une vipère, et ses vêtements étaient multicolores et il était extrêmement sombre … Et après, je regardai, et voici … son apparence et son visage était semblable à celui d’un serpent venimeux, et il était recouvert de … ensemble, et ses yeux … »

Le fait que les Surveillants soient décrits en termes explicitement reptiliens par les anciens Hébreux donne une base pour la discussion ufologique concernant ces êtres et leurs interactions avec l’homme fermement ancrées dans l’histoire ancienne.  De plus, le travail séminal du Dr John Mack sur le phénomène des enlèvements (abductions), cite de nombreux cas impliquant des entités répondant à la même description que celle retrouvée dans les Manuscrits de la mer Morte.  Par exemple, la description de Sara, « La tête était la partie la plus importante du corps et était « chatoyante », semblant reptilienne, presque semblable à un serpent et assez allongée. »  En outre, contrairement aux comptes-rendus révisionnistes donnés par les théoriciens des anciens astronautes, ceci implique que les soi-disant reptiliens sont, en fait, les Surveillants qui poursuivaient un programme plus sinistre que la simple exploration scientifique.  Les témoignages des personnes enlevées suggèrent également que leur intérêt pour le matériel génétique est bien réel.

Peut-être que la description la plus « scientifique » sur les expériences des Surveillants et leurs modifications génétiques des êtres humains et des animaux nous vient du Livre de Jasher, un texte hébreu qui ajoute un détail exceptionnel qu’aucun des autres textes ne déclare, quelque chose qui ne peut être compris que dans une langue moderne pour signifier la biotechnologie de pointe, le génie génétique, ou « les modifications transgéniques » des espèces.  Après que les Surveillants aient instruits les hommes sur « les secrets du ciel », notez ce qui est survenu :

« Puis, les fils des hommes ont commencé à enseigner le mélange d’animaux d’une espèce à l’autre, afin de provoquer le Seigneur. » (Jasher 4:18)

Il semble probable que l’expression « le mélange d’animaux d’une espèce à l’autre » que les Surveillants avaient enseigné aux hommes est quelque chose de plus que le simple croisement naturel des espèces animales, car cela n’aurait certainement pas « provoqué le Seigneur ».  Dieu a créé des races différentes d’animaux capables de se reproduire.  Par exemple, les chevaux peuvent se reproduire avec d’autres mammifères de la classe des équidés (la famille des chevaux), y compris les ânes et les zèbres.  Ceci n’aurait pas « provoqué le Seigneur » puisque ce type d’élevage est possible, étant donné que Dieu Lui-même a créé les animaux capables de le faire.

Si, d’autre part, les Surveillants ont franchi les frontières des espèces en mélangeant des animaux incompatibles d’une espèce à une autre, comme un cheval avec un homme (un centaure), cela aurait été une toute autre histoire susceptible de jeter la lumière sur de nombreux récits anciens d’êtres mythiques créés à partir d’espèces variées qui s’intègrent parfaitement avec les écrits rapportant ce que les Surveillants ont accompli.  Naturellement, ce genre de création chimérique aurait « provoqué le Seigneur » et révèle la sérieuse question pour laquelle les Surveillants auraient pu risquer la damnation éternelle en corrompant la création de Dieu de cette manière.  Plusieurs théories existent quant à « pourquoi » les Surveillants auraient corrompu les génotypes naturels, y compris l’idée que :

  1. Parce que l’Éternel avait mis des frontières entre les espèces et avait strictement ordonné que « chaque espèce » se reproduise seulement selon sa « propre espèce », les Surveillants, en tant que rebelles, ont cherché à briser ces règles afin d’attaquer le génie créatif de Dieu à travers des modifications biologiques de ce qu’Il avait fait;
  2. La corruption de l’ADN antédiluvien par les Surveillants a été un effort pour couper la lignée de la naissance du Messie.  Cette théorie affirme que Satan avait compris le Proto-évangile, la promesse dans Genèse 3:15 que le Sauveur naîtrait de la semence de la femme et qu’il détruirait la puissance de l’ange déchu.  Les adeptes de Satan ont donc mélangé la race humaine dans un complot visant à empêcher la naissance du Christ.  Si l’ADN humain pouvait être universellement corrompu ou « diabolisé », ils pensaient que le Sauveur ne pourrait pas naître et que l’humanité serait perdue à jamais.  Ceux qui soutiennent cette théorie croient que c’est la raison pour laquelle Dieu a ordonné à Son peuple de toujours maintenir une lignée pure et de ne pas se marier avec les autres nations.  Quand les Hébreux ont violé ce commandement et que la mutation de l’ADN a commencé à se propager rapidement chez les hommes et les animaux, Dieu a ordonné à Noé de construire une arche et de se préparer pour le Déluge qui détruirait toute chose vivante, l’objectif étant de purger la terre de tout génotype et phénotype contaminé.
  3. Enfin, il existe une troisième théorie pour expliquer pourquoi les Surveillants ont fusionné la génétique des diverses formes de vie et elle est incorporée dans les volumineux textes anciens, donnant les comptes-rendus cohérents de la motivation dominante des Surveillants d’avoir apparemment utilisé l’ADN.  Il apparaît clairement que ces substances génétiques étaient pour eux un matériau de construction terrestre et organique (ou comme le Dr Jacques Vallée l’appelle, « énergie de vie ») pour la construction d’un corps composite qui leur permettrait de quitter leur plan d’existence et d’entrer dans celui de l’homme. (Jude 1:6; 2 Pierre 2:4).  Le défi de cette théorie est comment le mélange de diverses espèces pouvait satisfaire cet objectif ou pouvait fournir aux Surveillants une méthode de quitter le « plus haut des cieux » et une incarnation dans « l’habitation » de l’homme.  Alors que nous ne prendrons pas le temps ici d’expliquer chaque détail, l’hypothèse implique que les Surveillants aient tenté de combiner les espèces afin de créer un corps sans âme ou un corps sans esprit, un « grand organisme » vivant, mais vide, ou une « coquille » dans laquelle ils auraient pu se prolonger.  La logique ici est que chaque créature telle qu’elle existait à l’origine a fait ses débuts en Dieu, qui a tissé une barrière entre les espèces et a ordonné à chaque créature de se reproduire « selon son espèce ».  L’expression « selon son espèce » vérifie quel type d’esprit peut entrer dans un être intelligent à la conception.  Lorsque le sperme d’un chien rencontre l’ovule d’un chienne, et que la vie d’un chien est formée, à la première étincelle de vie, l’esprit (ou la « nature » en parlant d’un animal) d’un chien entre dans l’embryon et se développe pour devenir un chien par l’esprit et par la forme.  L’esprit d’un homme n’y entre pas, de la même manière qu’un homme ne nait pas avec l’esprit d’un cheval ou d’une vache.  Cette intégrité créature/esprit fait partie de l’ordre divin et aurait empêché les Surveillants, qui voulaient s’incarner dans le monde des humains (et pas seulement « posséder » les créatures), de déplacer les esprits des humains ou des animaux et de les remplacer par leurs propres esprits.  Comment les Surveillants pouvaient-ils surmonter ce problème ?  En se basant sur des documents anciens (et comme les scientifiques modernes le font aujourd’hui), il semble qu’ils aient mélangé l’ADN existant de plusieurs créatures vivantes et aient fait quelque chose pour que ni l’esprit de l’homme et ni l’esprit de la bête puissent entrer à la conception, car ils n’étaient ni homme ni bête.  Comme Mysterious World, dans son émission de 2003,  « Les Géants de la Terre », l’a noté :

« Les Nephilim ont été génétiquement fabriqués en étant créés à partir du matériel génétique de différentes espèces animales préexistantes … Les anges déchus n’ont pas personnellement croisé avec les filles des hommes, mais, ont utilisé leur intellect divin pour se plonger dans les secrets de la création de Dieu et les ont manipulé à leurs propres fins.  Et la clé pour créer ou recréer l’homme, comme nous l’avons redécouvert au vingtième siècle, est l’ADN du génome humain. »

Selon cette extrapolation à partir des récits anciens, la manipulation des tissus vivants par les anges déchus a conduit à une construction inhabituelle des corps humains, des animaux et des plantes génétiquement parlant, donnant les Nephilim, un facsimilé « né sur la terre » ou une « extension appropriée » dans laquelle ils pouvaient s’incarner.  Bien que cette théorie ajoute beaucoup aux textes anciens, elle vise à moderniser les anciennes descriptions de ce que leurs auteurs n’ont peut-être pas saisi pleinement à travers les lentilles d’une vision du monde et d’un vocabulaire préscientifique.  Fait intéressant, la science a découvert des preuves inattendues de cela dans le génome humain.

Le Washington Post a récemment publié un article sur les conclusions que de « mystérieuses » espèces avec un ADN humain partiel ont autrefois marché sur la terre.  L’histoire intitulée « Sexe avec des espèces primitives mystérieuses d’humains vu dans l’ADN, disent des chercheurs, » n’est que la dernière d’une série de récentes découvertes semblables et alors qu’aucun ossement géant fossilisé n’ait été trouvé dans ce cas, une carte de visite a été laissée jusqu’à aujourd’hui : Africains : extraits de l’ADN étranger.  « Ces restes génétiques ne ressemblent pas à l’ADN des êtres humains modernes », rapporte l’article, avant d’ajouter cette bombe : « L’ADN étranger ne ressemble pas non plus à l’ADN Neandertal, qui est présent dans l’ADN de certains Européens modernes.  Cela signifie que l’ADN nouvellement identifié provient d’un autre groupe inconnu. »

Compte tenu de ces théories, l’histoire biblique de la progéniture Nephilim offre la réponse la plus satisfaisante à cette énigme.

Une objection soulevée à l’occasion contre l’idée d’hybrides partiellement humains nés à la suite d’unions entre la « génétique » angélique et humaine est la croyance que les anges sont soi-disant asexués, puisque Jésus a dit qu’à la résurrection les gens ne se marieront ni ne seront donnés en mariage, mais seront « comme les anges dans les cieux ».  Cependant, comme l’indique James Montgomery Boice, les paroles rapportées dans Matthieu 22:30 « ne signifie pas que les anges soient asexués ou qu’ils ne puissent pas avoir eu des relations sexuelles avec les femmes s’ils avaient choisi de le faire.  Dans le ciel, les êtres humains ne se marieront pas mais conserveront néanmoins leur identité, ce qui signifie leur être masculin ou féminin.  De la même façon, les anges pourraient également avoir des identités sexuelles.  Il est cependant significatif que quand les anges sont mentionnés dans les Écritures, c’est toujours avec le pronom masculin « il », et ils sont toujours décrits comme des hommes ».  Ainsi, lorsque Jésus dit que les anges « dans le ciel » ne se marient pas, il s’agit d’une question distincte de ce que ces anges qui ont quitté le (ou ont été chassés du) ciel étaient capables de faire et ont apparemment fait.  Jude 1:6-7 ajoute un point profond et important à ce sujet quand il dit :

« … qu’il a réservé pour le jugement du grand jour, enchaînés éternellement par les ténèbres, les anges qui n’ont pas gardé leur dignité, mais qui ont abandonné leur propre demeure; Que Sodome et Gomorrhe et les villes voisines, qui se livrèrent comme eux à l’impudicité et à des vices contre nature, sont données en exemple, subissant la peine d’un feu éternel. »

Il est remarquable que Jude relie le péché des anges déchus avec les péchés sexuels de Sodome et Gomorrhe en utilisant le commentaire qu’ils recherchaient « les vices contre nature ».  Venant du grec heteros sarkos, cela contient une signification très importante reliée à la façon dont les hommes de Sodome et de Gomorrhe voulaient avoir des relations sexuelles avec des anges (Genèse 19).  Ainsi, leur péché est comparé par Jude à ces anges qui ont quitté leur propre demeure dans le ciel pour cohabiter avec les femmes.  L’apôtre Paul présente aussi ces démarcations dans 1 Corinthiens 15:40, quand il dit : « Il y a aussi des corps célestes et des corps terrestres; Mais autre est l’éclat des corps célestes, autre celui des corps terrestres. »  En expliquant comment les corps « célestes » sont constitués de quelque chose d’entièrement différent des corps « terrestres », Paul parle-t-il métaphysiquement ou une différence dans la « matière première » de ces corps peut-elle être supposée ?  Certainement, parce que dans le verset précédent, il parle de la différence entre la chair des hommes, des bêtes, des poissons et des oiseaux, mais comment ils sont tous de composition terrestre, contrairement au verset suivant où, clairement, il présente le corps céleste comme un « autre » type de corps qui n’est pas de nature « terrestre ».

Selon le père apostolique du deuxième siècle, Athënagoras, Lucifer avait été initialement placé en charge de la « matière » terrestre.  Après sa chute, Satan a utilisé sa connaissance de la création et de la génétique pour corrompre ce que Dieu avait fait.  Ce qui est intéressant à la lumière de la science moderne et de la récente suggestion que les anomalies génétiques « peuvent prédisposer un homme à un comportement antisocial, y compris les crimes violents ».  Un des sujets les plus brûlants de la biologie d’aujourd’hui est la science de « l’épi-génétique », qui implique des changements héréditaires dans l’expression des gènes ou des phénotypes cellulaires qui peuvent être causés par des « mécanismes » autres que les changements normaux qui se produisent dans les séquences sous-jacentes de l’ADN.  Que le surnaturalisme puisse jouer un rôle comme un de ces « mécanismes extérieurs » est suggestif et beaucoup de savants pensent que la possession démoniaque, par exemple, peut nuire à la santé chromosomique.  Le Nouveau Testament est plein de liens entre la maladie et les troubles génétiques comme étant directement reliés au démonisme.  Selon le théologien et l’expert dans les combats spirituels, le Dr Neil Andersen, « environ un quart de toutes les guérisons enregistrées dans l’Évangile de Marc étaient en fait des délivrances ».  Par exemple, « on amena auprès de Jésus plusieurs démoniaques.  Il chassa les esprits par sa parole, et il guérit tous les malades, » et, « ayant appelé ses douze disciples, il leur donna le pouvoir de chasser les esprits impurs, et de guérir toute maladie et toute infirmité. » (Matthieu 8:16; 10:1)

Mais, ce n’est qu’une partie de l’histoire.  Il y a une différence entre des hommes diabolisés … et ceux qui sont parmi nous aujourd’hui.

PARTIE 5

RETOUR DES JOURS DE NOÉ – LE RETOUR DES HYBRIDES

Le 28 novembre 2012, lors de la troisième saison de « Conspiracy Theory avec Jesse Ventura », le programme de TruTV a examiné « les expériences hybrides homme-animal qui sont censées avoir dépassé la boîte de Pétri avec des rumeurs selon lesquelles une vraie « Planète des Singes » est en cours de création. »

Les producteurs avaient contacté un des auteurs de l’ouvrage Exo-Vaticana à la fin de 2011 avec une demande d’aide.  Ils voulaient savoir si les scientifiques avaient clandestinement franchi le Rubicon en ce qui concerne les expériences génétiques homme-animal.  Bien que Tom ait passé de nombreuses heures comme consultant en fournissant de la documentation et des témoins experts, il a refusé à plusieurs reprises de faire partie de la saison 3, décrite sur le site web de Ventura de cette façon : « La science a fait des percées majeures dans la recherche des médicaments et dans la technologie des transplantations en expérimentant sur des « chimères », des embryons hybrides homme/animal.  Mais, ces objectifs apparemment nobles peuvent couvrir un but beaucoup plus néfaste, la création de super soldats, demi-homme, demi-singe, ouvrant la voie à l’existence d’une vraie planète des singes. » (Les producteurs ont effectivement offert à trois reprises de déplacer Tom vers des emplacements aux États-Unis pour rencontrer Jesse Ventura et l’équipe du film, mais, il a refusé pour des raisons qui seront révélées ultérieurement.  Inversement, si Tom a décliné leur invitation pour être sur l’émission, il les a mis en contact avec le professeur William B. Hurlbut, professeur consultant pour le Département de neurologie et des sciences neurologiques du Centre médical universitaire Stanford et membre du Conseil de la bioéthique du président américain qui sera présent avec les deux auteurs d’Exo-Vaticana et plus d’une douzaine d’experts dans un prochain documentaire révélant le Transhumanisme, cédulé pour 2013).  Parmi les nombreux articles de recherches, des articles dans la ligne budgétaire de DARPA, les endroits suspects où l’éthique des expérimentations humaines-animales peuvent avoir dépassé le rideau de l’acceptabilité et les rapports des médias que Tom a transmis aux producteurs, il y avait un article de Reuters daté du 9 novembre 2009, intitulé, « Les scientifiques veulent un débat sur les animaux avec les gènes humains », qui fait allusion à quel point les scientifiques sont arrivés jusqu’à présent et jusqu’où ils ont l’intention d’aller avec l’hybridation humaine et animale. Le tout commence avec, « Une souris qui peut parler ?  Un singe avec le syndrome de Down ?  Des chiens avec des mains ou des pieds humains ?  Les scientifiques britanniques veulent savoir si de telles expériences sont acceptables, » puis, cela continue avec les révélations que les scientifiques de la Grande-Bretagne étaient à l’aise maintenant avec un maximum de 50/50 d’intégration animale-humaine.  L’article laisse entendre que ce ne sont pas toutes les recherches en cours actuellement qui sont maintenues au niveau embryonnaire, et que des monstruosités pleinement matures sont tranquillement à l’étude.

Scène du film « Splice »

Il n’a pas fallu longtemps pour deviner si l’article de Reuters était simplement spéculatif ou si effectivement il y avait des scientifiques qui expérimentent déjà des créations homme-animal qui ont dépassé le stade embryonnaire.  En juillet 2011, l’Académie britannique des sciences médicales a reconnu dans un rapport de 148 pages comment la science avait progressé si rapidement dans des laboratoires dans le monde sans contrôle approprié et a reconnu qu’une commission internationale était nécessaire pour superviser d’une manière urgente la création de ces chimères, en partie humaines, en partie animales et en partie synthétiques.  Fait intéressant, l’Académie des sciences médicales n’a pas demandé l’interdiction de la science, mais plutôt, un organisme international de surveillance en vertu duquel la science pourrait pleinement et officiellement procéder.  Dans le précis de leur analyse, ils considèrent « les recherches qui impliquent l’introduction de la séquence humaine de l’ADN dans les animaux, ou le mélange de cellules, ou de tissus humains et animaux, pour créer des entités que nous appelons « des animaux contenant du matériel humain ».  Ils ont ensuite avoué : « De telles approches sont établies de longue date, et beaucoup « d’animaux différents contenant du matériel humain » ont été utilisés dans la recherche biomédicale, et pourtant, elles n’ont reçu que relativement peu de débats publics. »  Quelle sorte d’êtres les éminents scientifiques britanniques connaissent-ils ou soupçonnent-ils être maintenant secrètement à l’étude ?  À partir du résumé de leur communication, nous trouvons :

  • Une modification importante du cerveau d’un animal, par implantation de cellules humaines dérivées, qui pourrait résulter en la capacité cognitive altérée approchant la « conscience » humaine, ou la « sensation », la capacité comportementale « humanoïde ».
  • Des situations où les gamètes humains fonctionnels (spermatozoïdes, ovules) pourraient se développer à partir de précurseurs types cellulaires chez un animal et où la fécondation entre les gamètes humains et animaux pourraient alors se produire [nous parlons ici d'animaux qui peuvent concevoir à partir du sperme humain et donner naissance à un homme-animal].
  • Des modifications cellulaires ou génétiques qui pourraient donner des animaux ayant l’apparence humaine (la peau, le corps ou la structure du visage) ou des caractéristiques comme la parole [en d'autres termes, des Nephilim].

Un jour seulement après que l’Académie des sciences médicales ait distribué ce rapport, le UK Mail Online a publié un article décrivant en détail comment, dans un cas seulement (et potentiellement des dizaines de milliers) :

« Les scientifiques ont créé plus de 150 hybrides embryonnaires hommes-animaux dans les laboratoires britanniques.  Les hybrides ont été produits secrètement au cours des trois dernières années par des chercheurs qui étudient les remèdes possibles pour un large éventail de maladies.  La révélation vient juste un jour après qu’un comité de scientifiques a mis en garde contre un scénario de « Planète des Singes » dans lequel les créations humaines-animales vont trop loin. »

Bien que de telles chimères soient censées être détruites au niveau embryonnaire, les experts impliqués dans le domaine qui ont été interrogés par Reuters ont admis « que certains scientifiques dans certains endroits veulent repousser les limites ». En d’autres termes, il existe fort probablement des créatures dans des laboratoires maintenant, dans des endroits que ces scientifiques n’ont pas mentionnés.  Martin Bobrow, professeur de génétique médicale à l’Université de Cambridge a laissé entendre pourquoi c’était le cas : « Il y a toute une série de nouvelles techniques scientifiques qui rendront le tout non seulement plus facile mais aussi plus important d’être capable de faire ces expériences inter-espèces. »  Un endroit où les chercheurs peuvent avoir déjà considéré cette recherche comme « importante » et qui justifie de repousser ces « limites », auxquelles font allusion des scientifiques britanniques, est le Centre national de recherches sur les primates Yerkes de l’Université Emory en Géorgie.  C’est un des huit centres nationaux de recherches sur les primates financés par les Instituts nationaux de la santé, qui ont manifesté leur intérêt dans la combinaison de la génétique humaine et animale pour créer de nouvelles espèces.  Le canal Discovery, le 27 mars 1998, a examiné un rapport par le Dr Gordon Gallup, psychologue de l’Université d’Albany, sur le Centre national des recherches sur les primates Yerkes, dans lequel il avouait « qu’un hybride humain-chimpanzé avait pu être engendré et était né au centre, mais, avait été détruit par les scientifiques peu de temps après. »  Ce n’est pas surprenant, puisque les professeurs d’Emory, y compris le rabbin Michael Broyde, ont soutenu récemment que la loi juive soutiendrait les humains animalisés tant que la technologie produirait des êtres supérieurs.  Dans un article du 7 octobre 2011 sur le site web de l’Université, Broyde a dit :

« Le génie génétique, dans lequel les traits de différentes personnes ou d’animaux sont combinés, a déjà donné lieu à des combinaisons étonnantes … La loi juive appuierait un chimérisme similaire intentionnel humain-humain, dans lequel le matériel embryonnaire de deux fœtus est mélangé, ou un chimérisme humain-animal, dans lequel les cellules d’un être humain sont mélangées avec des cellules d’un autre mammifère …. Les procédés et les technologies qui donnent des enfants en bonne santé, ou plus sains, sont intrinsèquement bonnes et devraient être adoptées, sans crainte. »

Le professeur Broyde a raison d’affirmer qu’en modifiant génétiquement « les traits de différentes personnes … cela a donné lieu à des combinaisons étonnantes ».  En fait, les premiers humains génétiquement modifiés connus sont nés il y a une décennie à la suite d’un programme expérimental de l’Institut pour la reproduction médicale et scientifique de St Barnabas dans le New Jersey.  Un article de cette période a expliqué le cadre de la recherche, en disant : « Les bébés sont nés de femmes qui avaient des difficultés à concevoir.  Des gènes supplémentaires provenant d’une donneuse ont été insérés dans leurs ovules avant la fécondation pour tenter de leur permettre de concevoir.  Des tests d’empreintes génétiques sur les deux enfants âgés d’un an ont confirmé qu’ils avaient hérité de l’ADN de trois adultes, deux femmes et un homme. »  Concernant ces expériences, le Dr Joseph Mercola signale quelque chose de très important :

« Aujourd’hui, ces enfants sont dans leurs premières années d’adolescence, et tandis que l’étude originale revendique que c’était « le premier cas de modifications génétiques germinales humaines résultant en des enfants en bonne santé », des rapports subséquents discutent sur de telles allégations de succès absolu [ce qui signifie que pas nécessairement tous les enfants génétiquement modifiés étaient en bonne santé].  Pourtant, en 2001, les auteurs semblent penser qu’ils ont tout sous contrôle, en déclarant :

« Ce sont les premiers cas signalés de modifications génétiques germinales de l’ADNmt qui ont conduit à l’héritage des populations ADNmt dans deux enfants issus de la transplantation ovoplasmique.  Ces empreintes d’ADN mitochondrial montrent que les mitochondries transférées peuvent être reproduites et maintenues dans la descendance, étant donc une modification génétique sans altération possible de la fonction mitochondriale. »

Le Dr Mercola poursuit : « Il est pertinent de comprendre que ces enfants ont hérité de gènes supplémentaires, de deux femmes et d’un homme, et seront en mesure de passer cette série supplémentaire de traits génétiques à leur propre progéniture.  Un des aspects les plus choquants ici, c’est que cela a été fait à plusieurs reprises, même si on ne savait pas quelles seraient les conséquences d’avoir les caractéristiques génétiques de trois parents pour un individu, ou pour leur progéniture ultérieure.  D’après ce que j’ai appris sur le génie génétique des plantes, je suis enclin à dire que les ramifications pourraient être vastes, terribles et tout à fait inattendues ».

Pour ceux qui sont enclins à croire que l’étonnant rapport ci-dessus n’était qu’un incident isolé, des scientifiques britanniques ont répété les mêmes expériences en 2008 et en 2012, l’Université de la santé et des sciences de l’Oregon a effectué des recherches similaires visant à produire génétiquement des super bébés.  Pourtant, quel que soit le nombre de fois  où ceci et d’autres formes de « bricolage » génétique humain ont été secrètement effectués en dehors d’un examen public ou du Congrès (les précédences historiques suggèrent de nombreuses fois), il est important de comprendre comment le génie génétique germinal, qui a été utilisé dans cet exemple, où une trentaine d’enfants génétiquement modifiés ont été créés, reflète le même modus operandi que les anges déchus ont utilisé avec les Nephilim, en introduisant des modifications héritables au génotype humain qui ont donné naissance littéralement dans le monde entier à des changements génétiques par la reproduction naturelle.

Les préoccupations du Dr Mercola sont très appropriées alors que les modèles actuels de modifications génétiques sur les êtres humains transportent le même potentiel que lorsque « toute chair » avait été corrompue dans l’Ancien Testament et a dû être détruite par Dieu.  L’ingénierie germinale est considérée par certains bioéthiciens conservateurs comme la plus dangereuse technologie pour l’amélioration de l’homme, car elle a le pouvoir de remonter la nature même de l’humanité en post-humanité, en modifiant chaque cellule d’un embryon et conduisant à des modifications transmissibles à toutes les générations à venir.  Le débat sur l’ingénierie germinale est donc plus critique parce que lorsque les changements à la descendance génétique sont activés, le génotype et le phénotype (nature, composition physique et comportement) de l’humanité sera modifié sans espoir de retour, déformant d’une manière permanente l’avenir de l’humanité.  En dépit de cela, selon les « éthiciens », comme le Professeur Julian Savulescu de l’Université d’Oxford, non seulement avons-nous une « obligation morale » de concevoir de telles personnes, mais, les embryons qui ne répondraient pas à certaines améliorations génétiques à l’avenir ne devraient pas être autorisés à vivre.  Le Dr Richard Seed, un physicien de Chicago, est allé plus loin en avertissant que quiconque aurait l’intention de s’opposer à ce rêve, ferait mieux de repenser sa position : « Nous allons devenir des dieux.  Si vous n’aimez pas cela, allez ailleurs.  Vous n’avez pas à contribuer, vous n’avez pas à participer, mais, si vous tentez de m’empêcher de devenir un Dieu, vous allez avoir des ennuis.  Ce sera la guerre. »  Les professeurs Seed et Savulescu ne sont pas les seuls avec ces fortes convictions.  Le Dr Gregory Stock, un promoteur respecté de la technologie germinale, soutient que l’homme a non seulement une responsabilité morale pour « améliorer » le génotype humain, mais une nouvelle technologie puissante à notre disposition pour transcender les limites biologiques existantes rend les schémas des transhumanistes inévitables, sinon imminents.  « Nous avons dépensé des milliards pour nous doter de la biologie, non pour notre stupide curiosité, mais dans l’espoir d’améliorer notre vie.  Nous ne sommes pas sur le point de nous détourner de tout cela », a-t-il dit.  Ailleurs, Stock a cependant admis que cela pourrait conduire à « des groupes de surhommes génétiquement améliorés qui pourraient nous dominer, sinon nous asservir. »

Ainsi, à partir des projets d’armées « d’hommes-singes » d’Ilya Ivanov sous le dictateur soviétique Joseph Staline, à la première partie du vingtième siècle où Adolf Hitler a chargé Josef Mengele de faire des expériences horribles sur des êtres humains vivants dans les camps de concentration pour tester leurs théories génétiques, jusqu’aux États-Unis, dans les années 1970, où plus de 60,000 Américains ont été stérilisés après avoir été jugés comme stock génétique inférieur, le rêve de progresser vers la prochaine étape dans l’évolution humaine au moyen de l’ingénierie homo-supérieur a toujours eu ses promoteurs.  La différence, jusqu’à récemment, était que les visions des Dr. Frankenstein ne pouvaient se concrétiser car ils n’avaient pas les compétences biotechnologiques pour y arriver et que la volonté du public ne pouvait permettre « un génie génétique et neurologique à grande échelle de nous-mêmes ».  Aujourd’hui tout a changé, la technologie est arrivée et la volonté de créer une nouvelle forme d’homme est entrée du moins dans l’acceptation, si elle n’est pas secrètement vraiment avancée. Même les récents Jeux olympiques ont souligné cette science, montrant le spectre de l’homme modifié clandestinement.  Les performances surhumaines du  nageur chinois, Ye Shiwen, ont conduit John Leonard, directeur de l’Association des entraîneurs mondiaux en natation, à décrire les exploits mondiaux du jeune de 16 ans comme « suspects », « inquiétants » et « incroyables ».  Il a dit que les autorités qui ont fait subir des tests anti-dopage à Ye Shiwen auraient également dû vérifier « s’il y avait quelque chose d’inhabituel en termes de manipulations génétiques. »  Le Dr Ted Friedmann, président du comité de génétique pour l’Agence mondiale anti-dopage a accepté en disant qu’il « ne serait vraiment pas surpris du tout » si des améliorations génétiques étaient actuellement secrètement utilisées sur des humains.

En d’autres termes, le « Brave New World » d’Aldous Huxley se glisse déjà sous la plupart des radars du public.  Le diagnostic prénatal humain, le dépistage des génomes du fœtus et les créateurs d’enfants n’étaient que les premières fissures dans le barrage retenant les variations supplémentaires dans le réservoir génétique de l’homme de ce siècle, et les experts l’admettent maintenant.

Cela inclut l’Académie des sciences médicales mentionnée plus tôt, le même corps scientifique astucieux qui a plus récemment rejoint l’Académie britannique, l’Académie royale de l’ingénierie et la Société royale pour produire une étude conjointe plus étroite en 2012, intitulée : « L’amélioration de l’homme et l’avenir du travail », dans laquelle ils ont recensé la tendance alarmante qui vise à l’augmentation cognitive et physique des humains.  Dans cette nouvelle étude, l’équipe a caractérisé ses vives inquiétudes sur l’éclosion de l’âge « hybride » comme ayant déjà commencé où l’arrivée d’une nouvelle forme humaine est à l’horizon.  Quelles nouvelles races d’hominidés prévoient-ils ?  Un exemple de leurs travaux met en évidence la façon dont les gens pourraient être conçus pour posséder des qualités serpentines :

« Les participants ont discuté comment ces techniques peuvent aider les futures recherches dans l’extension de la portée de la vision humaine ainsi que pour inclure des longueurs d’ondes supplémentaires.  Il existe des exemples chez les animaux, comme chez les serpents, qui peuvent détecter des longueurs d’ondes infrarouges pouvant constituer une source de recherche pour développer des approches qui peuvent être utilisées chez l’homme.  Des applications pourraient être envisagées dans l’armée, mais aussi, dans d’autres domaines comme pour les veilleurs de nuit, inspecteurs de sécurité, gardes-chasse, etc. … y compris la possibilité de vision améliorée pendant la nuit. »

Pour s’assurer que la population serpentine de demain puisse non seulement voir dans l’obscurité, mais qu’elle soit bien branchée dans le réseau de Fin des Temps qu’ils vont servir, les imminents reptiliens-humains auront également des améliorations « physiques et numériques comme les implants cybernétiques et les technologies avancées d’interface-machine, comme un Borg », selon l’étude.

Chaque fois que ces auteurs parlent du transhumanisme et de l’époque menaçante de « l’amélioration humaine », les gens sont surpris d’apprendre les nombreuses façons dont le gouvernement des États-Unis a impliqué l’argent des contribuables à des institutions, comme Case Law School (Cleveland, Ohio), pour l’élaboration des lignes directrices qui seront effectivement utilisées pour établir les politiques gouvernementales et publiques autour de la prochaine étape de l’évolution humaine par les modifications génétiques.  Maxwell Mehlman, professeur de bioéthique à l’École de médecine Case, a reçu près d’un million de dollars pour diriger une équipe de professeurs en droit, de médecins et de bioéthiciens sur un projet de deux ans pour « élaborer des normes pour les tests sur des sujets humains concernant des recherches qui implique l’utilisation des technologies génétiques pour améliorer les individus normaux. »  À la suite de l’étude initiale, Mehlman a commencé à voyager aux États-Unis en offrant deux cours aux universités : « Évolution dirigée : Politique Publique et Amélioration Humaine » et « Transhumanisme et l’Avenir de la Démocratie. »  Ces discussions sont conçues pour informer et convaincre les étudiants de la nécessité pour la société de comprendre comment les nouveaux domaines de la science ont déjà mis en branle ce que certains appellent « l’Âge hybride », un moment où ce que signifie d’être un homme sera changé à jamais.

Il est révélateur que beaucoup de ces technocrates reconnaissent avoir été influencés par les œuvres d’hommes comme Friedrich Nietzsche (d’où provient la phrase « Dieu est mort ») et Goethe, l’auteur de Faust.  Nietzsche est à l’origine du « surhomme » qu’Adolf Hitler rêvait de produire, et de « l’entité » de l’homme, selon Nietzsche, il finira par se transformer.  Comme les anciens Surveillants avant eux, les transhumanistes rêve de donner vie au « surhomme » de Nietzsche en refrabriquant l’homme avec les animaux, les plantes et les autres formes de vie synthétiques par le biais, entre autres, de l’utilisation de la technologie de la recombinaison de l’ADN, l’ingénierie germinale et le transgénisme, dans lequel la structure génétique d’une espèce est modifiée par le transfert de gènes provenant d’une autre espèce.  Alors qu’aux États-Unis, George W. Bush a demandé une législation « pour interdire … la création d’hybrides humain-animal, et l’achat, la vente ou le brevetage des embryons humains, » la perspective de l’homme animalisé « est un sujet de discussion sérieux dans certains milieux scientifiques », écrivait le principal conseiller de l’Alliance Defense Funds, Joseph Infranco.

« Nous sommes bien au-delà de la science-fiction des hybrides tourmentés de HG Wells dans l’Île du docteur Moreau; Nous sommes dans un temps où les scientifiques envisagent sérieusement la création d’hybrides humain-animal. »  L’ancien président du Conseil sur la bioéthique du président, Leon Kass, a peut-être écrit son meilleur texte dans l’introduction de son livre, La vie, la liberté et la défense de la dignité : Les défis de la bioéthique :

« La nature humaine elle-même repose sur la table d’opération, prête pour la modification, par les « améliorations » eugéniques et psychiques, pour la refonte de l’ensemble.  Dans les laboratoires, universitaires et industriels, de nouveaux créateurs amassent en toute confiance leurs pouvoirs et perfectionnent leurs compétences, tandis que dans la rue leurs évangélistes transhumanistes président avec zèle un avenir post-humain.  Pour toute personne qui se soucie de préserver notre humanité, le temps est venu de prêter attention. »

À Suivre …

http://www.raidersnewsupdate.com/vaticana1.htm

http://www.raidersnewsupdate.com/vaticana2.htm

http://www.raidersnewsupdate.com/vaticana3.htm

http://www.raidersnewsupdate.com/vaticana4.htm

http://www.raidersnewsupdate.com/vaticana5.htm

http://www.raidersnewsupdate.com/vaticana6.htm

http://www.raidersnewsupdate.com/vaticana7.htm

http://www.raidersnewsupdate.com/vaticana8.htm

http://www.raidersnewsupdate.com/vaticana9.htm

http://www.raidersnewsupdate.com/vaticana10.htm

http://www.raidersnewsupdate.com/vaticana11.htm

http://www.raidersnewsupdate.com/vaticana12.htm

http://www.raidersnewsupdate.com/vaticana13.htm

http://www.raidersnewsupdate.com/vaticana14.htm

http://www.raidersnewsupdate.com/vaticana15.htm

http://www.raidersnewsupdate.com/vaticana16.htm

http://www.raidersnewsupdate.com/vaticana17.htm

http://www.raidersnewsupdate.com/vaticana18.htm

http://www.raidersnewsupdate.com/vaticana19.htm

http://www.raidersnewsupdate.com/vaticana20.htm

Traduit par PLEINSFEUX.ORG


Mots clés: , , , , , , , , ,



8 Réponses aux EXO-VATICANA PARTIES 1 À 5

  1. Maha says:

    On sait qu’ils vont nous faire le coup des itis qui débarquent, ce qui serait très pratique ce serait de connaitre une date approximative … est ce pour l’année prochaine, pour dans 5 ans, 20 ans, 100 ans …

  2. Frager says:

    Pourquoi vous attribuer les traductions initiales du site Crashdebug.fr sans en donner la source ?

  3. Sentinelle says:

    Si vous vous donnez la peine de comparer les traductions vous vous rendrez compte que ce ne sont pas celles de Folamour sur Crashdebug mais la nôtre … Vérifiez avant d’accuser faussement …

  4. admin says:

    Bonjour, J’appuie la remarque de Sentinelle, sachant que la traduction de Exo-Vaticana a nécessité des semaines de travail pour en arriver là ! Pleinsfeux a arrêté cette tâche ardue sachant que le livre sera de toute manière traduit en français par la suite.
    Sachez aussi que les sources sont citées le plus possible, sachant aussi qu’un oubli peut arriver.
    De nombreux articles sont traduits pour vous donner un regard francophone à l’information et au temps que nous vivons.
    Nous vous proposons donc des documents les plus pertinents possible pouvant vous intéresser!

  5. Sentinelle says:

    Je tiens aussi à préciser que TOUTES les sources initiales, très souvent anglophones, sont mises en lien dans les articles publiés. Si toutefois une source n’était pas apparente ceci est un cas très rare et à la demande de l’auteur lui-même.

  6. Mickael says:

    merci au traducteur, a ce qui partage l’information.
    heureusement que des gens se donne la peine de faire se travail pour nous.

  7. Sentinelle says:

    Merci à vous, ces encouragements font du bien à lire !

    Sentinelle :-)

  8. Dart says:

    merci pour votre travail

Back to Top ↑


  • Donation pour HESTHELAMB

    Pleins Feux sur l'Heure Juste, bénéficie du ministère de HESTHELAMB, et nous voudrions l'aider aussi financièrement.
    Ces vidéos produites demandent beaucoup d'investissement et désirons vous partager ce besoin.
    Merci pour votre soutien !

  • Vidéos de L’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence 2015 et 2012




Real Time Web Analytics