N.O.M

Publié le 15 juillet, 2012 | par Pleins Feux

0

Nouvel Ordre Mondial

Parce que les idoles du 20ième siècle de l’athéisme, de l’humanisme et du communisme s’effondrent dans le monde entier, un vide spirituel est laissé grand ouvert et il doit être rempli.

Dans la course qui en résulte, pour les âmes et les esprits des Américains, à ce Nouvel Ordre Mondial, l’Eglise doit affronter des adversaires redoutables, à savoir : les collectivistes libéraux impies, les néoconservateurs fascistes, les mondialistes, la religion du Nouvel Âge, l’Islam et le satanisme. Nous ne sommes plus seulement menacés de l’extérieur par un groupe de communistes durs, nous sommes maintenant menacés de l’intérieur par un groupe de mondialistes intelligents et bien entraînés qui sont en train de convaincre l’Amérique et les autres nations du monde que la seule façon d’en arriver à une paix mondiale durable est la création du … « Nouvel Ordre Mondial ». Le Nouvel Ordre Mondial est un terme utilisé pour décrire l’unification des grandes puissances mondiales pour assurer et maintenir la paix et la sécurité mondiale. Les termes qui sont des synonymes de Nouvel Ordre Mondial sont : le gouvernement mondial, la gouvernance mondiale et la mondialisation. Tous ces termes sont utilisés de façon interchangeable et à des moments différents pour communiquer avec des publics différents. Ne vous méprenez pas, ils veulent tous dire la même chose.

« Une nation peut survivre à ses fous et même ses ambitieux. Mais, elle ne peut survivre à la trahison provenant de l’intérieur. Un ennemi aux portes est moins redoutable, car il est bien connu et il transporte ses bannières ouvertement. Mais, les traîtres se promènent parmi eux entrant par les portes librement, leurs murmures cachés circulent à travers toutes les ruelles et sont  entendus dans les couloirs même du gouvernement. Pour que le traître ne paraisse pas comme un traître, il doit parler avec les accents familiers à ses victimes, et il doit arborer leur visage et leurs vêtements, et il doit faire appel à la bassesse qui se trouve profondément dans le cœur de tous les hommes. Le traitre pourrit l’âme d’une nation et il travaille en secret et comme un inconnu dans la nuit afin de miner les piliers d’une ville, et il infecte le corps politique de sorte qu’il ne puisse plus résister. Un meurtrier est moins à craindre. » Cicéron, 42 Av. Jésus-Christ

Théorie de la conspiration ou réalité ?

Bien que beaucoup de gens rejettent le Nouvel Ordre Mondial comme étant une théorie de la conspiration, ce n’est ni une conspiration, ni une théorie. Il peut être vrai qu’il y a bien des conspirateurs au travail au sein du Nouvel Ordre Mondial, mais dans son application plus large, le Nouvel Ordre Mondial est vraiment plus qu’un agenda conduit par un groupe d’élites internationales qui contrôlent et manipulent les organisations gouvernementales, industrielles et médiatiques à travers le monde. Toute personne intelligente qui étudie l’histoire et les événements qui se produisent aujourd’hui ne peut décrire cela comme une théorie, puisque le Nouvel Ordre Mondial est clairement référencé dans les documents historiques, dans les paroles et les actions des dirigeants mondiaux. Les dirigeants mondiaux sont excités par les perspectives de paix et il y a eu beaucoup de discours faisant allusion à l’entrée dans une « ère nouvelle » et au sujet de la création d’un « Nouvel Ordre Mondial ». L’agenda du Nouvel Ordre Mondial est détaillé dans les documents du Conseil des Relations Étrangères, la Commission Trilatérale, le Groupe de Bilderberg, le Club de Rome, l’Organisation des Nations Unies, la Banque Mondiale et le Fonds Monétaire International. Mikhaïl Gorbatchev a été le premier des dirigeants mondiaux à prendre position publiquement en parlant d’un « Nouvel Ordre Mondial », et il l’a fait près de deux ans avant que George Bush entre dans la danse. Dans son discours historique à l’Organisation des Nations Unies, le 7 décembre 1988, le Premier Ministre soviétique a fait cette déclaration dogmatique et même prophétique :

« De plus amples progrès mondiaux sont maintenant possibles seulement à travers une quête d’un consensus universel dans le mouvement vers un Nouvel Ordre Mondial. » George Bush s’est avéré être un bon et fidèle serviteur de la « fraternité » en faisant de l’agenda du « Nouvel Ordre Mondial » l’axe prioritaire de son administration. Juste avant de partir pour Helsinki, en Finlande, au début de septembre 1990, pour discuter de la crise du Golfe Persique à son assemblée au sommet avec le président soviétique Gorbatchev, le président George Bush a exprimé l’espoir que « les fondations pour le Nouvel Ordre Mondial soient établies à Helsinki » et que ces fondations soient établies par l’Organisation des Nations Unies. Lors de la conférence avec Gorbatchev à la suite de leur rencontre historique, le Président Bush a déclaré avec optimisme : « Si les nations du monde, agissant de concert, continuent comme elles l’ ont fait, nous allons mettre en place la pierre angulaire d’un ordre international plus pacifique que tout ce que nous avons connu. » Puis, en 1993, le NOM a été établi comme un agenda national légitime par un socialiste démocrate, Bill Clinton. Tous deux, George Bush et Bill Clinton, appartenaient aux mêmes ordres secrets, aux mêmes codes financiers, et, par la suite, ils ont probablement conçu le changement de présidents en manipulant le peuple américain pour libérer Bush. George Bush avait peut-être effectivement mené une campagne pour libérer la présidence. Les mondialistes ont accueilli ceci comme l’heure de gloire de la démocratie, par la manipulation, le système démocratique mettait en place un dirigeant mondial socialiste, du nouvel âge, partisan d’un monde unique, avec le charisme de John F. Kennedy pour exécuter leurs ordres !

Pendant le règne de Clinton, les socialistes du NOM ont publiquement sorti des placards leurs représentants à la Chambre américaine . Le puissant et populaire lobby appelé le Progressive Caucus pouvait alors commencer à épouser ouvertement les principes du socialisme et a signé publiquement l’agenda des Socialistes Démocratiques d’Amérique. En utilisant magistralement la dialectique hégélienne, la réponse préférée de Bill Clinton à toutes les questions était : le gouvernement. Vous avez un problème ? Le nouveau programme du gouvernement de Bill Clinton peut arranger çà. Vous avez perdu votre emploi ? Inscrivez-vous pour un programme de recyclage des employés. Vous vous sentez un peu dépressif ? Une visite à votre alliance régionale de la santé peut vous relever. Vous avez des difficultés à élever vos enfants ? Joignez-vous à notre village, car il faut plus qu’une famille pour élever des enfants. Bill et Hillary présentaient aux Américains le « Brave Nouveau Monde » du 21ième siècle- décrit par Aldous Huxley en 1932- où l’humanité vit dans l’insouciance, en bonne santé et dans une société technologiquement avancée. La guerre et la pauvreté doivent être éliminées de leur « village » et tout le monde est heureux en permanence en raison du conditionnement et des médicaments fournis par le gouvernement. Clinton a également prôné la société plus hédoniste, découlant du plaisir de la promiscuité sexuelle et de l’usage des drogues, ce que Huxley a appelé soma, un puissant psychotrope rationné par le gouvernement qui est consommé pour échapper à la douleur et aux mauvais souvenirs à travers des fantasmes hallucinatoires, mentionnés comme des « vacances ». Bien sûr, toutes ces choses sont réalisées en éliminant beaucoup de choses que nous considérons comme importantes pour notre identité, la famille, la culture, l’art, la littérature, la science, la religion et la philosophie. « Nous redéfinissons dans la pratique les idéaux immuables qui nous ont guidés depuis le début. » Le président Bill Clinton.

De la paix et de la sécurité

La population pacifiée l’accepte assez rapidement en croyant qu’un gouvernement mondial pouvant établir la paix mondiale et prévenir un holocauste nucléaire ne pourrait pas être considéré comme diabolique. « Quand les hommes diront : Paix et Sûreté ! alors une ruine soudaine les surprendra, comme les douleurs de l’enfantement surprennent la femme enceinte, et ils n’échapperont point. »   1 Thessaloniciens 5:03

Le prix de la sécurité

Dans une déclaration au Conseil Commercial des Nations Unies en septembre 1994, David Rockefeller a déclaré, « Nous sommes à l’aube d’une transformation globale. Tout ce qu’il faut, c’est la bonne crise majeure et les nations accepteront le Nouvel Ordre Mondial. » Au moment où George W. Bush est arrivé au pouvoir, l’étape suivante nécessaire à l’accomplissement de la transformation globale mentionnée par Rockefeller visait à convaincre le peuple américain qu’il était nécessaire qu’ils abandonnent les libertés qu’ils sont habitués à avoir en échange de la sécurité. Pour arriver à cet objectif, M. Bush avait besoin de la bonne crise majeure, ou ce que le Projet pour un Nouveau Siècle Américain appelle le « nouveau Pearl Harbor ».

Grâce à un groupe d’agents financés et formés par la CIA, M. Bush a obtenu son Nouveau Pearl Harbor en inaugurant une période de loi martiale de facto, où la Constitution Américaine a été déchiquetée et les Américains ont été avertis que toute résistance était inutile. Avant de quitter ses fonctions, l’Administration Bush a introduit une nouvelle crise majeure lorsque les banques centrales du monde ont pillé les trésors nationaux de leurs actifs et laissé en héritage l’esclavage de l’endettement pour les générations qui ne sont pas encore nées.

Gouvernement plus fort

Sur le plan économique, l’Amérique est au bord de la catastrophe financière, ayant abandonné  cette indépendance qui faisait sa puissance en se liant elle-même à une économie mondiale chancelante. Nos chefs gouvernementaux n’adhérent plus au concept d’obéissance à l’esprit de la loi, sans parler de la lettre de la loi. La plupart d’entre eux n’ont aucune notion du bien et du mal. Ils n’ont aucun concept de ce qui est ou  n’est pas approprié. Et ils n’en n’ont peut-être aucune conscience.

Ces politiciens n’ont aucun respect pour le peuple qui les a élus. Aucun respect pour le peuple américain. Aucun respect pour leurs devoirs. Aucun respect pour la Constitution des États-Unis. Aucun respect pour ce que  signifie :être élus par le peuple de cette nation afin de servir dans les plus hauts niveaux. Leur seul but est de concentrer davantage d’argent et de pouvoir entre les mains de quelques-uns afin de contrôler et de manipuler un grand nombre. Initialement créé pour défendre et protéger, notre gouvernement doit maintenant ravitailler. Lorsque les problèmes se développent, le gouvernement doit également se développer. Traditionnellement, les démocrates ont toujours défendu un  gouvernement fort, avec des programmes de grande envergure sous contrôle fédéral et financés par le gouvernement fédéral, et avec une imposition conséquente. Il suffit pourtant de parcourir les quelques actes politiques de Clinton dans les domaines de l’économie, des dépenses et de la stratégie fiscale pour voir que la souveraineté et la liberté ont été les seuls items effectivement ciblés pour une réduction. La capacité des gouvernements à fournir des aides a été démontrée quelques années plus tard à la suite de la catastrophe provoquée par l’ouragan Katrina.

Ce qui est ressorti semble être plus un essai opérationnel de « contrôle » qu’une fourniture d’assistance. Nous avons été témoins, au cours des 100 dernières années, d’un collectiviste de plus en plus inspiré du transfert des richesses et de la prise de contrôle par le gouvernement fédéral de la gestion des entreprises américaines, des soins de santé, de l’éducation et de la famille américaine. Les actions de Clinton ont démontré qu’il envisageait beaucoup plus qu’un simple renouvellement ou une simple réforme, il voulait créer une société entièrement nouvelle contrôlée par un collectiviste massif gouvernemental. George W. Bush a mis en place les rouages collectivistes destinés à amener la population américaine sous le contrôle gouvernemental d’un état policier, pendant qu’il permettait aux banquiers internationaux de siphonner des trillions de dollars des actifs des américains. L’Amérique était prête pour le changement …

Le Messie du changement du Nouvel Ordre Mondial

« Alors aussi plusieurs succomberont, et ils se trahiront, se haïront les uns les autres. Plusieurs faux prophètes s’élèveront, et ils séduiront beaucoup de gens. »   Matthieu 24:10-11 Beaucoup de ses partisans et la plupart des médias de nouvelles ont présenté Barack Obama comme un Messie faiseur de miracles qui promet de guérir tous les maux pour tout le monde.

Après son élection historique comme Président des États-Unis, il n’était pas rare de voir ses fidèles partisans dans la position d’adoration d’un Messie.  Le lendemain de  l’élection de Barack Obama comme président, Larry Younginer s’est agenouillé devant les fidèles de son église de banlieue d’Atlanta et a offert une prière de remerciement. « Seigneur, nous nous présentons de nouveau devant toi dans la prière, et tu as entendu nos cris des cieux, et tu nous as envoyé encore une fois de l’état de l’Illinois, un homme appelé Barack pour guérir notre pays. »

Barack Obama a promis le « changement ».

Mettant de côté la rhétorique de la campagne et regardant plutôt son effectif de conseillers, je ne pense pas que les changements qu’Obama avait à l’esprit sont ceux que le peuple américain avait à l’esprit quand il a aveuglément élu un des plus virulents collectivistes présentement. Au cours des six premières semaines du mandat, Barack Obama a proposé des programmes de dépenses qui dépassent les dépenses totales du gouvernement des États-Unis depuis sa fondation jusqu’à l’inauguration d’Obama. Il a emprunté des trillions de dollars et a veillé à l’esclavage de nos enfants pour les générations à venir. Il a envoyé son secrétaire d’État, Hillary Clinton, en mission en Chine pour les supplier de continuer à acheter la dette américaine … et qu’a-t-elle utilisé comme garanties ? Les vies et les biens de nos enfants. Un des principaux piliers du Nouvel Ordre Mondial est la croyance en la création d’une race supérieure pour diriger le monde.  Pour le Nouvel Ordre Mondial, un gouvernement mondial n’est que la première étape. Une fois en place, ils peuvent engager leur plan d’extermination de 80% de la population mondiale, tout en permettant aux « élites » de vivre éternellement avec l’aide des technologies de pointe. Peu de temps après avoir été assermenté, ce président mi-blanc mi-noir a inversé les politiques de Bush pour protéger les bébés innocents et a ouvert la porte à l’extermination massive de millions de vies sans défense à travers le monde. Non seulement a-t-il fourni des fonds pour les programmes  de l’eugénisme à la mode chinoise, mais il a également abaissé les barrières protégeant les bébés à naître en permettant leur utilisation comme une marchandise pouvant être négociée sur le marché des recherches scientifiques rentables.

La déception Obama

La déception Obama est un film coup de poing qui détruit complètement le mythe selon lequel Barack Obama travaille pour l’intérêt du peuple américain. Le phénomène Obama est un canular soigneusement élaboré par les capitaines du Nouvel Ordre Mondial. Il est présenté comme un sauveur afin que le peuple américain accepte leur esclavage mondial. Nous avons atteint un point critique de l’agenda du Nouvel Ordre Mondial. Cela n’a rien à voir avec la Gauche ou la Droite : Il s’agit du gouvernement mondial. Les banques internationales planifient de piller le peuple américain dans leur pays et de les transformer en esclaves pour une Plantation Globale.

L’ère de la mondialisation est proche.

Il est à l’horizon de notre propre vie. Ce Nouvel Ordre Mondial n’est pas un conte de fées prophétiquement spéculatif ou futuriste, mais une réalité du monde réel. Ce n’est pas une « théorie du complot wacko » avancée par la frange de la société comme le pouvoir en place voudrait nous le faire croire. Ce n’est pas un « complot », c’est plutôt un agenda. Toute personne qui mettra fin à ses « vacances » et débranchera la « matrice » délirante, verra les évidences tout autour d’elle. Ça fait longtemps qu’ils y travaillent, leurs pièces sont jouées sur les places de royaumes divergents et par différents acteurs. Les engrenages et les leviers de l’histoire ont été déplacés et ajustés, et un jeu de Monopoly à grande échelle a été joué, avec de la monnaie réelle et des actifs réels changeant de mains, un jeu avec de vrais gagnants et de vrais perdants. Les acteurs de cette grande tromperie comprennent que c’est une entreprise dangereuse et risquée, parce qu’ils sont très nombreux. Si les Américains moyens se réveillaient et comprenaient leur véritable programme, il y aurait un soulèvement aux dimensions révolutionnaires. Par conséquent, la diabolisation de l’opposition et le contrôle des gens par la désinformation et la peur sont essentiels, car ils cachent leurs véritables intentions. Les documents publiés par le gouvernement décrivent les patriotes comme des terroristes et une menace pour l’application des lois. Les systèmes économiques mondiaux sont menacés de conséquences catastrophiques, à moins que les banquiers internationaux soient autorisés à consolider leur pouvoir dans un système bancaire mondial.« Il est bien que le peuple de la nation ne comprenne pas notre système bancaire et monétaire, car, si c’était le cas, je crois qu’il y aurait une révolution avant demain matin. » Henry Ford .

Même si la puissance d’un petit groupe de banquiers internationaux est colossale aujourd’hui, selon le professeur émérite de Harvard et de Princeton, Carroll Quigley, ils trouvent de plus en plus difficile de cacher leur vraie nature. Il a dit de ce groupe : « Leur objectif n’est rien de moins que de créer un système mondial de contrôle financier entre des mains privées en mesure de dominer le système politique de chaque pays et l’économie mondiale dans son ensemble. Le système devait être contrôlé de manière féodale par les banques centrales du monde agissant de concert, par des accords secrets dans de fréquentes réunions et conférences privées. »  (Carroll Quigley, Tragédie et Espoir (New York: Macmillan Co., 1966).

Hélas, un Nouvel Ordre Mondial

Bien qu’il soit presque impossible de retracer avec précision les agendas de ces organisations, la dimension surnaturelle est celle qui donne le sens du puzzle. Même si certains peuvent attribuer le leadership du Nouvel Ordre Mondial aux élitistes du groupe de Bilderberg, de la Commission trilatérale ou du Conseil des relations étrangères, la vérité est que ces gens ne sont que de simples pions dans le programme beaucoup plus grand de l’Antéchrist. « Et elle fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, livres et esclaves, reçussent une marque sur leur main droite ou sur leur front, et que personne ne put acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom. »   Apocalypse 13:16-17. Les Écritures nous parlent de l’établissement d’un Nouvel Ordre Mondial par l’Antéchrist dans les derniers jours. En effet, le diable doit avoir une forme dictatoriale de gouvernement s’il veut gouverner le monde. Tout cela est lentement mis en place dans nos gouvernements à travers la législation et dans nos églises avec la nouvelle spiritualité jusqu’à ce que finalement le tout soit entre les mains d’une élite de personnes intelligentes connectées politiquement à un esprit religieux en ligne avec l’Antéchrist.

http://www.jeremiahproject.com/newworldorder/index.html

Mots clés: , ,



Comments are closed.

Back to Top ↑
  • VISITES


  • Conférence 2020

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence à venir


Real Time Web Analytics