Changement Climatique

Publié le 26 janvier, 2017 | par Equipe de Pleinsfeux

0

ÉMISSIONS ATMOSPHÉRIQUES

Pourquoi nos émissions de CO2 n’augmentent pas le CO2 dans l’atmosphère. ?

Par Dr. Ed Berry, Ph.D. – Le 26 décembre 2016

Le génie d’Al Gore

Donnez à Al Gore un A pour la commercialisation et un F pour la science.  Mais, nous savons tous que la vente est dans le marketing.  Le génie d’Al Gore était de rendre son mythe invalide simple :

  1. Nos émissions de CO2 augmentent le CO2 dans l’atmosphère, et
  2. Le CO2 dans l’atmosphère réchauffe la Terre.

Qu’est-ce qui pourrait être plus simple ?  Al Gore a supposé que ses deux allégations invalides étaient vraies.  Son travail de marketing était de vous faire croire que les mauvaises choses se produisent lorsque le CO2 de l’atmosphère augmente.

Tout le monde croyait Al Gore.  Bien, presque tout le monde.  Sa description simple et inexacte de la façon dont notre climat fonctionne a créé une génération de négationnistes de la science, certains avec des doctorats.  Al Gore a transformé la science climatique en un mouvement politico-environnemental.

L’objectif des alarmistes est de vous faire peur en croyant que notre CO2 provoque les changements climatiques.  Lorsque vous avez été effrayé par une croyance invalide, vous aurez tendance à maintenir cette croyance invalide à jamais.

Ceux qui croient la commercialisation d’Al Gore croient qu’ils peuvent refroidir la Terre en réduisant nos émissions de CO2.  Al Gore leur a vendu un pont qui ne va nulle part.

Les alarmistes du climat sont comme les Aztèques qui croyaient qu’ils pouvaient faire de la pluie en arrachant des cœurs battant et en faisant rouler des têtes décapitées sur les marches du temple.

Les deux hypothèses d’Al Gore sont fausses.  Cet article montre comment sa première hypothèse est erronée.  La nature, et non les émissions humaines de CO2, provoque les changements dans le CO2 de l’atmosphère.

L’erreur logique des changements climatiques

Les alarmistes climatiques nous disent que les changements climatiques font en sorte que de mauvaises choses se produisent, et si de mauvaises choses arrivent, ils prétendent que c’est de notre faute.  La logique alarmiste est la suivante :

« Si le CO2 humain provoque des changements climatiques, de mauvaises choses se produiront.  Des mauvaises choses se produisent.  Donc, le CO2 humain provoque les changements climatiques. »

Cette affirmation alarmiste est l’erreur logique bien connue appelée « Affirmant le Conséquent ».  Voici un exemple qui illustre cette erreur logique :

« Si Bill Gates possède Fort Knox, Bill Gates est riche.  Bill Gates est riche.  Par conséquent, Bill Gates possède Fort Knox. »

L’erreur logique est de supposer que chaque résultat n’a qu’une seule cause possible.  Les glaciers qui rétrécissent ne prouvent pas que nous les ayons fait rétrécir.

Les questions pertinentes sur les changements climatiques portent sur les causes et les effets.

Les questions pertinentes sur les changements climatiques ne sont pas de savoir si le climat a changé.  Le climat change continuellement.  Les seules questions pertinentes concernant les changements climatiques concernent les causes et les effets :

  1. Les émissions humaines de CO2 augmentent-elles sensiblement le CO2 dans l’atmosphère ?
  2. Le CO2 dans l’atmosphère augmente-t-il significativement les changements climatiques ?

Les alarmistes climatiques doivent prouver que les DEUX réponses sont OUI. Sinon, ils perdent leur cause.

Cet article montre pourquoi la réponse à la première question est NON.  Un futur article montrera pourquoi la réponse à la deuxième question est également NON.

Pourquoi les émissions humaines de CO2 ne causent pas de changement climatique.

Notre première figure nous montre pourquoi les émissions de CO2 de la nature, et non le CO2 humain, sont la principale cause des changements observés dans le CO2 de l’atmosphère.

 Tous les chiffres dans cet article représentent des quantités de CO2.  Les unités de CO2 sont en parties par million en volume (ppmv) de CO2.  Les Gigatonnes de carbone (GtC) se convertissent en ppmv en utilisant : 1 ppmv de CO2 = 2,13 GtC.

Au milieu de la figure, il y a une boîte qui représente le CO2 dans notre atmosphère.  La quantité de CO2 dans notre atmosphère en 2015 était de 400.

Les émissions terrestres et océaniques de CO2 dans l’atmosphère totalisent environ 100 par année (plus ou moins dix pour cent).  Une quantité presque égale passe du CO2 atmosphérique au CO2 terrestre et océanique chaque année (CDIAC, 2016 ; CIPV, 2007a ; CIPV, 2007b).

Utilisons une analogie pour mieux comprendre.  Laissons l’eau d’un lac représenter le CO2 dans l’atmosphère.

Deux grandes rivières coulent dans le lac.  Une rivière représente le CO2 terrestre.  L’autre rivière représente le CO2 océanique.  Ensemble, ils fournissent environ 100 unités par année au lac.

L’eau du lac déborde par dessus un barrage.  L’afflux de 100 augmente le niveau du lac jusqu’à ce que l’écoulement par dessus le barrage soit égal à l’afflux.

De même, le flux de CO2 terrestre et océanique dans notre atmosphère augmente la quantité de CO2 dans notre atmosphère.  L’augmentation du CO2 atmosphérique augmente le débit de CO2 vers le sol et les océans.  Comme le lac, le CO2 atmosphérique est en équilibre lorsque l’écoulement est égal à l’afflux.

Si l’afflux dépasse l’écoulement, le niveau du lac (CO2 atmosphérique) augmentera jusqu’à ce que l’écoulement soit égal à l’afflux.  Si l’écoulement dépasse l’afflux, le niveau du lac baissera jusqu’à ce que l’écoulement soit égal à l’afflux.

Dans notre figure, le CO2 de notre atmosphère est comme un grand lac.  Il reçoit du CO2 de deux grandes rivières (Terre et Océan) et d’une petite rivière (Humain).  La température contrôle le flux de CO2 terrestre et océanique vers l’atmosphère.  Le niveau du lac monte ou descend jusqu’à ce que l’écoulement soit égal à l’afflux.

Le barrage sépare le déversement de CO2 en deux parties.  Une partie retourne à la Terre.  L’autre partie retourne à l’Océan.

Notre figure comprend un cycle de CO2 beaucoup plus long où le CO2 terrestre devient des combustibles fossiles.  Les émissions humaines de CO2 complètent ce cycle de CO2 en renvoyant le CO2 des combustibles fossiles dans l’atmosphère.

Une petite rivière, avec un débit de 4, coule également dans le lac.  Cette petite rivière représente le flux de CO2 humain dans notre atmosphère.  Cette petite rivière n’ajoute que 4% au débit terrestre et océanique de 100 dans le lac.  Cette petite rivière élève le débit total dans le lac à 104.  Cela augmentera le niveau du lac jusqu’à ce que l’écoulement soit égal à 104.

La contribution du CO2 humain au nouveau niveau du lac (CO2 atmosphérique) n’est que de 4 pour cent du niveau du lac par-dessus le barrage, ou seulement 4 pour cent de l’écoulement total dans et hors du lac.  Quatre-vingt-seize pour cent du flux de CO2 dans et hors de notre atmosphère sont causés par la nature.

Notre figure montre un scénario dans lequel l’apport total dans l’atmosphère est égal à l’écoulement total et où la contribution du CO2 humain va dans la Terre pour soutenir la croissance de la végétation.  Comme l’afflux est égal à l’écoulement, le CO2 de l’atmosphère reste constant, que le CO2 de l’atmosphère soit 400 ou 300, ou toute autre valeur.

Salby (2016) arrive à la même conclusion. Salby (2012) a rédigé un manuel complet, « La physique de l’atmosphère et du climat ».

Notre atmosphère ne traite pas le CO2 humain différemment du CO2 provenant du sol et de l’océan.  Le CO2 humain est simplement une autre entrée pour le CO2 dans l’atmosphère qui augmentera la sortie de CO2 atmosphérique vers la Terre ou l’Océan, de la même quantité que le flux de CO2 Humain dans l’atmosphère.

La température contrôle le CO2 de l’atmosphère.

Salby (2015) montre, directement à partir des données et sans hypothèses, que la température fixe la vitesse à laquelle le CO2 de l’atmosphère augmente ou diminue.  Cela signifie que la température fixe la valeur d’équilibre dans le CO2 atmosphérique.  Notre figure indique l’effet de la température par le symbole du Soleil.

Si le Soleil, les couverts nuageux ou les courants océaniques changent pour augmenter la température, la température accrue entraînera une augmentation du CO2 terrestre et océanique dans le CO2 de l’atmosphère.  Cela augmentera le CO2 dans l’atmosphère jusqu’à ce que l’écoulement égalise l’afflux.

« La température est comme l’accélérateur dans votre voiture.  Le CO2 dans l’atmosphère est comme la vitesse de votre voiture.  Le CO2 atmosphérique suit la température comme la vitesse de votre voiture suit votre accélérateur. Appuyez, et votre voiture accélère.  Relâchez, et votre voiture ralentit. »

Contrairement à ce qu’Al Gore vous a dit, le CO2 ne contrôle pas la température.  C’est la température qui contrôle le CO2.

Les alarmistes climatiques présentent leurs arguments.

Les alarmistes climatiques prétendent que nos émissions de CO2 provoquent 100% de la hausse observée du CO2 atmosphérique.  Nous allons montrer pourquoi leur revendication est non-physique et invalide.

Voici l’argument en quatre étapes des alarmistes par lesquelles ils prétendent prouver leur cause :

  1. De 1750 à 2010, les humains ont ajouté 171 unités de CO2 à notre atmosphère et le CO2 atmosphérique a augmenté de 113 unités.  Cela laisse 58 unités.
  2. Les terres et les océans ont absorbé les 58 unités de CO2 atmosphérique.
  3. Par conséquent, la Terre et les Océans sont des absorbeurs nets de CO2.
  4. Par conséquent, le CO2 humain a causé 100% de l’augmentation du CO2 atmosphérique depuis 1750 et 1960.

Voici ma réplique à la cause des alarmistes :

Pendant la même période que les émissions humaines de CO2 ont ajouté de 171 unités de CO2 à notre atmosphère, les émissions terrestres et océaniques de CO2 ont ajouté 26.000 unités à notre atmosphère.  La Terre et les Océans ont également absorbé environ 26.000 unités de CO2 de notre atmosphère, y compris les 171 unités de CO2 humain.  Il ne restait plus que 58 unités.

Ceci illustre comment les émissions terrestres et océaniques de CO2 se comparent aux émissions humaines de CO2 pendant cette période.  Le rapport est de 152 contre 1.

Les émissions terrestres et océaniques de CO2 sont 152 fois supérieures aux émissions humaines de CO2 pendant la période allant de 1750 à 2010.

La cause des alarmistes échoue parce qu’ils omettent les émissions terrestres et océaniques de CO2.  Leur omission laisse les émissions humaines de CO2 à 100% et ils affirment que le CO2 humain a provoqué la hausse artificielle de CO2 dans toute l’atmosphère.  Au cours d’une période de 260 ans, le CO2 humain a provoqué « au plus » 0,7% de la hausse de 113 de CO2 dans l’atmosphère.

« Au plus » c’est parce que Salby (2015) a démontré que la température contrôle le taux de changement de CO2 dans l’atmosphère, et la valeur d’équilibre du  CO2 dans l’atmosphère.  Dans ce scénario, les émissions et absorptions terrestres et océaniques s’ajusteront pour neutraliser l’effet des émissions humaines de CO2 et les effets du CO2 humain sur le CO2 atmosphérique seront à ZÉRO !

L’atmosphère ne sait pas si son CO2 provient des émissions terrestres, océaniques ou humaines de CO2.  Quelle que soit la source, plus grand est le total de CO2 dans l’atmosphère, plus grand sera le débit de CO2 atmosphérique vers le CO2 terrestre et océanique.  Par conséquent, le CO2 dans l’atmosphère cherchera le même niveau d’équilibre avec ou sans émissions humaines de CO2.

Les terres peuvent absorber le CO2 de l’atmosphère tandis que les océans fournissent du CO2 à l’atmosphère.  Notre figure montre ce scénario où le sol absorbe TOUTES émissions humaines de CO2 alors que le CO2 de l’atmosphère reste constant.

En 2015, les émissions humaines de CO2 représentaient 4% des émissions terrestres et océaniques de CO2.  Par conséquent, les émissions humaines de CO2 ont causé « au plus » seulement 4% de la hausse du CO2 atmosphérique.

Une petite rivière avec un afflux de 4 ne peut pas provoquer une sortie de 104. Pourtant, c’est ce que les alarmistes climatiques affirment.  Le récit suivant illustre l’absurdité de la cause alarmiste :

« Un éléphant traverse un pont.  Une souris, montée sur le dos de l’éléphant, dit à l’éléphant, Nous avons fait trembler ce pont, n’est-ce  pas ? »

La cause des alarmistes est un jeu d’obus.  Ils pourraient interdire la physique.

Trois autres raisons pour lesquelles les émissions humaines de CO2 ne contrôlent pas le CO2 dans l’atmosphère.

Notre autre figure démontre que le CO2 de l’atmosphère a été mise à l’échelle pour s’adapter aux émissions humaines de CO2 et à la variation annuelle du CO2 atmosphérique (NOAA, 2016 ; CDIAC, 2016 ; GIEC, 2007b).

Salby (2016) fait les trois arguments suivants :

  1. Les émissions humaines de CO2 ont considérablement augmenté après 2002 en raison de la Chine (Oliver, 2015).  Pourtant le CO2 de l’atmosphère a continué avec sa même augmentation régulière.
  2. Les variations annuelles de CO2 atmosphérique (ligne déchiquetée) ne   suivent pas l’augmentation régulière des émissions humaines de CO2. (Aussi, Courtney, 2008.)
  3. Certaines années, en particulier la période de 1988 à 1993, le CO2 dans l’atmosphère diminue tandis que les émissions humaines de CO2 continuent d’augmenter.

Par conséquent, les émissions humaines de CO2 ne contrôlent pas le CO2 dans l’atmosphère.

Conclusions

Les alarmistes climatiques affirment que le CO2 humain provoque TOUTE l’augmentation du CO2 dans l’atmosphère.  Leur argument échoue parce qu’ils omettent les émissions terrestres et océaniques de CO2 qui sont beaucoup plus grandes que les émissions humaines de CO2.

Les alarmistes climatiques omettent également la façon dont les émissions et les absorptions terrestres et océaniques de CO2 équilibrent le CO2 de l’atmosphère avec ou sans la présence de CO2 humain.  La température équilibre le CO2 de l’atmosphère indépendamment des émissions humaines de CO2.

  1. Voici trois autres raisons pour lesquelles le CO2 humain ne cause pas TOUTE la hausse de CO2 dans l’atmosphère :
  2. Les émissions humaines de CO2 ont considérablement augmenté après 2002 pourtant, le CO2 dans l’atmosphère a continué sa même augmentation régulière.
  3. Les variations annuelles de CO2 dans l’atmosphère ne suivent pas la douce augmentation des émissions humaines de CO2.
  4. Au cours de certaines années, notamment de 1988 à 1993, le CO2 dans l’atmosphère a diminué alors que les émissions humaines de CO2 continuent d’augmenter.

Par conséquent, les émissions humaines de CO2 n’augmentent pas le CO2 dans l’atmosphère.

La plupart des arguments des alarmistes climatiques utilisent cette logique invalide :

« Si le CO2 humain provoque des changements climatiques, des choses mauvaises se produiront.  Des mauvaises choses se produisent.  Par conséquent, le CO2 humain provoque les changements climatiques. »

De tels arguments sont invalides parce qu’ils ne prouvent pas que le CO2 humain ait provoqué les changements.

Si nous arrêtions toutes les émissions humaines de CO2, aujourd’hui, cela ne changerait pas le CO2 atmosphérique dans le futur.

Source : News With Views

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

Mots clés: , , , , ,



Back to Top ↑


  • Donation pour HESTHELAMB

    Pleins Feux sur l'Heure Juste, bénéficie du ministère de HESTHELAMB, et nous voudrions l'aider aussi financièrement.
    Ces vidéos produites demandent beaucoup d'investissement et désirons vous partager ce besoin.
    Merci pour votre soutien !

  • Vidéos de L’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence 2015 et 2012




Real Time Web Analytics