Le Salut

Publié le 20 août, 2018 | par Equipe de Pleinsfeux

0

AIMEZ-VOUS LES UNS LES AUTRES

Par Hillary – Le 17 juin 2018

 Ce que je vous commande, c’est de vous aimer les uns les autres. (Jean 15:17)

Saints, à l’âge de la grâce, nous sommes l’Église de la Porte Ouverte. Cela a des implications étonnantes et joyeuses pour nous, et je prie que cette étude des Écritures soit une bénédiction pour vous !

« Après leur arrivée, ils convoquèrent l’Église, et ils racontèrent tout ce que Dieu avait fait avec eux, et comment il avait ouvert aux Gentils la porte de la foi. » (Actes 14:27)

« Il avait ouvert la porte de la foi aux Gentils. »  Quelle déclaration à couper le souffle !  C’est encore plus extraordinaire quand on voit où c’est confirmé :

« Je connais tes œuvres.  Voici, parce que tu as peu de puissance, et que tu as gardé ma parole, et que tu n’as pas renié mon nom, j’ai mis devant toi une porte ouverte, que personne ne peut fermer.  Voici, je te donne de ceux de la synagogue de Satan, qui se disent Juifs et ne le sont pas, mais qui mentent ; Voici, je les ferai venir, se prosterner à tes pieds, et connaître que je t’ai aimé.  Parce que tu as gardé la parole de la persévérance en moi, je te garderai aussi à l’heure de la tentation qui va venir sur le monde entier, pour éprouver les habitants de la terre.  Je viens bientôt.  Retiens ce que tu as, afin que personne ne prenne ta couronne. »  (Apocalypse 3:8-11)

Quelles sont ces œuvres ?  Qu’est ce que cela veut dire pour nous ?  Avant de déballer les bijoux ici, apprenons quelque chose à propos de cette couronne.  Paul a écrit à Timothée dans un langage qui ressemble étrangement aux derniers jours :

« Car pour moi, je sers déjà de libation, et le moment de mon départ approche.  J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé la course, j’ai gardé la foi.  Désormais la couronne de justice m’est réservée ; Le Seigneur, le juste juge, me la donnera dans ce jour-là, et non seulement à moi, mais encore à tous ceux qui auront aimé son avènement.  Viens au plus tôt vers moi ; Car Démas m’a abandonné, par amour pour le siècle présent, et il est parti pour Thessalonique ; Crescens est allé en Galatie, Tite en Dalmatie. » (2 Timothée 4:6-10)

Paul écrit :

  • L’heure de mon départ est proche.
  • J’ai gardé la foi.
  • Il y a pour moi la couronne de la justice … non seulement pour moi, mais, aussi pour tous ceux qui ont aimé Son apparition.
  • Venez à moi rapidement ; Démas m’a abandonné, ayant aimé ce monde présent (voir aussi 1 Timothée 4:1)

Jésus a dit :

  • Je vous garderai à l’heure du jugement.
  • Parce que tu as gardé la foi, tu as peu de force, tu as gardé ma parole, tu n’as pas renié mon nom, tu as gardé mon commandement de persévérer.
  • Retiens ce que tu as, que personne ne prenne ta couronne.
  • Voici, je reviens rapidement !

Alors que les Écritures sont claires à ce sujet que nous ne pouvons pas perdre notre salut, mais que nous pouvons perdre nos récompenses.  Remarquez que notre beau Sauveur nous dit exactement ce que nous devons faire pour ne pas perdre les récompenses qu’Il a préparées avec amour pour nous.  Il nous dit : « Tiens fermement ce que tu as, afin que personne ne prenne ta couronne. »  En d’autres termes, n’abandonnez pas ce que vous avez !  Ne lâchez pas ce que vous avez !  Ne perdez pas ce que vous avez !  Ne perdez pas courage, car en temps voulu tu récolteras !

Qu’avons-nous ?  Il nous dit que :

  • Nous avons peu de force,
  • Nous avons gardé Sa parole,
  • Nous n’avons pas renié Son nom,
  • Nous avons gardé Sa commande de persévérer.

Retiens ce que tu as, afin que personne ne prenne ta couronne.

La parole de l’endurance patiente en Moi

Dans cette étude, je veux regarder de plus près l’observation de Sa parole et de Sa persévérance.  Je crois que garder l’ordre de Jésus de persévérer dans ce contexte inclut tout ce qu’Il a énuméré : Avoir un peu de force, garder sa parole et ne pas renier son nom.  Le mot « persévérer » en grec est un hyponyme et si nous regardons ce passage traduit directement, il dit : « Parce que tu as gardé la parole de l’endurance patiente en Moi … »

L’endurance patiente est un thème tout au long des Écritures, mais, je trouve un lien saisissant avec les instructions aimantes du Seigneur à la fidèle église de l’Apocalypse dans la parabole du semeur.  Il dit,

« Voici ce que signifie cette parabole : La semence, c’est la parole de Dieu.  Ceux qui sont le long du chemin, ce sont ceux qui entendent ; Puis le diable vient, et enlève de leur cœur la parole, de peur qu’ils ne croient et soient sauvés.  Ceux qui sont sur le roc, ce sont ceux qui, lorsqu’ils entendent la parole, la reçoivent avec joie ; Mais ils n’ont point de racine, ils croient pour un temps, et ils succombent au moment de la tentation.  Ce qui est tombé parmi les épines, ce sont ceux qui, ayant entendu la parole, s’en vont, et la laissent étouffer par les soucis, les richesses et les plaisirs de la vie, et ils ne portent point de fruit qui vienne à maturité.  Ce qui est tombé dans la bonne terre, ce sont ceux qui, ayant entendu la parole avec un cœur honnête et bon, la retiennent, et portent du fruit avec persévérance. » (Luc 8:11-15)

De ce seul passage, nous pouvons voir ce que l’endurance patiente n’est pas. Ceux qui n’ont pas enduré patiemment l’expérience suivante :

  • Le diable prend la parole hors de leurs cœurs.
  • Ils n’ont pas de racines et croient pendant un certain temps, mais ne restent pas et, au moment de la tentation, ils tombent.
  • Ils s’étranglent avec les soucis, les richesses et les plaisirs de cette vie, n’apportant aucun fruit à maturité.

Apporter le fruit à maturité, à travers tous les tests et les tentations dans la vie, est une illustration puissante de l’endurance patiente.  Pour cela, nous serons récompensés et bénis.  Plus tard dans Luc, Jésus offre une autre connexion à nos futures bénédictions éternelles lorsqu’une femme de la foule a crié : « Heureux le sein qui t’a porté ! Heureuses les mamelles qui t’ont allaité ! »  Il lui répondit :

« Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu, et qui la gardent ! » (Luc 11:27-28)

Ainsi, nous voyons à la fois de Son ministère terrestre et de Sa révélation après Sa résurrection qu’entendre et garder Sa parole, et porter du fruit avec patience, est une bénédiction pour nous.  Nous ne pouvons pas pleinement comprendre maintenant, mais si le Créateur de tout dit que c’est bon, comme cela doit être glorieux !  Alors, comment le corps participe-t-il aux bénédictions qu’Il a préparées pour nous ?

C’est en gardant Sa parole.  Remarquez que ceci ne concerne pas le salut, l’église est déjà sauvée, non par les œuvres de justice que nous avons faites, mais, par Sa miséricorde, Il nous a sauvés (Tite 3:5 , et Éphésiens 2:8-10).  Au lieu de cela, il s’agit de l’amour.  C’est à propos de la façon dont le corps du Christ vit, ou travaille, notre réponse à Sa grâce et à Son sacrifice.  « Je connais tes œuvres », dit-il.  Je crois que Son message à l’église fidèle de Philadelphie est encore clarifié quand nous lisons Son avertissement précédent à l’église d’Éphèse :

« Mais ce que j’ai contre toi, c’est que tu as abandonné ton premier amour.  Souviens-toi donc d’où tu es tombé, repens-toi, et pratique tes premières œuvres, sinon, je reviendrai à toi, et j’ôterai ton chandelier de sa place, à moins que tu ne te  repentes. » (Apocalypse 2:4-5)

Premier amour, premiers travaux

Le remède, faire les premiers travaux, est directement relié au péché, vous avez quitté votre premier amour.  Ceci est primordial pour le Seigneur, qui entre en détail avec les scribes qui sont venus le tester :

« Un des scribes, qui les avait entendus discuter, sachant que Jésus avait bien répondu aux sadducéens, s’approcha, et lui demanda : Quel est le premier de tous les commandements ?  Jésus répondit : Voici, le premier : Écoute, Israël, le Seigneur, notre Dieu, est l’unique Seigneur, et : Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée, et de toute ta force.  Voici le second : Tu aimeras ton prochain comme toi-même.  Il n’y a pas d’autre commandement plus grand que ceux-là. »  (Marc 12:28-31)

L’église d’Éphèse, qui avait quitté son premier amour, a reçu la promesse que s’ils vainquaient …

« À celui qui vaincra je donnerai à manger de l’arbre de vie, qui est dans le paradis de Dieu. » (Apocalypse 2:7)

Notez deux des derniers versets de la Bible entière :

« Et voici, je viens bientôt.  Heureux celui qui garde les paroles de la prophétie de ce livre ! » (Apocalypse 22:7)

« Heureux ceux qui lavent leurs robes, afin d’avoir droit à l’arbre de vie, et d’entrer par les portes de la ville ! » (Apocalypse 22:14)

Cela nous dresse un portrait complet de ce que signifie garder les paroles de Jésus, faire Ses commandements, et tout cela montre l’amour.  Et ainsi, quand nous considérons le message de Jésus à l’église fidèle, où Il nous dit qu’Il connaît nos œuvres, que nous avons peu de force, que nous avons gardé Sa parole et que nous n’avons pas renié Son nom, nous pouvons voir que chacun d’eux est né de l’amour.  Ils sont le fruit, les travaux de l’amour.  Ces choses ne sont possibles que lorsque nous demeurons en Lui, car sans Lui nous ne pouvons rien faire. Sans Lui, nous ne pouvons pas supporter.  Sans Lui, nous ne pouvons pas aimer. Sans Lui, nous ne pouvons pas marcher dans l’Esprit.  Son message est simple et donne la vie.

Aimez-moi.  Aimez-vous les uns les autres.  Maintenez ma parole.  Persévérez. Portez des fruits avec patience.

 

« Celui qui a mes commandements et qui les garde, c’est celui qui m’aime ; Et celui qui m’aime sera aimé de mon Père, je l’aimerai, et je me ferai connaître à lui. » (Jean 14:21)

« Jésus lui répondit : Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, et mon Père l’aimera ; Nous viendrons à lui, et nous ferons notre demeure chez lui.  Celui qui ne m’aime pas ne garde point mes paroles.  Et la parole que vous entendez n’est pas de moi, mais du Père qui m’a envoyé. » (Jean 14: 23-24)

« Déjà vous êtes purs, à cause de la parole que je vous ai annoncée.  Demeurez en moi, et je demeurerai en vous.  Comme le sarment ne peut de lui-même porter du fruit, s’il ne demeure attaché au cep, ainsi vous ne le pouvez non plus, si vous ne demeurez en moi.  Je suis le cep, vous êtes les sarments.  Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruits, car sans moi vous ne pouvez rien faire. » (Jean 15:3-5)

« Je suis le cep, vous êtes les sarments.  Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruits, car sans moi vous ne pouvez rien faire.  Si quelqu’un ne demeure pas en moi, il est jeté dehors, comme le sarment, et il sèche ; Puis on ramasse les sarments, on les jette au feu, et ils brûlent.  Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez, et cela vous sera accordé.  Si vous portez beaucoup de fruits, c’est ainsi que mon Père sera glorifié, et que vous serez mes disciples.  Comme le Père m’a aimé, je vous ai aussi aimés.  Demeurez dans mon amour.  Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, de même que j’ai gardé les commandements de mon Père, et que je demeure dans Son amour.  Je vous ai dit ces choses, afin que ma joie soit en vous, et que votre joie soit parfaite.  C’est ici mon commandement ; Aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés. »  (Jean 15:5-10)

« Ce que je vous commande, c’est de vous aimer les uns les autres. » (Jean 15:17)

La graine et le sol

La parabole du semeur nous dit que la graine est la Parole de Dieu.  Nos cœurs sont la terre.  Grâce à cette parabole, et à travers les paroles de Jésus à ses disciples, nous pouvons discerner que notre fruit provient de la parole implantée à la suite de notre séjour en Lui.  Nous demeurons en Lui lorsque nous marchons dans l’Esprit.  Nous gardons la parole et « portons du fruit avec patience ».

Il est intéressant que le mot grec pour demeurer, meno, signifie rester, demeurer, attendre, supporter.  Cette endurance patiente est notre persévérance, non pour être sauvés, car nous sommes déjà sauvés, mais pour recevoir la couronne que Paul dit avoir donnée à tous ceux qui ont aimé l’apparition du Seigneur.

Demeurez en moi.  Restez en moi.  Attendez-moi.  Aimez-moi.  Aimez-vous les uns les autres.

Ses commandements ne sont pas contraignants, contrairement aux commandements des hommes qui, selon les apôtres, « sont sortis de chez  nous » et « vous troublent par des paroles, en troublant vos âmes ».  Notez exactement ce qu’ils disent aux troublés :

« Ayant appris que quelques hommes partis de chez nous, et auxquels nous n’avions donné aucun ordre, vous ont troublés par leurs discours et ont ébranlé vos âmes, nous avons jugé à propos, après nous être réunis tous ensemble, de choisir des délégués et de vous les envoyer avec nos bien-aimés, Barnabas et Paul, ces hommes qui ont exposé leur vie pour le nom de notre Seigneur Jésus-Christ.  Nous avons donc envoyé Jude et Silas, qui vous annoncèrent de leur bouche les mêmes choses.  Car il a paru bon au Saint-Esprit et à nous de ne vous imposer d’autre charge que ce qui est nécessaire, savoir, de vous abstenir des viandes sacrifiées aux idoles, du sang, des animaux étouffés, et de l’impudicité, choses contre lesquelles vous vous trouverez bien de vous tenir en garde.  Adieu. » (Actes 15:24-29)

Les apôtres, les anciens et les frères écrivent pour corriger et réconforter les croyants Gentils.  Tout comme Jésus et Jean ont aussi offert du réconfort …

« Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos.  Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur; Et vous trouverez du repos pour vos âmes.  Car mon joug est doux, et mon fardeau léger. »  Matthieu 11:28-30)

« Nous connaissons que nous aimons les enfants de Dieu, lorsque nous aimons Dieu, et que nous pratiquons ses commandements.  Car l’amour de Dieu consiste à garder ses commandements.  Et ses commandements ne sont pas pénibles, parce que tout ce qui est né de Dieu triomphe du monde, et la victoire qui triomphe du monde, c’est notre foi.  Qui est celui qui a triomphé du monde, sinon celui qui croit que Jésus est le Fils de Dieu ? » (1 Jean 5:2-5)

« Celui qui dit : Je l’ai connu, et qui ne garde pas ses commandements, est un menteur, et la vérité n’est point en lui.  Mais celui qui garde sa parole, l’amour de Dieu est véritablement parfait en lui ; Par là nous savons que nous somme en lui.  Celui qui dit qu’il demeure en lui doit marché aussi comme il a marché lui-même. »  (1 Jean 2:4-6)

« Celui qui garde ses commandements demeure en Dieu, et Dieu en lui ; Et nous connaissons qu’il demeure en nous par l’Esprit qu’il nous a donné. » (1 Jean 3:24)

Même aujourd’hui, il y a ceux parmi nous qui offrent un appel à revenir à la loi. Frères et sœurs, méfiez-vous de cela et soyez forts dans la foi !  Retenez ce que vous avez, et que personne ne prenne votre couronne !  La seule loi que nous sommes bibliquement appelés à accomplir est la loi de l’amour.  Tout ce qui est en plus est une chute, une chute de la grâce

« C’est pour la liberté que Christ nous a affranchis.  Demeurez donc fermes, et ne vous laissez pas mettre de nouveau sous le joug de la servitude.  Voici, moi, Paul, je vous dis que, si vous vous faites circoncire, Christ ne vous servira de rien.  Et je proteste encore une fois à tout homme qui se fait circoncire, qu’il est tenu de pratiquer la loi tout entière.  Vous êtes séparés de Christ, vous tous qui cherchez la justification dans la loi ; Vous êtes déchus de la grâce.  Pour nous, c’est de la foi que nous attendons par l’Esprit, l’espérance de la justice.  Car, en Jésus-Christ, ni la circoncision ni l’incirconcision n’a de valeur, mais la foi qui est agissante par la charité.  Vous couriez bien : Qui vous a arrêtés, pour vous empêcher d’obéir à la vérité ?  Cette influence ne vient pas de celui qui vous appelle.  Un peu de levain fait lever toute la pâte.  J’ai cette confiance en vous, dans le Seigneur, que vous ne penserez pas autrement.  Mais celui qui vous trouble, quel qu’il soit, en portera la peine.  Pour moi, frères, si je prêche encore la circoncision, pourquoi suis-je encore persécuté ?  Le scandale de la croix a donc disparu !  Puissent-ils être retranchés, ceux qui mettent le trouble parmi vous !  Frères, vous avez été appelés à la liberté, seulement ne faites pas de cette liberté un prétexte de vivre selon la chair ; Mais rendez-vous, par la charité, serviteurs les uns des autres.  Car toute la loi est accomplie dans une seule parole, dans celle-ci : Tu aimeras ton prochain comme toi-même.  Mais si vous vous mordez et vous vous dévorez les uns les autres, prenez garde que vous ne soyez détruits les uns par les autres.  Je dis donc : Marchez selon l’Esprit, et vous n’accomplirez pas les désirs de la chair.  Car la chair a des désirs contraires à ceux de l’Esprit, et l’Esprit en a de contraires à ceux de la chair ; Ils sont opposés entre eux, afin que vous ne fassiez point ce que vous voudriez.  Si vous êtes conduits par l’Esprit, vous n’êtes point sous la loi. » (Galates 5:1-18)

Par l’amour, servez-vous les uns les autres.  Car toute la loi est accomplie en une seule parole, même en ceci : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même ».

Jésus a dit : « Car, je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre ne passeront point, il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre, jusqu’à ce que tout soit arrivé. » (Matthieu 5:18)  Remarquez que la loi est accomplie dans, « Tu aimeras ton prochain comme toi-même ».  Le mot grec pour accomplissement signifie « complet ». Jésus nous a montré exactement comment accomplir la loi en nous aimant d’abord, puis, il nous a ordonné d’aimer les autres de la même manière.

« Je vous donne un commandement nouveau : Aimez-vous les uns les autres ; Comme je vous ai aimé, vous aussi, aimez-vous les uns les autres.  À ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres. » (Jean 13:34-35 )

« Si quelqu’un dit : J’aime Dieu, et qu’il haïsse son frère, c’est un menteur, car celui qui n’aime pas son frère qu’il voit, comment peut-il aimer Dieu qu’il ne voit pas ?  Et nous avons de lui ce commandement : Que celui qui aime Dieu aime aussi son frère. » (1 Jean 4:20-21)

L’église de Philadelphie : L’église de la porte ouverte

Bien que ce ne soit pas un point biblique, n’est-il pas intéressant que la ville de Philadelphie, aux États-Unis, soit connue comme « la ville de l’amour fraternel ? »  Quel message secret divin pour nous !  C’est à l’église par ce nom que Jésus, dans Apocalypse 3:7-13, offre les promesses les plus époustouflantes :

« Celui qui vaincra, je ferai de lui une colonne dans le temple de mon Dieu, et il n’en sortira plus ; J’écrirai sur lui le nom de mon Dieu, et le nom de la ville de mon Dieu, de la nouvelle Jérusalem qui descend du ciel d’auprès de mon Dieu, et mon nom nouveau. »  (Apocalypse 3:12-13)

Je n’ai même pas de mots pour exprimer à quel point je désire les bénédictions de ceci.  C’est la récompense promise à ceux qui ont gardé son commandement de persévérer.  Qui ont peu de force, qui ont gardé Sa parole et n’ont pas renié Son nom.  Frères et sœurs dans la foi, nous savons que ce n’est pas une question de salut.  Nous qui avons mis notre confiance dans la mort, l’enterrement et la résurrection de Jésus (1 Corinthiens 15:3-4) ont été sauvés et scellés par le Saint-Esprit (Éphésiens 1:12-14).  C’est à propos de la façon dont nous vivons maintenant que nous sommes sauvés, et à quoi ressemblera la vie éternelle pour nous.  À quoi ressemblera notre existence céleste.  Comment nous vivons nos vies en tant que croyants sur la terre, dans ces corps mortels, détermine (au moins dans une certaine mesure) comment nous vivrons nos vies en présence de Dieu, avec des corps nouveaux et incorruptibles.  J’ai désespérément envie d’être un vaisseau d’honneur, avec un travail qui dure dans le feu !  Ce n’est pas une question de perdre le salut, ou de se voir refuser l’entrée au paradis, mais de savoir comment nous serons bénis pour servir le Seigneur dans notre foyer éternel.

Remarquez comment Paul explique ceci aux Corinthiens :

« Car nous sommes ouvriers avec Dieu.  Vous êtes le champ de Dieu, l’édifice de Dieu.  Selon la grâce de Dieu qui m’a été donnée, j’ai posé le fondement comme un sage architecte, et un autre bâtit dessus.  Mais que chacun prenne garde à la manière dont il bâtit dessus.  Car personne ne peut poser un autre fondement que celui qui a été posé, savoir Jésus-Christ.  Or, si quelqu’un bâtit sur ce fondement avec de l’or, de l’argent, des pierres précieuses, du bois, du foin, du chaume, l’œuvre de chacun sera manifestée ; Car le jour le fera connaître, parce qu’elle se révélera dans le feu, et le feu éprouvera ce qu’est l’œuvre de chacun.  Si l’œuvre bâtie par quelqu’un sur le fondement subsiste, il recevra une récompense.  Si l’œuvre de quelqu’un est consumée, il perdra sa récompense ;  Pour lui, il sera sauvé, mais comme au travers du feu. »  (1 Corinthiens 3:9-15)

Et il donne pratiquement le même message à Timothée :

« Rappelle ces choses, en conjurant devant Dieu qu’on évite les disputes de mots, qui ne servent qu’à la ruine de ceux qui écoutent.  Efforce-toi de te présenter devant Dieu comme un homme éprouvé, un ouvrier qui n’a point à rougir, qui dispense droitement la parole de la vérité.  Évite les discours vains et profanes ; Car ceux qui les tiennent avanceront toujours plus dans l’impiété, et leur parole rongera comme la gangrène.  De ce nombre sont Hyménée et Philète, qui se sont détournés de la vérité, disant que la résurrection est déjà arrivée, et qui renversent la foi de quelques-uns.  Néanmoins, le solide fondement de Dieu reste debout, avec ces paroles qui lui servent de sceau : Le Seigneur connaît ceux qui lui appartiennent ; Et : Quiconque prononce le nom du Seigneur, qu’il s’éloigne de l’iniquité.  Dans une grande maison, il n’y a pas seulement des vases d’or et d’argent, mais il y en a aussi de bois et de terre ; Les uns sont des vases d’honneur, et les autres sont d’un usage vil. » (2 Timothée 2:14-20)

La porte

Notez les belles références à une maison, un bâtiment, une fondation.  Jésus est le fondement et Il est aussi la Porte.  Nous aspirons à son apparition, à ce jour glorieux où il vient nous recevoir et nous emmener dans l’habitation qu’il a préparée pour nous (Jean 14:1-3).  En accord avec ce thème, j’aimerais conclure avec quelques autres passages de la Bible sur la porte ouverte.  Ils ne peuvent pas tous s’appliquer directement à nous dans l’Âge de Grâce, mais, ils nous invitent à une image pleine et lumineuse de notre tendre berger.

« Mais celui qui entre par la porte est le berger des brebis.  Le portier lui ouvre, et les brebis entendent sa voix ; Il appelle par leur nom les brebis qui lui appartiennent, et il les conduit dehors.  Lorsqu’il a fait sortir toutes ses propres brebis, il marche devant elles ; Et les brebis le suivent, parce qu’elles connaissent sa voix.  Elles ne suivront point un étranger ; Mais elles fuiront loin de lui, parce qu’elles ne connaissent pas la voix des étrangers.  Jésus leur dit cette parabole, mais ils ne comprirent pas de quoi  il leur parlait.  Jésus leur dit encore : En vérité, en vérité, je vous le dis, je suis la porte des brebis.  Tous ceux qui sont venus avant moi sont des voleurs et des brigands ; Mais les brebis ne les ont point écoutés.  Je suis la porte.  Si quelqu’un entre par moi, il sera sauvé ; Il entrera et il sortira, et il trouvera des pâturages. » (Jean 10:2-9)

« Jésus traversait les villes et les villages, enseignant, et faisant route vers Jérusalem.  Quelqu’un lui dit : Seigneur, n’y a-t-il que peu de gens qui soient sauvés ?  Il leur répondit : Efforcez-vous d’entrer par la porte étroite.  Car, je vous le dis, beaucoup chercheront à entrer, et ne le pourront pas.  Quand le maître de la maison se sera levé et aura fermé la porte, et que vous, étant dehors, vous commencerez à frapper à la porte, en disant : Seigneur, Seigneur, ouvre-nous !  Il vous répondra : Je ne sais d’où vous êtes.  Alors vous vous mettrez à dire : Nous avons mangé et bu devant toi, et tu as enseigné dans nos rues.  Et il répondra : Je vous le dis, je ne sais d’où vous êtes ; Retirez-vous de moi, vous tous, ouvriers d’iniquité.  C’est là qu’il y aura des pleurs et des grincements de dents, quand vous verrez Abraham, Isaac et Jacob, et tous les prophètes, dans le royaume de Dieu, et que vous serez jetés dehors.  Il en viendra de l’orient et de l’occident, du nord et du midi ; Et ils se mettront à table dans le royaume de Dieu.  Et voici, il y en a des derniers qui seront les premiers, et des premiers qui seront les derniers. » (Luc 13:22-30)

« Pendant qu’elles allaient en acheter, l’époux arriva ; Celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces, et la porte fut fermée.  Plus tard, les autres vierges vinrent, et dirent : Seigneur, Seigneur ouvre-nous.  Mais il répondit : Je vous le dis en vérité, je ne vous connais pas. »  (Matthieu 25:10-12)

« Après cela, je regardai, et voici, une porte était ouverte dans le ciel.  La première voix que j’avais entendue, comme le son d’une trompette, et qui me parlait, dit : Monte ici, et je te ferai voir ce qui doit arriver dans la suite. » (Apocalypse 4:1)

Note sur l’amour final

Bien-aimés du Très-Haut, dans ces derniers jours, le message que j’entends le plus dans mon cœur venant du Saint-Esprit est : « Demeurez en moi. Aimez-moi. Aimez-vous les uns les autres ».

J’ai lutté un peu en sachant comment m’occuper jusqu’à ce qu’Il vienne, mais, cela est devenu plus clair au cours des derniers mois.  Je crois que ce message simple et gracieux qu’Il m’a donné à travers le Saint-Esprit et Sa Parole est la réponse pour cette période.  Demeurez en moi.  Aimez-moi.  Aimez-vous les uns les autres.  Toute la loi est accomplie en cela.  Il nous a tout donné, et c’est avec joie et amour que je l’offre à moi-même comme un sacrifice vivant, ce qui est mon service raisonnable.  Je vous implore d’être de cet avis. Il nous a promis des bénédictions tellement stupéfiantes !  J’avais l’habitude de penser que faire pour recevoir une récompense signifiait que mon cœur était au mauvais endroit, jusqu’à ce qu’Il me montre doucement qu’il s’agit de Sa fidélité.  Il veut que nous le connaissions, et que nous sachions qu’Il est fidèle et garde Sa parole.  Il a établi un modèle de « si-alors » qui, bien que différent pour nous maintenant sous la grâce, est encore révélé dans les récompenses qu’il promet à ceux qui vaincront.

« Ne vous y trompez pas ; On ne se moque pas de Dieu. Ce qu’un homme aura semé, il le moissonnera aussi.  Celui qui sème pour sa chair moissonnera de la chair la corruption ; Mais celui qui sème pour l’Esprit moissonnera de l’Esprit la vie éternelle.  Ne nous lassons pas de faire le bien ; Car nous moissonnerons au temps convenable, si nous ne nous relâchons pas. » (Galates 6:7-9)

“OBÉIS, REÇOIS LA BÉNÉDICTION.  DÉSOBÉIS, REÇOIS LA MALÉDICTION ». (Deutéronome 28)

Il nous a promis toutes ces bonnes choses pour nous qui gardons Sa parole, mais même s’il n’y avait pas de bénédictions ou de récompenses supplémentaires, son amour et son sacrifice et la justice imputée sont plus que suffisants !  Sa bonté et Sa vie abondante me gardent en larmes de gratitude, d’action de grâce et de joie tous les jours.  À cause de Son travail qu’Il a accompli en moi, je veux vivre pour Lui et marcher dans l’Esprit.  C’est mon service raisonnable.  S’il vous plaît soyez encouragés à faire de même !  Le fruit vient quand nous demeurons en Lui.  C’est un honneur de le faire.  C’est un honneur de servir le Messie dans la mort (Romains 6:3, 11) et dans la vie.

« Je vous exhorte donc, frères, par les compassions de Dieu, à offrir vos corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui sera de votre part un culte raisonnable.  Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait. »  (Romains 12:1-2)

« Mais le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance ; La loi n’est pas contre ces choses.  Ceux qui sont à Jésus-Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs.  Si nous vivons par l’Esprit, marchons aussi selon l’Esprit. » (Galates 5:22-25)

Et ainsi, bien-aimés, tenez ferme ce que vous avez, afin que personne ne prenne votre couronne.

« Voici, je viens bientôt, et ma rétribution est avec moi, pour rendre à chacun selon ce qu’est son œuvre. » (Apocalypse 22:12)

Source : Unsealed 

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

Mots clés: , , , , , , , , , , , , ,



Back to Top ↑
  • VISITES


  • Donation pour HESTHELAMB

    Pleins Feux sur l'Heure Juste, bénéficie du ministère de HESTHELAMB, et nous voudrions l'aider aussi financièrement.
    Ces vidéos produites demandent beaucoup d'investissement et désirons vous partager ce besoin.
    Merci pour votre soutien !

  • Conférence 2018

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence 2015 et 2012




Real Time Web Analytics