ALORS QUE LE CANADA ÉLARGIT SON PROGRAMME D’EUTHANASIE, QU’EN DIT LA TRADITION BIBLIQUE ?

Vie ou mort_01

Partager avec les autres

Quiconque verse le sang de l’homme, Par l’homme son sang sera versé; Car à son image Hachem a-t-il fait l’homme.    Genèse 9:6 (la bible d’Israël)

Adam Eliyahou Berkowitz – le 13 novembre 2022

Programme d’euthanasie

Dans un geste controversé, le Canada élargit son programme d’euthanasie financé par le gouvernement pour inclure les malades mentaux. Dans le même temps, les parlementaires écossais sont priés d’incorporer une « capsule suicide » qui permettrait aux gens de mettre fin à leurs jours de manière autonome. Alors que les gouvernements et les autorités médicales débattent de l’éthique, les rabbins conviennent que la loi juive stipule sans équivoque que, dans toutes les conditions, mettre fin à une vie est un meurtre. 

« Personne ne peut être le maître de la vie ; pas le sien et certainement pas celui de quelqu’un d’autre », a déclaré le rabbin Moshe Avraham Halperin du Science and Technology Torah Law Institute .

Le programme canadien d’euthanasie volontaire appelé Aide médicale à mourir AMM ) est devenu légal en 2016. Le programme fait partie du système de santé canadien. Pour bénéficier de l’euthanasie, les patients éprouvant des souffrances intolérables doivent signer une demande écrite exprimant leur souhait de mettre fin à leurs jours. En 2021, plus de 10 000 personnes ont choisi l’euthanasie, une augmentation de plus de 32 % par rapport à l’année précédente, ce qui représente 3,3 % de tous les décès au Canada. 

Selon le dernier rapport sur l’aide médicale à mourir de Santé Canada, 17,3 % des personnes ont également cité « l’isolement ou la solitude » comme raison de vouloir mourir. Dans 35,7 % des cas, les patients pensaient qu’ils étaient un « fardeau pour la famille, les amis ou les soignants ».

La loi a été modifiée pour rendre le programme accessible aux personnes dont le décès n’est pas médicalement prévisible. Il a également été modifié pour inclure les personnes atteintes de démence qui pourraient ne pas être en mesure de comprendre les implications de leur décision. La décision d’accéder au suicide médicalement assisté concernera également les personnes dont le seul problème médical est un problème mental. Cet amendement entrera en vigueur l’année prochaine. 

Cet addendum a été cité comme étant moralement ambigu. Le mois dernier, Amir Farsoud, qui vit à St Catharines, a demandé l’euthanasie, citant les maux de dos comme principal problème de santé. Mais sa principale motivation pour la demande était la peur de l’itinérance. Farsoud dépend de l’aide sociale et vit dans une maison en colocation mise sur le marché par son propriétaire. Il dit qu’il ne trouve pas de logement abordable. 

“Je ne veux pas mourir mais je ne veux pas être sans abri plus que je ne veux pas mourir”, a-t-il déclaré à BioEdge . « Je sais, dans mon état de santé actuel, je n’y survivrais pas de toute façon. Ce ne serait pas du tout une attente digne, donc si cela devient mes deux options, c’est à peu près une évidence.

En 2019, Alan Nichols, un homme de 61 ans qui était dépressif et qui aurait été suicidaire, a soumis une demande d’euthanasie, inscrivant la perte auditive comme l’état de santé menant à sa demande, selon un rapport de l’Associated Press. Sa demande a été exécutée malgré des questions sur sa capacité mentale à comprendre les implications.

Aux Pays- Bas , où un quart de tous les décès sont désormais dus au suicide assisté, l’euthanasie est utilisée pour les bébés de moins d’un an présentant des “déformations graves” et des “syndromes médicaux très graves”. Les médecins du Canada font pression pour que le système de santé adopte cette politique. 

L’euthanasie, où les médecins utilisent des drogues pour tuer des patients, est légale dans sept pays – Belgique, Canada, Colombie, Luxembourg, Pays-Bas, Nouvelle-Zélande et Espagne – ainsi que dans plusieurs États d’Australie. D’autres pays, dont plusieurs États américains, autorisent le suicide assisté – dans lequel les patients prennent eux-mêmes le médicament mortel, généralement dans une boisson prescrite par un médecin.

Tous les pays qui ont légalisé l’euthanasie ont des soins de santé universels financés par le gouvernement . 

Mais les services d’euthanasie se développent. Le Dr Philip Nitschke, un médecin suisse qui a fondé le groupe pro-euthanasie Exit International, a récemment demandé aux membres du gouvernement écossais d’adopter des capsules imprimées en 3D pour le suicide assisté. Les “pods Sarco” permettraient aux utilisateurs d’être enfermés dans une chambre hermétique qui est ensuite remplie d’azote gazeux, les rendant inconscients en une minute et morts en dix minutes. L’utilisateur appuierait sur un bouton pour libérer le gaz, mais la nacelle comporte également un bouton d’arrêt d’urgence et une trappe d’évacuation. 

Bien que le programme canadien soit décrit comme « Mourir dans la dignité », le gouvernement a un intérêt financier à promouvoir le suicide médicalement assisté. Selon une étude publiée dans le Journal de l’Association médicale canadienne, l’aide médicale à mourir pourrait réduire les dépenses annuelles en soins de santé à l’échelle du pays de 34,7 à 136,8 millions de dollars. 

Cet intérêt économique crée des dilemmes moraux. Roger Foley, un homme de 47 ans souffrant d’ataxie cérébelleuse, une maladie qui s’attaque au cerveau et aux muscles, affirme que le personnel médical de l’hôpital Victoria, un centre principalement financé par le gouvernement en Ontario, l’a encouragé à participer au programme MAiD. Foley est alité depuis six ans et a besoin d’une assistance continue pour manger, se laver et s’asseoir.

“Ils m’ont demandé si je voulais une mort assistée”, a déclaré Foley au NY Post . “Je ne sais pas. On m’a dit que je serais facturé 1 800 $ par jour [pour les soins hospitaliers]. J’ai 2 millions de dollars de factures. Les infirmières ici m’ont dit que je devais mettre fin à mes jours. Cela m’a choqué.

Foley a intenté une action en justice contre l’hôpital sur la base de ces allégations. 

Les suicides assistés sont interdits par la loi Noahide qui interdit l’effusion de sang. Ceci est basé sur un verset de la Genèse.

Quiconque verse le sang de l’homme, Par l’homme son sang sera versé; Car à son image Hachem a-t-il fait l’homme. Genèse 9:6

Le rabbin Halperin , dont le Science and Technology Torah Law Institute étudie la technologie moderne dans un cadre religieux juif , a expliqué comment la loi juive se rapporte à l’euthanasie. 

“Dans le judaïsme, il n’y a pas de différence entre la morale et la loi de la Torah”, a déclaré le rabbin Halperin. « Ce que d’autres appellent la moralité, c’est la façon dont les Juifs servent Dieu. Cela inclut en particulier les décisions difficiles de vie ou de mort, ce que nous appelons le caractère sacré de la vie. La vie est sainte, la chose la plus sainte du monde, car c’est par la vie que nous servons Dieu.

Le rabbin Halperin a expliqué que la décision de mettre fin à la vie n’était pas du ressort des humains.

“La vie appartient à Dieu et il est le seul à décider quand elle commence et quand elle se termine”, a-t-il fait remarquer. “Ainsi, même une personne qui est dans un état végétatif, son âme étant dans le monde augmente la Gloire du Ciel qui est dans le monde.”

Le rabbin a expliqué qu’en choisissant de prendre une vie, l’homme non seulement “joue à Dieu, mais usurpe en fait la royauté de Dieu”.

“La moralité qui n’est pas basée sur la Torah est sélective, plaçant l’homme au sommet, dans le rôle de prise de décision”, a déclaré le rabbin Halperin. « Une personne peut détruire ses propres biens ou dire à quelqu’un d’autre de les détruire parce que c’est son bien dont il fait ce qu’il veut. Dans la morale sélective, si un homme choisit de mettre fin à sa vie, puisque c’est sa vie, il est dans son droit de le faire.

“Mais si vous croyez que l’essence de la vie est l’âme qui a été placée là par Dieu, et qui lui appartient, fait partie de lui, alors prendre la vie est le pire crime possible.”

Le rabbin Halperin a expliqué que la loi juive était claire sur cette question sans zones grises.

“Il est absolument interdit, sous quelque condition que ce soit, de retirer quelqu’un des mesures de sauvetage, même s’il souffre, même s’il le demande”, a-t-il déclaré. « De même, il est interdit de refuser un traitement normal, ou de la nourriture et de l’eau, et des médicaments, qui prolongeront sa vie. Ces choses sont des meurtres, purement et simplement. Vous pouvez prier pour que ses souffrances cessent, mais vous ne pouvez pas y mettre fin activement.

“Si une personne a une chance de vivre après une réanimation ou une RCR, même si elle sera handicapée, alors tous les efforts doivent être faits pour allonger sa vie”, a-t-il ajouté. “Mais s’il n’y a aucune chance pour lui de revenir à la vie, s’il ne reviendra certainement jamais à la conscience, alors il n’est pas nécessaire de réanimer la personne.”

Source

Traduit par PLEINSFEUX

close

Ne manquez rien !

Rejoignez les nouvelles de PleinsFeux.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables !
En savoir plus dans notre politique de confidentialité

Translate »