Vatican

Publié le 01 mars, 2020 | par Equipe de Pleinsfeux

0

ARCHIVES DU PAPE PIE XII

Le Vatican annonce qu’il ouvrira ses archives du Pape Pie XII qui a permis à l’Allemagne nazie de tuer des millions de juifs et n’a rien fait pour les arrêter.

Par Geoffrey Grider – Le 24 février 2020

Le Pape Pie XII est un personnage qui a échoué à plusieurs reprises à prendre une position ferme contre Hitler ou en faveur des Juifs.  Pour ses défenseurs, il était un chef spirituel qui a fait de son mieux pour travailler en silence pour protéger les catholiques romains et pour permettre à ses représentants d’opérer en secret pour aider ceux qui en avaient besoin.  Le rôle du pape vis-à-vis des régimes nazi et fasciste, et l’extermination des juifs, ont été au centre de nombreux conflits au fil des ans.  Ces conflits ont souvent transcendé les frontières de la recherche historique.  Étant donné que certains des documents ont été rendus accessibles auparavant, il reste à voir si la décision du Vatican aidera à résoudre la controverse.

Des chercheurs du monde entier attendent le 2 mars, lorsque, après des décennies de demandes, le Vatican ouvrira ses archives sur le pontificat du Pape Pie XII.

N’êtes-vous pas heureux qu’en tant que lecteur régulier de NowTheEndBegins, vous connaissiez la vérité bien avant les médias grand public qui peuvent ou non décider de vous les donner ?  Nous vous avons dit l’année dernière comment le Pape Pie XII a travaillé pour permettre à Adolf Hitler de mener à bien son plan démoniaque de tuer toute la race des Juifs en Europe.  Non seulement cela, le Pape Pie XII a également permis à Hitler de se débarrasser de la population catholique allemande.  Salut les catholiques romains, et les pommes ?  Pensez-vous toujours que le pape, n’importe quel pape, est le « Vicaire du Christ » ?

« Et il me transporta en esprit dans un désert.  Et je vis une femme assise sur une bête écarlate, pleine de noms de blasphème, ayant sept têtes et dix cornes.  Cette femme était vêtue de pourpre et d’écarlate, et parée d’or, de pierres précieuses et de perles.  Elle tenait dans sa main une coupe d’or, remplie d’abominations et des impuretés de sa prostitution.  Sur son front était écrit un nom, un mystère : Babylone la grande, la mère des impudiques et des abominations de la terre. »   (Apocalypse 17:3-5)

Le gros con que le Vatican essaie actuellement de retirer admet que oui, il y a eu des abus dans le passé, mais cela ne se produit pas aujourd’hui.  Ils sont prêts à admettre un peu de « transgression ecclésiastique », mais c’est tout dans le passé, donc, ça n’a pas vraiment d’importance.  Jusqu’en 2020 où le Pape François ment et couvre les prêtres pédophiles tout en bénissant les catholiques païens en Amazonie et en approuvant son approbation du culte de Gaïa.  Non seulement cela, il a changé le nom des archives secrètes du Saint-Siège pour rendre son lien avec les nazis plus difficile à repérer.

Ce Pape François est une petite abeille occupée, et lorsque le Vatican publiera les documents du Pape Pie XII, le 2 mars, je m’attends à ce qu’il ne devienne plus occupé.

Le Vatican ouvrira ses archives sur le pontificat du Pape Pie XII et son refus d’aider à sauver les Juifs.

DU JÉRUSALEM POST : Pour ses détracteurs, le Pape Pie XII est une figure qui a échoué à plusieurs reprises à prendre une position ferme contre Hitler ou en faveur des Juifs.  Pour ses défenseurs, il était un chef spirituel qui a fait de son mieux pour travailler en silence afin de protéger les catholiques romains et de permettre à ses représentants d’opérer en secret pour aider ceux qui en avaient besoin.

Le rôle du pape vis-à-vis des régimes nazi et fasciste, et l’extermination des juifs, a été au centre de nombreux conflits au fil des ans.  Ces conflits ont souvent transcendé les frontières de la recherche historique.

Étant donné que certains des documents ont été rendus accessibles auparavant, il reste à voir si la décision du Vatican contribuera à résoudre la controverse.

« Je crois que l’ouverture des archives est un geste symbolique, je doute qu’il apportera des changements significatifs à ce qui est connu », a déclaré le professeur Manuela Consonni, directeur des études sur l’Holocauste au Département d’histoire juive et de la communauté juive contemporaine de l’Université hébraïque de Jérusalem, a-t-il déclaré au Jerusalem Post.  « Je ne dis pas que rien d’intéressant n’en sortira », a-t-elle déclaré.  « Je pense que nous trouverons des documents qui appuieront mieux ce que nous savons de lui. »

Consonni a déclaré qu’une partie de la raison pour laquelle l’église n’a pas pris une position plus ferme contre le nazisme et le fascisme était qu’elle ressentait plus d’affinité avec ces régimes qu’avec le communisme, qu’elle considérait comme un plus grand danger.

« Je ne crois pas que Pie XII voulait que les Juifs soient anéantis », a-t-elle dit.  « Il était silencieux parce qu’il était indifférent, parce qu’il n’était pas tellement intéressé.  Même si les érudits devaient découvrir qu’il a secrètement fait plus que ce que nous savons jusqu’à présent, cela ne change rien à la situation : En tant que pape, il aurait dû élever la voix publiquement.  C’était son devoir moral. »

Iael Nidam-Orvieto, directeur de l’Institut international de recherche sur l’Holocauste à Yad Vashem, s’est déclaré satisfait des possibilités offertes aux chercheurs par l’ouverture des archives.

« Toutes les recherches qui ont été effectuées jusqu’à présent sur Pie XII ont été basées sur des documents très limités, alors que les historiens n’avaient pas accès à l’essentiel des documents », a-t-elle déclaré au Post.   « Par conséquent, nous pouvons dire que notre perspicacité sur un sujet aussi controversé n’a été que partielle.  Pour cette raison, je pense que c’est une étape très importante. »

Nidam-Orvieto a déclaré qu’il faudra de nombreuses années pour parvenir à une image plus complète.  « La recherche est un long processus », a-t-elle déclaré.  « Nous devrons attendre et voir.  Je pense aussi, comme beaucoup d’autres, que nous n’allons pas trouver de document révolutionnaire », a-t-elle déclaré.  « Je ne pense pas que l’histoire se fasse à travers de telles choses, mais plutôt, à travers de vastes masses de matériel qui permettent une meilleure compréhension ».

Les archives permettront aux historiens d’apporter un éclairage nouveau sur des questions telles que les politiques et stratégies du pape, a déclaré Nidam-Orvieto, ainsi que ses relations avec les ordres religieux et les émissaires dans différents pays et la situation dans ces pays.

« Tous ces sujets sont cruciaux et de nouvelles questions seront également ouvertes », a-t-elle déclaré.  « Pie XII est un personnage controversé, et cela ne va pas disparaître.  Mais, nous allons être beaucoup plus informés. »

La question de savoir comment le pape a agi pendant l’Holocauste n’est pas seulement importante pour les chercheurs.

Le 16 octobre 1943, les nazis ont attaqué le quartier juif de Rome et arrêté plus de 1000 personnes.  Beaucoup espéraient que Pie XII pourrait intervenir en faveur des Juifs locaux pour empêcher leur déportation.  Il ne l’a pas fait.  C’est pourquoi pour les Juifs de Rome, qui vivent et prospèrent toujours autour de la même place où leurs parents et grands-parents ont été rassemblés, ce n’est pas seulement une question de recherche historique, a déclaré le chef rabbin Riccardo Di Segni à Rome.

« Les Juifs de Rome ont vécu sous le règne du pape pendant des     siècles », a-t-il déclaré.  « Ils s’en sont débarrassés en 1870.  Mais, il y a toujours eu une relation très particulière, qui a atteint son point culminant sous l’occupation nazie. »  Un autre millier de Juifs ont été arrêtés dans les mois qui ont suivi le raid du 16 octobre, a-t-il ajouté.

« Plus de 2000 personnes ont été expulsées de Rome et, comme chacun le sait, le Vatican n’a jamais protesté », a déclaré Di Segni.  « En même temps, les monastères et les couvents ont ouvert leurs portes aux Juifs.  Le comportement de l’église était ambigu.  Cela a provoqué de très fortes réactions parmi les Juifs romains, laissant de côté la question de ce que le pape a fait ou n’a pas fait pendant la Shoah en général. »  Di Segni dépeint Pie XII comme une figure « grise ».

« Il y a ceux qui veulent faire de lui un saint et ceux qui le considèrent comme une figure complètement négative », a-t-il déclaré.  « Je pense que sa personnalité et son histoire sont très controversées, et le gris est donc la couleur la plus adaptée pour le décrire ».

Cependant, Di Segni a déclaré qu’un aspect moins discuté du pontificat de Pie XII s’est révélé beaucoup plus clair : L’attitude du pape envers le peuple juif après la guerre et jusqu’à sa mort en 1958, période à partir de laquelle des documents vont également être rendu public par le Vatican.

« Les problèmes autour de Pie XII n’ont pas pris fin avec la guerre », a-t-il déclaré au Post.  « Par la suite, il a agi d’une manière qui a révélé très peu de sympathie, sinon d’hostilité, envers le peuple juif dans de nombreuses circonstances.  Il n’a pas autorisé la restitution des enfants juifs baptisés qui avaient été cachés dans des couvents, n’a manifesté aucun soutien pour la fondation de l’État d’Israël, n’a pas été réceptif à ceux de l’église qui reconsidéraient l’enseignement du mépris contre les Juifs, ni à l’idée d’abolir l’expression « mauvais juifs » de la liturgie. »

Source: Now The End Begins 

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

 

Mots clés: , , , , , , , , ,



Back to Top ↑
  • VISITES


  • Conférence 2020

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence à venir


Real Time Web Analytics