Prophéties

Publié le 15 février, 2021 | par Equipe de Pleinsfeux

0

AU-DELÀ DE LA COVID

Par Michael Snyder – Le 11 février 2021

De nouvelles pestes éclatent partout dans le monde.

Avez-vous entendu parler de l’éclosion de la nouvelle « maladie mystérieuse » en Tanzanie ?  Qu’en est-il de la nouvelle flambée alarmante au Congo ?

Les nouveaux développements en Afrique du Sud font également la une des journaux du monde entier.  Malgré toutes nos technologies de pointe, l’humanité reste extrêmement vulnérable aux flambées de maladies, et beaucoup croient que la pandémie de la COVID n’est qu’un début.

De redoutables nouveaux bugs sont constamment cuits dans les laboratoires partout sur la planète, et il est inévitable qu’il n’y ait plus « d’accidents » qui entraînent plus de ces bugs de se libérer à l’avenir.

Comme nous l’avons vu, un seul virus peut se propager rapidement dans le monde entier, et ce n’est qu’une question de temps avant qu’une pandémie nouvelle anéantisse des dizaines de millions de personnes.

C’est un sujet brûlant pour moi, et je suis donc constamment à l’affût des nouvelles sources d’information sur les nouveaux fléaux qui pourraient apparaître.  Il va sans dire que lorsque les nouvelles concernant une nouvelle « maladie mystérieuse » en Tanzanie ont commencé à sortir, cela a tout de suite attiré mon attention…

Une maladie mystérieuse qui entraîne des patients à vomir du sang a tué au moins 15 personnes en Tanzanie, ont dit les fonctionnaires.

Plus de 50 personnes ont été hospitalisées dans le sud du pays en raison d’un état non identifié qui provoque également des nausées chez les malades.

Les autorités tanzaniennes ne savent pas ce qui fait vomir du sang et mourir.

Mais, ils ont suspendu le médecin qui a d’abord signalé cette épidémie pour        « avoir causé la panique »…

La Tanzanie a suspendu un médecin qui a signalé qu’une maladie mystérieuse avait tué 15 personnes dans le pays et causé des gens à vomir du sang.

Felista Kisandu, médecin en chef du district de Chunya, avait décrit comment les patients « vomissent du sang et meurent quand ils arrivent à l’hôpital   tard » dans un épisode inexpliqué de maladie qui aurait touché plus de 50 personnes.

À ce stade, les responsables insistent sur le fait qu’il n’y aura pas d’épidémie plus large, mais, bien sûr, la Tanzanie voudrait aussi nous faire croire que la COVID n’existe pas dans leur pays lorsqu’il y a énormément de preuves du contraire.

Jusqu’à présent, cette nouvelle maladie mystérieuse ne semble pas correspondre au type de pandémie mortelle que j’ai décrite dans mon dernier livre, mais nous continuerons à surveiller la situation.

Pendant ce temps, une nouvelle épidémie d’Ebola au Congo est en train de créer une énorme inquiétude…

Les autorités sanitaires congolaises ont confirmé dimanche une nouvelle flambée d’Ebola dans l’est du pays, la quatrième en moins de trois ans.  Le 3 février, une femme est morte dans la ville de Butembo, dans la province du Nord-Kivu, a annoncé la ministre de la Santé Eteni Longondo.

La femme du village voisin de Biena s’est sentie malade pendant quelques jours avant d’y être testée dans une clinique.  Elle s’est ensuite rendue à l’hôpital de Butembo, mais est décédée avant de recevoir les résultats.  Le gouvernement a commencé à retrouver tous ceux qui sont entrés en contact avec elle pour essayer « d’éradiquer l’épidémie dès que possible », a déclaré Longondo.

Mais, bien sûr, Ebola pourrait muter à tout moment.

En parlant de mutations, le nombre de cas de « SUPER COVID » aux États-Unis semble « doubler environ tous les 10 jours »…

Les cas de la variante « super COVID » originaire du Royaume-Uni se propagent rapidement à travers les États-Unis, selon une nouvelle étude.

Les chercheurs estiment que la variante, connue sous le nom de B 1.1.7., est entre 35 pour cent et 45 pour cent plus transmissible que les souches observées plus tôt dans la pandémie.

En raison de sa nature plus contagieuse, les infections de la variante aux États-Unis semblent doubler environ tous les 10 jours.

Certains experts de la santé croient que cela causera la plus grande vague de COVID que nous ayons vu jusqu’à présent, mais d’autres contestent cette affirmation.

La variante COVID qui est sortie d’Afrique du Sud est encore plus préoccupante.  À l’heure actuelle, des cas confirmés de cette variante ont été identifiés dans trois états différents…

La variante du coronavirus en Afrique du Sud a été identifiée en Virginie, le troisième état à signaler un cas de variante B.1.351, selon les données du 7 février des CDC.  Le Maryland et la Caroline du Sud ont également signalé des cas de la variante, ce qui porte le total de la nation à six cas connus.

L’une des raisons pour lesquelles la variante sud-africaine suscite tant d’inquiétude est que les vaccins semblent être de peu d’utilité contre elle.

En fait, l’Afrique du Sud vient de suspendre toute sa campagne de vaccination après la sortie des résultats d’une nouvelle étude choquante…

L’Afrique du Sud a suspendu dimanche sa campagne de vaccination contre la COVID-19 après qu’une nouvelle étude a révélé que le vaccin AstraZeneca est moins efficace contre une variante du virus trouvé dans le pays.

L’Organisation Mondiale de la Santé tient lundi une réunion sur les derniers développements en Afrique du Sud.

Si la souche sud-africaine devient dominante sur toute la planète, ce sera un cauchemar complet et total pour les autorités sanitaires mondiales.

Et, on nous dit que la COVID va continuer à muter dans les années à venir. C’est une maladie qui ne va tout simplement pas être éradiquée, et même le Wall Street Journal admet que ce virus pourrait être avec nous pendant des « décennies »…

Les gouvernements et les entreprises acceptent de plus en plus ce que les épidémiologistes ont longtemps averti : L’agent pathogène circulera pendant des années, voire des décennies, laissant la société coexister avec la Covid-19 tout comme elle le fait avec d’autres maladies endémiques comme la grippe, la rougeole et le VIH.

Ainsi, ceux qui s’attendaient à ce que leur vie « revienne à la normale » vont être profondément déçus. 

Thomas Frieden, l’ancien directeur de la CDC, dit que « nous devons arriver à la phase d’acceptation que nos vies ne vont plus être les mêmes »…

La facilité avec laquelle le coronavirus se propage, l’émergence de nouvelles souches et un accès limité aux vaccins dans de grandes parties du monde signifient que la Covid-19 pourrait passer d’une maladie pandémique à une maladie endémique, ce qui impliquerait des modifications durables du comportement personnel et sociétal, selon les épidémiologistes.

« En passant par les cinq phases du deuil, nous devons arriver à la phase d’acceptation que nos vies ne seront plus les mêmes », a déclaré Thomas Frieden, ancien directeur des Centres de Contrôle et de Prévention des Maladies des États-Unis.  « Je ne pense pas que le monde ait vraiment absorbé le fait qu’il s’agit de changements à long terme. »

Mais ce que Frieden et d’autres experts ne semblent pas réaliser, c’est que cette pandémie de la Covid n’est pas le pire des scénarios.

Des pandémies qui sont bien pires arrivent inévitablement, et elles anéantiront des dizaines de millions de personnes.

Nous sommes maintenant entrés dans une ère de pandémies mortelles, et la société va être complètement bouleversée en conséquence.

Source: Prophecy News Watch 

 Traduit par PLEINSFEUX.ORG

Mots clés: , , , , , , , , ,



Back to Top ↑
  • VISITES


  • LES SECRETS DE L’ATLANTIDE 2021

  • Conférence 2020

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction


Real Time Web Analytics