Trafic Humain

Publié le 22 avril, 2021 | par Equipe de Pleinsfeux

0

 AVORTEMENT

Le gouvernement fédéral surpris en train d’acheter de la chair « fraîche » de bébés avortés qui auraient pu survivre en tant que prématurés.
Les Américains devraient être indignés que leur gouvernement participe à l’opération de traite des êtres humains à grande échelle qui a créé un marché pour le prélèvement d’organes d’enfants assassinés.

Par Edie Heipel – Le 15 avril 2021

Cet article contient des informations inquiétantes sur le démembrement humain.

La semaine dernière, le groupe de responsabilité juridique Judicial Watch a lancé une bombe : Un rapport de près de 600 pages prouvant que le gouvernement américain achetait et trafiquait des parties des corps de bébés  « fraîchement » avortées.  Ces parties des corps, achetées par la Food and Drug Administration des États-Unis pour « humaniser » les souris et tester des médicaments biologiques dans le cadre d’expériences scientifiques, provenaient de bébés jusqu’à 24 semaines de gestation, à quelques semaines de leur naissance.

Alors que les Américains peuvent être habitués à entendre des pro-vies battre le tambour d’avertissement sur les groupes d’avortement qui récoltent des corps de bébé et les vendent à des fins de recherche, (qui n’a pas entendu parler du procès contre David Daleiden, qui a exposé le marchandage de Planned Parenthood sur les poumons et le foie des bébés à des dîners ?) cette fois, c’est le gouvernement américain qui faisait le trafic de pièces de bébé.

Des courriels récents découverts par Judicial Watch entre des employés de la FDA et la base californienne Advanced Bioscience Resources (ABR) prouvent que l’agence a dépensé des dizaines de milliers de dollars pour acheter des bébés avortés pour des expériences scientifiques contraires à l’éthique entre 2012 et 2018.  En 2018, l’administration Trump a mis fin au contrat, arrêtant la recherche gouvernementale sur les tissus fœtaux en raison de préoccupations que les contrats étaient illégaux.  La nouvelle demande FOIA de Judicial Watch ajoute 575 pages de documents à son procès en 2019 contre l’agence.

Pris la main dans le sac

Ce n’est pas la première fois qu’ABR est sous les projecteurs, car la société faisait l’objet d’une enquête du Congrès pour son implication de longue date dans le trafic de tissus fœtaux.  L’une des plus anciennes sociétés d’approvisionnement en tissus fœtaux, la société gagne des millions chaque année en prélevant des organes comme les poumons, le foie, les globes oculaires et le cerveau de bébés avortés et en les revendant à profit.

Les courriels entre les fonctionnaires de la FDA et les employés d’ABR révèlent des conversations troublantes alors qu’ils collaborent pour acheter et vendre des fœtus avortés.  Les dossiers indiquent que l’ABR a été payé $12.000 d’avance par des bébés, certains survivants hors de l’utérus, entre l’âge gestationnel de 16 à 24 semaines.  La plupart des achats concernent des thymus et des foies intacts expédiés « frais ; sur de la glace mouillée ». »

Avec la dureté de cueillir un morceau de viande dans une boucherie, un médecin de la FDA demande que des échantillons de tissus soient prélevés sur un bébé garçon, comme ils le prétendent : « Il est fortement préférable d’avoir un fœtus masculin si cela est possible … mais, des sexes indéterminés ou des femelles valent mieux que pas de tissu ».  

Encore plus consternant est un employé de l’ABR se plaignant de la difficulté d’identifier le sexe des bébés avortés.  « Nous vérifions uniquement les organes génitaux externes et si ce n’est pas là… nous n’avons aucun moyen de le dire ».  Le fait que les techniciens soient incapables d’identifier le sexe des bébés avortés n’est pas une surprise pour ceux qui connaissent la nature barbare des procédures d’avortement, qui obligent le personnel de la clinique à rassembler les restes mutilés de bébés après que leurs membres et leurs organes aient été déchirés.

Comme si ces commandes occasionnelles n’étaient pas assez horribles, de plus en plus de courriels confirment que la FDA a acheté des organes de bébés qui ont été avortés bien après 20 semaines de gestation, après le temps où un bébé peut généralement survivre en dehors de l’utérus.  Si rien d’autre, cela confirme la réalité des avortements tardifs aux États-Unis, ce que les pom-pom girls pro-avortement ont nié pendant des décennies.

Lorsqu’un employé de l’ABR a rassuré la FDA qu’ils travaillaient avec des médecins qui pratiquaient des avortements tardifs, il a admis que certains tissus étaient inutilisables suite à une procédure qui injectait un poison appelé digoxine au bébé, détruisant ses cellules et ses tissus.  Une fois que le produit chimique a fait son travail, un bébé intact et mort est mis au monde.  Cette méthode rend les échantillons de tissus fœtaux inutilisables dans les expériences ; Avec la digoxine hors de la table, la probabilité d’avoir recours à des avortements par naissance partielle est incroyablement élevée.

Source: The Federalist 

Traduit par PLEINSFEUX.ORG 

Nouveau-né en soins intensif adore Dieu quand sa maman chante ce cantique !

 

Mots clés: , , , , , , , , , , , , , ,



Back to Top ↑
  • VISITES


  • LES SECRETS DE L’ATLANTIDE 2021

  • Conférence 2020

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction


Real Time Web Analytics