BIDEN ET POUTINE

BIDEN ET POUTINE

Partager avec les autres

La lutte pour une « réinitialisation » mondiale.

Par Wallace B. Henley – Le 23 mars 2022

  • « Ma mère avait une expression : De tout ce qui est terrible, quelque chose de bien peut arriver », a récemment déclaré Joe Biden à un groupe de Business Roundtable. « Je pense que cela nous offre des opportunités importantes d’apporter de réels changements », a poursuivi Biden.

Ce qu’il avait en tête, c’était la possibilité d’une « réinitialisation » mondiale.

En fait, pense Biden, « le monde entier est à un « point d’inflexion » », qu’il décrit comme une période d’opportunité et de redéfinition qui survient au milieu d’une crise toutes les trois ou quatre générations.

Vladimir Poutine serait probablement d’accord. Le philosophe Alexander Dugin, peut-être le conseiller politique le plus proche de Poutine, parfois appelé « le cerveau de Poutine », a déclaré, à propos de la guerre avec l’Ukraine, « la Russie est destinée à gagner… Nous n’avons pas d’autre choix… C’est une menace existentielle pour nous, alors la victoire est notre seul choix ».

Il pense que la lutte pour l’Ukraine est une lutte contre « l’hégémonie (domination) américaine et les élites libérales mondiales qui tentent de conquérir le monde ».

Dugin, et, on suppose, Poutine aussi, y voit un nouveau totalitarisme auquel il faut résister.

Mais, la réponse n’est pas plus dans le despotisme de l’un que dans l’élitisme de quelques-uns.

Ce regard vers le bas nous a ramenés une fois de plus à l’ère critique où la civilisation elle-même est en jeu.

Une étude approfondie de l’histoire montre que, comme il y a des motifs dans une grande composition musicale, il y a aussi des motifs qui traversent l’opus du temps fini (Mark Twain l’appelait le temps « rimant »). L’un de ces thèmes récurrents dans l’histoire est le motif du destructeur-livreur.

Dans chaque génération, il y a un destructeur qui surgit apparemment de nulle part dont le but est une conquête et la re-configuration de l’ordre mondial. Mais un libérateur arrive sur les lieux pour s’opposer au destructeur.

En écrivant le livre, Dieu et Churchill, avec l’arrière-petit-fils de Sir Winston Churchill, le regretté Jonathan Sandys, j’en suis venu à une compréhension élargie de la façon dont Churchill considérait les problèmes civilisationnels en jeu à son époque : C’était soit la prise en charge par la vision du monde fasciste, ou les libertés et croyances de la civilisation judéo-chrétienne, dans lesquelles, disait Churchill, « réside tout ce qui rend l’existence précieuse à l’homme ».

Une civilisation, comme le suggère l’étymologie du mot, tourne autour de ses villes. Lucifer-Apollyon, le destructeur ultime, veut faire tomber les villes, selon le prophète Ésaïe (Ésaïe 14). Jérémie a également vu l’importance de la ville et a déclaré que les gens devraient rechercher le bien-être de la ville où ils vivent en tant qu’indigènes, ou par hasard, car dans son bien-être ses habitants auront le bien-être (Jérémie 29:7).

Les civilisations sont fragiles, écrivait Christopher Dawson. Malcolm Muggeridge a dit qu’ils « croissent et décroissent »… et « le monde est plein des débris des civilisations passées ». Muggeridge est allé droit au cœur spirituel de la question : « La nature humaine déchue est la coupable… c’est dans la nature de l’homme et de tout ce qu’il construit de périr, et il doit toujours en être ainsi ».

Arnold Toynbee a retracé le développement et la décadence de 19 civilisations historiques qui sont allées et venues. Les étapes par lesquelles ils sont tous passés étaient la genèse, la croissance, le temps des troubles, l’état universel et enfin la désintégration.

Il semblerait que la lutte porte maintenant sur le développement et la domination de « l’état universel ». Sera-ce la merveille « libérale » envisagée par Joe Biden, ou le système mondial sous la domination du nouvel état russe, restauré à la gloire grâce à la direction de Poutine.

Mais, si l’objectif est de ramener le monde sous la « gloire » d’un Nouvel Ordre Mondial créé par l’homme, les guerres seront inévitables.

Joe Biden et Vladimir Poutine prétendent tous deux croire au Dieu révélé dans la Bible, et tous deux font appel à lui. Le monde serait plus en sécurité s’il lisait les œuvres d’un autre croyant, Saint Augustin, et surtout son livre, La Cité de Dieu, où il écrit : « Les corps des animaux irrationnels sont courbés vers le sol, alors que l’homme a été fait pour marcher debout avec les yeux sur le ciel, comme pour lui rappeler de garder ses pensées dans les choses d’en haut ».

  • Beaucoup pensent que Poutine cherche un moyen de sortir du bourbier qu’il a créé avec ses assauts contre l’Ukraine, tandis que Biden cherche un Nouvel Ordre Mondial Libéral. Les deux ont besoin de regarder vers le Dieu qu’ils confessent comme leur Dieu.

La seule façon de gérer les affaires terrestres est d’un point de vue céleste. Cela vaut pour les pauvres et les présidents, et tout le monde entre les deux. Ce n’est qu’à partir de cette perspective élevée que les dirigeants peuvent obtenir la force de résister à l’attraction constante exercée sur eux par les dirigeants du chaos et des ténèbres.

Le pouvoir est la tentation fondamentale. La plus grande pression exercée sur Adam et Eve dans le Jardin était de prendre le pouvoir sur leur propre vie en se rebellant contre le commandement de Dieu. Il s’agit d’une répétition à l’échelle humaine de la tentative fondamentale de Lucifer de déplacer Dieu du trône de l’univers (Ésaïe 14). Le pouvoir et la quête de plus attirent le démoniaque. Par conséquent, partout où il y a un centre de pouvoir, les démons se regroupent.

Biden et Poutine en ce moment périlleux ont besoin d’une forte couverture de prière. Ils ont personnellement besoin de « lever les yeux » vers le Dieu en qui ils disent avoir placé leur foi.

Et, si ces deux chrétiens se réunissaient pour prier l’un pour l’autre, leurs nations et le monde ?

Ce serait une merveilleuse voie vers le haut qui conduirait à une voie bénie vers l’avant.

Cela confirmerait également magnifiquement la foi de la mère de Joe Biden selon laquelle « de tout ce qui est terrible, quelque chose de bon peut arriver ». (Une paraphrase de Romains 8:28).

Source

Traduit par PLEINSFEUX

close

Ne manquez rien !

Rejoignez les nouvelles de PleinsFeux.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables !
En savoir plus dans notre politique de confidentialité

Translate »