Politique américaine

Publié le 23 janvier, 2018 | par Equipe de Pleinsfeux

0

BON DÉBARRAS D’OBAMA

Par Dave Daubenmire – Le 18 janvier 2018

Dieu merci pour Donald Trump

J’ai voté deux fois pour le premier candidat noir à la présidence légitime des États-Unis, Alan Keyes, pour le poste de président …  Alors, gardez votre carte de course dans votre poche.

Je trouve très amusant de voir les Never Trumpers se plaindre de la direction que prend le président Donald Trump.

Je trouve cela particulièrement humoristique quand je pense au marxiste radical qui a squatté la Maison Blanche pendant les huit années précédentes.  Chaque fois que je me décourage, je me souviens simplement et je remercie Dieu qu’Obama soit parti.

J’entends les corrompus à la télévision parler à propos de la façon dont Donald Trump est tellement « non-présidentiel » dans ses actions, mais, il y a des millions de gens, comme moi, qui sont prêts à des tirs justes de nos politiciens.

J’aime la grossièreté avec laquelle le président Donald Trump me dit la vérité par opposition à la classe avec laquelle le président Obama m’a dit des mensonges.  Je suis un grand garçon.  Je peux gérer un peu de dure vérité. Je sais à quoi ressemblent les vrais hommes.

Il est bon d’avoir quelqu’un qui agit, assis dans le Bureau Ovale.

Un grand nombre d’Américains ont été endoctrinés par des acteurs.  Nous avons des acteurs en politique, des acteurs dans les médias et des acteurs dans les chaires.  Je suis tellement malade des gens qui agissent comme quelqu’un qu’ils ne sont pas.  Je suis prêt pour une double dose de tirs directs.

Allumez la télévision et vous trouverez des attaques non-stop contre le président Donald Trump.  Étonnamment, cela vient des deux côtés du spectre politique. Avec toutes les attaques contre le président Donald Trump, il est facile pour nous de perdre la perspective.  Pour la plupart, les Américains ont une durée d’attention très courte.  Pas moi.  Je me souviens très bien du gâchis de l’administration de Barack Obama.

Je me souviens quand le président Barack Obama a présenté la carte de la  « course » avec Skip Gates, Trayvon Martin, et les émeutes de Ferguson, dans le Missouri.  Je ne peux pas oublier son rôle d’agitateur en chef et comment il n’a jamais manqué une occasion de choisir les dangers de la division raciale.  À mon avis, ses actions étaient tellement peu présidentielles.

Je me souviens du jour où le président Obama a forcé la médecine socialisée à tromper les citoyens sans méfiance avec son célèbre mensonge à deux têtes : « Si vous vous aimez, le Dr peut garder votre docteur, et si vous aimez votre plan, vous pouvez garder votre plan ». Çà ne me semble pas très présidentiel.

Comment peut-on oublier sa volte-face sur le mariage traditionnel et l’éclairage de la Maison Blanche aux couleurs de l’arc-en-ciel quand la décision diabolique d’Oberkfell a été tassée vers l’arrière de Dieu en craignant les mamans et les papas américains ?

Je me souviens de la relation très amicale qu’il avait avec Planned Parenthood et son désir implacable de voir autant de bébés américains abattus dans le ventre de leurs mères que possible.  Il a même plaisanté sur le fait que son futur petit-fils serait une « punition » envers sa fille.

Je sens ma tension augmenter avec chaque lettre que je tape sur ce clavier.  Il a peut-être « agi » plus « présidentiellement », mais je suis tellement content qu’Obama soit parti.

Je ne peux pas oublier les conférences sur le réchauffement climatique alors que lui et sa femme voyageaient à travers le monde sur Air Force One, tandis que les autres étaient encouragés à conduire des voitures électriques et à utiliser des ampoules à incandescence.

Je me souviens comment ses politiques ont été conçues pour espionner les Américains moyens tout en refusant de publier ses relevés de notes, son certificat de naissance et d’autres documents pertinents qui pourraient mieux expliquer qui était ce type.

Je me souviens de son Islamaphila et de la protection de ce qu’il aimait appeler la « religion de la paix ».  Ses affinités allaient tellement loin que l’on ne pouvait jamais qualifier une attaque terroriste de « terreur islamique », mais plutôt, de « violence au travail ».

Je me souviens de son échec à sauver les quatre courageux Américains à Benghazi et de ses mensonges qu’il racontait pour couvrir ses plans de trahison … ainsi que de l’emprisonnement d’un cinéaste inconnu de Youtube. Je me souviens de son accord iranien qui a mis en place ses amis musulmans au Moyen-Orient, et de son échec à détruire l’État Islamique.

Je me souviens de sa haine contre le 2e amendement et de son désir de s’emparer des armes à feu des citoyens respectueux de la loi de la classe moyenne de l’Amérique.  Je n’oublierai jamais qu’il a doublé la dette nationale et que sa politique étrangère au Proche-Orient a renforcé la main de ses frères islamiques.

Bien que nous sachions tous que nos policiers ne sont pas parfaits, je n’oublierai jamais comment il a fait de son mieux pour diaboliser les hommes en bleu et comment il les a accusés « d’agir stupidement », bien qu’ils ne faisaient simplement que leur devoir.

J’ai détesté sa façon de s’incliner devant les dirigeants étrangers et la tournée d’excuses américaines qu’il a entreprise peu de temps après avoir été élu président.  Je détestais son soutien à l’Organisation des Nations Unies et son amour pour le mondialisme qui faisait toujours en sorte que l’Amérique prenne le pas sur la scène mondiale.

Je me souviens de la couverture médiatique pour lui-même et les déviants hollywoodiens qui l’entouraient … sans parler de la sécurité des frontières, de l’immigration clandestine, du bien-être gratuit pour les non-citoyens et d’une quantité d’autres escroqueries non-américaines qu’il a imposées aux citoyens américains.

Il a militarisé l’État Profond contre un président dûment élu.  Il a utilisé le Service du Revenu Interne comme une arme.

Le président Barack Obama a fait tout ce qu’il pouvait pour détruire la famille, le mariage, la morale chrétienne, le genre et les anciennes valeurs américaines.  Il a fait des heures supplémentaires pour embrouiller l’idée du bien et du mal.  Il est peut-être né en Amérique, mais il n’est certainement pas américain.  Nous n’avons pas encore découvert tous les dégâts que cette plante antiaméricaine a causés.  N’êtes-vous pas content que nous ayons un Américain dans le Bureau Ovale ?

Je suis tellement content que Barack Obama soit parti.

Source : News With Views 

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

Mots clés: , , , , , , ,



Back to Top ↑
  • VISITES


  • Donation pour HESTHELAMB

    Pleins Feux sur l'Heure Juste, bénéficie du ministère de HESTHELAMB, et nous voudrions l'aider aussi financièrement.
    Ces vidéos produites demandent beaucoup d'investissement et désirons vous partager ce besoin.
    Merci pour votre soutien !

  • Conférence 2018

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence 2015 et 2012




Real Time Web Analytics