Islam

Publié le 19 janvier, 2021 | par Equipe de Pleinsfeux

0

CALIFAT MUSULMAN

Par Nadav Shragi/JNS.org – Le 13 novembre 2020

Ce groupe veut un califat musulman et ils font des incursions à Jérusalem

Les 15.000 musulmans qui se sont entassés dans les cours des mosquées du Mont du Temple le 30 octobre sont devenus un autre reportage sur la COVID-19.  Mais la vraie histoire était beaucoup plus grande : L’énorme manifestation anti-France près de la mosquée Al-Aqsa a été organisée par Hizb ut-Tahrir (le Parti de la libération islamique), dont le public israélien a peu ou pas entendu parler.

Il y a une ligne directe reliant l’idéologie de ce mouvement, qui a déjà été interdite par un certain nombre d’états européens et arabes, et l’idéologie des terroristes islamistes qui ont récemment repris leurs activités en France.  Au moins en termes d’objectifs, sinon de tactiques, le Hizb ut-Tahrir est le jumeau d’Al-Qaïda et de l’État Islamique, dont le peuple était à l’origine de la fusillade terroriste à Vienne le 2 novembre.

À Jérusalem-Est, le Hizb ut-Tahrir compte des dizaines de milliers de partisans. Le mouvement organise des cours hebdomadaires sur le Mont du Temple, généralement le jeudi, et a des succursales à Abu Dis, al-Azariya, Ramallah, al-Bira, la vieille ville de Jérusalem, Beit Hanina, Beit Safafa et Sur Baher, ainsi qu’une à Hébron.  Selon les responsables de la sécurité, le mouvement a gagné en popularité ces dernières années.  Maintenant, il s’avère que sa menace mondiale a également augmenté.

Le Parti de la Libération Islamique n’est pas nouveau.  Depuis sa fondation à Jérusalem en 1952 par le cheikh Taqi al-Din al-Nabhani, elle prêche l’établissement d’un califat islamique tel qu’il existait sous le prophète islamique Muhammad, qu’il appelle « la période pure », et l’établissement d’un état islamiste.  Le groupe dit que le terme tahrir (libération) se réfère à une libération totale de l’influence culturelle occidentale.  La libération territoriale n’est que la deuxième étape.

Les membres du mouvement, qui opère également en Grande-Bretagne, en Australie, en Indonésie, aux États-Unis et dans plusieurs pays arabes, aspirent à remplacer chaque gouvernement national par une règle musulmane mondiale. Selon eux, les gouvernements en Égypte, en Turquie et en Jordanie, ainsi que le Fatah et même le Hamas, sont tous de nature nationale, et donc des obstacles sur la voie du rêve d’un califat mondial.

David Koren, chercheur à l’Institut de stratégie et de sécurité de Jérusalem et ancien conseiller du maire de Jérusalem sur les questions de Jérusalem-Est, a expliqué que « l’influence du Hizb ut-Tahrir à Jérusalem et en Judée-Samarie est beaucoup plus large qu’il n’y paraît ».

« La vraie question que l’activité de l’organisation a soulevée pendant des années est de savoir si et quand elle échangera son activité basée sur le dawa, le renforcement de la religion par la persuasion et la prédication, avec un djihad violent comme les récents événements en France », a déclaré Koren.

Dans le contexte palestinien, le Hizb ut-Tahrir défend deux questions   principales : Jeter les bases pour faire de la mosquée al-Aqsa une future plate-forme sur laquelle le califat mondial sera finalement déclaré, et remettre en question la position de la Jordanie en tant que gardienne des lieux saints islamiques à Jérusalem, a-t-il dit.

En 2016, le ministre israélien de la Sécurité publique de l’époque, Gilad Erdan, a présenté au Cabinet une proposition visant à interdire le Hizb ut-Tahrir.  Les documents fournis aux ministres comprenaient des exemples du monde entier de la transition du Hizb ut-Tahrir vers le terrorisme.  Il comprenait de nombreuses citations d’extrémistes, ainsi que des sermons incitatifs à la prédication par les gens du mouvement à Jérusalem.

Mais, l’agence de sécurité israélienne Shin Bet, s’est opposée à l’interdiction du groupe, arguant qu’en Israël, le groupe ne faisait pas le mouvement vers la violence et le terrorisme, et devrait être autorisé à opérer ouvertement pour éviter qu’il ne devienne clandestin, ce qui rendrait la tâche plus difficile pour l’establishment de la sécurité pour garder un oeil sur ses activités.  Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui avait initialement soutenu la position d’Erdan, s’est finalement rangé du côté du Shin Bet.

Un briefing à Mike’s Place

Cette décision de 2016 a un prix.  Même si le Hizb ut-Tahrir lui-même ne mène pas d’attaques terroristes, son influence en dehors de son propre cercle peut et a conduit des membres d’autres organisations à planifier ou à tenter des actes terroristes.  Un exemple est la cellule de l’État Islamique qui a été exposée dans le camp de réfugiés de Shuafat en octobre 2016.  Une autre est une fusillade contre un bus dans le quartier de Ramot en mars 2016.  Un des deux terroristes à l’origine de la fusillade avait un drapeau noir du Hizb ut-Tahrir dans sa voiture.

Un exemple précédent était le meurtre ciblé en 2013 de trois membres salafistes du village de Yatta qui planifiaient des attaques terroristes contre des cibles israéliennes.

Même l’attentat terroriste au bar Mike’s Place sur le front de mer de Tel Aviv en avril 2003, qui a été exécuté par deux terroristes de nationalité britannique et au cours duquel trois personnes ont été assassinées, était lié au Hizb ut-Tahrir.  Le Hamas a peut-être revendiqué la responsabilité, mais il s’est avéré que l’attentat avait été perpétré par deux Britanniques musulmans d’origine pakistanaise qui avaient rencontré à Londres un cheikh identifié au Hizb ut-Tahrir.

Le coût de la non-interdiction du Hizb ut-Tahrir comprend l’acceptation du contenu prêché par les porte-parole du mouvement à Jérusalem et sur le Mont du Temple lui-même.  À bien des égards, il ressemble au contenu prêché par les extrémistes islamiques ailleurs dans le monde, y compris en France.

Le porte-parole le plus éminent du groupe à Jérusalem-Est ces dernières années a été le cheikh Issam Amira.  Amira pense que « le califat islamique devrait être recréé pour qu’il puisse mener les armées dans la guerre contre les hérétiques » et que « pour y parvenir, les militants doivent travailler avec tous les musulmans et établir un État Islamique ».  Selon Amira, « cela exige la destruction des institutions dans le monde islamique, sans aucune pitié envers aucune de ces entités ».

Dans le passé, Amira a également parlé « d’ennemis qui croient en plus d’un dieu », et leur a proposé trois options : Se convertir à l’Islam, payer un impôt jizya, ou « demander l’aide d’Allah pour les combattre ».  Un autre cheikh, Nidal Siyam, qui lors de la manifestation du 30 octobre s’est prononcé contre la France, a appelé « les gens de la nation qui sont loyaux et travaillent dans ses armées à aller de l’avant pour renverser la situation sur les chefs oppresseurs ».  Incidemment, en 2017, Siyam a prié à Al-Aqsa pour « le massacre des Européens et des Américains et de nos dirigeants criminels et traîtres arabes ».

« O Allah, ne laisse aucun d’eux sur terre …  O Allah, remplace par un émir des croyants », a-t-il prié.

L’émir actuel du Hizb ut-Tahrir est Ata Abu Rashta, 77 ans, originaire de la région d’Hébron et ingénieur civil de profession.  Jusqu’en 2003, il a vécu en Jordanie, puis a déménagé dans un lieu inconnu après avoir été arrêté à quelques reprises et la Jordanie a limité son activité.

Contre les valeurs croisées

Un autre prédicateur du Hizb ut-Tahrir, Ali Abu Ahmad, a déclaré récemment que la réponse au président français Emmanuel Macron, qui « soutenait la publication de caricatures offensives du prophète Mahomet », serait de rétablir le califat islamique et « la destruction de Paris aux décombres par les armées musulmanes, dirigées par le califat ».

Ces remarques et d’autres similaires dont la plupart ont été faites le jour de l’anniversaire de Mahomet, s’alignent sur une déclaration officielle du Hizb ut-Tahrir en Israël après la réédition des caricatures de Mahomet en France qui qualifiait la civilisation française et occidentale de « fausse, athée et   pervertie », détestée par la vraie religion, l’Islam, « et a appelé au Djihad comme une vraie réponse aux hérétiques ».

Shaul Bartal du Centre Begin-Sadat d’études stratégiques de l’Université de Bar-Ilan, un expert des groupes djihadistes, a passé beaucoup de temps à faire des recherches sur Hizb ut-Tahrir et ses activités en Israël.  La France, a-t-il expliqué, « est désormais définie par le Hizb ut-Tahrir et des groupes similaires comme un ennemi de l’Islam. »

De la façon dont l’organisation la voit, la France représente les valeurs croisées qui, à leur base, s’opposent au prophète Mahomet.  L’Islam a l’obligation de s’opposer aux valeurs des Croisés et de défendre les lieux saints islamiques, y compris Al-Aqsa.

Bartal a déclaré que chaque fois que l’Islam se heurte à la France laïque, cela illustre l’esprit croisé de l’Occident pour les radicaux islamiques.  Les Croisés, qui ont conquis la Terre Sainte, et maintenant les Français, sont l’ennemi ultime. Une personne ordinaire voit les Croisés comme Hizb ut-Tahrir les voit comme une réalité, qui doit être tuée.  L’événement sur le Mont du Temple n’était qu’une partie du tableau.

Interrogé sur la place qu’occupent les Juifs dans la vision du Hizb ut-Tahrir, Bartal a déclaré : « Contrairement à d’autres mouvements palestiniens, qui présentent la question palestinienne comme un problème avec le Sionisme ou le colonialisme occidental, le Sionisme n’est pas mentionné dans les écrits du Parti de libération islamique. »

Le conflit est entre l’Islam et les Juifs.  Israël est mentionné comme un État Juif ou comme une entité juive.  Ils considèrent que la Palestine est … une partie inséparable de Dar al-Islam [Maison de l’Islam] et aucun juif n’a le droit d’y vivre.  Bartal a ajouté que le Hizb ut-Tahrir « fait l’éloge des terroristes et des attaques terroristes et de toute activité agressive contre les Juifs.  C’est une organisation qui prêche la haine des Juifs, avec une littérature abondante contre les Juifs et contre l’état d’Israël et l’Occident en général ».

Patrouilles modestes dans les ruelles

Il y a quelques années, le lieutenant-colonel (retraité) Baruch Yedid, ancien conseiller pour les affaires arabes du commandement central de la Tsahal, a rédigé un document de position sur les activités du Hizb ut-Tahrir en Israël. Yedid craint que le parti vétéran de « libération » ne se transforme en un groupe djihadiste.

« Plus de diffusion d’idées lors de réunions à huis clos, mais le développement de groupes violents, la création de liens avec des organisations mondiales du djihad et la mise en place de cellules et de bases », a-t-il averti.  À l’heure actuelle, dit Yedid, la principale base d’opérations du groupe est Londres.  Le groupe, a-t-il dit, « est un mouvement islamiste politique qui ne reconnaît les lois d’aucune nation, arabe ou occidentale, et veut établir un état religieux ».

Selon Yedid, l’appartenance au groupe est gardée secrète et les membres cachent leur activité depuis des décennies.

« Le seul permis pour les hommes et les femmes musulmans qui adoptent le style de vie religieux est le plus strict.  Récemment, inspiré par Al-Qaïda et le Hamas, la confiance du groupe a grandi et il ne prend pas autant de soin qu’il l’a fait pour maintenir les activités fermées et secrètes, et les membres font du porte-à-porte pour recruter », a-t-il déclaré.

Yedid parle également de membres du groupe de Jérusalem-Est qui ont battu des jeunes surpris en train de consommer de l’alcool ou qui rompent le jeûne du Ramadan.  Dans les ruelles de Jérusalem-Est et dans les villages de la moitié est de la ville, ils ont également battu des jeunes femmes qui ne sont pas vêtues assez modestement, a-t-il déclaré.

Les membres du groupe sont ceux qui ont battu le ministre égyptien des Affaires Étrangères avec leurs chaussures lors de sa visite à la Mosquée Al-Aqsa, a-t-il ajouté, notant que Hizb ut-Tahrir considère l’Autorité Palestinienne, ainsi que les gouvernements arabes comme l’Égypte ou la Jordanie, comme des cibles légitimes en raison de leur conduite « non islamique » qui, selon lui, « retarde » la mise en place d’un califat islamique et la propagation de la religion et l’arrivée du jour du jugement dernier.

Hizb ut-Tahrir est actif dans 50 pays et compte environ un million de membres inscrits.  Le Maroc, la Tunisie, la Jordanie, l’Égypte, l’Azerbaïdjan et de nombreux autres pays ont arrêté ses membres et mis certains d’entre eux en prison.

En Égypte, en Turquie, en Chine et dans la plupart des pays arabes, le mouvement est interdit.  L’Allemagne a fait de même après qu’il s’est avéré que le cerveau derrière l’attaque du 11 septembre, Mohammad Atta, avait été influencé par l’idéologie du Hizb ut-Tahrir.  Les observateurs occidentaux considèrent le groupe comme ayant ouvert la voie à Al-Qaïda.

Mais, pour l’instant, Israël a évité d’interdire le Hizb ut-Tahrir afin de permettre à l’establishment de la sécurité et de la défense de le suivre plus facilement. Pourquoi Israël permet-il aux membres du groupe extrémiste de faire du Mont du Temple un centre de leurs activités ?  Pour l’instant, il n’y a pas de réponse à cette question.

Source: Prophecy News Watch 

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

 

Mots clés: , , , ,



Back to Top ↑
  • VISITES


  • LES SECRETS DE L’ATLANTIDE 2021

  • Conférence 2020

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction


Real Time Web Analytics