Vaccins

Publié le 23 juillet, 2021 | par Equipe de Pleinsfeux

0

COMMENT FONCTIONNENT LES INJECTIONS

Pourquoi ils provoquent des caillots sanguins au niveau microscopique.

Par Alexandra Bruce – Le 18 juillet 2021

Cela lui a valu d’être licencié de son travail à l’hôpital local.

Le Dr Charles Hoffe pratique la médecine depuis 28 ans dans la petite ville rurale de Lytton en Colombie-Britannique, au Canada, et il a administré environ 900 doses de l’injection expérimentale d’ARNm Moderna et se présente maintenant pour mettre en garde contre les réactions graves qu’il a observées chez ses patients, y compris la mort.  Cela lui a valu d’être licencié de son travail à l’hôpital local.

Il dit à l’hôte, Laura Lynne, que le problème central qu’il voit chez ces patients est la formation de caillots microscopiques dans les plus petits capillaires de ses patients, dont Clif High a commenté : « Des caillots sanguins se produisent au niveau capillaire.  Cela n’a jamais été vu auparavant.  Ce n’est pas une maladie rare.  C’est un phénomène absolument nouveau ».

Le Dr Hoffe explique que ces micro-caillots sont trop petits pour apparaître sur les tomodensitogrammes, IRM, etc. et ne peuvent être détectés qu’à l’aide du test D-dimère, dont 62% de ses propres patients injectés avec une injection à l’ARNm sont positifs.

« Nous savons maintenant que seulement 25% du « vaccin » injecté dans le bras d’une personne reste réellement dans votre bras.  Les 75% restants sont collectés par votre système lymphatique et littéralement introduits dans votre circulation, donc ces petits paquets d’ARN messager, et, en passant, dans une seule dose de « vaccin » Moderna, il y a littéralement 40.000 milliards de molécules d’ARNm. Ces paquets sont conçus pour être absorbés dans vos cellules.  Mais le seul endroit où ils peuvent être absorbés est autour de vos vaisseaux sanguins et l’endroit où ils sont absorbés sont les réseaux capillaires, les plus petits vaisseaux sanguins où le flux sanguin ralentit et où les gènes sont libérés.  Votre corps se met alors au travail en lisant, puis en fabriquant des milliards et des milliards de ces protéines de pointe.  Chaque gène peut produire de très nombreuses protéines de pointe.  Le corps reconnaît alors qu’il s’agit de corps étrangers, il fabrique donc des anticorps contre lui afin que vous soyez ensuite protégé contre la COVID.  C’est l’idée. »

« Mais c’est là que vient le problème.  Dans un coronavirus, cette protéine de pointe fait partie de la capsule virale.  En d’autres termes, il devient une partie de la paroi cellulaire autour du virus.  Mais ce n’est pas dans un virus.  C’est dans vos cellules.  Ainsi, il devient une partie de la paroi cellulaire de votre endothélium vasculaire.  Cela signifie que ces cellules qui tapissent vos vaisseaux sanguins, qui sont censés être lisses pour que votre sang circule bien, ont maintenant ces petits bouts pointus qui dépassent… »

« Il est donc absolument inévitable que des caillots sanguins se forment parce que vos plaquettes sanguines circulent autour de vos vaisseaux sanguins, et le but des plaquettes sanguines est d’identifier les vaisseaux endommagés et d’arrêter le saignement.  Ainsi, lorsque la plaquette traverse le capillaire, elle frappe soudainement tous ces pics de COVID et il devient absolument inévitable que des caillots sanguins se forment pour bloquer ce vaisseau. »

« Par conséquent, ces protéines de pointe peuvent, de manière prévisible, provoquer des caillots sanguins.  Ils sont dans vos vaisseaux sanguins (si l’ARNm est «vacciné»), c’est donc garanti.  Le Dr Bahrdi m’a alors dit que le moyen de le prouver était de faire un test sanguin appelé test sanguin D-dimère. »

« Les caillots sanguins dont nous entendons parler et dont les médias prétendent qu’ils sont très rares sont les gros caillots sanguins qui sont ceux qui provoquent les accidents vasculaires cérébraux et apparaissent sur les tomodensitogrammes, les IRM, etc.  Les caillots dont je parle sont microscopiques et trop petits pour être détectés par un scanner.  Ils ne peuvent donc être détectés qu’à l’aide du test des D-dimères… »

« La partie la plus alarmante de ceci est qu’il y a certaines parties du corps comme le cerveau, la moelle épinière, le cœur et les poumons qui ne peuvent pas se régénérer.  Lorsque ces tissus sont endommagés par des caillots sanguins, ils sont définitivement endommagés. » 

Le résultat, explique le Dr Hoffe, est que ces patients ont ce qu’on appelle une tolérance à l’effort réduite (RET), ce qui signifie qu’ils s’essoufflent beaucoup plus facilement qu’auparavant.  C’est parce que les vaisseaux sanguins de leurs poumons sont maintenant bloqués.  À son tour, cela oblige le cœur à travailler plus fort pour essayer de faire face à une résistance beaucoup plus grande en essayant de faire circuler le sang dans vos poumons.

C’est ce qu’on appelle l’hypertension artérielle pulmonaire, une pression artérielle élevée dans les poumons parce que le sang ne peut tout simplement pas passer efficacement.  Les personnes atteintes de cette maladie meurent généralement d’insuffisance cardiaque en quelques années à peine.

Le Dr Hoffe prévient tristement : « Ces injections causent d’énormes dégâts et le pire est encore à venir ».

 

Source: Forbidden Knowledge 

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

 

Mots clés: , , , , , , ,



Back to Top ↑
  • VISITES


  • LES SECRETS DE L’ATLANTIDE 2021

  • Conférence 2020

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction


Real Time Web Analytics