Corps étrangers et caillots fibreux après la vaccination COVID-19

Bildschirmfoto

Partager avec les autres

du docteur Yuhong Dong, Dr. Ann Corson 22 octobre 2022

Des caillots sanguins inhabituels et des corps étrangers ressemblant à du métal ont récemment été trouvés dans les vaisseaux de personnes après une vaccination contre le COVID-19. Des corps étrangers de ce type ont également été détectés auparavant dans les vaccins eux-mêmes, ce qui suggère un lien direct.

De plus en plus de scientifiques étudient les vaccins COVID-19. Les dernières études ont mis au jour des découvertes inhabituelles. En janvier 2022, par exemple, le groupe Korea Veritas Doctors for COVID-19 a publié une étude [1] sur les objets étrangers et les structures parasitaires en mouvement . Ils les avaient trouvés dans les vaccins à ARNm COVID-19 de Pfizer et Moderna lorsque ces vaccins étaient réchauffés presque à température ambiante.

Près de deux mois plus tard, le 11 mars 2022, trois médecins coréens ont publié dans l’International Journal of Vaccine Theory, Practice, and Research intitulé “Foreign Materials in Blood Samples of Recipients of COVID-19 Vaccines” . -19 vaccins ») ont trouvé des résultats similaires. [2] Ils ont trouvé des corps étrangers dans des échantillons de sang de personnes vaccinées contre le COVID-19.

Les différentes formes et tailles des corps étrangers dans les plasmas centrifugés des individus vaccinés ressemblaient étroitement aux formes et tailles des corps étrangers précédemment observés directement dans les vaccins. Cela indique que les corps étrangers sont entrés dans le corps et finalement dans le sang des personnes vaccinées par les vaccinations corona.

Des particules inhabituelles ont été trouvées chez huit personnes vaccinées :
  • six échantillons de plasma contenaient un disque multicouche de composition inconnue,
  • trois échantillons avaient des particules en forme de perles enroulées,
  • un échantillon de plasma a montré un faisceau fibreux de corps étrangers similaires en forme de perles,
  • et un autre groupe de trois échantillons avait des formations cristallines étrangères.

Corps étrangers dans le vaccin COVID-19

Corps étrangers dans le vaccin Moderna (à gauche) et dans des échantillons de plasma de patients vaccinés avec Moderna (à droite). Grossissement 400x.Photo : Lee et al. (2022) , Creative Commons BY-NC-ND 4.0

Corps étrangers cristallins et tubulaires dans les vaccins COVID-19

Trois médecins italiens, tous chirurgiens, ont répété l’étude coréenne avec un échantillon beaucoup plus important et en utilisant une technique plus avancée. Ils ont publié leurs découvertes en août 2022 dans la même revue que leurs homologues coréens. [3]

Les médecins italiens ont prélevé le sang de 1 006 sujets symptomatiques qui avaient été vaccinés avec des vaccins à ARNm COVID-19 (Pfizer/BioNTech ou Moderna) à partir de mars 2021. Ils ont examiné le sang immédiatement après l’avoir prélevé en utilisant une analyse microscopique sur fond noir. Cela leur a permis de déterminer la santé du sang des sujets, ce qui reflétait mieux leur état de santé général.

Un mois après la vaccination par l’ARNm, un total de 948 sujets (94,2 %) présentaient une agrégation d’érythrocytes – une agrégation de globules rouges. Ils avaient également des particules de différentes formes et tailles d’origine incertaine dans leur sang. Ces corps étrangers formaient des structures qui ressemblaient à des cristaux ou à de longs tubes ou fibres.

Corps étrangers dans le vaccin COVID-19

Les corps étrangers dans le sang forment une structure cristalline.Photo : Cipelli et al (2022) , Creative Commons BY-NC-ND 4.0

Caillots après une vaccination COVID-19

Cette image à un grossissement de 120x montre une structure agglomérée typique sous la forme de fibres/tubes.Photo : Cipelli et al (2022) , Creative Commons BY-NC-ND 4.0

Sang après vaccination COVID-19

Formations tubulaires distinctes à un grossissement de 120x dans la phase d’agrégation, montrant leur formation complexe.Photo : Cipelli et al (2022) , Creative Commons BY-NC-ND 4.0

Sang avant et après la vaccination COVID-19

Numération sanguine d’un patient avant (à gauche) et un mois après la première dose du vaccin à ARNm de Pfizer (à droite) avec des particules étrangères clairement visibles entre des globules rouges agglutinés non sphériques. Les deux photos grossies 40x.Photo : Cipelli et al (2022) , Creative Commons BY-NC-ND 4.0

Douze sujets dont le sang a été testé en utilisant la même méthode avant la vaccination ont montré une numération globulaire tout à fait normale au microscope. Les changements se sont produits après la vaccination. Cela renforce le soupçon que les vaccins ont causé les changements.

Particules à composition métallique complexe

Un groupe de travail allemand dirigé par le Dr. De son côté, Klaus Retzlaff a repris l’étude des chercheurs coréens. Retzlaff était soutenu par des médecins, des physiciens, des chimistes, des microbiologistes, des pharmacologues et des praticiens alternatifs ainsi que des avocats, des psychologues, des analystes et des journalistes.

En juillet 2022, ils ont publié leurs résultats préliminaires , [4] qui sont étonnamment similaires aux conclusions des études susmentionnées. Leurs résultats sont basés sur des tests sanguins de 48 personnes vaccinées, également avec un microscope à fond noir.

Ils ont trouvé des particules visibles et indubitables avec une composition métallique complexe de différentes tailles dans le sang de tous les sujets testés. Ces particules ressemblaient à des structures cristallines. Tous les sujets sans exception ont présenté des anomalies qui n’ont pas été observées dans un seul cas chez les personnes non vaccinées.

Selon le groupe de travail, tous les vaccins COVID-19 contiennent également des substances dont la composition ne peut être déterminée. D’autres ingrédients n’étaient même pas répertoriés comme ingrédients par les fabricants de vaccins .

Longues touffes filiformes

En plus des corps étrangers dans le sang, de nombreux longs amas filiformes sont également de plus en plus fréquents. En 2020/2021, plusieurs embaumeurs aux États-Unis ont signalé qu’ils trouvaient de plus en plus de nombreux gros caillots «fibreux» et «gommeux» dans les cadavres. Les structures filiformes varient en taille : les plus longues sont aussi longues qu’une jambe humaine et les plus épaisses aussi épaisses qu’un petit doigt.

Mike Adams exploite un laboratoire d’essais et d’étalonnage accrédité (DIN EN ISO/IEC 17025) au Texas. En août 2022, il a analysé ces caillots et a découvert qu’ils manquaient de fer, de potassium, de magnésium et de zinc.

Avant 2020 et 2021, environ 5 à 10% des personnes qu’il a embaumées avaient des grumeaux, selon Richard Hirschman, un entrepreneur de pompes funèbres agréé en Alabama. Aujourd’hui, ce nombre se situe entre 50 et 70 %, a déclaré Hirschman à Epoch Times .

Selon des pompes funèbres expérimentées, il ne s’agit pas de caillots “normaux” qui surviennent après la mort. Au contraire, les longs fils peuvent avoir contribué à la mort , car ils ont empêché le flux sanguin vers ces parties du corps.

À ce stade, on ne sait pas si ces touffes sont réellement causées par le vaccin. Cependant, essentiellement, seuls deux composants sont nécessaires pour que ces structures étranges se forment dans le sang : des éléments métalliques et des éléments protéiques.

Substances métalliques, protéines et corps humain

On estime qu’environ la moitié de toutes les protéines des cellules humaines peuvent se lier aux métaux . [5] Cette interaction entre les protéines, les métaux et le corps humain peut être à la fois bonne et mauvaise.

Par exemple, l’interaction entre l’hémoglobine et le fer a un effet positif, voire vital. L’hémoglobine est une protéine présente dans les globules rouges. La fonction principale de l’hémoglobine est de transporter l’oxygène dans tout le corps humain. Il transporte également le dioxyde de carbone de différentes parties du corps vers les poumons.

Un mauvais exemple des interactions entre les protéines et les métaux est l’interaction entre la protéine tau – qui se trouve en grande quantité dans le cerveau des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer – et les éléments métalliques responsables de la maladie d’Alzheimer. Selon les recherches , les ions métalliques de fer, de cuivre et de zinc associés à la protéine tau humaine peuvent provoquer des changements structurels. [6]

Poison utile : l’oxyde de graphène en médecine

Dans ce contexte, l’oxyde de graphène (GO, accent sur la deuxième syllabe) doit également être mentionné. Il est formé en faisant réagir du graphite avec un agent oxydant. L’oxyde de graphène est un vecteur potentiel de molécules bioactives en raison de ses propriétés physico-chimiques uniques, en particulier sa surface facilement modifiable.

En raison de leurs propriétés uniques, les nanomatériaux d’oxyde de graphène sont largement utilisés dans les domaines biomédicaux, tels que l’administration de médicaments, la détection biologique, la photodynamique, l’antibactérien, le traitement du cancer et les vaccins.

Ainsi, l’oxyde de graphène est utilisé comme support pour les antigènes vaccinaux, transportant les antigènes dans les cellules dendritiques. – Les cellules dendritiques sont des cellules spéciales qui alertent et activent les lymphocytes T lors d’une infection. De plus, une étude dans des conditions de laboratoire a montré que l’oxyde de graphène peut activer le système immunitaire. En retour, il augmente les niveaux d’inflammation et accélère la croissance, la division et la spécialisation (différenciation) des lymphocytes.

L’oxyde de graphène pourrait être un futur outil dans la production de nouveaux vaccins. Cependant, en raison de sa faible solubilité et de sa faible stabilité, son utilisation dans le corps humain est limitée. De plus, l’oxyde de graphène est cytotoxique, ce qui est lié à ses propriétés chimiques inhérentes. Il peut donc endommager les cellules, les tissus et même l’ADN .lire aussi

Le graphène dans les vaccins COVID-19

Le chimiste et biologiste Dr. Pablo Campra, professeur agrégé à l’Université d’Almería en Espagne, a été l’un des premiers à tester les vaccins COVID-19 pour les matériaux métalliques. Il a publié ses résultats en novembre 2021 sous le titre “Detección de grafeno en vacunas COVID 19 por espectroscopía Micro-RAMAN” , c’est-à-dire “Détection du graphène dans les vaccins COVID-19 par spectroscopie micro-RAMAN”. [sept]

Pour ce faire, il a examiné des échantillons de sept flacons de vaccin COVID-19 de quatre fabricants différents au microscope optique. L’examen de suivi a été réalisé par spectroscopie RAMAN. La méthode, du nom de son développeur Sir CV Raman, permet de déterminer la structure d’un matériau sans modifier ni détruire ses propriétés. Pour ce faire, un laser est focalisé sur des objets et des points spécifiques à l’aide d’un microscope pour détecter, par exemple, le matériau, l’épaisseur, les défauts, la conductivité thermique et la géométrie des bords et pour identifier des semi-conducteurs ou des pigments – ou des structures de graphène nanocristallin.

Au total, le professeur Campra a examiné plus de 110 échantillons qui avaient déjà une apparence de graphène au microscope optique. Les spectres d’un groupe de 28 objets ont confirmé la suspicion de la présence de dérivés du graphène. Après de nouvelles investigations, il a finalement pu identifier avec une grande certitude les structures d’oxyde de graphène dans huit des 28 objets. Les structures d’oxyde de graphène sont “très probables” pour les 20 objets restants.

Dans le cadre de sa synthèse, le Pr Campra appelle les “chercheurs indépendants sans conflit d’intérêts ni collaboration avec une institution” à répéter et, le cas échéant, à réfuter ses conclusions. Il rappelle également “que les matériaux à base de graphène sont potentiellement toxiques pour l’homme – et que leur présence n’a été indiquée dans aucune approbation d’urgence”.

Protéines de pointe comme base des caillots (sanguins)

D’autres molécules qui forment des amas fibreux indissolubles sont les protéines fibreuses. Cependant, lesdits caillots manquent d’éléments clés présents dans le sang humain sain, tels que le fer, le potassium et le magnésium. Cela suggère qu’ils sont formés à partir d’autre chose que du sang.

Après une vaccination contre le COVID-19, les cellules commencent à produire de grandes quantités de protéines de pointe . Les processus biochimiques et physiologiques normaux sont “détournés” pour produire des niveaux anormaux de ces protéines de pointe.

Les protéines de pointe peuvent former des substances de type amyloïde , comme l’ont découvert les professeurs Sofie Nyström et Per Hammarström de l’Université de Linköping en Suède. [8] Les amyloïdes sont des fragments de protéines que le corps produit. Les protéines de pointe peuvent également se déplier et se réorganiser, ce qui donne des structures filamenteuses serrées qui s’enroulent autour du grand axe ou forment des croix. Ces processus deviennent visibles au microscope.

Structures liées filamentaires de protéines de pointe dépliées.Photo : Nyström, Hammarström (2022) , Creative Commons BY 4.0

De plus, selon Jinxiang Zhao et ses collègues de l’Université de Nantong (Chine), la protéine de pointe peut provoquer des caillots sanguins. [9] Des chercheurs dirigés par Lize M. Grobbelaar de l’Université de Stellenbosch en Afrique du Sud ont également découvert que S1 – une partie de la protéine de pointe – peut stimuler la production de fibrine. [10] Celui-ci est à son tour résistant à la fibrinolyse, la propre dissolution par le corps d’un caillot sanguin. Cela conduit à la formation sans entrave de micro-agrégats.

Graphène et champs électromagnétiques

Si la substance métallique présente dans le sang des personnes vaccinées est bien l’oxyde de graphène, il est intéressant de s’intéresser à des recherches dans un autre domaine : les effets de l’oxyde de graphène sur les systèmes biologiques avec ou sans interaction possible avec des champs électromagnétiques comme le rayonnement des téléphones portables.

En 2018, des scientifiques dirigés par Mattia Bramini et Silvio Sacchetti du Center for Synaptic Neuroscience de Gênes ont reconnu que les nanofeuilles d’oxyde de graphène perturbent divers processus dans le corps, tels que la coagulation du sang et la transmission synaptique des neurones dans le cerveau. [11]

Une étude coréenne de 2016 a montré que la combinaison d’oxyde de graphène réduit (RGO) et de champs électromagnétiques pulsés favorisait la formation de cellules piégeuses du système immunitaire dans les sacs aériens des poumons, appelées macrophages alvéolaires. [12] Les chercheurs ont également observé la formation accrue de matrice extracellulaire, c’est-à-dire le tissu entre les cellules, de protéines membranaires et une augmentation globale du métabolisme. Enfin, leurs travaux ont également montré que le RGO irradié par des champs magnétiques peut générer des courants électriques dans le corps.

Ce dernier effet est également évident à l’extérieur du corps, c’est pourquoi des matériaux et des structures en graphène sont utilisés dans les composants 5G , tels que les antennes à résonance miniatures programmables. [13]

Symptômes COVID-19 d’un empoisonnement au graphène

L’interaction entre le graphène dans le corps et les champs électromagnétiques n’a pas encore été étudiée en détail. Cependant, nous savons que notre environnement de vie regorge de divers types de rayonnement émanant des tours de téléphonie cellulaire, des téléphones portables, des téléviseurs, des radios, des appareils électriques et des fours à micro-ondes .

Les champs électromagnétiques peuvent également avoir des effets sur la santé . Par exemple, une étude [14] publiée dans le Journal of Clinical and Translational Research en octobre 2021 a examiné les effets des champs électromagnétiques sur la gravité des infections au COVID-19.  Les auteurs soupçonnent “un chevauchement significatif en pathobiologie” entre le COVID-19 et l’exposition aux rayonnements des communications sans fil, en particulier la 5G . Selon eux, le COVID-19 pourrait s’aggraver si la personne est exposée aux rayonnements des communications sans fil.

L’institut de recherche espagnol La Quinta Columna mène également des recherches dans ce domaine. Comme l’ explique le directeur de l’institut Ricardo Delgado , certaines personnes vaccinées peuvent développer une toxicité au graphène – avec des symptômes similaires à ceux du COVID-19. [15]

Les personnes vaccinées diffusent des adresses MAC

Par ailleurs, des chercheurs du Forum européen de surveillance de la vaccination (EFVV) ont mené une étude sur l’électromagnétisme des personnes vaccinées au Luxembourg. [16] Ils ont découvert que des aimants collaient à la peau des personnes vaccinées.

De leur côté, des chercheurs espagnols et français ont rapporté que les personnes vaccinées rayonnent des adresses MAC comme un téléphone portable ou un ordinateur. [17] Dans certains cas, cela peut également être observé chez des personnes non vaccinées si elles avaient déjà effectué un test PCR . [18] En aucun cas, une adresse MAC ne pouvait être lue de personnes qui n’étaient ni vaccinées ni testées.

Une explication possible du magnétisme et des adresses MAC pourrait être une analyse plus approfondie par le professeur Campra. livrer. [19] Cela indique que les structures cristallines des vaccins eux-mêmes contiennent des circuits électroniques, y compris des nano-routeurs.

Bien que de telles recherches soient connues de certaines parties de la population, rien ne peut être trouvé auprès des fabricants de vaccins et des gouvernements. Les vérificateurs de faits les déclarent fausses. Surtout en ce qui concerne les vaccins COVID, de nombreux résultats de recherche sont soumis à une forte censure . Comme l’a suggéré le professeur Campra, la recherche, en particulier la recherche controversée, devrait être examinée par des “chercheurs indépendants sans conflit d’intérêts”.

Sources:

[1] Jeon (2022), sciresliterature.org/PublicHealth/AJEPH-ID50.pdf

[2] Lee ; Jeon et al. (2022), doi.org/10.56098/ijvtpr.v2i1.37

[3] Cipelli ; Pisano et al. (2022), doi.org/10.56098/ijvtpr.v2i2.47

[4] Retzlaff ; Reissner et al. (2022), https://s3.documentcloud.org/documents/22140176/report-from-working-group-of-vaccine-analysis-in-germany.pdf

[5] Bertini ; Grey et al. (1994), “Chimie bioinorganique”, ISBN 0-935702-57-1

[6] Ahmadi ; Zhu et al. (2019), doi.org/10.1016/j.jinorgbio.2019.02.007

[7] Campra (2021), researchgate.net/publication/355684360 (traduction anglaise : laquintacolumna.info/docs/docs/campra-informe-tecnico-en.pdf )

[8] Nyström ; Hammarström (2022), doi.org/10.1021/jacs.2c03925

[9] Zhang; Zhao et al. (2022), doi.org/10.1016/j.ijbiomac.2021.10.112

[10] Grobbelaar ; Venter et al. (2021), doi.org/10.1042/BSR20210611

[11] Bramini ; Sacetti et al. (2018), arxiv.org/ftp/arxiv/papers/1810/1810.12016.pdf

[12] Lim ; Seon Woo et al. (2016), doi.org/10.1002/adhm.201600429

[13] Zainud-Deen; Malhat et al. (2018) doi.org/10.1109/JEC-ECC.2018.8679535

[14] Rubik ; Brun (2021), pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/34778597

[15] Delgado (2021), odysee.com/c0831fbe-480f-4f91-bd89-e97b695e58f6 [dernier accès le 17.10.]

[16] mamer ; Goudjil (2022), globalresearch.ca/study-electromagnetism-vaccinated-persons-luxembourg/5749516

[17] Freeman (2021), bibliotecapleyades.net/ciencia3/ciencia_coronavirusvaccine103.htm

[18] Grotjohann (2022), youtu.be/SrKQQkrWl1k d’après Alonso ; Zavala et al. (2022), comusav.com/documentary-bluetruth 

[19] Andersen (2021), richplanet.net/vaccine.php à Campra (2021), researchgate.net/publication/356507702

À propos des auteurs

docteur Yuhong Dong est médecin titulaire d’un doctorat en maladies infectieuses. Elle est directrice scientifique et co-fondatrice d’une société de biotechnologie suisse et ancienne experte scientifique médicale senior pour le développement de médicaments antiviraux chez Novartis Pharma en Suisse.

docteur Ann Corson est médecin généraliste et praticienne holistique basée à Philadelphie, en Pennsylvanie. Elle se consacre au traitement des patients souffrant de maladies chroniques. En 2008, elle a rejoint Doctors Against Forced Organ Harvesting (DAFOH) pour sensibiliser le public au prélèvement d’organes sur des prisonniers d’opinion détenus illégalement, en particulier des pratiquants de Falun Gong. Depuis 2016, elle est rédactrice en chef de la newsletter DAFOH.

Cet article est paru à l’origine sur theepochtimes.com avec le titre : Caillots fibreux, corps étrangers dans le sang après les injections de COVID : existe-t-il un moyen de se désintoxiquer ? (traitement éditorial comme, ger )

Cet article est paru pour la première fois dans l’hebdomadaire The Epoch Times, numéro 67, 22 octobre 2022.

Source

Traduit par PLEINSFEUX

close

Ne manquez rien !

Rejoignez les nouvelles de PleinsFeux.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables !
En savoir plus dans notre politique de confidentialité

Translate »