Conspiration

Publié le 21 juin, 2015 | par admin

0

DANS UNE NUIT NOIRE

La fin du journalisme objectif et la montée de l’état-média corporatif.

Par Benjamin Baruch – Le 16 juin 2015

 UN NOUVEAU MONDE DE PEUR ET DE CONTRÔLE

Au début de ce siècle, les états-nations de l’occident, pour la première fois dans l’histoire, ont déclaré la guerre à une idée appelée « le terrorisme ». À la fin 2001, les États-Unis et leurs alliés de l’OTAN ont commencé une série de campagnes militaires pour vaincre les terroristes et détruire leur idéologie du « terrorisme ». Bien sûr, une guerre contre une idée ne peut jamais vraiment être gagnée et ne peut donc jamais prendre fin ; Conformément à cette thèse, il y a le fait que, au moment d’écrire ces lignes, la « guerre sans fin contre le terrorisme » entre maintenant dans sa quatorzième année.

Cependant, ce qui a pris fin, comme un sacrifice malheureux mais nécessaire dans la guerre contre un si grand ennemi appelé le « terrorisme », ce sont les libertés sur le territoire des États-Unis autrefois garanties aux citoyens américains par la Constitution américaine. Aujourd’hui, les américains peuvent être détenus indéfiniment sans aucune accusation et sans procédure régulière simplement pour le fait d’être identifié comme un présumé membre ou un sympathisant des « terroristes ». Une fois arrêtés, ils peuvent être emprisonnés indéfiniment, être déménagés à l’étranger pour être torturés ou simplement tués. Ou juste éliminés par un ordre du Président dans une des attaques infâmes des drones pour lesquelles les États-Unis sont maintenant trop célèbres.

Si cette « guerre contre le terrorisme » était effectivement combattue pour défendre la liberté, alors, les terroristes ont effectivement gagné. Si cette « guerre contre le terrorisme » a été conçue pour permettre aux états-corporations d’ériger les murs d’un état policier fasciste, alors, les corporations ont gagné. Dans les deux cas, il est difficile de trouver une justification raisonnable pour conclure que les gens ordinaires, que la guerre contre le terrorisme est supposée défendre, ont gagné quoi que ce soit.

Tout ce que la guerre contre le terrorisme a réussi en occident est l’érection d’un état de surveillance croissante ainsi que la destruction des libertés personnelles et l’institutionnalisation de la peur. « Ayez peur » est le mantra de la nouvelle ère de la guerre permanente. Ayez peur des deux hommes qui se cachent dans une grotte, ils ont un téléphone cellulaire. Ayez peur et ne questionnez pas les violations de la loi par les criminels corporatifs qui ont pillé le trésor de la nation dans le vol de la banque mondiale en 2008, ce qu’ils appelaient une « recapitalisation ».

Maintenant, les criminels sont plus directs et au point; Maintenant, nous sommes confrontés à une « recapitalisation interne » où les économies des hommes ordinaires sont tout simplement volées pour couvrir les pertes de l’élite corporative. Les opposants peuvent s’opposer à mes conclusions sommaires ; Mais, un fait demeure évident, nous sommes entrés dans un état de guerres permanentes, au niveau mondial, et les guerres augmentent de plus en plus ; Les gens perdent et les corporations gagnent.

« Les sociétés qui profitent de la guerre permanente ont besoin que nous ayons peur. La peur nous empêche de nous opposer à des dépenses publiques sur une armée pléthorique. La peur signifie que nous ne poserons pas de questions désagréables à nos gouvernants. La peur permet au gouvernement d’opérer dans le secret. La peur signifie que nous sommes disposés à renoncer à nos droits et à nos libertés pour des promesses de sécurité. L’imposition de la peur assure que les sociétés qui ont détruit le pays ne peuvent pas être contestées. La peur nous garde parqués comme du bétail. » (Chris Hedges – La mort de la classe libérale)

DÉFIER LES ÉTATS-NATIONS ELLES-MÊMES

Comprendre l’agenda derrière les nouvelles est difficile car les programmes de propagande sont entrelacés couche après couche de tromperies ; Des messages dans les messages créant des changements dans le subconscient dans les manières dont les gens perçoivent leur monde. Ces programmes de propagande ne peuvent être perçus que lorsqu’on regarde au-delà du niveau de l’histoire dans le second message dérivatif caché à l’intérieur.

Par exemple, Kampf utilise une métaphore en « haute définition » pour décrire le contenu changeant des médias qui nous introduit de nouvelles personnalités de l’autre côté de la guerre, de laquelle a émergé un nouvel ensemble d’acteurs, des dirigeants ennemis ou terroristes, jusqu’à l’homme moyen de la rue qui souffre de toute cette violence. Ce nouveau format des médias nous permet de partager leurs émotions et entendre leurs points de vue et leurs motivations qui concurrencent et finalement contredisent le cadrage national officiel des enjeux et des objectifs du conflit.

Alors que nous assistons à la souffrance de l’homme ordinaire de l’autre côté de nos canons, nous partageons soudainement sa douleur et ressentons sa tristesse, pendant que nous regardons le déroulement de nos guerres. Ces nouvelles
« politiques de la pitié » jouent sur les émotions d’une audience mondiale, à qui la raison du conflit et les enjeux des états-nations sont cachés sous un flot de contenu émotionnel confondu. Kampf révèle le premier impact dérivé de ces changements qui conduisent à « une perte de la hiérarchie de la signification de la guerre » et qui sapent
« le sens que la justice absolue est exclusivement de « notre » côté du conflit… La perte de la hiérarchie de la signification de la guerre et la perte de la perspective plus large des combats laissent les auditoires nationaux sans outils pour comprendre le grand tableau ».

Lorsque vous découvrez ce nouveau format des médias, l’agenda de la propagande mondialiste et que vous tenez compte du second impact dérivatif, Il est évident que le nouveau format fait plus que simplement contester le cadrage national traditionnel du conflit et camoufle la « hiérarchie des significations de la guerre ». En contestant le cadrage national du conflit et en détruisant le sens que la « justice absolue est de notre côté », le nouveau format des médias conteste finalement la légitimité des états-nations souverains eux-mêmes.

Si les questions de leur identité unique, si critique au point de nécessiter l’arrêt des conflits violents, deviennent perdues pour le peuple, la justification de l’existence des états-nations indépendants est la prochaine question logique qui s’élèvera. Et, c’est le but final de l’état-média corporatif, la conquête et la domination totale sur non seulement le peuple, mais, les états-nations elles-mêmes.

DANS UNE NUIT SOMBRE

Les chercheurs peuvent débattre des conclusions, mais, ils ne peuvent pas rejeter le paradoxe de notre époque moderne : Les photos de qualité supérieure du contenu des médias modernes ont créé un monde dans lequel moins on en voit réellement, moins on comprend quelque chose.

Que ce soit par la conception des pouvoirs corporatifs obscurs, comme je le prétends, ou par l’impact indirect de diverses forces, les conclusions inéluctables sont aussi réelles qu’elles sont incontestables : L’âge de l’information, qui a promis d’annoncer le début du nouvelle âge du siècle des lumières et une meilleure connaissance ainsi qu’une meilleure compréhension, a en fait apporté sur nous un âge de moins de compréhension et une ignorance croissante de la part de l’homme ordinaire, ainsi que le développement des super-sociétés qui ont maintenant un contrôle presque total de tout le contenu des médias du monde entier, et qui construisent également un effrayant système mondial de surveillance. Ils détiennent désormais le pouvoir d’influencer et de diriger la société humaine d’une position de domination totale à partir des informations, ce qui leur permettra finalement de contester le pouvoir même des états-nations elles-mêmes.

Les derniers commentaires du Dr Zohar Kampf à la fin d’une récente conférence capturent ce principe parfaitement ; Nous vivons dans un monde d’écrans de télévision, où « l’écran revient au sens traditionnel du terme ; En bloquant la vue et en fermant les lumières. » Le journalisme n’aurait pas du glisser tranquillement vers cette nuit noire.

LES POUVOIRS DES SOCIÉTÉS OBSCURES

Les pouvoirs des sociétés maléfiques qui aujourd’hui dominent les médias mondiaux et, par le biais de leur monopole des médias, les démocraties occidentales, cachent leur véritable identité derrière beaucoup de noms différents. Ils existent dans un monde d’ombres, ils opèrent principalement par la tromperie et leur agenda reste en grande partie voilé dans l’obscurité. Leur vrai nom, par lequel ils sont connus au sein de leurs cercles du pouvoir, est l’Ordre des Illuminati et ils ont existé invisibles pendant des siècles.

Seulement récemment ils ont commencé à permettre des rapports de presses sur leur existence et leurs activités : Le magazine The Economist a publié un des rares articles écrit sur les Illuminati, intitulé, « The Good Network Guide », en décembre 1992. L’article examinait les diverses sociétés secrètes du monde, les classant en termes de puissance, de secret et d’exclusivité. L’article couvrait la fraternité Skull and Bones, le parti communiste, la Commission trilatérale et la franc-maçonnerie, parmi bien d’autres. Chacun de ces groupes a été formé et est contrôlé par les Illuminati. La dernière organisation discutée a été l’Ordre des Illuminati lui-même, qui a reçu le rang le plus élevé dans toutes les catégories :

« Au-delà de tous ces réseaux se trouve la mère de tous les réseaux, l’Ordre des Illuminati, connus pour certains comme les Véritables Dirigeants du Monde. Bien que cet organisme secret a survolé invisible pendant toute l’histoire, sa principale floraison publique a été dans l’illumination. Adam Wieshaupt, un ancien Jésuite a révélé ses objectifs et son système de surveillance mutuelle au monde, le 1 mai 1776. Depuis lors, l’ordre a pris un vif intérêt dans un autre nouveau né de la même année. Il est significatif que de nombreux présidents américains aient été des Illuminati; Certains ont même été tués par les Illuminati ; Et le symbole Illuminati de l’œil dans la pyramide orne toujours le billet d’un dollar. Cette conspiration est immense et terrifiante. C’est le réseau de ceux qui gèrent les réseaux. Compte tenu de sa puissance, vous devez supposer que quiconque qui écrit sur l’ordre doit mentir ou faire partie d’une conspiration pour vous confondre. En s’interrogeant sur les Illuminati, souvenez-vous simplement de ceci. Vous n’êtes jamais arrivé. » (The Economist, décembre 1992)

De nombreux livres ont été écrits pour révéler qui sont les Illuminati : Ils sont les cercles internes des sociétés secrètes du monde ; Ils sont l’élite dirigeante, les familles bancaires internationales et les membres des principales familles royales et ils sont maintenant propriétaires et contrôlent les médias du monde. Ce qui est beaucoup plus important, toutefois, sur qui ils sont, est de comprendre exactement ce qu’ils sont et une image vaut mille mots : L’image la plus fidèle des Illuminati est la créature mythologique, connue comme le Nosferatu d’où nous tirons le mot anglais, infâme.

« Le nom Nosferatu a été présenté comme un mot roumain archaïque, synonyme de « vampire »… Une étymologie probable du terme pourrait être dérivée de la Roumanie « Necuratu » (esprit impur, spiritus Immundus), un terme généralement utilisé pour désigner Satan (le Diable) en roumain. »


Les maîtres de ces sociétés marionnettes, qui sont les Nosferatu, contrôlent désormais les médias mondiaux et ils sont sur le point de conquérir le monde. La destruction de journalisme objectif, en le remplaçant par une machine de propagande mondiale était une étape finale critique dans la consolidation de leur pouvoir. La destruction totale d’une presse libre signalant tout les semblants de vérité a pris une époque pour se réaliser, ce que nous appelons l’ère de l’information. Le fait que presque personne ne reconnaît la contrefaçon qui est diffusée tous les jours comme des nouvelles, est un témoignage de la puissance de leur propagande. Des enregistrements d’artistes tentant de saisir le thème de leur temps dans les paroles de leurs chansons; « Good Morning to the Night » Elton John parle parfaitement de notre temps : Le temps du Nosferatu, et le règne des obscurs.

« Je pensais que je savais ; Maintenant je sais … Retournez-vous et dites bonjour à la nuit. » Les prophètes d’Israël ont également parlé de cette même heure des ténèbres qui arrive maintenant sur le monde : « Il faut que je fasse, tandis qu’il est jour, les œuvres de celui qui m’a envoyé ; La nuit vient, où personne ne peut travailler. » (Jean 9:4) « Malheur ! Car ce jour est grand ; Il n’y en a point eu de semblable. C’est un temps d’angoisse pour Jacob ; Mais il en sera délivré. » (Jérémie 30:7)

 Source : http://www.newswithviews.com/Baruch/benjamin102.htm

 Traduit par PLEINSFEUX.ORG

Mots clés: , , , , , , , , , , , , ,



Back to Top ↑
  • VISITES


  • Donation pour HESTHELAMB

    Pleins Feux sur l'Heure Juste, bénéficie du ministère de HESTHELAMB, et nous voudrions l'aider aussi financièrement.
    Ces vidéos produites demandent beaucoup d'investissement et désirons vous partager ce besoin.
    Merci pour votre soutien !

  • Conférence 2018

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence 2015 et 2012




Real Time Web Analytics