DÉCÈS D’ENFANTS

 DÉCÈS D’ENFANTS

Partager avec les autres

[one_third_last][/one_third_last]

Par le Dr Joseph Mercola – Le 21 décembre 2021

L’HISTOIRE EN UN COUP D’ŒIL

Une équipe a publié une analyse technique pour déterminer le facteur de sous-déclaration (URF) actuel à partir des informations du VAERS et a trouvé que le facteur était de 41.  Appliqué aux données du gouvernement, ils ont trouvé que 173% d’enfants en plus sont morts du vaccin que de la maladie.

Plus d’enfants sont décédés des suites d’une INJECTION contre la COVID que du VIRUS de la COVID.

En utilisant ce même URF, le nombre de décès dus aux injections contre la COVID est passé à 815.326 et le nombre de personnes handicapées définitivement à 1.338.404.  À ce jour, le nombre total de décès signalés dus à l’infection est de 803.043, ce qui signifie que les injections ont tué plus d’enfants et d’adultes que le virus.

Bien qu’il y ait peu de raisons de faire vacciner les enfants, les responsables pensent qu’il est nécessaire pour l’immunité collective.  Pourtant, les responsables de la santé doivent être conscients qu’il existe un manque important de preuves à l’appui, et des enfants meurent dans le processus.

Les décès et les blessures des pilotes affectent les vols commerciaux, la distribution logistique des marchandises et l’état de préparation militaire.  Dans un affidavit dans le cadre d’un procès fédéral contre le mandat militaire des vaccins, le médecin lieutenant-colonel Theresa Long allègue que les protocoles ne sont pas suivis après l’injection contre la COVID.

De nombreux scientifiques et experts de la santé ont averti que la vaccination des enfants contre la COVID-19 est inutile et extrêmement risquée.  Depuis le début de la pandémie, il est évident que les enfants courent un risque exceptionnellement faible d’hospitalisation et de décès dus à l’infection.  Malgré cela, des efforts massifs sont en cours pour garantir que chaque enfant se fasse vacciner.

Si les données actuelles du Vaccine Adverse Events Reporting System (VAERS) sont une indication de ce que l’avenir nous réserve, nous sommes confrontés à la plus grande calamité de santé publique de l’histoire moderne.  Je pense que ce n’est pas une nouvelle variante de la COVID-19 qui en est la cause, mais la campagne de vaccination actuelle.  Malheureusement, je n’ai aucun doute que les décès causés par les vaccins finiront par dépasser de loin le nombre de décès dus à la maladie.

Malgré les dangers clairs et actuels de cette thérapie génétique, les fabricants de vaccins, encouragés et approuvés par les agences de santé gouvernementales, vont de l’avant avec des essais et des recommandations pour le vaccin chez les enfants. En mai 2021, les parents ont découvert que leurs enfants pouvaient se faire vacciner sans leur consentement s’ils tombaient sous le coup de la doctrine du « mineur mature ». 

Cela permet aux prestataires de traiter des mineurs, sans autorisation parentale, dans certaines circonstances.  Le groupe d’âge en question était entre 14 et 18 ans lorsqu’il existe une « présomption réfutable de capacité, et le médecin peut traiter sans le consentement des parents à moins que le médecin estime que le mineur n’est pas suffisamment mûr pour prendre ses propres décisions en matière de soins de santé ».

En juillet, deux poursuites ont été déposées devant un tribunal fédéral qui a contesté la loi de la ville de Washington DC qui permettait aux mineurs d’être vaccinés sans le consentement des parents.  En septembre 2021, The Guardian a rapporté que les enfants âgés de 12 à 15 ans au Royaume-Uni peuvent recevoir une injection contre la COVID-19 par des équipes du système scolaire sans autorisation parentale.

Si les parents ne donnent pas leur consentement, mais que l’enfant veut le vaccin, l’équipe peut déterminer si un enfant de 12 ans est capable de prendre une décision éclairée.  Plus récemment, une mère californienne a parlé aux médias et a exprimé son indignation après que le système scolaire ait offert une pizza à son fils en échange de son injection de thérapie génétique.

Chaque mois qui passe, il devient de plus en plus évident que le champ de bataille dans la lutte pour la liberté a été porté contre nos jeunes enfants.  Un examen récent des données des CDC et du Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS) montre que plus d’enfants sont morts du vaccin que de la maladie.

Le VAERS a sous-déclaré le facteur des données affectées.

Pour comparer le nombre de décès dus à la maladie de la COVID par rapport à ceux qui sont décédés de l’injection de thérapie génétique, nous devons tenir compte du facteur de sous-déclaration connu dans le VAERS.  À ce jour, la base de données VAERS est le seul système de rapport utilisé par le CDC et la FDA qui est accessible au public.  Selon le VAERS, il :

« … est un système de signalement passif, ce qui signifie qu’il repose sur les individus pour envoyer des rapports sur leurs expériences.  Tout le monde peut soumettre un rapport au VAERS, y compris les parents et les  patients. » 

De plus, c’est le seul domaine où le public, y compris les médecins et autres professionnels de la santé, peut signaler volontairement les événements indésirables liés aux vaccins, y compris le décès.   Selon le VAERS, les professionnels de la santé sont tenus par la loi de signaler les événements indésirables liés aux blessures graves qui surviennent dans un délai spécifié après l’injection, et les événements répertoriés par le fabricant comme contre-indications à d’autres doses.

Cependant, le système « encourage » uniquement les prestataires à signaler les événements après la vaccination, que le vaccin ait causé l’événement ou non.  En d’autres termes, le système dépend de la connaissance par les professionnels de la santé de l’existence du système VAERS et de leur volonté de passer du temps à remplir le document demandé.

Bien qu’une grande partie de ces informations soient nécessaires pour le suivi des données, vous pouvez voir à quel point la nature chronophage du remplissage de ce formulaire peut facilement devenir écrasante lorsque les médecins ont plusieurs patients présentant des événements indésirables dus aux injections contre la COVID-19.  Et une pénurie croissante de médecins suivie d’un manque de temps ont également probablement contribué au facteur de sous-déclaration (URF).

Dans un premier rapport de subvention soumis par le département américain de la Santé et des Services sociaux, qui fait partie du système VAERS, les auteurs ont admis que :

« Bien que 25% des patients ambulatoires subissent un événement indésirable médicamenteux, moins de 0,3% de tous les événements indésirables médicamenteux et 1 à 13% des événements graves sont signalés à la Food and Drug Administration (FDA).  De même, moins de 1% des événements indésirables liés aux vaccins sont signalés. »

Au 3 décembre 2021, 946.461 événements indésirables et 19.886 décès avaient été signalés au système.  Si seulement 1% des événements sont signalés, cela se traduit par 94,64 millions d’événements indésirables et 1,98 million de décès.  Afin de mieux estimer le nombre de personnes blessées à la suite de l’injection génétique actuelle, la question de l’URF a de nouveau été abordée dans un article publié en novembre 2021.

Le processus de définition d’une nouvelle URF a été publié dans un article de 62 pages.  À l’aide d’une analyse technique des données disponibles et d’un jugement basé sur la littérature examinée par des pairs et l’expertise des scientifiques, un facteur de sous-déclaration de 41 a été déterminé.

Les données de l’agence montrent que 173% de plus d’enfants sont morts par balle que par virus.

Dans cette courte vidéo, vous n’entendrez que quelques-unes des histoires de parents qui pleurent la perte de leurs enfants après leur avoir administré un vaccin dont on leur avait promis qu’il les protégerait.  Beaucoup, pensant qu’ils faisaient la bonne chose, ont pris une photo expérimentale et ont laissé derrière eux des parents et des familles dévastés.

Cliquer sur l’image afin de visionner la vidéo, qui est est en anglais désolé.

Lors de l’évaluation des données, l’un des rédacteurs de l’article, Steve Kirsch, a reconnu la gravité de la situation en ce qui concerne le nombre d’enfants décédés après avoir reçu le vaccin par rapport au nombre de décès de la maladie.  Les données du CDC se terminant le 8 décembre 2021 montrent que 757 enfants de moins de 18 ans ont été répertoriés comme victimes de la COVID-19.

Il souligne que bon nombre de ces décès, comme ceux des adultes, sont probablement des enfants décédés avec la COVID et non de la COVID.  Cependant, pour maintenir la simplicité, il a utilisé ces chiffres à des fins de comparaison.  Puis, en utilisant les données du VAERS se terminant le 3 décembre 2021, il a trouvé 32 décès dus aux vaccins.

En utilisant l’URF de 41, cela suggère qu’il y a eu 1312 décès susceptibles d’avoir été causés par l’injection par rapport aux 757 décès enregistrés par le CDC comme ayant été causés par la maladie.  Si vous faites le calcul, cela signifie que l’injection a tué environ 173% d’enfants de plus que la maladie.

En utilisant le même URF de 41 et les données actuelles se terminant le 3 décembre 2021, d’OpenVAERS, nous pouvons estimer qu’il aurait dû y avoir 38.804.901 rapports et 815.326 décès causés par les injections.  Ceci est d’une importance vitale car le nombre total de décès enregistrés pour la COVID-19 au 15 décembre 2021, est de 795.839.  Cela signifie que l’injection a actuellement tué plus d’enfants et d’adultes que le virus.

Les décès de pilotes, les blessures et les obligations d’injections affectent la pénurie.

Les décès et les blessures des pilotes affectent les vols commerciaux, la distribution logistique des marchandises et l’état de préparation militaire.  À la mi-2020, des milliers de pilotes ont été licenciés ou ont décidé de prendre leur retraite lorsque des vols ont été annulés à travers le pays et dans le monde pendant les fermetures. Les obligations gouvernementales pour les injections de thérapie génétique ont également freiné l’embauche d’aviateurs potentiels.

Il faut jusqu’à deux ans pour former un pilote, et Boeing estime qu’il y aura besoin de plus de 600.000 nouveaux pilotes au cours des deux prochaines décennies.  Après la sortie du cliché en 2021, certains ont constaté un nombre excessif de décès de pilotes en 2021, contre le nombre de morts en 2019 et 2020.

Alors que les données sur cette situation continuent d’être publiées, il est important de noter qu’un médecin de l’air de l’armée s’est également avancé pour avertir que le vaccin contre la COVID pourrait augmenter le risque de mort subite d’origine cardiaque chez les pilotes militaires.

Le médecin lieutenant-colonel Theresa Long a déposé un affidavit alléguant que l’armée ne suit pas les protocoles du DOD pour dépister les effets secondaires de la myocardite associée aux injections de Pfizer et de Moderna.  L’affidavit fait partie d’un procès fédéral contre l’obligation des vaccins pour l’armée américaine.  Dans l’affidavit de Long, il est affirmé :

« … qu’il n’y a pas de dépistage fonctionnel du myocarde actuellement en cours… C’est mon opinion professionnelle qu’il existe actuellement des risques prévisibles substantiels, qui nécessitent un dépistage approprié de tous les équipages de conduite.  Sur la base des propres protocoles et études du DOD, les deux seules méthodologies utiles pour évaluer de manière adéquate ce risque sont l’imagerie IRM ou la biopsie cardio qui doivent être effectuées. » 

En octobre 2021, The Defender, la publication de la Children’s Health Defense, a posé une question que beaucoup ont peut-être négligée.  Ces obligations de vaccinations qui semblent réduire les services et le personnel essentiels, tels que les pilotes, les prestataires de soins de santé et les premiers intervenants, représentent-ils un sabotage intentionnel conçu pour affaiblir l’Amérique et étendre le contrôle ?

La perte critique de pilotes n’est pas seulement le résultat de la mort, mais aussi d’incapacités qui changent la vie après les injections.  Le Defender a couvert le panel d’experts du sénateur Ron Johnson, R-Wis., sur les blessures causées par le vaccin contre la COVID, au cours duquel un pilote de ligne commerciale de 33 ans de Cleveland, Mississippi, a témoigné de ses blessures.

Cody Flint était en bonne santé, sans aucun problème médical sous-jacent avant de recevoir l’injection de thérapie génétique de Pfizer.  Sa première dose a eu lieu le 1er février 2021.  En 30 minutes, il a développé un violent mal de tête qui s’est transformé en une sensation de brûlure dans le cou.  Deux jours plus tard, il s’est rendu compte que quelque chose n’allait pas, mais seulement après avoir fait décoller son avion.  Il a décrit ce qui s’est passé ensuite :

« Je commençais à développer une vision tunnel et mon mal de tête empirait. Environ deux heures après le début de mon vol, j’ai tiré mon avion pour faire demi-tour et j’ai ressenti une poussée de pression extrême dans mes oreilles. Instantanément, j’étais presque évanoui, étourdi, désorienté, nauséeux et tremblant de manière incontrôlable.  Par la grâce de Dieu, j’ai pu faire atterrir mon avion sans incident, même si je ne me souviens pas l’avoir fait. » 

Les médecins lui ont d’abord dit qu’il avait eu une crise de vertige et une grave crise de panique.  Cependant, sans antécédents de l’un ou l’autre et d’un déclin continu de son état de santé, les médecins lui ont alors dit que « seule une réaction indésirable à la vaccination de Pfizer ou un traumatisme crânien majeur aurait pu causer autant de dommages spontané ».

Après un an et de nombreuses ponctions lombaires et de deux interventions chirurgicales, Flint a déclaré que le vaccin avait volé sa carrière et son avenir.  Il a dépensé toutes ses économies pour payer ses factures médicales et sa famille « est sur le point de perdre tout ce que nous avons ».

Astuces statistiques derrière la peur

Il est important de noter ici que les affirmations de Pfizer selon lesquelles le vaccin est efficace à 95% ne sont pas une cote d’efficacité que vous pouvez imaginer.  Vous pourriez penser qu’efficace à 95%, le tir protège 95 personnes sur 100.

Mais, c’est ce qu’on appelle une réduction du risque relatif, qui est en fait la différence entre les taux d’événements pour les deux groupes étudiés.  En d’autres termes, c’est le reflet du nombre de personnes vaccinées qui ont contracté le COVID pendant les essais par rapport au nombre qui n’ont été pas vaccinées.  Si vous regardez la réduction du risque absolu, qui est bien plus pertinente pour les mesures de santé publique, vous verrez que ce nombre est en réalité inférieur à 1%.

Cela signifie que sur 100 personnes qui ont reçu l’injection, celle-ci est efficace pour moins d’une personne.  Bien que cela rende le vaccin d’un avantage douteux, cela témoigne également de la propagande et de la peur que les fabricants de vaccins et les parties prenantes des vaccins ont utilisées pour promouvoir le vaccin dangereux,  en particulier lorsque les National Institutes of Health affirment que la réduction du risque absolu « est le moyen le plus utile de présenter les résultats de la recherche. »

Les experts utilisent le raisonnement de l’immunité collective pour convaincre les parents.

Étant donné que les enfants ont peu de raisons de se faire vacciner contre la COVID, les responsables de la santé pensent qu’ils devraient être vaccinés pour des raisons d’immunité collective.  Ils veulent que vous croyiez que non seulement vous devriez considérer les gens autour de vous comme des vecteurs de maladie, mais aussi que les enfants pourraient être des porteurs asymptomatiques et soi-disant propager silencieusement une maladie mortelle dans la maison de grand-mère.

Ce qu’ils ne vous disent pas, et que les médias ne couvrent pas, ce sont les études qui montrent que les enfants ne sont pas à l’origine de la pandémie et semblent en fait moins susceptibles de transmettre la COVID-19 que les adultes.  La Children’s Health Defence a noté :

« En bref, disent les responsables de la santé publique, les parents doivent vacciner les jeunes pour protéger les vieux.  Compte tenu de l’estimation du gouvernement fédéral selon laquelle une blessure causée par un vaccin résulte de 39 vaccins administrés, il semble clair que les autorités s’attendent à ce que les enfants assument 100% des risques de la vaccination contre la COVID en échange d’un bénéfice nul. »

L’immunité collective se produit lorsqu’un nombre suffisant de personnes ont acquis une immunité contre une maladie infectieuse afin qu’elle ne soit plus largement répandue dans la communauté.  Ceci est calculé à l’aide d’un nombre reproductif ou R0.  Il s’agit du nombre estimé de nouvelles infections pouvant survenir chez une personne infectée.  R1 signifie qu’une personne infectée devrait infecter une autre personne.

Lorsque R0 est inférieur à 1, cela indique que les cas sont en baisse et R0 au-dessus de 1 suggère qu’ils sont en augmentation.  Bien que ce soit loin d’être une science exacte, la susceptibilité d’une personne à l’infection est connue pour varier en fonction de facteurs tels que l’âge, la santé et les contacts au sein de la communauté.

Le calcul initial pour le suivi des interventions de santé contre la COVID-19 était basé sur des hypothèses selon lesquelles chaque personne avait la même susceptibilité et se mélangerait au hasard avec d’autres dans la communauté. Cependant, une étude publiée dans Nature Reviews Immunology a suggéré que le seuil d’immunité collective pour la COVID-19 pourrait nécessiter un ajustement, car les enfants sont moins sensibles à la maladie.  Les scientifiques ont écrit :

« Un autre facteur qui peut contribuer à un seuil d’immunité collective inférieur pour la COVID-19 est le rôle des enfants dans la transmission virale.  Les rapports préliminaires constatent que les enfants, en particulier ceux de moins de 10 ans, peuvent être moins sensibles et contagieux que les adultes, auquel cas ils peuvent être partiellement omis du calcul de l’immunité collective. »

En d’autres termes, l’idée que nous devons vacciner les enfants pour protéger les adultes n’est pas étayée par des preuves dans cette maladie.  Après des décennies d’études sur la recherche sur les vaccins et d’avoir occupé des postes à responsabilité dans les soins de santé, vous espérez que des individus comme le Dr Anthony Fauci, directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses et le Dr Rochelle Walensky, directeur des Centres pour le Contrôle et la Prévention des Maladies, devraient comprendre la science.

Si l’on suppose que ces personnes comprennent la science qui ne prend pas en charge la vaccination des enfants, et qu’elles ont au moins jeté un coup d’œil aux données du VAERS collectées par le CDC et la FDA, alors vous devez vous poser la question suivante : Quel est l’objectif sous-jacent de vacciner les enfants avec un vaccin potentiellement mortel et invalidant lorsqu’ils ont un risque extrêmement faible d’une COVID-19 sévère ou de mourir de la maladie ?

Source: Mercola 

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

close

Ne manquez rien !

Rejoignez les nouvelles de PleinsFeux.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables !
En savoir plus dans notre politique de confidentialité

Translate »