Des agriculteurs néerlandais renversent le ministre de l’agriculture à la tête d’un programme climatique radical

Des agriculteurs néerlandais renversent le ministre de l’agriculture à la tête d’un programme climatique radical

Partager avec les autres

Par Franck Bergman

Recherche mondiale, 08 septembre 2022

Slay News 6 septembre 2022

Le ministre néerlandais de l’Agriculture

Henk Staghouwer, a été contraint de démissionner à la suite de protestations généralisées des agriculteurs néerlandais contre son programme climatique radical qui cherche à détruire leurs moyens de subsistance.

Staghouwer dirigeait la politique climatique du ministère néerlandais de l’agriculture qui impliquait la confiscation de fermes dans le cadre d’un programme de rachat forcé par le gouvernement.

À la suite des énormes protestations des agriculteurs, Staghouwer a maintenant été contraint de démissionner. Il a déclaré au cabinet néerlandais que le refus des agriculteurs avait signifié qu’il ne serait pas en mesure de respecter la date limite de septembre pour le déploiement de la politique verte radicale du gouvernement, a  rapporté l’AP .

L’agenda climatique implique de réduire les émissions d’azote du secteur agricole du pays au point où il est impossible pour les fermes de continuer à fonctionner.

L’initiative comprend un programme de 24,2 milliards de dollars pour racheter les agriculteurs locaux et faciliter la transition des pratiques agricoles intensives.

La poussée a provoqué des manifestations massives d’agriculteurs à travers le continent.

“Les agriculteurs et les pêcheurs ont besoin de certitude”, a déclaré Staghouwer dans un communiqué à son ministère lundi soir,  a rapporté le NL Times .

Le secteur agricole a été confronté à un bouleversement massif en raison des objectifs de réduction des émissions, a-t-il ajouté.

Vidéo : Les agriculteurs européens ripostent contre le schéma mondialiste visant à détruire l’approvisionnement alimentaire mondial

En juillet, plus de 40 000 agriculteurs sont descendus dans la rue pour protester contre cette politique, bloquant les routes avec des tracteurs et défigurant les maisons des responsables gouvernementaux.

Des sympathisants ailleurs en Europe ont organisé des manifestations de solidarité avec les agriculteurs néerlandais, arguant qu’une telle politique est contre-productive dans un contexte de niveaux d’inflation très élevés et de pénuries alimentaires .

“Je me suis posé la question : ‘Suis-je la bonne personne en tant que ministre de l’Agriculture, de la Nature et de la Qualité alimentaire pour diriger les tâches qui nous attendent ?’”, a déclaré Staghouwer après neuf mois de mandat, selon NL Times.

“Le week-end dernier, j’en suis venu à la conclusion que je n’étais pas cette personne.”

Staghouwer a déclaré qu’il avait besoin de plus de temps pour élaborer des propositions pour une future industrie agricole durable avant la formation du budget du gouvernement plus tôt lundi.

Il a ajouté qu’il souhaitait attendre la conclusion des pourparlers en cours entre son bureau et les représentants de l’industrie, a rapporté le NL Times.

«Ik ben tot de conclusie gekomen dat ik op dit moment niet de juiste persoon ben om als minister leiding te geven aan de grote opgaven die er liggen in de land- en tuinbouw en in de visserij. Ik treed om deze reden terug als minister van Landbouw, Natuur en Voedselkwaliteit.»    pic.twitter.com/PhUFGc1QkY

– Henk Staghouwer (@ministerlnv) 5 septembre 2022

Staghouwer a été critiqué par le parlement pour ne pas avoir élaboré de plan concret pour aider le secteur à passer à des pratiques agricoles qui réduisent les émissions d’azote,  selon  DutchNews.nl.

Les responsables de son département ont également résisté aux plans de réorganisation de l’industrie agricole.

Le gouvernement néerlandais a imposé une réduction de 50 % des émissions d’azote d’ici 2030, chargeant chaque municipalité de déterminer la meilleure façon d’atteindre cet objectif,  a rapporté Deutsche Welle .

L’élevage représente 40% des émissions du pays.

La politique pourrait voir jusqu’à un tiers des éleveurs de bétail mis en faillite.

Les Pays-Bas sont le  deuxième exportateur mondial  de produits agricoles et le plus grand exportateur de viande de l’Union européenneselon  CBS News.

Les manifestations se sont poursuivies jusqu’en juillet.

Bart Kemp, le contremaître du groupe d’intérêt des agriculteurs Agractie Nederland, a déclaré au NL Times que les agriculteurs ont déclaré que Staghower avait “peu de vision concrète en lui” et “fait face à une tâche impossible”.

Le prédécesseur de Staghouwer, Carola Schouten , a temporairement repris son poste tandis qu’un remplaçant est déterminé au sein du parti de Staghouwer.

“Schouten n’a jamais attaché de valeur à une bonne relation avec les agriculteurs”, a déclaré Kemp au NL Times.

La source originale de cet article est Slay News

Droits d’auteur © Frank Bergman , Slay News , 2022

Tous les articles de Global Research peuvent être lus dans 51 langues en activant le menu déroulant « Traduire le site Web » sur la bannière supérieure de notre page d’accueil (version de bureau).

Pour recevoir la newsletter quotidienne de Global Research (articles sélectionnés),  cliquez ici .

Suivez-nous sur Instagram  et  Twitter et abonnez-vous à notre chaîne Telegram . N’hésitez pas à republier et à partager largement les articles de Global Research.

***

Les agriculteurs européens ripostent contre le schéma mondialiste visant à détruire l’approvisionnement alimentaire mondial

L’Union européenne se bat pour réduire ses émissions de carbone de 55 % d’ici 2030, un objectif nécessitant des politiques radicales qui détruiront les agriculteurs.

Par Amy Meck

Recherche mondiale, 10 juillet 2022

RAIR 8 juillet 2022

Pendant des semaines, il y a eu des protestations d’agriculteurs aux Pays-Bas contre les politiques de grande réinitialisation de leur gouvernement de gauche, le « Green Deal » de l’UE et la fermeture forcée des fermes qui y est associée. Les mesures radicales de « changement climatique » de leur gouvernement visent à réduire de 95 % les émissions dans certaines provinces.

Cela signifierait la fin pour environ 30 pour cent des agriculteurs.

Le gouvernement néerlandais a récemment annoncé de nouvelles politiques qui limitent le nombre de bovins que les agriculteurs peuvent légalement posséder. Ces mesures radicales visent à aider l’Union européenne à atteindre ses objectifs d’émissions fixés dans le cadre des accords de Paris sur le climat. Le bloc vise à réduire les émissions de carbone de 55% d’ici 2030 , ce qui nécessitera une refonte radicale des économies des États membres et mettra fin à l’agriculture moderne, rapporte National File.

D’autres politiques imposées aux Néerlandais comprennent l’interdiction des engrais qui utilisent de l’azote et le démantèlement forcé de nombreux ranchs de bétail. Comme indiqué précédemment à RAIR Foundation USA, les plans stipulent que les agriculteurs abandonneront volontairement leurs fermes et recevront une compensation pour cela – à condition qu’ils garantissent de ne jamais retourner à l’agriculture. S’ils ne sont pas d’accord , l’État reprendra leur ferme. La grande expropriation a donc commencé.

Les Pays-Bas sont l’un des plus grands exportateurs agricoles d’Europe, ce qui en a fait une cible des politiques de l’UE en matière de changement climatique. Comme le rapporte RAIR, “les socialistes qui poussent ces propositions scandaleuses se soucient beaucoup moins de l’environnement que de vous contrôler”.

Les agriculteurs d’autres pays, l’Espagne, l’Italie, la Pologne, l’Allemagne et la France, ont commencé leurs propres protestations alors que l’UE intensifie ses efforts pour réduire les émissions dans tous les États membres, ce qui nuit aux moyens de subsistance des citoyens et à l’approvisionnement alimentaire mondial.

Espagne

Les manifestations et blocages aux Pays-Bas affectent déjà certains supermarchés qui manquent de nourriture. De plus, les agriculteurs espagnols sont à nouveau descendus dans la rue à cause de l’inflation.

Surtout dans le sud de l’Espagne, en Andalousie, les agriculteurs protestent contre l’énorme augmentation des prix de l’énergie et des denrées alimentaires. En Espagne , l’inflation dépassait déjà la barre des 10% en juin.

Des agriculteurs bloquent l’autoroute A4 à Jaén, en Andalousie :

Le rêve de la « grande réinitialisation » de Schwab va bientôt éclater ? Maintenant aussi des protestations paysannes et des blocages en Espagne

Manifestations de masse en mars

Et cette année n’est pas la première manifestation en Espagne en raison des augmentations massives des prix et de l’inaction du gouvernement.

En mars, 150 000 agriculteurs ont manifesté à Madrid.

Le Premier ministre socialiste espagnol, Pedro Sanchez, s’est alors engagé à agir et a déclaré qu’il ferait campagne au niveau de l’UE. Mais des mois plus tard, il devient évident que l’UE est incapable et probablement peu disposée à s’attaquer aux problèmes. Au lieu de cela, les problèmes se sont aggravés en raison des politiques de sanctions contre la Russie.

Pologne

Les agriculteurs polonais ont également organisé des manifestations à Varsovie, défilant dans les rues contre les politiques déstabilisatrices de leur gouvernement :

Les paysans polonais se lèvent aussi à Varsovie : “Cela suffit ! Nous ne nous laisserons pas voler !” Ils accusent la classe politique de déstabiliser la production en augmentant les taux d’intérêt, ce qui n’arrête pas l’inflation : « Nous, les travailleurs, ne pouvons pas payer la crise créée par les politiciens ! pic.twitter.com/waEUoO5zrs

– RadioGenova (@RadioGenova) 7 juillet 2022

Italie

Les agriculteurs italiens ont depuis rejoint les manifestations de masse, en ayant assez des politiques climatiques de leur gouvernement de gauche et de la hausse des prix des denrées alimentaires.

Dans la vidéo suivante, on peut entendre un agriculteur encourager les autres à se mobiliser et à organiser leurs manifestations à Rome. « Nous ne sommes pas des esclaves ; nous sommes des agriculteurs ! cria un fermier depuis son tracteur.

Vous devriez tous venir avec nous ! Car dans ces conditions, on ne peut plus mettre de la nourriture sur la table ! Nous n’en pouvons plus ! Vous devriez nous rejoindre ! À Rome! Il faut aller à Rome ! Parce qu’on n’en peut plus !

Allemagne

Mercredi, des agriculteurs allemands et néerlandais se sont joints au poste frontière de Heerenberg et ont bloqué un rond-point. D’autres bordaient l’autoroute A7 le long de la route jeudi, où les drapeaux des deux nations étaient visibles.

Des agriculteurs allemands et néerlandais bloquent le rond-point ‘s-Heerenberg à la frontière entre la Hollande et l’Allemagne. pic.twitter.com/3lAwYE2Bpk

– RadioGenova (@RadioGenova) 6 juillet 2022

Les agriculteurs allemands se soulèvent également. Cela devient un mouvement mondial. pic.twitter.com/CFRBT27gux

– Rapport Real Mac (@RealMacReport) 7 juillet 2022

Cela arrive maintenant. Les agriculteurs qui ont appris des camionneurs de Canadian Freedom bloquent actuellement la frontière entre les Pays-Bas et l’Allemagne avec des tracteurs pour protester contre les politiques de changement climatique du Forum économique mondial de leur gouvernement. pic.twitter.com/ZoTekwx1IP

– Sheila G (@TheSheilaG2024) 1er juillet 2022

Grèves d’avertissement en France

En France, pendant ce temps, le personnel au sol des aéroports a déclenché des grèves d’avertissement au début de la période des vacances, provoquant l’annulation de dizaines de vols. Les grèves portaient sur les mauvaises conditions de travail, les pénuries de personnel et les bas salaires. Le problème est que si les aéroports ont des taux d’occupation de 95 % comme avant la crise du Covid, selon le syndicat CGT, des milliers de salariés manquent à l’appel dans les aéroports.

Le FPÖ (Parti de la liberté d’Autriche) met en garde contre le “Green Deal” de l’UE

Le porte-parole libéral [autrichien] pour l’agriculture, Peter Schmiedlechner, a de nouveau critiqué sévèrement la politique agricole de l’UE. “A cause du soi-disant ‘Green Deal’, le gouvernement néerlandais a fait quelque chose de scandaleux, et il est à craindre que la même chose se produise en Autriche”, a-t-il déclaré, attirant l’attention sur les problèmes existentiels des agriculteurs néerlandais. En raison de la décision de réduction de l’azote, le gouvernement néerlandais a écrit aux agriculteurs qu’un tiers de leurs exploitations devaient être fermées. S’ils n’étaient pas d’accord, ils seraient tout simplement expropriés.

C’est pourquoi Schmiedlechner n’est pas surpris par les protestations des agriculteurs car, en fin de compte, il s’agit de leur survie.

D’autant plus qu’à l’heure où se profile une véritable crise d’approvisionnement alimentaire et où les prix des denrées de base ne cessent d’atteindre de nouveaux records, il semble carrément aberrant de saboter ainsi la production agricole en Europe. « Dans le même temps, l’UE signe un accord commercial avec la Nouvelle-Zélande, créant de nouvelles dépendances. Dans quel monde cela a-t-il un sens ? explique Schmiedlechner en secouant la tête.

*

Amy Mek est une journaliste d’investigation : interdite dans certaines parties de l’Europe, recherchée par les pays islamiques, menacée par des groupes terroristes, traquée par les médias de gauche, diffamée par les élites hollywoodiennes et les faux chefs religieux.

La source originale de cet article est RAIR

Copyright © Amy Mek , RAIR , 2022

Source

Traduit par PLEINSFEUX

close

Ne manquez rien !

Rejoignez les nouvelles de PleinsFeux.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables !
En savoir plus dans notre politique de confidentialité

Translate »