Des persécutions non sanglantes prédites contre les chrétiens

Selon un expert, l’hostilité européenne libèrera les démonstrations ouvertes de la croissance de la foi.

Par Bob Unruh – Le 5 février 2011

Le christianisme a existé dans ce qui est maintenant l’Europe depuis le premier siècle, avec certaines parties du Nouveau Testament écrites à des personnes en Grèce et à Rome. Mais un nouveau rapport prévient qu’une hostilité ouverte envers le christianisme à travers le continent est en hausse et l’intolérance est jumelée avec le pouvoir législatif pour attaquer et violer les droits religieux des fidèles.

« Il y a des signes que l’hostilité envers les démonstrations libres et ouvertes de la foi est en croissance. Les chrétiens sont de plus en plus marginalisés et doivent comparaitre de plus en plus souvent devant les tribunaux au sujet de questions reliées à la foi. Je pense donc que nous nous dirigeons vers une persécution non sanglante », a déclaré Gudrun Kugler à Mercatornet au sujet du plus récent rapport de son organisation.

Le rapport, intitulé « Rapport alternatif sur l’intolérance et la discrimination contre les chrétiens en Europe », cite de nombreuses pages d’exemples d’attaques contre des chrétiens et le christianisme à travers l’Europe.

Kugler, qui travaille avec une organisation qui surveille l’intolérance et la discrimination, a déclaré que le rapport avait constaté que les chrétiens européens sont attaqués pour leur liberté d’expression, leur liberté de conscience et leurs droits parentaux, et étaient ciblés par les crimes haineux, les emblèmes qui représentent le christianisme sont détruits et sont soumis à des stéréotypes négatifs dans les médias.

« Je ne peux qu’élever la voix au sujet de mes préoccupations face à la marginalisation croissante de la religion, particulièrement le christianisme, qui se déroule dans certains quartiers », a averti en fin d’année dernière le pape Benoît XVI, « même chez les nations qui placent un grand accent sur la tolérance. »

« Il y a ceux qui préconisent que la voix de la religion soit réduite au silence, ou tout au moins reléguée à une sphère purement privée. Il y a ceux qui soutiennent que les célébrations publiques des fêtes, comme Noël, devraient être découragées, dans la croyance douteuse que ceci pourrait en quelque sorte offenser les gens des autres religions ou ceux qui n’ont aucune religion. Et il y a ceux qui soutiennent paradoxalement, avec l’intention d’éliminer la discrimination, que les chrétiens dans des rôles publics devraient être tenus à certains moments d’agir contre leur conscience.

« Ce sont des signes inquiétants d’une incapacité d’apprécier non seulement les droits des croyants à la liberté de conscience et la liberté de religion, mais aussi le rôle légitime de la religion sur la place publique », a-t-il dit.

Selon le rapport, la question a atteint le niveau du Parlement européen, où le membre italien, Mario Mauro, a terminé l’année dernière son livre, «La guerre contre les chrétiens. »

L’exercice égal de la liberté

« Les lois discriminatoires empêchent, directement ou indirectement, l’exercice égal de la liberté », constate le rapport. « En ce qui concerne le christianisme en Europe, c’est souvent le cas dans les domaines de la liberté d’expression, de la liberté de conscience et de la liberté de religion. »

« Ce dernier est supposé inclure le droit d’élever leurs propres enfants dans leur foi, de partager pacifiquement leur foi avec les autres, de publier des documents religieux sans censure, de changer de religion (par choix et non par coercition) et de pratiquer une religion », a dit le rapport.

« Nous rencontrons souvent des législations pour un traitement plus large de l’égalité ou anti-discriminatoires qui causent des effets secondaires indirects de discrimination des chrétiens, en criminalisant des éléments essentiels de l’enseignement chrétien », a-t-il dit.

Par exemple, en octobre dernier, l’ancienne député britannique, Christine McCafferty, a exhorté l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe de recommander des limites aux objections de conscience quand il s’agit de l’avortement.

« Le projet de rapport contenait une limitation de la liberté de conscience pour les individus. Les individus de l’opposition auraient à faire face à des restrictions et des listes noires », a dit le rapport, décrivant le projet comme « visant la discrimination contre les chrétiens. »

Puis, en Espagne, un juge a été suspendu de ses fonctions pour s’être opposé à l’adoption d’une jeune fille par des lesbiennes. Et au Royaume-Uni, un registraire a ordonné la célébration des mariages homosexuels, malgré les objections religieuses personnelles des individus envers ces procédures.

En outre, le conseil de la ville britannique de Brighton a exigé qu’une maison de soins pour les personnes âgées chrétiennes fournisse des informations sur l’orientation sexuelle des résidents et a exigé la réduction du financement pour l’organisation de services lorsque la demande n’était pas rencontrée.
Mis à l’amende pour de la publicité des familles traditionnelles

Concernant la liberté d’expression des chrétiens, le rapport révèle que le gouvernement espagnol a mis à l’amende un réseau chrétien de télévision pour un montant de 100 000 euros pour la réalisation d’une publicité s’opposant au style de vie homosexuel; un militant anti-avortement a été emprisonné pour avoir envoyé des photos d’avortements à l’hôpital Queen Elizabeth; et un prédicateur de la rue du Royaume-Uni a été arrêté après avoir déclaré aux passants que l’homosexualité était un péché.

« BHA (British Humanist Association) a demandé à l’Association britannique et irlandaise des zoos et des aquariums, North Somerset Council, de visiter la Grande-Bretagne et le Sud Ouest de l’Angleterre pour fermer le zoo. Le groupe laïc prétend que le zoo trompe des dizaines de milliers de visiteurs annuellement et « menace la compréhension du public » en questionnant la vision traditionnelle de l’évolution », poursuit le rapport.

En ce qui concerne la liberté collective de la religion, le rapport constate qu’un avocat italien, Georg Zanger, a annoncé son intention de poursuivre en justice les membres de l’Église catholique en se basant sur l’appartenance à une organisation criminelle et la perturbation des services aux homosexuels parce que l’Église catholique a refusé la communion à ceux qui présentent ouvertement leur rejet des enseignements de l’Église.

Et, au Royaume-Uni, une loi de défense des homosexuels contraint l’Église catholique de se retirer de services d’adoption et une autre proposition aurait forcé les églises chrétiennes à embaucher les homosexuels pratiquants en tant que jeunes travailleurs.

« Seuls les musulmans peuvent être de bonnes personnes »

Les changements dans les normes ont également englobé l’éducation. Aux Pays-Bas, les étudiants apprennent que « le christianisme serait finalement aboli, toutes les autres religions disparaîtraient et tout le monde va se convertir à l’islam. »

« Après tout », déclare la leçon, « seuls les musulmans ne peuvent être de bonnes personnes. »

Concernant l’emploi, au Royaume-Uni, un Tribunal pour l’emploi a ordonné que les chrétiens ne peuvent pas agir selon leurs consciences, si leurs croyances entrent en conflit avec la promotion de l’homosexualité, et un fournisseur de foyer d’accueil a été suspendu pour avoir permis à un enfant musulman qu’il supervisait de se convertir au christianisme.

Peut-être que certains des cas les plus flagrants découverts par l’étude comprennent les droits des parents.

En Autriche, le gouvernement a appliqué les directives d’éducation sexuelle qui « interdisent pratiquement tout enseignement des valeurs sexuelles authentiques chrétiennes », et, en Allemagne, une mère de huit enfants a été emprisonnée pendant huit jours après qu’elle ait refusé d’envoyer son fils de neuf ans à l’école pour son programme d’éducation sexuelle.

La Turquie demande aux élèves d’étudier l’Islam et la Suède cherche à « enrayer l’influence » de la religion dans les écoles privées des Églises.

L’étude a constaté que les journalistes et les médias contribuent également, avec une situation en Allemagne où le quotidien allemand « Die Zeit » accuse faussement les chrétiens de privilégier une loi radicale en Ouganda et un roman-savon populaire de la BBC, « Coronation Street », met en vedette des attaques contre la foi des chrétiens.

Les diffamations contre la foi chrétienne provenaient d’organisations comme International Planned Parenthood Federation, qui disait : « Les fondamentalistes et les autres groupes religieux, l’Église catholique et des madrasas (écoles coraniques), par exemple, ont imposé d’énormes barrières qui empêchent les jeunes, en particulier, d’obtenir des informations et des services reliés au sexe et à la reproduction. »

En Autriche, un rassemblement en faveur de l’avortement scandait des cris comme: « Si Marie avait eu un avortement, nous aurions été épargnés de vous! » En Allemagne, les discours à un congrès de psychothérapie pour savoir si une orientation sexuelle pourrait être changée ont été prononcés sous protection policière en raison de la « tolérance » des organisations homosexuelles.

Le Christianisme « détruit »?

Tout récemment, dans une émission hongroise, la déclaration a été faite selon laquelle « la vie d’un enfant peut être détruite par deux choses : le christianisme et la pornographie. »

Au Bélarus, ils ont refusé à une mère la permission de prier sur la tombe de son fils qui avait été exécuté par les autorités, et une croix sur un mémorial de la guerre a été détruite à Amsterdam parce que les musulmans ont déclaré qu’elle les «perturbait».

Les résultats sont les « crimes haineux » contre les chrétiens, dit le rapport.

« La haine du christianisme est souvent dirigée contre les bâtiments des églises », avertit le rapport. « Les actes de vandalisme et de profanations se produisent plus fréquemment qu’on pourrait s’y attendre. Certaines profanations s’avèrent être des actes sataniques; d’autres, une expression de désapprobation du point de vue moral du christianisme. »

Contre les individus, de tels « crimes haineux » vont « de coups jusqu’aux assassinats », indique le rapport. De telles attaques physiques ont été rapportées par ceux qui assistent à des cliniques d’avortement, des prêtres ont été battus et poignardés, et des manifestants ont fait irruption dans les services religieux.

Solutions

Le rapport recommande que les gouvernements européens s’assurent de l’égalité des droits pour les chrétiens et modifient les législations qui s’attaquent à la foi chrétienne, qu’ils surveillent la discrimination contre les chrétiens et prennent des mesures le cas échéant.

L’Union Européenne doit examiner ses propres législations et doit faire de la liberté de religion, de parole et de conscience une priorité.

Kugler, une avocate de Vienne et conseillère de la plateforme des droits fondamentaux de l’agence des droits fondamentaux de l’Union Européenne, a déclaré à Mercatornet que toutes les libertés religieuses, et pas seulement pour les chrétiens, étaient en danger.

« Nous sommes tous conscients que les juifs et les musulmans endurent de l’intolérance et de la discrimination. Mais c’est exactement le cas pour les chrétiens, même s’ils constituent une majorité nominale ici », a-t-elle dit.

« J’ai l’impression que les journalistes et les décideurs politiques sont souvent plus anti-chrétiens que leurs concitoyens. Mais ils façonnent l’ambiance de leur pays. Ce que nous observons, c’est que les chrétiens sont de plus en plus décrits comme des « homophobes » sexistes, intolérants et hors du monde », dit-elle.

Mais, il y a une bonne raison pour les attaques également, fait-elle remarquer.
« Le christianisme et la croix sont une source permanente de conflits. Peut-être que les crucifix et les autres images religieuses sont des rappels que les gens doivent mettre de l’ordre dans leurs vies. Les chrétiens sont également le dernier obstacle pour une nouvelle vision de la laïcité qui est tellement politiquement correcte que ça confine sur le totalitarisme », a-t-elle dit.

http://www.wnd.com/index.php?fa=PAGE.printable&pageId=259777