Conspiration

Publié le 30 janvier, 2018 | par Equipe de Pleinsfeux

0

DEUIL EN AMÉRIQUE

Par Joan Swirsky – Le 8 janvier 2018

Quand mon mari, Steve, avait presque 13 ans, son grand-père est mort, juste quelques mois avant que le vieil homme qu’il aimait et respectait l’ait instruit pour sa Bar Mitzvah.  À ce jour, Steve se souvient vivement de la cérémonie d’enterrement.

Quand le rabbin a terminé les prières sur le site de sépulture en plein air et que le fils, les filles et les petits-enfants de son grand-père essuyaient leurs larmes, Steve m’a dit que, « ma grand-mère a lâché un cri de sang et a sauté sur la tombe, littéralement, sur le dessus du cercueil en bois !  Et, je me souviens que trois ou quatre hommes ont dû entrer et sauter après elle pour la sortir ».

Ce n’est certainement pas une réaction typique à une perte, mais ce n’est pas du jamais vu.  Surtout si la perte est imprévue et donc traumatisante.

Il est plus difficile de comprendre qu’un homme en bonne santé tombe mort sur un court de tennis que si un autre homme souffre d’une mort après une maladie persistante.  Le premier est traumatisant ; Le second peut même être un soulagement.

CERCUEILS DES LIBÉRAUX

Peu de temps après l’élection présidentielle de novembre 2016, je participais à un déjeuner entouré d’un groupe de femmes puissantes, sophistiquées et formidablement riches, en fait, des capitalistes à part entière, dégoulinantes de diamants et portant des tenues chères de créateurs, qui ont tous voté pour la socialiste Hillary Clinton pour la présidence et deux fois pour le président marxiste, Barack Obama.

À vue d’œil, vous pourriez penser que ce rassemblement était une collecte de fonds somptueusement organisée pour une bonne cause, avec des fleurs magnifiques et le vin qui coule.  Mais, en vérité, cela ressemblait plus à un réveil.

« Ce n’est pas juste », se lamente une femme, faisant écho au vieux mantra de la gauche, et complètement inconsciente du fait que la plupart des électeurs d’Hillary Clinton considéreraient « pas juste » de porter un anneau de diamant de sept carats et de conduire à un déjeuner de fantaisie dans une Bentley où cette femme privilégiée pourrait, les progressistes croient vraiment devoir, « partager sa richesse » avec les masses méritantes !

« Tout ce pour quoi nous travaillons est perdu », a annoncé une autre diva. « Qu’est-ce qui va arriver au choix ? », en référence au Saint Graal de la gauche, c’est-à-dire mettre fin à la vie des fœtus vivants qui ont tout simplement besoin de quelques mois de développement dans l’utérus pour devenir des êtres humains dynamiques, des bébés qui seraient adorés par des millions de futurs parents adoptifs à travers le monde.

De manière significative, aucune des femmes de la gauche que j’ai rencontrées lors du déjeuner ne s’était rendue à Cuba, en Russie ou en Chine pour prouver à quel point elles sont idéologiquement pures ou sincères dans le socialisme ou le communisme.  Au contraire, toutes continuent à vivre une vie hautaine tout en continuant à nous dire de ne pas porter de manteaux de fourrure, de ne pas conduire de voitures qui consomment de l’essence, de ne pas envoyer nos enfants dans des écoles privées, etc. …  Mais, elles font exactement le contraire de ce qu’elles prétendent représenter !

Ce déjeuner a eu lieu quelques semaines avant le Jour de Deuil National, le 21 janvier 2017, également connu sous le nom de Marche des Femmes à Washington, au cours duquel des milliers de femmes se sont rassemblées pour exprimer leur choc et leur colère face à la perte de la présidence par Hillary Clinton.

C’est à la fois lors du déjeuner et en regardant la marche à la télévision que j’ai eu mes premiers aperçus de ce qui allait devenir une année complète d’hystérie incontrôlée et déchaînée.

CECI AUSSI DEVRAIT PASSER

La plupart des Américains avaient vu ces protestations de la gauche pendant la campagne présidentielle et pensaient, à tort, que les manifestations frénétiques, les comportements bizarres et les manifestations adolescentes de haine déséquilibrée envers le nouveau président disparaîtraient, que la folie passerait. Naïvement, ils ont échoué à réaliser que cela était semblable à croire les médecins charlatans qui disent aux patients crédules que leur maladie d’Alzheimer ou que leur diabète passera.

En effet, pour les libéraux, les gauchistes, les progressistes, quoi qu’ils se disent aujourd’hui, la perte d’Hillary Clinton était pire que la mort ; C’était la destruction totale de tout ce qu’ils défendaient, croyaient, adhéraient, apprenaient à leurs enfants, pour ce qu’ils votaient, pour ce qu’ils donnaient de l’argent, sur la base de leur identité entière !

À ce jour, les milliardaires gauchistes, qui ne veulent jamais mourir, paient pour les manifestations et pour les candidats de la gauche qui se présentent au Congrès et au Sénat, pour que les journaux de la gauche respectent leurs scripts anti-Trump, et pour que les femmes de la gauche accusent le Commandant-en- Chef de toutes sortes de harcèlements sexuels que nous savons maintenant, à de rares exceptions près, être le domaine exclusif des prédateurs pervers et des abuseurs gauchistes du pouvoir dans les médias, l’industrie, Hollywood, le sport, etc…

L’IDENTITÉ

Disons que vous aimez la maison où vous habitez, que vous avez tout choisi pour le décor, les couleurs bleues et vertes, les grands canapés, les plantes suspendues, les lampes à la place des spots, les peintures traditionnelles, quelques bougies, les petits cadres, etc. …

Mais, vous rentrez chez vous un jour et toute votre maison est en orange et jaune néon, avec des meubles anguleux, un éclairage sévère, un art moderne impénétrable, aucun signe de plante ou de photo, et une atmosphère nettement déserte.  Et, vous ne pouvez rien faire à ce sujet.

Vous vous sentiriez malades, puis désespérés, furieux, fâchés, bouillants et fous de rage !

Mais, ce n’est pas tout.  Vous réalisez soudainement que tout ce en quoi vous croyiez avec ferveur :

  • Les avantages de la fiscalité élevée,
  • La nécessité d’une réglementation accrue,
  • La croyance en des frontières ouvertes,
  • La validité du réchauffement climatique,
  • L’équité de la médecine socialisée,
  • La sagesse de l’éducation socialisée,
  • L’éclat de mener de l’arrière et de parvenir à un accord nucléaire d’un milliard de dollars avec l’Iran …

Ils sont tous partis !  Mais, ce n’est pas tout.

Vous réalisez également que chaque journal que vous lisiez, chaque sondage auquel vous croyiez, chaque personnalité de la télévision à laquelle vous faisiez confiance, toutes vos sources d’information étaient erronées !  Jour après jour, semaine après semaine, mois après mois, ils ont prédit qu’Hillary gagnerait.  Et, puis, kaput !  Votre identité entière est complètement disparue.

Comme les espèces essentiellement inadaptables représentées par la gauche, vous ne pouvez pas faire face, pas plus que les enfants flocons de neige que vous avez élevés peuvent faire face à une adversité même mineure.  Il ne reste plus que les enfants de la fusion des médias professionnels, Joy Reid, le joyeux de CNN, et Joy Behar, la joyeuse d’ABC, qui peuvent s’en sortir.

Alors, les hystériques ont été les perdants de la gauche de la campagne présidentielle de 2016 qui, essentiellement les enfants qu’ils sont, ils se sont engagés dans une crise de colère complète de deux ans, l’année où Donald Trump était candidat et sa première année à la présidence.

« RACISME »

À la minute où le petit candidat Donald Trump a déclaré que sa solution pour empêcher les étrangers illégaux, les terroristes et les trafiquants de drogues d’entrer dans notre pays par notre frontière sud était de « construire un mur » et « de le faire payer par le Mexique », les libéraux compatissants (dont les ancêtres ont créé le Ku Klux Klan, les lois Jim Crow, etc. …) ont crié « raciste ».

Le niveau de décibels n’a augmenté qu’après que le citoyen américain Rizwan Farook et son épouse pakistanaise Tashfeen Malik aient assassiné 14 personnes à San Bernardino, le 2 décembre 2015, et que le candidat Donald Trump a appelé à une « fermeture totale et complète pour les musulmans entrant aux États-Unis ».  Il a plus tard raffiné son plan pour inclure un filtrage extrême.

Bien sûr, les critiques ont ignoré le fait que pendant plus de cinq décennies, Donald Trump avait embauché des centaines voire des milliers d’employés non-caucasiens, dont un grand nombre au niveau exécutif, et que le mot racisme était le dernier adjectif que ceux qui le connaissent utiliseraient pour le décrire.

Le public a clairement compris ce message et l’a élu président des États-Unis !

Petite remarque : Il est pertinent de mentionner ici que selon l’Associated Press, le taux de chômage des Afro-Américains aujourd’hui est à son plus bas niveau dans les enregistrements remontant à 1972.

CERCUEILS DES MÉDIAS

Dans un article de septembre, « Putains Médiatiques », j’ai cité le rapport du journaliste Ashley Lutz pour Business Insider, qui disait qu’en 1983 il y avait 50 entreprises médiatiques, mais qu’aujourd’hui, seulement six organisations sont responsables de 90% de toutes les nouvelles que nous lisons, regardons et écoutons !  Cinq des PDGs de ces entreprises de plusieurs milliards de dollars sont des mondialistes gauchistes, et le sixième, le seul conservateur, est Rupert Murdoch (Fox, Wall Street Journal, NY Post, etc…) qui a récemment donné le contrôle de son empire à ses fils gauchistes, Lachlan et James, d’où l’inclinaison nettement vers la gauche de Fox et du WSJ.

Pendant des décennies, ces titans du monde des affaires ont fait des investissements massifs dans l’économie mondiale, en grande partie grâce aux escrocs gauchistes, les Clinton, Obama et Co .;  Les communistes, les dictateurs et l’Organisation des Nations Unies qui détestent l’Amérique ; Les milliardaires gauchistes qui prospèrent et dénoncent le capitalisme en même temps, qui les ont convaincu que l’Amérique était en déclin et que les frontières ouvertes et un monde-gouvernement étaient dans la montée imminente.

Puis, Donald Trump est arrivé et toute cette stupidité mondiale a disparu du jour au lendemain.

Depuis lors, les mondialistes ont fait deux choses : Ils ont continué à investir massivement dans notre économie, d’où l’ascension fulgurante de la Bourse, tout en disant à leurs médias de maintenir le rythme de la négativité à propos du président Donald Trump.  Pourquoi ?  Parce que les cotes attribuées à leurs spectacles décadents ont été à l’origine de son élection, tout comme l’argent qui se trouvait dans leurs poches !

Le toujours perspicace Daniel Greenfield élabore sur ce phénomène :

« Les médias ont passé huit ans à décliner dans l’inadéquation sous Obama. Même avant Donald Trump, Barack Obama avait contourné les médias pour les médias sociaux.  Les grandes histoires ont été alimentées à la presse par des copains d’Obama Inc., comme Ben Rhodes ou des magasins de barrières politiques cachés comme Fusion GPS. »

« Donald Trump a ravivé les médias … ses remarques de fin d’année au New York Times résument d’une manière acerbe sa relation avec les médias.  « Je vais gagner encore quatre ans … parce que les journaux, la télévision, toutes les formes de médias vont s’accrocher si je ne suis pas là ».  L’explosion de rage et de mépris des médias a d’autant plus duré que la déclaration n’était pas seulement intentionnellement provocatrice ; C’était aussi vrai. »

« La plus grande astuce de Donald Trump était de forcer les médias à entrer dans le ring avec lui.  Cela a toujours été son truc pour vaincre ses adversaires. »

« La campagne de Donald Trump a mis fin à la carrière d’Hillary Clinton, a mis un républicain à la Maison Blanche, nous a retirés des Accords de Paris sur le Climat, a imposé l’interdiction de voyager pour les musulmans, a reconnu Jérusalem et a fait tout ce que les médias détestent pendant toutes les secondes de la journée.  Et les médias ont aidé à les réaliser. »

Personnellement, je me demande comment vont se sentir toutes ces « putains médiatiques » quand elles se rendront compte qu’elles ont été jouées non seulement par le président Donald Trump, mais aussi, par leurs patrons !

LA CONSPIRATION – CERCUEILS DES THEORISTES

Pendant un an, depuis l’élection présidentielle de novembre 2016, et sans aucun doute comploté et planifié pendant des mois avant les élections, quand le scrutin interne des démocrates leur a dit que l’homonyme de Sir Edmund Hillary pourrait perdre, le même que le dossier Steele prouvait que la campagne de Donald Trump avait fait collusion avec les Russes pour gagner l’élection a été le thème continuel, 24-7, de chaque diffusion gauchiste en Amérique.

La mission, bien sûr, était de prouver la collusion, la conspiration, voire la sédition, puis, de destituer le président Donald Trump et finalement retourner au paradis communiste que le faux « président » Barack Obama a tenté d’imposer à un pays libre et à la maison des braves.

Mais, selon l’auteur et journaliste Paul Sperry, « Maintenant qu’Hillary Clinton a été révélée comme étant un maître-payeur (dossiers Steele) et qu’un FBI favorable à Hillary fait l’objet d’une enquête pour avoir éventuellement lancé la collusion Trump-Russie sous de faux prétextes, ils sont soudainement en pleine retraite.  Leur crédibilité est en lambeaux avec le document discrédité. »

« La nouvelle mission des démocrates », ajoute Sperry, « est d’enterrer le dossier, et les médias leur fournissent la pelle.  Les démocrates ont réveillé tout le monde sur une fausse théorie du complot, et maintenant, ils se rendent compte qu’ils ont exagéré et ils courent pour les sorties, révisent l’histoire, refont les récits, en couvrant leurs hérésies.  Ils ont mené la nation dans une chasse à l’oie sauvage, et maintenant ils craignent les conséquences. »

Effectivement.  Comme se le demande le blogueur russo-américain Gary Gindler : « Les Soros, Obama et Clinton sont-ils si naïfs qu’ils croient sincèrement que Donald Trump acceptera leurs règles d’engagement et passeront inaperçus ?  Pensaient-ils sérieusement qu’une enquête sur quelque chose qui n’existerait pas ne déclencherait aucune réponse de la part de Donald Trump ? Aucun de ces néo-marxistes avec des QI prétendument élevés n’a pris la peine d’envisager une stratégie pour prévenir Donald Trump juste au cas où il s’avérerait ne pas être coupable de quoi que ce soit ».

Gary Gindler suggère ce que pourrait être la « stratégie de contre-attaque » du président : « Les événements du mois dernier donnent toutes les raisons de croire que Donald Trump vise la faillite à grande échelle de ses adversaires politiques.  Cette banqueroute se réfère non seulement à la banqueroute financière, mais aussi, politique, légale et morale du Parti Démocrate et de ses alliés dans les médias de désinformations ».

CERCUEILS DES HORDES DU HARASSEMENT

Ceci a commencé en 2016, lorsque le co-présentateur du Today Show, Billy Bush, a diffusé une cassette d’une entrevue qu’il avait faite avec le magnat des affaires Donald Trump en 2005, une bande dans laquelle les deux hommes ont rigolé en discutant des femmes au cours d’une discussion dans un vestiaire typique.  L’homme parle de sexe.

« Sexiste », « misogyne », « haïssant les femmes » ; Il dénonçait les mêmes femmes qui se tenaient fidèlement non seulement près de Bill Clinton à travers huit années de violence conjugale et d’abus des femmes, mais, aussi derrière tous les hommes prédateurs de Hollywood, et de la télévision et des mondes littéraires et sportifs sans jamais murmurer un mot de protestation.

En octobre, le brouhaha des harcèlements sexuels a éclaté lorsque le magnat du cinéma, Harvey Weinstein, a été accusé de comportement vulgaire envers les femmes, remontant à plusieurs décennies.  Ceux d’entre nous qui savent comment les libéraux pensent savaient que (1) c’était un stratagème désespéré, étant donné que toutes les choses mentionnées ci-dessus n’avaient pas fonctionné pour déposer ou attaquer le président Donald Trump, (2) qu’ils devaient choisir un exécutif, un puissant comme Weinstein, pour ensuite faire leurs accusations contre le président des États-Unis, sauce pour l’oie et tout ce qui suit, et (3) tout le monde était indispensable pour actualiser leurs objectifs.

En novembre dernier, même le journal gauchiste Newsweek a publié une liste mise à jour des hommes accusés de harcèlements sexuels, en grande majorité des libéraux démocrates !  Surprise !  Surprise !

CERCUEILS DE L’APTITUDE MENTALE

Tant que les milliardaires gauchistes se frayeront un chemin, les gauchistes parmi nous continueront leur battement de tambour anti-Trump.  Maintenant, nous avons la théorie hilarante que le président est mentalement inapte pour être au pouvoir.

Il y a quelques jours, le représentant Jamie Raskin (D-MD) a déclaré à CNN que le Congrès avait un « devoir constitutionnel » de … déclarer le président Donald Trump inapte à servir dans le Bureau Ovale en raison de son état psychologique. Un avocat, Cong. Raskin n’a pas mentionné ses références dans le diagnostic des conditions médicales qui menacent notre sécurité nationale.

Cependant, il a dit au présentateur que, le mois dernier, lui-même et plus d’une douzaine d’autres législateurs ont rencontré la professeure en psychiatrie de l’Université Yale, le Dr. Bandy X. Lee, qui, en violation de l’éthique professionnelle, a déclaré que le président présentait des signes qu’elle révélerait plus tard, selon Politico.

Apparemment, le Dr Lee a un problème avec le tweet du président.  Mais, selon l’écrivain Renee Hayes, « Lee a un intérêt dans la disparition mentale du président Donald Trump avec un livre qu’elle a édité, appelé, L’affaire Dangereuse de Donald Trump ».  Le livre … a apparemment été lu par de nombreux législateurs qui ont assisté le mois dernier à la réunion.

Dans une accusation puissante contre le prédécesseur de Donald Trump, l’écrivain Jack Hellner, affirme que « les gens qui ont réellement besoin de se faire examiner la tête sont Barack Obama et tous les journalistes et tous les démocrates qui l’ont soutenu.  Barack Obama était paranoïaque, délirant, et un autocrate avide de pouvoir qui ne se souciait pas d’une justice égale, de son serment de faire respecter les lois, de la Constitution, des opportunités économiques pour tous, ou de la sécurité du peuple.  Je prendrai volontiers un président qui va de l’avant, qui suit les lois que le Congrès a adoptées, et qui s’efforce de redonner le pouvoir et la bourse au peuple aussi vite qu’il le peut.  Sa capacité mentale à produire des résultats semble être spectaculaire ».

CERCUEIL DU LIVRE DE WOLFF

Les gauchistes organisent assez efficacement les événements pour détourner l’attention des réalisations spectaculaires du président Donald Trump et utilisent ensuite les médias gauchistes pour maintenir leurs obsessions haineuses.

Le dernier spectacle a été la publication d’un livre anti-Trump par le fabricant Michael Wolff, qui comporte des accusations bizarres et calomnieuses envers le Commandant-en-Chef et sa famille par Steve Bannon, un ancien conseiller du président et président exécutif de Breitbart News.

Malheureusement pour un Bannon clairement amer et en colère, souffrant d’un syndrome d’amertume (le résultat d’être sommairement rejeté par la Maison Blanche), le livre souffre déjà du facteur de crédibilité tout-important.  Et, l’ancien conseiller a maintenant offert au président Donald Trump des excuses extravagantes ; « Mon soutien est également inébranlable pour le président et son agenda … » ; Ce qui suggère que Michael Wolff aurait dû réserver son diagnostic psychiatrique à Steve Bannon.

Comme l’a tweeté Mark Simone, un animateur new-yorkais : « Seul un écrivain tabloïd paresseux qui sort un livre tous les 5 ans peut appeler un milliardaire, qui construit des centaines de gratte-ciel dans son sommeil, dirige des dizaines d’entreprises, emploie 10.000 personnes, un enfant sans focus ».

À ce stade, il semble qu’à l’exception des « élites » gauchistes sur les deux côtes et des médias dont la crédibilité est maintenant proche de zéro, personne n’achète cette fiction.  Comme le dit si bien l’écrivain Kurt Schlicter : « L’élite continue de perdre la face devant celui qu’elle nous dit être idiot.  L’élite continue à perdre la face devant le gars qu’ils nous disent être un clown.  Ils refusent juste de perdre.  Ils refusent juste de se soumettre.  Ils refusent simplement de se soucier de ce qu’ils disent ou de ce qu’ils pensent.  Et, cela les rend furieux.  Il ne prendra pas un genou, mais il va leur offrir un doigt ».

Source : News With Views 

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

Mots clés: , , , , , , , , , , ,



Back to Top ↑
  • VISITES


  • Donation pour HESTHELAMB

    Pleins Feux sur l'Heure Juste, bénéficie du ministère de HESTHELAMB, et nous voudrions l'aider aussi financièrement.
    Ces vidéos produites demandent beaucoup d'investissement et désirons vous partager ce besoin.
    Merci pour votre soutien !

  • Conférence 2018

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence 2015 et 2012




Real Time Web Analytics