DEUXIÈME GUERRE FROIDE

DEUXIÈME GUERRE FROIDE

Partager avec les autres
Table des matières

Par George Lujack – Le19 mars 2022

La Russie a envahi l’Ukraine le 24 février 2022 dans ce qui a été appelé la plus grande attaque militaire conventionnelle en Europe depuis la Seconde Guerre Mondiale. L’incursion militaire russe en Ukraine a été fermement condamnée par la plupart des politiciens occidentaux et des grands médias. Le président russe Vladimir Poutine a été traité de tueur et a été comparé à Adolf Hitler. La Seconde Guerre Froide a commencé.

L’animateur de Fox News, Sean Hannity, a récemment suggéré que le président russe Vladimir Poutine devrait être assassiné et a appelé l’OTAN à bombarder les Russes et leurs convois en Ukraine. Hannity a déclaré : « Vous coupez la tête du serpent et vous tuez le serpent. Et, en ce moment, le serpent est Vladimir Poutine. Quiconque envahit un pays souverain (même s’il a des antécédents de corruption comme l’Ukraine) et tue des hommes, des femmes et des enfants innocents comme l’a fait Poutine, il perd son droit de diriger un pays et mérite d’être éliminé par tous les moyens nécessaire ».

Croire que Poutine agit unilatéralement, sans le soutien des autres dirigeants russes du Kremlin et le soutien de la plupart des Russes, dépasse l’ignorance et la naïveté. Le dernier sondage russe montre que 70% de la population russe soutient fermement Vladimir Poutine.

Tuer Poutine n’arrêterait pas la Russie. Ironiquement, la Russie croit, ou finira par croire, que la meilleure façon de tuer la bête de l’OTAN sera de couper la tête de la bête de l’OTAN et vous tuerez la bête de l’OTAN.

MATTHIEU 7:3-5 : « Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’oeil de ton frère, et n’apercois-tu pas la poutre qui est dans ton oeil ? Ou comment peux-tu dire à ton frère : Laisse-moi ôter une paille de ton oeil, toi qui as une poutre dans le tien ? Hypocrite, ôte premièrement la poutre de ton oeil, et alors tu verras comment ôter la paille de l’oeil de ton frère. »

Avant de retirer Poutine du pouvoir, nous devrions d’abord retirer notre président usurpateur non élu, Joe Biden, du pouvoir. Avant de nous engager à aider l’Ukraine à protéger sa frontière, nous devons d’abord protéger notre frontière mexicaine contre l’afflux d’immigrants illégaux en Amérique. Avant de dire à la Russie à quel point elle a tort d’envahir une nation souveraine, l’Amérique doit cesser d’envahir des nations souveraines (Vietnam, Beyrouth, Grenade, Panama, Irak, Somalie, Bosnie, Kosovo, Afghanistan, Irak, Libye, Syrie) et l’établissement des bases des forces armées partout dans le monde. Avant de déclarer que la Russie ne peut pas racheter ses anciennes nations du bloc soviétique, les États-Unis devraient d’abord reconnaître les états confédérés d’Amérique.

Sommes-nous, les Américains réveillés, censés oublier soudainement ce pays post-républicain dans lequel nous nous trouvons, agiter des drapeaux ukrainiens, et soutenir patriotiquement Joe Biden et s’opposer à la Russie ? Sommes-nous censés oublier à quelle fréquence nos politiciens et nos médias nous mentent continuellement sur des choses telles que la Covid, la nécessité des verrouillages, les protocoles des camps de la mort des hôpitaux de la Covid via des ventilateurs, des vaccins « sûrs et efficaces » et le monde étant au bord du gouffre de la catastrophe due au réchauffement climatique ? Joseph Goebbels serait impressionné par la machine de propagande américaine.

Cela peut sembler anti-américain et controversé, mais l’Ukraine est la deuxième nation la plus corrompue au monde, derrière les États-Unis, qui sont les plus corrompus. Quelle est la plus corrompue, la nation forte (l’Amérique), qui soudoie la nation la plus faible avec un milliard de dollars de subventions ou la nation la plus faible qui accepte la subvention avec des conditions ? Des chaînes telles que le licenciement d’un procureur enquêtant sur le fils de Joe Biden, Hunter, qui a reçu un salaire de $83.000 par mois en pots-de-vin, je veux dire « travaillé » pour le compte de la société énergétique ukrainienne Burisma, dans le cadre de l’accord pour le milliard de dollars accordé.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky est l’affiche d’un chef fantoche occidental soutenu, en ce qui concerne la Russie. Grâce à l’aide occidentale, principalement américaine, l’Ukraine est devenue une base pour un nouvel empiétement de l’OTAN sur les frontières de la Russie. Croire que la Russie a envahi l’Ukraine uniquement comme un acte d’agression russe pour la conquête mondiale sur le caprice d’un dictateur, c’est ignorer l’histoire. Comme l’a déclaré Poutine, « les États-Unis stationnent des missiles sur le porche de notre maison [en Ukraine, visant des villes russes] ».

« Ne jugez pas un homme [une nation] tant que vous n’avez pas marché un mille dans ses chaussures. » (Proverbe américain)

L’Allemagne nazie a envahi l’Union Soviétique le 22 juin 1941 avec 3,8 millions de soldats, la plus grande force d’invasion de l’histoire de la guerre à l’époque. Les forces allemandes nazies ont saisi l’Ukraine, qui faisait partie de l’Union Soviétique, et ont finalement été chassées d’Ukraine par les forces russes. La Seconde Guerre Mondiale est qualifiée par la Russie de Grande Guerre patriotique. Ainsi, lorsque Vladimir Poutine proclame que la Russie et l’Ukraine partagent une histoire commune, il ne ment pas. Lorsque Poutine explique que l’Occident utilise son allié historique, l’Ukraine, comme rampe de lancement pour les missiles de l’OTAN visant les villes russes, il ne ment pas. La Russie, qui a été attaquée par l’Europe allemande nazie dans le passé, a toutes les raisons de s’inquiéter de l’agression de l’OTAN à sa frontière.

La crise des missiles de Cuba a été une confrontation de 1 mois et 4 jours entre les États-Unis et l’Union Soviétique dirigée par la Russie qui a duré du 16 octobre au 20 novembre 1962. Afin de contrer les missiles américains déployés en Italie et en Turquie (visant la Russie , bien sûr), l’Union Soviétique a déployé des missiles balistiques similaires à Cuba qui visaient des villes américaines. Après l’échec de l’invasion de la Baie des Cochons à Cuba, une nation souveraine, financée par les États-Unis, le Premier Ministre cubain Fidel Castro a demandé à l’Union Soviétique d’installer des installations de lancement de missiles à Cuba pour dissuader une future invasion de Cuba. L’Union Soviétique a accepté la demande de Castro et la construction d’installations de lancement de missiles à Cuba a commencé en juillet 1962. Un blocus naval américain de Cuba s’en est suivi, qui a empêché les Soviétiques de poursuivre la construction des installations de lancement de missiles à Cuba. Des négociations ont eu lieu par la suite et il a été convenu que l’Union Soviétique démantèlerait ses missiles à Cuba et les rendrait à l’Union Soviétique et que les États-Unis acceptaient de ne plus envahir Cuba et démantèleraient leurs systèmes de missiles déployés en Turquie et en Italie contre l’Union Soviétique. Alors que les dirigeants américains et de l’OTAN d’aujourd’hui croient qu’ils ont le droit de placer leurs missiles dans n’importe quel pays souverain près des frontières de la Russie, les États-Unis ont failli entrer en guerre nucléaire contre l’Union Soviétique lorsqu’ils ont tenté de placer leurs missiles près de la frontière américaine.

Une grande partie de l’Ukraine est russe, les langues russe et ukrainienne sont des langues slaves similaires et utilisent des versions légèrement différentes de l’alphabet cyrillique.

Reconstruire Mieux était un programme conceptuel des Nations Unies introduit en 2015. Le slogan a ensuite été adopté par l’administration Biden comme point de discussion pour la reconstruction de l’Amérique après la destruction généralisée de biens, encouragée par le Parti Démocrate, à la suite des troubles raciaux de 2020. L’OTAN dirigée par les États-Unis suit un schéma similaire de Reconstruire Mieux. La méthodologie de l’OTAN consiste à renverser les régimes et à construire des nations.

La Russie considère l’OTAN comme des menteurs, qui promettent perpétuellement la sécurité, puis, continuent de s’approcher de la frontière russe. L’invasion de l’Ukraine par la Russie était plus un acte défensif visant à utiliser l’Ukraine comme zone tampon contre l’empiétement de l’OTAN qu’un acte d’une nation cherchant agressivement à dépasser et à conquérir une autre nation. La Russie n’acceptera jamais que l’Ukraine rejoigne l’OTAN.

La Fédération de Russie est-elle censée rester les bras croisés alors que les États-Unis financent 25 à 30 laboratoires biologiques en Ukraine ? La Russie est-elle censée faire confiance au même gouvernement américain qui a financé le laboratoire de Wuhan en Chine et qui a certainement participé au plus grand déchaînement de virus sur l’humanité de l’histoire du monde ? Qui sait quels maux l’État Profond a prévu pour la Russie. Alors que les vérificateurs des « faits » américains affirment qu’il n’y a pas de laboratoires américains d’armes biologiques en Ukraine, mais seulement des installations de « recherche » biologique, après avoir menti à plusieurs reprises sur la Covid et toute une série d’autres problèmes politiques, les politiciens américains et les médias grand public ont perdu toute crédibilité. En fait, il faut maintenant s’attendre à ce que le gouvernement américain et les médias grand public nous mentent perpétuellement et pathologiquement.

Le président russe Poutine, utilisant un raisonnement solide, fait passer les journalistes des médias occidentaux pour des cerfs pris dans les phares chaque fois qu’ils l’interviewent. Que le sujet soit l’Ukraine, l’agression russe, les droits des homosexuels en Russie, Donald Trump ou une ingérence présumée dans l’élection présidentielle américaine de 2016, Poutine a déjoué le récit occidental avec des réponses claires et directes. Depuis le président Donald Trump, aucun politicien n’a été aussi capable d’exposer clairement l’agenda, les préjugés, la corruption, la malhonnêteté et la fausseté des dirigeants occidentaux et de leurs serviteurs des médias traditionnels que le président russe Poutine a pu le faire sur la scène mondiale.

Nous savons maintenant que malgré les 17 agences de « renseignement » (propagande) américaines signalant que la Russie s’est ingérée dans l’élection présidentielle de 2016, elles ne l’ont pas fait. Après avoir été accusé de le faire, Poutine a demandé à la journaliste Megan Kelly de fournir un exemple ou des preuves réelles montrant exactement ce que la Russie a fait pour interférer avec l’élection présidentielle américaine de 2016. La réponse de Kelly a été, en somme et en substance, « Eh bien, nous savons tous que vous l’avez fait ». Nos médias grand public et l’État Profond du gouvernement américain sont pleins de menteurs pathologiques !

Les médias occidentaux ont tenté de piéger le président Poutine avec des accusations selon lesquelles la Russie est anti-homosexuelle et Poutine explique calmement qu’il n’est pas illégal d’être gay en Russie, qu’il n’y a pas de peine de mort pour les gays en Russie, et si Elton John veut faire un concert en Russie, il est le bienvenu. Ce qui est illégal en Russie, c’est la promotion et la propagande de l’homosexualité et de la maltraitance des enfants (qui comprend la pédophilie et la chirurgie de mutilation sexuelle), pratiques que les nations occidentales ont récemment adoptées ou sont en train d’adopter.

La plus grande bienfaitrice de l’occupation russe de l’Ukraine n’est nul autre que Hillary Clinton. Le rapport Durham montre qu’Hillary Clinton a espionné à la fois le candidat et le président Donald Trump et a tenté de fabriquer de fausses preuves liant le président Trump à la Russie. Les médias grand public ont fait de leur mieux pour couvrir Hillary et ils l’ont fait, seuls les médias conservateurs Fox News, Newsmax et One America News couvrant l’histoire. Après l’incursion russe en Ukraine, le cycle de l’information a changé et Hillary Clinton s’en est encore tirée avec une trahison.

Le commandant en chef des États-Unis, Joe Biden, est soit totalement incompétent, soit met délibérément en œuvre des politiques visant à nuire aux citoyens des États-Unis et à faire tomber le pays. Biden ne sait pas ce qu’il fait ! Si Biden sait réellement ce qu’il fait, c’est encore plus inquiétant pour les Américains. Afin de sauver l’environnement, qui n’avait pas besoin d’être sauvé, Biden a ordonné l’arrêt de la construction du pipeline Keystone et a maintenant imposé des sanctions au pétrole russe, en raison de leur invasion de l’Ukraine, qui a et continuera de faire grimper les prix de l’essence à la pompe. Les Américains peuvent désormais compter sur nos amis, les Saoudiens, pour augmenter la production de pétrole afin de répondre aux besoins pétroliers de l’Amérique. Le Secrétaire aux Transports, Pete Buttigieg, a exhorté les Américains à simplement acheter de nouveaux véhicules électriques pour éviter de payer des prix élevés de l’essence.

Pousser l’ours… Les citoyens américains ont été programmés au fil des ans pour croire que tout ce qui est russe est mauvais. Dans des films populaires tels que Rocky IV, Creed II, The Hunt for Red October et Firefox, les Russes sont toujours dépeints comme de méchantes brutes stupides qui sont toujours vaincues et déjouées par les bons Américains.

Ce n’est que dans des centaines d’années dans le futur, dans Star Trek, qu’un Russe est vu sous un jour positif, bien qu’un Russe qui parle anglais avec un fort accent russe.

Le dernier discours sur l’État de l’Union mettait en vedette un voleur sénile tordu, debout devant une pute stupide et une femme folle de merde de chauve-souris. Avec des dirigeants immoraux et incompétents comme celui-ci, ainsi que le secrétaire aux transports homosexuels susmentionné et de nombreux autres dirigeants immoraux, l’Amérique ne restera pas une nation bénie très longtemps.

Qui pousse le récit sur la Russie ? Les élites mondiales et culturelles qui ont fait croire à de nombreux Américains que la Russie est une nation intrinsèquement mauvaise. Les mêmes personnes qui ont passé les deux dernières années à essayer d’asservir chaque personne sur la planète à travers leur récit de la pandémie de la Covid. La Russie en a finalement dit assez et a commencé à tracer ses propres lignes rouges. La Seconde Guerre Froide est à nos portes.

Source

Traduit par PLEINSFEUX

close

Ne manquez rien !

Rejoignez les nouvelles de PleinsFeux.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables !
En savoir plus dans notre politique de confidentialité

Translate »