Eschatologie

Publié le 14 juillet, 2012 | par Pleins Feux

0

Dévastation biblique ou « déluge tranquille »

Par James J. S. Johnson, J.D., Th.D.

« Et moi, je vais faire venir le déluge d’eaux sur la terre, pour détruire toute chair ayant souffle de vie sous le ciel; Tout ce qui est sur la terre périra. » (Genèse 6:17)
Les déluges sont destructeurs (il suffit de le demander aux milliers de familles déplacées qui, chaque année, sont dévastées par les déluges). Genèse 6-8 donne le récit historique d’un déluge véritablement mondial déclenché par Dieu en jugement pour les péchés de l’humanité. Seulement huit personnes ont été sauvées, ainsi que des représentants du règne animal. Le langage du récit de la Genèse est très clair, le déluge a été l’événement le plus terrifiant et le plus destructeur à s’être jamais produit sur la terre depuis la création du monde, et aucun autre déluge depuis cette époque n’a jamais égalé sa puissance dévastatrice.

Mais, il y a ceux, comme Charles Lyell et plusieurs autres depuis lors, qui suggèrent que le déluge de la Genèse aurait été « tranquille », une sorte de montée graduelle et douce des eaux. Cette théorie erronée a été exposée il y a 50 ans dans Le Déluge de la Genèse par John Whitcomb et Henry Morris. Pourtant, des décennies plus tard, cette erreur scientifique imprègne encore les enseignements de la géologie et de l’histoire de la Terre, avec la stratégie d’enfoncer un coin entre la révélation biblique et naturelle, mettant ainsi la Bible de côté comme étant non pertinente.

Les affrontements de la théorie du Déluge Tranquille avec les Écritures

Imaginer que notre planète tout entière puisse avoir été étouffée doucement par un déluge « tranquille » est aussi idiot que l’idée de laisser tomber tout doucement une « bombe atomique tranquille » sur Hiroshima ou Nagasaki. Mais, bien pire encore, la théorie d’un Déluge Tranquille révèle au moins deux conséquences qui pourraient être appelées des Chevaux de Troie :

1)    La théorie a été utilisée comme une stratégie visant à renier la pertinence de l’autorité de la Bible, et

2)    La théorie a été utilisée pour refuser le témoignage de la Genèse sur la manière et le « timing » du déluge de la Genèse.

La théorie du Déluge Tranquille réfute la pertinence de l’autorité de la Bible

Les déistes des années 1700 et 1800 qui ont rejeté la Bible ont été confrontés à une situation difficile qui a entravé leurs efforts pour expliquer l’histoire de la Terre d’une manière qui contredit directement le récit de la Genèse. En bref, beaucoup de savants influents, notamment en Grande-Bretagne et en Amérique, enseignaient un sérieux respect, même une grande révérence, pour la Bible. Ainsi, si une nouvelle théorie scientifique entrait directement en conflit avec ce que les Écritures enseignaient, elle subirait au moins une certaine opposition immédiate et de principe.

En conséquence, beaucoup de ceux qui ont proposé de nouvelles théories qui s’opposaient à la Bible ont choisi d’enseigner leurs théories d’une manière qui rendait trompeusement crédit du bout des lèvres à l’autorité et l’exactitude de la Sainte Bible. Évidemment, c’était une stratégie pour éviter un conflit direct avec les enseignements bibliques.

Une de ces stratégies les plus réussies pour éviter les conflits était de promouvoir l’idée qu’une nouvelle théorie particulière n’était pas «en désaccord» avec la Bible parce que la nouvelle théorie questionnait un sujet scientifique qui n’était pas géré par les révélations bibliques. Ainsi, le théoricien pouvait faire valoir, effectivement, que son idée n’était pas en contradiction avec les Écritures, car il questionnait un sujet qui n’était pas couvert dans les Écritures.

Les gens savaient que si la nouvelle théorie entrait en conflit avec les informations des Écritures, un conflit d’autorité existerait. Toutefois, contourner les conflits d’informations leur offrait une échappatoire avec la responsabilité biblique. La Bible, affirmaient-ils, n’était tout simplement pas « pertinente » avec le sujet.

Dans la théorie du Déluge Tranquille, les informations de la Bible n’ont pas été ouvertement déclarées comme fausses; mais plutôt, elles ont été tout simplement mises de coté (et puis ignorées) comme n’étant pas scientifiquement pertinentes.

« Alors que le premier clairon de la trompette uniformitarienne de Lyell a été déclenché dès 1830, une nouvelle théorie a rapidement été acceptée en Grande-Bretagne, qui était destinée à déloger complètement le Déluge de la Genèse comme un facteur à prendre en considération par les géologues [pour expliquer les dépôts du déluge]. Ce fut la théorie « du déluge tranquille », qui maintenait que le Déluge universel avait été un phénomène beaucoup trop « tranquille » pour laisser de quelconques dépôts. Bien que d’abord suggéré par le botaniste suédois, Carolus Linnaeus (1707-1778), la « théorie tranquille » a été présentée au public britannique en 1826 par un ministre écossais nommé John Fleming qui prétendait que « le simple récit de Moïse me permet à croire que les eaux montèrent sur la terre d’une manière progressive, que le déluge de Noé ne présentait aucune impétuosité violente, ne déplaçant ni le sol ni la végétation qu’il supporte. Avec cette conviction à l’esprit, je ne suis pas prêt à examiner dans la nature aucune marque restante [effets géologiques] de la catastrophe, et mon respect pour l’autorité des révélations bibliques s’en trouve accru quand je ne vois, sur la surface actuelle, aucun mémorial de l’événement du déluge. Charles Lyell s’est emparé avidement de cette nouvelle théorie comme étant en parfaite harmonie avec sa philosophie uniformitariste de la nature : Je suis d’accord avec le Dr Fleming que, dans les récits de Moïse, il n’y a aucun terme employé démontrant l’impétuosité des eaux, que ce soit durant la montée, ou quand elles se sont retirées sur la retenue des vents sur la terre. »

Donc, si le déluge biblique n’avait laissé aucune trace mondiale dans la nature, comme le déclarent les défenseurs du Déluge Tranquille, les scientifiques ont pu présenter avec confiance n’importe quelle idée imaginative, tout en gardant leurs Bibles fermées, au sujet de ce que les marques observables étaient, parce que toutes ces marques ne pouvaient pas être des preuves de la catastrophe mondiale que Moïse décrit. Une fois encore, la Bible a été considérée comme non pertinente pour la géologie et l’histoire de la Terre.

Aujourd’hui, la théorie dite du Déluge Tranquille continue à laisser sa marque.

« Un jour après la classe, John Morris avait entendu dire que deux érudits chrétiens venaient à l’Institute for Christian Research, quelques jours plus tard, pour discuter de notre point de vue de la Terre jeune. L’un d’eux, un astronome et un partisan du Big Bang et d’une vieille terre, le Dr Hugh Ross, avait annoncé qu’il venait à l’Institute for Christian Research pour une « confrontation biblique ». L’autre savant, le philosophe/théologien Dr Norman Geisler, également un défenseur de la terre vieille, était venu pour appuyer Ross. »

« Puis vint la grande question : Que pensez-vous du Déluge de Noé? Ross plaidait pour un déluge local. À ce stade, Geisler a intervenu pour corriger Ross. Il a insisté que la Bible enseignait clairement un déluge à l’échelle mondiale, dans le monde entier. Mais, Geisler a dit qu’il n’avait pas fait le travail géologique revendiqué par les créationnistes partisans de la Terre jeune. Il a statué que le déluge devait avoir détruit tous les habitants humains d’avant le déluge, mais n’avait laissé que très peu de traces géologiques sur la planète. Le déluge s’est élevé, a couvert le monde, a noyé toute vie sur terre, et s’est tout simplement drainé. Pas de rochers, pas de fossiles. John Morris à demandé comment il pouvait tenir une telle position, puisque même les déluges mineurs locaux d’aujourd’hui causent d’énormes bouleversements géologiques. Comment un déluge, qu’il admettait avoir été d’une ampleur beaucoup plus grande et plus dynamique que n’importe quel autre déluge observé par la suite, aurait pu ne laisser aucun changement géologique? Alors, il a proposé un Déluge Tranquille. »

La « théorie du Déluge Tranquille » rejette que le déluge de la Genèse soit vrai

Non seulement la théorie du Déluge Tranquille rejette que le récit du déluge de la Genèse soit l’autorité pertinente pour l’interprétation des couches de roche du monde, mais la théorie renie effectivement que le récit du déluge de la Genèse est historiquement vrai. Ce tour de main a été accompli en utilisant les généralisations suivantes :

a) La théorie du Déluge Tranquille affirme que la terre n’a jamais connu une catastrophe mondiale qui a violemment détruit la géomorphologie de la Terre et sa végétation naturelle, mais elle affirme que la terre est extrêmement vieille.

b) La Bible ne décrit pas clairement un déluge mondial catastrophique, et ne fournit jamais de données chronologiques qui nient que la terre soit très vieille.

c) Par conséquent, la théorie du Déluge Tranquille ne suggère pas que la Bible soit fausse.

Mais, la seconde affirmation de ce syllogisme trompeur est fausse, alors la conclusion est erronée et fausse. En affirmant une supposée histoire de la terre qui contredit celle décrite dans les Écritures, la théorie du Déluge Tranquille rejette effectivement que le récit de la Genèse soit vrai.

Adam a péché et toute la planète porte sa malédiction. Les antédiluviens étaient des méchants violents et la terre entière porte leur jugement. Dieu a puni le péché, et Son jugement n’était pas du tout « tranquille ». Seulement Noé et sa famille ont accepté la rédemption de Dieu.

Les écritures décrivent le déluge de la Genèse comme un jugement d’une extrême violence sur notre planète en raison de la violence inouïe et inégalée sur la terre, bien le contraire de « tranquille ».

Beaucoup de noms, au cours des siècles, ont soutenu la théorie du Déluge Tranquille : Charles Lyell, Carolus Linnaeus, John Fleming, Willian Buckland, J. Laurence Kulp, et Norm Geisler. Mais, Moïse ne l’a jamais fait et c’est lui que Dieu a choisi pour enregistrer prophétiquement le récit sur ce qui s’est passé pendant le seul et unique déluge catastrophique dans le monde entier.

http://www.icr.org/article/6256/

Mots clés: , , , , , , , , ,



Comments are closed.

Back to Top ↑
  • VISITES


  • Donation pour HESTHELAMB

    Pleins Feux sur l'Heure Juste, bénéficie du ministère de HESTHELAMB, et nous voudrions l'aider aussi financièrement.
    Ces vidéos produites demandent beaucoup d'investissement et désirons vous partager ce besoin.
    Merci pour votre soutien !

  • Conférence 2018

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence 2015 et 2012




Real Time Web Analytics