DICTATEURS NUMÉRIQUES

DICTATEURS NUMÉRIQUES

Partager avec les autres

Par Ron Matsen – Le 1 mars 2022

Qui sont les personnes les plus puissantes du monde aujourd’hui ? Si j’avais posé cette question il y a vingt ans, vous n’auriez pas tort d’énumérer les dirigeants des grandes superpuissances comme les États-Unis, la Russie, etc. Dans ce contexte, la puissance était définie au sens large comme la puissance à la fois économique et militaire. La Bible prédit qu’à la fin des temps, un leader puissant se lèvera et dominera le monde. De nombreux érudits de la prophétie biblique se sont débattus avec l’identité, la méthode de contrôle et même la portée de ce futur leader.

Au coeur du monde d’aujourd’hui se trouve une dynamo numérique qui se développe à un niveau alarmant. Connectés par le World Wide Web, ces appareils de données omniscients collectent, catégorisent et croisent une quantité incalculable d’informations sur nous tous. Des comptes bancaires aux dossiers médicaux, de chaque emplacement téléphonique à chaque SMS ou courriel envoyé, presque toutes nos informations personnelles sont collectées et stockées dans un chaudron mondial pour que des parties anonymes puissent les débaucher à leur guise. Par conséquent, ce passage à un monde numérique a fait changer notre perception du « pouvoir ».

Le dilemme numérique

La plupart des gens se sont habitués au fait que leurs finances personnelles sont stockées et contrôlées dans un système numérique. Dans un sens, nous sommes devenus à l’aise pour « dormir dans la gueule du lion ». Il n’y a pas si longtemps, je me suis rendu dans une station-service locale dotée d’un système de paiement à la pompe. Lorsque j’insère ma carte de débit dans la machine et que j’entre mon code NIP, l’écran me lit « Carte refusée ». J’ai été choqué car j’étais convaincu que j’avais plus qu’assez d’argent sur mon compte. Puis, il m’est venu à l’esprit qu’à ce moment-là, toute ma liberté financière était soudainement mise à zéro et que je ne pouvais pas « acheter ou vendre » sans que mon compte numérique ne soit déverrouillé. Heureusement, ça a été vite rectifié, et les mâchoires du lion me laissent vagabonder librement (pour le moment).

Le pointage de crédit financier

J’ai vécu en dehors des États-Unis pendant les trente dernières années. Pendant ce temps, ma femme et moi avons emprunté de l’argent, acheté des voitures et des maisons et utilisé le crédit comme le font la plupart des ménages sans problèmes ou questions. À notre retour aux États-Unis en janvier 2022, j’ai été surpris de voir qu’un système de notation de crédit avait vu le jour et était utilisé pour évaluer automatiquement ma solidité financière. J’ai vite compris que votre pointage de crédit est, pour le meilleur ou pour le pire (et souvent pire), l’un des chiffres les plus importants de votre vie d’adulte. Il dicte si vous pouvez obtenir un prêt et quel taux vous paierez. Cela pourrait déterminer si vous pourrez un jour posséder votre propre maison. Cela pourrait même déterminer si vous obtenez l’emploi de vos rêves.

Mais, comment est né ce chiffre important ? « En 1956, l’ingénieur Bill Fair s’est associé au mathématicien Earl Isaac pour créer Fair, Isaac, and Company, dans le but de créer un système de notation de crédit standardisé et impartial. En deux ans, ils avaient commencé à vendre leur premier système de pointage de crédit. Le système de score FICO actuel a fait ses débuts en 1989 et est devenu la norme de l’industrie. » Aujourd’hui, la plupart des gens se tournent vers les sociétés en ligne TransUnion, Equifax et Experian pour voir quelle est leur cote FICO.

Ce qui m’a semblé étrange, c’est que je n’ai trouvé aucune définition détaillée de la façon dont ce nombre très important est développé. J’ai donc découvert que l’époque où l’on pouvait être évalué en tant que personne par une personne et où l’on pouvait comprendre les critères requis pour réussir à atteindre ses objectifs financiers est révolue.

Alors que j’étais assis au bureau du service client de ma banque locale, j’ai réalisé que plus de cinquante ans de mon histoire et de mes performances financières avaient été anéanties, et je dois maintenant m’agenouiller devant les nouveaux tsars invisibles du crédit et espérer que leur « système » me donnera un score favorable car il semble que le pointage de crédit le plus important soit un mystère tenu près de la poitrine de ces dictateurs de données de crédit sans nom.

Le pointage de crédit social

Les systèmes de classement social existent depuis aussi longtemps que la civilisation elle-même pour catégoriser ou mettre en évidence les différences entre les groupes sociaux. L’histoire nous a montré que parce qu’ils sont tous basés sur des critères subjectifs, ils peuvent devenir la base d’une discrimination injuste.

En 2014, la Chine a mis en place un système de crédit social. Ce système est un vaste cadre réglementaire destiné à rendre compte de la fiabilité des individus, des entreprises et des entités gouvernementales à travers la Chine. Les conséquences d’une mauvaise cote de crédit social pourraient être graves. Cela peut affecter les perspectives de voyage, l’emploi, l’accès au financement et la capacité de conclure des contrats. D’un autre côté, une cote de crédit positive pourrait faciliter une gamme de transactions commerciales.

En 2018, l’ancien vice-président américain, Mike Pence, a tiré la sonnette d’alarme sur le système de crédit social chinois, déclarant : « Les dirigeants chinois visent à mettre en œuvre un système orwellien fondé sur le contrôle de pratiquement toutes les facettes de la vie humaine, le soi-disant système de crédit social ».

De nombreux Américains pourraient trouver la puissance du système de crédit social chinois étonnante. Mais, les gens aux États-Unis sont déjà furtivement redevables à un système similaire, il est juste établi et appliqué par des entreprises privées au lieu du gouvernement. Par exemple, « les compagnies d’assurance-vie peuvent désormais baser les primes d’une personne sur le contenu de leurs flux de médias sociaux ». Airbnb et Uber ont des millions d’annonces qui limitent leurs services aux clients indésirables. Une interdiction par Facebook, Twitter et YouTube ( pour n’en nommer que quelques-uns) est un événement régulier car ils interdisent les indésirables et les indignes. Cette exclusion formelle est sans recours. L’aspect le plus troublant du système de crédit social américain est que ces peines sont toutes imposées en dehors du système judiciaire officiel et, par conséquent, peuvent être aussi punitives que le veut le punisseur. Ainsi, vous pouvez voir que les Dictateurs du Crédit Social Digital exercent déjà leur pouvoir privé pour discriminer à volonté.

Le score des métadonnées médicales

Les dossiers médicaux et hospitaliers changent. Les dossiers médicaux papier que nous connaissons, ainsi que le reste du monde « écrit », deviennent électroniques, c’est-à-dire écrits, conservés et récupérés sous forme de données numériques. La COVID-19 a accéléré l’utilisation de la collecte et du partage de données électroniques. En 2019, un passeport de vaccination était de plus en plus devenu le seul ticket d’entrée dans les restaurants, les gymnases et les spectacles en salle. Le problème était de savoir combien de données ces passeports devaient contenir.

Alors que je vivais en Nouvelle-Zélande, jusqu’à la mi-janvier 2022, j’ai vu la mise en place du suivi des contrats personnels. L’idée ici est qu’il n’y a qu’un pas à franchir pour vérifier électroniquement la vaccination et lier la recherche obligatoire des contacts. Voici quelques-unes des exigences imposées aux propriétaires d’entreprise et à leurs clients en Nouvelle-Zélande :

  • Vous devez légalement avoir plus d’un moyen pour que les gens enregistrent leur visite, en particulier pour les personnes qui ne peuvent pas scanner les codes QR.
  • Certaines entreprises et organisateurs d’événements doivent légalement avoir un moyen pour les clients et les visiteurs d’enregistrer qu’ils sont entrés dans leurs locaux ou ont assisté à un rassemblement ou à un événement.
  • Le moyen le plus sûr pour les clients et les visiteurs d’enregistrer leurs coordonnées est de scanner l’application NZ COVID Tracer.
  • Aux États-Unis, nous voyons la possibilité qu’un système similaire soit en préparation pour le déploiement. « En raison des nombreux avantages émergents « après l’entrée », les gouvernements fédéral et des États, les compagnies d’assurance et les établissements médicaux promeuvent fortement l’adoption des dossiers médicaux électroniques (DME). »
  • « Malgré les avantages tels que l’amélioration de la coordination des soins aux patients et l’accès aux informations sur les patients, le dossier médical électronique (DME) dans son état actuel pose des obstacles importants à l’efficacité du travail des préventionnistes des infections (IP) pendant une pandémie. La pandémie de maladie à coronavirus de 2019 (COVID-19) souligne à la fois l’importance des PI pour le système de santé et la nécessité d’un partenariat toujours plus renforcé entre les PI et les technologies de l’information (TI). »
  • Robert M. « Bob » Wachter, MD, est médecin universitaire et auteur. Il fait partie de la faculté de l’Université de Californie à San Francisco, où il est président du département de médecine, de la chaire dotée Lynne et Marc Benioff en médecine hospitalière et professeur émérite Holly Smith en sciences et médecine. Le Dr Wachter déclare : « À partir de maintenant et pour toujours, votre santé et vos soins de santé seront déterminés, à un degré remarquable et quelque peu inquiétant, par le bon fonctionnement de la technologie. » Il poursuit en disant : « L’informatique est le domaine d’une médecine qui se préoccupe des interactions entre les humains et les outils et systèmes d’information ». Il résume sa conclusion en déclarant que « des soins de santé plus automatisés et axés sur les données déplaceront jusqu’à 80% du travail de diagnostic et de prescription des médecins ».

En termes simples, le Dr Wachter déclare simplement ce qui peut être nécessaire et inévitable concernant les données de santé privées se trouvant finalement dans un référentiel centralisé. Dans quelle mesure ces données personnelles peuvent-elles être sécurisées dans une base de données mondiale interconnectée ? Encore une fois, il ne nous reste rien d’autre qu’un système informatique automatisé pour proposer son évaluation médicale par un algorithme informatique. Dans ce scénario, le dictateur numérique peut être l’IA (intelligence artificielle) qui analyse les données et délivre le diagnostic.

Quel est ton score ?

Il n’est pas exagéré de voir que tous ces systèmes de notation personnelle pourraient bientôt être regroupés dans une base de données centralisée qui permettrait à l’élite de surveiller et de contrôler les masses. Comme nous l’avons déjà vu, les gouvernements peuvent geler les comptes bancaires personnels sur la base de violations non financières. En effet, un passeport numérique pourrait être le sous-produit naturel donnant aux dictateurs numériques un pouvoir total sur le peuple.

Le score des médias sociaux

Bien que nous ne puissions pas faire grand-chose pour changer le cours de ce qui précède, les médias sociaux sont un domaine de grand intérêt pour le Ministère de la Maison Koinonia car ils constituent un point d’accès important à nos amis et partisans.

L’émergence des plate formes de médias sociaux au début des années 2000 a offert à chacun un portail à travers lequel ses utilisateurs pouvaient communiquer rapidement avec un sous-ensemble privé de leurs amis. Koinonia House a lancé sa page Facebook en 2014 et a immédiatement accumulé environ sept mille likes de page. En 2016, la page avait gagné plus de quarante-cinq mille pages. À ce sommet d’exposition, nous avons vu nos publications atteindre plus de cent mille personnes avec une moyenne d’un millier d’interactions par publication. En 2022, nous avons moins de trente-neuf mille pages aimées et nos publications touchent environ huit mille personnes avec une moyenne d’une centaine d’interactions par publication. Il ne faut pas être un génie pour comprendre que notre « portée et nos interactions » ont considérablement diminué depuis 2016. Il est intéressant de noter que 2016 a été une année charnière pour les entreprises de médias sociaux, car elles ont commencé à modérer et à désactiver les membres avec lesquels ils n’étaient pas d’accord. Comme vous pouvez l’imaginer, les six dernières années nous ont donné le temps d’évaluer notre place sur ces plates formes car nous avons reconnu que nous sommes très probablement marginalisés au point d’être presque invisibles.

En 2012, nous avons lancé la chaîne YouTube de Koinonia House. Au cours de ses débuts modestes, nous avons attiré environ sept mille abonnés. En 2016, ce nombre était passé à près de cinquante mille. À la fin de 2019, nous avions dépassé les cent mille abonnés convoités. Actuellement, notre chaîne YouTube compte plus de cent quatre-vingt-six mille abonnés. Les statistiques de visionnage sur cette période sont intéressantes dans la mesure où elles devraient suivre l’augmentation du nombre d’abonnés :

2015 1,2 million de vues

2016 1,8 million de vues

2017 1,8 millions de vues

2018 2,1 millions de vues

2019 7,5 millions de vues

2020 6,0 millions de vues

2021 4,9 millions de vues

Comme vous pouvez le voir, nos vues globales sont sur une pente descendante constante tandis que nos abonnés continuent d’augmenter. Nous avons également observé que jusqu’en 2016, une vidéo nouvellement publiée était en moyenne de trente à cinquante mille vues la première année. Nos vidéos récentes ont du mal à obtenir dix mille vues au cours de leur première année. Comme Facebook, YouTube semblait réduire la recommandation de nos vidéos et les rendre plus difficiles à trouver dans leur moteur de recherche.

Tout ce qui précède semble indiquer que les plate formes de médias sociaux de KHouse sont désormais retenues et même bloquées. En passant, KHouse a proposé 46 vidéos à visionner gratuitement sur le site web d’Amazon Prime. Ces dernières années, Amazon a retiré toutes nos vidéos sans explication, ce qui devrait faire sourciller.

Notre réponse

Lorsque le jeune David se préparait à rencontrer Goliath, il ne tenait pas compte de la force de l’armure du géant, de son expérience au combat, ni même du manque d’encouragement de ses propres compatriotes. David savait qu’il était en mission désignée par Dieu. On voit qu’il s’est approché de son ennemi avec cinq pierres lisses. En termes militaires, cela s’appellerait une guerre asymétrique. C’est-à-dire sortir des règles de combat attendues.

Nous pouvons voir que le monde numérique incontrôlé devient de plus en plus hostile au point qu’il semble que la voix de la Vérité pourrait être réduite au silence. Mais, comme David n’a pas compté sur sa propre force, nous cherchons également un moyen d’affronter et de vaincre ces Goliaths de l’ère numérique. Bientôt, vous verrez des changements significatifs dans nos efforts sur les médias sociaux. Nous ne voulons pas « jeter le bon argent après le mauvais » en continuant à déverser nos ressources limitées dans un marché en déclin pour nous. Au lieu de cela, le mois prochain, nous publierons un nouveau moyen de communiquer directement avec toute notre famille KHouse.

Source

Traduit par PLEINSFEUX

close

Ne manquez rien !

Rejoignez les nouvelles de PleinsFeux.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables !
En savoir plus dans notre politique de confidentialité

,

Translate »