Nouvelles

Publié le 10 septembre, 2018 | par admin

0

DIEU VOUS LAISSE-T-IL TOMBER ?

Par Steve Schmutzer – Le 4 septembre 2018

Est-ce que Dieu vous a jamais laissé tomber ?

Attendez.  Avant de répondre, je ne suis pas intéressé par les réponses clichées. Vous savez : « En toutes choses, Dieu travaille pour le bien de ceux qui l’aiment » ou « Les plans de Dieu sont de me donner un espoir et un avenir ».  Et, je ne veux pas entendre cette vieille rengaine : « Il sait ce qui est le mieux pour moi ».

Ces réponses sont basées sur la Bible, et elles sont donc vraies lorsqu’elles sont correctement appliquées avec le bon cœur à la bonne situation.  Mais, dans mon expérience, trop de chrétiens disent ce genre de choses quand leur foi a atteint ses limites.  Ils sont à peine capables de supporter leur douleur, de décrire leur confusion ou de contenir leur rage.

Ce n’est pas parce que nous pouvons forcer certains mots à sortir de notre bouche que nous disons ce que nous ressentons vraiment.  Ce n’est pas parce que nous ne pouvons pas admettre que ce qui se passe réellement ne se produit pas.

Soyons totalement honnêtes.  Avez-vous déjà été en colère contre Dieu ?  Avez-vous déjà négocié avec Lui dans votre cœur et, maintenant, vous êtes  bouleversé ?  Êtes-vous toujours en train de « combattre le bon combat », mais vous êtes épuisé et désespéré ?  Avez-vous pris la grande route, mais vous avez atteint la fin du marché ?

Maintenant, passons aux punaises :

Vous êtes-vous mis à la tâche d’élever vos enfants de la bonne façon seulement pour qu’ils ne vous déçoivent pas avec leurs choix ?

Travaillez-vous longtemps et tranquillement dans un ministère alors que d’autres, avec moins de dons, moins d’engagement et moins de maturité, obtiennent la récompense et la reconnaissance ?

Avez-vous prié et essayé de le faire pendant des années pour avoir un bébé et celui-ci n’est toujours pas venu ?  Pendant ce temps, des parents irresponsables obtiennent des enfants comme des lapins ?

Avez-vous soigneusement planifié une retraite simple et responsable, seulement pour voir tout s’évaporer à la suite de problèmes de santé et de factures médicales imprévus ?

Avez-vous perdu votre emploi et maintenant vous avez du mal à trouver du travail pour payer les factures ?

Avez-vous trouvé l’homme ou la femme de vos rêves, mais les choses ont changé et vous souhaitez maintenant ne plus en avoir ?

Alors, laissez-moi poser la question une fois de plus : Est-ce que Dieu vous a jamais laissé tomber ?

Si vous vous sentez comme cela ou si vous êtes tenté de le faire, vous n’êtes pas seul.  Même les personnes qui connaissaient Jésus personnellement auraient pu se sentir de cette façon… ou du moins avoir senti qu’elles avaient des raisons de le faire.

Vous voyez, nous pouvons parler toute la journée de notre « relation avec   Dieu », mais, trois personnages bibliques qui le connaissaient personnellement me viennent à l’esprit .  Je veux dire, ils ont interagi avec Jésus ; Ils l’ont regardé, l’ont écouté et ont appris de lui.  Ils savaient qui était vraiment Jésus !

Leurs vies sont enregistrées dans le Nouveau Testament comme faisant partie de sa vie, de sorte que le lien personnel s’est fait dans les deux sens.  Malgré cela, je pense que l’on pourrait faire valoir que ces trois personnes auraient pu être déçues par Jésus.  En d’autres termes, ils auraient pu admettre qu’ils se sentaient abandonnés par Dieu.

Mais, les trois personnages ont fait face à leurs réactions naturelles et ont choisi de répondre à Jésus de différentes manières.  Je pense que nous pouvons apprendre quelque chose de leurs exemples parce que ce sont des manières de répondre à Jésus-Christ aujourd’hui.

Le premier de ces trois personnages est Jean le Baptiste.  Il avait un rôle clé avant le ministère de Jésus.  Comme Lui et Jésus étaient cousins, il connaissait probablement Jésus en grandissant ensemble.  Peut-être qu’ils ont même joué ensemble en tant qu’enfants, ce n’est pas une supposition déraisonnable.

Jean le Baptiste s’est avéré être un personnage rude et robuste, certainement non conventionnel.  C’était un homme fort avec des convictions tout aussi fortes. Il n’a pas réfléchi à deux fois avant d’affronter les chefs religieux hypocrites et de les appeler un « nid de vipères » (Matthieu 3:7).  Son discours franc et son approche sans fioritures attiraient les chercheurs de vérité et il avait beaucoup de disciples et de partisans.

Cependant, Jean-Baptiste a préparé le chemin pour le ministère de Jésus en tant que « la voix dans le désert » (Jean 1:23).  Il l’a fait parce qu’il avait une vision juste de Jésus.  Jean a dit de Lui : « C’est celui dont j’ai dit : Après moi vient un homme qui m’a précédé, car il était avant moi. » (Jean 3:30)  Alors, Jean-Baptiste a compris les priorités appropriées et comment les choses devaient être.

Rien de tout cela n’était un acte.  Jean-Baptiste était un homme de Dieu qui se passionnait pour proclamer la vérité et la vivre.  Son ministère extraordinaire et son caractère exemplaire ont été affirmés lorsque Jésus a dit de lui que « …il n’y en a point de plus grand que Jean. » (Luc 7:28)  Pour être sûr, Jean le Baptiste était la vraie affaire.

Il est difficile de savoir combien de temps Jean-Baptiste a réellement passé avec Jésus-Christ.  Il y avait cette occasion spéciale où Jean a baptisé Jésus (Matthieu 3:13-17), et Jean a senti que Jésus aurait dû le baptiser à la place.

Mais, à l’âge adulte, il semble qu’ils aient eu peu de contacts face à face.  Nous savons que Jean-Baptiste a affronté publiquement Hérode Antipas pour les péchés du roi (Matthieu 14:1-13), ce qui a entraîné l’arrestation et l’emprisonnement de Jean, et finalement sa décapitation.  Cela s’est produit tôt dans le ministère de Jésus-Christ, donc il n’y avait aucune possibilité de contact ultérieur entre les deux cousins après ce moment.

C’est après l’arrestation de Jean que nous apprenons ses doutes à propos de Jésus-Christ.  Dans une situation désespérée avec sa vie en jeu, Jean le Baptiste a été confronté à des questions déchirantes.  Les rapports de Jésus avaient trouvé leur chemin dans la cellule de Jean, et les nouvelles du ministère de Jésus avaient fait leur chemin dans le tissu des frustrations les plus profondes de Jean.

Le temps était passé depuis ce glorieux baptême et le ministère de Jésus s’épanouissait alors que Jean avait cessé de fonctionner.  Les disciples de Jean lui ont donné des brides d’informations comme ils pouvaient le faire, et il est juste de dire que ces rapports ont renforcé les craintes de Jean face à Jésus.

Vous voyez, les ministères et les activités de Jésus et de Jean étaient très différents, et ce n’est pas une raison pour suggérer que ces différences ont soulevé les préoccupations de Jean.  Les choix de Jean l’avaient séparé de la foule alors que les choix de Jésus s’y étaient confondus.  Jean-Baptiste et ses disciples jeûnaient souvent, mais Jésus et ses disciples mangeaient et buvaient avec les pécheurs (Matthieu 11:18-19).  Jean n’a accompli aucun signe dans son ministère terrestre (Jean 10:41), mais, Jésus et ses disciples ont accompli des miracles de toutes sortes (Matthieu 9:35, 10:1).  Jean vivait de manière recluse, mais Jésus était une personne très publique qui était souvent entourée de foules énormes.

Maintenant, Jean était assis en prison, captif surtout de ses propres déceptions. Il n’est pas difficile d’imaginer les questions qui ont traversé l’esprit de Jean. « Si Jésus était vraiment le Messie comme lui-même, Jean, l’avait annoncé, alors, pourquoi Jésus n’en faisait-il pas plus ? »  « Pourquoi Jésus ne s’est-il pas mis à établir son royaume et à brûler les méchants avec un feu inextinguible ? » (Matthieu 3:12).  « Était-il ici en prison parce que Jésus était, en fait, impuissant à faire quoi que ce soit à propos de la situation ? »

Quand Jean-Baptiste ne pouvait plus résister à ses propres insécurités, il envoya certains de ses disciples affronter Jésus et lui demander directement : « Es-tu vraiment le Messie promis ou devrions-nous chercher quelqu’un  d’autre ? » (Matthieu 11:2-3).

La question est révélatrice parce que cela montre que Jean avait des attentes insatisfaites au sujet de Jésus.  Cela montre aussi que Jean-Baptiste était incertain, douteux et délicat, de la même manière que vous et moi nous nous sentons de temps en temps.

Jean voulait savoir s’il avait été induit en erreur.  Est-ce que Jésus était leur seul espoir ou est-ce que quelqu’un d’autre allait venir, ce qui serait mieux adapté pour le travail ?  Jésus-Christ était-il vraiment le Messie ou non ?

Jésus a renvoyé les disciples à Jean avec une réponse, mais ce n’était guère celle que recherchait Jean Baptiste.  Jésus a invité Jean à considérer les preuves de ses miracles, et il a ajouté : « …Heureux celui pour qui je ne serai pas une occasion de chute ! »

En d’autres termes, Jésus a exhorté Jean à s’accrocher à la vérité des Écritures. Il n’a pas donné à Jean une réponse simple « oui » ou « non », mais, Il l’a laissé pendre un peu.  Jésus a répondu au cœur de Jean au lieu de son esprit parce que le cœur de Jean était le siège de sa foi.

Nous pouvons dire que Jean le Baptiste s’est trompé sur les idées qu’il avait sur la façon dont Jésus devait opérer, mais, honnêtement, nous ne sommes pas très différents.  Nous nous attendons à ce que Dieu travaille de certaines manières et si Dieu ne répond pas à nos attentes, nous sommes également déçus.  Nous pouvons ne pas aimer l’admettre, mais il est facile pour nous de penser que si notre Dieu est vraiment le Dieu qu’Il dit être, alors nous avons le droit d’attendre quelque chose de différent de Lui.

Je pense que Jean est probablement mort avec certaines de ses questions sans réponse.  Cela ne signifie pas que sa foi n’était pas réelle.  Cela signifie qu’il était humain, et parce qu’il était humain, ses réactions envers Jésus-Christ étaient imparfaites, de la même manière que les vôtres et les miennes.

Judas Iscariot était un second personnage qui se sentait probablement déçu par Jésus-Christ.  Que savons-nous de lui ?

Judas Iscariot, un des 12 premiers disciples, a vécu avec Jésus pendant trois ans. Jésus lui a assigné des attributions et des pouvoirs divins (Matthieu 10:1-4), et il était le trésorier officiel du groupe (Jean 12:6), quoique trompeur et égoïste.

L’essentiel est que Judas a vu Jésus faire beaucoup de miracles et il a entendu Jésus enseigner à plusieurs reprises.  Il a appris directement du Roi des rois et du Seigneur des seigneurs, et il a eu l’occasion de grandir comme peu d’autres auraient pu le faire.  Il a vu les erreurs et les actions des autres disciples, et il a appris de tout cela.  En d’autres termes, en tant que disciple de Jésus-Christ, Judas Iscariot avait la formation optimale dans l’Évangile du Royaume.

Mais, il est probable que Judas Iscariot était aussi un fanatique juif.  De nombreux chercheurs pensent que son nom de famille, « Iscariot », était une forme du titre sicarii, ce qui signifie « hommes-poignards ».  C’était un groupe de fanatiques qui méprisaient l’oppression romaine.  Ils étaient connus pour porter un couteau avec eux afin d’être prêts à assassiner des traîtres et des capitulateurs.

Les zélotes juifs étaient principalement motivés par des considérations socio-économiques et politiques.  Ils croyaient que s’ils retournaient leur pays à Dieu et incitaient à la guerre contre les Romains, le Messie se lèverait pour les diriger et établir Son royaume.

Il est facile de voir comment tout cela a pu se dérouler dans l’esprit de Judas. Jésus était un Juif juste et un descendant du roi David.  Il a parlé d’établir Son royaume et il a chassé les démons, produit une nourriture abondante et contrôlé le temps.  Jésus pourrait certainement mener les Juifs à la victoire sur les Romains et inaugurer le Royaume de Dieu !  Dans l’esprit activiste de Judas, ses propres idées étaient parfaitement sensées.

Mais, quelque part, la situation a changé.  Judas devint déçu quand Jésus le laissa tomber.  Jésus a commencé à parler de la mort et Ses descriptions de Son royaume à venir ne correspondaient pas aux idéaux de Judas.  Judas a commencé à douter de Jésus et il a commencé à critiquer ouvertement Jésus pour Ses choix et Ses priorités (Jean 12:3-6).

Nous savons comment cela s’est avéré.  Judas a choisi de trahir Jésus pour 30 pièces d’argent (Luc 22:3-6; Matthieu 27:3-5).  Peut-être que Judas était arrivé à un point où il estimait que Jésus était un faux Messie, quelqu’un qui ne répondait pas aux attentes de Judas envers un dirigeant qui mènerait Israël dans Son royaume.  Nous ne le savons pas avec certitude, mais tout semble correspondre à la plus grande histoire.

La question la plus importante concerne les questions soulevées par la manière dont les choses se sont finalement passées : « Comment Judas a-t-il pu vivre, manger, marcher et parler avec Jésus-Christ pendant trois ans et continuer comme il l’a fait ? »  « Judas manque le Messie quand il Le connaît si bien ? »  « Comment Judas a-t-il pu entendre l’Évangile si clairement et manquer la bonne relation avec Jésus-Christ ? »

Nous sommes laissés avec un certain élément de spéculation, mais il est raisonnable de supposer que Judas a senti le ressentiment de Jésus et s’est senti justifié dans ses propres vues (Marc 14:6-16).  En fin de compte, cela a déclenché sa décision de confier Jésus aux autorités.  Le plus grand récit de Judas Iscariot suggère qu’il avait des problèmes de colère sous-jacents avec toute la situation, ce qui pourrait expliquer pourquoi « Satan est entré en lui » (Jean 13:27).  La Bible enseigne que notre colère donne toujours une opportunité à Satan (Éphésiens 4:27).

À la fin, la réponse de Judas à Jésus-Christ était probablement dominée par un désir égoïste de changement politique.  Jésus n’a pas renversé les Romains, comme Judas le voulait, et les intentions égoïstes de Judas ont conduit à un profond compromis personnel.  Cela a suscité du ressentiment, assombri un meilleur jugement et l’a finalement détruit.

Judas Iscariot voulait que les choses se passent à sa façon, pas à la manière de Jésus.  Lorsque Jésus n’a pas fait ce que Judas voulait le plus faire, Judas en a eu terminé avec Lui.

Aujourd’hui, le nom de Judas Iscariot est synonyme de trahison, de traîtrise et de déloyauté.  C’est une des figures les plus détestées des Écritures, alors, ce n’est pas sans hésitation que je pense que ses modèles sont souvent les nôtres. Pour atténuer le coup, je parlerai pour moi-même.

Il est facile pour moi de me concentrer sur un ou deux objectifs de ma vie à l’exclusion de tout ce que Dieu essaie de faire.   Dans cette situation, je peux finir par ignorer les choses que Dieu fait dans ma vie, les leçons qu’Il m’enseigne ou la façon dont Il travaille dans la vie de mon église, de mes amis, de ma famille et même de mon pays.

Parce que c’est naturel pour moi de devenir égoïste dans mes attentes de Dieu, ce n’est pas difficile de commencer à faire des compromis ici et là et à faire des choses que je n’aurais jamais cru une seule fois.

Je crois qu’il y a un énorme principe en jeu.  Vous voyez, nous pouvons être entourés de croyants et de ministères et tomber encore.  Nous pouvons entendre l’enseignement régulier de la Parole de Dieu et échouer encore.  Nous pouvons voir Dieu au travail et manquer le plus important besoin d’être dans une relation juste avec Dieu.

Si nous persistons à penser à nous-mêmes d’abord, ce que nous pouvons sortir de la situation, ce que nous pensons que les résultats devraient être, ou comment nous sentons qui devrait faire quoi, alors nous manquons complètement ce que Dieu a le plus besoin d’accomplir dans nos propres vies, tout comme Judas l’a manqué.  À ce stade, des ressentiments se manifestent et nous disons et faisons des choses que nous ne devrions pas faire.

Et, voici le troisième et dernier personnage : Le voleur sur la croix.  Par cela, je veux dire le « bon » voleur (Luc 23:39-43).  Nous ne savons même pas son nom. Il y avait deux voleurs qui sont morts avec Jésus, et bien que les deux aient reçu la peine pour leurs crimes, le « bon » voleur a donné à Jésus le respect approprié.

Je pense que, pour diverses raisons, le « bon » voleur est l’homme le plus remarquable des trois individus que nous avons évalués.  Que savons-nous de  lui ?  Pas grand chose, j’ai bien peur.

Nous savons que lorsque Jésus a été crucifié, il y avait une croix de chaque côté de Lui.  A Sa gauche et à Sa droite se trouvaient deux criminels.  En grec, ils sont appelés « kakourgos », ce qui signifie « criminel », « malfaiteur » ou « quelqu’un qui commet des crimes graves ».  Le « bon » voleur était un mauvais homme.

D’autres évangiles l’appellent un « voleur ».  Il aurait pu être un bandit, quelqu’un qui a tendu une embuscade à d’autres, en a profité et les a laissés pour morts.  Il est très probable que ce « bon » voleur ait été le genre de personne que Jésus avait en tête quand il a raconté Sa parabole du bon Samaritain (Luc 10:25-37).  Ce « bon » voleur avait été un fardeau, un fléau pour la société, et il a donc été condamné à mort pour ses crimes.

Mais, malgré son curriculum vitae bien garni, ce « bon » voleur avait une vision juste de Dieu !  Il a demandé à l’autre voleur belliqueux : « Ne crains-tu pas Dieu ? »  Il a remis le « mauvais » voleur à sa place en corrigeant les suppositions erronées au sujet de Jésus-Christ.

Pour bien faire comprendre cette situation remarquable, la bouche du « bon » voleur a révélé l’état de son cœur (Luc 6:45).  La Bible enseigne que vous êtes ce que vous dites et que le « bon » voleur a dit à Jésus-Christ : «… souviens-Toi de moi quand Tu entreras dans Ton royaume ».

Hé bien, par n’importe quelle mesure, c’est une déclaration étonnante ! Considérez qu’à ce stade, tous les disciples de Jésus avaient fui les lieux et seul Jean est enregistré comme étant à la croix (Jean 19:26).  Ces disciples étaient les hommes que Jésus avait personnellement formés.  C’étaient les types qui avaient vu des preuves surnaturelles du pouvoir et de l’autorité de Jésus.  C’étaient les gars qui avaient appris du Messie lui-même, et ils étaient introuvables !

Le « bon » voleur, en revanche, n’avait rien de cette formation et de cette expérience.  Il n’avait pas passé le même temps avec Jésus-Christ et il n’avait pas vu tous les miracles que Jésus avait faits.  Il en savait beaucoup moins au sujet de Jésus que les autres.  Selon les normes conventionnelles, le « bon » voleur avait manqué le bateau.

En plus de tout cela, Jésus-Christ était en train de mourir.  Battu et ensanglanté tellement, il était maintenant méconnaissable (Ésaïe 52:14).  Jésus respirait Son tout dernier souffle juste à côté du « bon » voleur, et, par toutes les mesures du terme, Jésus-Christ est apparu mortel.  Peu de gens sur cette scène de la crucifixion étaient confiants dans le futur royaume de Jésus-Christ.

Mais, la foi voit à travers la manière dont les choses se présentent réellement (Hébreux 11:1), et ici, le « bon » voleur a démontré plus de foi que beaucoup de personnalités justes dans les Écritures.  Le « bon » voleur a vu Jésus-Christ correctement.

Il n’a pas vu un mourant, il a vu un Roi des rois vivant.  Il n’a pas vu quelqu’un qui avait échoué et était incapable de livrer, il a vu quelqu’un qui était assuré d’avoir la victoire finale.  Il n’a pas vu quelqu’un qui a été maltraité et humilié par d’autres, il a vu quelqu’un qui avait un pouvoir infini.

En bref, le « bon » voleur a vu le Messie !  Il savait que Jésus n’était pas un imposteur ou quelqu’un qui ne pouvait pas tenir ses promesses.  Le « bon » voleur regardait au-delà des limites de cette horrible situation, au-delà des questions naturelles qui saturaient cette scène affreuse, et il comprenait parfaitement que Jésus-Christ recevrait et établirait encore Son royaume éternel.

Le « bon » voleur a été confronté à des adversités personnelles qui ont dépassé les défis auxquels Jean-Baptiste et Judas Iscariot ont été confrontés, mais, contre toute compréhension humaine, le « bon » voleur croyait encore que Jésus était exactement ce qu’Il disait être.  Pour sa démonstration étonnante de foi authentique, le « bon » voleur a reçu beaucoup plus d’avantages que ce qu’il avait négocié.

C’est une question de poids, mais je dois la poser.  Lequel de ces trois hommes aimez-vous le plus en ce moment ?

Êtes-vous comme Jean-Baptiste : Insécure, incertain, déçu et ayant besoin d’être assuré que Dieu est toujours capable d’être le Dieu dont vous avez le plus besoin ?  Demandez-vous à Dieu de se réaffirmer envers vous pour que vous puissiez être convaincu de ses promesses et de ses projets ?

Vous êtes peut-être comme Judas Iscariot : Fâché, irrité, concentré sur ce que vous voulez le plus et sur ce que vous estimez mériter.  Prenez-vous l’enseignement régulier de la Parole de Dieu et participez-vous à un ministère, mais, cela a peu d’effet sur le changement de votre identité et sur la façon dont vous voyez les choses ?

Ou êtes-vous comme le « bon » voleur ?  Vous êtes dans une situation où les chances sont contre vous, et, selon toutes les évaluations habituelles, rien ne prouve clairement que Dieu se manifeste à votre façon comme le nécessite votre situation désespérée.

Vous trouvez-vous dans un endroit ténu où vous ne pouvez pas voir le pouvoir de Dieu dans les circonstances auxquelles vous faites face, et, pourtant, votre cœur est toujours rempli de foi ?

Je ne peux répondre aux questions difficiles de ces derniers paragraphes pour quiconque, sauf pour moi-même.  Cependant, ma prière pour nous tous est que notre foi se lève et se manifeste dans les temps difficiles et incertains, tout comme la foi du « bon » voleur.

Le « bon » voleur ne voyait pas Jésus-Christ comme quelqu’un qui l’avait laissé tomber, il voyait le seul qui lui donnait de l’espoir.

Source

Traduit par PLEINSFEUX.ORG



Back to Top ↑
  • VISITES


  • Donation pour HESTHELAMB

    Pleins Feux sur l'Heure Juste, bénéficie du ministère de HESTHELAMB, et nous voudrions l'aider aussi financièrement.
    Ces vidéos produites demandent beaucoup d'investissement et désirons vous partager ce besoin.
    Merci pour votre soutien !

  • Conférence 2018

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence 2015 et 2012




Real Time Web Analytics