Apostasie

Publié le 06 avril, 2016 | par Equipe de Pleinsfeux

0

ÉNORME CHANGEMENT CULTUREL

L’énorme changement culturel qui aide Donald Trump à gagner les Évangéliques.  Serait-ce possible que les Évangéliques de l’Amérique ne soient tout simplement plus des évangéliques ?

Par Stephen Prothero – Le 13 mars 2016

Le grand puzzle dans cette curieuse saison des élections est pourquoi tant d’évangélistes blancs se ruent vers Donald Trump, en criant Hosanna lorsqu’il vole au-dessus de leurs têtes dans son jet privé.  Durant un Super Mardi des primaires dans la Ceinture Biblique, Donald Trump a remporté sept états.  Il a remporté les votes des nés de nouveau dans le Massachusetts, le Vermont, le Tennessee, la Georgie, l’Alabama et la Virginie, engrangeant encore une fois une « lignée blanche » évangélique qui était censée être détenue par Ted Cruz et Marco Rubio.  Dans le Mississippi, où les évangéliques se sont présentés en très grand nombre, les évangéliques blancs représentaient un énorme 75 pour cent des électeurs républicains, et Donald Trump a remporté par deux chiffres.

Ceci n’était pas censé se produire de cette façon.  Donald Trump maudit comme un marchand d’obligations.  Il se moque des personnes handicapées.  Il n’exprime aucun besoin pour le pardon de Dieu.  Il semble tout aussi familier avec la Bible (II Corinthiens) que les Américains ordinaires le sont avec les lacunes du code des impôts que Donald Trump prend plaisir à exploiter.  « L’Art de la Transaction» sa biographie de campagne par défaut, est une représentation humaine de l’orgueil et de la luxure.  « Je suis une personne avide » a-t-il dit à un public de l’Iowa, « J’ai toujours été avide ».  Il est mauvais pour les évangéliques sur les sujets, sur la théologie, sur la piété et surtout sur les « valeurs » le mot à la mode de la guerre culturelle au cours du dernier demi-siècle.

Entre-temps, les opposants à Donald Trump ont consacré leur carrière à adapter leurs résumés aux valeurs des électeurs.  Ted Cruz est le fils pieux d’un évangéliste voyageur ; Marco Rubio, un fervent catholique, n’acceptera jamais les avortements même en cas de viol et d’inceste ; Et, Kasich est membre d’une confession Anglicane ultra-conservatrice qui a poursuivi son propre chemin lorsque l’Église Épiscopale a consacré un évêque gay.  Donald Trump ?  Il semble qu’il serait plus à l’aise n’importe où ailleurs que sur un banc d’église.

« Pensez aux qualités personnelles de Donald Trump » a imploré Mitt Romney à ses collègues républicains : « L’intimidation, la cupidité, l’exhibition, la misogynie, l’absurde troisième année théâtrale. »  Les annonces financées par SuperPac rappellent aux électeurs du Bon Vieux Parti que Donald Trump est également doux sur les mariages homosexuels et Planned Parenthood.

Et, pourtant, c’est Trump qui a remporté le vote évangélique encore et encore jusqu’à ce que nous soyons tous fatigués des gains.  Il a reçu l’aval du président de Liberty Université, Jerry Falwell Jr.  Le télévangéliste Kenneth Copeland a loué Dieu pour Donald Trump, qu’il voit comme « un homme empressé, un homme fort et un homme obéissant. »

Comment cela peut-il se produire ?  Il ne manque pas de théories, qui tournent principalement autour de l’homme lui-même.  Certains experts ont émis l’hypothèse que des évangéliques blancs sont attirés par Donald Trump parce que son message de mammon-et-mégalomanie résonne avec l’Évangile de la prospérité de nombreuses méga-églises évangéliques, mettant l’accent sur la santé et la richesse dans ce monde au-dessus du salut dans l’autre.  Ou peut-être que les évangéliques sont attirés par Donald Trump parce qu’ils ont soif d’une personnalité autoritaire, qui divise le monde en noir et blanc, les gouvernants et les gouvernés.  Certains voient la montée de Donald Trump comme le résultat d’une fracture des dirigeants évangéliques ; D’autres y voient un effondrement entre la chaire et le banc.  Ou peut-être que les électeurs « valorisés » se sont transformés en « électeurs nostalgiques », luttant contre une culture de guerre contre une société de plus en plus multi-religieuse et multi-ethnique.  D’autres suggèrent encore que les évangéliques blancs voient peut-être Donald Trump comme un  Cyrus des temps modernes, le roi de Perse qui n’était pas lui-même un croyant, mais, néanmoins, il a fait que les Israélites sont devenus grands encore une fois, en les libérant de leur captivité, en les restaurant dans leur terre promise et en reconstruisant le Temple de Jérusalem.

Il y a quelque chose de vrai dans la plupart de ces théories.  Mais, voici une explication plus simple, un profond changement dans le paysage que les observateurs politiques ont presque totalement manqué : Les évangéliques de l’Amérique ne sont simplement plus des évangéliques.

Pendant des décennies, les experts ont peut-être considéré les évangéliques blancs comme le plus puissant bloc de voteurs dans la politique américaine, la base du parti républicain.  Cohérants, bien organisés et politiquement actifs, ils ont conçu leur identité autour d’une croyance partagée que la Bible est la parole inspirée de Dieu et un engagement commun à supplanter le relativisme moral de la révolution culturelle des années 1960 avec les « valeurs traditionnelles ».  C’est un bloc qui a persisté pendant des décennies.  Aujourd’hui, environ un quart de tous les Américains s’identifient comme des évangéliques et les évangéliques blancs représentent la majorité des électeurs républicains dans plusieurs primaires dans le sud.  En 2012, quatre sur cinq d’entre eux préféraient Romney à Obama.

Les évangéliques blancs ont permis d’envoyer Ronald Reagan et Bush à la Maison Blanche en les courtisant tôt et sont souvent devenus peut-être le grand art de la course à la présidence comme un républicain.  Pendant des décennies, les politiciens républicains sont allés en pèlerinage, Bible en main, à la Bob Jones University et à la Liberty Université pour courtiser les votes de Jésus.  Même les fidèles comme Reagan ont fait ce qu’aucun politicien européen ne ferait jamais : Faire leur allégeance par une prière au Christ.  En chemin, ils ont promis à plusieurs reprises de rétablir la prière à l’école ou d’arrêter les mariages homosexuels ou encore de renverser Roe v. Wade.

Ce qu’ils ont délivré, cependant, c’est défaite après défaite dans la guerre  culturelle.  Les conservateurs culturels ont échoué à passer des amendements constitutionnels sur la prière à l’école ou sur l’avortement.  Ils ont perdu sur la destitution de Bill Clinton.  Ils ont perdu sur la culture pop, où les films et les émissions télévisées d’aujourd’hui font ressembler le genre de divertissement décrié par la Majorité Morale à It’s a Wonderful Life.  Et le mariage homosexuel est désormais la loi du pays.

Marqués par ces batailles, certains évangéliques se sont retirés de la vie politique, en poursuivant ce que le blogueur Rod Dreher a dénommé « L’Option de Benoît » qui met l’accent sur la promotion des communautés chrétiennes locales plutôt que de prendre encore une autre claque avec la cause perdue de christianiser la nation.  D’autres ont continué à essayer de plier l’arc de l’histoire américaine vers des valeurs bibliques.  Et, certains d’entre eux dénoncent  maintenant Donald Trump comme un loup déguisé en brebis, alors même que la majeure partie du grand troupeau semble prêt à faire de lui leur candidat républicain.

Le plus virulent de ceux qui sont contre Donald Trump et Russell Moore, Président de la Commission de l’Éthique et de la Liberté Religieuse de la Convention des Baptistes du Sud.  Russell Moore a buté à plusieurs reprises contre Donald Trump, un homme dont « l’attitude envers les femmes est celle d’un chef de guerre de l’Âge du Bronze », comme un homme impropre à la présidence.   « L’Évangile est beaucoup plus important que la politique », déclare-t-il à ses coreligionnaires de la Bible.  Vous pouvez être pour Donald Trump ou être un évangélique, dit-il.  Mais, vous ne pouvez pas être les deux.

Mais, les efforts de Moore pour conserver la pureté de l’évangélisme, dans un monde où la politique est de plus en plus polluée, est une cause perdue. Paradoxalement, ces efforts l’ont effectivement éloigné du mouvement évangélique moderne lui-même.  Russell Moore reconnaît essentiellement ceci : Dans un récent éditorial, il a annoncé que jusqu’à ce que les habitudes du vote changent, il ne se désignera même plus lui-même comme un évangélique.  Il se lamentait sur ce que tant de ses coreligionnaires « ont été trop disposés à détourner le regard quand le mot « évangélique » était utilisé par les hérétiques et les fous … tant qu’ils étaient du bon côté de la guerre culturelle. »

Albert Mohler, président du Southern Baptist Theological Seminary et un autre critique évangélique qui a refusé de sauter dans le train de Trump, disent que le groupe qui se désigne comme une « majorité morale » est au mieux une toute petite minorité et en rétrécissement.  « Nous avons pris le confort dans le fait qu’il y a eu des millions et des millions d’entre nous en Amérique » a-t-il dit récemment.  « Maintenant, nous allons devoir faire face au fait que, de toute évidence, théologiquement défini par l’attachement aux valeurs évangéliques fondamentales, il n’y a pas autant de millions d’entre nous comme nous le pensions. »

Il n’y a pas si longtemps, être un Protestant Évangélique était une identité fondamentale.  Ce qui fait qu’un évangélique était un évangélique, était l’expérience de naître de nouveau qui comprenait l’acceptation de la Bible comme la parole inspirée de Dieu et de donner sa vie à Jésus Christ comme Seigneur et Sauveur.  Pour un chrétien régénéré, suivre Jésus arrivait en premier.  Tout le reste restait loin derrière.

Il y a une tension évidente entre le service de Dieu et le fait de s’engager dans la mêlée pour la puissance politique, et effectivement les évangéliques comme Jerry Falwell se méfiaient autrefois de l’engagement politique.  Comme un Baptiste du Sud, Jerry Falwell était inquiet au début de sa carrière au sujet des chrétiens vendant leur droit d’aînesse spirituelle pour obtenir un avant-goût du potage  politique.  En cela, il continue une longue lignée de séparatistes stricts qui voulaient construire un mur de séparation entre l’Église et l’État.  Certains de ces penseurs favorisaient le désétablissement parce qu’ils ne voulaient pas que l’église puisse polluer notre politique (Thomas Jefferson).  D’autres ne voulaient pas que notre politique puisse polluer l’église (Baptistes).  Pendant l’ère des droits civiques, Jerry Falwell dénonçait les ministres noirs pour leur activisme politique.  Dans un sermon de 1965, prononcé le même jour où le révérend Martin Luther King Jr. conduisit les marcheurs de Selma à Montgomery, Jerry Falwell a critiqué les dirigeants de la « gauche » du « supposé mouvement de la liberté » pour avoir attisé la haine et la violence.  « Les prédicateurs ne sont pas appelés à être des hommes politiques, mais, à être des gagneurs d’âmes » disait-il.

Mais, Jerry Falwell avait un changement de cœur.  Aujourd’hui, il est connu comme le fondamentaliste qui, en cofondant la Moral Majority en 1979, a officié au mariage du conservatisme économique et culturel, la naissance des Nouveaux Droits Religieux.  Les chrétiens ne vivaient pas dans l’isolement, a-t-il raisonné. Ainsi, ce n’est pas suffisant pour sauver des âmes.  Il fallait sauver la nation.  Et, qui de mieux pour la convertir que les pasteurs comme lui-même ?

En 1976, Jerry Falwell avait soutenu le chrétien né de nouveau Jimmy Carter à la présidence.  Mais, Jimmy Carter a déçu beaucoup de ses collègues évangéliques en prenant les statuts d’exonérations fiscales des « académies ségrégationnistes » du sud et en refusant de combattre le bon combat sur l’avortement.  Alors, Jerry Falwell et ses amis ont infiltré le Parti Républicain. La Majorité Morale, qui a commencé comme une organisation « pro-vie, pro-famille, pro-morale, et pro-américaine » avait depuis le départ les deux genoux profondément dans la boue et reluquait la politique partisane.  Son alliance avec le Bon Vieux Parti signifiait que ses membres se battraient non seulement pour renverser Roe v. Wade, mais aussi, contre le traité SALT II, les syndicats d’enseignants, et la sécurité et l’administration de la santé.  En plus d’appeler la nation « à revenir à la morale Biblique », il demandait le « retour au patriotisme ».  Et, pour lui, les vrais patriotes soutenaient les armes nucléaires, une augmentation massive des dépenses militaires, un amendement pour un budget équilibré, les réductions d’impôts, et le capitalisme de consommation. « Le système de libre entreprise est clairement décrit dans le Livre des Proverbes, » dit-il.

Grâce à des organisations telles que la Majorité Morale et la Coalition Chrétienne, Jerry Falwell et d’autres sur les droits religieux ont réaligné l’évangélisme américain même lorsque Reagan et d’autres réalignaient le Bon Vieux Parti.  Entre leurs mains dans la prière, l’évangélisme est devenu non seulement une marque religieuse, mais, politique.

Bien qu’il soit commun de parler du Parti Républicain comme ayant été capturé par des militants évangéliques blancs, si vous regardez vraiment la façon dont les deux groupes ont interagi au fil des ans, il est plus exact de dire que ce sont les évangéliques qui ont été capturés par le Parti Républicain.  Ils copient ses points de discussion à propos des astuces de bien-être plutôt que sur la compassion pour les pauvres et les opprimés de la Bible.  Les Chrétiens nés de nouveau continuent à glorifier Jésus comme leur Roi des rois.  Mais, il est un souverain étrange qui est si servilement sensible à ses sujets.  Ici, Jésus est plus qu’un pion roi, poussé autour dans un jeu d’échecs politique, sacrifié ici pour abattre Obamacare et là pour tourner une étoile de la réalité télévisée en un don de Dieu à l’Amérique.

Aujourd’hui, lorsque les chrétiens nés de nouveau présentent des affiches lors des rassemblements qui disent, « Merci, Seigneur Jésus, pour le président Trump », quand ils disent qu’ils sont malades des fausses promesses des présidents soi-disant pieux sur l’avortement ou le mariage homosexuel et qu’ils veulent simplement un homme fort à la Maison blanche qui peut arrêter l’immigration clandestine ou nous protéger ou simplement « casser les choses », que disent-ils ?  Ils disent que leur identité politique l’a emporté sur leur identité religieuse.  Ils disent qu’ils sont conservateurs d’abord et chrétiens ensuite.

Ceci n’est pas moins vrai pour les candidats qui prétendent parler pour eux. Dans une interview à l’aube des primaires du New Hampshire, Ted Cruz a déclaré : « Je suis un chrétien en premier, un Américain en deuxième, un conservateur en troisième et un  républicain en quatrième. »

Si vous regardez l’enregistrement réel de Ted Cruz, c’est presque impossible à croire.  Le père de Ted Cruz est un évangéliste itinérant et prédicateur de la théologie du Dominioniste qui croit que les chrétiens comme son fils doivent prendre la domination sur « sept montagnes » : La famille, la religion, l’éducation, les médias, le divertissement, les affaires et le gouvernement.  La propre hiérarchie des identités de Ted Cruz n’est pas facile à démêler parce que, comme d’autres évangéliques blancs, il interprète ses quatre marqueurs de l’identité, comme un chrétien, un Américain, un conservateur, et un républicain, comme étant à peu près équivalents.  Contrairement à George Washington, qui a vu un conflit évident entre être un Américain et être membre d’un parti politique, Ted Cruz ne voit aucune tension entre son américanisme et son républicanisme.  Et, contrairement à Moore et Mohler, il ne voit aucune tension entre la Bible et le conservatisme américain contemporain.  Pourtant, il semble évident que Ted Cruz est un conservateur en premier, un américain en deuxième, un républicain en troisième, et un chrétien en quatrième.

En fait, il est extrêmement difficile de trouver un moment où Reagan, Bush, ou n’importe quel candidat républicain d’aujourd’hui ait mis sa foi Biblique devant les principes conservateurs.  L’avortement, par exemple, n’est jamais mentionné dans la Bible.  Lorsque la Cour Suprême a rendu une décision dans l’arrêt Roe v. Wade, en 1973, la Presse Baptiste l’a loué pour « avoir fait avancer la cause des libertés religieuses, de l’égalité humaine, et de la justice. »  Jerry Falwell n’a pas prêché son premier sermon anti-avortement avant 1978, lorsque les droits religieux naissants ont été adoptés comme un moyen d’attaquer les démocrates comme des relativistes moraux coincés dans les « mauvaises années 60 ».  La Convention des Baptistes du Sud ne s’est pas opposée à l’avortement avant 1980.  Même la déclaration de Marco Rubio dans laquelle il déclarait, dans un débat au New Hampshire, « qu’il aimerait plutôt perdre une élection que de se tromper sur la question de la vie », semble conçue pour gagner une élection.

En ce sens, au moins, Marco Rubio et Ted Cruz ressemblent beaucoup aux électeurs évangéliques blancs d’aujourd’hui, qui prennent davantage leurs indices pour des plates-formes des partis que des citations bibliques.  Dans un processus, le sociologue Robert Wuthnow a appelé « la restructuration de la religion américaine », les lignes de démarcation dans les églises américaines sont moins marquées par l’affiliation confessionnelle que par l’idéologie politique. Alors que les Baptistes et les Méthodistes se sont engagés dans « la lutte pour l’âme de l’Amérique », ce travail est maintenant fait par les libéraux et les conservateurs.  D’une certaine manière, la politique est devenue plus réelle pour de nombreux chrétiens américains que la théologie.  Les visions sur l’avortement ou le mariage homosexuel sont plus saillantes que les croyances au sujet de la Trinité ou le baptême des enfants.

La preuve de cette prise de contrôle hostile des institutions religieuses par des idéologies politiques peut être trouvée dans la forte hausse au cours des dernières années des religieux non affiliés.  Beaucoup de chrétiens ont pris leurs distances avec les religions organisées puisqu’elles devenaient davantage politisées, et que le terme Chrétien devenait de plus en plus identifié à la bigoterie anti-gay, l’intolérance religieuse et l’hostilité envers les droits des femmes.  La partie de la population américaine qui se décrit comme religieux non affiliés a fortement augmenté alors que la polarisation politique a grimpé au cours des dernières années, de 16 pour cent en 2007 à 23 pour cent en 2014.

Le résultat est une population « évangélique » auto-identifiée qui trouve de plus en plus difficile de voir la différence entre les enseignements de la Bible et les politiques de leurs candidats bien-aimés.  Qu’est-ce que Jésus ferait ? Probablement ce que votre candidat favori est en train de faire.  Seulement maintenant, nous commençons à voir les implications de ce changement.  Les efforts déployés par la droite religieuse pour briser le mur de séparation entre l’Église et l’État ont non seulement politisé le christianisme, mais ils les ont sapé en conduisant certains chrétiens loin des églises de leurs parents, et en tournant beaucoup de ceux qui se trouvaient derrière en un genre d’électeurs que nous voyons renverser le Bon Vieux Parti cette année : Les républicains en premier et les chrétiens en deuxième.

La candidature de Donald Trump n’est pas aberrante.  Il n’a pas hypnotisé les évangéliques pour leur faire oublier les fondements de leur foi.  Il est tout simplement révélateur du fait que leur foi est plus politique que théologique.  Les évangéliques blancs qui se pressent à ses rassemblements comme leurs parents le faisaient autrefois avec Billy Graham savent qu’il vit une vie drôlement en contradiction avec les enseignements de la Bible et les exemples des saints.  Mais, sa théologie politique résonne puissamment avec leur récit du déclin et de renouveau.  Classiquement, ces récits originent à la chute au Jardin d’Éden jusqu’à la rédemption au Golgotha. Aujourd’hui, ceci se déroule dans une Amérique qui est tombée de sa gloire d’autrefois, et qui redeviendra grande par la grâce de Dieu et par la main de Donald Trump.

Pendant les jours comme le Super Mardi, il est difficile de se rappeler s’il y a encore des chrétiens nés de nouveau qui prennent leurs ordres de marche de la Bible plutôt que de leur plate-forme républicaine.  Mais, comme Donald Trump, Bible en main, qui poursuit sa marche de la terre brûlée vers la Maison Blanche en Floride, et en Ohio, et au-delà, il peut sembler qu’il n’y a plus d’évangéliques dans le Parti Républicain ; Il y a seulement les républicains qui arrivent à aller à l’église.

Source : POLITICO.com

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

Mots clés: , , , , , , , , , , , , , , , , ,



Back to Top ↑
  • VISITES


  • Donation pour HESTHELAMB

    Pleins Feux sur l'Heure Juste, bénéficie du ministère de HESTHELAMB, et nous voudrions l'aider aussi financièrement.
    Ces vidéos produites demandent beaucoup d'investissement et désirons vous partager ce besoin.
    Merci pour votre soutien !

  • Conférence 2018

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence 2015 et 2012




Real Time Web Analytics