Études

Publié le 09 mai, 2018 | par admin

0

ÉSAÏE 17-18, La racine, la pousse et le fruit de Jessé.

ÉSAÏE 17-18

Par Jeff – Le 4 mai 2018

Dans la première partie, nous avons abordé Ésaïe 17 de manière exhaustive et nous avons établi la trame de fond cruciale du livre d’Ésaïe, l’arrivée tant attendue du Messie, la Semence ultime de la Femme (Genèse 3:15).  Enterré profondément dans un chapitre qui est communément cité pour la destruction complète de Damas, il y a une prophétie de la fin des temps du jugement d’Israël et une évasion gracieuse pour une « branche » greffée des Gentils.

Souvenez-vous qu’Ésaïe 17 et 18 sont reliés ensemble par des images de moisson constantes, et nous nous sommes arrêtés à 17:11, le récit de la moisson disparue des Gentils.  Dans cette partie, nous couvrirons 17:12 ; 18:7 (une unité complète qui lui est propre) et examinerons comment cette section s’intègre dans la grande image.  Ensuite, nous verrons comment le mystère de la moisson disparaît à mesure que le livre d’Isaïe progresse.  Enfin, nous examinerons les implications passionnantes d’une moisson précoce pour le Corps du Messie, l’Église.

Un bref aperçu de 17:12 ; 18:7

En accord avec le thème de notre étude (les métaphores botaniques du Messie), j’ai cité un verset clé qui se rapporte à Ésaïe 18 d’une manière majeure.  Je le posterai encore pour le garder en tête :

« En ce jour, le rejeton d’Isaï sera là comme une bannière pour les peuples ; Les Nations se tourneront vers lui, et la gloire sera sa demeure. »             (Ésaïe 11:10)

Alors que la prophétie de 17:12 ; 18:7 progresse, la scène passe progressivement du jugement rapide de Dieu contre les nations à une vision encourageante du Royaume Millénaire, un temps où les Gentils survivants qui sortent des  Tribulations vont monter et adorer le Seigneur à Jérusalem (Mont Sion).

Voici un bref aperçu d’Ésaïe 17:12 ; 18:7 avec un commentaire :

(1)     Ésaïe 17:12-14 – Après la moisson disparue de 17:11, le monde se décolle au verset 12.  Les nations se déchaînent « comme le rugissement des mers », et les parallèles bibliques abondent ; Par exemple, Psaumes 2:1-2 et Luc 21:25. Voir aussi les indicateurs des Tribulations de Matthieu 24:6-7, Luc 21:9-10 et Apocalypse 6:3-4.  À la vu de tous les terribles jugements qui vont arriver à Israël pendant les Tribulations, le verset 14 est une parole de consolation pour le peuple de Dieu (Psaume 30:5).  Le prophète parle pour le reste du futur d’Israël, quand il écrit : « Voila le partage de ceux qui nous dépouillent, le sort de ceux qui nous pillent. » (Ésaïe 17:14)

(2)     Ésaïe 18:1-3 – Si votre Bible a un en-tête avant le chapitre 18 qui lit quelque chose comme, « Oracle contre Cush » ou « Malheur à l’Éthiopie », alors, prétendez que ce n’est pas là.  Ce sont des résumés trompeurs qui ne tiennent pas compte des détails dans le texte.  La nation exacte « craint de près et de loin » (verset 2) n’est pas explicitement nommée, et le verset 1 se borne à déclarer : « La terre … au-delà des fleuves de l’Éthiopie ».  Il ne dit pas que           « Cush » est la terre, en particulier.

Quel que soit le cas concernant l’identité de la nation, tous les habitants de la terre sont abordés dans ce passage prophétique.  Et ainsi, « la terre au-delà des fleuves de l’Éthiopie » est un échantillon représentatif de tous les gens qui vont être atteints avec l’évangile même « jusqu’aux extrémités de la terre » (Ésaïe 49:6, 22 ; 52:7-10 ; Actes 1:8).  Rappelez-vous Ésaïe 11:10 : La racine de Jessé est la bannière dressée et vue par tous au moment « où la trompette sonne » (Ésaïe 18:3).

* NOTE : Les « messagers rapides » du verset 2 qui sont envoyés aux nations pourraient être interprétés comme des agents divins envoyés par l’Éternel Lui-même pour aider à récolter la moisson.  Après tout, le mot hébreu pour « anges » est malachim, et la LXX a aussi des « anges » [Grec aggelos].  À la lumière du contexte général d’une récolte de la fin des âges, il serait logique que ces              « anges » soient les mêmes que ceux qui accompagnent le Messie quand Il reviendra sur la terre (Matthieu 13:39, 41-42).

(3)     Ésaïe 18:4-7 – Le Seigneur de la moisson achève Son œuvre dans les champs (Matthieu 9:38).  Cette scène rappelle plusieurs passages des Écritures qui traitent de la moisson de la fin des âges.  C’est à la fois une moisson de jugement (versets 5-6) et une moisson de miséricorde (verset 7).  Sur la base de la révélation du Nouveau Testament, nous pouvons assimiler cette scène dans Ésaïe 18 à la séparation des brebis et des chèvres (Matthieu 25:31-33).  Les versets 5 et 6 me rappellent aussi des passages comme Ézéchiel 39:4, 17-20 et Apocalypse 19:17-21.  Ézéchiel et Ésaïe affirment tous deux que c’est à cette époque, la moisson de la fin des âges, que tout le monde saura que le seul vrai Dieu est l’Éternel, le Saint d’Israël (Ésaïe 17:7, 18:3 ; Ézéchiel 39:7, 21-23).

Le verset 7 donne un aperçu du règne millénaire de Christ sur la terre depuis son trône à Jérusalem (Mont Sion).  Alors que d’autres passages des Écritures affirment que les Gentils apporteront des dons matériels au Messie pendant le Millénium (Psaumes 68:29 , 76:11-12 , Ésaïe 60:5-7, 11 ; Zacharie 3:10), ce texte peut effectivement indiquer que les gens eux-mêmes sont le cadeau apporté au Mont Sion et présenté à l’Éternel comme une offrande.

Voici quelques points à l’appui de l’interprétation des êtres humains comme le   « cadeau » apporté au Mont Sion, au verset 7 :

a.      Le texte Massorétique se lit comme suit : « À ce moment-là, un don sera apporté à l’Éternel des armées : Un peuple grand et à la peau lisse … »  Votre Bible peut avoir « de » entre parenthèses avec une note : La préposition se trouve dans la deuxième clause, mais pas la première.  C’est un appel difficile sur celui-ci, mais, un scribe peut avoir ajouté la préposition pour une lecture plus douce grammaticalement.

b.      La description du peuple dans le verset 7 est un parallèle exact avec la description dans le verset 2.  Si les « messagers rapides » du verset 2 sont des anges célestes, alors, peut-être que les anges sont les moyens par lesquels les gens du verset 7 sont amenés au Mont Sion et présentés à l’Éternel.

c.       Un don/offrande de personnes, spécifiquement des Gentils, apporté à l’Éternel pendant le règne millénaire est également représenté dans Ésaïe 56:6-7 et 66:20-21.

Ce concept d’une offrande sacerdotale de personnes choisies parmi les nations est important, et nous y reviendrons plus tard.  Il y a un accomplissement partiel des passages comme Ésaïe 18:7 ; 56:6-7 ; 66:20-21 dont parle l’apôtre Paul en référence à cet âge actuel de l’Église.

Ésaïe 17-18 : Une revue thématique de la moisson de la fin des temps par le Seigneur

Avant de passer à ces deux chapitres, je récapitulerai et résumerai l’image qui s’est développée jusqu’ici dans cette étude.  Dans l’ensemble, un thème majeur a émergé qui relie ces deux chapitres ensemble : La récolte finale de la fin des temps.  Et, le reste du récit biblique confirme que l’Éternel a fixé un temps pour une moisson hâtive et tardive, chacune dans son propre ordre (Église, Israël, Nations).

Comme des histoires élaborées avant que les acteurs n’écrivent le scénario en direct, Ésaïe fournit quelques captures d’écran de la récolte des derniers jours dans les chapitres 17-18 :

Scène d’ouverture : Les suites (17:1-9) : Une vue panoramique des retombées des Tribulations, lorsque les survivants rendent gloire au Saint d’Israël.

Scène 2 : Le retour en arrière (17:10) : La trame de fond et la raison du jugement extrême de Dieu sur Son peuple, Israël a rejeté son Rocher ; Par conséquent, les Gentils seront greffés et récoltés en premier.

Scène 3 : Le tournant (17:11) : Une fois incorporés et fusionnés avec la                    « semence » messianique, les Gentils atteignent leur pleine maturité grâce à leur Racine.  Au jour du jugement, Israël souffre à mesure que la Récolte précoce disparaît.

Scène 4 : L’inondation de la fin (17:12-14) : Avec l’enlèvement de l’influence de Dieu, les nations se meuvent et se déchaînent jusqu’à ce que le Saint d’Israël cesse rapidement le chaos et la rébellion dans le monde.  Les Troubles de Jacob sont terrifiants, mais, prendront fin bientôt.  Ce sera semblable à une tempête passagère dans la nuit, puis, arrive le matin du royaume du Messie.

Scène de clôture : La racine de Jesse revient au pouvoir (18:1-7) : Le Messie, la racine et la progéniture de David, revient sur terre avec Ses armées célestes. C’est l’heure fixée pour la récolte tardive, et il est temps de séparer les brebis des chèvres.  Les survivants des nations seront présentés comme une offrande à l’Éternel, qui règne sur toute la terre à partir de Jérusalem.

Ces deux chapitres plein d’action dans Ésaïe, alors que seulement un croquis miniature dans la grande histoire des Écritures, confirment le modèle bien établi et la séquence des événements majeurs de la fin des temps : Nous avons la Résurrection et l’Enlèvement de l’Église dans 17:11 (moisson hâtive), suivi par la période des Troubles de Jacob dans 17:12-14 (Restant Sauvé), et la fin des  Tribulations au début du Règne Millénaire dans 18:1-7 (Récolte tardive).

Étant donné que la plupart d’entre vous qui prennent le temps de lire ceci sont des membres du Corps du Christ et des « branches étranges » attachées à la vraie Vigne et à la Semence messianique, je suppose que vous voudrez savoir si le cas curieux de la moisson disparue apparaît ailleurs dans le livre d’Ésaïe.

Voyons voir si nous pouvons reconstituer le reste de l’histoire …

Les premières récoltes disparues apparaissent à nouveau

Premièrement, un rappel : Dans toute la Bible, Israël/Sion est considérée comme une « femme » et est souvent associée à « la terre » ou « la planète » (en revanche, les païens/nations sont « la mer »).  Ceci est important à saisir, car lorsque nous reconstituerons l’histoire de la première moisson disparue dans Ésaïe, nous devrions également prendre note du lien étroit entre Israël et l’Église.

En parcourant les passages suivants, notez comment les métaphores fusionnent et se mélangent dans la mesure où la « femme/terre » sera décrite à la fois comme « donnant naissance » et « produisant une moisson ».  Le terme              « semence » [Hébreux zera ; Grec sperma], explicitement ou implicitement, est le dénominateur commun de ces versets.  La raison en est que « semence » peut décrire poétiquement à la fois la progéniture humaine et la vie végétale.  Lorsque la « semence » est complètement mature, le résultat est une métaphore de résurrection/glorification à deux volets : Une « naissance » de l’utérus et une « naissance » de la terre.

Voici les pièces clés du puzzle de la moisson précoce d’Ésaïe dans l’ordre d’apparition :

Pièce no 1 : Les graines germées et la moisson disparaît (Ésaïe 17:11)

« Lorsque tu les plantas, tu les entouras d’une haie, et bientôt tu les fis venir en fleurs, mais la récolte a fui, au moment de la jouissance : Et la douleur est sans remède. »

Pièce no 2 : La résurrection/récolte des morts se cache (Ésaïe 26:19-20)

« Que tes morts revivent !  Que mes cadavres se relèvent !  Réveillez-vous et tressaillez de joie, habitants de la poussière !  Car ta rosée est une rosée vivifiante, et la terre redonnera le jour aux ombres.  Va, mon peuple, entre dans ta chambre, et ferme la porte derrière toi ; Cache-toi pour quelques instants, jusqu’à ce que la colère soit passée. »

Pièce no 3 : La résurrection du Messie (premiers fruits) et sa semence à suivre (Ésaïe 53:10-12)

« Il a plu à l’Éternel de le briser par la souffrance après avoir livré sa vie en sacrifice pour le péché, il verra une postérité et prolongera ses jours ; Et l’œuvre de l’Éternel prospérera entre ses mains,  A cause du travail de son âme, il rassasiera ses regards ; Par sa connaissance mon serviteur juste justifiera beaucoup d’hommes, et il se chargera de leurs iniquité. C’est pourquoi je lui donnerai sa part avec les grands ; Il partagera le butin avec les puissants, parce qu’il s’est livré lui-même à la mort. »

Pièce no 4 : La naissance du fils (homme) avant le travail/tribulations d’Israël (Ésaïe 66:7-8)

« Avant d’éprouver les douleurs, elle a enfanté ; Avant que les souffrances lui vinssent, elle a donné le jour à un fils.  Qui a jamais entendu pareille chose ?  Qui a jamais vu rien de semblable ?  Un pays peut-il naître en un jour ?  Une nation est-elle enfantée d’un seul coup ?  A peine en travail, Sion a enfanté ses fils ! »

Dans toutes les quatre pièces du puzzle, nous voyons une naissance/résurrection du Messie et/ou de sa semence (corps).  Les pièces 1, 2 et 4 se réfèrent tous au même événement : La résurrection avant les Tribulations et l’Enlèvement de l’Église.  La pièce 3 est la première phase essentielle : La « naissance » du Messie de la terre (résurrection) et la promesse assurée d’une dynastie (semence/progéniture).  L’Apocalypse du Nouveau Testament développe davantage ces métaphores de la résurrection en se référant au Messie comme     « le premier-né des morts » (Colossiens 1:18, Apocalypse 1:5) et « les premiers fruits de ceux qui se sont endormis » (1 Corinthiens 15:20).

Une autre révélation du point de vue d’Ésaïe aide certainement à combler les lacunes et à compléter l’image de la première récolte qui disparaît.  Pourtant, même sans le Nouveau Testament, vous pouvez toujours prêcher et enseigner la Résurrection avant les Tribulations et l’Enlèvement de l’Église avec des preuves venant d’Ésaïe seul !

La Présentation à la Pentecôte (Un cadeau de notre Grand Souverain Sacrificateur)

Maintenant que nous avons couvert Ésaïe 17-18 et reconstitué l’histoire de la première moisson disparue, concluons cette étude en revisitant un concept abordé plus tôt dans notre discussion d’Ésaïe 18:7.  Bien que ce verset se rapporte à une offrande de Gentils apportés à l’Éternel à la fin des Tribulations et au début du Règne Millénaire, il y a un accomplissement partiel qui a lieu durant cet âge actuel de l’Église.

L’apôtre Paul relie les points pour nous dans Romains 15:15-18 :

« Cependant, à certains égards, je vous ai écrit avec une sorte de hardiesse, comme pour réveiller vos souvenirs, à cause de la grâce que Dieu m’a fait d’être ministre de Jésus-Christ parmi les païens, m’acquittant du divin service de l’Évangile de Dieu, afin que les païens lui soient une offrande agréable, étant sanctifiée par l’Esprit-Saint.  J’ai donc sujet de me glorifier en Jésus-Christ, pour ce qui regarde les choses de Dieu.  Car je n’oserais mentionner aucune chose que Christ n’ait pas faite par moi pour amener les païens à l’obéissance, par la parole et par les actes. »

Gardez à l’esprit que Paul accorde le crédit lorsque le crédit est dû.  Il se glorifie en Jésus-Christ pour son travail à travers lui pour sanctifier une offre acceptable de païens.  Le langage de l’apôtre révèle sa profonde connaissance de la Torah et de toutes les « ombres » des lois Lévitiques qui pointent vers le Christ et l’accomplissement des fêtes de l’Éternel (Lévitique 23, Colossiens 2:16-17).

Le versement initial de l’Esprit a été donné à la Pentecôte (Actes 2:1-4) et est encore donné au Corps du Christ à l’heure actuelle (Éphésiens 1:14,                         2 Corinthiens 1:22), mais bientôt, le Seigneur Jésus, notre grand Souverain Sacrificateur, accomplira cette garantie et rassemblera toute la moisson afin de ramener le corps pleinement glorifié au Père comme une offrande acceptable (Jean 14:1-3).

À l’époque du Signe d’Apocalypse 12, en septembre dernier, je pensais que la Fête des Trompettes (le 5ème jour de la fête de l’Éternel) était un verrou infaillible pour la Résurrection et l’Enlèvement de l’Église, et je sais que je n’étais pas le seul.  Il y avait de solides raisons de croire que les Trompettes étaient le temps de l’Enlèvement.

Ce sentiment redouté de confusion et de déséquilibre après la fin du mois de septembre, bien que désagréable, a conduit à des découvertes encore plus importantes pour les apprenants et les humbles chercheurs qui n’ont pas abandonné.  Certains étaient convaincus avant le Signe que la Pentecôte était la fête idéale pour la consommation de l’Église (je vous regarde, Greg Lauer !).  Et maintenant que je suis passé par cette étude dans Ésaïe, je penche de plus en plus vers la possibilité prometteuse de la Pentecôte.

Donc, ma prochaine question est : Quand, ou à quelle saison, le corps complet du Christ sera-t-il présenté devant l’Éternel comme une offrande acceptable ?

Eh bien, si le Seigneur continue d’opérer selon son propre calendrier des moissons, alors, nous devons jeter un coup d’oeil à quelques passages de la Torah qui se rapportent à l’offrande et à la présentation du premier-né.

Premièrement, Exode 23:14-17 :

« Trois fois par année, tu célébreras des fêtes en mon honneur.  Tu observeras la fête des pains sans levain ; Pendant sept jours, au temps fixé dans le mois des épis, tu mangeras des pains sans levain, comme je t’en ai donné d’ordre, car c’est dans ce mois que tu es sorti d’Égypte ; Et l’on ne se présentera point à vide devant ma face.   Tu observeras la fête de la moisson, des prémices de ton travail, de ce que tu auras semé dans les  champs : Et la fête de la récolte, à la fin de l’année, quand tu recueilleras des champs le fruit de ton travail.  Trois fois par année, tous les mâles se présenteront devant le Seigneur, l’Éternel.  Tu n’offriras point avec du pain levé le sang de la victime sacrifiée en mon honneur ; Et sa graisse ne sera point gardée pendant la nuit jusqu’au matin. »

Deuxièmement, pour souligner, Deutéronome 16:16 :

« Trois fois par année, tous les mâles d’entre vous se présenteront devant l’Éternel, ton Dieu, dans le lieu qu’il choisira : À la fête des pains sans levain, à la fête des semaines, et à la fête des tabernacles.  On ne paraîtra point devant l’Éternel les mains vides. »

J’ai choisi ce passage de Deutéronome, parce que c’est le seul que j’ai pu trouver qui traduit « mâle » comme il est littéralement écrit dans le texte (comme un nom singulier).  Le terme zakur [mâle] dans Exode 23:17 et Deutéronome 16:16 est très proche de zakar [mâle], le mot utilisé pour l’enfant-mâle d’Ésaïe 66:7 (voir Apocalypse 12:5).  Ainsi, la parenté entre zakur des passages précités de la Torah et de zakar d’Ésaïe 66:7 donne lieu à des possibilités excitantes.

Si le mâle doit comparaître devant le Seigneur trois fois par an (Pâque/Pains sans levain, Pentecôte et Tabernacles), cela aidera à réduire le délai.  Jésus, prémices d’une plus grande moisson à venir, s’est déjà présenté au temple de Dieu à Jérusalem lors de l’entrée triomphale (Jean 12:12-14).  Le prochain rendez-vous pour la présentation d’un homme serait la Pentecôte.

Et, puisqu’il n’y a actuellement aucun temple pleinement fonctionnel à Jérusalem sanctionné par Dieu, le mâle d’Ésaïe 66:7 (la première moisson) sera présenté à l’Éternel dans son temple dans les cieux (voir Ésaïe 26:20, Jean 14:1-3, Apocalypse 12:5).  En fait, selon Ésaïe 66:6, c’est du temple dans les cieux que la voix de l’Éternel donne le feu vert pour que le mâle soit livré et ramené à son trône.  Après la naissance complète de l’homme et son enlèvement rapide, Israël entre dans les Tribulations et porte le reste de ses enfants plus tard (voir Ésaïe 66:7-8).

La dernière fois que le mâle est présenté est à la Fête des Tabernacles, qui aura finalement lieu à la fin des Tribulations, quand le Christ et Son corps reviendront et régneront triomphalement de Jérusalem sur la terre.

Mais, attendez, il y a plus …

Jetez un œil à quelques versets décrivant la fête de la Pentecôte dans Lévitique 23:17, 20 et 22 :

« Vous apporterez de vos demeures deux pains, pour qu’ils soient agités de côté et d’autre ; Ils seront faits avec deux dixièmes de fleur de farine, et cuits avec du levain ; Ce sont les prémices de l’Éternel.Le sacrificateur agitera ces victimes de côté et d’autre devant l’Éternel, avec le pain des prémices et avec les deux agneaux : Elles seront consacrées à l’Éternel, et appartiendront au sacrificateurQuand vous ferez la moisson dans votre pays, tu laisseras un coin de ton champ sans le moissonner, et tu ne ramasseras pas ce qui reste à glaner.  Tu abandonneras cela au pauvre et à l’étranger.  Je suis l’Éternel, votre Dieu. »

Il a été bien documenté par d’autres que la Fête de la Pentecôte dépeint la fusion des Juifs et des Gentils en un seul corps (“deux pains” + “cuits avec du levain”). Nous savons d’après Actes 2 que l’Esprit a été donné à la Pentecôte, établissant la conception de l’Église, et a satisfait, au moins en partie, aux exigences de la 4ème fête.  Cependant, si la Pentecôte, en l’an 33, n’était qu’un accomplissement partiel, alors nous pourrions potentiellement être témoin de l’accomplissement total et de la « naissance » réelle de l’Église le jour même où l’acompte a été versé.

Dans la description de Lévitique donnée ci-dessus, le souverain sacrificateur doit présenter l’offrande du pain représentant un corps juif et païen et les moissonneurs ont reçu l’ordre de ne pas récolter tout le pays.  Les instructions spécifiques pour laisser le glanage à « l’indigent » et à « l’étranger » sont uniques à la Pentecôte.

Intéressant.  Maintenant, revenons à notre étude d’Ésaïe 17-18 et à l’histoire de la première moisson disparue.  Rappelez-vous que la Récolte précoce est récoltée et disparaît avant que les jugements dévastateurs des Tribulations ne s’ensuivent.  Seuls les glanages sont laissés au moment où la Récolte tardive arrive Ésaïe 17:4-6).  Cette description ne ressemble-t-elle pas à un scénario de Laissés Derrière ?

Cela en fait est un signe et un témoignage vraiment convaincants pour le monde: La naissance et la présentation de l’enfant mâle à la Pentecôte en même temps qu’un Israël endurci célèbre l’ancienne alliance donnée au Mont Sinaï :

« Vous ne vous êtes pas approchés d’une montagne qu’on pouvait toucher et qui était embrasée par le feu, ni de la nuée, ni des ténèbres, ni de la tempête, ni du retentissement de la trompette, ni du bruit des paroles, tel que ceux qui l’entendirent demandèrent qu’il ne leur en fût adressé aucune de plus, car ils ne supportaient pas cette déclaration : Si même une bête touche la montagne, elle sera lapidée.  Et ce spectacle était si terrible que Moïse dit : Je suis épouvanté et tout tremblant.  Mais vous vous êtes approchés de la montagne de Sion, de la cité du Dieu vivant, la Jérusalem céleste, des myriades qui forment le chœur des anges, de l’assemblée des premiers-nés inscrits dans les cieux, du juge qui est le Dieu de tous, des esprits des justes parvenus à la perfection, de Jésus qui est le médiateur de la nouvelle alliance, et du sang de l’aspersion qui parle mieux que celui d’Abel. »    (Hébreux 12:18-24)

La Pentecôte pourrait être le jour où Hébreux 2:11-13 est totalement accompli :

« Car celui qui sanctifie et ceux qui sont sanctifiés sont tous issus d’un seul.  C’est pourquoi il n’a pas honte de les appeler frères, lorsqu’il dit : J’annoncerai ton nom à mes frères, je te célébrerai au milieu de l’assemblée.  Et encore : Je me confierai en toi.  Et encore : Me voici, moi et les enfants que Dieu m’a donnés. »

Oui, la Pentecôte pourrait être le jour où notre Grand Souverain Sacrificateur retourne au Père, non pas les mains vides (Deutéronome 16:16), mais, avec la récolte hâtive en remorque.  Au milieu de l’assemblée, l’Église nouvellement glorifiée, Il dira : « Me voici avec les enfants que Dieu m’a donnés ».  Et après, nous Lui chanterons une nouvelle chanson :

« Et l’un des vieillards me dit : Ne pleure point ; Voici le lion de la tribu de Juda, le rejeton de David, a vaincu pour ouvrir le livre et ses sept sceaux.  Et je vis, au milieu du trône et des quatre êtres vivants et au milieu des vieillards, un agneau qui était là comme immolé …… Et ils chantaient un cantique nouveau, en disant : Tu es digne de prendre le livre, et d’en ouvrir les sceaux ; Car tu as été immolé, et tu as racheté pour Dieu par ton sang des hommes de toute tribu, de toute langue, de tout peuple, et de toute nation ; Tu as fait d’eux un royaume et des sacrificateurs pour notre Dieu, et ils régneront sur la terre. »     (Apocalypse 5:5-6, 9-10)

Alléluia, amen !  Viens, Seigneur Jésus !

Source

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

 



Back to Top ↑
  • VISITES


  • Donation pour HESTHELAMB

    Pleins Feux sur l'Heure Juste, bénéficie du ministère de HESTHELAMB, et nous voudrions l'aider aussi financièrement.
    Ces vidéos produites demandent beaucoup d'investissement et désirons vous partager ce besoin.
    Merci pour votre soutien !

  • Conférence 2018

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence 2015 et 2012




Real Time Web Analytics