Conspiration

Publié le 14 juillet, 2012 | par Pleins Feux

0

ET OUI, KOUCHNER MENTAIT….

Le co-auteur d’un des plus gros médiamensonges des années 90 vient d’avouer.
Instructif pour l’avenir, car les trucs de manipulation sont toujours les mêmes…

Par Michel Collon

Flash-back

Été 92, guerre en Bosnie. Bernard Kouchner et ses « médecins du monde » diffusent dans la presse et sur les murs de Paris une pub, frappante et coûteuse. La photo-montage présente des « prisonniers » d’un camp serbe en Bosnie, derrière des barbelés. Kouchner y accole l’image d’un mirador d’Auschwitz. Son texte accuse les Serbes « d’exécutions de masse ».

Info ou intox ? Intox, reconnaît Kouchner douze ans plus tard. Son récent livre auto-publicitaire, « Les guerriers de la paix », relate une entrevue avec Izetbegovic (le dirigeant nationaliste musulman au pouvoir à l’époque à Sarajevo), sur son lit de mort :

ñ Kouchner : C’étaient d’horribles lieux, mais on n’y exterminait pas systématiquement. Le saviez-vous ?

ñ Izetbegovic : Oui. L’affirmation était fausse. Il n’y avait pas de camp d’extermination quelle que fût l’horreur des lieux. Je pensais que mes révélations pourraient précipiter les bombardements.

Ce médiamensonge a effectivement fait basculer l’opinion vers le soutien aux bombardements. Toute la presse occidentale l’avait diffusé massivement. Mais le récent démenti a été passé sous silence. Le public ne doit pas savoir qu’il a été roulé. Le demi-aveu de Kouchner et ce silence médiatique posent des questions cruciales :

1° Kouchner savait-il bien plus tôt ?

Oui.  Dès 1993, un journaliste de France 2, Jacques Merlino, révélait la supercherie dans un bouquin au titre éloquent, « Toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire ». Il y interviewait le directeur de Ruder Finn, agence américaine de relations publiques, lequel, très fier, avouait avoir monté de toutes pièces la campagne des « camps d’extermination » : « Nous avons circonvenu trois grandes organisations juives : B’nai B’rith, American Jewish Committee et American Jewish Congress. Aussitôt, nous avons pu, dans l’opinion publique, faire coïncider Serbes et Nazis. Le dossier était complexe, personne ne comprenait ce qui se passait en Yougoslavie, mais d’un seul coup, nous pouvions présenter une affaire simple avec des bons et des méchants. » En mentant, fait observer le journaliste ! « Nous sommes des professionnels. Nous ne sommes pas payés pour faire la morale. » Donc, Kouchner savait depuis longtemps et ce n’était pas très joli de mettre toute la faute sur le dos d’un mort.

2° Les médias ont-ils enterré les preuves de la supercherie ?

Oui.  Un journaliste allemand, Thomas Deichman, a montré dès 1994 que l’image des barbelés était truquée, que les « prisonniers » n’étaient pas enfermés. En fait, elle était tirée d’un reportage d’ITN où ils déclaraient être bien traités, mais le journaliste avait coupé ces déclarations ! On trouvera l’affiche de Kouchner, les commentaires de Deichmann et notre exposé des trucages dans notre livre « Poker menteur », daté de 1998. Donc, il ne fallait pas attendre aujourd’hui pour rectifier. Dans un reportage-vidéo, « Sous les bombes de l’OTAN » (1999), nous avions aussi présenté les images tournées par une télé locale, qui démontraient la tricherie du reportage d’ITN.

3° Kouchner a-t-il été protégé, même par des « critiques de médias » ?

Oui. Voici un exemple : Daniel Schneidermann nous avait contactés sur ce dossier, puis nous a écartés du débat pour ne pas nuire à Kouchner. On n’a pas non plus interrogé ses médiamensonges sur le Kosovo et son bilan catastrophique dans cette province. Nous disons bien : médiamensonges, et non erreurs. Son plan de carrière visant le poste de secrétaire-général de l’ONU, il lui faut tout faire pour plaire aux États-Unis.

4° Pourquoi fallait-il présenter une histoire « simple », mais fausse ?

Pour cacher la responsabilité des grandes puissances occidentales dans ce conflit :

ñ Depuis 1979, la CIA allemande soutenait des extrémistes pour faire éclater la Yougoslavie.

ñ En 1989, le FMI avait mis la pression néolibérale pour éliminer l’autogestion et les droits travailleurs, excitant la crise et les nationalismes.

ñ En 1991, l’Allemagne avait armé les extrémistes croates et musulmans avant la guerre.

ñ De 1992 à 1995, les États-Unis ont délibérément prolongé le conflit, comme en atteste l’envoyé spécial européen en Bosnie, lord Owen.

ñ Pour quels intérêts, toutes ces manœuvres ? Éliminer un système social trop à gauche, mais aussi contrôler les Balkans stratégiques et les routes du pétrole.

5° S’agit-il de nier tous les crimes commis ?

Pas du tout, mais lorsque nos gouvernements cherchent à nous entraîner par une propagande de guerre « bons contre méchants », il est important de repérer leurs intérêts cachés. Et leurs trucages d’infos. Par exemple, au sujet des camps de prisonniers en Bosnie, l’ONU en avait recensé six croates, deux serbes et un musulman. Et c’étaient plutôt des camps de regroupement en vue d’échanges, et non des camps d’extermination. Mais les nationalistes croates et musulmans étant « nos » alliés, ou plutôt « nos » agents, Kouchner, Bernard-Henri Lévy et les autres invités médiatiques permanents les ont mensongèrement blanchis. Il faudrait juger les criminels de guerre. Tous les criminels de guerre, dans tous les camps. Mais pas par des tribunaux bidons mis sur pied par une justice des vainqueurs où les USA et l’OTAN se placent d’office au-dessus de la loi et même carrément hors-la-loi puisqu’ils violent la Charte de l’ONU à tour de bras.

6° Y a-t-il eu d’autres média mensonges « réussis » dans cette guerre ?

Oui. Un seul exemple. Quand l’OTAN a commencé à bombarder la Yougoslavie, en 1999, elle a affirmé avoir réagi à ce qu’elle appelait un « massacre de 40 civils » par l’armée yougoslave, à Racak, village du Kosovo. Mais Belgrade parlait d’un combat entre deux armées, provoqué par les forces séparatistes albanaises. L’ONU avait commandé un rapport à une commission de légistes dirigée par un docteur finlandais, Madame Ranta. Celle-ci a confirmé la thèse de Belgrade. Mais aucun média n’en a parlé. Le médiamensonge reste intact pour l’opinion. Pourquoi ? Parce que les médiamensonges de Kouchner, BHL et Cie ont permis de diviser la gauche et de l’empêcher de s’opposer à une guerre en réalité injuste. L’opinion publique, ça se travaille. Et, la prochaine fois, ça recommencera.

http://www.onnouscachetout.com/themes/actualite/bosnie-kouchner-mentait.php

Mots clés: , , , , , , , , ,



Comments are closed.

Back to Top ↑
  • VISITES


  • Donation pour HESTHELAMB

    Pleins Feux sur l'Heure Juste, bénéficie du ministère de HESTHELAMB, et nous voudrions l'aider aussi financièrement.
    Ces vidéos produites demandent beaucoup d'investissement et désirons vous partager ce besoin.
    Merci pour votre soutien !

  • Conférence 2018

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence 2015 et 2012




Real Time Web Analytics