Nouvelles

Publié le 13 septembre, 2018 | par admin

0

EXEMPLES DU VÉNÉZUÉLA

Ce que les Américains doivent apprendre du Venezuela.  Ne pas reconnaître ces leçons se révélera être une erreur désastreuse.

Par Joel Hilliker • Le 29 août 2018

De combien d’argent avez-vous besoin pour acheter une tomate ?  Combien pour un rouleau de papier toilette ?  Si vous vivez dans la nation sud-américaine du Venezuela, en ce moment, vous avez besoin de piles de billets.  Des piles et des piles, trop pour tout ranger dans vos poches.  Le Venezuela souffre d’un des pires cas d’hyperinflation de l’histoire.  Le mois dernier, il était à 83.000%.  Les prix doublaient tous les 26 jours.

Certaines villes subissent des coupures d’électricité.  Certaines n’ont pas assez d’eau.  Les pénuries alimentaires sont énormes.  Dans certaines régions, une famille a besoin de l’équivalent de 22 salaires minimums juste pour acheter un panier de base de nourriture.  Le Vénézuélien moyen a perdu 18 livres en 2016 et 24 livres l’an dernier.  La malnutrition infantile est à un niveau record. L’année dernière, près de 400 enfants sont morts de faim.

Depuis 2014, 2,3 millions de personnes se sont enfuies du Venezuela : Environ 7,5% de la population.  Proportionnellement, cela équivaut à 24 millions d’Américains s’enfuyant du pays.  Cet exode est la plus grande crise de l’hémisphère occidental.

Ceux qui restent au Venezuela sont confrontés aux conditions économiques généralement associées à une guerre civile.  Et, la criminalité augmente.

Le seul marché libre du pays est le marché noir, de sorte que les Vénézuéliens font ce qu’ils peuvent pour se procurer de la nourriture et d’autres produits de première nécessité.  Presque tout le monde dans le pays se livre au marché noir à un certain niveau.  Les membres de la famille se retrouvent en contrebande d’essence et d’autres produits de contrebande au Brésil et en Colombie.  Les enseignants, les médecins et les ingénieurs pétroliers vendent leur corps dans la prostitution.  Des personnes autrefois respectables s’impliquent dans le trafic de la drogue.  Les gangs recrutent des adolescents en leur offrant simplement quelque chose à manger.  Les responsables gouvernementaux font des affaires avec les gangs, les cartels de la drogue et les réseaux terroristes.  Le Venezuela est comme une organisation nationale de la mafia.

Vous avez probablement vu les images sur les nouvelles.  Des piles de billets de 100 bolivars presque sans valeur.  Et, des lignes énormes dans les supermarchés. Les mères pauvres et les enfants qui regardent dans des réfrigérateurs vides.  Des femmes qui se prostituent dans d’autres pays.  Des animaux domestiques émaciés et abandonnés.  Les gens fouillent dans les ordures pour y trouver de la nourriture.  Il y a d’importantes pannes de courant.  Il y a des marches massives de protestations.   Les élections meurtrières se heurtent à la police. Les migrants vénézuéliens empêchés de quitter le pays.  Des images de personnes souffrant de malnutrition et des personnes âgées, des adultes et des enfants qui ont le cœur brisé.

C’est un état défaillant, et il n’y a même pas de guerre à blâmer.  En 2018, le Venezuela est synonyme d’échec du gouvernement, de catastrophe économique et de pauvreté extrême.

Qu’est-il arrivé ?  Jusqu’à récemment, le Venezuela était très prospère.  En 1950, les Vénézuéliens jouissaient du quatrième revenu mondial par habitant après les États-Unis, la Suisse et la Nouvelle-Zélande, soit $80.000 par personne dans l’argent actuel.  En 1980, elle a connu la croissance la plus rapide du monde.  En 2001, c’était le pays le plus riche d’Amérique latine.  En 2012, son produit intérieur brut par habitant a atteint un sommet de $18.382 par personne.

Le Venezuela possède de riches ressources naturelles : De l’or, des diamants et les plus grandes réserves pétrolières prouvées au monde.

Alors, qu’est-ce-qu’il s’est passé ?

Comment le Venezuela est-il passé du statut de pays le plus riche d’Amérique Latine à une zone de catastrophe économique et humanitaire ?

Socialisme

Les gauchistes en Amérique aimaient louanger le Venezuela au début des années 2000.  C’était un paradis naturel où un visionnaire socialiste élargissait le gouvernement, reprenait de grandes entreprises, nationalisait l’industrie pétrolière, rendait la société dépendante du gouvernement et distribuait des avantages aux pauvres.  C’était le socialisme en action !

Ce visionnaire socialiste était un ancien parachutiste qui a tenté de renverser le gouvernement en 1992, puis, a remporté l’élection présidentielle de 1998.  Malgré la richesse du pays, à cause de la corruption et de la mauvaise gestion, et à cause de la chute des prix de ses exportations pétrolières, le gouvernement a un taux de pauvreté incroyable de 50%.  Le peuple a élu un socialiste démocratique nommé Hugo Rafael Chávez Frías avec 56% des voix.  Les anciens programmes d’aide sociale du Venezuela seraient bien en deçà de ce qu’il était sur le point de faire.  Il a promis de mettre fin à la corruption du gouvernement en donnant la richesse du Venezuela aux masses appauvries.  Il donnerait le pouvoir au peuple.

« Le Venezuela est une nation avec de grandes richesses », a proclamé Hugo Chávez, « mais, les capitalistes maléfiques et les sociétés diaboliques ont volé ses citoyens ».

Hugo Chávez était extrêmement populaire.  Il était charismatique et il est apparu à la télévision, s’adressant directement à son peuple pendant des heures. Plus important encore, il a offert beaucoup d’avantages aux pauvres. Heureusement pour lui, les prix du pétrole, dont dépend l’ensemble de l’économie vénézuélienne, continuaient à augmenter.  Des quantités énormes de richesses affluaient.  Hugo Chávez ressemblait à un génie bienveillant pour son peuple et aux socialistes à l’étranger.  Au cours des 14 années de sa présidence, il a perçu des profits pétroliers estimés à 1 trillions de dollars et il les a utilisés pour financer ses programmes sociaux de grande envergure.

Le régime de Chávez a également nationalisé des milliers d’entreprises et d’industries privées.  Hugo Chavez a déclaré que le gouvernement les dirigerait mieux que les propriétaires privés et que les bénéfices seraient distribués à la population.

En conséquence, le taux de pauvreté a chuté de 50% à environ 32% au moment où Hugo Chavez a été réélu en 2006, avec près des deux tiers des voix.


« Les libéraux du monde occidental ont félicité le Venezuela et Hugo Chávez pour avoir démontré que le socialisme pouvait bien fonctionner.  Après les exemples de l’Union Soviétique, de l’Allemagne de l’Est, de la Chine, du Cambodge, de la Corée du Nord et d’autres pays socialistes, les libéraux étaient avides pour un vrai exemple dans le vrai monde qu’ils pourraient proclamer comme une victoire pour le socialisme du 21ième siècle.  Et le Vénézuéla d’Hugo Chavez était exactement çà ».

« Je regarde les changements positifs qui se sont produits économiquement, qui ont eu lieu dans toute l’Amérique du Sud à cause d’Hugo Chávez », a déclaré le réalisateur Oliver Stone, qui a réalisé un documentaire intitulé Mon Ami Hugo, dans une conférence de presse dans la capitale du Venezuela, en 2010.

« Le Venezuela est en train de vaincre sérieusement la pauvreté en rejetant catégoriquement les politiques néolibérales des institutions financières mondiales », a déclaré en 2009 le chef du parti travailliste britannique, Jeremy Corbyn.

Hugo Chávez avait accompli la « libération historique de l’Amérique Latine », en libérant l’Amérique Latine de 500 ans de forces occidentales, remontant à l’époque des conquistadors, selon l’éminent socialiste américain radical, Noam Chomsky.

« De nos jours, le rêve américain est plus susceptible d’être réalisé en Amérique du Sud, dans des pays tels que l’Équateur, le Venezuela et l’Argentine, où les revenus sont en réalité plus égaux aujourd’hui qu’aux États-Unis ».  Ceci provient d’un extrait d’un article publié sur le site web du sénateur du Vermont, Bernie Sanders, qui a monté une campagne populaire pour le candidat démocrate à la présidence des États-Unis.

À l’époque, le message des socialistes américains et d’autres socialistes occidentaux était : « Regardez le Venezuela ! »

Autoritarisme

Pour accomplir ses réformes, Hugo Chávez a pris le contrôle de toutes les branches du pouvoir : Exécutif, législatif, judiciaire et militaire.  Il a éliminé le Congrès National et l’a remplacé par une Assemblée Nationale, qu’il contrôlait. Il a utilisé cet organe pour réécrire la Constitution du Venezuela afin de rester au pouvoir, en allongeant les mandats présidentiels et en abolissant les limites de mandat.  Il a empilé la Cour Suprême avec ceux qui lui étaient fidèles.  Après que son gouvernement eut renforcé le contrôle de l’état sur l’industrie pétrolière, Hugo Chávez a renvoyé les dirigeants qu’il n’aimait pas et les a remplacés par des personnes fidèles à lui-même.  Il a effectivement détruit le secteur privé en confisquant ou en reprenant une industrie après l’autre.

Ces mouvements étaient populaires, mais il y avait un problème.

Les gens ont tendance à aimer certains des effets à court terme d’un gouvernement socialiste.  Mais, donner au gouvernement autant de contrôle a des conséquences.  « Un gouvernement assez grand pour vous donner tout ce que vous voulez », a déclaré l’ancien président des États-Unis, Gerald Ford, « est un gouvernement assez grand pour vous prendre tout ce que vous avez ».

Le « paradis socialiste » du grand gouvernement vénézuélien était en effet assez fort pour enlever les choses.  Pas seulement des entreprises et des emplois, mais, des libertés.  Lorsque les journalistes ont critiqué le président, il les a emprisonnés.  Lorsque les juges se sont prononcés contre ses décisions, il les a également arrêtés.  Quand les gens ont protesté, il les a fait enfermer ; Certains d’entre eux ont même été abattus dans les rues.  Lorsque ses camarades militaires se sont sentis mal à l’aise avec ces tactiques, Hugo Chávez a importé des agents communistes de Cuba pour les espionner.

En 2010, Transparency International a qualifié le Venezuela d’Hugo Chávez du pays le plus corrompu d’Amérique Latine, une région qui compte de nombreux candidats pour cette désignation douteuse.

Pourtant, l’argent continuait à arriver.  Le pétrole se vendait toujours à plus de $100 le baril, alors le gouvernement continuait à recevoir de l’argent et continuait à le distribuer.

En 2012, Chávez a été réélu.  Cette fois-ci, cependant, il n’y avait pas d’observateurs électoraux internationaux et il était prouvé que les élections avaient été truquées.  Il est devenu le dernier socialiste « démocratique » à promettre de donner le pouvoir au peuple, et de prendre des mesures autoritaires pour ne jamais le perdre.

Peu de temps après, Hugo Chavez a annoncé qu’il avait contracté le cancer. Après avoir voyagé à Cuba pour se faire soigner, il est décédé en mars 2013. Confronté à son héritage, l’argent pétrolier était toujours là.  Il n’a jamais payé l’addition pour ses politiques imprudentes et imprévoyantes.

Mais, le Venezuela le ferait.

À court d’argent

Avant sa mort, Hugo Chávez a choisi son successeur, Nicolás Maduro.  Et, d’ici un an, l’inévitable s’est produit : Les prix du pétrole ont chuté.  Les recettes pétrolières ont diminué et, soudain, les coûts réels du socialisme sont devenus évidents.

L’ancien Première Ministre de la Grande-Bretagne, Margaret Thatcher, a déclaré : « Le problème avec le socialisme, c’est qu’en fin de compte, vous êtes en manque de l’argent des autres ».

Depuis que le Produit Intérieur Brut par habitant du Venezuela a atteint un sommet en 2012, il a diminué de 34%.  L’économie nationale a diminué de 16% en 2016, de 14% en 2017 et de 15% en 2018.  Le pays, qui était le quatrième pays le plus riche du monde par habitant, est passé au 131ième.  L’inflation, la hausse générale des prix, était de 112% en 2015 ; Il avait atteint 2800% en 2017, et cette année il devrait atteindre 1 million%.

Nicolas Maduro est déterminé à garder le pouvoir.  En 2013, il a remporté la présidence avec 51% des voix lors d’une élection probablement truquée.  À ce stade, le taux de pauvreté était d’environ 32%.  Cinq ans de catastrophe économique, de bouleversements sociaux et de travailleurs du pétrole mal nourris plus tard, Maduro a été réélu avec 68% des voix.  Sa popularité, en quelque sorte, a augmenté d’un tiers.  Cela est déroutant, jusqu’à ce que vous appreniez que le Venezuela a de nouveau bloqué la participation des observateurs internationaux et que la société britannique qui a fourni les machines à voter a déclaré qu’il y avait une différence d’au moins 1 million de voix entre la participation aux votes et les statistiques annoncées par les autorités vénézuéliennes.

Il est clair que le « socialisme démocratique » a encore une fois produit un socialisme autoritaire classique.  Un gouvernement assez grand pour donner aux Vénézuéliens ce qu’ils veulent est un gouvernement assez grand pour dire aux Vénézuéliens comment ils doivent voté.

De nombreux Vénézuéliens ont rejeté les revendications du gouvernement de Nicolas Maduro et ont manifesté en masse dans les rues.  Les forces de sécurité de Nicolas Maduro ont réprimé les manifestants et les journalistes.  Les troupes de la garde nationale bolivarienne ont même arrêté des personnes simplement pour avoir enregistré des vidéos des longues files à l’extérieur des supermarchés avec des pénuries alimentaires.

Par ailleurs, la presse rapporte que la fille d’Hugo Chávez a accumulé une fortune estimée à $4.2 milliards.

Il s’est avéré que l’élection d’un socialiste démocratique pour mettre fin à la corruption, distribuer la richesse de la nation et donner le pouvoir au peuple a fini par favoriser la corruption, écraser l’économie et réduire le pouvoir du peuple !

Quelle leçon sur la façon dont le socialisme peut et va devenir terriblement mauvais.  Regardez le Venezuela !

Amérique ignorante

Étonnamment, alors que se déroule cette catastrophe, seulement quelques pays plus au nord, quelle est la tendance politique en Amérique ?

Socialisme démocratique

Selon un sondage Gallup du 13 août, 51% des Américains âgés de 18 à 29 ans ont une « vision positive » du socialisme.  Seuls 45% ont une vision positive des marchés libres.  Dans le Parti Démocrate, 57% ont une vision positive du socialisme, tandis que 47% seulement sont favorables aux marchés libres.  Le président du Comité National Démocrate, Tom Perez, a déclaré qu’un « socialisme démocrate » populaire et affirmé est « l’avenir du Parti Démocrate ».

Cette vague d’enthousiasme pour le socialisme s’est intensifiée lors de la dernière élection présidentielle alors que les jeunes soutenaient Bernie Sanders. Maintenant, les socialistes gagnent dans les primaires des états.  Certains d’entre eux pourraient gagner les bureaux de gouverneurs et certains pourraient se joindre à Bernie Sanders au Congrès.

Déjà au service de Bernie Sanders au Sénat, il y a un professeur de la faculté de droit de Harvard, un érudit en droit de la faillite, un chef de file du Parti Démocrate, un des meilleurs esprits de notre système éducatif et politique.  Elle est la sénatrice du Massachusetts et une éventuelle candidate à la présidence pour 2020.  Elle s’appelle Elizabeth Warren et elle a un plan.  Elle veut que le gouvernement fédéral contrôle toutes les grandes entreprises américaines.

« Vous pouvez prendre toutes ces idées comme étant saines.  C’est pourquoi le socialisme est une force si puissante.  Mais, les êtres humains ont essayé ces idées tout au long de l’histoire et ils ont provoqué à chaque fois des catastrophes comme l’Union Soviétique et le Venezuela. »

Ce n’est pas juste de la rhétorique.  Elizabeth Warren a présenté la Loi sur le Capitalisme Responsable, un projet de loi qui établirait le contrôle du gouvernement sur toutes les grandes entreprises américaines (toutes les entreprises ayant un chiffre d’affaires supérieur à un milliard de dollars).  Elle demande littéralement au gouvernement fédéral de prendre le contrôle de plus de mille des plus grandes entreprises américaines : Le gouvernement contrôlerait directement 87% des entreprises américaines en termes de ventes et 97% de l’ensemble de l’économie américaine.  Ce serait la plus grande prise de contrôle de la richesse privée dans l’histoire humaine.

Et, elle le propose à un moment où les Vénézuéliens meurent littéralement de faim à cause du socialisme !  D’une manière ou d’une autre, Elizabeth Warren et ses collègues libéraux peuvent regarder le Venezuela et dire encore : « C’est ce que nous voulons pour l’Amérique ».  Une majorité de jeunes Américains, et la plupart des membres du Parti Démocrate, affirment que nous devons considérer les pays, comme le Venezuela, comme un modèle de soins de santé universels, d’éducation universelle, de frais de scolarité gratuits et de minimum des augmentations de salaires, pour redistribuer la richesse, pour certains contrôles des prix.

Vous pouvez prendre toutes ces idées comme étant saines.  C’est pourquoi le socialisme est une force si puissante.  Mais, les êtres humains ont essayé ces idées tout au long de l’histoire et ils ont provoqué à chaque fois des catastrophes comme l’Union Soviétique et le Venezuela.

Dans ce cas, nous avons un échec spectaculaire qui se produit sous notre nez, en ce moment même.  Vous n’avez même pas besoin de lire un livre d’histoire pour voir cela.  Tout ce que vous avez à faire est de faire attention et d’apprendre la leçon évidente.

Ce que l’histoire enseigne

Les socialistes veulent « l’égalité » à tout prix.  Au Venezuela, comme en Union Soviétique, comme dans d’autres pays socialistes, ils l’obtiennent.  À l’exception des rares personnes à l’intérieur et reliées au gouvernement de plus en plus puissant, tout le monde est également opprimé et tout aussi pauvre.

Chacun est égal en termes de valeur en tant qu’être humain et de potentiel.  Mais, dans presque tous les autres cas, nous sommes inégaux.  Nous avons des capacités différentes, des intérêts différents, des opportunités différentes.  Nous avons différents antécédents, différents niveaux de réussite et, oui, des revenus différents.  Il y a certes des exceptions à la règle, mais dans une société libre, les gens qui produisent plus finissent généralement par avoir plus.  D’où « l’inégalité des revenus ».  La richesse a toujours tendance à être concentrée dans une minorité.

L’histoire montre que cela conduit souvent à un ressentiment et à une agitation de la majorité et, dans certains cas, à une révolte.  Les dirigeants peuvent gagner un tour s’ils promettent aux masses de redistribuer la richesse.

Le problème est que la richesse en mouvement ne crée pas plus de richesse.  La production crée plus de richesse.  Et, donner de l’argent aux gens ne les rend pas plus productifs.  En général, cela les rend moins productifs.  Et prendre de l’argent auprès des producteurs les rend également moins productifs.

De plus, plus la révolution est violente, plus la richesse est détruite.

Le résultat de ces révolutions est donc généralement une perte de richesse et une perte de productivité.  Et, une fois que la richesse redistribuée est dépensée, alors la pauvreté revient comme une vengeance.

Ce n’est pas un phénomène récent : Cela s’est produit tout au long de l’histoire.

Will et Ariel Durant, historiens lauréats du Prix Pulitzer, ont écrit ceci dans Les Leçons de l’Histoire : « L’expérience du passé laisse peu de doute que chaque système économique doit, tôt ou tard, s’appuyer sur une forme de profit pour stimuler la productivité.  Les substituts comme l’esclavage, la surveillance policière ou l’enthousiasme idéologique s’avèrent trop improductifs, trop coûteux ou trop éphémères.  Normalement, les hommes sont généralement jugés en fonction de leur capacité à produire. »

Les socialistes n’arrivent pas à comprendre ou à rejeter cette vérité fondamentale de la nature humaine, enseignée par des milliers d’années d’expérience humaine.

Mais, le Créateur des êtres humains le comprend parfaitement.  C’est pourquoi Sa Parole dit que si quelqu’un ne travaille pas, il ne devrait pas non plus manger (2 Thessaloniciens 3:10).  C’est pourquoi Sa Parole fait la promotion d’un système économique pour chaque homme sous sa propre vigne et son propre figuier.  C’est pourquoi Sa Parole dit que nous mangeons tous le fruit de nos actions, que nous recevons tous notre propre récompense selon notre propre travail, que nous devons chacun rendre compte de nous-mêmes, qu’il récompense chaque homme en fonction de ses œuvres et rend à chaque homme selon ses actions.  C’est pour cela que Sa Parole dit que la responsabilité de nourrir chaque famille repose sur la tête de cette famille qui prend en charge les siens, en particulier pour ceux de sa propre maison (1 Timothée 5:8).  Il ne dit pas de compter sur les programmes sociaux gouvernementaux qui vous rapportent des montants décroissants en échange de votre abandon, de votre pouvoir et de votre responsabilité sur votre propre vie.

Lorsqu’un gouvernement prend simplement des producteurs et des riches, et donne aux pauvres en échange de votes, il ignore ces vérités et commandements bibliques de base.

Chaque fois que nous faisons ce qui nous semble juste, nous créons des problèmes plutôt que de les résoudre.  Nos idées peuvent sembler produire de bons résultats pendant une courte période, comme cela a été le cas sous Hugo Chavez, mais, le calcul intervient toujours.  C’est une question de cause à effet. C’est une loi, comme la physique.  Et, l’endroit où apprendre les lois fondamentales de la vie humaine n’est pas l’esprit de Hugo Chávez, de Lénine ou de Marx.

À quel point l’esprit humain est-il défectueux ?  Eh bien, les Américains vivent dans un système économique qui a fait plus pour éliminer la pauvreté et générer de la richesse que tout autre système de l’histoire, ce qui a permis à des millions de personnes de vivre mieux que tout autre peuple.  Pourtant, nous nous tournons vers le socialisme.

Pourquoi ne pouvons-nous pas simplement croire en Dieu, obéir à Dieu et respecter les principes de la Bible ?  Certes, le libre marché et le capitalisme ne sont pas les systèmes parfaits de Dieu, mais, ils sont beaucoup plus cohérents avec les principes bibliques que le socialisme, le communisme, le féodalisme, le corporatisme ou tout autre système économique en dehors du système économique actuel.

La prise du pouvoir des socialistes

Il y a un autre aspect troublant de ce qui se passe au Vénézuéla, qui enseigne une leçon cruciale, si seulement nous écoutons.  C’est la façon dont le gouvernement « socialiste démocratique » s’est transformé en un gouvernement socialiste autoritaire.

Voyez les maux de la nature humaine.  Lorsque vous donnez un pouvoir énorme à un dirigeant ou à un gouvernement, pour contrôler l’économie, les forces armées, les politiques, les relations internationales et tout le reste, le pouvoir de prendre à des gens et de les donner à d’autres personnes ; Voilà à ce que tout ceci conduit souvent !

À maintes reprises, les dirigeants utilisent le « socialisme démocratique » pour prendre le pouvoir, puis, ils consolident ce pouvoir et ne l’abandonnent jamais. La plupart des révolutions socialistes démocratiques à travers l’histoire finissent par devenir autoritaires.  Beaucoup se transforment en dictatures à part entière.

Une fois que les peuples d’une nation ont cédé leurs droits individuels pour  donner à leur gouvernement un pouvoir écrasant sur leur vie, il est facile pour ce gouvernement d’être contrôlé par un petit groupe ou même une seule personne.  Et, si souvent, à l’intérieur de ces personnes ou de cette personne, la nature humaine fait rage.

Ces dirigeants disent toujours qu’ils vivent pour aider les gens.  Mais, ce qu’ils veulent vraiment, c’est le pouvoir de reconstruire la nation comme ils le veulent. Certains d’entre eux ne veulent que du pouvoir et de la richesse, et c’est tout.

Et, que les gens veuillent bien l’admettre ou non, c’est exactement ce qui motive le mouvement socialiste aux États-Unis.  Les socialistes déclarés parlent ouvertement de nationaliser les soins de santé, de nationaliser 97% de l’économie, d’augmenter les impôts et de prendre de l’argent pour que les politiciens puissent le distribuer aux institutions qui enseignent aux générations les gloires du marxisme !

Ce n’est pas du tout l’égalité.  C’est une prise de pouvoir massive !

Comme Hugo Chávez, ces politiciens pensent que les problèmes du marché libre peuvent être résolus simplement en dépouillant le pouvoir de l’entreprise privée et en le donnant au gouvernement.  Comme si seuls les particuliers avaient une nature humaine égoïste et diabolique, alors que les dirigeants socialistes ont une nature pure et altruiste et peuvent être implicitement confiés à agir dans l’intérêt public.  Leur ligne de fond est la suivante : Plus nous avons de pouvoir, mieux tout le monde sera gagnant !

Pendant plus d’un siècle, cette idéologie impie a progressivement infecté le gouvernement américain, le transformant d’un gouvernement fédéral limité en un gouvernement central de plus en plus massif.

Pourtant, des gens comme Elizabeth Warren pensent que le gouvernement n’a pas encore assez de pouvoir !

C’est exactement le contraire de la pensée des fondateurs américains.  Plus important encore, ceci est contraire aux principes de la Bible.

Faire confiance au gouvernement ?  Ou faire confiance à Dieu ?

Les fondateurs de l’Amérique ont compris les nombreux principes bibliques.  Ils ont compris que Dieu ne conduisait pas l’Amérique de la même manière qu’il conduisait l’ancien Israël à travers Moïse, mais ils ont formé un système de gouvernement qui expliquait au moins la vérité sur la nature humaine révélée dans la Bible.  Ils mettent l’opportunité et la responsabilité de la vie d’un homme là où il se trouvait : Sur les épaules de cet homme lui-même.

Le modèle biblique de gouvernement place la responsabilité de la vie individuelle sur cette personne.  Le système gouvernemental est très maigre. Cela donne aux individus et aux familles une énorme quantité de liberté économique et personnelle, et de responsabilité.

Les gouvernements socialistes imposent 60, 70, 80 ou même 90% des revenus des personnes et assument la responsabilité de distribuer l’argent et les bénéfices qu’ils pensent que les gens devraient avoir.  Le système de Dieu opère sur un impôt forfaitaire extrêmement limité de 10%, connu sous le nom de dîme. Cela seul montre la différence de portée entre le gouvernement de Dieu et le gouvernement socialiste humain.

Le modèle socialiste des grands gouvernements ignore les principes de la nature humaine contenus dans la Bible, ignore les limitations des êtres humains révélées dans la Bible, ignore le système de gouvernement établi dans la Bible. Le socialisme insiste hardiment, aveuglément, sur le fait que la nature humaine, du moins la nature humaine des dirigeants gouvernementaux, est fondamentalement bonne et que plus vous donnerez de pouvoir à un gouvernement socialiste, mieux ce sera pour tout le monde.  Il promet que le socialisme répondra à vos besoins.  Il insiste sur le fait que la corruption ne s’épanouira pas dans ce système.  Il insiste sur le fait que le seul problème réside dans les personnes qui ne font pas confiance à un gouvernement toujours croissant.

Dieu a dit : « Maudit soit l’homme qui se confie dans l’homme, qui prend la chair pour son appui, et qui détourne son cœur de l’Éternel ! »  (Jérémie 17:5)

Dieu veut aider toutes les personnes à apprendre la responsabilité, à travailler et à grandir, et à apprendre à lui demander Son aide et à Lui faire confiance ! « Béni soit l’homme qui se confie dans l’Éternel. Et dont l’Éternel est l’espérance ! »  (Jérémie 17:7)

Êtes-vous enseignable ?

Nous devons apprendre les leçons puissantes, désastreuses et coûteuses de ce qui se passe actuellement au Vénézuéla.

Quelque chose ne va pas dans la pensée des Américains d’aujourd’hui, qui se livrent à des rêves socialistes qui rejettent Dieu, alors qu’une nation voisine implose après une expérience de 20 ans dans le socialisme.

Les Américains se révèlent inaccessibles.  Nous n’apprendrons pas les leçons de la Bible.  Nous n’apprendrons pas les leçons de l’histoire.  Nous n’apprendrons même pas les leçons qui se déroulent devant les nouvelles.  Les socialistes disent que les Soviétiques ont mal compris, ou que les Chinois ont mal compris, et que l’Amérique pourrait réussir si elle essayait le « vrai » socialisme.  Nous avons l’audace de dire cela même si nous ne pouvons pas citer un seul exemple de socialisme durable et réussi, et toutes les preuves montrent que la prémisse du système lui-même est fatale !

Nous rejetons les leçons évidentes car nous sommes trop convaincus de notre propre sagesse.  Nous faisons confiance à notre raisonnement humain contre tous les adversaires, et nous paierons un prix terrible pour cette ignorance et cette arrogance.

Que faudra-t-il pour nous rendre enseignable ?

La Bible nous dit la réponse grave.  Notre rejet de Dieu et notre inaccessibilité mèneront directement à des conséquences terrifiantes pire que ce qui se passe au Venezuela.  Les prophéties bibliques montrent que l’Amérique sera au centre des pires souffrances de l’histoire humaine.  C’est ce qu’il nous faudra pour reconnaître les défauts de la nature humaine, y compris la nôtre, et la folie de faire confiance aux hommes, y compris nous-mêmes.

Dieu autorisera et appliquera même une grande partie de cette punition et de cette souffrance.  Non pas parce qu’il nous déteste : S’Il nous détestait, Il nous détruirait.  Mais, Il aime tous les êtres humains qu’Il a créés et Il sait que pour réaliser notre potentiel, rendre nos vies valables, nous devons apprendre. Lorsque nous Le rejetons à tout bout de champ et de toutes les manières, nous ne Lui laissons pas d’autre choix que de nous punir pour nos péchés jusqu’à ce que nous renoncions à notre insistance pour que nous ayons raison, peu importe quoi.

Au-delà de cette période de terribles punitions et de souffrances, notre Créateur aimant a révélé qu’une autre révolution est en train d’arriver.  C’est une révolution dans le gouvernement.  C’est une révolution économique.  C’est une révolution dans le bonheur et l’épanouissement de l’homme.  Et, cela ne peut venir que de la direction de Jésus-Christ.

La bonne nouvelle pour les Vénézuéliens qui souffrent, pour les Américains « aveugles » et pour le monde entier est le retour prochain du Roi des rois, Jésus-Christ, pour diriger littéralement et directement toutes les nations.  Seuls Lui et Dieu le Père comprennent la nature humaine.  Seulement eux ont la capacité et le pouvoir de gouverner les êtres humains de la manière dont ils doivent être gouvernés.  Seuls Lui et Dieu le Père peuvent guider les êtres humains à réaliser non seulement leur potentiel de revenu ou leur potentiel de bonheur, mais aussi le potentiel humain éternel et incroyable pour lequel ils sont nés.

Vous pouvez connaître la vision que Dieu donne de son système économique et de son système de gouvernement.  Vous pouvez voir à quel point le Vénézuéla, les États-Unis et le monde entier seront merveilleux lorsque le Créateur des êtres humains mettra en œuvre son système.

Source

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

 



Back to Top ↑
  • VISITES


  • Donation pour HESTHELAMB

    Pleins Feux sur l'Heure Juste, bénéficie du ministère de HESTHELAMB, et nous voudrions l'aider aussi financièrement.
    Ces vidéos produites demandent beaucoup d'investissement et désirons vous partager ce besoin.
    Merci pour votre soutien !

  • Conférence 2018

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence 2015 et 2012




Real Time Web Analytics