Nouvelles

Publié le 02 août, 2018 | par admin

0

FORCER LES CHRÉTIENS À VIOLER LEUR FOI

Un tribunal de l’Arizona est d’accord pour forcer les chrétiens à violer leur foi.  Les artistes reçoivent l’ordre d’endosser les mariages homosexuels, ou sinon…

Par Bob Unruh – Le 6 juillet 2018

Trois juges d’un tribunal de l’Arizona, Lawrence Winthrop, Jennifer Campbell et Paul McMurdie, ont annoncé qu’ils étaient à l’aise avec la décision de la ville de Phoenix de forcer les artistes chrétiens à violer leur foi et à soutenir les mariages homosexuels.

L’annonce est venue dans leur décision, à partir de leur cour d’appel de l’Arizona, en affirmant une ordonnance de Phoenix qui stipule que les propriétaires chrétiens de compagnies doivent soutenir et endosser les mariages homosexuels avec leurs produits et leur talent artistique.

La même question a été portée devant la Cour Suprême des États-Unis, cette semaine, et cette cour a statué en faveur d’un boulanger chrétien du Colorado qui a refusé de prêter son talent artistique à un gâteau pour un mariage homosexuel.  Mais, la cour a fait cela avec le motif que l’état du Colorado avait montré des préjugés contre le boulanger.

Donc, plusieurs combats sur la question, par un fleuriste dans l’État de Washington et d’autres, continuent.

Celui-ci implique deux artistes chrétiens qui dirigent Brush & Nib, un service de calligraphie personnalisé, Joanna Duka et Breanna Koski.

Ils ont poursuivi quand Phoenix a adopté une ordonnance qui les punirait pour avoir refusé de violer leur foi et de promouvoir, avec leur art, un mariage gay.

La décision de la cour d’appel a déclaré que l’ordonnance était sérieusement entachée d’irrégularités et qu’une partie devait être annulée parce qu’elle était trop vague.  Mais, la décision a déclaré que la prémisse de base pourrait être appliquée.

La décision ne sera probablement pas le dernier mot dans le combat.

« Les artistes ne devraient pas être contraints, sous la menace d’amendes et d’emprisonnement, de créer des œuvres d’art contraires à leurs convictions fondamentales », a déclaré Jonathan Scruggs, avocat principal de l’Alliance Défendant la Liberté, qui représente les deux artistes.

« La décision du tribunal permet au gouvernement d’obliger deux artistes qui servent joyeusement tout le monde à transmettre un message sur le mariage avec lequel ils ne sont pas d’accord.  Cela contredit les libertés fondamentales que notre nation a toujours chéries.  Dans la décision Masterpiece Cakeshop, de lundi, la Cour Suprême a réaffirmé que les objections religieuses et philosophiques aux mariages homosexuels sont des opinions protégées et, dans certains cas, des formes d’expression protégées ».

« La position de Phoenix contredit ce principe et viole la liberté artistique et religieuse de nos clients.  Nous avons l’intention de faire appel de la décision du tribunal. »

Duka et Koski soutiennent qu’ils pourraient être et seraient poursuivis en vertu de l’ordonnance pour avoir refusé de promouvoir un mariage homosexuel.

Ce serait, ont-ils affirmé et le tribunal en est convenu, violer leurs croyances chrétiennes profondément enracinées.

Et, cela viole la clause de liberté d’expression et la loi sur l’exercice libre de la religion de l’Arizona, expliquent les avocats.

La décision de lundi à la Cour Suprême des États-Unis a confirmé la décision de Jack Phillips de ne pas faire de gâteau pour un mariage homosexuel, et le tribunal de l’Arizona a sauté sur cela pour justifier le mandat contre les chrétiens.

Elle a cité la décision de la Cour Suprême selon laquelle la société reconnaît désormais que « les homosexuels et les couples homosexuels ne peuvent être traités comme des parias sociaux » mais que « les objections religieuses et philosophiques aux mariages homosexuels sont des opinions protégées et, dans certains cas, des formes d’expression protégées ».

Les juges de l’Arizona ont déclaré que les questions du Premier Amendement n’avaient pas d’importance.

« Ils ne peuvent pas discriminer », a déclaré le tribunal aux artistes,

« contre les clients potentiels en se basant sur l’orientation sexuelle ».

Cependant, la clé était la concession du tribunal selon laquelle il n’y avait pas de « message spécifique » contesté.

Les juges ont également fustigé les artistes, en accusant qu’ils « ne sont pas les premiers à tenter d’utiliser leurs croyances religieuses pour justifier des pratiques que d’autres jugent ouvertement discriminatoires ».

Les juges ont refusé d’admettre que la création d’invitations personnalisées et d’œuvres d’art était une « conduite expressive ».

Les juges ont prétendu que l’ordonnance était neutre, même si, à première vue, elle incluait certains points de vue et en excluait d’autres.

Les juges citent également l’opinion d’Elena Kagan dans l’affaire Phillips, selon laquelle « un vendeur peut choisir le produit qu’il vend, mais, pas les clients qu’il sert » mais cela, bien sûr, ignore le fait que le « produit » vendu nécessite une création personnelle par un artiste, et n’est pas de la même classe qu’une paire de bottes ou une miche de pain.

L’arrêt Phillips de la Cour Suprême des États-Unis semble n’avoir rien fait pour résoudre le conflit provoqué par la création du mariage entre conjoints de même sexe : Les affirmations contradictoires selon lesquelles les droits religieux protégés par le Premier Amendement sont souverains, ou si les droits LGBT créés sont suprêmes.

Par exemple, la plainte de Barronelle Stutzman selon laquelle les autorités et les fonctionnaires de son État natal de Washington l’ont attaquée pour avoir refusé de violer sa foi et soutenir un mariage homosexuel, avec son art floral, va de l’avant.

« L’hostilité du gouvernement envers les croyants n’a pas sa place dans notre société, pourtant l’État du Colorado était ouvertement hostile aux croyances religieuses de Jack sur le mariage », a déclaré Kristen Waggoner, de l’Alliance Défendant la Liberté, sur le cas du fleuriste.  « Le tribunal avait raison de condamner cela.  La tolérance et le respect des différences d’opinion de bonne foi sont essentiels dans une société comme la nôtre.  Cette décision indique clairement que le gouvernement doit respecter les convictions de Jack sur le mariage ».

Kristen Waggoner a répondu à l’affirmation du procureur général de Washington, Bob Ferguson, que l’affaire Phillips aurait peu d’effet sur ses attaques contre Stutzman.

« Dans Masterpiece Cakeshop, la Cour Suprême des États-Unis a dénoncé l’hostilité du gouvernement envers les croyances religieuses sur le mariage détenues par des professionnels de la création comme Jack Phillips et Barronelle Stutzman.  Une telle hostilité existe lorsque le gouvernement traite les personnes de foi pire que les autres propriétaires d’entreprise.  L’État de Washington, agissant par l’intermédiaire de son procureur général, a fait exactement cela », a déclaré Kristen Waggoner.

« Alors que le procureur général n’a pas poursuivi une affaire qui a obscurci et discriminé les clients chrétiens, il a résolument, et de sa propre initiative, poursuivi des mesures sans précédent pour punir Barronelle non seulement en tant que propriétaire d’entreprise, mais aussi, en sa capacité personnelle.  Dans son arrêt Masterpiece Cakeshop, la Cour Suprême a condamné ce genre d’application unilatérale et discriminatoire de la loi contre les personnes de foi. »

Elle a ajouté : « Aussi, dans les mémoires juridiques que le procureur général a déposées dans le cas de Barronelle, il a, à plusieurs reprises et ouvertement, rabaissé sa foi.  Il a comparé ses croyances religieuses sur le mariage que la Cour Suprême a qualifiées de « décentes et honorables», à de la discrimination raciale.  Ceci est en contradiction avec la reconnaissance par la Cour Suprême dans Masterpiece Cakeshop qu’il était « inapproprié » pour le gouvernement d’établir des parallèles entre ces croyances religieuses et les défenses de l’esclavage. »

Elle a souligné que les artistes chrétiens comme Stutzman et Phillips servent déjà tous les clients, mais refusent d’approuver tous les messages avec lesquels ils sont présentés.

Dans l’affaire Phoenix, un facteur pourrait être que l’ordonnance punirait un propriétaire d’entreprise avec un ensemble de croyances, mais, pas un propriétaire d’entreprise avec des croyances religieuses différentes.

Source

Traduit par PLEINSFEUX.ORG



Back to Top ↑
  • VISITES


  • Donation pour HESTHELAMB

    Pleins Feux sur l'Heure Juste, bénéficie du ministère de HESTHELAMB, et nous voudrions l'aider aussi financièrement.
    Ces vidéos produites demandent beaucoup d'investissement et désirons vous partager ce besoin.
    Merci pour votre soutien !

  • Conférence 2018

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence 2015 et 2012




Real Time Web Analytics