GOUVERNEMENT MONDIAL

GOUVERNEMENT MONDIAL

Partager avec les autres

Klaus Schwab appelle à former un gouvernement mondial ; Quatrième royaume de Daniel.

Par Adam Eliyahu Berkowitz – Le4 avril 2022

Lors d’un discours liminaire mercredi, jour de l’ouverture du Sommet mondial des gouvernements (WGS2022) à Dubaï, le président exécutif du WEF, Klaus Schwab, a appelé les dirigeants mondiaux à s’unir pour résoudre les problèmes mondiaux tels que les changements climatiques, le commerce et les perturbations économiques.Il a souligné que ce gouvernement mondial unique doit se former le plus tôt possible.

LA GRANDE RÉINITIALISATION

« L’impact de la quatrième révolution industrielle accélère le changement mondial d’une manière beaucoup plus complète et plus rapide que les révolutions industrielles précédentes », a déclaré Schwab aux dirigeants mondiaux réunis : « Malgré tous les défis, nous devons assumer la responsabilité que nous avons envers la prochaine génération grâce à des collaborations au niveau national et mondial. Nos futurs sont intrinsèquement liés et cela nécessite des réponses collaboratives ».

« Le monde doit surmonter les dommages causés à nos économies et à nos sociétés par le COVID-19. Il doit également faire face aux répercussions d’un affrontement dangereux entre les grandes puissances mondiales », a poursuivi Schwab lors de la session.

LE QUATRIÈME ROYAUME

Le rabbin Yosef Berger, le rabbin du tombeau du roi David sur le Mont Sion, a noté que ce n’était pas par hasard que Schwab avait adopté le concept de la quatrième révolution industrielle pour l’époque pour unifier les gouvernements et les entreprises du monde. Le rabbin a cité le Livre de Daniel : Il a dit ceci : « Il me parla ainsi : Le quatrième animal, c’est un quatrième royaume qui existera sur la terre, différent de tous les royaumes, et qui dévorera toute la terre, la foulera et la brisera ».(Daniel 7:23)

« Comme tant d’autres avant lui, cette personne veut régner pour sa propre gloire et à partir de sa propre gloire. Il comprend que Daniel était un grand prophète, et cette personne, que je ne veux pas nommer, veut pervertir les paroles de Daniel pour son dessein. »

« J’ai vu de grands dirigeants venir à Jérusalem au fil des ans. Les dirigeants qui recherchent la gloire de Dieu, qui savent que leur mandat de dirigeant vient du roi David et du Dieu d’Israël, réussissent et apportent la lumière dans le monde. D’autres rejettent Jérusalem, la rejettent en fait, et ils amènent inévitablement les ténèbres dans le monde. »

« Si cette personne voulait aider les gens, c’est simple, et c’est écrit dans la Bible. Il est riche alors qu’il y a des pauvres dans le monde qui meurent de faim. Il ne se soucie pas de la morale. Il s’adore lui-même. »

« S’il veut vraiment apporter la lumière dans le monde, je l’invite à venir à Jérusalem. Je vais le présenter au roi David. Je vais le présenter à Jérusalem. Maintenant que la Pâque est sur le point de commencer, c’est le moment. »

COVID COMME UNE « OPPORTUNITÉ »

COVID est un sujet de prédilection de Schwab. Il a écrit un livre intitulé, COVID-19 : La Grande Réinitialisation, décrivant la pandémie comme une opportunité rare.

« Au moment d’écrire ces lignes (juin 2020), la pandémie continue de s’aggraver à l’échelle mondiale », a écrit Schwab dans son livre. « Beaucoup d’entre nous se demandent quand les choses reviendront à la normale. La réponse courte est : Jamais. Rien ne reviendra jamais au sentiment de normalité « brisé » qui prévalait avant la crise, car la pandémie de coronavirus marque un point d’inflexion fondamental dans notre trajectoire mondiale ».

En 2020, le WEF était intitulé, « La Grande Réinitialisation ». Au cœur de l’agenda se trouve le concept de « capitalisme des parties prenantes » de Klaus, une idée que Schwab défend depuis des décennies, qui aurait pour effet d’attribuer aux entreprises plus de pouvoir sur la société. Les gouvernements élus ne seraient qu’une partie prenante dans un modèle multipartite de gouvernance mondiale. Les entreprises seraient des parties prenantes officielles dans la prise de décision mondiale, tandis que les gouvernements seraient relégués à l’une des nombreuses parties prenantes. Et les parties prenantes des entreprises passeraient au second plan, les dirigeants d’entreprise bénéficiant d’une autonomie totale.

BIDEN ET LE NOUVEL ORDRE MONDIAL

Certains trouveront peut-être troublant de noter que dans son livre, Schwab a inventé le terme « Reconstruire en mieux », qui a été adopté par le président Biden avant son investiture comme nom de son cadre législatif. Comme Schwab, Biden a une longue histoire de plaidoyer ouvert pour un nouvel ordre mondial. Il est récemment sorti du scénario et a appelé à un nouvel ordre mondial lors d’une allocution à la réunion trimestrielle des PDG de la table ronde des entreprises. La Business Roundtable est un fervent partisan de la Grande Réinitialisation. Biden a été immédiatement bousculé hors de scène par son personnel.

Les critiques ont affirmé que le « projet de loi sur les infrastructures » de Biden visait à faire avancer le programme de la Grande Réinitialisation en éliminant l’utilisation privée de la cryptographie décentralisée pour la remplacer par des « devises numériques de la banque centrale » centralisées, suivies et tracées.

SCHWAB : UN MYSTÈRE PROBLÉMATIQUE

En 1971, Schwab a fondé ce qui allait devenir le Forum économique mondial (FEM), où il est actuellement président exécutif, pour lequel il reçoit un salaire d’environ 1 million de dollars. Il est fréquemment critiqué dans les médias pour cela, alors qu’en même temps, il a déclaré que les salaires trop élevés des cadres n’étaient « plus socialement acceptables ». De plus, le FEM ne paie aucun impôt fédéral. Le FEM est également critiqué pour son manque de transparence dans ses rapports financiers. Schwab s’est également attiré la colère d’avoir mélangé les finances du FEM à but non lucratif et d’autres entreprises commerciales à but lucratif, souvent à son avantage financier.

Schwab a déclaré qu’un monde globalisé est mieux géré par une coalition auto-sélectionnée de sociétés multinationales, de gouvernements (y compris le système des Nations Unies) et d’organisations de la société civile (OSC). Il soutient que les gouvernements ne sont plus « les acteurs les plus dominants sur la scène mondiale » et que « le moment est venu d’adopter un nouveau paradigme de gouvernance internationale pour les parties prenantes ».

Il a également plaidé pour le génie génétique. Dans son livre de 2018, Former la Quatrième Révolution Industrielle, Schwab écrit :

« Nous deviendrons plus aptes à manipuler nos gènes et ceux de nos enfants. Ces évolutions soulèvent des questions profondes : Où trace-t-on la frontière entre l’humain et la machine ? Que signifie être humain ? »

La vie personnelle de Schwab est énigmatique et peu de détails sont connus. Ses parents ont déménagé à Ravensburg, en Allemagne, après que le parti nazi a pris le pouvoir. Il y est né et est citoyen allemand. La Gestapo a surveillé la famille de Schwab, qui, en 1944, a également interrogé sa mère (qui était de Zurich) pour avoir utilisé un accent suisse en public. Après cela, la famille a été renvoyée en Suisse, où elle vit jusqu’à ce jour. Cependant, il a trois grands-parents suisses et deux frères suisses, et il s’est vu refuser la citoyenneté lorsqu’il l’a demandée. Sa valeur nette exacte n’est pas connue. Sa religion n’est pas disponible sur Internet. Néanmoins, le Pape François a été impliqué dans plusieurs événements du FEM.

Source

Traduit par PLEINSFEUX

close

Ne manquez rien !

Rejoignez les nouvelles de PleinsFeux.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables !
En savoir plus dans notre politique de confidentialité

Translate »