Conspiration

Publié le 26 janvier, 2019 | par Equipe de Pleinsfeux

0

HAUTS RESPONSABLES DEVANT LES JUGES

Par Jim Kouri – Le 21 janvier 2019

Susan Rice et Ben Rhodes, les hauts responsables d’Obama-Clinton, vont répondre aux ordres des juges sous serment.

Le juge de la Cour de District des États-Unis, Royce C. Lamberth, a surpris de nombreux démocrates et leurs partenaires des médias en déclarant que la phase de « découverte » d’un procès était autorisée à commencer dans le scandale controversé et prétendument frauduleux des courriels électroniques perpétrés par l’ancienne Secrétaire d’État et candidate perdante à la présidentielle, Hillary Clinton.

Selon One America News Network (OAN), les fonctionnaires et les avocats de haut niveau du Département d’État, et les collaborateurs de Clinton doivent autoriser la surveillance judiciaire à but non lucratif et non partisane, Judicial Watch, de les déposer sous serment, sur ordre du juge sénior de district, Lamberth, du District de Columbia.

Les hauts responsables, parmi lesquels Susan Rice, ancienne conseillère en matière de sécurité nationale, son assistant Ben Rhodes, Jacob Sullivan, conseiller de Hillary Clinton, et E.W. Priestap, représentant du FBI, vont désormais devoir répondre aux questions posées par les avocats/enquêteurs de Judicial Watch sous serment.  C’est tout le contraire de la prétendue enquête du Federal Bureau of Investigation, puisqu’Hillary Clinton n’a jamais été assermentée avant d’être interrogée par des agents du FBI et des membres du personnel de Barack Obama, tels que Susan Rice, Ben Rhodes et d’autres, ont bénéficié de l’immunité de toute poursuite, sans fournir un iota de preuves et d’assistance.

Le juge Lamberth, âgé de 76 ans, a rejeté les objections du Département de la Justice et du Département d’État au plan d’interrogatoires judiciaires ordonnés par Judicial Watch.  (En ordonnant un plan d’enquête le mois dernier, le tribunal a déclaré que le système des courriels électroniques de Clinton était  « une des infractions les plus graves contre la transparence du gouvernement »)

La découverte de Judicial Watch cherchera des réponses à :

  • Clinton a-t-elle intentionnellement tentée de se soustraire à la loi sur la liberté de l’information en utilisant un système de messagerie électronique non gouvernemental ?
  • Si les efforts du Département d’État pour régler cette affaire à partir de la fin de 2014 s’apparentaient à de la mauvaise foi ; et
  • Si le Département d’État a recherché de manière adéquate les documents répondant à la demande de FOIA de Judicial Watch.

La découverte doit s’achever dans les 120 jours.  Le tribunal tiendra une audience postérieure à l’interrogatoire préalable pour déterminer si Judicial Watch peut également faire comparaître d’autres témoins, notamment Hillary Clinton et son ancien chef d’état-major, Cheryl Mills.

Le juge Lamberth a commandé des réponses écrites sous serment aux questions posées par Judicial Watch par les hauts responsables de l’administration Obama, Rice, Rhodes et Sullivan, et l’ancien responsable du FBI, Priestap.  Rice et Rhodes répondront aux interrogatoires sous serment concernant le scandale de Benghazi.  Rejetant les objections du Département d’État et du Département de la Justice à la découverte des points de discussion infâmes de Benghazi, le juge Lamberth a réitéré :

« Cependant, les arguments de Rice et la compréhension de l’attaque par le Département d’État jouent un rôle central inévitable dans cette affaire : Des informations sur le développement et le contenu des points, ainsi que leur discussion et leur diffusion avant et après les apparitions de Rice pourraient révéler des informations pertinentes non consultées ; Le rôle de l’état dans le contenu et le développement des points pourrait éclaircir les motivations de Hillary Clinton à protéger ses courriels des demandeurs de la FOIA ou sa réticence à les consulter. »

Judicial Watch peut également adresser des interrogatoires à Monica Hanley, ancienne employée du bureau du secrétaire du Département d’État, et à Lauren Jiloty, ancienne assistante spéciale de Hillary Clinton.

Selon l’ordonnance de Lamberth, concernant la question de savoir si l’utilisation privée de courriels électroniques par Clinton alors que la Secrétaire d’État était une tentative intentionnelle d’éviter la FOIA, Judicial Watch pourrait déposer :

  1. Eric Boswell, ancien sous-secrétaire à la Sécurité Diplomatique. […]  La note de Boswell datée de mars 2009 à Mills … traite des risques pour la sécurité que l’utilisation de Clinton par Blackberry pose de manière plus générale.  Et Boswell a personnellement discuté de la note avec Clinton.  Il dispose donc clairement d’informations pertinentes sur cette conversation et sur ses connaissances générales de l’utilisation de la messagerie électronique par Clinton.  Judicial Watch peut déposer Boswell.
  1. Justin Cooper, il est un employé de la Fondation Clinton qui a créé le serveur clintonemail.com.  Dans sa proposition, Judicial Watch a noté que le témoignage précédent de Cooper au congrès « semble contredire une partie du témoignage fourni par Huma Abedin dans l’affaire portée devant le juge Sullivan » (…).  Un examen de la conservation des archives fédérales du Département d’État : Avant une audience du Congrès, Abedin a témoigné sous serment qu’elle n’a connu l’existence du serveur que six ans plus tard. … Judicial Watch pourrait déposer Cooper.
  1. Clarence Finney est l’ancienne directrice adjointe du personnel du Secrétariat Exécutif de l’État. …  La question est centrée sur ce que les employés de l’État en particulier savaient et à quel moment ils le savaient.  En tant que conseiller principal et expert en gestion de documents responsable du contrôle de la correspondance et des documents officiels de Clinton, les connaissances de Finney sont particulièrement pertinentes.  Et surtout, compte tenu des inquiétudes suscitées par la mauvaise conduite du gouvernement qui a conduit à cette découverte, la capacité de Judicial Watch d’accepter son témoignage direct et de poser des questions complémentaires est essentielle.  Judicial Watch cherche à aller au-delà des témoignages superficiels et de seconde main, et à demander directement à Finney ce qu’il savait de l’utilisation de la messagerie de Clinton.  Cela inclut des questions sur des courriels suggérant qu’il était au courant de son utilisation de la messagerie privée en 2014, et sur des demandes qu’il avait reçues en décembre 2012 de la part de Citizens for Responsible Ethics à Washington (CREW) concernant l’utilisation de la messagerie personnelle par les hauts fonctionnaires déposée dans l’affaire du juge Sullivan n’a jamais été abordée.  Judicial Watch peut déposer Finney.
  1. Heather Samuelson.  L’ancien conseiller principal du Département d’État qui a aidé l’État à recevoir les courriels d’Hillary Clinton. […]  C’est son cas qui dépend de ce que les fonctionnaires en particulier savaient et quand ils le savaient.  Judicial Watch doit pouvoir prendre en charge leur témoignage direct et leur poser des questions complémentaires.  Judicial Watch peut destituer Samuelson.
  1. Jacob Sullivan.  L’ancien conseiller principal et chef de cabinet adjoint de la Secrétaire Hillary Clinton. Le gouvernement ne s’oppose pas à la déposition de Sullivan.

En ce qui concerne les tentatives de règlement du Département d’État amorcées à la fin de 2014 qui étaient faites « de mauvaise foi », Judicial Watch s’est vu accorder des dépositions du Département d’État en vertu de la règle 30(b)(6) ; Finney; John Hackett, ancien directeur adjoint du Bureau des programmes et des services d’informations de l’État ; Gene Smilansky, avocat-conseil au Bureau du conseiller juridique de l’État ; Samuelson ; et d’autres.

Judicial Watch a également été interrogé sur le point de savoir si le Département d’État avait effectué une recherche adéquate dans les dossiers pertinents, ainsi que dans plusieurs demandes de documents.

« Dans une victoire majeure en matière de responsabilité, le juge Lamberth a autorisé aujourd’hui Judicial Watch à déterminer si le système de messagerie Clinton avait échappé au FOIA et si le scandale de Benghazi était une des raisons pour garder secrète la messagerie de Mme Clinton », a déclaré le président de Judicial Watch, Tom Fitton.  « Aujourd’hui, Judicial Watch a émis des demandes de documents et d’autres découvertes au Département d’État concernant le scandale des courriels d’Hillary Clinton.  Nous commencerons ensuite à interroger sous serment les témoins clés ».

La découverte ordonnée par le tribunal est le dernier développement de la plainte déposée par Judicial Watch, en juillet 2014, dans le cadre de l’affaire FOIA, après que le Département d’État américain n’ait pas répondu à une demande du FOIA du 13 mai 2014 (Judicial Watch contre le Département d’État américain (No. 1:14- cv-01242)).  Judicial Watch cherche :

  • Des copies des mises à jour et/ou des points de discussion donnés à      l’Ambassadrice Rice par la Maison Blanche ou tout organisme fédéral    concerné, ou reliés à l’attaque du 11 septembre 2012 contre le consulat américain à Benghazi, en Libye.
  • Tous les enregistrements ou toutes les communications concernant les points de discussion ou les mises à jour sur l’attaque de Benghazi donnée à l’ambassadeur Rice par la Maison Blanche ou un organisme fédéral      quelconque.

Le plan de découverte de Judicial Watch faisait suite à une décision du 6 décembre 2018 du juge Lamberth.

Incroyablement, les avocats du Département de la Justice admettent dans une requête en opposition à la découverte limitée de Judicial Watch que « le conseil de l’État a contacté l’avocat de tierces parties que le plaignant avait initialement incluses dans son projet de découverte pour obtenir la position de son client sur le dépôt de sa plainte ».  La Cour a déclaré que le Département de la Justice s’était livré à une « chicane » pour dissimuler une faute et que des employés de carrière des Départements de l’État et de la Justice avaient peut-être « coopéré pour détourner l’attention publique d’Hillary Clinton, afin d’échapper à la FOIA et tromper notre Cour ».

Judicial Watch a rétorqué que « la proposition du gouvernement, qui n’est en réalité qu’une opposition au plan de Judicial Watch, démontre qu’il continue de rejeter toute irrégularité de sa part et qu’il cherche à bloquer toute enquête sérieuse sur « son inconduite scandaleuse ».

Source: News With Views 

 Traduit par PLEINSFEUX.ORG

Mots clés: , , , , , , , , ,



Back to Top ↑
  • VISITES


  • Donation pour HESTHELAMB

    Pleins Feux sur l'Heure Juste, bénéficie du ministère de HESTHELAMB, et nous voudrions l'aider aussi financièrement.
    Ces vidéos produites demandent beaucoup d'investissement et désirons vous partager ce besoin.
    Merci pour votre soutien !

  • Conférence 2018

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence 2015 et 2012




Real Time Web Analytics