Famille

Publié le 18 septembre, 2020 | par Equipe de Pleinsfeux

0

ILS VEULENT VOS ENFANTS

Par Chris Corlett • Le 1 septembre 2020

L’état acquiert de plus en plus d’autorité sur les enfants…

De la première famille à votre famille, une menace plane sur chaque enfant. Genèse 4 ne parvient pas à enregistrer la réaction d’Adam ou Ève en entendant qu’un fils (Caïn) a tué un autre fils (Abel).  Plusieurs mois plus tard, à la naissance d’un troisième fils, Ève le nomma Seth en disant : « Car Dieu m’a donné une autre semence à la place d’Abel, que Caïn a tué. »  Sûrement sa douleur a duré et ses questions ont persisté.  L’attaque contre la famille persiste à ce jour.  Est-ce une coïncidence que Paul, en écrivant à l’église d’Éphèse, ait précédé son enseignement sur la guerre spirituelle avec un enseignement sur les relations familiales ?   Du fratricide au fiat, le contrôle et les conséquences abondent en ce qui concerne le bien-être de votre enfant.

L’enlèvement médical ressemble à une fiction ou à une peur.  Néanmoins, un site web entier existe pour lutter contre ce phénomène récent.

« En raison de la fréquence croissante d’expositions d’histoires concernant des enfants enlevés à leur famille pour avoir simplement été en désaccord avec leur médecin, nous avons estimé qu’il était temps de créer un site web complètement séparé pour documenter ces histoires tragiques.  La plupart du public n’est pas au courant de ces enlèvements à des fins médicales, simplement parce que les parents sont presque toujours menacés par le système judiciaire de la famille de leur état de s’exprimer, généralement par le biais d’un bâillon illégal.  Lorsque nous entendons ces histoires pour la première fois, notre réaction naturelle est qu’il doit y avoir une autre facette de l’histoire. »

Laissez ces mots résonner dans votre esprit, « pour simplement être en désaccord avec leurs médecins ».  Non pas pour s’opposer ou refuser un traitement, ni pour éviter les services médicaux ni pour dénigrer la profession médicale, mais simplement pour demander un deuxième avis, les parents sont tenus de remettre leurs enfants à l’état.  Le livre de Brian Shilhavy, Medical Kidnapping : Une menace à toute famille en Amérique aujourd’hui, est disponible sur Amazon où nous lisons ce qui suit dans sa description : « Si vous vivez aux États-Unis d’Amérique aujourd’hui et que vous avez des enfants chez vous sous l’âge de 18 ans, vous risquez chaque jour de perdre vos enfants au profit de l’état par enlèvement médical.  Quelque chose d’aussi simple que d’amener votre enfant aux urgences locales pour soigner une blessure ou une maladie vous met en danger.  Vous pourriez être accusé d’avoir abusé ou négligé médicalement votre enfant et de voir un médecin ordonner à un travailleur social de retirer l’enfant ou les enfants de votre garde par la force.  L’enlèvement médical est défini comme l’état qui enlève les enfants à leurs parents et les place sous la garde de l’état, et le système de placement familial, simplement parce que les parents n’étaient pas d’accord avec le traitement médical prescrit par un médecin pour la famille. »

Du désaccord avec un professionnel au décret d’un homme politique, l’influence parentale est encore érodée.  CNN a rapporté en 2019 que « Au milieu d’une épidémie de rougeole en cours, New York exige que les écoliers soient vaccinés, même si les parents ont des objections religieuses.  Le gouverneur Andrew Cuomo a signé jeudi une loi qui supprime les exemptions non médicales des exigences de vaccination scolaire.  La loi entre en vigueur immédiatement, a déclaré son    bureau. »  L’autorité parentale et l’amour prennent le pas sur l’agenda d’un politicien.  Ne vous y trompez pas, des préoccupations légitimes peuvent motiver ce type de lois et de décisions.  Cela dit, des adultes raisonnables et informés peuvent parvenir à des conclusions différentes concernant certains vaccins.  À tout le moins, les problèmes de santé individuels entrent en concurrence avec les préoccupations de santé publique dans ces discussions.  Un politicien s’inquiète de la réélection et de la lecture des titres.  Un parent s’inquiète pour le ou les enfants pour lesquels il a changé sa vie et a offert son amour.  Avec cette loi et tant d’autres similaires, l’autorité du parent est remplacée par l’autorité du puissant.

Le 15 août 2020, le Tennessee Star a rapporté : « Les parents d’élèves qui fréquentent les écoles du comté de Rutherford (RCS) doivent accepter de ne pas surveiller les sessions de classe en ligne de leurs enfants.  Les responsables de toutes les écoles du comté demandent aux parents de signer des formulaires acceptant de ne pas regarder ces cours virtuels. »  Au cours de mes vingt ans et plus d’enseignement des mathématiques dans un lycée public, j’ai accueilli les parents dans ma classe.  Notre école avait mis en place des politiques et des procédures à cet effet, et c’était une époque différente (même s’il n’y a pas si longtemps) où les écoles publiques étaient décidément différentes de ce qu’elles sont aujourd’hui.  Peu de parents étaient capables ou intéressés à écouter une leçon de mathématiques sur une chaise trop petite au fond de la salle de classe, chaque parent savait qu’ils étaient les bienvenus. J’enseignais à leurs enfants.  Et, c’est là que réside la question fondamentale que tout cela révèle.  En vertu de cette décision (modifiée depuis), un parent devrait réfléchir à deux fois avant d’entrer dans la cuisine pendant la leçon en ligjustifyne de l’enfant !

La doctrine de « in loco parentis » apparaît dans les décisions de justice du 20ème siècle et permet aux écoles d’agir « à la place du parent ».  En cela, le flou de l’autorité commence.  De qui est l’enfant, le parent ou l’état agissant à la place du parent ?  L’état acquiert de plus en plus d’autorité sur les enfants dans les décisions médicales, les décisions de vaccinations et les décisions en matière d’éducation.  Nous vivons à une époque où prévalent les thèmes « lutte pour les droits » et « rêver pour la liberté », et avec cet article, je vous demande de considérer cela sous le thème des droits et de la liberté parentaux.  En 1922, l’Oregon a adopté une loi appelée la loi sur l’éducation obligatoire, qui obligeait les enfants d’âge scolaire à fréquenter uniquement les écoles publiques.  En 1925, la Cour Suprême des États-Unis déclara à l’unanimité cette loi inconstitutionnelle.  Écrivant pour la Cour, le juge de l’Association James Clark McReynolds a déclaré que les enfants n’étaient pas « de simples créatures de l’État » (268 US 510, 535) et que, de par sa nature même, la compréhension américaine traditionnelle du terme liberté a empêché l’état d’obliger les élèves à n’accepter l’enseignement que dans les écoles publiques.  Il a déclaré que cette responsabilité appartenait aux parents ou tuteurs de l’enfant et que la capacité de faire un tel choix était une « liberté » protégée par le quatorzième amendement.   Un siècle plus tard, cette lutte persiste.

Terminons avec ces versets de Malachie 4:4-6, qui sont les derniers versets de la Bible typique sur vos tables : « Souvenez-vous de la loi de Moïse, mon serviteur, auquel j’ai prescrit en Horeb, pour tout Israël, des préceptes et des ordonnances.  Voici, je vous enverrai Élie, le prophète, avant que le jour de l’Éternel arrive, ce jour grand et redoutable.  Il ramènera le coeur des pères à leurs enfants, et le coeur des enfants à leurs pères, de peur que je ne vienne frapper le pays d’interdit. »

 

Source: K House 

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

Mots clés: , , , , , , , , ,



Back to Top ↑
  • VISITES


  • Conférence 2020

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence à venir


Real Time Web Analytics