ISRAËL SE RAPPROCHE DE LA SOCIÉTÉ SANS NUMÉRAIRE SUITE À LA DERNIÈRE LÉGISLATION

ISRAËL SE RAPPROCHE DE LA SOCIÉTÉ SANS NUMÉRAIRE SUITE À LA DERNIÈRE LÉGISLATION

Partager avec les autres

L’argent est à moi et l’or est à moi – dit le seigneur des armées
Aggée 8:8

Par Adam Eliyahu Berkowitz – 1er août 2022 

Une nouvelle loi israélienne

entrera en vigueur lundi interdisant les paiements en espèces de plus de 1 760 dollars (6 000 nouveaux shekels israéliens) en espèces ou par chèques bancaires pour les transactions entre une personne et une entreprise. Le plafond des transferts entre particuliers sera de 4 400 $ (15 000 NIS) au lieu du montant actuel, soit près de 14 700 $. 

Depuis janvier 2019, les entreprises et les consommateurs israéliens sont soumis à des limites sur les paiements en espèces en vertu de la loi sur la réduction de l’utilisation des espèces. Auparavant, l’utilisation d’espèces jusqu’à 3 200 $ pouvait être utilisée dans des transactions commerciales. Le plafond des transferts de voiture restera le même à près de 14 700 $.

La raison derrière la nouvelle loi a été expliquée par Tamar Bracha, qui est en charge de l’exécution de la loi au nom de l’administration fiscale israélienne, à The Media Line.

Nous voulons que le public réduise l’utilisation de l’argent liquide“, a déclaré Bracha. “L’objectif est de réduire la fluidité des espèces sur le marché, principalement parce que les organisations criminelles ont tendance à compter sur les espèces. En limitant son utilisation, l’activité criminelle est beaucoup plus difficile à mener.

Selon Globes, il y aura une période de grâce de deux ans avant que l’administration fiscale ne commence à imposer des amendes à ceux qui s’engagent dans des transactions en espèces pouvant atteindre près de 2 500 dollars. 

Les transactions avec des institutions caritatives et le commerce avec des Palestiniens de Judée-Samarie qui ne sont pas citoyens israéliens sont exemptés de la nouvelle loi, mais un rapport détaillé à l’administration fiscale israélienne sera exigé.

Les sociétés de prêt gratuit (gemachim), largement utilisées dans la communauté Haredi, seront exemptées de la loi conformément à la demande des législateurs ultra-orthodoxes.

On s’attend à ce qu’à l’avenir, des lois soient adoptées interdisant le stockage de plus de 200 000 shekels NIS (58 660 USD) en espèces dans des résidences privées.

En juin, la Banque d’Israël a annoncé qu’elle testerait la faisabilité d’une monnaie numérique de la banque centrale de détail (CBDC) plus tard cette année, avec des résultats attendus d’ici la fin de 2022. Une CBDC, comme les autres paiements numériques, serait facile à tracer et à surveiller.

L’un des inconvénients évidents est que les nouvelles réglementations rendent difficile ou impossible pour les personnes sans compte bancaire de gérer leurs finances, criminalisant ainsi la plupart des activités financières. Au moment où la législation est entrée en vigueur, il y avait plus d’un million de citoyens sans compte bancaire en Israël. 

La loi a également été critiquée pour être raciste, créant une échappatoire pour les Palestiniens.

Ces lois restreignant l’utilisation de l’argent liquide sont adoptées dans de nombreux pays et devraient devenir plus courantes à l’avenir. 

Selon les médias, le gouvernement israélien est en train de créer un cadre réglementaire autour des actifs numériques.

Rafi Farber , un économiste et journaliste financier israélien qui blogue et fait des vidéos sous le nom de plume The End Game Investor , combine la connaissance de la Torah avec la sagesse financière. Il a critiqué les nouvelles mesures.

Les conséquences

Les conséquences à court terme sont effrayantes“, a averti Farber. “Les conséquences à long terme sont pires.”

« Dans un système sans numéraire, l’inflation est plus extrême et plus rapide. Cela signifie que le gouvernement, ou quiconque y a accès, peut tout suivre. Tout, même les plus petites transactions, sera taxé. Une baby-sitter adolescente devra payer des impôts.

“C’est absolument anti-Bible”, a ajouté Farber. « La loi juive va dans les moindres détails sur la façon de gérer les finances et les transactions. Faire payer des intérêts est un péché grave. Si cela facilite l’intérêt, alors c’est expressément interdit. Le Temple était basé sur le demi-shekel d’argent, qui devait être un poids spécifique d’argent réel.

“Selon la loi juive, l’argent est de l’argent”, a ajouté Farber. « Mais il ne s’agit pas d’argent ou de monnaie. 

Toute l’idée d’une monnaie centralisée est orientée vers le contrôle de tout l’argent qui est volé. Et c’est clairement interdit. Tout cela est orienté vers la tyrannie qui est l’idolâtrie ultime.

Source

Traduit par PLEINSFEUX

close

Ne manquez rien !

Rejoignez les nouvelles de PleinsFeux.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables !
En savoir plus dans notre politique de confidentialité

Translate »