Études

Publié le 11 novembre, 2018 | par Equipe de Pleinsfeux

0

JARDIN D’ÉDEN

Par Kari – Le 2 novembre 2018

Vous serez comme des dieux.

Quand une équipe utilise une tactique gagnante, la logique lui impose de continuer à utiliser cette tactique tant qu’elle reste efficace.  L’équipe de Satan ne fait pas exception.

De retour dans le Jardin d’Éden, Satan a établi la norme en matière de fausse doctrine en décrivant en une seule phrase les racines de toutes les hérésies.

Tout a commencé avec l’interdiction adressée à Adam et Ève par Dieu concernant le fruit d’un arbre particulier dans le Jardin d’Éden.

« L’Éternel Dieu donna cet ordre à l’homme : Tu pourras manger de tous les arbres du jardin ; Mais tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras. »  (Genèse 2:16-17)

C’était une interdiction simple et directe, il n’y avait pas beaucoup de place pour un malentendu.  En effet, c’était le but de l’interdiction.  Les choix étaient en noir et blanc, il n’y avait pas de place pour les nuances de gris.

Lorsque le serpent est venu tenter Ève, il a fait plusieurs choses.  Tout d’abord, il a mis en doute la Parole de Dieu ; (« Oui, est-ce que Dieu a dit ? »).  Et Ève a répondu en ajoutant à la Parole de Dieu.

« …. Dieu a-t-il réellement dit : Vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin ?  La femme répondit au serpent : Nous mangeons du fruit des arbres du jardin.  Mais quant au fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : Vous n’en mangerez point et vous n’y toucherez point, de peur que vous ne mouriez. » (Genèse 3:1-3)

Ce que Dieu a vraiment dit était :

« … mais tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras. » (Genèse 2:17)

Ève a ajouté la partie sur le « toucher », et le reste, comme on dit, appartient à l’histoire.  Une fois que la Parole de Dieu a été « tordue », ce n’est plus qu’une question de temps avant qu’elle ne soit brisée.  Ève est entrée dans une bataille d’esprits sans savoir qu’elle n’était pas assez armée.

Notez la réponse de Satan.  Premièrement, il dit que Dieu est un menteur :

« Alors le serpent dit à la femme : Vous ne mourrez point… »

Ensuite, pour soutenir l’accusation, il déclare de Dieu est le « méchant ».

« … mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et que vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal. »  (Genèse 3:3-4)

Les sceptiques considèrent souvent le Jardin d’Éden comme un exemple des « contradictions » dans les Écritures.  Après tout, Dieu a dit qu’Adam et Ève mourraient le jour même où ils auraient enfreint la prohibition de Dieu. Pourtant, Adam a vécu encore huit cents ans.

Il n’y a pas de contradiction.  En premier lieu, le jour où ils ont péché, ils sont morts spirituellement.  En deuxième lieu, deux fois dans les Écritures, on nous dit qu’un « jour » pour le Seigneur est comme un « millier d’années ».

Selon ce critère, ni Adam ni Ève n’ont survécu à ce « jour ».

Voyons le reste du mensonge.  Premièrement, il y a la promesse d’une connaissance cachée, « vos yeux s’ouvriront ».  Cela mène au deuxième mensonge ; Cette connaissance fera de nous de petits dieux.  Et, enfin, en tant que dieux dont les yeux ont été ouverts, nous pouvons faire la différence entre le bien et le mal.

Le bien et le mal sont des résultats, et les résultats ne sont connus que de Dieu.  Il existe un vieil adage selon lequel « aucune bonne action ne reste impunie », car nous avons souvent décidé de faire quelque chose de bien pour quelqu’un, mais, seulement pour que cela nous éclate au visage.

Par exemple, vous achetez une nouvelle voiture de sport à votre adolescent immature.  Vous pensez que ce sera bon.  (Il est possible de faire quelque chose de stupide avec de bonnes intentions ;  Je le fais tout le temps)

Mais, lorsque votre adolescent est tué en coursant, vous réalisez que ce que vous vouliez faire du bien, cela ne vous a apporté que du mal.

Inversement, vous refusez de laisser une voiture à votre adolescent tant qu’il n’aura pas atteint sa maturité pour assumer ses responsabilités.  Comme il n’a pas sa propre voiture, il est pris en auto-stop et il n’est plus jamais revu.

Vous vouliez faire le bien, mais, dans les deux cas, le résultat était extrêmement maléfique.

Le jour où nos yeux sont ouverts au point que nous connaissons le bien et le mal est le jour où nous nous tiendrons en présence de Dieu.  Ce jour-là, nous saurons à quel point nous étions présomptueux.

Si ce n’était pas une telle tragédie, je suis sûr que les anges se rouleraient de rire. « Vous serez comme des dieux ».

Vous devez plaisanter !

Évaluation :

Nous avons abordé ce sujet il y a quelques jours, mais, certains de mes courriels révèlent encore un malentendu au sujet de mon propos.

Nous discutions de la controverse sur les langues à l’époque de l’Église moderne et de la question de savoir s’il s’agissait ou non d’une manifestation du Saint-Esprit.

Mais, l’important n’était pas la langue, c’était l’hérésie et la chasse à l’hérésie. Quelle est notre obligation ?  Est-ce exposer les hérétiques par leur nom ?  Est-ce aller chez les trompés pour proclamer publiquement l’hérésie et corriger leurs erreurs doctrinales ?

À partir des Écritures, on pourrait argumenter que c’est la responsabilité de chaque chrétien.  Aux fins de l’argumentation, supposons que nous sommes sincères dans nos croyances doctrinales fondamentales, même si nous ne sommes pas d’accord sur certaines questions.

Par exemple, vous êtes un dispensationaliste pré-tribulations qui croit que l’Âge de l’Église se termine par l’Enlèvement de l’Église.

Pour ma part, je suis tout aussi sincèrement convaincu que l’Enlèvement aura lieu à la fin de la période des Tribulations.

Vous avez participé à de telles discussions au cours desquelles quelqu’un a tenté de vous convaincre que vous étiez l’hérétique.  Comment était-ce convaincant ?

Vous avez votre Bible, vos versets, vous avez parcouru ce chemin un million de fois, et vous êtes inébranlable.

Avez-vous raison ?  Bien sûr que vous l’êtes.  Mais, avez-vous raison ?  (Eh bien, vous croyez sincèrement que la réponse est encore oui, mais, vous préférez ne pas le dire à voix haute.  Après tout, l’infaillibilité est ce que prétend votre adversaire).

Voici le problème.  Il est possible d’être infaillible par vous-même en matière de doctrine, et c’est la définition de la « foi ».  Je crois de tout mon cœur que je suis infailliblement correct en matière de doctrine établie, mais, je sais aussi dans mon cœur que je ne suis pas infaillible.

Logiquement, je dois me contenter de comprendre que le Saint-Esprit est infaillible et qu’il a façonné ma vision doctrinale du monde conformément à ses desseins.  Je dois lui faire confiance et pouvoir faire confiance à sa direction.

Le problème, c’est que l’autre type croit exactement la même chose s’il est un chrétien sincère.

Nous en arrivons maintenant à l’essentiel de notre débat.  Lequel de nous, dans cet exemple, est le « petit dieu » dont les yeux ont été ouverts par le fruit de la connaissance, afin qu’il puisse distinguer le bien du mal ?

Si vous avez répondu « tous les deux », vous l’avez très bien compris.

Comment apprenons-nous alors ?  Plus que cela, comment enseignons-nous ? Après tout, nous apprenons en discutant de différentes différences doctrinales, en nous inspirant des idées des croyants aux vues similaires et en les comparant avec la Parole révélée.

Après avoir déterminé notre vision doctrinale du monde, nous l’enseignons ensuite aux autres de la même manière que nous l’avons apprise nous-mêmes. En discutant des différents points de vue et en déterminant par nous-même le point de vue qui correspond le mieux aux Écritures.

Mais attendez !  C’est ce que l’autre fait aussi.  Il a appris sa doctrine de la même façon que vous, en la comparant aux Écritures et en déterminant quelle vision correspond le mieux à sa compréhension de la Parole de Dieu.

Ayant adopté sa doctrine comme étant la bonne, comme vous, il estime nécessaire de corriger l’hérésie des autres pour le « bien de l’Église », tout comme vous.

Personnellement, je n’ai absolument aucun problème à signaler une erreur de doctrine.  Je le fais tout le temps.  Là où je dois me souvenir de tracer la ligne, c’est de prétendre à l’infaillibilité doctrinale.

Je ne crois pas que ma doctrine est imparfaite, en effet, si j’avais des doutes, je ne l’enseignerais pas.  Pas plus que je ne permettrais à quelqu’un d’autre de m’apprendre si je croyais que sa doctrine était erronée.

Mais, il arrive un point dans un débat doctrinal où une ligne est franchie, où l’on passe d’enseignant à dictateur.

Et, nous avons tous franchi cette ligne à un moment donné.  Non ?

Avez-vous déjà atteint le point où vous avez accusé quelqu’un de ne pas être sauvé parce qu’il n’est pas d’accord avec vous ?  (Ou, autrement dit, que vous n’êtes pas d’accord avec eux.)

Maintenant, qui a le pouvoir de prononcer une personne sauvée ou perdue ?  Un petit dieu ?  Ou Celui qui a versé Son sang pour que les hommes soient sauvés ?

Lorsque Jésus a envoyé les apôtres pour prêcher l’Évangile, il ne les a pas envoyés pour combattre les réticents, mais, au contraire ;

« Lorsqu’on ne vous recevra pas et qu’on n’écoutera pas vos paroles, sortez de cette maison ou de cette ville et secouez la poussière de vos pieds. » (Matthieu 10:14)

« Et si quelqu’un l’ignore, qu’il l’ignore. »     (1 Corinthiens 14:38)

Nous sommes nombreux à considérer la Grande Commission comme une preuve que nos yeux ont été ouverts et, que nous voulions l’admettre ou non, que nous sommes comme des dieux connaissant le bien du mal.

En un sens, il y a du vrai là-dedans, mais, ce n’est que dans une mesure limitée.

Nos yeux ont été ouverts (à notre péché), nous sommes en tant que dieux (en vertu de notre justice imputée) et nous connaissons le « bien du mal » à un degré limité.  (c’est-à-dire, que Dieu est bon, et que nous sommes mauvais.)

« Le coeur est tortueux par-dessus tout, et il est méchant ; Qui peut le connaître ? » (Jérémie 17:9)

Mais, quand nous commençons à penser que nous pouvons déterminer infailliblement le bien et le mal parce que nos yeux ont été ouverts grâce à notre compréhension des Écritures, nous avons franchi la ligne du chasseur d’hérésies à celui d’hérétique nous-même.

C’est une ligne fine, mais, pas vraiment aussi fine que cela.

« Veille sur toi-même et sur ton enseignement ; Persévère dans ces choses, car, en agissant ainsi, tu te sauveras toi-même, et tu sauveras ceux qui t’écoutent. » (1 Timothée 4:17)

 

Source : Omega Letter https://omegaletter.com/2018/11/02/ye-shall-be-as-gods-5/

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

Mots clés: , , , , , , ,



Back to Top ↑
  • VISITES


  • Donation pour HESTHELAMB

    Pleins Feux sur l'Heure Juste, bénéficie du ministère de HESTHELAMB, et nous voudrions l'aider aussi financièrement.
    Ces vidéos produites demandent beaucoup d'investissement et désirons vous partager ce besoin.
    Merci pour votre soutien !

  • Conférence 2018

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence 2015 et 2012




Real Time Web Analytics