Conspiration

Publié le 07 octobre, 2019 | par Equipe de Pleinsfeux

0

LA CORPORATION : UNE INSTITUTION PARTICULIERE

Par Servando Gonzalez – Le 14 septembre 2019

Les grandes méga-corporations constituent une nouvelle forme d’esclavage.

Les gens qui considèrent les corporations comme quelque chose de normal ont exactement le même état d’esprit que ceux du 19ème siècle, qui considéraient l’esclavage comme une institution normale, légitime et juste « particulière », bien différente des systèmes d’esclavage très sévères qui existaient dans d’autres pays, et que l’esclavage du sud n’avait aucun impact sur ceux qui vivaient dans les états du nord.

Néanmoins, même des analyses superficielles du fonctionnement des corporations et de leur incidence sur la société montrent que les corporations devraient être interdites pour la même raison que l’esclavage a été interdit.  En réalité, les corporations sont plus qu’une forme d’esclavage moderne et plus efficaces.

Bien que, à la suite de chicanes légales, elles soient considérées à certains égards comme des personnes, les corporations n’ont pas d’âme.  De plus, elles n’ont aucune éthique, principe ou morale.  En dépit des affirmations qu’elles font habituellement dans leur publicité institutionnelle, le seul objectif d’une société est de maximiser les profits de ses actionnaires, à tout prix.

Un film basé sur le livre de Joel Bakan, La Corporation : À la poursuite pathologique du profit et du pouvoir, montre que la plupart des corporations présentent de nombreuses caractéristiques du comportement psychopathique, telles que :

  • Insouciance impitoyable pour les sentiments des autres ;
  • Incapacité à entretenir des relations durables ;
  • Mépris téméraire pour la sécurité des autres ;
  • Tromperie : Mensonges répétés à autrui à des fins lucratives ;
  • Incapacité à éprouver de la culpabilité ;
  • Défaut de se conformer aux normes sociales en matière de comportement.

Les corporations ont créé un mirage particulier.  Vous regardez autour de vous et croyez que vous voyez des hôpitaux, des collèges, des grands magasins, des quincailleries, des usines de drogue, des compagnies aériennes, etc., mais, cela fait partie de l’illusion.  En fin de compte, les corporations ne se soucient guère des produits qu’elles fabriquent, voitures, médicaments, gadgets électroniques, aliments, livres, essence ou avions, et encore moins de leurs employés ou des clients qui achètent leurs produits.  Leur seul objectif est de vous persuader d’acheter leurs produits, sans se soucier de savoir si leurs produits sont sécuritaires, nuisent à votre santé ou créent une dépendance.  Pour atteindre leurs objectifs, ils recourent à tout type de manipulation de l’esprit par le biais de publicités incluant mensonges, fabrications, tromperies et mensonges flagrants, afin de maximiser leurs profits.

Preuve que, pour maximiser les profits, les corporations ont externalisé la plupart de la fabrication de leurs produits.  Mais, ayant résolu un problème à court terme, ils en ont créé un à long terme : Ils ont détruit le mode de vie de leurs propres consommateurs.  Le résultat direct du déplacement de la production à l’étranger au Mexique, en Chine et dans d’autres pays pour tirer profit d’un travail quasi d’esclaves, est qu’ils ont privé la plupart de leurs clients de la classe ouvrière de leur source de revenus.  Actuellement, 9 produits sur 10 vendus par la société Walmart sont fabriqués en Chine et 9 clients sur 10 sont un travailleur qui a perdu son emploi bien payé car, pour maximiser ses profits, Walmart n’achète plus de produits de fabrication américaine.

Mais, ce n’est pas le seul problème que posent ces sociétés.  Une fois qu’ils deviennent économiquement puissants, ils visent également le pouvoir politique. Leur but ultime est de prendre le contrôle de l’état, un système politique Benito Mussolini appelé « lo stato corporativo » (l’état corporatif), un autre nom pour le fascisme.

Comme la plupart des choses qui ne vont pas sur cette planète, la société moderne est un bébé Rockefeller ; Au départ, elle s’appelait confiance.  Les critiques n’ont pas étonné que les Rockefeller fassent partie des familles qui ont causé le plus de dégâts à la population mondiale.

De plus, contrairement au mythe communément admis, les sociétés sont anticapitalistes.  Elles détestent la concurrence, probablement la meilleure caractéristique du capitalisme, et leur objectif est de l’éliminer complètement. C’est John D. Rockefeller, et non Marx, Lénine ou Mao, qui a déclaré : « La concurrence est un péché ».

Je ne doute pas que les propriétaires et les dirigeants de certaines entreprises prospères avaient d’abord de bonnes intentions.  Mais, une fois qu’elles sont devenues des sociétés puissantes, tout sens de la conscience sociale a disparu.  De nos jours, les sociétés transnationales sont devenues la couverture la plus utile pour commettre des crimes contre l’humanité.  Des sociétés telles que I.G.  Farben, Monsanto et BP ne sont pas l’exception, mais la règle.  Le pire, c’est qu’ils commettent ces crimes en toute impunité, et ils le savent.

Alors que certaines activités (recherche, développement, marketing, publicité) sont toujours conservées chez elles, 75% des activités de fabrication de la plupart des produits de haute technologie « américains » ont été transférés à l’étranger.  Cela a permis de réduire les coûts de production et d’augmenter considérablement la marge bénéficiaire de ces sociétés.

Certains politiciens répètent sans cesse le mantra selon lequel il faut créer des conditions incitant les entreprises à ramener des emplois dans le secteur manufacturier aux États-Unis.  Dans le langage de Washington, les politiciens parlent de cela, cela signifie réduire encore plus les impôts payés par les entreprises.  Mais, comme General Electric, Amazon et Apple l’ont montré ces dernières années, les grandes entreprises utilisent toutes les échappatoires qu’elles ont payées aux politiciens pour ne pas payer d’impôts.  Il n’y a donc aucun moyen de réduire leurs impôts encore plus.

Il existe toutefois un moyen simple et éprouvé de convaincre les entreprises de fabriquer leurs produits ici : Il s’agit des tarifs.  C’est-à-dire imposer des droits d’importation sur les produits fabriqués à l’étranger par des sociétés américaines qui auraient pu être fabriqués ici parce qu’ils étaient traditionnellement fabriqués en Amérique.  C’est ce qu’on appelle le protectionnisme économique et les conspirateurs mondialistes du Conseil des Relations Étrangères le détestent.

Mais, on peut soutenir qu’ici en Amérique, nous avons une politique économique appelée « libre-échange ».  Oui, nous le faisons.  Mais, le problème avec la politique dite de libre-échange (un bon exemple de tromperie sémantique) est qu’il ne s’agit pas du tout de libre-échange.

Par exemple, en 1994, les États-Unis ont signé un accord de libre-échange avec le Mexique et le Canada.  Cela s’appelait l’Accord de Libre-Échange Nord-Américain (ALENA).  Selon cet accord, les marchands mexicains, canadiens et américains peuvent librement échanger des marchandises d’un pays à l’autre.

Eh bien, j’ai découvert il y a quelques années que les médicaments vendus sur ordonnance qui se vendaient entre 80 et 90 dollars aux États-Unis pouvaient être vendus au Mexique pour moins de dix dollars.  Toutefois, si vous en achetez au Mexique et que vous essayez de les vendre aux États-Unis à des fins lucratives, les agents des douanes américains les confisqueront et vous jetteront en prison. De toute évidence, l’accord de libre-échange ne s’applique pas également à tout le monde.  Comme dans la Ferme Animalière d’Orwell, tous les animaux étaient égaux, mais certains étaient plus égaux que d’autres.  Ainsi, au lieu de l’ALENA, l’accord aurait dû s’appeler NAFTAFCO : Accord de Libre-Échange Mord-Américain pour les Entreprises Seulement.

L’externalisation des emplois manufacturiers à l’étranger n’a que légèrement réduit le prix de certains produits.  Il a cependant considérablement augmenté la marge bénéficiaire des sociétés de sous-traitance.

Si l’on en croit les manuels d’histoire des États-Unis, la cause principale de la Guerre de Sécession était l’esclavage : Les bons, honnêtes et gentils habitants du nord qui combattaient les méchants maîtres malhonnêtes malfaisants du Sud. Cependant, il est difficile de comprendre comment les descendants de la foule anti-esclavagiste contribuent maintenant avec passion au maintien de l’esclavage dans le monde entier.  Il est encore plus difficile de comprendre pourquoi tant de descendants d’esclaves sont aujourd’hui devenus des esclaves du gouvernement, la plus grande corporation américaine de tous.

Avons-nous besoin d’une seconde guerre civile pour obliger les corporations américaines, gentilles et politiquement correctes telles que Apple, à cesser d’utiliser des esclaves à l’étranger ?  En fait, nous ne le faisons pas.  La solution est pacifique et très simple : Il suffit de cesser de confier notre activité à de grandes sociétés américaines monopolistiques, qui fabriquent à l’étranger des produits fabriqués traditionnellement aux États-Unis.

Le boycott des grandes entreprises n’est pas seulement moral, il est également économiquement avantageux.  Par exemple, si nous arrêtons d’acheter des produits chinois chez Walmart, COSTCO, Kmart et Home Depot, ainsi que des iPhones Apple fabriqués par des travailleurs esclaves en Chine ou des baskets Nike fabriquées au Vietnam, il suffit de mentionner les contrevenants les plus notoires, d’offrir des produits fabriqués aux États-Unis ou de faire faillite.

Cette option est la meilleure, non seulement parce qu’elle n’exige aucune révolte violente, mais aussi, parce que ces gorilles de 300 kilos ont créé des magasins locaux qui feraient faillite.  Les petits magasins appartiennent à des habitants qui dépensent leur argent localement, contrairement aux grands magasins appartenant à des actionnaires absents de sociétés qui dépensent leur argent sur la Côte d’Azur.

L’essentiel, c’est qu’aujourd’hui, le pire ennemi des États-Unis n’est pas les terroristes à l’étranger, encore moins la Russie, mais ses propres méga-corporations.

Source: News With Views 

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

 

Mots clés: , , , , , , , , , , , ,



Back to Top ↑
  • VISITES


  • Donation pour HESTHELAMB

    Pleins Feux sur l'Heure Juste, bénéficie du ministère de HESTHELAMB, et nous voudrions l'aider aussi financièrement.
    Ces vidéos produites demandent beaucoup d'investissement et désirons vous partager ce besoin.
    Merci pour votre soutien !

  • Conférence 2018

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction

  • Conférence 2015 et 2012




Real Time Web Analytics