Catastrophe

Publié le 13 juillet, 2021 | par Equipe de Pleinsfeux

0

LA FAIM N’EST PAS LOIN !

Des sauterelles infâmes envahissent l’ouest des États-Unis en formant les plus grands essaims en 35 ans, infestant les agriculteurs et les éleveurs.

 

Par Strange Sounds -7 juillet 2021

les pertes agricoles dues aux sauterelles se chiffrent…

Ils arrivent en essaims si denses qu’il peut sembler que la terre bouge.  Ils couvrent les routes et les champs, bombardent les conducteurs de VTT et dévorent régulièrement les céréales et l’herbe au grand dam des agriculteurs et des éleveurs.

Une population massive de sauterelles prolifère dans l’ouest étouffant des États-Unis, où une sécheresse profonde a créé des conditions idéales pour que les œufs de sauterelles éclosent et survivent jusqu’à l’âge adulte.

« Je ne peux décrire les sauterelles qu’en jurons », a déclaré Richard Nicholson, un éleveur de bétail à Fort Klamath, une petite communauté du sud de l’Oregon, qui s’est un jour rappelé avoir vu des bandes de sauterelles manger 1,000 acre par jour et couvrir le sol comme de la neige.

Les insectes causent d’innombrables maux de tête aux agriculteurs et aux éleveurs, rivalisant avec le bétail pour le fourrage sauvage difficile à trouver et coûtant des dizaines de milliers de dollars en récoltes perdues et en coûts associés.  « Ils sont un fléau de la Terre… Ils détruisent simplement la terre, détruisent les récoltes.  Ils sont juste un mauvais, mauvais prédateur ».

Aussi prolifiques qu’elles soient, les sauterelles ne sont pas des intrus.

Leurs éclosions sont  comme de minuscules versions d’adultes, si petites qu’environ 50 peuvent tenir sur une pièce de la taille d’un quart.  En moyenne, la plupart meurent avant de devenir les adultes ailés qui bourdonnent désormais dans le ciel rural. Eux et leurs œufs sont sensibles aux agents pathogènes, aux hivers brutaux et à la famine lorsqu’ils sont jeunes.

Mais les populations de sauterelles ont commencé à monter en flèche au printemps 2020, grâce à des hivers plus chauds et plus secs qui ont favorisé la survie, ainsi qu’à quelques pluies chanceuses qui stimulent l’herbe qui nourrit les jeunes populations de sauterelles.

 

L’Oregon et le Montana les plus durement touchés

L’Oregon et le Montana ont été les plus durement touchés par ces insatiables mangeurs, en particulier dans le flanc oriental aride des deux états.  Treize autres états sont également confrontés à des dommages causés par les sauterelles, selon les cartes des risques assemblées par le service d’inspection de la santé animale et végétale du Ministère américain de l’Agriculture.

Le programme aide à contenir les sauterelles sur les parcours et cible également un proche cousin, le grillon mormon.  Les 17 états relevant de cette patrouille antiparasitaire ont une valeur agricole combinée de 8,7 milliards de dollars, selon les estimations les plus récentes.  L’année dernière, le programme a dépensé plus de 5 millions de dollars en efforts de suppression et en est actuellement imprégné davantage.

« Les plus gros consommateurs de biomasse du pays ne sont ni les bovins, ni les bisons.  Ce sont les sauterelles », a déclaré Helmuth Rogg, entomologiste et agronome qui travaille pour le Département de l’Agriculture de l’Oregon.  « Ils mangent et mangent du jour de leur naissance jusqu’au jour de leur mort.  C’est tout ce qu’ils font.  En gros, ils ont mangé tout le fourrage », a déclaré John O’Keeffe, un éleveur de bétail dont le ranch de l’est de l’Oregon a été assiégé par des sauterelles il y a un an.

Le ranch a été récemment traité avec un insecticide pour éviter d’être à nouveau menacé.  O’Keeffe estime que les sauterelles lui ont coûté $50.000 en fourrage perdu, plus le prix du foin pour nourrir le bétail une fois que le fourrage des pâturages a disparu.

Selon Rogg, les pertes agricoles dues aux sauterelles se chiffrent souvent en centaines de milliers de dollars.  En plus de brouter le fourrage des parcours, ce qui anéantit également la nourriture pour les antilopes sauvages, les sauterelles mangent les feuilles des arbres fruitiers et se couchent dans les zones sèches où les cultures sonnent, où elles déciment les grains en mangeant lentement vers l’intérieur.  Capables de voler sur des kilomètres, elles peuvent voyager en groupe pour consommer une zone, puis passer à la suivante.

Comment lutter contre les sauterelles ?

Mais contrôler les sauterelles peut être difficile.  Parce qu’elles muent comme des serpents, perdant leur peau à mesure qu’elles grandissent, elles ne sont sensibles à l’insecticide le plus ciblé, le dimilin, que lorsqu’elles sont jeunes et entre les mues.

Cette fenêtre est petite dans des endroits comme l’Oregon, où les sauterelles ont tendance à éclore tôt et à mûrir rapidement, en partie parce que la crise climatique accélère le moment de leur éclosion.  Les adultes, une fois repérées, sont trop vieilles pour être supprimées, sauf avec des produits chimiques qui nuisent aux autres insectes.

Cela signifie que les éleveurs et les agriculteurs qui repèrent des infestations n’ont souvent pas de chance jusqu’à l’année suivante.  C’est déjà le cas en Oregon, où les sauterelles entrent dans l’âge adulte.  Ce n’est pas le cas dans le Montana, où les autorités ont fait le plus de demandes d’insecticide.

Première ou deuxième plus grande campagne de suppression en 35 ans

Sur la base des données initiales, la campagne de suppression sera, comme la population de sauterelles, la première ou la deuxième plus importante en 35 ans. Laissée seule, la population de sauterelles finirait par se rétrécir.  Leurs explosions de population ont tendance à être cycliques, contrôlées après que les populations de prédateurs les rattrapent pour les tasser.

En plus des agents pathogènes qui les revendiquent, les parasites et les champignons attaquent également les sauterelles, tandis qu’elles et leurs œufs sont le repas des coléoptères, des mites, des lézards et des oiseaux.  Leur popularité en tant que base de proies en fait la clé de l’équilibre écologique la plupart du temps.  C’est jusqu’à ce que la densité de population les transforme en ravageurs.

« C’est un peu un bon insecte, un peu comme une meute, mais quand elles traversent un champ, elles effacent complètement tout ce qui s’y trouve », a déclaré Tylor Lorenz, un éleveur de sixième génération près de la frontière de l’Oregon avec la Californie.  « Les dégâts qu’elles font lorsqu’elles entrent dans les cultures sont absolument horribles ».

C’était en 2019 à Las Vegas… Pensez-vous que cela deviendra aussi biblique en 2021 ?

 

Source: Strange Sounds 

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

 

 

Mots clés: , , , , , , ,



Back to Top ↑
  • VISITES


  • LES SECRETS DE L’ATLANTIDE 2021

  • Conférence 2020

  • Vidéos de l’Équipe

  • Pleins Feux Sur l’Heure Juste !

  • Hes The Lamb

  • Nouvelles d’Urgences

  • Abonnez-vous !

    Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception.

    L’Équipe de Pleins Feux ne pourra pas répondre aux questions posées.

    Nous espérons que la diversité et la pluralité des articles et produits sauront répondre avec satisfaction à vos demandes.

    La Direction


Real Time Web Analytics