LA GUERRE SECRÈTE CONTRE LE CASH DE L’AMÉRIQUE

LA GUERRE SECRÈTE CONTRE LE CASH DE L’AMÉRIQUE

Partager avec les autres

Comment les banques et le gouvernement assoiffé de pouvoir veulent confisquer votre argent, voler votre liberté et suivre chaque dollar que vous dépensez.

Dans les prochains instants, je vais révéler ce qui pourrait être considéré comme l’attaque la plus effrontée contre vos droits, votre vie privée et vos libertés dans l’histoire de notre pays.

Ce scénario choquant est déjà en train de se dérouler.

Cela implique une alliance secrète entre le gouvernement américain et votre banque pour surveiller toutes vos transactions financières.

Les attaques scandaleuses contre vos droits donnés par Dieu incluent désormais :

Espionnage — Sous forme de déclaration obligatoire de vos transactions financières par les banques . . .

Criminalisation de l’utilisation de l’argent liquide au nom de l’arrêt des activités « illégales » . . .

Confiscation de vos biens, sous la forme d’une confiscation civile des biens, même si vous n’avez rien fait d’illégal . . .

Profilage par le gouvernement avec des fouilles invasives de vos comptes bancaires.

Et beaucoup plus.

Laisse moi être clair : Je ne vous écris pas aujourd’hui avec un avertissement préalable sur un scénario du pire des cas qui pourrait se dérouler dans un avenir lointain.

Au lieu de cela, j’expose une horrible conspiration qui se déroule déjà en ce moment aux États-Unis.

Demandez simplement à Joe B. – Un vétéran de la guerre en Irak qui gère une boutique en ligne vendant des t-shirts et d’autres marchandises, dont les comptes bancaires ont été brusquement fermés sans explication.

Ou Albert A. de Los Angeles, en Californie, qui s’est fait saisir $30.000 en espèces par la police lors d’un contrôle routier, même s’il n’a jamais été arrêté ni accusé d’un crime.

Et d’innombrables autres, dont vous êtes sur le point d’apprendre les histoires, qui ont été pris au dépourvu par les actions de leur propre gouvernement pour les empêcher d’utiliser de l’argent liquide. . . et leur enlève leur liberté.

La vérité triste et troublante est que votre banque et votre gouvernement ont très probablement déjà fouillé plus de vos transactions financières que vous ne le pensez.

Et, un acte simple et innocent, comme payer en espèces votre prochain achat important, pourrait entraîner le gel ou la confiscation de vos avoirs !

Les détails de cette vaste conspiration sont maintenant révélés dans les pages d’un nouveau livre extraordinaire, The War on Cash.

La guerre contre l’argent cache les nouvelles tactiques intimidantes utilisées par les gouvernements et leurs alliés pour restreindre votre utilisation de l’argent et abuser des lois à leurs propres fins.

Parce que cette conspiration se déroule à la vitesse de l’éclair, j’ai fait en sorte que vous receviez gratuitement un exemplaire de ce livre.

Je vais vous dire comment vous pouvez réclamer votre copie gratuite en un instant.

À l’intérieur de ce futur best-seller, l’auteur David McRee a rassemblé des preuves irréfutables et accablantes qui révèlent . . .

  • Comment le gouvernement a effrontément saisi les comptes bancaires de personnes qui n’ont rien fait d’illégal (Page 87) . . .
  • Pourquoi les banques sont obligées de déposer des «rapports d’activité suspecte» sur toute personne susceptible de déposer régulièrement de l’argent sur leurs comptes (page 83) . . .
  • Le type de dépôt bancaire parfaitement légal qui peut entraîner la saisie instantanée de votre compte bancaire (Page 85) . . .
  • Comment le simple fait de transporter aussi peu que $2500 en espèces dans votre voiture pendant vos vacances peut entraîner une saisie par les forces de l’ordre (page 67) . . .
  • Pourquoi les banques proposent discrètement de nouvelles politiques qui vous empêchent de conserver de l’argent liquide dans votre coffre-fort ou de payer votre facture de carte de crédit en espèces (page 12) . . .
  • Et bien plus encore.

Une attaque sans précédent contre votre liberté est maintenant en marche

Bien qu’il n’y ait eu aucune annonce publique, ou déclaration de « guerre », par un politicien ou un organisme gouvernemental. . . la preuve est claire qu’une guerre totale est menée contre votre liberté personnelle et vos droits essentiels en tant qu’Américain.

En ce moment même, Big Brother et votre banque de quartier travaillent ensemble de la manière la plus sinistre pour vous empêcher d’utiliser de l’argent liquide.

Ces co-conspirateurs veulent que vous n’ayez pas d’autre choix que de payer tout ce que vous achetez en utilisant des systèmes de paiement électronique. Et ils veulent éliminer votre droit d’entrer dans votre banque et de retirer votre argent en espèces.

Comment font-ils cela ?

  • En rendant l’utilisation de l’argent liquide suspecte.
  • Adopter des lois et des règlements restreignant l’utilisation de l’argent liquide
  • Et . . . Obliger les institutions financières à déclarer certains types de transactions en espèces à l’IRS.
  • Pire encore, de nombreuses entreprises légitimes et leurs employés sont coupés du système bancaire parce que leurs clients paient en espèces . . .
  • Ou parce qu’ils sont engagés dans une entreprise légale qui n’est pas favorisée par le gouvernement. Il s’agit notamment d’entreprises ordinaires et respectueuses de la loi telles que le trafic de pièces de monnaie, la vente de munitions et les prêteurs sur gages !
  • Et les comptes bancaires sont saisis par l’IRS de citoyens et d’entreprises qui n’ont rien fait de mal, sauf effectuer des dépôts réguliers de moins de $10.000 sur leur compte bancaire.

Imaginez que cela vous arrive :

  • Vous entretenez une relation de longue date avec votre banque depuis plus d’une décennie et vous travaillez dans une entreprise axée sur les services qui est non seulement 100% légale, mais également agréée par l’État.
  • Mais un jour, vous allez glisser votre carte de débit pour payer un repas et vous constatez que votre compte a été gelé.
  • Étonnamment, vous ne pouvez plus accéder à votre argent, et ce n’est pas parce que vous avez fait quelque chose de mal.
  • Au lieu de cela, vous apprenez que la banque suit une directive du gouvernement de l’ère Obama qui a intimidé les banques pour qu’elles mettent fin aux relations avec des citoyens impliqués dans des activités que le gouvernement n’approuve pas.
  • Cela peut ressembler à quelque chose d’un film, ou d’une société autoritaire, mais cela se passe en fait ici aux États-Unis.
  • En fait, c’est récemment arrivé à Steve C., propriétaire d’une boutique d’armes à feu et prêteur sur gages à Brooksville, en Floride, qui a reçu une lettre de sa banque indiquant que ses comptes chèques et son coffre-fort étaient résiliés.
  • Imaginez la colère que vous ressentiriez si vous découvriez soudainement que vos comptes bancaires ont été gelés. . . simplement pour avoir exploité une entreprise que le gouvernement n’approuve pas ! Cela changerait votre vie pour toujours, et pourtant j’ai découvert que ce genre de chose se produit dans tout le pays. . . et ça dure depuis des décennies.
  • Je révélerai des détails plus effrayants sur cette « opération » politique, y compris la liste des entreprises identifiées par le gouvernement comme à haut risque, un peu plus tard.

La guerre contre le cash remonte aux années 1960

Dans ses termes les plus simples, la « guerre contre l’argent » est l’effort des gouvernements, et de leurs co-conspirateurs, pour retirer efficacement l’argent de la circulation et vous empêcher de l’utiliser pour payer les choses que vous achetez.

En éliminant l’argent comptant comme option d’achat, le gouvernement acquiert la capacité de surveiller où vous dépensez votre argent . . . et établir un meilleur contrôle sur vos activités.

Imaginez que chaque dollar que vous dépensez (chaque repas, achat ou don caritatif) soit examiné en temps réel par le gouvernement. Est-ce quelque chose qui se passe dans une société vraiment libre ?

La guerre contre l’argent du gouvernement n’est pas une nouvelle initiative. En fait, ses racines remontent à 1969 lorsque le Trésor américain et la Réserve fédérale ont annoncé qu’ils retiraient de la circulation tout billet supérieur à 100 dollars.

En éliminant les plus gros billets, le gouvernement a subtilement poussé la nation entière loin de l’argent comptant, car le plus gros billet restant en circulation, le billet de $100, peut maintenant acheter à peu près ce que $20 auraient pu racheter en 1968.

Cette décision non annoncée, il y a plus de 50 ans, était la première étape du gouvernement dans sa bataille pour finalement éliminer votre liberté d’utiliser l’argent comme bon vous semble.

Ne croyez pas les mensonges : Vos libertés sont supprimées

Comme pour de nombreuses initiatives gouvernementales, les intentions étaient bonnes au départ. Les objectifs déclarés du gouvernement pour encourager une société sans numéraire comprenaient la lutte contre l’évasion fiscale . . . éliminer l’activité criminelle. . . et empêcher les organisations terroristes de constituer de gros trésors de guerre.

Mais, comme cela arrive si souvent, dans l’exécution de l’idée . . . de nombreux citoyens respectueux des lois que le gouvernement était censé protéger ont fini par être blessés.

Et ne vous méprenez pas : Peu importe la noblesse des intentions, vos droits vous sont retirés. Votre vie privée est menacée. Et vos libertés sont réduites.

Retirer de l’argent de la société permet simplement un contrôle plus facile et une éventuelle confiscation par le gouvernement.

Tant que vous avez de l’argent, vos actions ne peuvent pas être entièrement surveillées ou contrôlées par le gouvernement.

C’est pourquoi ils font pression pour une société sans numéraire où chaque transaction électronique peut être retracée directement jusqu’à vous. . . toujours.

Et, le gouvernement n’est pas seul dans cet effort pour éliminer l’argent liquide.

Les grandes banques, les milliardaires de la Silicon Valley, élites dans leurs tours d’ivoire, les sociétés de traitement des paiements. . . et même les organisations de la fonction publique et les universitaires conspirent tous pour prendre le contrôle de vos transactions financières.

Ils peuvent voir combien d’argent vous gagnez, combien vous en avez et ce que vous dépensez chaque jour.

Cette poussée pour éliminer l’argent liquide a récemment pris une vitesse sans précédent.

Partout dans le monde, les dominos tombent rapidement

Dans le nouveau livre explosif, The War on Cash, vous découvrirez comment cette conspiration se déroule déjà, avec des détails choquants, y compris comment. . .

Les entreprises légitimes et leurs employés sont coupés du système bancaire parce que leurs clients paient généralement en espèces (page 48) . . .

Les gouvernements étrangers ont déjà pris des mesures scandaleuses pour forcer leurs citoyens à abandonner l’utilisation de l’argent liquide, et comment ces mesures servent de modèle prêt à l’emploi pour les États-Unis (page 9) . . .

Les agents chargés de l’application des lois saisissent l’argent de toute personne qui, selon eux, transporte trop d’argent, même aussi peu que quelques centaines de dollars (page 67) . . .

Les sociétés de traitement des paiements, sentant que des milliards de dollars sont en jeu, tirent les ficelles dans les coulisses pour obtenir une part de chaque transaction que vous effectuez (page 33) . . .

Et bien plus encore.

Il est essentiel que vous compreniez à quelle vitesse cette attaque contre votre liberté se développe, y compris les prochains dominos que vous pouvez vous attendre à voir tomber.

C’est pourquoi je vous invite à réclamer votre exemplaire gratuit de ce nouveau livre, The War on Cash, immédiatement !

Cette attaque totale contre votre droit d’utiliser de l’argent n’est pas seulement menée aux États-Unis. Partout, les gouvernements agissent de manière agressive pour pousser leurs citoyens vers une nouvelle réalité sans numéraire.

Par exemple, le gouvernement français a limité les transactions en espèces entre les consommateurs et les entreprises à un maximum de 1000 euros (environ 1085 dollars).

Les paiements en espèces supérieurs à ce montant ne sont pas autorisés.

La France a également fait en sorte que tout dépôt ou retrait supérieur à 10.000 euros en un seul mois soit automatiquement signalé à l’agence de lutte contre la fraude et le trafic de blanchiment.

Mais, il n’y a pas que la France. En Espagne, la limite est de 2500 euros. . . et en Italie, c’est 2.999.99 euros. La Grèce limite les paiements en espèces à 1500 euros maximum.

Bien sûr, la France et ses partenaires européens font ces démarches sous couvert de la lutte contre le terrorisme.

La Suède a adopté une approche différente. Au lieu d’établir des limites légales pures et simples pour les transactions en espèces, le système bancaire a fait le plus gros du travail.

Selon All Things Considered de NPR, en Suède, « une autre préoccupation est que la majorité des succursales bancaires locales ont cessé de laisser les gens retirer de l’argent ou même apporter de l’argent à la banque ».

Pensez-y une seconde : Les banques ne permettent plus aux gens d’apporter ou de retirer de l’argent de leur banque locale !

En 2019, seulement 2% de la valeur totale des transactions en Suède consistaient en espèces, et ce chiffre devrait atteindre moins de 0,5% en 2020.

Et, en Grèce, la situation est encore pire. Pour aider à démarrer l’économie en retard du pays, le Premier ministre grec oblige les citoyens grecs à dépenser 30% de leurs revenus par voie électronique. Et quelle est la pénalité si vous ne dépensez pas au moins 30% de l’argent que vous rapportez via des méthodes électroniques ?
Vous êtes obligé de payer une taxe de 22% sur le manque à gagner !

Mais, l’effort le plus agressif pour limiter l’utilisation de l’argent liquide a eu lieu en Inde.

En 2016, le gouvernement indien a rendu 86% de l’argent du pays sans valeur d’un trait de plume en retirant tous les billets de 500 et 1000 roupies de la circulation. Le chaos s’ensuivit.

Des protestations ont éclaté dans toute l’Inde. . . l’indice boursier de Bombay a chuté de 6% en une seule journée . . . et de longues lignes bancaires se sont formées alors que les gens cherchaient à échanger des billets qu’ils ne pouvaient plus utiliser.

Dans la foulée, des dizaines de millions de citoyens indiens sans compte bancaire n’ont pas pu payer les produits de première nécessité. . . et des dizaines d’entre eux en sont morts.

Bien sûr, ce sont des choses qui se passent à l’autre bout du monde. Il n’y a aucun moyen d’interdire l’utilisation de l’argent liquide aux États-Unis, n’est-ce pas ?

Vous avez tort . . .

En Louisiane, une loi est en vigueur depuis près de 10 ans qui interdit l’utilisation de l’argent liquide par les revendeurs de « camelote » d’occasion.

Cette loi signifie que vous ne pouvez pas vendre des articles tels que des bijoux, des diamants, des meubles, des vêtements, des chaînes stéréo, des pièces automobiles, etc… à un marchand de « poubelle » et être payé en espèces.

Le gouvernement de la Louisiane, pendant la majeure partie de la dernière décennie, a effectivement interdit aux citoyens d’utiliser librement la monnaie légale des États-Unis. . .

Et ils s’en sont tirés, ici aux États-Unis !

Les détails choquants derrière les tactiques intimidantes utilisées pour contrôler les citoyens respectueux des lois en Louisiane, et ailleurs, sont révélés dans le nouveau livre explosif, The War on Cash.

J’ai mis de côté une copie gratuite de ce livre pour vous, que vous pouvez réclamer simplement en cliquant sur le bouton ci-dessous.

La vilaine stigmatisation : Si vous utilisez de l’argent liquide, vous devez être un criminel.

Depuis le début de cette guerre contre l’argent liquide, à la fin des années 1960, le gouvernement et les médias ont remarquablement bien fait une chose :

Ils ont associé l’utilisation de l’argent liquide à un comportement criminel. . . et les citoyens respectueux des lois comme nous sont souvent ceux qui finissent par en payer le prix.

Cette idée, que le gouvernement aime promouvoir, est répétée maintes et maintes fois dans les films et les émissions de télévision populaires.

Des piles et des piles d’argent sont montrées entre les mains de membres du crime organisé ou de trafiquants de drogue au niveau de la rue.

Ce stéréotype, qui ignore complètement les nombreuses raisons légales et utiles pour l’utilisation de l’argent liquide, va de pair avec les raisons les plus couramment invoquées pour éliminer l’argent liquide, notamment :

Réduire les crimes, tels que les vols à main armée ou les vols de banque . . . 

Rendre difficile pour les criminels d'effectuer des transactions sur le marché  noir. . . 
Réduire, ou éliminer, la fraude fiscale liée aux paiements « au noir » . . .    Réduire le terrorisme. 

Mais, alors que ces idées semblent toutes certainement nobles. . . il est également extrêmement peu probable qu’elles soient efficaces.

Et ils finissent souvent par blesser des citoyens innocents, ou faire exactement le contraire de ce que la loi prévoyait . . . comme cela a été le cas avec les lois sur les armes à feu.

S’il est vrai qu’un voleur armé d’une arme à feu ne pourrait pas voler votre argent si vous n’en aviez pas. . . l’idée que l’élimination de l’argent liquide éliminerait le crime est risible.

Les méchants trouveront toujours un moyen de le contourner.

En fait, au cours de l’année écoulée, des pirates ont utilisé des rançongiciels pour attaquer les réseaux de données de Baltimore, du système judiciaire de Géorgie et de Lake City, en Floride.

Et, dans chaque cas, les criminels ont exigé le paiement de la rançon en bitcoins. . . ce qui signifie qu’ils n’avaient pas besoin d’avoir accès à de l’argent pour commettre leurs crimes.

Sans parler de la fraude endémique à la carte de crédit qui se poursuit, avec des estimations montrant qu’au moins 47% des Américains ont été touchés au cours des cinq dernières années. . . et un impact mondial annuel de plus de 22 milliards de dollars.

Quelle que soit la justification que le gouvernement essaie d’utiliser, son véritable motif n’est jamais aussi simple que « simplement réduire la criminalité ou lutter contre le terrorisme ».

Au lieu de cela, ils veulent éliminer l’argent liquide afin de pouvoir suivre chaque dollar que vous dépensez . . .

Pour augmenter leur pouvoir, leur surveillance et leur contrôle sur les citoyens américains !

Mais, le gouvernement ne peut pas mener cet assaut contre votre liberté de manière efficace par lui-même. . . ce qui m’amène à la prochaine révélation explosive que vous découvrirez dans le nouveau livre, The War on Cash.

Big Brother ne peut pas gagner cette guerre tout seul : Pourquoi les grandes banques multinationales sont-elles complices de cet assaut contre votre liberté ?

Les efforts déployés par les gouvernements du monde entier pour restreindre l’utilisation de l’argent liquide, via la législation, la réglementation ou l’insinuation, ont considérablement augmenté au cours des dernières années.

Mais, ils ne peuvent tout simplement pas gagner cette guerre contre l’argent par eux-mêmes. C’est pourquoi ils ont recruté des banques pour être leurs yeux et leurs oreilles. . . et pour aider à établir et à appliquer des politiques qui rendent difficile ou risqué de faire des affaires en espèces.

Bien sûr, les banques sont plus que disposées à travailler en coopération avec les gouvernements, car il est également dans leur intérêt de retirer de l’argent liquide de la circulation.

Voici comment cela se déroule déjà :

JP Morgan Chase Bank – La plus grande banque des États-Unis a pris des mesures sans précédent pour resserrer l’étau sur les personnes qui préfèrent utiliser des espèces pour toutes leurs transactions.

Incroyablement, Chase a institué une politique qui empêche les emprunteurs d’utiliser des espèces pour effectuer des paiements sur des lignes de crédit, des hypothèques, des lignes de capital et des prêts automobiles.

Mais, ce n’est qu’une partie de leur attaque contre l’argent.

Il est désormais illégal de stocker de l’argent liquide dans votre coffre-fort !

n janvier 2019, Chase a mis à jour son contrat de location de coffre-fort avec le libellé suivant : « Vous acceptez de ne pas utiliser le coffre pour stocker de l’argent, des pièces de monnaie ou des devises à moins qu’il ne s’agisse d’un objet de collection ».

Incroyablement. . . la plus grande banque des États-Unis ne vous permettra plus de mettre votre argent dans un coffre-fort !

Aujourd’hui, presque toutes les grandes banques du pays ont mis en place des politiques similaires limitant l’utilisation des espèces.

Alors, quelle est la prochaine étape ?

Jusqu’où va-t-il avant que les citoyens ne remarquent et ne fassent quelque chose au sujet des restrictions croissantes sur l’utilisation de l’argent liquide ?

Peut-être avez-vous remarqué le « jeu de la coquille » joué par les banques partout en Amérique du Nord.

Les banques ferment des succursales pour tenter de vous pousser à utiliser leurs plateformes bancaires numériques.

C’est un cercle de manipulation intéressé : Les banques rendent plus difficile l’utilisation de l’argent liquide. . . puis fermez les succursales parce que les gens n’utilisent pas l’argent liquide aussi souvent.

Vous ne me croyez pas ?

Depuis 2009, les succursales bancaires n’ont cessé de décliner, passant d’un sommet à près de 100.000, dont 13.200 ont fermé au cours de cette période.

Et au cours des trois dernières années, les 25 plus grandes banques américaines ont plus que doublé leur taux de fermeture.

Bank of America a réduit son nombre de succursales de 28%, en fermant 1720 d’entre elles, depuis juin 2008. U.S. Bank a réduit de 15% le nombre total de ses succursales dans tout le pays en 2019 seulement.

C’est juste une autre façon dont le gouvernement utilise les banques pour aider à forcer autant de citoyens que possible à s’habituer à la vie sans argent liquide.

Bien sûr, ce n’est pas le seul rôle que jouent les banques à la demande du gouvernement…

Les yeux et les oreilles surveillant votre argent : Comment votre banquier vous espionne.

Vous avez bien lu. . . votre banque vous espionne.

Si vous faites régulièrement l’une des choses suivantes, vous risquez d’être dénoncé aux autorités :

Retirez ou déposez des sommes importantes en espèces sur votre compte   bancaire. 

Achetez des articles coûteux avec de l'argent. 

Ou transportez de grosses sommes d'argent, peut-être aussi peu que $1000. 

Alors, comment le gouvernement sait-il combien d’argent vous retirez ou déposez et à quelle fréquence vous le faites ?

C’est simple : Les banques sont légalement tenues de signaler cette activité au gouvernement.

Pour chaque transaction en espèces, comme les retraits, les dépôts, les échanges ou autres paiements, dépassant $10.000, une banque est tenue de déposer un rapport de transaction en devise (CTR).

Cela comprend les remboursements de prêt. . . Dépôts IRA . . . Achats de CD. . . Transactions aux guichets automatiques. . . échanges de devises. . . et plus.

En d’autres termes, si vous utilisez de l’argent pour acheter une automobile qui coûte plus de $10.000, vous verrez instantanément votre transaction signalée au gouvernement . . .

Et votre activité déclenchera une analyse de votre nom et de vos informations personnelles par rapport à une base de données de terroristes et de criminels de carrière !

Tout cela pour utiliser de l’argent liquide pour effectuer une transaction légale.

Et que se passe-t-il si vous décidez que vous ne voulez pas que le gouvernement soit au courant de vos achats ou de vos dépôts, alors vous essayez de maintenir vos transactions en dessous du seuil de $10.000 ?

Bien . . . même si vous n’êtes pas impliqué dans le trafic de drogue, le blanchiment d’argent ou tout autre crime, vous pouvez toujours être emprisonné jusqu’à cinq ans et condamné à une amende pouvant aller jusqu’à $500.000 pour ce que le gouvernement appelle « structuration ».

La structuration est définie par le gouvernement comme le fait de faire une série de petits dépôts qui totalisent $10.000 ou plus dans le but d’éviter qu’ils ne soient signalés.

De nouveau . . . vous pouvez être accusé de cela même si vous ne vous livrez à aucune activité illégale.

Mais, ça empire. Une autre façon dont les institutions financières peuvent signaler vos transactions au gouvernement est connue sous le nom de rapport d’activité suspecte (SAR).

Une SAR peut être déclenchée par toute activité qui apparaît « suspecte » aux yeux de la banque ou de l’institution financière.

Maintenant, certains pourraient dire que si vous ne faites rien de mal, pourquoi devriez-vous vous soucier si vos transactions en espèces sont signalées à un organisme gouvernemental ?

Après tout, si vous n’avez rien à cacher. . . pourquoi insister sur la confidentialité ?

Considérez ceci . . . De nombreux particuliers ne savent pas que maintenir leurs transactions à moins de $10.000 peut être considéré comme un crime . . . ou ils peuvent avoir une assurance commerciale qui ne couvre pas les pertes en espèces supérieures à $10.000, ils gardent donc leurs dépôts inférieurs à $10.000 au cas où ils seraient volés sur le chemin de la banque.

Même s’ils n’enfreignent pas la loi, les citoyens privés peuvent toujours faire saisir leur argent par le gouvernement.

Ce scénario même s’est déjà joué, maintes et maintes fois, comme cela s’est produit avec Carole H. d’Arnolds Park, Iowa.

La propriétaire d’une petite entreprise s’est vue saisir $30.000. . . pour n’avoir rien fait de mal !

Carole a été propriétaire d’un restaurant mexicain pendant près de 40 ans qui n’acceptait pas les cartes de crédit ou de débit. Alors, naturellement, Carole a effectué d’importants dépôts en espèces, presque tous les jours, tous inférieurs à $10.000.

Cette femme d’affaires honnête et travailleuse s’est retrouvée dénoncée au gouvernement fédéral par sa banque pour « structuration », et l’IRS a saisi son compte courant contenant plus de $30.000.

Carole n’avait rien fait de mal, mais elle a été accusée de blanchiment d’argent et de non-paiement d’impôts. . . et elle a dû hypothéquer sa maison pour rester à flot.

Malheureusement, l’histoire de Carole n’est pas unique. L’Institute for Justice, une organisation à but non lucratif spécialisée dans la surveillance des confiscations d’avoirs civils, rapporte que de 2005 à 2012, l’IRS a saisi plus de 242 millions de dollars pour des violations structurantes présumées.

En fin de compte, près de la moitié de ces 242 millions de dollars ont dû être restitués à leur propriétaire respectif.

Mais, il faut en moyenne un an pour récupérer l’argent saisi. . .

Et encore plus longtemps pour inverser les dommages causés à la réputation et à la vie de personnes innocentes ciblées pour ne rien faire de plus que simplement préférer les transactions en espèces.

À l’intérieur du nouveau livre explosif, The War on Cash, vous découvrirez les mesures scandaleuses que le gouvernement a déjà prises pour restreindre votre utilisation de l’argent, notamment :

Comment faire des dépôts réguliers en espèces, tout comme Carole H., peut faire de vous un suspect. . . et pourquoi votre banque peut n'avoir d'autre choix que d'aider à la confiscation de votre compte (page 87) . . . 

Pourquoi le fait de transporter de grandes quantités d'argent sur vous peut entraîner la saisie de votre argent, sans même que vous soyez accusé d'un crime (page 66) . . . 

Comment le simple fait d'utiliser trop d'argent pour payer un achat important, comme une voiture d'occasion, entraînera la vérification de votre identité par rapport à une liste de terroristes connus et votre signalement à   Big Brother (Page 105) . . . 

Et les techniques de profilage que l'IRS a utilisées pour essayer d'identifier ce qu'il considère comme des « travailleurs clandestins », que leurs entreprises soient légales ou non, dans leur quête acharnée d'argent non déclaré (page 101).

Votre vie privée, et votre contrôle, pourrait bientôt disparaître à jamais

L’idée que les citoyens n’ayant « rien à cacher » ne devraient pas s’inquiéter du mouvement d’élimination de l’argent liquide est une idée qui revient souvent . . . mais, c’est incroyablement naïf.

Le passage à une société sans numéraire signifierait que toutes les transactions seraient effectuées par voie électronique. . . et qui élimine tout espoir d’un citoyen en matière de vie privée.

Si le gouvernement réussissait, chaque transaction que vous effectuez serait accessible non seulement au gouvernement . . . mais aussi à chaque annonceur, politicien et télévendeur sous le soleil.

Pensez-y . . . Si un membre de votre famille achète une arme à feu et des munitions, puis fait un don à son groupe politique préféré, le gouvernement aurait accès à toutes ces informations.

Si votre ami du travail commence à acheter du terreau, des lampes de culture et un tuyau d’irrigation pour faire pousser des légumes chez lui, le gouvernement pourrait en être informé . . . et votre ami peut être soupçonné de cultiver illégalement de la marijuana.

C’est ce qui rend ce problème si important, et pourquoi je vous exhorte à réclamer votre copie gratuite de The War on Cash tout de suite :

Renoncer à l’argent ne signifie pas seulement que vous renoncez à votre vie privée. . . cela signifie que vous abandonnez complètement le contrôle de votre argent aux banques et au gouvernement.

D’un simple clic de souris, vos comptes bancaires et de courtage peuvent être fermés et vidés, à cause d’un achat que vous avez effectué, une cause que vous soutenez. . . ou un établissement que vous avez visité.

Si le gouvernement décide qu’il n’aime pas votre entreprise (vous vendez peut-être des t-shirts de campagne politique pour le mauvais côté), il peut simplement fermer vos comptes.

Laissez-moi vous montrer comment cela se passe déjà dans notre pays.

Opération Choke Point : La plus terrifiante « prise de pouvoir » du gouvernement imaginable

L’un des développements les plus importants de la guerre contre l’argent a été un décret exécutif peu médiatisé de l’administration Obama en 2013.

Ce décret exécutif unique a été responsable de la disparition de dizaines d’entreprises et de la destruction de la vie d’individus dans la prise de pouvoir la plus scandaleuse que vous puissiez imaginer.

C’est ce qu’on appelle l’Opération Choke Point. . . et il autorise effectivement le Ministère de la Justice à faire pression sur les banques et les prêteurs tiers pour qu’ils refusent de prêter ou de maintenir des comptes pour des entreprises et des industries légales que le gouvernement n’approuve pas.

Cette initiative, comme tant d’autres, a été formée sous le couvert de « l’arrêt des activités illégales », mais c’est en fait une prise de pouvoir sans précédent pour le gouvernement et les banques.

Et comme de nombreux programmes gouvernementaux, son impact a été ressenti principalement par des citoyens respectueux des lois qui n’ont rien fait de mal . . . mais, voient toujours leur vie quotidienne impactée de manière énorme.

L’opération Choke Point intimide les banques pour qu’elles mettent fin à leurs relations avec ce que le gouvernement considère comme des commerçants « à haut risque ».

La liste des marchands « à haut risque » est choquante, car elle place les activités légales telles que le trafic de pièces et la vente de munitions dans la même catégorie que les activités illégales comme les stratagèmes de Ponzi, les stratagèmes de cartes de crédit et la vente d’accessoires de consommation de drogue.

Comment l’opération Choke Point a-t-elle eu un impact sur la vie des citoyens américains respectueux des lois ?

À Hyannis, dans le Massachusetts, un détaillant d’armes à feu s’est vu refuser une ligne de crédit par la Banque TD . . . malgré sa relation de longue date avec la banque et le fait qu’il connaissait le directeur de la banque depuis plus de 20 ans. Lorsqu’on lui a demandé pourquoi il s’était vu refuser la ligne de crédit, le directeur a répondu : « La banque vous refuse parce que vous vendez des armes ». Le détaillant a ensuite fait des recherches et a découvert que la banque subissait des pressions par l’Opération Choke Point.

À Hollywood, en Californie, une employée d’une boîte de nuit aux seins nus a appris que son compte bancaire avait été fermé. . . simplement parce que l’industrie dans laquelle elle travaille tombe dans une catégorie de marchands « à haut risque », comme l’énonce l’Opération Choke Point.

À Brooksville, en Floride, un magasin d’armes et de prêts sur gage a vu ses comptes fermés par SunTrust Bank. Le propriétaire pense que SunTrust l’a coupé à cause de l’Opération Choke Point.

À Fruitland, en Floride, Peggy C., propriétaire d’un prêteur sur gages et d’une armurerie, a appelé la Banque TD pour ouvrir une ligne de crédit. Le représentant de la banque a ouvert la page Facebook du magasin et lui a refusé la possibilité de demander un crédit. La banque lui a dit : « Nous ne pouvons pas prêter à quiconque vend des armes à feu.

Grâce à des initiatives telles que Operation Choke Point, le gouvernement est maintenant sur le point d’établir un contrôle total sur chaque mouvement financier que vous effectuez.

Et, dans une société sans argent liquide, le gouvernement peut simplement fermer l’accès à tout votre argent s’il n’aime pas votre entreprise.

Peu importe qu’il existe déjà un système juridique parfaitement bon pour faire face aux activités illégales.

Vous êtes simplement présumé coupable, et vos comptes bancaires fermés en un clic de souris.

Pas de procès. . . aucun respect pour vos droits. . . et pas d’application régulière de la loi.

Ce type d’activité gouvernementale effrontée est précisément la raison pour laquelle vous devez obtenir The War on Cash dès que possible. Ce nouveau livre à succès révèle. . .

Comment le Patriot Act est passé de son origine visant à prévenir le terrorisme sur le sol américain à devenir un outil puissant entre les mains des forces anti-cash (page 105) . . .

Pourquoi l’Internet des objets offre-t-il plus que de la commodité dans votre maison ? Il sert également d’outil incroyable pour la collecte massive de vos données privées (page 111) . . .

Les mesures prises, aussi discrètement que possible, par les banques travaillant en collaboration avec le gouvernement pour éliminer l’argent liquide de votre vie quotidienne (Page 79) . . .

Comment un programme mondial connu sous le nom de Better Than Cash Alliance, qui comprend des membres tels que Coca-Cola, Catholic Relief Services et la Fondation Bill & Melinda Gates, travaille activement à développer des outils pour faire passer les consommateurs vers un avenir sans espèces (Page 30) . . .

Et beaucoup plus.

Les informations révélées dans ce nouveau livre peuvent vous aider à comprendre comment des groupes puissants conspirent pour vous priver de l’une de vos libertés les plus élémentaires.

Il est impératif que vous sachiez ce qui se passe, et ce qui va se passer ensuite.

Les banques coupent désormais les citoyens du système basé sur leurs convictions politiques.

Peut-être enhardie par l’initiative gouvernementale Operation Choke Point, une nouvelle tendance inquiétante est apparue impliquant des banques et d’autres entreprises privées.

Cette tendance implique des pressions de la part de groupes militants pour priver certains individus de l’accès à la banque et au crédit dans le but de les réduire au silence.

Par exemple, Chase Bank a récemment fermé les comptes de trois personnalités médiatiques de droite sans explication. . . déclarant simplement qu’ils ont le droit de mettre fin à leurs relations avec leurs clients et de ne pas expliquer pourquoi.

Et PayPal a déclaré publiquement qu’il refuserait l’accès à la plate-forme PayPal à toute personne susceptible de ne pas respecter sa plate-forme de justice sociale, avec peu de chances de faire appel.

D’autres plateformes de traitement financier, telles que GoFundMe et YouCaring, ont également interdit aux groupes et aux individus de droite d’utiliser leurs services.

Imaginez maintenant comment un scénario comme celui-ci pourrait se dérouler, même pour vous, dans une société sans numéraire.

Sans argent liquide, vous n’avez aucune confidentialité en ce qui concerne vos transactions financières.

Nous voyons déjà des comptes bancaires fermés en fonction du fait que le gouvernement « approuve » l’industrie dans laquelle quelqu’un travaille. . . ou si leur politique ne s’aligne pas.

Imaginez ce type d’examen minutieux dans tous les aspects de votre vie.

Achetez trop de malbouffe à l’épicerie et vous pourriez déclencher un « drapeau rouge » qui obligerait votre compagnie d’assurance maladie à vous abandonner. . .

Faites un achat important dans un magasin d’alcools pour une fête et votre employeur pourrait recevoir une alerte qui l’incite à vous encourager à demander de l’aide. . . ou même mettre fin à votre emploi.

Ce type d’activité effrontée se produit déjà. . . et l’élimination de l’argent de la société donnerait au gouvernement et au système bancaire un contrôle total sur chacun de vos mouvements.

Le gouvernement est maintenant ouvertement en train de saisir l’argent des citoyens ordinaires.

Refuser l’accès aux services bancaires et au crédit n’est qu’un des outils que le gouvernement utilise dans son attaque contre votre liberté et votre vie privée.

Un autre outil puissant est une loi fédérale qui existe depuis le début des années 1970 : La confiscation des biens civils.

Ce dépassement scandaleux du gouvernement a été popularisé alors que la guerre contre la drogue s’intensifiait dans les années 1980.

Mais, ce que la plupart des gens ne savent pas, c’est que la confiscation civile des avoirs permet au gouvernement de saisir votre argent sans mandat. Ils n’ont même pas besoin d’une cause probable que vous êtes engagé dans une activité illégale, ils peuvent simplement prendre votre argent.

Le simple fait d’être en possession de ce que le gouvernement considère comme une «grande somme» d’argent suffit à fournir aux forces de l’ordre des soupçons raisonnables que vous avez commis un crime ou que vous avez l’intention de le faire.

Aucune preuve de drogue n’a été trouvée. . . Son argent a été confisqué.

C’est terrifiant d’y penser, mais, le gouvernement a déjà utilisé cette arme dangereuse pour saisir à maintes reprises l’argent des citoyens respectueux des lois.

Prenons le cas de Matt L., 31 ans, qui vivait avec ses parents dans le Michigan.

Lorsque Matt a organisé un entretien d’embauche en Californie, il a chargé ses économies de petits boulots (environ $700) dans sa voiture avec $2500 que son père lui a glissé dans une enveloppe juste avant son départ.

Lorsque Matt a atteint le comté de Humboldt, dans le Nevada, il a été arrêté sans explication par un policier et lui a posé une multitude de questions, dont quelques-unes sur le montant d’argent qu’il transportait.

Enfin, Matt a consenti à une fouille de son véhicule et la police, bien qu’elle n’ait trouvé aucune preuve de drogue, a accusé Matt de s’être rendu en Californie pour acheter de la drogue et a confisqué son argent.

« $80.000 saisis à l’aéroport. . . Mais, il n’y a pas eu d’arrestation ni de crime »

Ou que diriez-vous de Rebecca B. de Lowell, Massachusetts, qui rendait visite à son père de 79 ans près de Pittsburgh, Pennsylvanie, en août 2019. Son père était un ingénieur ferroviaire à la retraite élevé par des parents de l’époque de la dépression pour ne pas faire confiance aux banques. . . il avait donc accumulé plus de « $80.000 » en espèces.

Lors de la visite, le père de Rebecca a convenu que, puisqu’il avait récemment emménagé dans un appartement, il serait peut-être préférable de stocker son argent à la banque.

Rebecca devait rentrer chez elle en avion, mais les banques étaient fermées. Elle a donc rapidement cherché à savoir s’il était légal de transporter autant d’argent sur un vol intérieur.

Elle a appris que c’était tout à fait légal. . . mais, à l’aéroport, avant qu’elle ne puisse monter à bord de l’avion, un agent de la Drug Enforcement Agency qui avait été alerté par un agent de la TSA a saisi l’argent de Rebecca.

Elle n’a pas été arrêtée. . . et n’a été accusé d’aucun crime.

Mais Rebecca et son père ont appris que le gouvernement n’avait pas l’intention de restituer leur argent en vertu des lois civiles sur la confiscation des avoirs.

Malheureusement, ce ne sont là que deux exemples de l’abus scandaleux de la confiscation civile des biens par le gouvernement.

Combien le gouvernement a-t-il saisi à ses citoyens sans justification ?

Gardez vos chapeaux : Selon le bureau de l’inspecteur général du Ministère de la Justice, la DEA a saisi plus de 4 milliards de dollars en espèces à des personnes soupçonnées d’activités liées à la drogue entre 2007 et 2016.

Mais, 80% de cet argent, un montant stupéfiant de 3,2 milliards de dollars, n’a jamais donné lieu à des accusations criminelles !

Que se passe-t-il ensuite : La COVID-19 fournit la couverture pour une autre prise de pouvoir.

Alors, quelle est la prochaine étape de Big Brother dans la guerre contre l’argent ?

Aussi scandaleux que cela puisse paraître, la prochaine prise de pouvoir du gouvernement sera probablement le résultat direct de la pandémie mondiale de COVID-19.

Après tout, c’est le premier chef de cabinet d’Obama, Rahm Emanuel, qui a prononcé cette citation au milieu de l’effondrement financier de 2008 :

« Vous ne voulez jamais qu’une crise grave soit gâchée. . . c’est une opportunité de faire des choses que vous pensiez ne pas pouvoir faire auparavant. »

Et, c’est exactement ce que le gouvernement a fait à maintes reprises : Profiter d’une crise chaque fois que possible pour revendiquer plus de pouvoir sur les citoyens respectueux des lois.

Pensez-y : Lors de chaque crise majeure, les droits des citoyens américains ont été attaqués.

Cela s’est passé pendant la Première Guerre Mondiale avec la suppression des droits de propriété des citoyens. . . et pendant la Grande Dépression, le Congrès a obtenu le pouvoir d’invalider les contrats existants. Ces prises de pouvoir se sont poursuivies avec la Seconde Guerre Mondiale, la Guerre de Corée, la crise énergétique des années 1970 et, plus récemment, avec le Patriot Act après le 11 septembre.

À chaque fois, le gouvernement a profité d’une crise pour aller plus loin et restreindre vos libertés.

Et ça se reproduit en ce moment.

Afin de freiner la propagation du coronavirus, les gouvernements déploient rapidement des mesures de surveillance numérique sans précédent. Celles-ci incluent la reconnaissance faciale, le suivi du téléphone et d’autres mesures qui, si elles ne sont pas contrôlées, risquent de bafouer absolument les libertés de millions de citoyens sans méfiance.

Le gouvernement n’est pas seul dans ce cas, les grandes entreprises technologiques sont également complices.

En fait, dans 131 pays, Google a publié des données de localisation afin que les gouvernements puissent voir si les gens respectent les règles d’auto-isolement pendant la pandémie.

Pensez aux ramifications de ce qui se passe.

Avec la recherche des contacts mandatée par le gouvernement, le gouvernement sait où vous êtes à tout moment.

Et si Big Brother obtient son souhait et que vous n’avez bientôt plus accès à de l’argent, vous n’aurez absolument aucune intimité.

Ils sauront où vous êtes. . . où vous avez été . . . et ils auront accès à toutes les transactions financières que vous effectuez.

Et comme ils l’ont démontré, s’ils sentent que vous faites quelque chose qui n’est pas dans leur intérêt, ils n’hésitent pas à fermer vos comptes bancaires et à vous bloquer hors du système. C’est absolument horrifiant. Mais, vous pouvez voir tout se dérouler juste devant vous.

Comment vous pouvez riposter et aider à prévenir Big Frère Brother de gagner la guerre sur votre argent.

Il est absolument impératif que vous compreniez exactement ce qui se passe avec la guerre contre l’argent du gouvernement.

L’histoire intérieure de la façon dont cette conspiration se déroule est quelque chose que vous ne verrez probablement jamais rapporté dans les médias grand public.

C’est pourquoi il est essentiel que vous mettiez la main sur le nouveau livre à succès, The War on Cash.

Source

Traduit par PLEINSFEUX

close

Ne manquez rien !

Rejoignez les nouvelles de PleinsFeux.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables !
En savoir plus dans notre politique de confidentialité


Translate »