La Maison Blanche l’admet: nous pourrions avoir besoin de bloquer le soleil pour arrêter le changement climatique

climat_01

Partager avec les autres

« C’est comme les airbags de votre voiture. Vous ne voulez jamais les utiliser, mais vous serez heureux de les avoir quand vous le ferez.

Tony Ho Tran,Rédacteur Adjoint, Innovation & Tech, Publié 18 novembre 2022

Nous entrons dans les derniers jours de la COP27

Le sommet annuel de l’ONU sur le climat, et on peut dire sans se tromper que l’édition de cette année a été pour le moins décevante. Il a été largement critiqué par des experts et des militants du climat et a suscité de vives critiques pour avoir été parrainé par des sociétés comme Coca-Cola, le plus grand pollueur de plastique au monde.

De plus, comme tant de sommets sur le climat dans le passé, peu d’action a eu lieu en termes d’action et de politique climatiques concrètes. En fait, on pourrait avancer que les décisions les plus importantes pour lutter contre le changement climatique n’ont pas été prises à la COP27, mais plutôt au sommet du G20 entre les États-Unis et la Chine . De même, le gouvernement américain a également signalé le mois dernier qu’il examinait l’une des tactiques de lutte contre le changement climatique les plus controversées et les plus conséquentes à ce jour.

Le 13 octobre, la Maison Blanche a annoncé qu’elle finançait un plan de recherche quinquennal sur l’une des propositions les plus controversées pour lutter contre le changement climatique : la géo-ingénierie , ou les technologies et innovations qui peuvent être utilisées pour modifier artificiellement la Terre. climat.

Le rapport sera spécifiquement consacré à une forme de géo-ingénierie connue sous le nom de gestion du rayonnement solaire. Il s’agit d’une technique qui consiste essentiellement à pulvériser de fins aérosols dans l’atmosphère pour réfléchir la lumière du soleil loin de la Terre. L’idée est qu’une fois réfléchie, il y aura moins de chaleur et les températures baisseront.

Le plan de recherche modélisera comment le SRM pourrait avoir un impact sur l’atmosphère et évaluera sa viabilité en tant que technique potentielle utilisée pour «gérer le risque climatique à court terme». En d’autres termes : nous voulons savoir si nous devons ou non inclure cela dans notre boîte « bris de glace en cas de catastrophe climatique ».

Bien que cela semble un peu dingue, le monde a déjà vu des SRM par inadvertance après que de grandes éruptions volcaniques ont jeté d’énormes quantités de gaz et de débris dans l’atmosphère et bloqué le soleil. L’éruption du volcan Tambora en Indonésie en 1816 a entraîné ce que l’on a appelé «l’année sans été» dans toute l’Europe et l’Amérique du Nord après que les températures ont chuté de 3 degrés Celsius.

Dans un certain contexte, l’Accord de Paris sur le climat de 2015 comprenait un objectif visant à empêcher les températures d’augmenter de 2 degrés Celsius (avec un objectif étendu de 1,5 degrés Celsius sur lequel nous avons complètement craqué ). Ainsi, une version contrôlée du SRM est souvent considérée comme une méthode viable pour prévenir les pires catastrophes climatiques. Même l’ONU a reconnu le potentiel de cette technologie lors de la COP27 , au grand dam de nombreux militants qui s’opposent avec ferveur à la géo-ingénierie.

“La géo-ingénierie est un signe de désespoir industriel”, a déclaré Panganga Pungowiyi, un organisateur du Réseau environnemental autochtone, lors d’un panel au sommet sur le climat .

Quoi qu’il en soit, il s’agit d’un plan de recherche radical et potentiellement salvateur, et certains de ses partisans les plus anciens et les plus ardents pensent qu’il s’agit d’un motif de célébration.

La température mondiale chute généralement après une grande éruption volcanique en raison de débris et de gaz qui réfléchissent la lumière du soleil loin de la Terre.

“J’ai été ravi d’apprendre que le gouvernement américain finance un plan de recherche sur cinq ans”, a déclaré Stephen Salter, professeur émérite à l’Université d’Edimbourg et ingénieur maritime, au Daily Beast. « C’est une indication qu’ils prennent enfin le problème au sérieux.

Pendant des décennies, Salter a défendu la géo-ingénierie comme une tactique viable pour faire face à l’aggravation des problèmes climatiques dans le monde. Il a même inventé plusieurs appareils et systèmes capables de résoudre ces problèmes, tels que le « puits Salter », qui a été créé à la suite de l’ouragan Katrina en 2007 et qui, selon lui, pourrait refroidir suffisamment les températures de l’océan pour empêcher la formation de puissantes tempêtes.

Salter a également été l’un des premiers chercheurs à proposer le SRM comme moyen de refroidir la Terre. Cependant, toutes ses propositions et idées sont largement tombées dans l’oreille d’un sourd en raison de ce qu’il décrit comme la «bêtise des décideurs» au gouvernement. Il a un peu de fil à retordre sur ce sujet : en 2005, le gouvernement britannique a rejeté sa proposition d’utiliser le SRM pour empêcher l’augmentation de la température de la mer.

C’est pourquoi la volonté de la Maison Blanche d’investir dans la recherche en géo-ingénierie solaire est si importante. Le gouvernement américain reconnaît que nous pourrions devoir nous tourner vers des mesures expérimentales incroyablement drastiques pour arrêter la catastrophe climatique : bloquer le soleil. Si les États-Unis le font, de nombreux autres pays pourraient également suivre.« C’est comme les airbags de votre voiture. Vous ne voulez jamais les utiliser, mais vous serez heureux de les avoir quand vous le ferez. ”— Andrew Dessler, Texas A&M

“J’espère que [le plan de recherche quinquennal] encouragera les gens dans d’autres pays et qu’une partie de l’argent ira à l’ingénierie, pas seulement à la gouvernance, là où la plupart vont maintenant”, a ajouté Salter.

Mais, bien sûr, une telle mesure n’est pas sans risque. Les critiques de la géo-ingénierie avertissent que cela pourrait avoir des conséquences imprévues qui se répercutent sur le monde entier. Après tout, lorsque vous pulvérisez des aérosols dans l’atmosphère, ils vont se répandre. Ses effets se feraient sentir partout , peu importe où vous l’avez initialement pulvérisé. Cela pourrait conduire à un effet papillon d’événements désastreux.

Par exemple, les températures peuvent chuter si bas qu’elles entraînent des pertes de récoltes, ce que nous avons déjà connu l’année sans été. Les modifications de l’atmosphère pourraient également intensifier les phénomènes météorologiques comme les tempêtes. Certaines recherches suggèrent que la géo-ingénierie solaire pourrait même propager des maladies .

Mais Salter estime que les risques sont souvent surestimés. Il affirme que le SRM est également un système entièrement réversible qui peut être arrêté en “un clic de souris”, après quoi “les effets disparaîtront à la prochaine averse”. Le SRM ne serait qu’une tactique qui nous aide à gagner du temps pendant que nous essayons de résoudre des problèmes tels que la réduction des émissions de carbone.

En outre, le plan de recherche quinquennal de la Maison Blanche étudierait également les dangers et les risques associés à la géo-ingénierie solaire. Lorsque nous employons une méthode comme celle-ci, ce ne serait pas sans une modélisation approfondie. Nous aurions au moins une bonne approximation de ce qui se passerait si cela se produisait.

De plus, nous pourrions courir un risque encore plus grand si nous ne faisons rien du tout.

“C’est comme les airbags de votre voiture”, a déclaré Andrew Dessler, directeur du Texas Center for Climate Studies à la Texas A&M University, au Daily Beast. “Vous ne voulez jamais les utiliser, mais vous serez heureux de les avoir quand vous le ferez.”

Dessler pense que, même si nous devons faire tout ce que nous pouvons maintenant pour limiter la hausse de la température mondiale en réduisant de manière agressive les émissions de carbone, il est préférable d’avoir des systèmes de géo-ingénierie solaire prêts au cas où nous en aurions besoin à l’avenir. Pour ce faire, nous devons donc commencer à rechercher l’approche dès maintenant, afin de savoir à quoi nous attendre lorsque nous aurons besoin de l’utiliser.

« Vous pouvez imaginer un scénario où nous sommes en 2040. Le changement climatique est hors de contrôle. Les gens réalisent soudainement, merde, c’est affreux », a-t-il déclaré. « Tu dois faire quelque chose immédiatement. Dans ce cas, SRM pourrait être votre moins mauvaise option.

“Ce n’est pas la façon dont vous voulez gérer le problème”, a-t-il ajouté. « La bonne façon de gérer le problème est de commencer à réduire vos émissions immédiatement, afin de ne pas vous mettre dans cette situation. Mais je vois définitivement une voie dans le futur où nous devons le déployer.

Comme le dit l’adage, les temps drastiques appellent des mesures drastiques. Que dit-il alors que le gouvernement américain a décidé de mettre un peu de peau dans le jeu et de financer la recherche et les ressources dans la géo-ingénierie solaire ?

Lors du récent sommet de l’ONU sur le climat, le secrétaire général Antonio Guterres a annoncé que le monde était sur « l’ autoroute de l’enfer climatique ». « Non seulement nous n’avons pas réussi à atteindre le seuil de 1,5 degré Celsius défini par l’Accord de Paris sur le climat, mais nous sommes également en bonne voie pour dépasser l’objectif de 2 degrés Celsius.

Cela signifie que nous nous retrouvons de plus en plus avec des options limitées. Avec le dos contre le mur, un océan qui monte à nos pieds et la planète qui brûle autour de nous, nous n’avons peut-être d’autre choix que d’utiliser l’airbag et de prier pour qu’il nous sauve tous.

Source

Traduit par PLEINSFEUX

close

Ne manquez rien !

Rejoignez les nouvelles de PleinsFeux.

Nous n’envoyons pas de messages indésirables !
En savoir plus dans notre politique de confidentialité

Translate »